Chronique sur SOS je suis amoureuse ! de Céline Musmeaux

IMG_8385

Note : 12/10

« Merde ! C’est fou, mais elle me plaît. J’ai envie de la serrer dans mes bras et de la protéger de tous les cons qui l’entourent. Son innocence, c’est un trésor et un fardeau. Beaucoup en profitent, j’ai été le premier à le faire. Pourtant, elle ne mérite pas ça. Ouais, il lui faut quelqu’un qui sache apprécier qu’il lui reste beaucoup de chose à découvrir… »

                                                   Arthur

Résumé : « Le sort n’est jamais joué d’avance !

À dix-sept ans, Zoé est pleine d’énergie, mais également une vraie catastrophe ambulante. Tout ce qu’elle entreprend finit mal, au point que ses amis la surnomment « miss boulette ».

Lorsqu’elle rentre en terminale, elle se fixe l’objectif de créer le moins d’incidents possible, et ce, dans le but de faire taire les rumeurs à son sujet. Seulement, persuadée d’être malchanceuse, Zoé enchaîne boulette sur boulette dès le premier jour.

Après avoir bousculé un inconnu, voilà qu’elle lui marche sur le pied et qu’elle l’assomme presque d’un coup de menton, le tout en essayant de s’excuser.

Cependant, sa victime semble le prendre avec un large sourire, ce qui provoque un nouveau cataclysme, mais cette fois-ci, dans le cœur de Zoé.

Qu’adviendra-t-il de l’adolescente la plus maladroite du lycée ?

Destiné aux lecteurs âgés de 15 ans et plus. »

                        Mon Avis

Avant tout, je remercie chaudement NYMPHALIS, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse et pour leur confiance en moi. De plus, je voudrais également dire merci à Céline Musmeaux pour les nombreuses histoires qui me font rêver à chaque mois.

Vous savez ce que je fais lorsque je lis des romans ? Je grignote des petites sucreries, elles sont aussi différentes l’une des autres. Ainsi, comme par exemple, lorsque je bouquinais « SOS je suis amoureuse ! », je mangeais des morceaux de chocolat en forme de coeur… Enfin, vous voyez le truc… Rires. Cela rend la lecture soit plus mignonne ou savoureuse tout dépendant du genre littéraire.

Ce mois-ci, l’auteure a voulu aborder de plusieurs thèmes différents dont les étiquettes… Pour ma part, ce sujet me touche personnellement, car lorsque j’étais étudiante au secondaire, j’étais la fille timide, sérieuse et gentille. Tout le monde me traitait d’intello parce que j’avais de bonnes notes et que je me comportait bien en classe. Puis, quelques fois, on me mettait à l’écart de certaines conversations dû au fait que j’étais une bonne élève. Il me pensait donc naive et innoncente telle un bourgeon fleurissant en début du printemps. Savant aussi que je dirais jamais non, ces mêmes individus me demandaient souvent quelques petits trucs, allant aux petites faveurs à un crayon à la mine. Sans compter que comme Zoé, héroine du roman « SOS je suis amoureuse ! », j’étais aussi maladroite et il arrivait que parfois ma maladresse provoque involontairement des méchantes mésaventures.

Durant cinq ans, cette étiquette était marquée au fer rouge sur mon front et partout sur mon corps. Ainsi, lorsque cette période s’est enfin terminée, j’avais l’impression de revivre de nouveau, de pouvoir respirer l’air libre comme je le souhaitais. Aujourd’hui, j’ai tout de même gardé mon tempérament d’avant, mais désormais, il m’arrive de sortir mes épines, telle une rose quand elle se sent menacée, lorsque la situation m’y oblige. Concernant ma balourdise, je préfère en rire plutôt qu’en pleurer…. Voilà mon credo… Rires ! Enfin, c’était ma petite tranche de vie… Rires. Revenons à nos moutons, voulez-vous ?

En ce qui concerne les autres types d’idées, Céline Musmeaux a voulu démontrer comment l’harcèlement pouvait être difficile à gérer et comment celui-ci peut entraîner de nombreuses et différentes conséquences psychologiques. De plus, l’histoire illustre également comment quelques personnes peuvent profiter de l’innocence des autres lorsque celles-ci entretiennent une relation qu’elle soit amicale ou amoureuse. Ensuite, pour remédier à toute cette noirceur, l’amitié, la romance et le grand amour font aussi partie du lot.

En lisant ce récit, nous avons littéralement l’impression de savourer un cupcake avec une lourde cargaison de crème fouettée.

Dans « SOS je suis amoureuse ! », nous faisons la rencontre de Zoé, une jeune femme de dix-sept ans. Pétillante et pleine d’énergie, elle a le sourire facile. Elle apporte souvent le bonheur autour d’elle. Également maladroite, Zoé ne peux pas passer une journée sans provoquer une ou plusieurs catastrophes… Au point que les élèves du lycée la surnomme « Miss Boulette ». Ayant honte de son surnom ridicule, elle, en souriant constamment, fait comme si cela ne l’attendrissait pas. Toutefois, derrière ce masque se cache une douleureuse angoisse. De plus, ces rumeurs selon laquelle elle serait une catastrophe ambulante ne l’aide pas non plus, au contraire, celles-ci ne fait que baisser sa confiance en elle.

Ainsi, lorsque Zoé entre en terminal, elle décide de se fixer un nouvel objectif, celui de ne provoquer aucun accident, mais plus facile à dire qu’à faire, n’est-ce pas ? Nerveuse à l’idée de ne pas réussir sa petite mission personnelle, c’est à ce même moment que la jeune femme provoque de nombreuses calamités et bouscule au passage un nouvel élève. Belle impression pour une première fois, vous ne croyez pas ?! Mais, quand le garçon accueille sa maladresse avec un grand sourire empli de joie et de sincérité, Zoé ressent un pincement au niveau de son coeur. Au premier regard, Zoé se demande si ce garçon pourrait être l’exception… Si il pourrait la regarder elle et non à travers son surnom ridicule. Intéressée par ce nouveau venu qui fait battre son coeur, la jeune femme va essayer d’attirer son attention, mais sans succès. Pourquoi ne cesse-t-il pas de la repousser à chaque fois ? Que cache-t-il ? Grâce à Arthur, Zoé va comprendre et commencer à ouvrir les yeux sur la véritable nature de certains individus qui prétendent être son ami. À son contact, elle va se découvrir une force de caractère qu’elle n’aurait jamais cru avoir en elle.

Arthur est un nouvel élève qui ne souhaite que recommencer une autre vie dans une autre ville, mais dès son entrée au lycée, il se fait bousculer, heurter et assommer par une fille. Prenant la situation avec délicatesse, il ne peut s’empêcher de rire. Dès les premiers contacts visuels, Arthur remarque aussitôt l’intérêt affectueux de la jeune femme envers lui. Cependant, ne voulant pas la faire souffrir et s’attacher aux autres, il répand des escamotages par le biais de forteresses afin de se protéger lui-même ainsi que les autres êtres qui voudraient entamer un début de contact amical avec lui. Voyant que Zoé ressemble à une petite fille qui croit au conte de fée, Arthur ne souhaite pas jouer sur ce terrain dû à une expérience douleureuse qui n’a pas bien fonctionnée.

Néanmoins, il ne peut s’empêcher de se rapprocher de Zoé, car lui seul, semble deviner ses semblants de sourires. Comprenant ce qu’il la tracasse énormément, Arthur ne peut cesser de se demander pourquoi les autres ne voient pas ce qu’il voit lorsqu’il la regarde au plus profond de son âme. Au fur et à mesure qu’ils passeront du temps ensemble, Zoé et Arthur apprendront à se connaître l’un et l’autre. Au contact de chacun, les deux adolescents commençeront à s’ouvrir à son égal. Ainsi, lorsque des sentiments amoureux se manifestent entre eux, les deux adolescents se laisseront aller à cette coquetterie qui règne entre eux. Leur complicité leur démontrera que lorsque deux âmes blessées et errantes se trouvent, celles-ci peuvent s‘entraider mutuellement à aller mieux et aider l’autre à mûrir et s’entrouvrir. Arthur et Zoé ouvriront les yeux et réaliseront plusieurs détails importants, sur certains sujets et quelques individus, qui ne croyaient pas savoir.

Concernant le style d’écriture de l’écrivaine, celui-ci est toujours aussi fluide et addictive. Céline Musmeaux a de nouveau réussi à m’ensorceler avec son univers littéraire. À travers ces lignes, nous découvrons une histoire d’amour emplie d’innocence. Elle possède aussi son propre cachet.

Sans aucun doute, par leur belles paroles et leur gestes posés, Zoé et Arthur forment un duo attachant. « SOS je suis amoureuse » est une douce romance forgée dans la tendresse. J’ai adoré chaque moment passé en compagnie de ces nombreux personnages. Il y en a quelques uns qui méritaient une bonne claque pour les actions qu’ils avaient posés et d’autres que j’avais envie de secouer pour leur inconsciente naiveté. Bref, voilà… Rire !

Un dernier mot ?

Une oeuvre littéraire qui m’a émouvée émotionnellement dû à une partie personnelle de ma vie que j’ai retrouvé dans ce bouquin. On file dans l’aventure dès les premières pages et ressent aussitôt la tristesse de Zoé vis-à-vis cette étiquette tatouée sur son front. Sans prise de tête, les péripéties de ces jeunes tourtereaux sont un vrai vent de fraîcheur. Il va de soit que je vous recommande ce moelleux récit, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plus. Pour terminer, je vous offre ces petits mots… Entrez dans le quotidien de Zoé et Arthur et laissez-vous chavirer par ce premier et nouveau cataclysme affectif. 

#Sara

Publicités

Chronique sur Destiny Crossed de Lety MT

IMG_9287

Note : 8,5/10

J’ai rencontré un petit garçon quand j’étais moi-même petite fille. Il est rapidement devenu mon idéal. Pourtant, à cette période-là, il n’a pas une seule fois levé les yeux sur moi. En toute bonne timide que j’étais, je me suis tue. Et je l’aimais comme une enfant de huit ans. J’ai vécu les déceptions que l’on dit sans importance. Lorsque vous aimez une personne, peu importe votre âge, et que cette même personne porte son attention sur votre amie, c’est douloureux et déstabilisant.

Peu importe qui on est, quel que soit notre caractère ou notre vécu, face à l’amour, nous sommes tous égaux. Non ? Aimer quelqu’un, c’est lui donner la possibilité d’accéder à votre faiblesse et de lui laisser le champ libre pour vous faire du bien, mais aussi, pour vous faire du mal. L’amour peut vous rendre vulnérable, mais il vous rend plus fort.

Ce petit garçon, qui a chamboulé ma vision du « petit chéri » quand on a huit ans, a aussi perturbé le reste de ma vie.

Lyssia

Résumé : “ Lyssia est une jeune adolescente qui aime la vie. Bonne élève, jeune fille au tempérament de feu et respectueuse, elle a tout de l’ado classique sauf le contexte familial. Une mère encore immature, un petit frère en bas âge et un beau-père violent. Bien trop de perturbations pour une si jeune fille.

Et pour couronner le tout, son amour d’enfance, Deaclan, va refaire surface. Lyssia qui pensait ne jamais le revoir va être troublée de cette rencontre inattendue et qui va la bouleverser. Est-elle faite pour Deaclan ? À quel point les choix de l’adolescence pèsent-ils pour le futur ? Au bout du compte, seront-ils ensemble ?

Découvrez les aventures de Lyssia et Deaclan dès leurs plus jeunes âges ainsi que la folie d’un amour passionnel. ”

Mon Avis

Pour commencer, je gratifie Evidence Editions pour l’envoi du service presse. Je suis contente d’avoir pu découvrir un autre bouquin de Lety MT.

Cette auteure a un de ces styles d’enfer. Franchement, j’ai apprécié lire “ Destiny Crossed ”, c’était une petite perle dotée d’une belle touche de passion et d’amour. De plus, les personnages principaux étaient intéressants à suivre, mais à certains moments, l’envie de les secouer, pour les réveiller, se manifestait. Toutefois, c’est aussi à travers leur yeux que nous découvrons cette romance.

Vous savez dans toutes les légendes et mythes, on dit que chaque âme est prédestinée à aimer et s’entendre avec une autre, avant même que la personne ne soit mise au monde ?! Cette relation complémentaire est si fasinante. D’après moi, ce concept exprime littéralement le phénomène universel et foudroyant du coup de foudre.

Dans “ Destiny Crossed ”, on fait la connaissance de Lyssia à l’âge de huit ans. Parti en camp de vacance, la jeune fille va rencontrer un garçon qui changera sa vie à jamais. Éprouvant un petit pincement à chaque fois qu’elle pose le regard sur lui, Lyssia prend conscience que ce sentiment qu’elle ressent n’est pas seulement un petit béguin de passage… Son prénom ? Deaclan. Après avoir passé du temps au camps de vacance, il disparaît de la vie de Lyssia. Où est-il ? Pourquoi n’a-t-elle pas de nouvelles de lui ?

Ainsi, six ans plus tard, la petite fille est devenue une adolescente de quatorze ans dotée d’un tempérament de feu. Excellente élève, elle parvient à gérer sa vie d’étudiante. Malheureusement, Lyssia doit aussi s’occuper de son petit frère âgé de quelques mois seulement dû au manque de soins parentaux de la part de sa mère. En effet, celle-ci préfère batifoler avec les hommes. C’est pour cela que Lyssia paraît plus mature, car elle a dû évoluer plus rapidement que les autres filles de sa tranche d’âge.

Mais lorsque Angy et elle prennent la décision d’aller se baigner à la piscine pour la journée, Lyssia ne s’attendait pas à revoir un fantôme de son passé. Elle ne pensait pas retrouver ce garçon qui l’a profondément marqué au fil des années. Doit-elle lui refuser l’accès à son coeur ? Ou lui laisser le champ libre en prenant le risque d’être de nouveau la victime de ses choix à lui.

Et concernant Declean, il est l’exact opposé de Lyssia. Il se complète parfaitement l’un ou l’autre. N’ayant jamais oublié cette belle fille qui fait chaviré son coeur, il va essayer par tout les moyens de la reconquérir. Facile ? Peut-être bien ou peut-être non…

Toutefois, Deaclan a deux ans de plus que Lyssia, ce qui fait en sorte qu’il a plus d’expérience, mais cela ne veut pas dire qu’il saura choisir les bonnes alternatives. Deaclan possède peut-être tout les défauts de la Terre, mais il se caractérise par son coeur en or. Sans aucun doute, il ressemble en un petit ourson en peluche tout doux et tout mignon. Prendra-t-il le risque de la perdre à nouveau ou franchira-t-il le pas afin de la reconquérir pour ainsi lui démontrer son amour ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’écrivaine, elle est toujours aussi agréable à bouquiner. Ce roman était si touchant, en effet, nous avons également l’impression de revivre nos premières fois telles que le premier contact, le premier rendez-vous, le premier baiser ainsi que notre première nuit inoubliable. À chaque passage, j’ai cru que j’allais fondre d’amour tellement que mon coeur ne cessait de rater quelques battements.

Certes, “ Destiny Crossed ” était une courte romance, mais celle-ci était spontanée. Pour les interlocuteurs, j’ai apprécié la personnalité de Lyssia, elle est douce et intelligente tout en ayant du tempérament. Puis, celle de Deaclan est assez complexe. J’avais l’impression qu’il préférait s’arracher les yeux plutôt que d’avouer son amour à sa belle. Sans parler de toutes les mauvaises décisions qu’ils prenaient… À cause de ses choix, Lyssia finissaient toujours par en payer le prix.

Un dernier mot ?

Quoi qu’il en soit, c’est une oeuvre littéraire qui mérite une chance. Une savoureuse histoire à bouquiner sans modération. C’est à travers ces lignes qu’on se rend compte que la vie est remplie à ras bord d’obstacles, mais le plus important à savoir… C’est qu’il ne faut jamais abandonner sans se battre. Ainsi, je vous recommande ce récit, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Laissez-vous attendrir par l’amour éternelle de Lyssia et Deaclan.

#Sara

Chronique sur Dans tes yeux de Céline Musmeaux

dans tes yeux

Note : 12/10

« Qu’est ce qui me prend ? Quel est ce sentiment de toute-puissance qui m’envahit ? Je me sens si forte. Aussi bête que Gregory. Il m’a transmis son virus qui le rend si maladroit et attendrissant. Est-ce ça, tombé amoureuse ? Je n’en sais rien. Mais j’aime ce que j’éprouve depuis qu’on s’est embrassé. Je lui ouvre mon cœur en espérant qu’il ne se retrouve pas brisé. »

Nina

Résumé : « L’amour peut-il nous ouvrir les yeux sur notre propre beauté ?

À dix-sept ans, Nina accepte difficilement ses rondeurs et préfère éviter le regard des autres. Plutôt introvertie, elle vit donc sa scolarité dans son coin, souriant à ses copines, mais fuyant les garçons.

Un matin, son quotidien est bouleversé par un choc avec l’un d’entre eux. Après avoir fait tomber ses affaires, un élève d’une classe voisine l’aide à les ramasser tout en entamant la conversation avec elle.

Seulement, Nina n’est pas à l’aise dans ce genre de situations. Elle choisit de s’échapper. Mais le sourire et l’insistance du jeune homme risquent bien de chambouler son existence.

En pensant qu’il se moque d’elle, Nina va se sentir blessée et le repousser. Cependant, Greg ne va pas abandonner.

Va-t-il réussir à lui faire comprendre à quel point elle est belle à ses yeux?

Destiné aux lecteurs âgés de 15 ans et plus. »

Mon Avis

Tout d’abord, il faut que vous sachiez que « Dans tes yeux » est un achat personnel que je me suis offert en cadeau pour noël et honnêtement, je ne regrette pas mon choix.

Vous savez lorsque je lis le titre de ce roman, j’ai toujours tendance à penser à une phrase provenant d’une chanson,  » Wolves  » écrite par Selena Gomez et reprise en français par Sara’h. En effet, dans la version traduite, le passage est « Dans tes yeux, il y a du bleu, trop peu d’amour aucun enjeu…Séparés dans un soupir, je ne veux pas devoir choisir… ». D’après moi, ce single représente parfaitement l’histoire d’amour entre Nina et Greg. Quand je pense au nombre de fois que j’ai écouté cette mélodie tout en lisant ce récit… Je peux vous dire qu’en tournant la dernière page, je la connaissais par cœur.

Encore une fois, on se laisse facilement emporter par la plume envoûtante de l’auteure. À travers ces lignes, Céline Musmeaux propose plusieurs thèmes importants que la société actuelle met toujours de côté, parce que celle-ci privilégie la perfection. En outre, « Dans tes yeux » est une jeune littérature qui aborde les complexes physiques, le manque de confiance en soi, l’harcèlement, le rejet et les troubles alimentaires. Mais toute forme d’ombre a besoin d’une belle source de lumière, n’est-ce pas ? Ainsi, l’amour, l’amitié et l’acceptation de soi font également parti de l’aventure.

Une romance mignonne, mais réaliste qui démontre que la beauté intérieure est ce qui importe le plus.  Ne pas s’aimer soi-même est une chose et se trouver belle aux yeux d’une autre personne en est une autre. Au fond, c’est ce que Nina et Greg essaient de nous faire parvenir comme message. L’opinion des individus ne devrait pas compter… La seule qui faudrait prendre en compte est celle dont on se voit, c’est-à-dire aux yeux de notre tendre moitié.

Dans « Dans tes yeux », on fait la connaissance de Nina, une jeune femme de dix-sept ans complexée par ses courbes. Ne se sentant pas bien dans son corps, elle essaie, tant bien que mal, de passer sous le radar. Toutefois, à cause de son douloureux passe, Nina ne cesse de penser aux regards des autres, surtout ceux des garçons. Comme si ce n’était pas suffisant, voilà que sa famille et plusieurs de ses camarades de classe ne cessent de lui lancer des critiques blessante vis-à-vis de son physique. Mais, lorsque Nina bouscule, involontairement, Gregory, le garçon le plus populaire de toute l’école, elle ne peut s’empêcher de se méfier de lui. Alors quand elle ramasse ses effets scolaires, qui sont tombés par terre lors de leur bousculade, Greg ne peut résister à l’envie de lui faire la conversation afin de connaitre cette fille pas comme les autres. Ainsi s’ensuive une longue série de moments… Nina parviendra-t-elle à avoir confiance en Greg ou sa méfiance envers les autres individus risque de lui coûter la seule personne qui voit au-delà de son apparence physique ?  

Gregory est le roi du lycée. Populaire, doué, comique et mignon, il a toutes les qualités… Néanmoins, derrière cette façade se cache un garçon peu sur de lui, tout le contraire de cette personnalité qu’il démontre aux autres étudiants de l’école. Bousculant par erreur une fille qui ne connait pas, il essaie d’établir un semblant de contact avec elle. Intrigué et attiré par cette inconnue au tempérament de feu, Greg fait tout ce qu’il peut pour essayer d’apprendre à la connaitre. Ainsi, au fur et à mesure qu’il passe du temps avec Nina, il va commencer à démontrer sa véritable personnalité et prendre de l’assurance. Mais, une ombre plane toujours sur le couple : les doutes de Nina. Gregory arrivera-t-il à gagner la confiance de la jeune femme ? Réussira-t-il à lui démontrer qu’un garçon ne sait pas seulement utiliser ses poings ?

Concernant, les interlocuteurs principaux, j’avais envie dire à Nina d’ouvrir les yeux, mais d’un autre côté, je comprends parfaitement sa méfiance envers les garçons. C’est très dur à vivre. Greg, lui, c’est une autre histoire, il m’a beaucoup fait rire avec son drôle d’humour. Il complète parfaitement le caractère de Nina.

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours et toujours aussi fluide et addictive. Hahahahaha !! Vous savez à chaque chronique que je fais sur les romans de Céline, j’ai l’impression de me répéter, mais c’est la vérité. À travers cet écrit, l’écrivaine nous inculque certaines moralités importantes dont celle de toujours se battre pour ce que l’on veut ou encore l’opinion du monde extérieur ne devrait pas vraiment compter. Transportée dès les premières pages, je n’ai pas pu détacher mes yeux de cette lecture, on s’attache et s’accroche à Nina et Greg.

Bouleversée par leurs blessures intérieures et leur tendre amour, je n’ai pas pu retenir mes « Awwnnn… ! ». Une romance adorable et trop chou basée sur la confiance en soi. Garnies de belles émotions.

Un dernier mot ?

Pour terminer, « Dans tes yeux » est une œuvre littéraire qui mérite sa chance. Dans ce roman, il y a certains personnages, comme le père de Nina, qui m’ont donné des envies de vomir… Mais, comment pouvons-nous penser ça de sa fille. C’est monstrueux, honnêtement ! Entre Greg et Nina, cela n’a pas été facile, mais leur amour leur ont permis de voir au-delà des jugements et critiques des autres. Découvrez ce couple à travers la narration à deux voix. Il va de soit que je vous recommande cette douce ritournelle.

#Sara

Chronique sur Intime Idée de Nicolas Dagorn

Intime Idee

Note : 10/10

« Les jours de déprime, je repense aux bons moments, à tous ces instants de rires et de joie que nous partagions. Je les revois tout les deux, souriants et heureux. Alex était plus qu’un frère pour Noah, c’était son dieu, son protecteur, celui qui dépassait le handicap et le portait chaque jour plus haut, celui qui brillait en famille, à l’école, dans le quartier, et qui sacrifiait ses journées à faire le bonheur des autres. C’est sans doute ce qui l’a perdu. Noah était plus réservé, plus secret, mais il parvenait à surmonter la maladie grâce à la bienveillance d’Alex. Désormais, rien ne sera plus pareil.

Il m’arrive très souvent de me repasser le film de cette dernière année. Chaque fois, j’essaie de trouver ce que j’aurai pu faire pour éviter tout ça, ce que j’aurais pu dire, comment intervenir. Je me répète souvent : « Et si ? », ou encore : « Et pourquoi ? » Je ne parviens pas à trouver de réponses à mes questions.

Si je devais définir le point de départ de cette histoire, je le situerais au moment de l’inauguration du foyer, voilà un peu plus d’un an. C’était au début des vacances d’été. »

Roxane

Résumé : « Roxane vit dans le quartier calme d’une petite ville. Son quotidien est rythmé par les copines, l’école et une vie de famille tourmentée. Depuis quelques mois, le handicap de Noah, son plus jeune frère, est venu chambouler la donne à la maison. Alex, son frère cadet, un jeune homme sportif au grand cœur, a endossé le rôle de protecteur face à une mère effacée et un père distant.

Hugo vient d’être placé par le juge pour enfants dans le foyer situé en face de chez Roxane.

Au fil des jours, il découvre tant bien que mal son nouvel environnement, où jalousie et quête de popularité se règlent à coups de complots et d’intimidations… Le tout orchestré par Enzo, éternel chef de la bande, prêt à tout pour conserver son trône.

Deux trajectoires bien distinctes. Deux destins que rien ne prédisposait à s’entrechoquer.

Et pourtant, Roxane et Hugo vont malgré eux être les témoins de la rivalité opposant Enzo et Alex, et vont nous emporter dans leurs réflexions sur la vie, l’amour, la haine et la mort. »

Mon Avis

Pour commencer, je voudrais remercier chaleureusement Andreïna pour l’envoi de ce service presse.

« Intime Idée » est un ouvrage qui explique parfaitement le réalisme de certaines personnes. D’une naturalité absolue, l’auteure a pris la décision de discuter de plusieurs thèmes importants tels que le cyber harcèlement, l’intimidation, le harcèlement scolaire ainsi que les risques que peuvent causer les réseaux sociaux.  Bouleversant, il est impossible de ressortir indemne de cette lecture. C’est si réel…

J’ai l’impression qu’à travers ces pages, Nicolas Dagorn voulait nous faire un parvenir une leçon de vie, que nous ne sommes pas prêts d’oublier, qui permettrait de susciter la lucidité de plusieurs personnes. L’intimidation ne devrait pas exister. Pourtant, c’est un sujet tabou que beaucoup d’individus refusent d’approcher… En écrivant cette histoire, l’auteur a réussi à braver les adversités. En effet, à chaque chapitre, Nicolas Dagorn nous entraîne dans les tourments de deux jeunes adolescents qui doivent affronter les démons extérieurs de la vraie vie. De plus, étant une narration à deux voix, nous pouvons savoir ce qu’un personnage affronte face à telle situation et vice-versa.

D’une part, nous avons Roxane, une jeune adolescente qui vit pour sa famille. Ainée de la fratrie, elle doit constamment défendre ses deux petits frangins, Alex et Noah, de tous les dangers de la rue. Aux yeux de Roxane, Alex est le petit prodige de la famille. Sportif et brillant, il pratique le football, mais suite à une horrible blessure, le jeune homme a dû arrêter ce sport, au grand désespoir de son père qui croyait qu’Alex allait réussir à se faire une place. Pour Roxane, Noah est l’exact opposé, c’est un garçon timide et sérieux. Malheureusement, après que les médecins lui est diagnostiqué une maladie, Noah se retrouve en chaise roulante.

Malgré ces détails, Roxane semble pleinement épanouie dans belle famille… Jusqu’à l’ouverture de ce fameux foyer pour adolescents. Néanmoins, lorsqu’Alex décide de faire une partie de foot avec les juvéniles afin de diminuer la flamme entre les habitants du quartier et ceux du foyer. Quoi qu’il en soit, quand une bagarre éclate entre Alex et Enzo, le leader de la maison d’accueil, Roxane va comprendre que tout ceci n’est que le commencent d’une longue série d’événements. Ressortiront-ils tous indemne de cette situation ?

D’autre part, nous avons Hugo, qui n’a pas eu la même chance que Roxane au niveau familial. En outre, c’est un jeune adolescent de dix-sept ans qui erre dans les rues sans avoir de but. Seul, il commet de nombreuses infractions afin de survivre, mais lorsqu’il se fait attraper, Hugo est envoyé à comparaître devant un juge. Étant mineur, le magistrat prend la décision de placer le juvénile dans le foyer, qui se situe juste en face de la maison de Roxane. Dès les premiers moments, Hugo, avec Roxane, devient le spectateur d’un combat entre un adolescent du quartier et un des voyous du foyer. À la fin de cette guerre, qui ressortira gagnant ? Pourront-ils vivre en parfaite harmonie après cela ?

Concernant la plume d’écriture de l’auteur, elle est fluide et addictive à bouquiner. Le récit regorge de plusieurs intrigues qui nous tiennent en haleine tout au long de notre lecture. On s’accroche fermement tout en nous laissant aller, « Intime Idée » est ombrageux et poignant. Après avoir tourné la dernière page, j’ai cru que je ne m’en remettrai jamais, c’était si difficile à lire. À certains instants, l’histoire nous donne de sourire, de rire, de pleurer et de nous mettre en colère, mais le plus important, c’est de comprendre les répercussions que causent l’intimidation.  

Époustouflant, on ne peut que se laisser tenter par cette merveilleuse lecture qui nous touche au plus profond de notre être. À travers les pages, on découvre une réalité qui frappe fort en événements dramatiques. Sans compter qu’on se laisse facilement plonger au cœur du récit.

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire qui se caractérise par son cocktail d’émotions fortes. Sans aucun doute, les interlocuteurs principaux sont captivants à suivre. En lisant les chapitres, on a également l’impression de ressentir ce qu’ils perçoivent. Une histoire qui n’épargne personne, au contraire, elle sensibilise l’esprit de la personne qui lit le roman. J’ai été aussi impressionnée de bouquiner tout les détails et les informations que contenaient « Intime Idée ». L’auteur connait bien son sujet, ça c’est une évidence. Il va de soit que je vous conseille cette lecture, j’espère qu’elle vous plaira autant qu’elle m’a plu.

#Sara

Étant donné que c’était une lecture commune, je vous laisse le lien de la chronique de ma tendre amie Sabrina, blogueuse chez Les Trouvailles d’une lectrice : https://lestrouvaillesdunelectrice.blogspot.com/2019/01/intime-idee.html

Chronique sur OMG ! tome 1 : « Écris-moi si tu peux ! » de Catherine Bourgault

OMG tome 1

Note : 9/10

« — Bon, cet iPod, on le regarde ? propose-t-elle.

Évidemment, elle me le prend des mains. Elle fait toujours ça quand je ne réagis pas assez vite à son goût! Avec Emma, il faut que ça roule ; il n’y a pas de temps à perdre. Quelques secondes plus tard, elle fronce les sourcils et incline la tête sur le côté – comme si ça l’aidait à réfléchir.

— Quoi? lancé-je.

— Attends une minute…

Mon amie examine l’appareil sous toutes ses coutures. Ensuite, elle l’approche de son visage et scrute la vitre en la grattant avec son doigt.

— Il y a un truc qui cloche ! clame-t-elle. Tu es certaine qu’il est neuf ? Il y a des égratignures sur l’écran.

Ma «balloune » de joie pète d’un coup. Pouf ! Sceptique, je me penche pour mieux voir ce qu’Emma me pointe de son ongle bleu. Mais non, c’est sûrement une poussière. Ma mère ne m’a sûrement pas acheté un iPod usagé, quand même… Merde ! Emma a raison: la vitre n’est pas parfaite. Elle est même un peu sale. En regardant de plus près l’étui, je remarque qu’il est usé sur le côté.

— Je ne sais pas où ma mère l’a acheté.

À bien y penser, ce ne serait pas étonnant qu’elle l’ait pris dans un magasin vendant de l’usagé. Elle n’a pas beaucoup d’argent. Bon, ce n’est pas si grave, que j’essaie de me convaincre devant mon amie riche qui change sûrement d’iPod tous les ans et qui collectionne les étuis de toutes les couleurs pour les agencer à ses vêtements. Au moins, maintenant, j’ai un iPod, moi aussi.

Emma pianote si vite sur l’écran que j’ai du mal à suivre ce qu’elle fait. Après ce qui me semble une éternité, elle me regarde la bouche ouverte. Je constate alors l’absence de plombage sur ses belles dents blanches et droites.

— Quoi encore ?

— Non seulement ton iPod est usagé, mais il n’a pas été réinitialisé !

Mon cœur bat aussi vite que si elle venait de m’annoncer qu’une bombe allait sauter. En fait, à voir sa tête, ça a presque l’air de ça.

— Qu’est-ce que ça veut dire ? demandé-je, me sentant totalement nulle.

 En réalité, je n’ai pas le goût de perdre du temps à réfléchir. Allez, parle! Emma passe rapidement le bout de sa langue sur ses lèvres pour les humecter avant de cracher le morceau:

— C’est simple : ça veut dire que, dans l’appareil, il reste des photos, des vidéos, de la musique qui appartiennent à l’ancien propriétaire de ton iPod.

Oh my God ! »

Iris & Emma

Résumé : « Lorsque Iris déballe le iPod tant souhaité pour son anniversaire, elle ne se doute absolument pas de tous les secrets que renferme l’appareil. Désormais, elle ne sera plus la seule de la gang à sourire bêtement pendant que les filles regardent des photos sur Instagram ou potinent sur les réseaux sociaux. Enfin, elle aussi aura un iPod qui dépasse de la poche arrière de son pantalon ! Surexcitée par son cadeau « super-méga-génial », Iris s’empresse de l’explorer. En quelques clics, une révélation : il est usagé et n’a pas été réinitialisé ! Le lien direct vers une boîte courriel lui en apprendra beaucoup sur la vie du propriétaire précédent, un garçon. En fait, ce dernier semble avoir complètement disparu et ses amis s’inquiètent. Iris arrivera-t-elle à le retrouver ? Et s’il était plus près qu’elle ne le croit ? Obsédée par l’univers mystérieux contenu dans son gadget favori, la jeune fille sera prête à tout pour rencontrer celui qui se fait surnommer Sandman… »

Mon Avis

Pour commencer, je voudrais remercier l’auteure, Catherine Bourgault, pour sa jolie petite dédicace. Ce premier opus est un achat que je ne regrette pas.

Une littérature jeunesse prometteuse. À travers ce premier tome, j’avais l’impression de revivre mon adolescence, c’était vraiment comique à imaginer. « Écris-moi si tu peux ! » est une histoire qui ne passe pas du coq à l’âne. À l’aide de ces courtes descriptions et de ces petits chapitres, l’auteure favorise la compréhension. Élémentaire et naturel, on ne perd pas le fil dans ce premier opus. C’est un livre à lire !

Léger et cocasse, il faut fera tordre de rire à certaines situations, tout comme moi.

Dans « Écris-moi si tu peux », nous faisons la rencontre d’Iris, une adolescente de treize ans qui vit avec Sam, son grand frère, et sa mère. Lors de son anniversaire, elle reçoit, de la part de sa mère, un ipod… Toutefois, elle va se rendre compte que celui-ci est usagé et qui n’a pas été réinitialisé. Iris, avec l’aide d’Emma, sa meilleure amie, va essayer de retrouver le propriétaire de cet objet électronique. En feuilletant dans les contacts, photos, vidéos et les mails, les deux jeunes filles vont apprendre plusieurs informations qui les mèneront vers ce mystérieux inconnu. Pour ce faire, elles créées un tableau afin de retranscrire toutes les données qui leur seront utiles tout au long de leur enquête. Au fur et à mesure que leurs recherches avancent, Emma et Iris découvriront des secrets qui auraient dû rester dans l’oubli. Alors que l’amour décide de leur faire un petit tour, arriveront-elles déchiffrer ce mystère ou décideront-elles de le mettre de côté pour se consacrer à leur petite complicité amoureuse ? Réussiront-ils à découvrir le vrai prénom du possesseur ? Qui est cet énigmatique Sandman ? Que cache-t-il ?

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle est fluide et agréable à bouquiner. On plonge facilement dans l’intrigue. De plus, étant donné que c’était la première fois que je lisais un des écrits de Catherine Bourgault, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, mais je n’ai pas été déçu. J’ai vraiment aimé ce tome initial. Ce récit est caractérisé par sa narration à deux voix. En effet, l’écrivaine aborde cette aventure à travers les yeux d’Iris et de Jacob. Non, je vous vois venir avec vos « pourquoi lui et pas un autre personnage ? », afin de connaître la réponse à cette question, vous devrez lire ce premier tome.

Un dernier mot ?

J’ai passé un excellent moment en compagnie de tous ces interlocuteurs.  Sympathique, il vous fera revivre votre adolescence. On s’attache facilement aux protagonistes, certains n’ont pas eu la vie facile et d’autre moyennement. Je compte continuer la série, il me tarde de lire la suite de leurs péripéties. Sans compter que je suis curieuse de savoir leur évolution psychologique. Il va de soit que je vous recommande « Écris-moi si tu peux ! », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu !

#Sara

Chronique sur Du bout des doigts de Céline Musmeaux

Du bout des doigts

Note : 13/10

« Seulement, ça me dépasse. Ouais, ça me prend aux tripes de te voir souffrir. Moi, je voudrais t’aider pour que tu oublies. Oui, je souhaiterais que tu me laisses te toucher du bout des doigts. Ainsi, je pourrais effacer tes larmes et prendre soin de toi. Parce que tu vois, cette nuit, face à toutes les horreurs que tu as dû encaisser, je me suis pris une belle claque. Ouais, j’ai compris ce que je ressentais pour toi. Tu n’es pas simplement la petite fille des voisins ou la seule nana que je pourrais me taper à des kilomètres, tu es celle qui fait battre mon cœur beaucoup trop vite. Putain, je crois que je suis en train de tomber amoureux de toi… »

Sasha

Résumé : « Peut-on refaire confiance aux autres quand ils ont été notre plus grand ennemi ?

Tout juste âgée de dix-sept ans, Lola n’a pas mis les pieds dehors depuis six mois.

Victime de moqueries au lycée, elle s’est enfermée dans son monde pour fuir cette réalité qui l’a traumatisée.

Ainsi, elle préfère la solitude et la sécurité de son foyer à la dureté du regard des autres.

Totalement dépassés par la situation, ses parents ne savent plus comment la gérer.

Aussi, ils décident de l’envoyer vivre chez ses grands-parents pour qu’elle se ressource.

Mais dès son arrivée au village, Lola attire l’attention de Sasha, le petit-fils des voisins.

Sensible à sa détresse il se met en quête de toucher du bout des doigts l’adolescente en proie à un mal-être profond.

Réussira-t-il à sortir Lola de la prison dans laquelle elle s’est réfugiée»

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaudement les éditions NYMPHALIS pour l’envoi du service presse via la plateforme Netgalley, puis Céline Musmeaux, l’auteure, pour sa confiance envers moi.

Encore une autre pépite à découvrir !

D’après moi, ce récit est un peu plus ombrageux que les autres romans, au point qu’à certains moments, je me suis même demandé comment allait terminer l’ouvrage. Une bonne ou mauvaise conclusion ? Je me questionnais souvent sur cela… En effet, les thèmes qu’abordent « Du bout de doigts » sont assez accablants. L’histoire met en avant deux sujets tabou que peu de personnes osent approcher, c’est-à-dire, l’intimidation et le deuil. L’écrivaine illustre également toutes les conséquences que peuvent provoquer ces extorsions telles que l’humiliation, le rejet social, dépression et quelques fois, le suicide.

Honnêtement, le plus difficile, c’est d’affronter, constamment, toutes ces personnes qui vous sont fait souffrir, que ce soit le geste qu’elles posent ou des paroles qu’elles disent, après que le mal ait été fait. C’est difficile de voir la lumière au bout du tunnel lorsque nous sommes seuls, ça c’est moi qui vous le dis. Toutefois, dans toutes les formes de balancement, l’obscurité a besoin de son antagonique afin de vivre… On peut y retrouver un grand halo d’espoir qui se présente sous forme de toucher et une belle amitié qui se transforme de jour en jour en une relation amoureuse.

Ensuite, il y a les grands-parents qui vouent un amour inconditionnel à leur petite fille…et pour être honnête, c’est ce qui est venu me chercher au plus profond de mon cœur, car je connais ce genre de complicité. Mes grands-parents sont des personnes vraiment importantes à mes yeux, malheureusement, j’ai perdu mon grand-père (l’année passée), alors je ne peux que vous conseillez de vivre pleinement vos moments avec eux. Vous savez, on ne sait jamais ce que la vie nous réserve… Alors, vos mieux en profiter tant qu’il est encore temps !

Dans « Du bout des doigts », nous faisons la connaissance de Lola, une jeune femme de dix-sept ans qui a vu sa vie se transformer en un vrai cauchemar alors qu’elle avait seize ans. Depuis ce moment, elle se fait insultée de tous les noms possibles et imaginables… Vivant un vrai calvaire et ne pouvant plus étudier dans cette horrible atmosphère, Lola prend la décision de ne plus aller à l’école. Évincée des autres, la jeune femme se recroqueville sur elle-même et sombre peu à peu dans une dépression.

Ne savant pas quoi faire pour l’aider, ses parents décident d’envoyer Lola chez ses grands-parents afin qu’elle puisse changer d’air. Comment survivre à cette situation alors que seulement le fait d’attendre les rires de plusieurs individus la fait énormément souffrir ? C’est à ce moment qu’elle fait la rencontre de Sasha, le voisin de ses grands-parents. Ne sachant pas comment réagir, Lola décide de fuir ce garçon…, mais à de maintes reprises, la jeune femme le surprend à la dévisager et réciproquement. Un petit jeu de chat et la souris s’installe entre eux, puis petit à petit, Lola va se rapprocher de lui… jusqu’à en tomber amoureuse. Qui est-il ? Pourquoi est-il venu dans ce coin ? Peut-elle lui faire confiance ? Réussira-t-elle à combattre ses propres démons intérieurs ? L’aimera-t-il autant qu’elle l’aime ? Ou est-ce encore un piège ?

Sacha est un jeune homme de dix-huit qui a perdu toute sa famille dans un terrible accident. Il décide d’aller vivre chez son grand-père, le seul membre de sa famille qu’il lui reste. En plein deuil, il se reproche la mort de sa famille et ainsi, il coule dans un océan de regrets.  Néanmoins, à l’aide de son grand-père et des grands-parents de Lola, il va réaliser que s’il veut survivre, il devra se suspendre à la vie. Voulant se changer les idées, Sasha prend la décision d’aider les personnes qui l’ont maintenu à la surface. Ainsi, il fait la connaissance de la petite fille de ses voisins, Lola. Comprenant son silence et sa tristesse, Sasha essaie par tous les moyens de lui tendre la main avant qu’il ne soit trop tard. Du bout des doigts, il parvient à la sensibiliser, mais cela sera-t-il suffisant ? Sasha arrive-t-il à connaître la vérité ? Parviendra-t-il à aider cette inconnue qui fait battre son cœur ?

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours fluide et agréable à bouquiner. Dès les premières pages, on perçoit le chagrin de Lola. À vrai dire, c’est vraiment bouleversant. En outre, j’ai passé un excellent moment en compagnie de ces protagonistes, on s’attache facilement à eux. « Du bout des doigts » m’a fait pleurer à plusieurs reprises, car, lors de ma lecture, tous ces souvenirs que je croyais enfouis, on refait surface. Je me suis aussi fortement associé à Lola. C’était une attendrissante histoire !

Un cocktail d’émotions, on passe facilement des larmes au rire. On ne s’ennuie pas avec ces interlocuteurs, certains apportent une touche de légèreté tandis que d’autres amènent un soupçon de piment au roman.

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire écrite à deux voix, ce qui nous donnait accès aux pensées de Lola et de Sasha. L’écrivaine démontre, à travers ce récit, des pensées rudes à vivre, mais réalistes. On se laisse naturellement ensorcelé par le contenu. Une autre magnifique leçon de vie à ne pas oublier : quoi qu’il arrive, il faut toujours s’accrocher ! Poignant jusqu’à la toute fin, l’écrivaine n’hésite pas nous montrer ce que l’harcèlement social peut provoquer chez une personne. Un conseil. Gardez des tonnes et des tonnes de boîtes de mouchoirs à vos côtés, car vous risquez de finir comme moi… Comme le naufrage du célèbre navire, le Titanic. Il va de soit que je vous recommande fortement cette lecture, j’espère qu’elle vous plaira autant qu’elle m’a plu !

#Sara

Chronique sur Nellie tome 5 : Trahisons de Sylvie Payette

Nellie tome 5

Note : 10,5/10

« – Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? m’a demandé Pyo.

J’ai commencé à ramasser les documents, sans oublier ceux qu’Henri avait cachés dans le buffet. J’ai tout mis dans son grand cartable.

– Je vais tenir ma promesse, peu importe à quoi je dois me résoudre pour y arriver. Je vais sortir mon époux de prison.

J’ai regardé Pyo droit dans les yeux.

– Et si je dois déclencher la révolution moi-même pour sauver Henri, je le ferai ! »

Nellie & Pyo

Résumé : « Pour Nellie, l’heure des choix est arrivée. Il n’est plus possible d’être fidèle aux deux princes qui s’opposent dramatiquement l’un à l’autre. La situation ne pourrait être plus contradictoire, mais pour faire le bien, Nellie doit trahir! Alors que le roi est toujours hospitalisé, les Premières Nations se retrouvent impliquées dans la course à la couronne, tout comme les pirates. La révolution gronde et le pouvoir chancelle. Qui parviendra à prendre le contrôle du Kébec? »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaleureusement mon partenaire littéraire, Québec Loisirs, pour l’envoi de cette suite.

Lorsque j’ai commencé cette saga, je ne savais pas que j’allais si bien accroché. En contrepartie, les tomes sont comme, à mes yeux, des montagnes russes. Il y en a qui sont excellents et d’autres qui manquent un détail pour qu’ils soient parfaits.  Sans aucun doute, pour une littérature jeunesse, je trouve qu’elle possède une excellente intrigue, malgré les petites longueurs.

Quoi qu’on en dise, je l’ai trouvé génial. Néanmoins, j’ai remarqué que dans les autres tomes, l’action était mise en avant plan et la relation amoureuse entre Nellie et ses princes étaient mis en second place. Concernant le cinquième opus, c’est l’inverse qui se passe, c’est-à-dire que l’amour passe en premier et les agissements en deuxième. C’est comique !

Dans cette suite, nous retrouvons Nellie, qui après avoir été témoin de l’arrestation de son mari, Henri, doit faire aux conséquences de ses actes et paroles. Lui dire qu’elle l’aimait en valait réellement-il le prix ? Sera-t-il condamné par Armand, le futur roi légitime ? Ainsi, pour sauver l’homme dont elle est amoureuse, Nellie doit, malgré elle, forcer une révolution afin de renverser la noblesse avant qu’il ne soit trop tard. La jeune femme n’hésitera pas une seule seconde à trahir certaines personnes pour sauver les gens qu’elle aime et pour le bien de son projet. Alors qu’elle était hésitante en ce qui concerne son choix amoureux… Aujourd’hui, il n’y a plus aucun doute. Henri est sa seule priorité.  Après avoir déclenché un soulèvement, Nellie se rend compte que de la situation à laquelle elle se trouve. Maintenant que le roi est souffrant et impuissant, de nombreux clans essaient malgré tout de prendre le pouvoir pour ainsi gouverner la ville de Kébec. Qui y parviendra ? Les pirates ? Les Premières Nations ? Henri ? Armand ? Qui réussira à régler le conflit ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est fluide tel un ruisseau. On y retrouve les mêmes personnages auxquels nous sommes habitués. Honnêtement, ça serait chouette que certains soient plus exploités. On s’attache à eux. Ayant un petit côté d’historienne, j’adore lire les détails sur la noblesse, les Premières nations et les révoltes. Cela me fait rêver !

Sans aucun doute, je suis également folle des pages couvertures. D’après moi, elles correspondent parfaitement à l’atmosphère que dégagent les tomes ainsi qu’aux décors. Un exemple ? Sur le cinquième opus, on voit Nellie habiller comme un homme tenant avec une main une corde sur un bateau pirate. En effet, le thème de la piraterie est abordé dans ce roman.  

Un dernier mot ?

Cette œuvre littéraire possède un cachet qui m’intrigue et m’incite à lire le reste de la série. Il va de soit que je lirai le sixième tome, je veux savoir comment toute cette histoire va se conclure. Je suis curieuse de connaître la tournure des événements. J’espère que le sixième opus ne sera pas le dernier, si c’est le cas… Je sens que cette saga et ses personnages principaux vont me manquer.

#Sara

Voici le lien internet de mon partenaire littéraire : http://www.quebecloisirs.com/

Et le lien d’achat du roman sur le site internet de Québec Loisirs : http://www.quebecloisirs.com/pour-les-enfants/nellie-tome-5-trahisons-fl10056332.html?s=

Chronique sur Sur le fil écrit par Estelle Maskame

Sur le fil

Note : 8/10

« C’est Jaden qui m’accueille. Il sourit comme s’il était soulagé que je sois bel et bien venue. Il porte les mêmes vêtements mais ses cheveux sont retombés.

— Sympa, ton jean, commente-t-il.

Nerveuse, je passe les doigts sur ma cuisse à l’endroit où le jean est déchiré.

— C’est une coïncidence, dis-je en posant les yeux sur le sien, déchiré aux genoux.

— Ou alors tu copies mon style, plaisante-t-il. Viens, entre.

Je retire mes chaussures avec la sensation d’être sortie de ma zone de confort.

La maison est chaleureuse comme devrait l’être une maison de grands-parents, les lumières sont tamisées et des bougies luisent sur une étagère contre le mur. Je hume la bonne odeur de cannelle qui embaume l’atmosphère. Quelque part au fond du logis, la télévision est allumée.

— Papi se demande si tu ne l’as pas laissé gagner tout à l’heure, m’informe Jaden. Tu veux bien lui dire que tu es nulle au bowling et que tu as seulement eu de la chance ?

— Tu me demandes de mentir, Jaden ? je proteste, théâtrale.

— C’est pour la bonne cause.

Je le suis dans le couloir jusqu’à la cuisine qui sent bon les grillades.

— Kenzie est là, annonce-t-il en poussant la porte.

Nancy est en train de faire la vaisselle tandis que Terry, assis à table les mains autour d’une tasse de café, regarde l’écran plat accroché au mur.

— Coucou, Kenzie ! s’exclame Nancy en s’essuyant les mains, puis les lunettes, sur son tablier.

— Bonsoir, Nancy, dis-je à mon tour.

Ce que j’ai vu de Nancy et Terry tout à l’heure me fait conclure que je les aime bien.

— Kenzie, lâche Terry, solennel, en posant les coudes sur la table. Est-ce que tu m’as laissé gagner au bowling ? Je n’ai aucune confiance en ce que me racontent ces deux-là.

— Est-ce que je vous ai laissé gagner ? je répète, les yeux écarquillés.

Ça semble très important pour Terry, alors je secoue la tête.

— J’ai fait de mon mieux sur mon dernier coup. Mais je n’ai pas eu de chance, sinon je vous aurais battu à plate couture. Mais je ne suis pas très bonne au bowling la plupart du temps.

Je baisse les yeux pour ne pas rencontrer le regard pétillant de Jaden et j’ajoute :

— C’est pour ça qu’ils me collent derrière le comptoir, et pas sur les pistes !

Terry affiche un sourire victorieux et retourne à l’émission de cuisine sur l’écran.

— On monte, dit Jaden en attrapant deux canettes de soda dans le réfrigérateur. Criez si vous avez besoin de moi.

— Pas de souci ! réplique Nancy en lui tapotant l’épaule, les yeux sur moi.

Je le suis dans le couloir. »

Mackenzie & Jaden

Résumé : « Est-il possible de se retrouver après un an de silence ?

MacKenzie Rivers avait tout pour elle : des amis formidables, de bonnes notes et, cerise sur le gâteau, le beau Jaden Hunter qui craquait pour elle. Mais tout s’est écroulé lorsqu’une tragédie a frappé la famille Hunter. Désarmée face à la souffrance de ceux qu’elle aime, MacKenzie ne voit qu’une solution : fuir.

Cependant ses sentiments pour Jaden ne tardent pas à la rattraper… »

Mon Avis

Pour commencer, je voudrais remercier Nadia, attaché de presse chez Québec Loisirs, pour l’envoi de ce service presse.

Bon allez, je me lance… On va mettre les points sur les i et les barres sur les t… « Sur le fil » n’est pas la trilogie  » Did I mention I love you  » (DIMILY pour les intimes) et ne ressemble pas du tout à cette série. En toute franchise, c’est l’auteure qui a attirée mon regard. En effet, ayant adoré la saga DIMILY, je me suis dit pourquoi pas ?! Cependant, « Sur le fil » aborde des pensées plus sombres telles que le deuil et la mort. Vous voyez le genre ? C’est une toute autre catégorie !

Ainsi, plus je lisais le récit et plus j’avais envie de connaître le fin mot de cette histoire… Mais, j’ai été déçue de la structure de la limite. C’était une conclusion ouverte, donc plusieurs questions sans réponses me sont restées en tête.

Néanmoins, si je donne un point de vue global, je dirais que ce fût une belle expérience. D’après moi, c’est probablement grâce à certains thèmes, qui m’ont touché, que j’ai tenu mon bout jusqu’à la dernière page.  

Dans « Sur le fil », nous faisons la rencontre de MacKenzie, une jeune femme qui réussit tout ce qu’elle touche. Enfin…, c’est ce qu’elle veut démontrer aux yeux de tous. En vérité, elle vit avec sa mère qui est devenue alcoolique suite à une fausse couche. Un père qui est présent physiquement tout étant absent mentalement. Impuissant, il voit sa femme se plonger totalement dans l’alcool sans savoir comment l’aider à aller mieux, car il comprend la raison pourquoi elle s’est plongée dans la boisson. Toute aussi désarmée que son père, MacKenzie désire plus que tout que sa mère guérisse, mais elle craint la réaction de sa mère si elle décide de la secouer lourdement afin qu’elle reprenne ses esprits. Quel choix lui reste-t-il ? Entourée, elle serait prête à faire n’importe quoi pour sa petite bande d’ami(e)s, car d’une certaine façon, c’est grâce à leur soutien amical que la jeune femme parvient à garder la tête hors de l’eau. En outre,  comme si ce n’était pas suffisant, voilà qu’un événement tragique frappe la famille Hunter et tout leur entourage.

Anéantie par cette horrible nouvelle, MacKenzie prend la décision de fuir ses responsabilités et de s’éloigner de sa meilleure amie, Danielle, et de son frère, Jaden,  car elle ne sait pas quoi faire pour les consoler et les aider à surmonter leur chagrin. Une année est passée sans qu’elle ait d’échos des jumeaux Hunter et lorsque MacKenzie les retrouve… Un mur solide et bien accroché s’y est installé entre les deux côtés. Sauront-ils pardonner l’abandon de leur proche amie ? Leur complicité amicale redeviendra-t-elle telle qu’elle était avant l’accident ? Revoir son ancienne meilleure va littéralement la pousser à se remettre en question. Notamment, sur elle en tant que personne et aussi sur les sentiments amoureux qu’elle ressent toujours pour Jaden.

Jaden Hunter essaie de rester optimiste, depuis qu’il a perdu ses parents, pour le bien-être de sa jumelle. Bouleversé, il imagine souvent ce que ses parents auraient voulu qu’il fasse pour être heureux… Une chose est sûre, il doit, impérativement, continuer à vivre, même si cela est très lourd à supporter. Charmant et tendre, lorsqu’il aime une fille, il l’aime passionnément et serait prêt à faire n’importe quoi pour la rendre heureuse. C’est ce qu’il palpe pour MacKenzie. Depuis la mort de ses parents, il n’a perçu aucun bruit venant de sa part. Blessé par son absence ? Par sa fuite ? Sûrement ! Malgré cela, l’amour qu’il ressent pour MacKenzie est beaucoup trop fort. De plus, Jaden va également apprendre que l’accident qui a causé la mort de ses parents… n’était pas tout à fait un imprévu. Donnera-t-il une seconde chance à la jeune femme ? Ou lui tournera-t-il le dos comme elle l’a fait ?

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle est agréable à bouquiner. C’est un bon roman, tout comme les personnages principaux, on en apprend un peu plus sur l’enquête qui tourne autour de ce fameux accident.  Mais, comme je vous l’ai précisé, la conclusion laisse à désirer… L’histoire contient une bonne intrigue qui nous donne, malgré tout, une envie à satisfaire. La curiosité, sans doute.

Pourtant, il y a des aspects, en rapport avec les gestes posés par les interlocuteurs,  dont je ne suis vraiment pas d’accord, c’est-à-dire, l’exemple le plus précis serait lorsque MacKenzie a laissée tomber les jumeaux. D’une certaine manière, je comprends sa mentalité, elle a paniqué, surtout lorsqu’on connaît sa situation familiale, mais c’était tout de même égoïste et lâche de sa part de leur avoir tourné le dos sans leur avoir donné de nouvelles et d’explications.

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire qui se lit facilement. Plaisant à lire, l’écrivaine nous démontre ce qu’elle dissimule dans son chapeau.  Certains protagonistes étaient intéressants à distinguer, mais il y en avait aussi que je n’avais qu’une simple envie, c’était de les secouer (hahahaha). « Sur le fil » est une histoire de seconde chance dont Jaden et MacKenzie représentent  parfaitement cette thématique en étant le couple idéal. À mes yeux, ce roman n’est pas un cliché. Il possède sa propre originalité. Jaden est vraiment une personne à part, malgré le fait que la femme qu’il aime l’est abandonné, il reste le même garçon. Sans compter que la conclusion était trop rapide à mon goût. Cependant, je suis ravie d’avoir découvert un autre livre d’Estelle Maskame, elle possède un talent qui nous donne envie de continuer à bouquiner son écriture.

#Sara

Voilà le lien internet de mon partenaire littéraire : http://www.quebecloisirs.com/

Et celui du roman en question : http://www.quebecloisirs.com/pour-les-enfants/sur-le-fil-fl10115347.html

Chronique sur Juste à côté de toi écrit par Céline Musmeaux

Juste a cote de toi

Note : 12,5/10

«  — Tu en veux plus ?

En confiance, j’opine. Alors, Mathéo abaisse son maillot. Nos corps entrent en contact. Je frétille. Mais il ne fait rien d’autre que me serrer dans ses bras. Je referme les yeux. Il parcourt mon cou de petits baisers en remontant vers ma joue. En feu, je tourne mon menton vers ses lèvres. Erreur fatale, Mathéo m’embrasse. Mon être ne répond plus de rien. Je pivote vers lui et ce baiser devient charnel. Il se maîtrise en apposant son front contre le mien.

— Fuis.

Son ordre me pousse à remuer la tête. Il se répète.

 — Fuis, princesse. Je perds le contrôle…

Je refuse. Ses doigts glissent dans mes cheveux pour m’embrasser. Il me conjure ensuite.

— Tu n’es pas prête.

Je prends solidement sa main afin de lui prouver le contraire. Ses yeux bleus interrogent les miens.

 J’ai peur. Mais si c’est avec toi, j’y arriverai…

Il câline ma joue puis s’approche doucement de mes lèvres pour y déposant un tendre baiser. Ce dernier se transforme lentement en quelque chose de plus fort. Sa main s’agrippe à mes cheveux. Il se maîtrise encore.

— Juliette.

Je me plains.

— Mathéo.

Sa décision se prend en un quart de seconde. Il coupe l’eau et me happe à son contact. La pression qu’il me fait ressentir à cet instant tord mes entrailles. Je me suspends à son souffle ahanant. Il débloque la situation lascivement.

— Viens.

Mathéo sort de la baignoire. Il se tourne ensuite pour me réclamer.

— Tu ne le regretteras pas ?

Je remue la tête. Il se racle la gorge, s’écarte et me tend une serviette.

— Tiens. Je m’enroule à l’intérieur tandis qu’il ramasse nos affaires et qu’il les met dans la corbeille à linge. Il noue rapidement sa serviette autour de sa taille avant d’ouvrir la porte. Il jette un œil au couloir puis il prend ma main.

— Viens, princesse.

Comme des fugitifs, nous allons jusqu’à sa chambre. Là, Mathéo verrouille et saisit mon visage.

— Tu es sûre de toi ?

Je tremble un peu. Ce n’est pas évident de sauter le pas. Mais je lui susurre.

— Je veux que tu sois le premier, celui dont je me souviendrai toujours…

Mes paroles l’attisent. Il me couvre de baisers. Je respire à peine tellement cela devient intense. Il recule brusquement et m’attire avec lui. Nous faisons un nouvel arrêt près du lit. Mathéo m’attrape par la taille. Son front se pose contre le mien. Il me réclame.

— Tu n’oublieras jamais ?

 Je lui réponds fébrilement.

— On n’oublie jamais sa première fois. Mathéo dénoue ma serviette. Ma poitrine sursaute parce que mon cœur vient de détoner dans ma cage thoracique. Ses mains suivent mes courbes jusqu’à mes cuisses. Je frémis. Il me soulève et me dépose sur le lit. Il m’y rejoint aussitôt pour m’embrasser du bout des lèvres. Comme un test, Mathéo laisse ses doigts glisser le long de mes jambes. Je tremble. Il embrasse ma joue pour me rassurer.

— Repousse-moi si tu veux qu’on arrête.

Seulement, quand Mathéo écrase ses lèvres contre les miennes, je sens au plus profond de moi qu’il est celui que j’attendais pour me donner à lui. Alors, je me laisse guider. Il se montre patient et doux avant de me souffler à l’oreille les mots que j’avais besoin d’entendre pour m’abandonner à lui.

 — Je t’aime. »

Juliette & Mathéo

Résumé : « Parfois, il suffit d’ouvrir les yeux pour trouver l’amour !

À dix-sept ans, Juliette est folle amoureuse de son ami d’enfance. Cependant, ce n’est pas réciproque et elle le sait. Théo lui a fait très clairement comprendre quelques années plus tôt.

Mais Juliette est tenace. Elle continue d’espérer que leur relation peut évoluer. En plus, ses parents l’encouragent vivement à suivre ses sentiments, car les deux familles sont proches.

Alors, quand Juliette fait ses valises pour partir en vacances avec Théo, elle se dit que c’est sa chance. Il est temps de passer à l’attaque. Juliette a deux mois pour le faire revenir sur sa décision.

Mais une fois sur place, l’adolescente fait la rencontre de Mathéo, le cousin de Théo. Totalement différent de celui dont elle est amoureuse depuis des années, Mathéo éveillera le doute en elle.

Et si l’amour n’était pas ce qu’elle croyait? »

Mon Avis

Avant tout, je voudrais remercier, chaudement, Céline Musmeaux pour la confiance qu’elle m’apporte en me confiant, à chaque mois, ses nouvelles pépites. Sans oublier les éditions NYMPHALIS, un grand merci. Grâce à eux, mon cœur et mon esprit ont pu avoir accès à un univers littéraire qui est réaliste et éploré, mais aussi romantique et attendrissant.

À chaque mois, je suis toujours aussi surprise de voir à quel point, je parviens à découler de toutes ces lectures… Celle de juillet est spéciale. Suis-je ressortie intacte ? Non. Toutefois, j’y ai survécu.  

La preuve… Même si vous ne me voyez pas, je me retrouve avec les larmes aux yeux, menaçant de couler à tout moment. Cette histoire me maintient, personnellement, parce que j’ai lu ce que j’ai vécu lorsque j’étais au secondaire. Un amour de jeunesse. Je croyais que je l’aimais et cela a duré un plus de cinq ans. Tout comme Juliette, l’héroïne, j’ai été aveugle. Oui, je suis tombé amoureuse d’une illusion. Malgré cela, je n’ai pas eu mon propre « Mathéo » pour m’ouvrir les yeux, mais j’avais, au près de moi, une personne sur qui je pouvais toujours compter… Ma meilleure amie. Rien n’est plus précieux qu’une belle et longue amitié ! Ainsi, le voile s’est effondré et j’ai pu entrevoir ce que tout le monde essayait de me faire voir. D’une certaine façon, cette expérience fait partie de moi, de celle que je suis, à présent. Aujourd’hui, je suis une femme de vingt-un ans, indépendante et studieuse. Je ne suis plus en quête de l’amour. Désormais, je vis au jour le jour, même si au fond de moi, je garde cette petite partie de ma personnalité qui rêve du grand amour, de vivre un vrai conte de fée. À travers ces lignes, j’ai cru me voir dans les paroles et gestes de Juliette. Elle a changée tout comme moi et finalement, c’est une bonne chose pour nous deux.

Ce mois-ci, l’auteure a pris la décision de se plonger dans un  » young adult  » où toute parcelle d’éclat et de pénombre peut se montrer à tout instant. Céline Musmeaux met en avant les idées telles que l’illusion, la violence non voulue, le triangle amoureux, les menaces et les manipulations. Cependant, comme toute obscurité, il y a de la lumière. On retrouve, également, l’amitié, les joies de vivre, son premier amour et les touts initiaux.

Dans « Juste à côté de toi », nous faisons la connaissance de Juliette, une jeune femme de dix-sept ans. Amoureuse de Théo depuis son plus jeune enfance, elle est également sa meilleure amie. Rêveuse, elle croit, souvent, aux contes de fée qui finissent bien. Naïve, Juliette est une des personnes qui entrevoit, seulement, la bonté en chacun de nous. Pourtant, nous devons jamais nous fiez aux apparences. Cherchant à plaire à Théo et à être populaire aux yeux de tous, Juliette va tout faire pour séduire son meilleur ami. Très innocente, elle ne connait pas toute la personnalité de Théo. Alors qu’elle prend la décision de changer de style, de mentalité et de se maquiller, Juliette espère que ça sera la bonne…, mais sans succès. Ainsi, la jeune femme accumule les rejets…

Néanmoins, lorsque la grand-mère de Théo l’invite à passer l’été chez elle, Juliette n’hésite pas une seule seconde. Elle se dit que cette fois, elle tentera le tout pour le tout et qu’il lui tombera, finalement, dans les bras. Au contraire, Juliette va découvrir que son meilleur ami n’est pas celui qui prétend être. Seule, elle se prend d’affection pour Mathéo, le cousin de Théo. À son contact, la jeune femme découvrira que tout ceci n’est qu’une supercherie, qu’elle est tombé amoureuse d’une vision qui n’est pas réelle. Lorsqu’un événement provoquant survient pendant une fête, la jeune femme ouvre enfin les yeux. Depuis cet instant, elle passe plus de temps avec Mathéo et au fur et à mesure, Juliette permute, radicalement, pour retrouver celle qu’elle était avant de changer. Grâce à lui, la jeune femme assume qui elle est réellement et apprend à s’affirmer en ne se laissant pas marcher sur les pieds. Peut-on aimer un homme, alors que les liens familiaux nous ont catégorisés pour être avec un autre homme ? Alors qu’elle commence à ressentir des sentiments amoureux qui lui sont inconnus, l’ombre de son meilleur ami ne cesse de la hanter et de lui faire des menaces qui risquent de lui coûté sa sécurité… Juliette est-elle plus en sureté aux côtés de Mathéo ou ne risque-t-elle pas de voir son cœur se faire piétiner en mille morceaux, une fois encore ?

Mathéo est un jeune homme de dix-neuf ans. Ayant longtemps souffert durant son enfance à cause de la famille de son paternel, il s’est forgé une puissante armure. Pratiquant aussi la boxe, Mathéo utilise ses poings pour se défendre contre tous individus qui menacent sa vie ou celle des personnes auxquelles il tient. Vilain petit canard de la famille, il est le membre de la fraternité dont on ne souci pas et qu’on ne place jamais d’espoir en lui. Le jeune homme préfère vivre ses aventures et faire ses propres décisions. Mauvais garçon, tous le considère comme la honte de la famille. Mais, lorsque ses yeux fondent dans ceux de Juliette, il y voit une fille sans cervelle prête à tout pour séduire un homme qui lui est indisponible.

Pourtant, quand Mathéo découvre, pour la première fois, les larmes de Juliette, il craque et se rend compte qu’il avait tort. À partir de ce moment, il se promet d’être là pour elle et de la protéger des manipulations et menaces de son cousin Théo. En gros, Mathéo est un amour au grand cœur ! Peu à peu, en restant auprès de cette belle jeune femme aux cheveux bruns, il ressent le besoin de la défendre et de la garder en sécurité dans ses bras… pour l’éternité. Combattif, Mathéo ne se laisse pas faire quand il est question de Juliette. Bagarre après bagarre, émotions après émotions, la situation tente à s’envenimer… Pourra-t-il la sauver de ses agresseurs ? Alors qu’un complot s’installe contre Théo, Mathéo et Juliette, ces deux derniers réussiront-ils à rétablir la vérité avant qu’il ne soit trop tard ?

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours aussi accrochant et fluide, dès les premières lignes. Sans compter que nous entrons, directement, dans le vif du sujet. « Juste à côté de toi » contient des passages qui pour moi, ont été difficiles à lire. J’avais l’impression de revivre ce que j’avais vécu ce qui, au final, m’a souvent mis les larmes aux yeux. Sans aucun doute, Céline Musmeaux décrit, parfaitement, l’histoire. À l’aide de ses mots fins et simples, nous pouvons percevoir les impressions de tous les personnages principaux.

Une chose que je dois, absolument, vous avouez… Vous ne savez pas à quel point, j’ai voulu mettre des claques à Juliette afin qu’elle sorte de cet horrible cauchemar. Comme le dit si bien Mathéo : « Un peu de caractère ! » (HAHAHAHAHA). Le nombre de fois, maintenant, que j’y pense, je vais éviter de divulguer cette information. De plus, je souligne aussi la patience de Mathéo, quel courage… et, au fond, c’est pour cela qu’il est un interlocuteur que j’adore. Malgré les embuches, il profite à fond de la vie.

Un dernier mot ?

En fin de compte, cette œuvre littéraire m’en a fait voir de toutes les couleurs. À vrai dire, j’y vois aussi plus clair, désormais. Un récit encombré d’empreintes à la hauteur de mes espérances. Puissantes et sans scrupules, elles viennent nous toucher au plus profond de notre âme. J’ai passé un agréable moment en compagnie de ce trio légendaire. On passe par le fou rire à la crise de colère, mais à la fin, on opte pour les gouttelettes et mouchoirs. Attention, votre cœur risque de se plongez dans une montagne russe où tous les coups sont permis. Une histoire tourmentée, mais passionnée. Il va de soit que je vous recommande le nouveau bijou de Céline Musmeaux !

#Sara

Chronique sur Là où je me suis retrouvée de Jasmine Warga

La ou je me suis retrouvee

Note : 8,5/10

« — Harlow ? criai-je.

Elle était à la cuisine en train de fouetter la crème au beurre dont elle allait glacer ses gâteaux à la pistache.

— Oui ? répondit-elle par-dessus le bruit du mixer et de la musique à plein tube des Dresden Dolls.

Amanda Palmer chantait un truc qui parlait de jeeps et de trahison. Harlow était dans sa phase amour inconditionnel pour Amanda Palmer, et ne rêvait que d’être elle.

— Je crois qu’il y a quelqu’un à la porte.

Le mixer s’éteignit.

— Oui, dit-elle. Il m’avait bien semblé entendre frapper. Tu attends quelqu’un ?

Je me tassai sur mon canapé et mis Netflix en pause tout en essayant désespérément de me rappeler le nom d’un film intello français que je puisse lancer. Si Harlow et moi devions nous faire sauvagement assassiner par un serial killer, autant qu’on se rappelle mon goût indéniable pour le cinéma étranger, et non mon penchant pour les émissions de téléréalité culinaire.

— Non, répondis-je en baissant la voix de peur que lesdits meurtriers ne nous entendent. Et toi ?

[…]

— Non. J’ai dit à Quinn de venir plus tard si elle voulait des gâteaux et de la pizza, mais elle ne finit pas son travail avant dix-huit heures.

Elle sortit son téléphone de la poche de son short en jean qu’elle portait sur un collant à pois.

— Quelle heure est-il, au fait ?

Je vérifiai sur le décodeur.

— Midi et demi.

— D’accord. Donc ce n’est pas elle. Mais ça ne veut pas dire pour autant que ce soit Charles Manson.

[…]

— Tal, répondit Harlow d’un ton apaisant. Si tu allais ouvrir pour voir qui c’est ? Je suis là.

Serrant les lèvres, je regardai l’image figée de Gordon Ramsay sur l’écran de la télévision. Tant pis pour le film français nouvelle vague dont je ne me rappelais pas le titre.

La sonnette retentit.

— Tal ! me pressa Harlow. Va ouvrir.

— Mais on ne sait pas qui c’est.

Dans un soupir, elle passa son téléphone d’une main à l’autre et j’avais la désagréable impression qu’elle hésitait à envoyer un SMS à Quinn pour lui dire que j’étais complètement débile. Génial.

[…]

— Très bien, insista Harlow. Alors on respire un coup et on se conduit comme des gens normaux.

Elle se dirigea vers la fenêtre, tira le fin rideau lavande, jeta un regard dehors, et laissa échapper un petit cri.

— Qu’est-ce qu’il y a ? murmurai-je en me crispant.

— Taliah Sahar Abdallat, ça va t’intéresser.

Ma gorge se serra.

— Qu’est-ce que c’est ?

— Taliah ! lança-t-elle d’une voix impérieuse. Viens ici !

Je m’arrachai à mon canapé, m’approchai d’elle et regardai par la fenêtre. L’aveuglante lumière de ce plein été m’obligeait à cligner des paupières, si bien que je ne fus pas tout de suite certaine de bien voir ce qu’ils voyaient.

C’était lui.

Trois ans trop tard.

Ou plutôt seize ans trop tard, pour être honnête.

Mais c’était bien lui. »

Taliah et Harlow

Résumé : « Pour Taliah, la musique est toute sa vie. Ses chansons préférées l’ont aidée à affronter les pires épreuves, et notamment celle de n’avoir jamais connu son père. Sa mère, née en Jordanie, a toujours été très secrète, et refuse de lui donner la moindre information sur ses origines. Jusqu’au jour où Taliah tombe sur une mystérieuse boîte à chaussures contenant les lettres d’un certain Julian Oliver… Sérieusement ? La star de rock indé en personne ?

Taliah part à la recherche des pièces manquantes du puzzle de sa vie et décide d’écrire à Julian Oliver. Silence radio. Mais, trois ans plus tard, le rocker se pointe à sa porte. Taliah hésite entre lui sauter au coup ou se jeter dans ses bras. Mais avant qu’elle ne puisse choisir, il lui propose de partir en roadtrip à la rencontre de sa famille, et surtout de son grand-père mourant. Alors qu’elle affronte les secrets de son passé, Taliah découvre une part d’elle-même qu’elle n’aurait pu imaginer… »

Mon Avis

Avant toute chose, je voudrais remercier Hugo New Romance Québec, mon partenaire littéraire, pour cet harmonieux service presse.

Je vous l’accorde, c’est une lecture légèrement cocasse, à certains niveaux, mais on y retrouve des valeurs importantes que chaque individu met en évidence, telles que l’amour, le pardon, la quête de soi, l’amitié, le deuil et surtout… le sentiment d’appartenir à une famille. De plus, malgré le fait que l’histoire se retrouve dans la littérature jeunesse, elle peut paraître intense à bouquiner.

Dans ce récit, j’ai retrouvé des personnages attachants qui m’ont fait sourire et rire, à de nombreuses reprises et d’autres qui me mettaient en colère. Ainsi, pour entrer dans la thématique, plus facilement, je me suis laissé emporter par l’écriture de l’auteure tout en écoutant de la musique… et je trouve que ça quand même porter ces fruits de faire cela.

« Là où je me suis retrouvée » raconte les aventures de Taliah Abdallat, une jeune adolescente de seize ans. Vivant seule avec sa mère, qui est née en Jordanie, elle se caractérise par ses origines musulmanes. Sans aucun doute, Taliah ne manquait de rien, elle était heureuse. Possédant la musique dans le sang, elle adorait jouer du piano et composer des chansons avec sa meilleure amie Harlow. Cependant, plus elles grandissaient et plus le temps laissait creuser un grand fossé. C’est à partir de ce moment que l’adolescente a commencée à faire vivre, seule, sa propre musique. Toutefois, alors qu’elle avait treize ans, Taliah fait une énorme découverte, une nouvelle qui changera sa vie à tout jamais. Elle est la fille de Julian Oliver, le célèbre chanteur d’un groupe indépendant. Trois ans plus tard, son géniteur, qu’elle n’a jamais connu frappe à sa porte et lui demande de venir rencontrer toute sa famille et de voir, pour la première fois, son grand-père paternel qui est mourant. Sceptique à cette idée, Taliah finit par accepter, non sans avoir quelques regrets pour sa mère… Mais, au final, la curiosité l’emporte. Accompagnée d’Harlow, la jeune fille découvrira une autre facette de sa nouvelle famille. À travers ce  » roadtrip  » et grâce à Julian, Taliah  distinguera la vérité sur ses parents, une sincérité dont elle ne connaissait pas l’existence. Ne manquer de rien ? C’est ce que l’adolescente pensait…, jusqu’à ce qu’elle les rencontre et vivent avec eux. En les côtoyant, Taliah s’est rendu compte d’une chose… sa place est auprès d’eux. Julian et elle parviendront-ils à recoller les pots cassés ? Au passage, Taliah aura-t-elle la chance de trouver l’amour ? Décidera-t-elle de rester auprès de sa véritable famille ? Pardonnera-t-elle à sa mère de lui avoir menti durant toutes ces années ?

Wow… Comme je l’ai mentionné plus haut, le sentiment d’appartenance est le point culminant de cette histoire. Au début du roman, on aperçoit une jeune fille très timide qui a peur de se lancer dans une péripétie. Très sévère, au sujet de sa musique, elle n’aime pas en jouer devant une personne. Néanmoins, Taliah accepte de partir à la recherche de son authentique identité. Au fil des pages, on va découvrir une fille qui a souffert de l’absence de son père…, mais au fur et à mesure, l’adolescente assumera sa personnalité ainsi que sa mélodie. Sans compter qu’elle va aussi trouver sa place, ce qui va la pousser à prendre de lourdes décisions tout en tenant tête à sa mère. Toutes ces épreuves ont changées sa vie et l’ont, également, transformée. Définitivement, Taliah a gagnée en maturité durant cette expédition.

Concernant la plume littéraire de Jasmine Warga, elle est fluide et constante. Afin de comprendre la situation entre Lena et Julian, les parents de la jeune fille, l’écrivaine nous ramène en arrière en nous plongeant dans des  » flashbacks « . À travers eux, on peut apercevoir ce qui a poussé la mère de Taliah a quittée le musicien. D’ailleurs, nous ressentons la tristesse de chacun quand ils se sont abandonnés. On perçoit aussi leur amour…, mais les marques d’honneurs familiaux ont eu raison de Lena.

Cette œuvre littéraire était intéressante à lire. Malgré cela, je suis assez perplexe, en ce qui concerne la conclusion… de nombreuses questions sont restées sans réponse. J’aurai préféré que Jasmine Warga continue sur une trentaine de pages, au moins.

Un dernier mot ?

 « Là où je me suis retrouvée » est un récit facile à lire qui nous introduit dans un monde où la perception d’interdépendance et la puissance musicale se côtoient. À mes yeux, cette histoire est le reflet du destin ainsi que de l’épanouissement humain. Il va de soit que je vous conseille cette belle lecture !

#Sara