Chronique sur Les mots silencieux écrit par Audrey C.

Les mots silencieux

Note : 8,5/10

« Avec une lenteur mesurée, il baisse son visage à hauteur du mien afin de déposer un doux baiser sur mes lèvres. La chaleur qu’il fait naître en moi est aussi bouleversante qu’apaisante. Avec l’énergie du désespoir, j’accroche mes mains autour de son cou pour le garder contre moi, de peur qu’il ne me lâche subitement. »

Chiara

Résumé : « Suite à un AVC quelques heures après sa naissance, Chiara est devenue aphasique.

Cette pathologie qui l’empêche d’avoir une expression orale normale lui pèse énormément. Dans notre société actuelle, la différence est souvent signe de monstruosité, d’anomalie.

Ainsi Chiara vit recluse, seule, harcelée par ses camarades, alors que tout ce qu’elle souhaite, au fond, c’est être aimée pour ce qu’elle est. Alors quand Adriano s’intéresse soudain à elle, elle croit rêver.

A-t-elle le droit de croire en cet amour inespéré ? »

 Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaleureusement les Éditions Lollipop pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance en moi et en blogue.

Que dire de cette lecture ? Comment ne pas succomber face à tant de friandises et de désespoir ? N’ayant jamais eu la chance de découvrir le style d’écriture de l’écrivaine, je ne savais pas si j’allais apprécier son univers et sa manière de transcrire. Néanmoins, il y a un début à tout, n’est-ce pas ? Que voulez-vous ? Je suis faible et je n’ai pas pu résister à cet appel à la tentation. Rire. En même temps, avez-vous vu la page couverture ? SUBLIME !

LORSQUE LE SURRÉALISTE DEVIENT TERRE À TERRE…

« Les mots silencieux » est une histoire qui me touche personnellement, car mon petit frère qui n’est âgé que de quatre ans est atteint de dysphasie, un trouble de l’apprentissage et de développement oral. Lorsque je lisais le roman, je voyais les méthodes qu’entretenaient les parents de l’héroïne pour aider leur fille… Et en toute franchise, c’est ce que je vis en ce moment même avec ma famille. Cependant, j’ai conscience que ce chemin demande de la patience et beaucoup d’amour. Et croyez-moi, j’ai déjà tout cela en moi en quantité infinie. Je l’aime tel qu’il est et c’est ça le plus important.

DES SUJETS TOUJOURS D’ACTUALITÉ…

À travers son récit, Audrey C., aborde de plusieurs thèmes importants qui montrent comment la nature humaine peut être divergente. Comment les mots peuvent nous faire souffrir tout en nous faisant espérer… En effet, « Les mots silencieux » est un roman qui dévoile la différence d’une personne par rapport aux autres. La souffrance qu’elle ressent face à de telles humiliations et gestes posés. L’amour de deux individus à fleur de peau qui s’aiment à la folie, mais qui ne peuvent pas s’empêcher de se déchirer mutuellement. L’espoir de voir enfin le bout du tunnel. Pardonner à tous ceux et celles qui nous ont trahi et anéanti. Est-ce possible ?

D’autant plus que l’écrivaine nous illustre en quoi l’aphasie, un trouble neurologique qui concerne l’élocution, peut faire en sorte qu’une personne atteinte doit faire pour s’adapter à réalité. Pourtant, le plus choquant, c’est le fait que les êtres humains n’hésitent à rabaisser et harceler une personne différente. Affreux, je vous jure !

Intense ? Résonnant ? Oui, sans hésiter !

Dans « Les mots silencieux », on fait la connaissance de Chiara qui, dès sa venue au monde, fait un AVC. Quelles seront les conséquences de cet accident vasculaire cérébral ? Les séquelles neurologiques ? Ainsi, Chiara a n’a pas eu la chance de profiter pleinement de son enfance, car étant à risque, ses parents n’ont jamais cesser de craindre pour la vie de leur fille. Elle a grandi dans une inquiétante atmosphère où la peur et l’impatience n’ont pas arrêter de les guetter tous les trois. Attendant le verdict final, ils n’ont pas d’autres choix que de craindre tout et n’importe quoi.

Pourtant, comment réagiront-ils lorsqu’ils apprendront le diagnostic ? Et si un mot pouvait changer tout le cours de votre vie ? Aphasique. Chiara est incapable de s’exprimer avec des mots. Seuls quelques sons parviennent à s’échapper de sa bouche. Sachant ce qu’il l’attend, Chiara prend la décision d’apprendre le langage des signes afin de se faire comprendre par les autres. Son trouble ne la rend pas moins intelligente que les autres, elle réussit parfaitement à écrire. Alors qu’elle fait son entrée dans le milieu scolaire, ce qu’elle redoutait se produit.

Désormais, âgée de dix-huit ans, Chiara subit toujours les humiliations, les coups et les méchancetés de ses camarades de classe. Cependant, après tout cela, la jeune femme parvient tout de même à encaisser avec la tête haute. Ne voulant qu’obtenir son bac, elle se protège derrière une carapace afin de ne pas montrer aux autres sa vulnérabilité. C’est en revenant chaque jour chez elle, après les cours, que Chiara se laisse aller et pleure à chaudes larmes. Tous pensent qu’elle de nature timide… En effet, la jeune femme n’a jamais avoué à un des élèves qu’elle était aphasie. Et si l’un deux savaient, est-ce que cela changerait quoi que ce soit ?

Quand Adriano, un garçon étudiant dans le même établissement scolaire que Chiara, décide d’aller vers elle afin d’apprendre à la connaître, la jeune femme ne peut s’empêcher d’être méfiante. Attentionné, il lui parle comme si elle était une personne normale. Et si sa gentillesse était un peu trop louche ? Pourquoi lui accorde-t-il soudainement son attention ? Est-il franc concernant ses sentiments ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est touchante et remplie de douceur. Fluide, on s’accroche à l’histoire comme à une bouée de sauvetage. C’est par le biais de son histoire qu’Audrey est parvenu m’atteindre. Beaucoup d’émotions. Lecteurs et lectrices qui ont le cœur lourd, je vous conseille une montagne de mouchoirs… Juste pour être sûre. Rire. Durant notre lecture, il est facile d’apercevoir l’évolution psychologique des personnages principaux.

Chiara a de fâcheuses tendances qui m’ont données envie de sauter dans le livre pour aller la retrouver. Fuir ses problèmes n’est jamais très sain. Quant à Adriano, son côté impulsif me faisait froid dans le dos. Garder toute cette rancœur en soi risque fort bien d’exploser un jour. Cette partie de lui était comment dire… Détestable. Ce qu’il fait et dit n’est pas totalement en harmonie avec ce qu’il pense. Entre eux, c’était un jeu du chat et de la souris. Chiara et Adriano sont deux protagonistes qui en ont énormément bavés dans leur vie.

Une romance… Non. Un diamant brut qui a su me démontrer que l’avenir n’est pas totalement écrit noir sur blanc. Que l’espoir est comme le bourgeonnement d’une fleur. Graduel, mais lent. Qu’il faut patienter sans trop se presser. Mais, qu’il faut SURTOUT ne jamais cesser d’y croire. En outre, j’ai lu deux fois de suite ce roman et lorsque j’ai tourné la dernière page pour la second reprise, j’ai ressenti les mêmes sensations que j’avais perçu quand j’ai commencé au tout début. 

Un dernier mot ?

« Les mots silencieux » est une œuvre littéraire qui dénonce le harcèlement tout en parlant d’affection, de différence et de rédemption. De plus, la narration est à une voix, donc on suit le récit à travers les yeux de Chiara. Une belle découverte littéraire. Sans compter que j’ai passé un excellent moment en compagnie de tous ces interlocuteurs. Audrey n’hésite pas à nous lancer quelques phrases ici et par là sur une chose qu’on ne devrait surtout pas oublier. Celle de toujours croire en soi et en l’avenir. Il va sans dire que je vous conseille FORTEMENT cette lecture, j’espère que « Les mots silencieux » vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je souhaite vraiment retrouver la calligraphie et les écrits d’Audrey.

#Sara

Publicités

Chronique sur Gare aux sentiments de Joséphine LH

Gare aux sentiments

Note : 8/10

« Ce sourire charmeur, qui pointe à la commissure de ses lèvres, mais si je tombe, c’est certain je ne me relève pas.

Il faut vraiment que je me ressaisisse.

J’ai bien vu, quand il est arrivé, qu’il était grand. D’ailleurs, il ne sait pas où mettre ses jambes et par moment, il touche les miennes.

– Désolé, me dit-il.

– Ce n’est pas votre faute, les places sont étroites.

Je suis gênée par son regard insistant, alors comme je ne sais faire qu’une chose avec ma timidité maladive, je baisse la tête vers mon écran mes joues rougissantes et je continue à pianoter. »

Laura & Thierry

Résumé : « Laura, quarante-cinq ans un ado et sur le point de divorcer est un auteur à succès. Elle ne croit plus en l’amour avec un grand A. Thierry tout juste la quarantaine est fraîchement divorcé. Il a deux enfants et avec son ex-femme, ils se partagent leur garde. Puis un jour, un salon, un TGV et leur vie bascule lorsque l’amour leur tombe dessus malgré leur différence d’âge. Vivront-il leur amour au grand jour ? L’amour sera-t-il plus fort que tout ? »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement ROUGE / NOIRE Éditions pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

N’ayant jamais lu le style d’écriture de Joséphine LH, je ne savais pas dans quoi je m’embarquais… Ceci étant dit, le résumé m’a beaucoup attiré, alors je me suis dit pourquoi pas ?! C’est ainsi qu’à travers les lignes, je suis entré dans l’univers littéraire de l’auteure. Au fil des pages, j’ai appris à concevoir le fait que je pourrais découvrir ses autres écrits. Une idée tentante, vous ne trouvez pas ?! « Gare aux sentiments » est une romance où les passages peuvent être cocasses ou piquants. Pourtant, dans tous les cas, c’était une chouette découverte.

À LA DÉCOUVERTE DU PASSÉ…

À travers quelques sauts dans le temps, Joséphine LH nous démontre ce que Laura a enduré et nous apporte aussi des réponses à nos questions.

Concernant les protagonistes, ils sont diamétralement opposés, mais si attachant à la fois. En effet, les tempéraments de chacun font que les situations deviennent comiques ou quelque peu malaisantes. Rire. Et en toute franchise, c’est ce qui rend l’histoire réaliste et plausible.

Dans « Gare aux sentiments », on fait la connaissance de Laura Carpelli, une femme divorcée de quarante-cinq ans qui élève seule son adolescent de quinze ans, Alban. Écrivaine, elle prend le pseudonyme de Laura Lucky Roy lorsqu’elle fait appel à sa calligraphie. Elle adore imaginer plusieurs univers à la fois et rencontrer ses fans dans les salons littéraires. À ses yeux, son métier est ce qu’elle a de plus précieux et n’hésite pas à s’investir à 200 % pour plaire à son lectorat. Et si un voyage comme les autres devenait une odyssée authentique ?!

C’est en faisant un trajet pour aller en direction d’un salon du livre que Laura fait la rencontre de Thierry, un homme de quarante ans qui rejoint sa sœur à ce même salon littéraire. Papa de deux enfants, il est également en divorcé. Séduite par cet homme qu’elle vient de rencontrer, elle ne peut s’empêcher de penser qu’elle ne pourra pas totalement s’investir totalement dans cette relation par peur d’être de nouveau déçu. Tous les deux charmés par l’un et par l’autre, ils vont entretenir une complicité qui les dépasse. Lorsqu’on vit depuis si longtemps en solitaire, est-ce possible de refaire une vie à deux ?

Quelque fois, il ne suffit qu’une simple attirance ou un battement pour tout changer. Alors, quand le cœur l’emporte sur la raison, est-il trop tard pour revenir à zéro ?

En ce qui concerne le style d’écriture de Joséphine LH, elle est fluide et agréable à bouquiner. On passe définitivement un bon moment et sans compter qu’on ressent plusieurs en même temps. D’autant plus que la couverture est très tendre. Coloré par une couleur chaude, elle attire l’œil et attise sans aucun doute la curiosité. Enfin, c’était mon cas !

DISCUSSION AVEC LES LECTEURS…

Au cours de ma lecture, j’ai remarqué que notre héroïne avait la tendance à s’adresser à son lectorat par le biais de phrases écrites en gras. En effet, on avait l’impression d’être à côté de Laura et de voir ce qu’elle voyait et de percevoir ce qu’elle éprouvée. Au début, cela m’a surprise et puis je me suis rendu compte que c’était un bon moyen pour les lecteurs et lectrices de se sentir plus proche du personnage principal.

Une histoire et un dénouement qui m’ont plu !

Un dernier mot ?

Finalement, « Gare aux sentiments » est une œuvre littéraire qui se lit d’un coup. Un roman simple, certes, mais qui apporte des touches de douceur à plusieurs reprises. Une femme qui vient à peine de se remettre, mais qui garde encore des séquelles. Et un homme attentionné qui priorise toujours les autres individus avant lui-même. Plus on avance dans notre lecture et plus nous avons envie de savoir la fin. Le rythme du livre est rapidement et nous garde en haleine, rien n’est laissé au hasard. Il va de soi que je vous recommande « Gare aux sentiments », j’espère qu’il vous plaira. Pour ma part, je souhaite de nouveau retrouver les écrits de Joséphine LH.

#Sara

Chronique sur Aime-moi écrit par Angel Trudel

Aime-moi

Note : 9,5/10 

« […]  

Je vois au loin quelqu’un qui s’approche à la course. Premier touriste que je croise de la matinée. Je comprends que mon petit moment de bonheur tire à sa fin. Je continue de prendre des photos, mais je reste couchée sur le sable, cachée par toutes les chaises qui ne sont pas encore occupées. Dans mon appareil passent maintenant des pieds. Je lève un peu les yeux pour voir des mollets et des cuisses d’une perfection que je ne croyais pas possible dans la vraie vie. Mon regard monte encore et je reconnais l’homme au complet. Mon dieu grec est un vrai dieu ! Je ne l’avais pas imaginé, j’avais vu juste. Il ne ralentit pas sa course et disparaît rapidement. Je me demande si c’est le soleil qui commence à me taper dessus, mais j’ai chaud. Sont-ce toutes les apparitions de cet inconnu qui font grimper la chaleur de mon corps ?  

Je regrette de ne pas avoir mis mon maillot en dessous de ma petite robe. Je voulais sortir rapidement de la chambre pour ne pas réveiller mes amies, mais j’aurais dû prendre une minute de plus pour fouiller dans ma valise, car la fraîcheur de la mer me ferait du bien. Je constate que je suis de nouveau seule ; mon Illusion est certainement déjà retournée à sa chambre rejoindre le mannequin qui l’accompagne. Comme j’aimerais me faire réveiller par cette machine pleine de sueur qui m’embrasse dans le cou. Mon corps brûlant m’avise qu’il vaut mieux que je me change les idées.  

Je me dis que je pourrais bien sauter à la mer en haut à bretelles et en petite culotte. De loin, j’aurais l’air de porter un tankini et si quelqu’un arrive, j’aurais le temps de remettre ma robe avant qu’on s’approche trop. J’enlève ma robe et la dépose sur une des chaises longues que j’approche de la mer. C’est un bon plan. Je commence à marcher dans ce bleu infini. Je vois mes pieds, et la limpidité de l’eau m’émerveille. Le sable est aussi blanc que le ciel est bleu. Je me trouve dans une carte postale. Je plonge tête première et je ressens enfin toute la fraîcheur de la mer apaiser ma peau. Lorsque je ressors la tête, mes yeux picotent. Je n’avais pas pensé au sel de la mer, moi qui n’ai pas de serviette. Tant pis, je me laisse flotter les yeux fermés et la douleur se calme un peu. Je voudrais rester sur cette vague pendant les sept prochains jours. Mes complices ne me pardonneraient pas ; je sais qu’elles sont ici pour oublier, et quoi de mieux que de fêter pour y parvenir ?  

Je dois d’ailleurs aller les retrouver. Mes yeux brûlent encore et j’ai du mal à les ouvrir. Alors que je commence à marcher vers le rivage, une vague arrive et je perds pied. Ce n’est pas possible ; la mer semble s’agiter, elle qui n’était que douceur. J’ai l’impression qu’elle est bien réveillée, prête à amuser tous ceux qui voudront venir la visiter. En plus des yeux qui chauffent, j’ai maintenant les narines en feu avec le bouillon d’eau salée que je viens de prendre. Je tente à nouveau de me relever.  

Je sursaute en voyant quelqu’un se déplacer sous l’eau. Je me retiens de crier, car je ne veux pas alerter les quelques personnes au loin et me faire surprendre avec mon haut et ma petite culotte qui couvrent à peine mon anatomie féminine. Je pense même que mouillés, ils révèlent encore plus ce qui se cache habituellement sous le plus petit des bikinis. Je dois sortir de l’eau avant qu’on m’aperçoive. Comme je suis enfin debout, je sens une main chaude passer autour de ma taille. Je retourne rapidement ma tête : mon fantasme est là, collé sur moi ! Je le regarde dans les yeux ; je n’y crois pas. Est-ce que je l’imagine ? Est-ce que je me suis frappé la tête quand j’ai perdu pied ?  

— C’est toi.  

C’est tout ce que je suis capable de dire.  

— J’ai cru que tu ne pouvais pas te relever.  

Mes yeux ne me trompent pas : il est bien là. J’ai les jambes molles et mon corps semble vouloir lui répondre plus que ma bouche, qui a de la difficulté à produire un son.  

— Ça va.  

Je suis humiliée. Je sais que je viens de tomber, que j’ai eu du mal à me relever. Mes yeux doivent être rouges et je ne suis certainement pas à mon mieux avec mes cheveux mouillés. Je deviens encore plus écarlate quand je comprends que je suis debout près de lui. J’ai de l’eau jusqu’aux cuisses et ses yeux brillants sont fixés sur mon corps que je dirais presque nu ; il a le regard d’un enfant devant un plat de bonbons et un petit sourire en coin qui lui donne un air encore plus irrésistible. 

Je pars rapidement vers la chaise où j’ai déposé ma robe. Je sens encore sa chaleur dans mon dos où il avait posé sa main ; c’est comme s’il m’avait marqué de sa peau brûlante. Son odeur, maintenant un doux mélange entre l’odeur de la mer et l’homme à l’effort, me suit. Je mets ma robe à toute allure ; elle sera mouillée, mais au moins, je ne serai pas à moitié nue devant cet inconnu parfait. Je souhaite qu’il disparaisse comme les autres fois et j’ose à peine me retourner.  

Mon Dieu, pourquoi fallait-il que je me ridiculise devant lui ? Je trouve le courage de me retourner ; il est là, il s’approche. Mon matin allait trop bien, mais je ne suis plus seule au monde. Je trouve le courage de prononcer :  

— Merci.  

Je ne peux m’empêcher de le fixer. Il est encore plus beau que je l’imaginais ; mon Illusion, en chair et en os. Si son regard noir est perçant, sa présence l’est autant. Je crois que j’ai encore les joues rouges. Je ne comprends pas l’effet qu’il a sur moi ; je n’ai jamais ressenti autant de vulnérabilité devant le sexe opposé. Cet homme dégage quelque chose que mon corps veut connaître.  

— Je ne voulais pas te faire peur.  

Sa voix me fait l’impression d’une caresse. C’est trop. Je détourne le regard lorsque je sens que mes jambes se mettent à trembler. Je dois partir d’ici, retourner à ma chambre, oublier monsieur Mon-illusion-parfaite. Finalement, je passerai moi aussi mes vacances à oublier quelque chose. Je m’empresse d’attraper mon sac et mes sandales de plage.  

Je sens à nouveau sa chaleur dans mon dos. Comment ose-t-il s’approcher autant de moi ? Il me murmure à l’oreille :  

— J’espère que tu as de belles photos ; moi, je garderai des images de cette matinée longtemps en mémoire. 

Quelle audace ! Je me retourne avec l’envie de lui dire à quel point je le trouve arrogant, mais en même temps, je voudrais sentir son souffle chaud de plus près. Il n’est plus là. Je le vois déjà au loin qui a repris sa course. Je suis déçue. J’ai du mal à comprendre ce qui vient de se passer.  

Je n’ai qu’un seul but ; rejoindre mes amies. Elles vont vouloir aller prendre le petit-déjeuner, surtout Annie, qui doit manger pour trouver sa bonne humeur le matin. Je pars d’un pas décidé, mais mes pensées restent accrochées à ce doux murmure. J’ai effectivement hâte de regarder les photos que j’ai prises : je dois confirmer si j’ai imaginé tout ce que je viens de vivre. » 

Justine & David 

Résumé : « Justine, une jeune femme de 27 ans, arrive à Cuba avec ses deux meilleures amies pour une semaine de vacances. Elle travaille beaucoup et souhaite donc profiter au maximum de cette escapade au soleil. Se passionnant pour la photo, elle décide dès le premier matin de s’aventurer sur la plage pour capter la beauté du jour qui se lève, mais voilà que c’est la magnificence d’un inconnu qu’elle capture dans son appareil.  

Elle qui rêve secrètement du grand amour se retrouve propulsée dans les bras de cet homme mystérieux qui lui fera découvrir tous les plaisirs de leur attirance. Sous les caresses envoûtantes de David, ses désirs et ses peurs devront se confronter, et il sera difficile de réfléchir. Cette semaine de rêve au paradis sera remplie de malentendus, d’émotions fortes et d’une intrigue qui mettra sa vie en danger. Justine ne pensait jamais tomber amoureuse si rapidement.  

Elle comprendra qu’il n’y a pas plus grand risque que l’amour, mais osera-t-elle miser son cœur ? » 

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement Angel Trudel pour m’avoir donné la chance de lire le premier tome de la trilogie en service presse.  

Wahouuuuuuu !! Moi aussi, je veux partir à Cuba, profiter du paysage, de la plage, du soleil chaud comme la braise… et qui sait peut-être trouver l’amour aussi. Rire. Lorsque j’ai commencé le roman, je ne connaissais pas le style d’écriture de l’auteure, c’est donc au centre d’un univers qui m’est totalement inconnu que j’ai plongé tête baissée dans cette aventure. À la fin de ma lecture, je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’Angel Trudel m’avait littéralement offert un voyage, d’une semaine, au cœur des Caraïbes.  

UNE ROMANCE PARADISIAQUE…  

« Aime-moi » nous donne carrément l’envie de prendre des vacances afin de profiter de l’atmosphère si divertissante que relaxante. Bien écrit, Angel est parvenu à peindre des paysages qui font rêver. J’avoue avoir eu un GROS faible pour les descriptions de la plage (l’eau est mon élément préféré hihihihihihi), lire toutes ces teintes de couleur… Wow ! C’est définitivement une lecture à se mettre sous la main lorsque les vacances pointent le bout de leur nez.  

DES INTERLOCUTEURS ORIGINAUX…  

Comment ne pas rire face à ce drôle de trio que forment les trois héroïnes ? Aussi différente que l’une que l’autre que ce soit physiquement ou mentalement, elles semblent se compléter parfaitement. Une solide amitié qui dure depuis dix ans, ça se fête non ?! Justine, Annie et Ève ont leur propre caractère, mais ne dit-on pas que les opposés s’attirent. Ce n’est pas juste valable en amour. Rire.  

Dans « Aime-moi », on fait la connaissance de Justine, une jeune femme de vingt-sept ans qui a décidé de s’évader de son quotidien, accompagné de ces deux amies, à Cuba pour une semaine. Dès le premier jour, la jeune femme prend la décision d’aller à la plage afin de prendre plusieurs photos de ce qui l’entoure. Toutefois, c’est avec surprise que Justine parvient à recueillir des clichés d’un homme aussi séduisant qu’arrogant. Ayant remarqué cet inconnu à l’aéroport lors de son arrivé, elle n’a pas pu s’empêcher d’être déçu lorsqu’elle a vu qu’il n’était pas disponible… Enfin, c’est ce que Justine croit. Voyageuse dans l’âme, la jeune femme va fortement, malgré tout, se sentir attirer par cet homme. Un coup de foudre ? Comment peut-on être autant ensorceler par une personne à l’aide d’un simple regard ? Justine saura-t-elle lui ouvrir son cœur ? Ou David restera-t-il une illusion, un amour de vacance ?  

David Sinclair est un homme d’affaires et le fils héritier du royaume familial depuis le décès de ses parents, il y a dix ans. Très demandé par la gent féminine, son statut ne lui permet pas de s’attacher à une personne du sexe opposé, mais il souhaite également cette personne qui est faite pour lui, celle qui lui fera ressentir un tourbillon d’émotions. Profitant de son séjour à Cuba afin de décrocher de son emploi ainsi que pour se changer les idées concernant l’enquête policière qui entoure le meurtre de ses parents, David espère que ce nouveau milieu lui permettra de décompresser. Venu avec sa petite sœur, pour fêter ses dix-neuf ans, et la meilleure amie de celle-ci, il a prévu d’explorer ce paysage paradisiaque pendant une semaine avec elles. C’est en prenant la décision de promener sur la plage qu’il la voit. Elle. Cette femme qu’il a aperçue à l’aéroport. Alors, quand leur regard se croise, David sent son cœur chaviré à l’extrême. C’est sous les soleils couchants et les vagues de marée que Justine et David vont apprendre à se connaître. Leur relation est-elle temporaire ? Parviendra-t-il à séduire cette déesse au caractère de feu ?  

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, je l’ai trouvé agréable et coulante telle des vagues chatouillant le sable. « Aime-moi » est une histoire que j’ai apprécié du début jusqu’à la fin. Dès les premières feuilles, l’auteure nous amène dans les pensées de Justine à Cuba. C’était chaud, chaud… Torride même. Rire. Au niveau de la narration, celle-ci est racontée du point de vue de Justine et de David à la troisième personne. J’avoue que ce détail est quelque peu complexe pour moi, car j’ai l’impression de ne pas être assez proche du personnage principal.  

Un bouquin où se mélange l’érotisme et la romance ! Angel a su y ajouter des soupçons d’animation et de suspense à l’histoire. Un excellent cocktail à savourer jusqu’à la dernière goutte. Honnêtement, j’ai adoré ma lecture. À travers les mots d’Angel, j’ai navigué aux côtés de Justine et David dans un pays que je n’avais pu voir de mes propres yeux.  

Un dernier mot ?  

Finalement, « Aime-moi » est un premier opus qui se lit parfaitement et sans prise de tête. C’est un roman qui nous emporte loin, loin et encore plus loin. De plus, j’ai passé un bon en compagnie de ces protagonistes, ceux-ci et l’ambiance m’ont permis de me détendre afin de profiter pleinement de ma lecture. Il va de soi que je vous recommande « Aime-moi », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, j’aimerais beaucoup redécouvrir cette nouvelle semaine de vacance, mais du point de vue d’Annie et de Gabriel. En terminant, je peux peut-être vous laisser sur ces quelques mots ?! Laissez vos soucis derrière et échappez-vous dans cette vague littéraire aux côtés de Justine et David.  

#Sara

 

 

Chronique sur The Kiss Quotient d’Helen Hoang

The Kiss Quotient

Note : 12/10 

« – Tu portes du parfum ? demanda-t-elle en emplissant ses poumons.  

Il se raidit.  

– Non, pourquoi ?  

Elle se pencha le plus possible sans pour autant enfouir son visage dans son cou. Elle voulait sentir davantage son odeur enivrante.  

– Tu sens très bon. C’est quoi ?  

D’où venait cette odeur ? Elle était partout sur lui mais légère. Elle brûlait d’envie d’en inhaler une dose plus concentrée.  

– Michael ?  

Une expression étrange traversa ses traits.  

– C’est juste moi, Stella.  

– Tu sens aussi bon naturellement ?  

– On dirait. Tu es la première à me le dire.  

– Je veux sentir cette odeur sur ma peau.  

Les mots avaient à peine franchi ses lèvres qu’elle craignait d’être maladroite. Cette remarque était trop personnelle et un peu bizarre. Qu’en penserait-il ?  

Il se pencha vers elle. Ses lèvres effleurèrent presque son oreille.  

– Tu es sûre que tu es nulle au lit ?  

– Comment ça ?  

– Pour l’instant, tu es très douée.  

Elle contracta les doigts sur le bras de Michael et refréna l’envie impérieuse de se presser contre lui comme une strip-teaseuse autour d’une barre. L’idée la dérouta. Elle n’était pas du genre à se frotter contre les hommes parce que, contrairement à lui, elle détestait qu’on la touche. Mais elle avait tellement envie de se rapprocher que c’en était presque douloureux.  

On a encore rien fait.  

– Tu es très douée pour la conversation. » 

Stella & Michael  

Résumé : « Stella Lane est une jeune femme brillante pour qui les chiffres n’ont aucun secret. Si sa vie professionnelle est parfaitement épanouie et qu’elle adore travailler avec des algorithmes pour prévoir la consommation de la population, sa vie personnelle est plutôt un échec, à ses yeux et à ceux de sa mère. Elle est affectée du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme, qui la tient éloignée des autres. Comment se faire des amis lorsqu’on cumule une grande timidité et une franchise un peu brutale ? Que l’on craint le contact des autres ? Quant à sa vie amoureuse… Elle est inexistante…  

Stella comprend mal l’intérêt d’avoir un homme dans sa vie mais, curieuse et poussée par sa mère qui se désespère de la voir célibataire et sans enfant, elle décide de résoudre ce problème comme une équation mathématique : avec méthode et détermination. C’est pour cela qu’elle va avoir recours aux services d’un escort boy. » 

Mon Avis 

Avant tout, je remercie mon partenaire littéraire, Hugo New Romance Québec, pour l’envoi du service presse ainsi que de sa confiance en moi.   

Avant de commencer ma lecture, j’avoue que le résumé et la couverture m’ont énormément interpellés, étant curieuse de nature, j’ai décidé de sauter le pas. Ainsi, je dois dire que cette histoire m’a bien fait rire jusqu’à en avoir les larmes aux yeux. Mmm… Je crois que j’ai tout aimé que ce soit le contexte, les personnages, les décors, etc. Tout, voilà ! Unique, « The Kiss Quotient » est comme une vraie bouffée d’air frais. Comparativement aux livres de la collection New Romance, je trouve que celui-ci s’est carrément bien fait remarquer. En effet, il y a un petit quelque chose de différent qui le rend attrayant aux yeux de tous. Et je suis contente d’avoir eu la chance de percer à jour ce petit bonbon sucré !  

UNE SAVOUREUSE ET RIGOLOTE ROMANCE CONTEMPORAINE… 

« The Kiss Quotient » est définitivement une histoire moderne qui nous charme de par sa douceur et ses nombreuses pensées. Sans compter que, par le biais des rôles attribués aux protagonistes principaux, le roman peut être facilement comparé au film « Pretty Woman ». Un genre de nouvelle version du film, si vous voulez. La calligraphie d’Helen Hoang est inspirante à bouquiner. Elle est parvenue à écrire des scènes torrides et élégantes sans que celles-ci soient trop abusives. Rire !  

Dans « The Kiss Quotient », on fait la connaissance de Stella, une jeune femme atteinte du syndrome Asperger. À cause de sa forme d’autisme, elle n’arrive pas à vivre naturellement en société. Mais, n’ayant pas confiance en son corps et en elle, la jeune femme ne parvient pas à trouver l’homme qui est faite pour elle. Toutefois, comment y arriver quand la simple idée de vous ouvrir aux autres, vous pousse à décrocher ? Déterminée et douée dans le métier qu’elle fait, elle possède un parcours professionnel qui mérite d’être admirer. Stella regarde le monde comme si cela était une grande et longue équation mathématique, mais arrivera-t-elle à résoudre celle qui décidera de son futur ? Timide et à la fois directe, sa vie ne cesse de tourner autour de toutes ces routines qu’elle fait à chaque jour… Et pourtant, un homme parviendra-t-il à l’aider à lui faire perdre le contrôle pour quelques instants ?  

Novice en relations intimes, Stella n’a pas d’autre choix que de se faire appel à un expert dans l’âme : Michael, un escort boy. Pourra-t-il soutenir la jeune femme dans cette démarche qui l’amènera à se poser des questions sur sa propre personnalité ? Prévenant, Michael ne comprend pas les raisons qui ont poussées Stella à solliciter ses services. Pourtant, au fil de leur nombreuses rencontres, il va lui démontrer que la séduction est un art qui ne faut jamais sous-estimer. Leur corps à corps va également leur illustrer le bien-être et les sensations qu’ils procurent à l’autre. Michael respectera-t-il sa part du marché ou trichera-t-il afin d’être le seul homme à donner du bonheur à cette femme qui a capturé son cœur ? Néanmoins, pourquoi a-t-il pris la décision de vendre son corps aux autres individus ?  

UN SCÉNARIO BIEN DESSINÉ ET CROQUANT…  

Malgré cela, Helen Hoang a pris un gros risque, car ce n’est pas tout le monde qui apprécie ce type d’histoire, mais il y a un début à tout, n’est-ce pas ?! À travers son style d’écriture, l’auteur nous montre l’évolution psychologique de Stella et Michael… Disons qu’elle a une manière bien elle de le faire. Concernant la jeune femme, par exemple, on voit comment, au fur et à mesure que le récit avance, elle arrive à accepter son corps et celle qu’elle est réellement. Addictif, il est facile de se plonger tête baissée dans « The Kiss Quotient ».  

Par contre, au niveau de la narration, celle-ci est à la troisième personne en alternance avec celui de Stella et Michael. J’avoue avoir eu un peu de mal au début. J’avais l’impression d’être proche des interlocuteurs, mais sans l’être. Un minuscule bémol, cependant, ce n’est pas cela qui m’a empêché de découvrir la suite de cette palpitante aventure livresque. Plus les pages défilaient et plus mon esprit s’envolait pour se diriger directement dans cette histoire haute en couleur.  

COUP DE FOUDRE DROIT AU CŒUR…  

Un dernier mot ?  

« The Kiss Quotient » est une romance sexy et adorable à bouquiner sans modération. Léger tout en étant audacieux, on perçoit vivement un tourbillon d’émotions lorsqu’on se laisse porter par cette vague. En ce qui concerne la psychologie de Stella et Michael, elle est réaliste et bien retranscrite. Ne loupez pas votre chance de découvrir une merveille pareille, on passe du rire, du rire et encore du rire… Jusqu’en mourir. Ce couple m’a conquise du début jusqu’à la fin et je souhaite les retrouver dans un autre livre écrit par Helen Hoang. J’y crois dur comme fer ! Originale et moelleuse, je l’ai dégusté telle une guimauve qui sort à peine du feu. Je vous recommande solidement « The Kiss Quotient », une lecture à ne pas laisser au hasard, si vous voulez savoir. J’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.  

#Sara

Chronique sur Fire Love de Nathalie P.

Fire Love

Note : 10/10 

— Tu es prête pour une nouvelle relation ? demande-t-il d’une voix rauque.  

Je hoche la tête vigoureusement.  

— Je crois que oui, chuchoté-je.  

— Tu crois ?  

Je n’arrive pas à le regarder, baisse ma tête. Il la relève aussitôt, d’un doigt sous mon menton.  

— Non, mon ange, j’ai besoin de savoir que tu en es sûre. Je ne peux plus rien laisser au hasard, dit-il en faisant courir son pouce sur ma lèvre inférieure. J’ai déjà perdu trop de temps. Je veux partager un bout de ma vie avec quelqu’un qui croit en moi, en nous. J’ai besoin d’être certain.  

Je reste… sans voix.  

— Madison ?  

— Tu peux l’être, déclaré-je les yeux plongés dans les siens. ” 

Ethan & Madison 

 Résumé : “ Séduisant, arrogant et rebelle, Ethan est-il le diable en personne ? Est-ce pour cela qu’il m’a attirée ?  

J’aurais pu trouver bien mieux que ce boulot de serveuse dans un bar de motards, j’aurais pu ne jamais le rencontrer… et je n’aurais pas eu à subir ses excès, sa jalousie, sa folie. ” 

Mon Avis 

Avant tout, je remercie Éditions Elixyria, mon partenaire littéraire pour l’envoi. Je suis vraiment contente de l’achat que j’ai fait. 

Aussitôt commencé et aussitôt terminé. Un bouquin pareil ne se lit pas à plusieurs reprises, il faut le faire d’un seul coup. À travers ce roman, je me suis rendu compte que la phrase “ être fou amoureux ” prenait littéralement une autre connotation. En effet, là où la possessivité et l’obsession s’entrelacent, ce type de phrase prend tout son sens. Une magnifique calligraphie qui ouvre sur un univers prenant et intriguant. 

Au niveau des personnages principaux, on apprend à les découvrir au fil des pages. Sans compter que c’est le premier livre de Nathalie P. que je découvre, alors je vous avoue que je n’ai pas été déçu par cette pétillante pépite d’or. J’en sors toute retourner, surtout après la conclusion que l’auteure a offerte… Mais, c’est quoi ça !? En lisant “ Fire Love ”, j’ai pu percevoir une romance fusionnelle, mais courte ainsi qu’une profonde vulnérabilité provenant de la personnalité d’Ethan et de Madison.  

Cependant, quand la passion et l’amour exclusif se mélangent avec la tentation et la psychose, cela donne un cocktail nommé “ Fire Love ”. J’ai vraiment aimé le fait que l’écrivaine aborde le sujet de la possessivité, malgré le fait que cela soit attrayant et malsain, cela est quand même une idée peu évoquer. Malheureusement, je suis resté sur ma faim, la conclusion du premier tome nous laisse croire qu’il y aura un second opus, mais que voulez-vous… ? Nous ne pouvons pas tout prévoir… Rire.  

Dans “ Fire Love ”, nous faisons la connaissance de Madison, une jeune femme de vingt-huit qui a mise à la porte, suite après qu’elle ait refusé les horribles avances de son patron. Aussi, elle n’a pas d’autre choix que de se rentrer chez elle dans l’atmosphère hivernale. Frigorifiée et marchant à talons hauts, c’est en s’étendant de tout son corps, après avoir perdu le talon de sa chaussure, qu’elle fait la rencontre d’un homme aussi séduisant qu’un geyser. Humilié, elle ne peut s’empêcher de dire ce qu’elle pense à cet inconnu qui se croit tout permis. Ainsi, afin de survivre, Madison prend la décision de postuler en tant que serveuse dans un bar… C’est alors qu’elle revoit le mystérieux inconnu rencontré dans la rue qui n’est aussi que le patron du “ Fire D. ”. Afin de lui montrer ce qu’elle connait dans le milieu, Madison lui concocte une spécialité de la maison qui réussit à lui faire décrocher le poste.  

À partir de cet instant, un jeu du chat et de la souris va se mettre en place entre les deux individus. Madison résiste dur comme fer au charme d’Ethan, jusqu’à ce que finalement, elle décide de se laisser aller à cette frénésie dévorante. Toutefois, elle n’hésite pas à tenir tête à son séduisant biker afin de lui démontrer qu’elle a également des sentiments ainsi que de lui faire savoir qu’elle déteste se faire traiter comme une chose. Alors que les dangers ne cessent de déséquilibrer l’harmonie de leur relation, la folie d’Ethan ne se détache pas. Qu’arrivera-t-il lorsqu’il aura atteint le point de non-retour ? L’amour ne se commande pas, mais est-il éternel ?  

Ethan est un homme de trente-deux ans qui a beaucoup souffert lors de son enfance. Ayant manqué d’amour durant toute sa vie, il est devenu instable émotionnellement. Désormais, Ethan est possessif et obsessionnel. On a l’impression qu’il a un trouble de bipolarité dû son humeur changeante. Puis, lorsqu’il rencontre cette belle brune, un désir de la faire sienne voit le jour. Alors, quand Madison franchit les portes de son bar, il décide de se jeter à l’eau et de la séduire. Sans compter que le tempérament de feu de la jeune femme accentue son attirance pour elle. Il fera tout ce qui est en son pouvoir pour protéger “ son ange ” des individus qui voudront lui faire du mal.  

Concernant le style de l’auteure, elle est fluide et addictive à lire. Je me suis laissé happé par cet univers rempli de bikers et de passion. Nathalie P. est parvenu à me faire rager, rire comme une folle et à me faire chavirer. D’après moi, on ne ressort pas complètement indemne de cette lecture. Elle nous faire vivre des virages à trois cent soixante degrés. Malgré le fait que j’aurai voulu avoir quelques pages de plus, “ Fire Love ” est un coup de cœur.  

À l’aide de ces nombreuses péripéties, elle nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. C’est une vraie montagne russe ! Un beau régal à dévorer. Une histoire ombrageuse où un couple entretienne une relation amoureuse passionnelle et toxique. Aussi, à travers les pages, on suit l’évolution du couple que ce soit émotionnellement ou autre. Au niveau de la narration, celle-ci est à deux voix, on retrouve donc le point de vue de Madison et d’Ethan. C’est effectivement une bonne chose, car on en apprend un peu plus sur leur passé et sur les émotions qu’ils ressentent pour l’un et l’autre.  

Un dernier mot ? 

Une œuvre littéraire où l’univers des motards est intense tout en étant doux. Celui-ci n’est pas aussi violent comme dans certains autres romans. Un cocktail concentré de frissons et d’amour qui vous offrira des sensations fortes. Un récit magnifique que j’ai adoré découvrir au fil des pages… Néanmoins, la finale me trouble, car je ne peux juste pas croire que ce “ Fire Love ” se termine ainsi. En concluant, je vous conseille fortement cette histoire, comme première lecture, celle-ci n’est pas mal à bouquiner.  

#Sara

 

Chronique sur L’appart de ma nouvelle vie de Catherine Bourgault

L'appart de ma nouvelle vie

Note : 13/10 

 “ — Allô !  

Après trois tentatives, je constate que c’est voué à l’échec. Alors, je fais un bond pour atterrir entre lui et l’écran. Il retire sèchement ses écouteurs.   

— Eh ! s’écrie-t-il. Tu m’as fait perdre la partie !  

Je hausse les épaules. Je pense que je souris un peu aussi. L’ambiance est tellement différente de celle d’où je viens ! Pour moi, ici, c’est une autre planète. Mais je reviens vite sur Terre en constatant que le gars devant moi est baraqué. Vraiment baraqué. Je n’ai jamais vu un cou aussi musclé. Il a l’air si imposant assis sur le divan que je n’ose pas imaginer ce que ce sera une fois debout. Je place mes mains en porte-voix pour me faire entendre dans ce chaos.  

 — Désolée ! Je cherche celles qui habitent ici.  

Il croise les bras avec un sourire baveux. Il me regarde de la tête aux pieds, mouillée jusqu’aux os, à dégouliner sur le plancher. Ses cheveux blonds font des pics dans tous les sens comme si quelqu’un l’avait décoiffé. Je rêve d’avoir des mèches de cette couleur, aussi pâle que le blé.  

 — J’habite ici, me répond-il, amusé. T’es venue voir Will ?  

Je fronce les sourcils. J’ai mal noté l’adresse ou quoi ? Je fouille dans mes poches, mais le bout de papier s’est transformé en une sorte de pâte gluante. Dégueulasse. Avec mon cellulaire, on aurait vite trouvé cette information cruciale, mais je l’ai balancé dans une poubelle avant de monter dans le train. 

— On m’a pourtant assuré que les appartements n’étaient pas mixtes quand j’ai réservé sur Internet.  

Ils le sont pas, dit-il, se délectant de la crise de nerfs que je suis à deux doigts de faire.  

— OK ! Je suis au mauvais endroit… 

Je retourne sur mes pas, mais le gars se lève d’un bond. J’avais raison, il est encore plus impressionnant une fois debout. Il me domine de toute sa hauteur. Ses épaules sont larges. Je suis certaine qu’il pourrait me soulever d’une seule main. 

— C’est quoi ton nom ? On attend un Maxim…  

— Bingo ! C’est moi. 

Je me prends la tête à deux mains. Encore et toujours le même combat : « Bonjour, c’est pour confirmer le rendez-vous de M. Maxim Miller. » Mes parents étaient rebelles, dans le genre : « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Appelons notre fille Maxim et notre fils Morgan ! » Les gens mélangeaient toujours nos prénoms quand nous étions petits. À l’âge de cinq et huit ans, mon frère et moi avions revendiqué un changement de nom. Nos parents avaient rigolé en nous expliquant qu’user d’un peu d’originalité mettait du piquant dans la vie et nous démarquait des autres. Suis-je donc étonnée qu’une erreur se soit glissée lorsqu’ils ont reçu mon formulaire pour la location de la chambre ? Il me suffit de jeter un regard circulaire à la pièce pour comprendre qu’il n’y a aucune présence féminine ici. Plusieurs caisses de bière vides sont empilées dans un coin. Des CD de jeux vidéo sont éparpillés par terre. Un calendrier de filles en tenues légères est figé au mois de juillet, alors que nous sommes en septembre.  

— Wow ! C’est une belle surprise ! se bidonne le mec en me considérant comme sa nouvelle coloc. 

Je roule les yeux sans le trouver drôle. Ça veut dire que je devrai redescendre l’escalier avec mes valises et essayer de contacter le responsable pour lui faire part du problème. La musique provenant de la chambre du fond s’arrête d’un coup. Enfin ! Le silence est un soulagement. Nous pourrons arrêter de crier pour nous comprendre. Une porte dans le couloir s’ouvre en trombe et un gars en sort d’un pas pressé. Ses cheveux sont si noirs qu’ils ont presque un reflet bleuté sous la lumière. Il n’a même pas l’air de se rendre compte que nous sommes là. Il attrape les clés abandonnées sur la table et glisse ses pieds nus dans ses chaussures sans prendre la peine de défaire les lacets. Il frappe un coup sec et précis contre le sol pour y faire entrer ses talons, puis il s’en va sans nous regarder. Le gars aux bras de lutteur me dévisage avec des yeux rieurs.   

— C’était Will.  

Sympathique. ” 

Maxim, Nick & Will 

 Résumé : “ Quand Maxim plaque tout pour fuir son passé trouble, elle loue une chambre sur Internet en espérant que l’endroit ne lui réserve pas trop de mauvaises surprises. Quinze heures de train plus tard, elle ne s’attend pas à débarquer dans un appart habité par deux hommes. Tant pis, la jeune femme restera ici jusqu’à ce qu’elle trouve mieux.  

Heureusement, l’un des occupants se montre sympathique et accueillant. L’autre, William, est plus discret et posé. Il travaille de nuit comme DJ dans un bar et dort le jour. Tantôt inquiétant et ténébreux, tantôt intrigant et attirant, il la bouleverse et la subjugue à la fois.  

Alors qu’ils s’apprivoisent l’un l’autre, Will couve Maxim avec un zèle étouffant. Hors de question pour elle de revivre l’enfer d’un gars jaloux qui la suit partout. Mais son mystérieux coloc est-il vraiment si possessif ? A-t-il une autre raison de vouloir mettre Maxim dans une bulle de verre ?  

De lourds secrets se dévoilent derrière les portes de l’appart. Est-ce possible d’y entrer sans y laisser son cœur ? ” 

Mon Avis 

Avant de commencer, je remercie Nadia, de chez Québec Loisirs, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de sa confiance. 

OUF, mais quelle bombe atomique ! Un vrai champignon nucléaire… Rire. Sans blague, ce roman est définitivement un coup de cœur. Ayant découvert Catherine Bourgault, je ne que vous conseillez de lire les histoires de cette talentueuse auteure québécoise. “ L’appart de ma nouvelle vie ” est un récit bouleversant tout en étant intense.  

Au niveau des protagonistes principaux, ceux-ci sont fascinants à suivre. En effet, au fur et à mesure, on apprend à les connaître et à les aimer. Ils possèdent tous un soupçon d’originalité. Sans compter que Maxim et Will ont tous les deux vécu un passé douloureux qui les rend vulnérable. Malgré cela, ils prennent tout de même l’initiative de chercher une certaine force intérieure ou une raison valable qui leur permettra de rebondir dans la vie. À mes yeux, ce détail les rend extraordinaire.  

Dans “ L’appart de ma nouvelle vie ”, on fait la connaissance de Maxim, une jeune femme qui décide de s’enfuir, sur un coup de tête, loin de sa vie antérieure et de son paternel. Elle s’envole donc vers San Francisco afin de refaire complètement son quotidien. Mais pour cela, elle doit d’abord commencer par trouver une place où se loger… C’est à l’aide d’une petite annonce via internet qu’elle va finalement un appartement, mais malheureusement, tout ne se passe pas comme elle l’aurait souhaité. Avoir un prénom masculin ne lui rend pas la chose facile. En effet, à cause d’une erreur, Maxim doit partager un logement avec deux autres hommes. N’ayant plus de places du côté des filles, elle n’a pas d’autre choix que d’accepter la colocation.  

C’est trempé de la tête jusqu’au pied, à cause d’une pluie torrentielle, et accompagné de ses valises remplies de vêtements qu’elle fait la rencontre de Nick et Will. Décidément, ce n’est pas son jour… L’arrivé de Maxim change subitement la routine des deux garçons, mais au fur et à mesure qu’ils vont passer du temps avec cette petite tornade, ils vont énormément s’attacher à elle. Pour Will, Maxim représente sa résilience telle un ange tombé du ciel. Arrivera-t-elle à le sauver de ses démons ? Concernant Nick, elle représente l‘espoir, car la jeune femme parvient sans mal à redonner le sourire à son meilleur ami. Will et Maxim ont une relation symbiotique qui rend leur couple très fusionnel et complet.  

De plus, malgré le fait que Maxim soit au prise avec des problèmes psychologiques, elle n’hésite pas se rapprocher de Will, car ils se comprennent mutuellement. En effet, Will après avoir vécu une douloureuse relation, il n’est plus le même. Depuis cet instant, il se sent comme une coquille vide, toutefois à l’aide de la musique, il a l’impression de ressentir quelques sensations, mais cela n’est pas assez… Jusqu’à l’arrivé de Maxim. Essayant de rester distant afin de ne plus connaître la perte, il se comporte comme un individu froid lorsqu’il est près d’elle. Ainsi, lorsque les secrets sont dévoilés aux yeux de tous, Maxim comprend que ce masque n’est qu’une façade pour cacher sa tristesse. Un simple regard peut-il tout changer ? Un toucher ? Un baiser ? Lors de cette cohabitation, deux âmes torturées apprendront à s’aimer passionnément pour ne former plus qu’un.

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est addictive et unique. “ L’appart de ma nouvelle vie ” est rempli de moments cocasses et touchants. Aussi, par le biais de certains sujets, il n’est pas impossible de passer du rire à la crise de larmes. Dévorante, on se laisse happer par ce roman, car une fois commencée, il est très difficile de s’arrêter. Je ne vous cache pas que je n’ai pas pu lâcher les lignes des yeux. Lire plus et toujours, même quand il est vraiment tard… Rire ! 

Les scènes torrides sont décrites de manière si sensuelle que s’en devient presque désirable. Catherine réussit parfaitement à mélanger la romance et l’érotique sans que cela devienne un peu trop excessif. Au niveau de la narration, celle-ci possède plusieurs voix qui nous permettent de connaître les pensées de chacun des personnages. Les feuilles défilaient si rapidement tellement j’avais hâte de savoir la suite.   

Un dernier mot ?  

Une œuvre littéraire québécoise qui mérite le détour. À lire. “ L’appart de ma nouvelle vie ” est littéralement un coup de foudre. J’ai ADORÉ ! Avec ce trio infernal, j’ai ri, pleuré et ragé… Ils m’ont fait vivre une tornade d’émotions. Un bouquin se caractérisant par sa mignonne et succulente calligraphie. Catherine Bourgault parvient, avec succès, à décrire la pureté dans toute chose… À travers ces lignes, j’ai lu que même les sentiments négatifs connaissent une beauté. Aussi, bouquiner cette idée m’a vraiment chamboulé émotionnellement, car je pense souvent au deuil et à la résilience. Ensemble, ils forment les deux côtés d’une même pièce. Il va de soit que je vous invite à découvrir “ L’appart de ma nouvelle vie ”, car Catherine Bourgault est une écrivaine hors du commun. J’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour conclure, je n’ai qu’une chose à dire… À quand la suite ?

#Sara 

Voici le lien du site internet de Québec Loisirs : http://www.quebecloisirs.com/

Et celui vers le livre : http://www.quebecloisirs.com/pour-elle/l-appart-de-ma-nouvelle-vie-fl10057784.html?s=

Chronique sur 33 raisons de te revoir d’Alice Kellen

33 raisons de te revoir

Note : 9/10

« Une vague de frissons lui parcourut le corps.

— Tu trembles.

— Je suis stressée.

Mike se redressa en s’appuyant sur le canapé. Il avait les sourcils froncés, et son regard était empli d’une culpabilité qu’elle ne sut percevoir.

— Pourquoi tu es stressée ?

— Parce que je le suis. Parce que c’est toi là, et moi. Justement pour ça. Si c’était quelqu’un d’autre, je ne ressentirais rien, je ne tremblerais pas. Je t’aime Mike. Je t’ai toujours aimé. Et tu le sais. »

Rachel & Mike

Résumé : « Mike, Rachel, Luke et Jason étaient des amis d’enfance inséparables. Mais la vie leur a fait prendre des chemins différents lorsque Rachel a commis l’erreur de tomber amoureuse du mauvais garçon, Mike, qui a fini par la trahir, elle, la seule personne prête à tout risquer pour lui.

Cinq ans plus tard, le destin les réunit à nouveau. Désormais Rachel n’est plus la même, elle est aussi aigrie que son chat Margarine et elle ne fait plus confiance à personne. Sur le point d’être expulsée de son appartement, la dernière chose qu’elle souhaite, c’est que ses anciens amis arrivent à la convaincre d’emménager chez eux. Comment pourrait-elle protéger son cœur en habitant sous le même toit que Mike ? Elle sait qu’il a des secrets et que son regard gris est capable de réveiller tous les souvenirs qu’elle essaie d’oublier depuis si longtemps. »

Mon Avis

Avant tout, je voudrais remercier le blogue Between Dreams and Reality pour cette expédition autour du globe.

Cette histoire est une jolie romance à laquelle on s’attache facilement aux personnages principaux. Étant écrit à la troisième personne, j’ai eu un peu de mal à lire les lignes, car je ne percevais pas autant les pensées et sentiments des interlocuteurs. Mais, malgré cela, j’ai apprécié bouquiner ce roman.

Sans compter que l’auteure n’a pas juste mis en scène une belle amourette, elle a également fait en sorte que cette forte amitié, qui caractérise le quatuor, soit une des idées essentielles de ce récit. De plus, j’ai bien aimé le fait que Rachel se montre forte et courageuse face à Mike. Une vraie tête brulée qui l’a rend désagréable tout en étant attachante. Toutefois, il y a des moments que j’ai trouvés un peu longs et répétitifs. Ce sont ceux où Rachel et Mike se disent « je t’aime » pour ensuite se rejeter. Ils s’expriment et font cela à plusieurs reprises. C’est romantique, mais il faut que l’histoire avance aussi, sinon cela devient lassant à lire.

Dans « 33 raisons de te revoir », nous faisons la connaissance de Rachel, Mike, Jason et Luke, quatre individus unis par une solide amitié. Amis depuis l’enfance, ils ont eu leurs hauts et leurs bas, mais lorsque Rachel tombe amoureuse de Mike, leur complicité est mise en péril, car témoin d’une trahison faite par l’homme qu’elle aime, la jeune femme part du jour au lendemain sans donner de nouvelles.

Cinq ans plus tard, Rachel est devenue une femme froide et fermée à toutes autres relations amoureuses. Vivant avec son chat Margarine et toujours aussi passionnée par les livres, elle a du mal à refaire confiance à quelqu’un depuis ce qu’il lui est arrivé. Devenue auteure, elle vit sa vie à travers son imagination débordante et son écriture en écrivant des histoires d’amour. Ainsi, lorsqu’elle reçoit un appel de sa propriétaire, qui est en manque d’argent dû aux lourdes dettes à payer, Rachel est forcée de faire ses cartons et d’aller habiter ailleurs. Alors, qu’elle prend la décision d’aller dans un agence afin de repérer un logement, elle croise, sans le savoir, un fantôme de son passé. Jason. Nerveuse de voir son ami de longue date, elle ne sait pas comment agir avec lui, ce qui la pousse à fuir loin de son ancien allié. Malgré cela, lorsqu’il apprend sa venue, il lui suggère de venir loger chez lui, Luke… et Mike. Prise de panique, elle file aussi vite qu’elle est survenue.

Piégée au pied du mur, Rachel accepte, finalement, la proposition de Jason. Suite, à cette décision, la jeune femme devra faire face à cette personne qui lui a brisé le cœur, il y a quelques années et partager, de nouveau, sa vie avec ses deux meilleurs amis. Comment peut-elle regagner leur confiance tout en protégeant son cœur de l’un d’entre eux ? Réussira-t-elle à lui pardonner sa douloureuse trahison ? Et si ce n’est pas le cas, qu’arrive-t-il au quatuor ? Redeviendront-ils comme avant ou est-ce la fin de leur longue amitié ?

Concernant la plume d’écriture, celle-ci est fluide et captivante à bouquiner. À travers ces mots, on perçoit l’évolution des personnages et leurs émotions envers l’autre. À première vue, leur connivence semble ordinaire, mais au fond, derrière cela se dissimule une profonde cicatrice vieille de cinq ans. À certains moments, on ressent le malaise qu’ils ressentent lors des conversations. Néanmoins, ce sont de chouettes personnes munis d’un drôle sens de l’humour.

Un dernier mot ?

« 33 raisons de te revoir » est une douce œuvre littéraire qui met en évidence les questionnements et les problèmes de la vie que peut avoir un(e) adolescent(e). L’amour et ses obstacles sans oublier les avantages d’une grande amitié. En outre, ce roman contient aussi des scènes torrides, mais passionnelles.  Attendrissant, Alice Kellen est parvenu à faire fondre mon cœur d’artichaut. Un cocktail de perceptions vous attend avec cette surprenante histoire. J’espère que l’écrivaine écrira un second opus sur ce quatuor et les autres personnages secondaire afin de savoir où ils s’en ont au niveau de  leur avenir.

#Sara

Chronique sur Parce que c’est toi de Chloé Duval

Parce que c'est toi

Note : 11,5/10

« À cet instant, Théo se sentit fondre de l’intérieur. Sa douceur le touchait de plus en plus, tout comme sa candeur, sa spontanéité, le naturel dont elle faisait preuve. Elle était sans fard, sans artifice, débordante de curiosité.

Il voulait la prendre par la main et l’emmener autour du globe, juste pour qu’elle voie les animaux et que son regard brille encore comme il le faisait à l’instant.

Il voulait lui faire découvrir toutes les choses magnifiques qu’il avait vues, pour qu’elle s’émerveille encore.

Il voulait lui faire partager son monde, parce que même s’il ne la connaissait que depuis quelques heures à peine, il avait la certitude qu’il lui plairait.

Quelque part, au fond de lui, une petite voix qu’il ne connaissait pas s’éleva.

Mais où étais-tu cachée toute ma vie durant ?

C’étais officiel, il avait un gros problème, songea-t-il alors que son regard accrochait celui de Claire.

Il était en train de craquer pour elle.

Et ça, ce n’était pas du tout prévu au programme. »

Théo

Résumé : « Claire est une célibataire endurcie d’une trentaine d’années. De nature réservée, elle préfère s’investir corps et âme dans son travail de traductrice plutôt que de chercher l’amour. Toutefois, sa meilleure amie Magalie ne s’avoue pas vaincue, et compte bien prendre en main sa vie sociale en organisant un rallye de géocaching au cœur de la nature québécoise. Une excellente occasion pour y jouer les Cupidon entre Claire et Théo, un photographe fort charmant…

… quitte à ne pas demander leur avis aux principaux intéressés ! »

Mon Avis

À première vue, je remercie chaleureusement, La Boîte De Diffusion et les éditions Milady pour cette incroyable expérience au cœur de la nature québécoise. La joie que j’ai ressentie quand je l’ai reçu, j’étais vraiment ravie. Chloé Duval me l’a également dédicacé à mon nom, quoi demander de mieux ?! Merci à vous trois !

Une question ? Celle que je pose depuis que j’ai fini cette histoire : Où est-ce qu’on s’inscrit pour participer à un tournoi de  » géocaching  » ? Une belle activité qui me permettrait de partir à la conquête de ma terre natale. Vous ne savez pas à quel point, j’ai été, agréablement, surprise de découvrir ce petit jeu. Faire une savane dans une forêt québécoise est, d’après moi, un loisir que chaque membre du Québec doit faire une fois dans sa vie. Qui sait ce qu’on y trouvera ?! Une nouvelle vision du monde ? Celle de la faune et de la flore ? Pour le remarquer, il faut se préparer à faire du  » géocaching « .

Sans compter que les personnages principaux sont comiques et attachants. À plusieurs reprises, ils m’arrivaient de rire avec eux… Au point d’avoir des crampes au niveau du ventre.

Dans « Parce que c’est toi », nous faisons la connaissance de Claire, une jeune femme de la trentaine. Suite à une relation qui s’est très mal terminée, elle s’est recroquevillée dans ses projets professionnels. D’humeur timide et enjôleuse, son emploi passe, désormais, avant toute chose. Traductrice, elle passe beaucoup de temps à potiner ses recherches, au détriment de ses amis. Assez de voir qu’ils passent en second plan, Magalie, sa meilleure amie prend la décision d’inscrire Claire dans leur  » challenge  » de  » géocaching « . Ainsi, les anciens et de nouveaux joueurs seront de la partie. Toutefois, derrière cette idée se cache un plan encore plus machiavélique… En effet, Magalie veut aider Claire à renouer avec l’amour et il se trouve qu’un des potentiels concurrents est justement, celui qui apportera ce qu’il lui manque. Leur relation réussira-t-elle à surmonter la distance ? Magalie avait-elle raison de les mettre ensemble ?

Théo est un photographe hors pair qui réussi, parfaitement, à capter le moment présent. Étant plus qu’un emploi, le phototype est sa passion et il réussit, parfaitement, à vivre de cela. Grâce à son talent, il obtient, facilement, des clauses partout dans le monde entier. Son prochain contrat ? En Amérique du Sud. Toutefois, lorsque son meilleur ami, Alex, le fiancé de Magalie l’invite à venir passer les vacances au Québec, il n’hésite pas une seconde. Malheureusement, à cause de son autre promesse, il ne pourra rester que deux jours. Participant au tournoi du  » géocaching « , il fera la rencontre de tout les joueurs et également celle qui sera sa partenaire de jeu. Au premier regard, Théo tombe sous le charme de cette belle femme. Depuis six ans, il n’a pas eu la chance de tomber sur celle qui fera de nouveau battre son cœur… Et si c’était la femme qu’il attendait ? L’attendra-t-elle ? Est-ce une attirance physique ou une personne qu’il voudra garder en mémoire ?

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle décrit, merveilleusement, bien la faune et la flore québécoise. La version de cette splendide histoire est vraiment soyeuse, on y prend goût. Les protagonistes sont si adorables, surtout Théo qui est un amoureux de la nature. Pour un photographe, prendre des clichées de tout et de rien, c’est son travail. On sent la passion qu’il ressent vis-à-vis cette activité. Son besoin de prendre tout en photo est, pratiquement, devenu vital pour lui, surtout depuis sa rencontre avec Claire. À tout moment, il désire captiver les moments, sans qu’elle le sache, mais sans succès. Ainsi, Chloé, à travers ses mots, nous démontre les fortes émotions de Théo et de Claire, lors de leur rencontre. Nous, en tant que lecteur et lectrice percevons cette attraction qu’ils ont l’un pour l’autre et c’est juste… Wow !

En toute franchise, « Parce que c’est toi » est une histoire qui se lit bien hâtivement, dès qu’on pense à le bouquiner, on ne peut plus s’arrêter. Vous ne savez pas à quel point, les feuilles défilent vivement. Aussitôt commencer, illico terminer !

Un dernier mot ?

Tout comme fait, à mes yeux, cette œuvre littéraire a été pour moi, un véritable coup de cœur. Triste d’avoir couronné les péripéties de Claire et Théo, j’espère retrouver les mêmes sensations dans le deuxième opus avec Nicolas, le meilleur ami de Claire, et Pénélope, la sœur  jumelle de Théo. Une petite sucrerie qui met l’eau à la bouche. À lire dans un coin, de préférence à l’extérieur afin de s’harmoniser avec la nature et celle décrite dans l’histoire. Je vous recommande cette jolie romance. Pour ma part, j’attends avec impatience le second tome !

#Sara

Chronique sur Obsession Dangereuse tome 2 de Lily Bloom

Obsession dangereuse tome 2

Note : 10/10

« — Si tu savais comme il me manque ! Mais je ne peux plus. Chaque jour qui passait, j’avais l’impression de mourir de l’intérieur, jusqu’à ce que je rencontre Ian… Zack m’a suppliée de laisser une chance à Jake jusqu’à ce soir. Mais je n’ai plus d’espoir…

— Sais-tu pourquoi il ne revient pas ?

— Non… Tout ce que Zack m’a dit, c’est qu’il était dans un sale état. Mais un couple n’affronte-t-il pas tout ensemble ?

— Certains hommes souffrent tellement qu’ils ne veulent pas infliger cela aux personnes qu’ils aiment. Tu ne peux rien faire, Zoey… Tout ce que je peux te dire, c’est de profiter de ta soirée et, à la fin de l’expo, tu seras fixée. »

Zoey & Nathalie

Résumé : « Après le départ prématuré de Jake pour remettre sa vie en ordre, Zoey se sent seule et anéantie. La jeune femme qui pensait pouvoir repartir à zéro après toutes ses épreuves, se retrouve de nouveau au point de départ. Mais cette simple soirée au club latino va la bousculer, qui est-il ? Pourquoi a-t-elle l’impression de le connaître ? Jake reviendra-t-il à temps ? Leur histoire va être de nouveau sur le fil du rasoir malgré l’intensité de leur amour. »

Mon Avis

Pour commencer, je voudrais remercier, mon partenaire littéraire, Evidence Editions, pour leur confiance ainsi que pour l’envoi du service presse.

La joie que j’ai ressentie quand j’ai reçu la suite, j’étais, littéralement, comme une enfant qui ouvre ses cadeaux lors du temps de Noël. En effet, surtout, après la conclusion du premier tome que nous avais laissé, en cadeau, l’écrivaine, j’étais plus que ravie de retrouver l’intrigue et les personnages qui m’ont fait rêver pendant des jours. Verdict ? ALLÉCHANT, jusqu’à la dernière page, je l’ai complètement dévoré feuille après feuille et après feuille. Alors que je croyais que ce premier opus était le plus spectaculaire de tous, celui-ci l’est encore plus… Enfin, jusqu’à ce que je lise le tome final, mais, à mes yeux, c’est lui qui m’a le plus chamboulé.

Sans compter que les nombreux rebondissements, secrets et découvertes seront tous mis au devant de la scène dans ce deuxième livre. Néanmoins, si vous voulez, absolument, tout savoir les mystères que contient cette trilogie, je vous la conseille vivement. Concernant les interlocuteurs principaux, on y retrouve nos anciens, mais aussi de nouveaux visages qui mettront une extraordinaire portion de piment fort à l’histoire.

Dans « Obsession dangereuse : Pardonne-Moi », on retrouve notre belle et talentueuse Zoey Wayatt. Suite à la disparition inattendue, un an plus tôt, de Jake, la jeune avocate a pris la décision de tourner la page afin de retourner, une nouvelle fois, à zéro. Zoey arrive à peine à ne penser à son grand amour, leur rupture est, pour elle, affreusement difficile à vivre. Néanmoins, elle essaie de ne pas abandonner en se poussant à garder la tête hors de l’eau. Ainsi quand Zoey rencontre un homme, Ian, elle hésite beaucoup à se lancer dans une nouvelle relation. Attirée par cet individu qui ressemble, étrangement, à Jake, elle est encore plus curieuse de constater, à quel point, Ian la connaît, alors qu’elle ne lui a divulgué aucune information. Qui est-il ? Que veut-il ? Zoey commence à entamer une complicité avec ce mystérieux latino qui lui fait de l’effet. Mais, c’est à ce moment, que Jake décide de revenir dans sa vie…Furieuse de son retour, Zoey prend la décision de rompre avec Ian. Quand c’est amour devient une obsession, peut-on tout de même appeler ça de l’amour ?

Victime d’un violent accident, la sécurité de Zoey est, encore une fois, mise en péril. Désormais, toutes les personnes qui composent la vie de la jeune avocate sont suspectes. Quant à Ian, il est prêt à tout pour reconquérir Zoey… Dès lors, une course contre la montre débute entre Ian et Jake, celui-ci devra tout faire pour déchiffrer cet homme qui lui donne un mauvais pressentiment, il y va de l’existence de son grand amour de toujours. Parviendra-t-il à la sauver à temps ? Et si Ian parvient à ses fins, qu’arrivera-t-il à Zoey ? Son choix se portera-t-il pour Jake, l’amour de sa vie, mais qui l’a fait tant souffrir ou Ian, cet homme d’affaires au charme ravageur qui cachent de sombres et dangereux secrets ? Il faudra attendre le troisième opus pour le savoir ! (MOUHAHAHAHA)

En ce qui concerne la plume d’écriture, celle-ci est toujours aussi addictive et exquise à bouquiner. Les mystères et les vérités s’enchaînent les un après l’autre dans ce roman, à vrai dire, j’y ai même pris goût. Je dois vous avouez qu’un des secrets (que je ne vous dirai pas. Motus et bouche cousue) m’a vraiment choqué, enfin, celui-ci expliquait beaucoup de choses. De plus, je ne vous cache pas l’absence que j’ai eu quand j’ai vu que le deuxième tome se terminait ainsi… Je suis même retourné aux pages précédentes et celles d’après pour, finalement, apprendre que ce n’était pas une blague.

C’est une vraie torture d’attendre la suite, surtout que c’est le dernier opus, la finale !!! J’ai vraiment adoré me replonger dans l’histoire d’amour compliquée et dangereuse de Jake et Zoey. Ils sont si amoureux. On retrouve également les protagonistes secondaires tels que Tommy, Nathalie, Zach, Ben, etc… Une œuvre littéraire romantique et passionnelle qui me rend, irrésistiblement, folle de tout ce qu’elle contient. Dès les premières pages, on se laisse entraîner dans ce roman où le danger est partout et où tous individus est louches.

L’auteure nous tient en haleine, du début jusqu’à la fin. Au fil du récit, nous apprenons, beaucoup, à connaître certains personnages. Ainsi, par sa calligraphie, elle réussi, parfaitement, à nous charmer… À tel point qu’on ne se rend pas compte de ce qui se passe en coulisse.

Un dernier mot ?

Le deuxième tome de la série « Obsession dangereuse » a été pour moi, un véritable coup de cœur. J’ai passé un agréable moment en compagnie de ces chouettes protagonistes. Il va de soit que je vous recommande intensément cette trilogie, d’après moi, vous ne serez pas déçu. Pour ma part, j’attends le dernier volume avec une faim de loup !

#Sara

Chronique sur Le temps volé de Chloé Duval

img_5903

Note : 12/10

« Je laissai ma main effleurer les buissons de lavande et la portai à mon nez, inspirant les douces odeurs qui s’y étaient imprégnées.

– Ça aurait été une erreur de ne pas venir.

Je ne répondis rien. Je savais que le chemin n’avait pas été facile à faire pour Rom et qu’il lui avait fallu du temps pour accepter de reconnaitre que c’était la meilleure chose à faire.

– Je ne l’avais jamais vu aussi heureux, ajoute-t-il.

– Tout est bien qui finit bien.

– Pas tout à fait, non.

Il s’arrêta et me fit face.

– Il y a quelque chose dont je voudrais qu’on parle.

Mon cœur se mit à battre à tout rompre dans ma poitrine.

– Oui ? demande-je d’une voix timide, en essayant de masquer la peur qui serrait les entrailles.

– Je sais qu’entre nous ca ne fait pas longtemps. Que notre relation est encore toute neuve. Qu’il est trop tôt pour faire des projets. Qu’il faut se laisser du temps… Mais…

Il s’interrompit, et je commençais à respirer un peu mieux. Un tout petit peu mieux.

– Mais… ? l’encourageai-je.

– Flavie, je suis tombé amoureux de toi. Je suis tombé amoureux de ton sourire, de ton regard. De cette volonté que tu as de vouloir faire le bien autour de toi. Je suis tombé amoureux de ton humour, de ta joie de vivre, de ton enthousiasme, de ton insatiable curiosité. Je suis tombé amoureux de ton corps, de tes lèvres. Je t’aime. Je ne sais pas encore comment on va faire, mais je sais que ces deux semaines sans toi ont été insupportables. Longues, sans saveur. Sans intérêt, puisque tu n’étais pas là pour les illuminer.  Tu m’as manqué, Flavie, tellement manqué ! Plus que je ne saurais le dire. Je sais que c’est rapide, que c’est peut-être trop tôt pour toi, mais…

– Non.

– Non, quoi ?

– Non, ce n’est pas trop tôt pour moi. Je t’aime aussi, Romaric, et crois-moi, ces deux semaines ont été tout aussi insupportables et sans saveur pour moi qu’elles ne l’ont été pour toi. Je t’aime, je crois même que je t’ai aimé au premier regard. Au premier tremblement de terre. Et rien ne me rendrait plus heureuse que de faire des projets avec toi. Quels qu’ils soient.

Un sourire illumina son visage, et là, au milieu des champs de lavande, il m’embrassa comme si je venais de lui offrir la lune.

Mais la vérité, c’est que c’était lui qui me l’avait offerte. »

Romaric et Flavie

Résumé : « La lettre d’un inconnu peut-elle changer votre vie ?

Flavie, auteure de romans d’amour et fleur bleue dans l’âme, ne peut qu’être conquise, quand elle reçoit un jour une missive mystérieuse, accompagnée des excuses de la poste pour… les quarante-trois ans de retard.

Qui étaient donc cette Amélie et cet anonyme désespéré de la convaincre de tout quitter pour vivre avec lui ?

Bouleversée, Flavie brûle de les réunir, si longtemps après, et part en quête d’une aventure surgie du passé qu’elle espère faire renaître de ses cendres, au cœur de la Bretagne et de ses légendes.

Malgré les embûches, elle est bien décidée à obtenir son happy end. »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie Chloé Duval pour m’avoir écrite cette chouette petite dédicace. Un achat personnel dont je suis fière.

Et dire que j’ai attendu deux ans avant d’avoir la chance de le lire. Cette histoire est une vraie bouffée d’air frais, je suis vraiment contente de l’avoir lu. De plus, si vous êtes comme moi, une admiratrice du film « Lettre à Juliette », vous verrez que ce bouquin est LA version rédigée de l’auteure. En fait, c’est le résumé qui m’a mis la puce à l’oreille, ce que j’ai également fait remarquer à Chloé. En résultat, je n’ai pas hésité, une seule seconde, à l’acheter. L’écrivaine nous offre un vrai petit conte de fée.

Vous savez ce qu’on dit ? Quand il est question du grand amour, celui-ci n’attend pas. Quoi qu’il nous en coûte, lorsqu’il se présente à nous, la meilleure solution est de se laisser emporter par cette puissante vague de tendresse.

Dans ce récit, les personnages sont attachants et comiques. Tout comme eux, nous partons à l’aventure. Pour quelle raison ? Mais, pour retrouver la bien-aimée d’un individu qui par obligation a dû la laisser partir, à son plus grand regret. À travers ces lignes, on apprend que l’amour n’a pas d’âge et que quoi qu’il arrive il ne faut pas laisser le temps nous l’arracher.

Dans « Le temps volé », nous faisons la connaissance de Flavie, une jeune femme pétillante et pleine de ressources. Enseignante en histoire, elle adore déchiffrer la partie historique de ses enquêtes personnelles. Également fan du tricot, Flavie rejoint, une fois par semaine, un club de tricot constitué de plusieurs femmes de différentes tranches d’âge. Pétillante et compatissante, la jeune femme adore aider les personnes en difficulté. Elle fait tout ce qui est son pouvoir pour mettre de la lumière dans la vie des gens. Auteure à ses heures, elle écrit aussi un roman, mais ce petit projet est souvent mis de côté. Flavie représente l’être humain exemplaire ! Elle vit une routine quotidienne plaisante qui lui apporte du bonheur et du plaisir, mais ses habitudes sont bouleversées lorsqu’elle reçoit une lettre par la poste. Une enveloppe vieille de près de quarante-trois ans. Deux noms figurent sur ce message : Amélie et E. Qui sont-ils ? Pourquoi cette correspondance ne s’est-elle pas rendue à destination bien avant ? Pourquoi elle ? C’est ce que se demande Flavie. Tant de questions et très peu de réponses.

Ainsi, la jeune femme en fait une mission personnelle. Elle prend la décision de retrouver son destinateur afin de lui redonner sa lettre. En effet, Flavie fait donc une multitude recherches pour retrouver ce mystérieux « E ». Suite à l’appel de cet homme, elle file vers la Bretagne pour le discerner en personne. Arrivée sur place, Flavie fait la connaissance d’Erwan, de sa nièce Gwenn et de Romaric, son neveu. Ensemble, ils vont vivre des péripéties hors du commun tout en essayant de retrouver la femme qui, autrefois, faisait battre le cœur du vieil homme. Cependant, plus Flavie passe du temps en leur compagnie et plus, elle désire rester auprès d’eux. Alors qu’elle croyait que l’amour ne se pointera pas dans sa vie, voilà qu’au premier regard, Flavie commence à ressentir des sentiments amoureux pour Romaric. Peut-elle se permettre de se lancer dans cette relation ? La distance ne risque-t-elle pas de les rattraper tôt ou tard ? Amélie et Erwan seront-ils, enfin, réunis ?

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle est dotée d’une belle fluidité telle un ruisseau. J’ai passé un excellent moment en compagnie des interlocuteurs, au point de ne pas voir le temps défilé. Néanmoins, j’avoue avoir eu un gros faible pour Romaric, il est, littéralement, « l’homme parfait ». Dès l’instant où nous plongeons tête baissée dans cette histoire, plus rien autour de nous ne compte. De plus, lorsque je finissais un chapitre, je voulais, impatiemment, savoir la suite du récit. Arrêter ma lecture n’était, absolument, pas une option.

Durant mon déchiffrement, il m’arrivait de sentir un pincement au cœur. Les émotions coulent longuement dans cette œuvre littéraire. On ressent le déchirement qu’à ressenti Erwan en restant loin de sa tendre aimée, Amélie ainsi que l’attirance que percevait Flavie envers Romaric. Sans compter que les descriptions des lieux et des personnages étaient, parfaitement, bien précise. Tout comme notre détective privé, on part à la conquête de la vérité. On ne s’ennuie pas avec ce roman.

Un dernier mot ?

Chloé Duval nous démontre que l’espoir de retrouver notre moitié est toujours possible, quel que soit l’époque dans laquelle nous vivons. Sans aucun doute, c’est un bouquin qui m’a, énormément, ensorcelé et réjouie. À travers « Le temps volé », l’écrivaine m’a expédié dans une excursion où les commémorations, la belle Bretagne, ses légendes urbaines ainsi que la magie de l’amour y sont, suffisamment, assidus. C’est un petit halo d’espérance que nous a conçu Chloé. Il est délectable jusqu’à la toute dernière page, je vous le recommande fortement !

#Sara