Chronique sur Black-Out de Sylvie G.

Black-Out

Note : 12/10

 « Je comprends l’incrédulité que je décèle dans le regard sombre du policier. Et quel regard ! Nul doute, il restera longtemps gravé dans mon esprit. Dans ses pupilles noires comme la nuit, je peux lire des éclats d’une intelligence vive. Et dans la robustesse de son corps, je devine une force tranquille. La virilité émane de tout son être ; avec ce genre d’hommes, les femmes se sentent en sécurité, c’est certain. Je perçois aussi un sens de l’humour, même si nous n’avons abordé aucun sujet désopilant. »

Evie

Résumé : « MIAMI, FLORIDE. Evie McDaniel reprend connaissance à l’hôpital après avoir été trouvée sur les lieux d’une scène de crime.

Tous les éléments de preuves l’incriminent pour le meurtre d’un jeune universitaire avec qui elle aurait eu une liaison extra-conjugale. Or, elle ne se souvient de rien. Ce scénario lui paraît irréel, d’autant plus qu’elle n’a jamais été infidèle. Comment démontrer son innocence quand on ignore soi-même si nous avons commis l’irréparable? Et si elle n’est pas cette femme de mœurs légères qu’on décrit ; comment expliquer que son fiancé n’éveille aucun sentiment chez elle, alors qu’elle est outrageusement attirée par Ryan Knight, le policier chargé d’enquêter sur cette affaire ? »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaleureusement Hugo New Romance Québec, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de sa confiance en moi.

Étant une adepte de la plume d’écriture et des univers de l’auteure, il était évidemment pour moi qu’il fallait que je me laisse propulser à Miami aux côtés d’Evie et de Ryan. Il faut dire que j’ai bien choisi mon temps. Rire. La canicule et la Floride, deux choses qui vont bien ensemble, vous ne trouvez pas ?! Disons plutôt que ma lecture était (beaucoup) plus intense. Rire. Aucunement, Sylvie G. ne m’a déçu. En toute franchise, elle est une valeur sûre. D’autant plus que c’est une écrivaine que j’adore.

UNE ROMANCE POLICIÈRE AUSSI SENSUELLE QUE DANGEREUSE…

N’ayant pas été désappointé par « Black-Out », je peux vous dire que ce roman est un vrai coup de foudre. Lu en presque une journée, je n’ai pas pu détacher mes yeux des lignes… Mis à part pour dormir et encore, c’est à peine si je ne pensais pas à cette histoire. Savourez jusqu’à la moelle, j’ai adoré me plonger dans cette trame à laquelle l’écrivaine nous emporte. Dès la première phrase s’ensuit des péripéties qui s’empilent les unes après les autres. En soi, l’intrigue est bien ficelée.

Dans « Black-out », on fait la connaissance d’Evie, une jeune femme retrouvée nue et éraflée sur une scène de crime. Étant la seule personne présente sur les lieux, elle est désignée comme étant la suspecte numéro 1 dans la mort d’Ethan Lewis, un étudiant universitaire. Amenée à l’hôpital afin de se remettre de ses blessures, Evie est surprise de constater qu’elle ne se souvient de rien concernant cette fameuse soirée. Le néant total ! Le plus étonnant, c’est qu’elle semble avoir garder les souvenirs de sa vie entière… Pourquoi ? Que s’est-il produit ? A-t-elle commis vraiment commis l’irréparable ? Evie a-t-elle réellement eu une relation sexuelle avec son étudiant ? Était-elle coupable d’infidélité également ? C’est alors que cette enquête met sur son chemin le policier Ryan Knight, le responsable d’élucider ce crime passionnel.

Voulant à tout prix préserver les apparences, Alexander, le fiancé d’Evie, essai par tous les moyens de convaincre Ryan de l’innocence de sa dulcinée. Aidé de Miles Hamilton, un criminaliste, Alexander va préparer la défense d’Evie. Pourtant, quelque chose chez cet avocat semble déplaire à la jeune femme. En réalité, tout ce qu’elle veut, c’est retrouver une certaine normalité et mettre en lumière cette incertitude qui ne cesse de la bouleverser.

Malgré tous ces soupçons qui pèsent sur elle, Evie ne peut s’empêcher de penser à sa première altercation avec le policier. Charmée par lui dès le premier contact visuel, il semble que cette attraction soit réciproque. Toutefois, étant suspecté de meurtre, son protecteur ne peut se laisser à cette complicité sans risquer de perdre son emploi et d’enfreindre le code de déontologie. Ainsi, plus la recherche avance et plus de nouveaux éléments semblent se manifester… Entouré d’Alexander, de Miles Hamilton et d’Olivia, Evie sait que parmi ces trois individus, certains semblent comploter dans son dos. Pourquoi ? Et si c’était pour la faire taire à jamais ?

MIS EN PLACE DE LA NARRATION À DEUX VOIX…

Encore une fois, je vais le dire, mais j’ai ADORÉ me plonger au cœur des pensées de Ryan et d’Evie. On ressent les émotions qu’ils perçoivent l’un pour l’autre. L’attirance. La passion. L’inquiétude. Ensorceler par leur esprit, je peux vous dire que j’ai dégusté jusqu’à la dernière page. C’était poignant et exquis !

Cependant, on sent également le désespoir et la fatigue d’Evie face à la situation qui l’accable et qui prône sans cesse au-dessus de sa tête telle une épée de Damoclès. Et Ryan… Cet homme attentionné, à l’écoute, adorable, viril et qui croît au grand amour. Sans aucun doute, il est prêt à tout pour protéger cette femme qui n’arrête pas de faire battre son cœur depuis le premier jour. Je n’ai pas plus longtemps résisté à l’attrait de ce séduisant policier. Je suis tombé sous son charme, qui ne rêverait pas d’un homme comme lui dans sa vie ?!

Au niveau de la calligraphie de Sylvie G., c’est toujours aussi addictive et fluide que ces livres précédents. Ces œuvres sont toutes aussi fantastiques les unes que les autres, mais selon moi, je crois que « Black-Out » est son meilleur. Bon, mon opinion est biaisée… J’avoue, je suis amoureuse de tous ces romans. Je suis sûr que si elle se mettait à écrire un simple menu de restaurant, je me mettrai à le lire avec envie. Rire.

En ce qui concerne les personnages principaux et secondaires. Chacun possède une personnalité qui fait que l’on s’attache à eux. Ils sont autant uniques qu’attachants. Tout comme Ryan, on sait de savoir qui est le coupable. On cherche et recherche. Cette investigation m’a tenu en haleine. « Black-Out » est un thriller policier empli de sensualité et de rebondissements.

Un dernier mot ?

En somme, « Black-Out » est un mystère de près de 400 pages qui nous tient en suspens. Le fait d’avoir les deux points de vue m’a permis de comprendre l’enquête selon le regard de Ryan. Tout comme sa perception de l’amour. Et concernant Evie, j’ai aimé assister à l’histoire à travers son regard d’artiste. Peu importe le genre littéraire que Sylvie G. noterait… Je me lancerais sans hésiter. Des interlocuteurs qui captent notre regard dès le début de la lecture. Je pense surtout à Evie et à son tempérament aussi rayonnant que l’Astre du jour. Un pur mélange de bonheur. Il va de soi que je vous recommande « Black-Out », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je vais me laisser enchanter de nouveau par les autres récits de Sylvie G.

#Sara

Chronique sur Our lies de Steff S.

Our lies

Note : 8,5/10

« Assis côte à côte, une symbiose s’opéra instantanément, comme si deux moitiés se trouvaient enfin. Les mots sortirent d’eux-mêmes, les sujets de conversation se succédèrent avec une facilité déconcertante vu qu’ils n’avaient pas réussi à échanger plus de deux mots sans se friter jusqu’à présent. »

Clara & Gautier

Résumé : « Clara, jeune journaliste, fraîchement diplômée, travaille pour son oncle à la « La gazette du milieu ». Sa nouvelle mission est de faire un reportage sur le camp Saint-Dieu, un camp de redressement pour enfants fortunés.
Afin de récolter des indices sur leurs pratiques, elle va se faire passer pour une prof de fitness. Là-bas, Gautier, un autre professeur, assure les cours de musculation. D’emblée, il se montre hostile avec sa nouvelle collègue.
D’insultes en coup de sang, Clara se pose des questions sur ce Monsieur Muscles qu’elle surnomme Musclor, d’autant plus qu’il se comporte tout à l’inverse de l’homme grossier qu’il est en public quand elle le rencontre dans le parc.

Dans ce labyrinthe des sentiments, le sentier de l’amour côtoiera celui du danger. »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement Evidence Éditions, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que leur confiance en moi.

« Our lies » est un court roman qui se lit facilement en moins d’une journée. Si voulez passer un bon moment de lecture, n’hésitez pas à vous plonger au cœur cette aventure où le suspense et la romance fusionnent ensemble pour ne former plus qu’un. Ayant été conquise par un autre des écrits de l’écrivaine, j’ai voulu lire ce récit. Un résumé attrayant et un sujet peu envisagé, pourquoi pas ?!

DES PASSAGES PEU DÉVELOPPÉS…

Malgré le fait que le livre comporte une centaine de pages, j’ai l’impression d’être passer en avance rapide sur certaines scènes. Celles-ci se sont déroulées un trop rapidement à mon goût. Certes, j’aurai voulu avoir plus détails sur quelques points, avant de passer à un autre sujet, mais ce n’est pas cela qui m’a empêché de bouquiner le contenu.

Dans « Our lies », on fait la connaissance de Clara, une jeune femme diplômée en journalisme. Nouvelle dans le domaine, son oncle prend la décision de lui offrir un emploi chez « La gazette du milieu ». Son oncle lui donne la chance de faire ses preuves, pour ce faire, il lui confit une mission hors du commun. Pour y arriver, Clara n’aura pas d’autres choix que de s’insérer à Saint-Dieu, un camp de redressement, en tant que professeur de fitness. Dès qu’elle entre dans le camp, elle s’entrechoque avec Gautier, le professeur de musculation. Pourquoi est-il autant désagréable avec elle ?

Clara se rend compte qu’elle doit récolter les informations nécessaires pour peaufiner son article, mais plus elle passe du temps avec ces jeunes et plus elle s’attache à eux, allant même jusqu’à les défendre lors des situations périlleuses. Toutefois, ses élans héroïques attirent les foudres glaciales de son collègue, Gautier. Ainsi, comme un électron attiré par son opposé, Clara ne peut s’empêcher de se rapprocher de lui. Qu’a-t-elle fait pour subir autant de méchancetés de sa part ? Et pourquoi est-il aussi différent lorsqu’il se retrouve en dehors de son travail ?

Au camp de redressement, Gautier est un homme sans émotion qui ne laisse rien passer, alors que quand il se retrouve dans un autre lieu, il est un homme attentionné et charmant… Lequel des deux plaît-il à Clara ?

En ce qui concerne la calligraphie de l’auteure, elle est toujours coulante et addictive que dans ces romans précédents. Une chose est sûre, c’est que j’ai aimé que l’histoire ne tourne pas simplement autour de la complicité amoureuse de Gautier et Clara. Derrière tout ceci se cache une intrigue qui mérite une attention particulière.

UN COCKTAIL DE GENRES LITTÉRAIRES…

En lisant cette histoire, on se rend compte qu’elle comporte divers univers dont la romance et le suspense. Comme je l’ai dit un peu plus haut, derrière cette relation, il y a une trame. Celle-ci regorgent de péripéties, ce qui nous permet de nous tenir en haleine. De rester captiver par le contenu. D’éclaircir ce mystère qui plane sur ce récit.

Une simple petite histoire qui se lit facilement, sans prise de tête. Une page couverture alléchante. Un séduisant résumé. Rire. Ce type de sujet n’est pas si visible dans les livres, alors je peux dire que « Our lies » est une vraie bouffée d’air frais.

Un dernier mot ?

En définitive, « Our lies » est une œuvre littéraire que j’ai aimé découvrir au fil des pages. Je n’ai pas vu le temps défiler, j’ai passé un bon moment en compagnie de ces personnages principaux et secondaires. Le style d’écriture de Steff S. est fluide et agréable à bouquiner. Prenant du début jusqu’à la dernière ligne. Il va de soi que je vous conseille ce récit, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Je vais vous laisser sur ces mots… Les apparences sont parfois trompeuses.

#Sara

Chronique sur Totale Rédemption de Léaly Morgane

Totale Redemption

Note : 9/10

« Il faut dire que j’ai toujours été beau gosse, avec mes cheveux châtain clair et mes yeux marron doré, j’ai du style, sans prétention de ma part. J’ai dû, par la force des choses, abandonner tous mes rêves d’avenir. Le travail parfait dont j’ai toujours rêvé. J’avais une carrière prometteuse devant moi dans mon domaine de prédilection : le football et le bonheur d’une petite vie de famille idéale avec une femme parfaite, à mon image. Ce dernier songe a vraiment été éphémère et, pourtant, il a changé ma vie à jamais. Lorsque j’ai enfin été prêt à me consacrer au grand amour, celui-ci m’a été arraché. Littéralement, par la force des choses et cela n’a rien à voir avec une simple rupture difficile à encaisser et à oublier. »

Logan

Résumé : « Logan vient de sortir de prison pour meurtre. Pour tout le monde, c’est un meurtrier, mais les gens ont oublié la vraie histoire ; Lorie, son âme sœur, son amour de toujours, a été tuée par son père alcoolique.

Quand il a découvert le corps de sa bien-aimée, il s’est jeté su lui, et dans un état second, l’a frappé jusqu’à ce que les policiers les séparent.

Depuis, sa vie n’est plus la même.

Il tente de se réinsérer avec difficulté, sa réputation de bad boy et de bagarreur ne lui facilite pas les choses.

Surtout, la douleur est encore présente.

Plus jamais il ne pourra aimer comme il l’a aimée, pourtant un jour, Léna fait son entrée dans sa vie. »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaleureusement Evidence Éditions, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance en moi.

Vous savez ce que j’aime de la lecture, c’est découvrir de superbes histoires ainsi que d’inoubliables plumes d’écriture. Et celle de Léaly Morgane fait partie des auteures que je n’oublierai pas. Attiré par la page couverture et le résumé, j’ai voulu tenter ma chance. Et je dois dire que je ne suis absolue pas déçu d’avoir passer le cap.

UNE NARRATION MASCULINE…

Unique, j’ai adoré me plonger dans un esprit masculin, il faut dire que ce n’est pas quelque chose qui arrive constamment. À travers les pensées de Logan, on assiste à ces années de sa vie, celles où son enfer a commencé. Le protagoniste nous raconte son histoire du début à la fin, c’est-à-dire ces moments en prison, sa lutte et ses tribulations lors de sa réinsertion en société ainsi que sa délivrance.

Dans « Totale Rédemption », on fait la connaissance de Logan, un homme qui à la suite d’un horrible événement a développé une nature réservée. Ne pouvant pas se libérer de ces chaînes qui illustrent son passé, il doit apprendre à vivre avec celles-ci. Plus facile à dire qu’à faire… Alors que sa mauvaise réputation ne cesse de lui faire du mal, voilà que certaines personnes passent outre et prennent la décision de lui offrir une seconde chance de vivre en société. Se réinsérer, c’était le but qu’il s’était donné pour effacer toute trace de ces mauvais souvenirs, mais cela s’étant avant de la rencontrer elle. Léna. Logan arrivera-t-il à ne pas succomber à cette jeune femme de dix-neuf ? Et si cette pétillante tornade était celle qui le laverai de toutes ces mauvaises images qui le hante constamment ? Réussira-t-il à ouvrir son cœur de nouveau, au risque de le voir se briser une fois encore ?

SOUFFRIR AUTANT QUE LE HÉROS PRINCIPAL…

Si intense et douloureuse à la fois. « Totale Rédemption » est une histoire qui m’a fait beaucoup souffrir émotionnellement. Passionnante et rempli d’émotions, Léaly Morgane est parvenue à retranscrire parfaitement les sensations de Logan. À plusieurs reprises, j’en ai eu le cœur brisé. Il est littéralement impossible de rester de marbre face au désespoir de cet homme.

Concernant le style d’écriture de l’écrivaine, il est agréable et coulant à bouquiner. Addictif, on se laisse facilement embarquer dans la vie de Logan, malgré les apparences négatives. Dès que mes yeux se sont posés sur les premières lignes, je n’ai pas pu m’empêcher de continuer à lire. En revanche, il y a juste un petit bémol… J’aurai aimé avoir un ou deux chapitres du point de vue de Léna afin de savoir ce qu’elle pense de sa relation avec Logan ou du moins pour apprendre à la connaître.

LA RÉALITÉ SELON DIVERSES MANIÈRES…

En écrivant ce récit, Léaly Morgane a voulu aborder de certaines thématiques qui peuvent changer la vie d’une personne. Étant des sujets sensibles et difficiles à discuter, peu d’individus osent en parler. En effet, au cœur de cette histoire, il est possible de retrouver ces nombreuses façades de la société actuelle dont la prison, le meurtre, la violence familiale et plein d’autres encore. Cependant, quelques concepts apportent une once de lumière, soit l’espoir et la rédemption. « Totale Rédemption » est une vraie balance à l’état pure.

Un dernier mot ?

En définitive, cette œuvre littéraire m’a fait vivre plusieurs émotions à la fois. Comportant une captivante et douce calligraphie, Léaly Morgane m’a totalement bluffé. Je ne m’attendais absolument pas à ce récit, à autant souffrir psychologiquement. Un personnage au cœur sauvage et attachant, quoi demander de mieux ? Il va sans dire que je vous recommande « Totale Rédemption », j’espère que ce livre vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je compte bouquiner les autres écrits de l’auteure afin d’en apprendre un peu plus sur ces univers littéraires.

#Sara

Chronique sur Firestone de Chrys Galia

Firestone

Note : 10/10

 « Il faut accepter, ce qui est, ce qui ne sera jamais. J’ai appris à faire avec ce qui s’offrait à moi, à avancer sans ce qui comptait le plus. Je dois continuer, je me suis endurcie, même si sous la carapace qui semble m’habiller, reste cette jeune fille fragile, qui a aimé, pleuré, eu peur. J’ai fait des erreurs, des choix, seule. Les remords, les regrets sont un frein, un terrible frein qui nous ronge de l’intérieur. Chaque pas de plus est un pas en avant. Même handicapée, je continue de progresser sur le chemin de mon existence, même amputée, j’affronte, me relève, toujours. »

Plume

Résumé : « Elle pensait pouvoir l’oublier… Il l’avait exclue de sa vie… Mais lorsque deux pierres de feu s’éloignent, il suffit d’une rencontre improbable, d’un destin qui s’acharne à les réunir pour que les braises s’enflamment à nouveau.

Plume et Soan, un passé brûlant, des retrouvailles volcaniques… un avenir est-il encore possible ? »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaleureusement Elixyria Editions, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

Je vous avoue que « Firestone » est le premier roman de Chrys Galia dont j’ai la chance de bouquiner. N’ayant jamais lu un des écrits de l’auteure, je ne savais pas ce que le lectorat ressentait lorsqu’il lisait sa calligraphie. Malgré cela, un petit oiseau m’a dit que je passais (vraiment) à côté de quelque chose, alors pour y remédier, j’ai accepté la proposition de cette personne (Un gros merci à toi L.S Ange pour cette opportunité)… Maintenant que j’y pense, je suis vraiment contente d’avoir plongé au cœur de cet univers, c’était tout simplement de toute beauté.

L’ILLUSTRATION DES VALEURS DE LA VIE…

Chrys Galia, par le biais de ses mots, nous fait redécouvrir les principes essentiels, les plus importants. Évidemment, l’amour en fait partie, mais il n’y a pas que cela. « Firestone » aborde de plusieurs thématiques dont le pardon, la reconstruction de soi et le fait de recevoir une seconde chance. En soi, les personnages ont une excellente force de caractère. En effet, Chrys Galia a confectionné des interlocuteurs qui ne laissent personne bouleverser leurs convictions. Ce qui, si vous voulez mon avis, est absolument réaliste et à la fois surréaliste.

Dans « Firestone », on fait la connaissance de Plume et Soan, deux jeunes adultes qui vivaient une belle histoire d’amour. En parfaite harmonie, chacun complétait l’autre, dans les sphères possibles… Jusqu’à ce qu’un jour Soan, n’étant plus satisfait de cette relation, prend la décision de rompre avec Plume. Libre comme l’air, il décide de s’éloigner de cette ville afin d’aller faire la carrière dont il rêve secrètement. Plusieurs années ont passées, Soan ne sent pas heureux dans cette vie qu’il a choisie. Toutes ces choses qu’il touche des bouts des doigts ne lui paraient plus aussi séduisantes qu’avant. En effet, il ressent un manque. Il espère retrouver la présence de cette personne dont la vie a été transformée grâce à elle.

Soan prend donc le risque de retourner dans cette ville qu’il a fui dix ans auparavant, pour retrouver cette femme qu’il n’a jamais cesser de hanter ses pensées. Quant à Plume, après cette épreuve, elle a appris à se reconstruire et à compter sur personne d’autre, mis à part ses parents et sa meilleure amie Melissa. La jeune femme aura-t-elle la force de pardonner à cet homme qui est parti sans un regard en arrière ? Concernant Soan, parviendra-t-il à se libérer de ces chaînes qui l’emprisonnent depuis toutes ces années ? Et si après tout cela, Soan et Plume n’avaient pas perdu ces étincelles qui s’enflammait constamment lorsqu’ils se retrouvaient tout les deux ?

LES DEUX CÔTÉS DE L’HISTOIRE…

Possédant deux voix, on se laisse charmer par les pensées de Plume et de Soan. Découvrir ces protagonistes dans l’esprit de l’un et de l’autre était absolument intéressant. Entrez dans leur tête était tout simplement délicieux pour mes yeux. Plume et Soan sont deux personnalités volcaniques qui pourraient exploser à tout moment. Entre ces deux-là, on peut dire que les moments sont tout aussi chauds et ardents que la braise.

En ce qui concerne la plume d’écriture de Chrys Galia, elle est coulante et agréable à lire. Au fil des pages, j’ai appris à aimer l’univers de l’auteure. Une histoire dont le rythme ne s’atténue aucunement, les rebondissements ne cessent de s’empiler les unes sur les autres. Sans compter les chapitres que l’on ne voit pas défiler. L’auteure ne nous laisse pas le temps de souffler, de reprendre notre souffle. Bien rythmé.

Totalement bluffée par le récit, je l’ai été encore plus face aux illustrations, qui représentaient les protagonistes à différents lieux. Ceux-ci étant fait à la main, par l’écrivaine elle-même, j’ai été sous le charme durant toute ma lecture. Si je n’étais pas impatiente de bouquiner la suite, je serai resté en admiration devant ces représentations. De plus, les paysages étaient sensationnels. Effectivement, Chrys Galia n’hésite à poser des descriptions claires et détaillées, mais sans en mettre trop. À chaque fois que les personnages voyageaient, on pouvait ressentir l’intérêt de l’écrivaine pour ces pays (J’ai eu un faible pour le Maroc).

Un dernier mot ?

Finalement, « Firestone » est une œuvre littéraire qui m’a touché, du fait de ces nombreuses valeurs mises en avant et par cette histoire d’amour. Un style d’écriture tout aussi magique que poétique. Un livre qui nous fait naviguer au cœur de plusieurs pays. Une romance qui démontre que l’amour est toujours aussi vivace qu’au premier jour. Des interlocuteurs attachants, mais également cocasses. « Firestone » est un livre qui se lit sans arrêt, dès les premières pages, on se laisse facilement porter par l’ambiance et l’amour qu’il y a entre ces deux individus. Il va sans dire que je vous conseille ce roman, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je compte bien découvrir les autres récits de l’auteure. 

#Sara

Chronique sur Juste un mot partie 1 de Meo Lyss

Juste un mot partie 1

Note : 8,5/10

« Assise dans l’alcôve, je regarde le soleil se lever.

Encore une nuit sans sommeil.

Elles sont si nombreuses depuis quatre mois, depuis qu’il m’a quitté, que j’ai arrêté de les compter.

Depuis ma tentative de suicide, la culpabilité serre mon cœur « chaque fois que je suis avec eux.

Comment ai-je pu leur faire endurer ça ?

Le pire, c’est que je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé ce jour-là. Je ne suis pourtant pas suicidaire, alors pourquoi ai-je tenté de mettre fin à ma vie ?

Je n’ai toujours pas la réponse et je ne l’aurais probablement jamais, car je n’ai aucun souvenir précis de ce jour ni des suivants. Tout ce qui me revient en mémoire, c’est la lame sur mon bras, le marteau qui m’a permis de tout détruire, et de ma douleur, « de ce besoin de ne plus rien ressentir.

Maintenant, tout ce qu’il me reste, c’est cette cicatrice qui ne cesse de me hanter.

Les semaines suivantes de ce que je nommerais « l’erreur » n’ont pas été très glorieuses ; je restais enfermée dans le noir, me coupant du monde et de mes amis, refusant de m’alimenter, de bouger, de vivre tout simplement.

J’ai eu du mal à surmonter ce que j’ai fait et c’est encore le cas aujourd’hui. La seule différence entre cette période et maintenant, « c’est que j’ai repris une vie relativement normale. »

Maëllia

Résumé : « Trois mois que sa vie a pris un tournant inattendu ; Maëllia vit aujourd’hui avec l’un de ses meilleurs amis et la cohabitation devient pesante.

Elle rêve de liberté, d’indépendance, mais la peur omniprésente de ses amis l’empêche d’agir à sa guise. Afin de s’assurer qu’elle ne recommencera jamais, ils ont mis en place une surveillance constante qui l’oppresse et l’étouffe.

Mais sa rencontre avec Liam va changer la donne, grâce à son aide, elle va obtenir petit à petit la liberté à laquelle elle aspire, mais ce ne sera pas sans frais. »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaleureusement J’aime la littérature, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

N’étant pas familière avec la calligraphie de l’auteure, je ne savais pas dans quoi je m’embarquais. Je ne m’attendais pas à ce que ce roman possède une tournure psychologique. La première partie de « Juste un mot » est sombre tout en étant intéressante. C’est une jolie petite histoire. Un récit qui devrait posséder plus de feuilles, pourquoi si minuscule ? Rire. On reste forcément sur notre faim. Pour finir, je suis contente d’avoir passé le cap et d’avoir laissé une chance à ce bouquin.

Évidemment, je compte bien lire les autres écrits de l’auteure. La curiosité a eu raison de moi. « Juste un mot » est un cri du cœur que l’on ne peut ignorer !

UN MESSAGE DÉVOILÉ ET UN THÈME SENSIBLE…

À travers les pages, Meo Lyss essaie, à sa manière, de nous faire parvenir une leçon importante, celle de l’acceptation de soi. Si vous voulez mon avis, c’est un détail que j’aime beaucoup, car c’est un sujet peu abordé dans la société actuelle.

D’autant plus que dans cette lecture, il est possible de retrouver un motif rempli de sensibilité. De quoi je vous parle ? Hum… Je vais vous laissez sur ces quelques mots : ce thème touche le désir de vivre et l’impossibilité à continuer de souffrir d’un individu. Accrochez-vous à votre chaise et si vous le pouvez, prévoyez des mouchoirs.

Dans la première partie de « Juste un mot », on fait la connaissance de Maëllia, une jeune femme qui a vécu un événement important. Trois mois plus tard, on la retrouve en compagnie de son groupe d’amis. Protecteurs, ceux-ci essaient de l’enfermer dans une cage dorée pour prévenir n’importe quelle situation qui pourrait lui causer du tort à nouveau. Étouffée, Maëllia ne peut s’empêcher de penser au fait qu’elle souhaite reprendre son indépendance d’antan. Cependant, ses amis ne la laissent pas vivre en liberté. Enfin, c’est ce qu’elle croyait jusqu’à cette rencontre inattendue. Et si cette bouleversante altercation lui permettait de se reconnecter avec sa véritable personnalité ? Celle qu’elle est au plus profond d’elle-même.

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’écrivaine, elle est coulante et agréable à découvrir. Simple et tendre à la fois, Meo Lyss parvient par le biais de ses mots à nous attendrir et à nous faire une montagne russe d’émotions. J’ai vécu ce périple aventureux aux côtés de Maëllia. J’ai partagé ses peines, colères et toutes ses autres sensations.

PROTAGONISTES À DÉVELOPPER PLUS EN PROFONDEUR…

Sans prise de tête, « Juste un mot » se lit rapidement et facilement. J’ai passé un bon moment en compagnie de ces nombreux personnages principaux et secondaires. En toute franchise, quelques interlocuteurs m’ont donné des envies de meurtre et d’autres me faisaient de la peine. Puis, j’aurai aimé connaître plus en détails les acteurs et actrices. Peut-être gratté plus profondément à l’avenir.

Concernant Maëllia, j’ai été touché par ses états d’âme. En outre, on découvre comment elle se perçoit et en quoi ces nombreuses réflexions lui ont permis de s’accepter elle-même. Super !

Un dernier mot ?

Finalement, la première partie de « Juste un mot » ne possède aucun filtre. Émouvante ! Un bouquin qui reflète, sans aucun doute, la réalité de certaines personnes. Un style d’écriture fluide et maîtrisé. Une conclusion qui nous laisse en total confusion, ce qui ajoute une touche de mystère. Une héroïne qui est parvenu à me toucher, à m’attendrir. Il va de soi que je vous conseille ce roman, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je souhaite bouquiner de nouveau les univers littéraires de Meo Lyss.

#Sara

Chronique sur Aime-moi encore écrit par Angel Trudel

Aime-moi encore

Note : 9,5/10

« — Je suis désolée, Gabriel, je dois rentrer.

— Pas déjà, reste encore un peu avec moi, avait-il protesté.

— C’est un de mes frères, je suis déjà surprise que ma mère ne l’ait pas envoyé avant.

J’étais morte de honte, mais jamais je n’ai regretté cette soirée.

— Merci de m’avoir raccompagnée, Gabriel.

— Attends, Annie, quand est-ce que je peux te revoir ?

— Nous nous verrons à l’école lundi.

J’étais sortie de sa voiture malgré moi. Je n’arrivais pas à croire qu’il puisse s’intéresser réellement à moi. Je ne pouvais pas en vouloir à mon frère, j’étais soulagée de ne plus avoir à faire face à toutes les sensations que j’avais ressenties quand il m’avait embrassée.

— Allez, Annie, rentrons à la chambre, j’ai hâte de découvrir ce site en soirée.

La voix de Justine me ramène à la réalité, j’étais loin dans mes souvenirs.

— Oui, allons-y. Pour ma part, j’ai hâte de sortir danser.

Je dois me changer les idées ; je ne veux pas penser au passé. Nous quittons la plage pour aller nous préparer. Il faut bien être dans le Sud pour prendre deux douches par jour au minimum, en plus de se baigner.

— Je me demande bien si Ève profite de son massage, enchaîné-je.

— Moi aussi, j’aimerais bien me faire masser cette semaine. J’ai hâte d’avoir ses commentaires. »

Annie, Gabriel & Justine

Résumé : « Annie accompagne ses deux meilleures amies pour une semaine de vacances à Cuba afin de célébrer leur complicité des 10 dernières années.

Pendant ce voyage, elle aimerait faire le point sur sa carrière en arts qui tarde à décoller comme elle en rêve. Si elle avait le choix, elle passerait tout son temps dans son atelier à peindre les tableaux qu’elle imagine. Elle ne s’attend pas à des retrouvailles avec son premier amour, son seul amour, dans ce paradis tropical. Gabriel n’était pas prévu dans son tout inclus. Se laissera-t-elle séduire par toute la chimie encore explosive entre elle et lui? Osera-t-elle s’abandonner à ses belles promesses?

Dans une danse d’attraction qui leur est propre, ces vacances raviveront-elles cet amour impossible à oublier, ou aurait-il été préférable de laisser le passé derrière? Auront-ils droit à cette deuxième chance? Pourra-t-elle ouvrir son cœur, qui n’a jamais cessé de ne battre que pour lui? »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaudement Angel Trudel pour sa confiance en moi et en mon blogue.

Houlà ! Je ne sais pas vous, mais j’ai chaud tout d’un coup. Rire. Quel plaisir de retrouver la chaleur et les beaux paysages cubains. Tout comme le premier tome, j’ai retrouvé cette sensuelle atmosphère qui m’avait tant plu. Celle-ci ne cesse de croître depuis le début. Évidemment, je suis également heureuse de retrouver la calligraphie d’Angel Trudel.

Étant familière avec cet univers dont la trilogie tourne gravitionnellement autour, je savais qu’en continuant sur cette lancée, j’allais découvrir un autre point de vue. Encore une fois, l’auteure a su me faire voyager au cœur des tropiques.

UNE BALLADE SUR LE BORD DE MER…

« Aime-moi encore » nous offre de nouveau la possibilité de voyager à Cuba. Une histoire toute aussi émouvante que rigolote. L’écrivaine a réussi à peindre les différents horizons d’une perception dissemblable à celle du premier opus. Ce second récit est définitivement une lecture à bouquiner lors des froides températures, comme en ce moment. Rire.

Rempli d’affection et de tentation, cette trilogie est sans aucun doute un cocktail parfait d’amour et d’érotisme. À dévorer sans modération, jusqu’à la dernière gouttelette. J’ai bien aimé découvrir cette croisière à travers les yeux d’Annie et Gabriel. Mystérieusement, j’étais plus proche de l’héroïne principale de ce deuxième tome que de celle du premier opus.

FACILE ET SANS PRISE DE TÊTE…

Dans « Aime-moi encore », on fait la connaissance d’Annie, une jeune femme qui a pris la décision de s’envoler vers Cuba, en compagnie de Justine et Êve, ses deux meilleures amies, pour une semaine afin de fêter leurs 10 années d’amitié. Peintre, elle se consacre corps et âme à cette passion qui lui tient à cœur. Son rêve ? Être reconnu dans le monde artistique. Toutefois, ce n’est pas une chose aisée étant donné que cet univers est très restreint et compétitif. Annie a-t-elle ce qu’il faut pour réaliser son plus grand désir ? Mais, il semblerait qu’elle ne soit au bout de ses surprises… En effet, c’est lors de sa belle aventure paradisiaque qu’Annie se retrouve face à face avec Gabriel, son grand amour. Celui qui lui totalement brisé le cœur sans la moindre hésitation. L’homme dont elle n’a jamais cessé d’aimer d’un amour inconditionnel.

Alors quand la flamme de l’attraction semble toujours s’épanouir entre eux, Annie devra décider si elle veut de nouveau que Gabriel fasse partie de sa vie. Se laissera-t-elle aller à ce désir explosif qu’elle croyait perdu ? La jeune femme arrivera-t-elle à lui confiance au risque de se faire encore briser le cœur ? Gabriel et Annie devront prendre une décision cruciale concernant leur avenir : choisiront-ils de se donner une seconde chance ? Ou tourneront-ils la page sur leur relation ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’écrivaine, elle est toujours aussi fluide et addictive que dans le premier tome. Dès les premières feuilles, je me suis senti entraîné par les pensées d’Annie. Quelques fois celles-ci étaient comiques et d’autre fois, on avait l’impression qu’elle était incertaine face au retournement de situation que représente Gabriel. Cependant, l’ambiance était toujours aussi passionnelle et torride… Plusieurs climatiseurs n’auraient pas été de trop. Rire.

DES PROTAGONISTES SPÉCIAUX…

Annie et Gabriel sont deux individus qui se sont aimé autrefois, mais qui ont été obligé de se séparer, malgré leur amour. À mes yeux, ce sont deux âmes sœurs déchirées, qui grâce à une merveilleuse coïncidence, ont la chance de se retrouver et de s’aimer comme avant.

Un dernier mot ?

En somme, « Aime-moi encore » est une belle romance qui démontre que souvent il est très difficile d’oublier son premier amour. D’autant plus que j’ai passé un excellent moment en compagnie de Gabriel et Annie. J’ai été également contente de retrouver les autres personnages secondaires. Aussitôt commencé que les détails et les paysages m’ont reconquis. Il va de soi que je vous conseille « Aime-moi encore », mais veillez à lire « Aime-moi » avant. J’espère que cette trilogie vous plaira autant que les deux premiers opus m’ont plu. Découvrez Cuba à travers les yeux et les pensées d’Annie et Gabriel durant sept jours. Pour ma part, je compte me plonger dans la relation mouvementée d’Êve et Mathieu, les héros du dernier tome.

#Sara

Chronique sur Kurt’s Secret de Cynthia Havendean

Kurt's Secret

Note : 13/10

« Je viens délicatement lui chuchoter à l’oreille pour qu’elle se réveille :

— Bébé…

Mes lèvres viennent caresser son cou en laissant plusieurs baisers. Elle ouvre enfin les paupières…

— Evan ? Qu’est-ce que tu fais ? Il est quelle heure ?

— Je n’en peux plus, j’ai envie de toi…

— Par pitié, ne me dis pas que t’es encore bourré ? Ah oui, tu sens l’alcool. T’es encore allé traîner avec ton groupe toute la nuit ?

— Bah il le faut, si je veux être guitariste et gagner de l’argent. Nefarious est en pleine sen… senssion, tu sais ?

— On dit ascension et non « senssion », me corrige-t-elle en roulant des yeux.

Le souffle court, le corps contre le sien, je fais glisser mes doigts entre ses jambes, jusqu’à ce que je sente l’humidité qui se dégage de sa culotte. J’enfouis mon visage dans le creux de son cou pour contenir au maximum mon excitation qui va me rendre dingue. »

Avril & Evan

Résumé : « Evan Kurt est la star d’un célèbre groupe rock. Son look punk ne laisse personne indifférent. Il détonne vraiment à côté de moi, la sportive qui préfère lire plutôt qu’aller en boîte de nuit. Bien qu’il soit mon opposé, Kurt aimait me sortir de ma zone de confort. Ce mec, c’est la perfection. Il sait comment séduire, tellement que j’en suis tombée amoureuse. Je lui faisais confiance. Nous passions même nos nuits ensemble. Puis, tout s’est arrêté… sans raison.

Du jour au lendemain, il ne veut plus de moi. Même que, sur le campus, plus personne ne m’adresse la parole. On m’agresse, on m’humilie en public, on a été jusqu’à me droguer à mon insu… voilà une infime partie de mon enfer. Quelqu’un me veut du mal et je commence à penser que cela vient de lui. Je ne le reconnais plus. Le pire, c’est que nous vivons dans la même maison. Suis-je en sécurité ? »

Mon Avis

À première vue, je remercie chaleureusement Édiligne pour leur confiance en moi et en mon blogue. Et Cynthia Havendean pour la petite dédicace et pour ces petits moments de papotage. C’est toujours un plaisir !

Dès que j’ai commencé « Kurt’s Secret », je n’ai pas su m’arrêter et finalement, au bout d’une journée et demie, le roman était terminé. Je ne vous cacherai pas que c’est la troisième fois que je lis cette histoire… Lors de mes deux premières reprises, je bouquinais en numérique sur Wattpad, mais vous ne savez pas quel bien fou, j’ai ressenti lorsque je l’ai tenu dans mes mains. C’était surréaliste ! D’autant plus que ça fait si longtemps que je l’attendais. Durant quelques secondes, j’ai même cru que c’était une hallucination, mais non. Rire.

Tout comme le tout début, j’ai éprouvé les mêmes émotions, frustrations et papillons. Ces trois choses me submergeaient et me fascinaient, à la fois, tels les pétales des fleurs de cerisier s’envolant dans le ciel sombre de la nuit. Comment ne pas succomber à la calligraphie de Cynthia Havendean ? Ses récits sont de belles et poignantes pépites atomiques.

UN UNIVERS AU CŒUR DE LA MUSIQUE…

C’est à l’aide du contexte et des personnages principaux et secondaires, que Cynthia Havendean nous invite dans son monde musical où certaines choses peuvent être dangereuses, alors que d’autres semblent plus attirantes. Je fonds littéralement tel une crème glacée sous un soleil d’été. J’ai ADORÉ chaque moment passé, l’ennui n’est aucunement présent.

Rebondissements sur rebondissements… Voici ce que nous réserve l’auteure. Après avoir tout juste repris notre souffle face à une révélation ou une péripétie, voilà qu’elle décide de perturber l’ambiance quasi stable en lançant carrément une bombe nucléaire. Rire. Je ne vous cacherai pas que j’ai plusieurs eu envie de jeter mon roman par-dessus mon balcon. Rire. L’écrivaine a le don de me faire passer par toutes les émotions possibles et imaginables.

UNE HISTOIRE SOMBRE TOUT COMME SES PROTAGONISTES…

Rock’n’roll jusqu’à la dernière page, que ce soit la musique ou l’intrigue. Ce sont des petits détails comme ceux-ci qui me charme aussitôt. Un contraste de couleur entre le bien et le mal. Le noir et le blanc. La nuit et la lune. Ce sont ce type d’opposition qui définie parfaitement la relation interdite et (presque) toxique de Kurt et Avril. Simplement délicieux !

Dans « Kurt’s Secret », on fait la connaissance d’Avril, une jeune femme qui vit une idylle amoureuse avec Evan Kurt, son demi-frère et rockeur. Épanouie, elle a tout ce qu’elle a toujours rêvé : être meneuse de claques, des amis, de bonnes notes et un petit ami aussi séduisant que mauvais garçon. Pourtant, durant une nuit, la vie d’Avril se voit transformer subitement en un véritable cauchemar.

Un an plus tard, Avril est devenu la cible de celui qui était son amoureux ainsi que de son groupe d’ami. Harcèlement, isolement, intimidation… C’est ce que la jeune femme subit à longueur de temps. Cependant, malgré cela, Avril ne peut se permettre de flancher et de montrer ses larmes. Ainsi, elle n’hésite pas à garder la tête haute et à marcher droit devant elle afin de prouver aux autres que leur mots et gestes lui importent peu. Seul Evan Kurt compte… Et pourtant. Blessé, Avril ne peut pas cesser de ressentir une certaine forme de désespoir dû aux nombreux rejets de celui qui faisait battre son cœur et de ses coucheries.

Et si, en réalité, Avril n’était là que par hasard, que rien ne la concernait ? Pourquoi Kurt s’était-il aussi éloigné de la fille qu’il aime ? D’où provient cette haine qu’il éprouve pour Avril ? Pourquoi fait-il tout cela ? Se pourrait-il que derrière cette facette de rockeur se dissimule un cœur écharpé qui ne désire que retrouver celle qui lui accordait la paix intérieure qui lui manquait ?

Alors que les secrets autrefois enfouis semblaient enterré sous terre, voilà que ceux-ci se révèlent au grand jour… Avril saura-t-elle trouver ses véritables guerriers ? La complicité de Kurt et Avril retrouvera-t-elle sa même intensité d’antan ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours aussi fluide et addictive qu’avant. Le seul mot qui nous sort de la bouche est : Pourquoi. Question après question. Cynthia Havendean ne peut s’empêcher de nous torturer l’esprit. Les bouquins de l’écrivaine sont à rendre fou et folle n’importe quelle personne. « Kurt’s Secret » tient en haleine du début jusqu’à la dernière ligne, on se laisse happé par l’ambiance ombrageuse.

Une conclusion frustrante quelque peu mystérieuse, qui laisse place à une suite ou une nouvelle. Qui sait ?! Nos prières seront-elles entendues ? Dans tous les cas, j’espère qu’il y en aura une. Ça serait vraiment très chouette ! Alors, pour ceux et celles qui n’ont pas encore découvert les univers littéraires et la calligraphie de l’écrivaine, qu’attendez-vous pour le faire ?!

Un dernier mot ?

En définitive, « Kurt’s Secret » est une histoire explosive et attirante qui nous fait vivre des montagnes et des montagnes de sensations fortes. Une narration à deux voix qui nous permet de comprendre les agissements et les pensées d’Avril et de Kurt. Des moments bouleversants qui m’ont donné larme à l’œil à plusieurs reprises. Il est carrément impossible de ne pas devenir accro à ce récit. Il va sans dire que je vous recommande « Kurt’s Secret », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.

#Sara

Chronique sur Les échangistes de Sylvie G.

Les échangistes

Note : 12/10

« Après un profond soupir, il ajoute :

— Je n’en peux plus, je veux rentrer. D’ailleurs, qu’est-ce que tu portes là ? demande-t-il en relevant ma robe, une lueur de désir s’invitant dans ses yeux.

Je détache ma boutonnière à la hâte et ouvre les deux pans pour exhiber ma lingerie.

— Fuck, murmure-t-il en s’avançant vers moi pour taquiner la dentelle de mon soutien-gorge.

Hum…

— Si seulement les mains de Flanagan me faisaient le même effet.

— Ne le laisse pas te toucher, Kayla, chuchote-t-il en glissant un index curieux sous mon nombril, à la naissance de la dentelle de ma culotte. Ça me rend fou. »

Kayla & Hendrick

Résumé : « En cinq ans à la Sûreté du Québec, Kayla Abrahams a piégé nombre de cybercriminels du confort de son bureau. Derrière son écran, elle traque des prédateurs sans scrupules, lesquels sont loin de se douter qu’ils ont affaire à une trentenaire aux courbes généreuses qui les dupe fort habilement. Puisqu’elle est si à l’aise pour assumer de fausses identités et entretenir des conversations suggestives, son lieutenant l’assigne à l’épineux dossier de la mort de Nathan Sirois.

Les circonstances portent à croire qu’il ne s’agit pas d’un accident et, si la veuve de l’architecte semble sincèrement éplorée, elle fait néanmoins une révélation étonnante aux policiers : le couple fréquentait un club échangiste. Kayla se verra donc confier la mission d’infiltrer ce cercle très privé avec un « mari » recruté aux crimes économiques. Ce Hendrick Larsson est soigné, enthousiaste, structuré jusque dans ses abdominaux et irritant au plus haut point ! Mais pour éviter que les enquêteurs soient démasqués, elle devra bien prétendre le trouver séduisant.

Qui sait ? La tâche pourrait se révéler moins difficile que prévu. »

Mon Avis

Pour commencer, j’aimerais remercier chaleureusement Sylvie G. pour la superbe dédicace, elle est chouette. Sans aucune hésitation, c’est toujours un plaisir de rencontrer les auteur(e)s en vrai. J’ai été contente de papoter avec toi et de te voir face à face, même si ce fût un moment bref.

Étant déjà très familière avec le style d’écriture de l’auteure, j’ai été plus que ravie de me plonger dans une autre de ses histoires hors du commun. « Les échangistes » est un récit original et intrigant à bouquiner. L’ennui n’est pas possible, dès les premières pages, on se laisse embarquer dans cette sensuelle enquête policière.

UNE MONTAGNE RUSSE…

Les émotions sont bien présentes. En effet, sois je faisais de nombreux bonds de stupeur sois je me mettais à rigoler comme une folle. Rire. Et avec « Les échangistes », je n’ai pas su m’arrêter. En plus des rebondissements, on y trouve également des situations cocasses, ce qui apporte de la légèreté au roman. D’autant plus que la relation entre Kayla et Hendrick était singulière tout étant à mourir de rire. Pour finir, je riais jusqu’à avoir les larmes aux yeux.

Dans « Les échangistes », on fait la connaissance de Kayla, une jeune enquêtrice, au tempérament de feu, qui travaille dans la cybercriminalité. Espérant secrètement quelques sensations fortes, c’est à ce moment précis que son chef lui confie une mission sur le terrain. Ravie de changement de situation, elle accepte sans aucune hésitation. Toutefois, lorsqu’on lui dit que le lieu où elle devra agir est un club d’échangiste et qu’elle devra aussi se pavaner avec un « faux mari », Kayla ne peux se sentir quelque gêné par la situation. Succombera-t-elle au charme d’Hendrick Larsson, un autre policier ? Et sinon, pourquoi la jeune femme refuse-t-elle de se plonger dans cette relation ?

Hendrick est un jeune enquêteur qui est employé aux crimes financiers… Tout le contraire de Kayla, ils ne peuvent que se détester ou se désirer. Lui, il est élégant et toujours bien coiffé. Elle, prend la première chose qui lui tombe sous la main et ne prend pas la peine de se regarder dans le miroir lorsqu’elle se peigne les cheveux. Une queue de cheval vite fait et voilà. Ne dit-on pas que les opposés s’attirent ? Et pourtant tout comme leur aspect physique, ils sont aussi différents l’un que l’autre sur le plan psychologique. Pourtant, une seule chose les rapproche : leur répartie bien soutenue et sans fin.

Alors que la tension sexuelle est à son comble tout comme leur nombreuses disputes, Kayla et Hendrick devront mettre leur force de caractère de côté s’ils veulent arrêter la personne qui a assassinée le mari de cette veuve, qui fréquente le club d’échangiste. Réussiront-ils leur mission ? Kayla s’ouvrira-t-elle à son partenaire d’enquête ?

En ce qui concerne la calligraphie de l’auteure, elle est toujours aussi fluide et addictive. Avec « Les échangistes », Sylvie G. a frappé dans le mille. Pour mes yeux, ce livre était délicieux jusqu’à la dernière page. Des protagonistes qui ont du mordant, une intrigue intéressante et un soupçon de passion… Quoi demander de mieux ? Les feuilles ne cessent de tourner par elles-mêmes, on ne peut pas s’empêcher de continuer notre lecture.

Selon moi, l’écrivaine devrait produire plus d’histoires du même genre, sans aucun doute, elle possède un grand talent pour l’écriture. De plus, par le biais de ses mots, Sylvie G. m’a permis de découvrir un univers peu abordé dans la société, celui de l’échangisme.

LES APPARENCES SONT SOUVENT TROMPEUSES…

« Les échangistes » est un roman qui peut paraître érotique à première vue, mais c’est tout le contraire. Celui-ci n’aborde pas seulement de ça. Ainsi, l’écrivaine nous a pondu une belle pépite où l’amour, le suspense et les enquêtes policières se mélangent avec succès. En plus, il est possible d’y retrouver quelques scènes torrides, mais celles-ci sont peu présentes. La sensualité est bien dosée.

Une parfaite romance contemporaine qui n’a pas à envier les autres récits !

Un dernier mot ?

Finalement, « Les échangistes » est une œuvre littéraire qui mérite un peu plus de succès. Il est vraiment génial que ce soit par son contexte ou les détails qu’il regorgent. Kayla et Hendrick sont deux interlocuteurs qui ne cessent de s’enquiquiner, et pourtant ce petit manège ne fait qu’accentuer leur désir qu’ils ont envers l’autre. Rire. Un récit où la sensualité est présente sans être trop vulgaire. Des instants tout aussi fous et comiques à lire. Comme quoi les fous rires peuvent nous arriver n’importe où. Une calligraphie rafraîchissante et pleine d’humour. Il va de soi que je vous recommande ce bouquin, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je compte évidemment découvrir les autres écrits de Sylvie G., mon petit doigt me dit que je n’ai pas fini de lire ses univers littéraires.

#Sara

Chronique sur Lawyers & Associates tome 1 : Rikers Island d’Angie L. Deryckere

Rikers Island

Note : 9/10

« — Alors, qu’en penses-tu, Jason ? demanda Harry en fixant son associé.

Elena les observa attentivement. Il était évident que Harry ne voyait pas d’inconvénient à ce que l’avocate se charge du dossier. Ce qui était différent pour Jason Lawyers.

En effet, il connaissait parfaitement le dossier, mais également l’homme qui se trouvait toujours dans le couloir de la mort.

Elena Side ignorait ce point important et il était temps pour lui de lui en faire part. Elle verrait alors qu’il était primordial qu’elle gagne ce procès afin qu’il soit enfin reconnu non-coupable du meurtre de la Sénatrice Hamilton.

Il croyait en son innocence depuis le début et il était prêt à tout pour le sortir de Rikers Island.

Alors, il se dirigea derrière son bureau et s’installa lourdement dans son fauteuil sans quitter le regard de la jeune femme.

Elena Side était une bonne avocate, mais il était persuadé qu’elle se contentait de défendre des affaires sans véritablement de risques pour le cabinet.

C’était pour cette raison qu’il n’était pas allé la voir pour lui demander de s’occuper de Bell dès que l’information était tombée. De nouvelles traces d’ADN, malheureusement inexploitables, avaient surgi dans l’affaire, ce qui avait contraint le Juge Snow à rouvrir l’enquête, six ans après…

— Très bien, lâcha-t-il en passant une main nerveuse dans ses cheveux bruns.

Elena le considéra silencieusement tout en arborant un sourire narquois au bord des lèvres.

— Je vous mets sur le coup, mais avant, il faut que vous sachiez que vous prenez de grands risques en vous désignant comme principale avocate de Michael.

La jeune femme arqua un sourcil interrogateur, légèrement intriguée par l’air grave qu’il possédait sur le visage à cette minute.

— Comment ça ? l’interrogea-t-elle en plissant le regard.

— C’est une longue histoire. Je connais Michael et vu notre lien, je ne peux pas le défendre, mais la justice autorise qu’un membre de mon cabinet le fasse.

— Vous connaissez Bell…

— Oui, répondit Jason en échangeant un rapide regard vers Harry. Vous n’en saurez pas plus, mais… Je vous assure que si vous perdez cet appel devant la Cour, vous pourrez dire adieu à votre place dans ce cabinet, Elena.

Elena lui jeta un regard incrédule.

Était-il sérieux ? La menaçait-il de la virer si jamais le Juge renvoyait l’appel de Bell ?

Elle secoua la tête et reprit ses esprits avant de s’adresser à Harry.

— C’est une blague, j’espère ?

Harry baissa les yeux, visiblement dépassé par les menaces de son associé.

— Je ne plaisante pas, Elena, rétorqua Jason d’un ton sec. Vous savez ce qui vous attend et il est encore temps de revenir sur votre décision. C’est le moment de nous prouver que vous avez votre place chez Lawyers & Associates.

Ulcérée, Elena le foudroya du regard.

Depuis quand devait-elle fournir des preuves pour garder son job dans ce fichu cabinet ? … »

Elena, Jason & Harry

Résumé : « Après sa rupture avec son fiancé, Elena Side, brillante et implacable avocate de New York, décide de mettre un terme à sa fâcheuse manie de tout anticiper. C’est ce que Marc lui a reproché après avoir perdu le procès face à cette coriace adversaire qu’il a pourtant tant aimée, mettant ainsi fin à sa relation de trois ans.

Peu habituée à ce qu’on lui refuse quelque chose, Elena retrouve ses collègues au bar et surprend une conversation qui changera sa vie.

En effet, l’avocate a besoin de sortir de sa zone de confort et ne va pas hésiter à reprendre l’affaire houleuse où Michael Bell, un homme dangereusement sexy et puissant, est accusé du meurtre de la sénatrice Hamilton.

Clamant son innocence depuis le début malgré les preuves qui l’accablent, il attend désespérément qu’on le sorte du couloir de la mort.

Elena sera-t-elle prête à affronter ce dossier qui risquerait bien de briser sa carrière… ainsi que son âme ? »

 Mon Avis

Avant tout, je remercie Sharon Kena Éditions, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

Je vous avoue que lorsque j’ai débuté ma lecture, c’est l’univers carcéral qui a attisé mon insatiable curiosité, je raffole de ce genre de roman. C’est fascinant et intriguant à la fois. Mais, la calligraphie de l’auteure y est également pour quelque chose. Ça fait un bon moment que j’avais envie de découvrir l’imagination débordante d’Angie L. Deryckere. Finalement, j’ai sauté le pas et me voici. Rire.

UNE TRAME BIEN FICELÉE…

À la fois dangereux et original, l’écrivaine parvient à décrire une histoire qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. Sans aucun doute, elle se lit facilement et rapidement, au point qu’on ne voit même pas les pages défilées. Attention, c’est peut-être une passionnante romance, toutefois, ce n’est pas le pays des licornes. C’est loin d’être rose. D’autant plus qu’à travers « Rikers Island », l’écrivaine nous démontre que les apparences sont souvent trompeuses. Comme quoi parfois, ce n’est pas toujours la première perception qui compte. Vaut mieux donc, se fiez à son instinct.

Émouvant, l’auteure nous entraîne dans un tourbillon d’émotions où seule la conclusion peut réellement nous sortir de ce cataclysme. Les sensations ne cessent de s’entrechoquer. Aucun temps d’arrêt n’est possible lorsque vous commencez cette histoire.

Dans « Rikers Island », on fait la connaissance d’Elena, une avocate qui brille par ses nombreuses victoires que ce soit au niveau de sa carrière ou de sa vie privée. Rien ni personne ne lui résiste et ose lui dire « non ». Cependant, Elena ne s’attendait pas à ce que son fiancé la quitte suite à un autre succès. Lui reprochant de n’être pas honnête et de toujours les situations qui lui seront bénéfice, il rompre avec elle après trois années de vie commune. Blessée par les propos dit par son ex-fiancé, Elena n’hésite pas à sortir de sa zone de confort afin de montrer aux autres et à elle-même qu’elle n’est pas ce genre de femme. Qu’elle est plus que ça. Qu’elle possède un cœur. Élevée à la dure, elle n’a pas eu d’autres choix que de se façonner une barrière froide et indestructible pour se protéger.

Afin de réussir son plan, elle prend la décision de défendre la cause perdue. Celle dont la personne est accusée sans hésitation, malgré les preuves et les apparences. Michael est accusé d’un meurtre dont il n’a aucunement commis. Sa sentence ? La perpétuité. Enfermé à Rikers Island depuis six ans, il attend (im)patiemment l’individu qui saura l’aider à faire éclater la vérité. Une rencontre. Et si en un simple regard, la passion pouvait s’enflammer comme un éclair ? Succombera-t-elle à cet homme qui a perdu tout espoir de revoir la lumière du soleil ? Se laisseront-ils tenter par cette attraction qui les unit à chaque fois qu’ils se retrouvent ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est fluide et addictive. Ainsi, par le biais, de son récit, Angie aborde de plusieurs sujets intéressants. Néanmoins, vous savez ce qui est impressionnant ? C’est que l’écrivaine réussit à garder le mystère tout au long de notre lecture. La bombe atomique que forme les secrets et mensonges sont dévoilés à la toute fin du roman. Chapeau !

Le premier volet de « Lawyers & Associates » se porte essentiellement sur deux lieux : New-York et la prison Rikers Island. Bien détaillé, on peut aisément concevoir, dans notre tête, quelques images de ces endroits. C’est ainsi que l’on part à la conquête de réponse tout comme Elena.

DES PROTAGONISTES QUI NOUS INTERPELLE…

Concernant les interlocuteurs, ils sont attachant et dégagent une certaine forme de vulnérabilité, malgré leur cuirasse. En tout cas, j’espère qu’Angie attendra nos prières et nous fera une jolie petite histoire sur Jason. Rire.

Toutefois, je ne vous cacherai pas que j’ai eu un peu de mal à m’habituer à la narration. En effet, étant écrite à la troisième personne, j’ai eu peu de mal à me raccrocher aux personnages au début. Puis, après avoir tourné quelques pages, j’ai fini par me laisser convaincre et transporter par le rythme du récit.

Un dernier mot ?

« Rikers Island » est une œuvre littéraire dont l’univers judiciaire et carcéral se mélangent en un cocktail savoureux et captivant à souhait. Laissez-vous tenter par Elena et Michael. Une avocate et un détenu. Une femme et un homme (très séduisant et charmant en dépit de ses six longues années enfermées dans cette prison). Une écriture coulante et agréable à lire. Il va de soi que je vous conseille le premier tome de « Lawyers & Associates », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je compte bien découvrir les autres écrits d’Angie L. Deryckere.

#Sara

Chronique sur Les mots silencieux écrit par Audrey C.

Les mots silencieux

Note : 8,5/10

« Avec une lenteur mesurée, il baisse son visage à hauteur du mien afin de déposer un doux baiser sur mes lèvres. La chaleur qu’il fait naître en moi est aussi bouleversante qu’apaisante. Avec l’énergie du désespoir, j’accroche mes mains autour de son cou pour le garder contre moi, de peur qu’il ne me lâche subitement. »

Chiara

Résumé : « Suite à un AVC quelques heures après sa naissance, Chiara est devenue aphasique.

Cette pathologie qui l’empêche d’avoir une expression orale normale lui pèse énormément. Dans notre société actuelle, la différence est souvent signe de monstruosité, d’anomalie.

Ainsi Chiara vit recluse, seule, harcelée par ses camarades, alors que tout ce qu’elle souhaite, au fond, c’est être aimée pour ce qu’elle est. Alors quand Adriano s’intéresse soudain à elle, elle croit rêver.

A-t-elle le droit de croire en cet amour inespéré ? »

 Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaleureusement les Éditions Lollipop pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance en moi et en blogue.

Que dire de cette lecture ? Comment ne pas succomber face à tant de friandises et de désespoir ? N’ayant jamais eu la chance de découvrir le style d’écriture de l’écrivaine, je ne savais pas si j’allais apprécier son univers et sa manière de transcrire. Néanmoins, il y a un début à tout, n’est-ce pas ? Que voulez-vous ? Je suis faible et je n’ai pas pu résister à cet appel à la tentation. Rire. En même temps, avez-vous vu la page couverture ? SUBLIME !

LORSQUE LE SURRÉALISTE DEVIENT TERRE À TERRE…

« Les mots silencieux » est une histoire qui me touche personnellement, car mon petit frère qui n’est âgé que de quatre ans est atteint de dysphasie, un trouble de l’apprentissage et de développement oral. Lorsque je lisais le roman, je voyais les méthodes qu’entretenaient les parents de l’héroïne pour aider leur fille… Et en toute franchise, c’est ce que je vis en ce moment même avec ma famille. Cependant, j’ai conscience que ce chemin demande de la patience et beaucoup d’amour. Et croyez-moi, j’ai déjà tout cela en moi en quantité infinie. Je l’aime tel qu’il est et c’est ça le plus important.

DES SUJETS TOUJOURS D’ACTUALITÉ…

À travers son récit, Audrey C., aborde de plusieurs thèmes importants qui montrent comment la nature humaine peut être divergente. Comment les mots peuvent nous faire souffrir tout en nous faisant espérer… En effet, « Les mots silencieux » est un roman qui dévoile la différence d’une personne par rapport aux autres. La souffrance qu’elle ressent face à de telles humiliations et gestes posés. L’amour de deux individus à fleur de peau qui s’aiment à la folie, mais qui ne peuvent pas s’empêcher de se déchirer mutuellement. L’espoir de voir enfin le bout du tunnel. Pardonner à tous ceux et celles qui nous ont trahi et anéanti. Est-ce possible ?

D’autant plus que l’écrivaine nous illustre en quoi l’aphasie, un trouble neurologique qui concerne l’élocution, peut faire en sorte qu’une personne atteinte doit faire pour s’adapter à réalité. Pourtant, le plus choquant, c’est le fait que les êtres humains n’hésitent pas à rabaisser et harceler une personne différente. Affreux, je vous jure !

Intense ? Résonnant ? Oui, sans hésiter !

Dans « Les mots silencieux », on fait la connaissance de Chiara qui, dès sa venue au monde, fait un AVC. Quelles seront les conséquences de cet accident vasculaire cérébral ? Les séquelles neurologiques ? Ainsi, Chiara a n’a pas eu la chance de profiter pleinement de son enfance, car étant à risque, ses parents n’ont jamais cesser de craindre pour la vie de leur fille. Elle a grandi dans une inquiétante atmosphère où la peur et l’impatience n’ont pas arrêter de les guetter tous les trois. Attendant le verdict final, ils n’ont pas d’autres choix que de craindre tout et n’importe quoi.

Pourtant, comment réagiront-ils lorsqu’ils apprendront le diagnostic ? Et si un mot pouvait changer tout le cours de votre vie ? Aphasique. Chiara est incapable de s’exprimer avec des mots. Seuls quelques sons parviennent à s’échapper de sa bouche. Sachant ce qu’il l’attend, Chiara prend la décision d’apprendre le langage des signes afin de se faire comprendre par les autres. Son trouble ne la rend pas moins intelligente que les autres, elle réussit parfaitement à écrire. Alors qu’elle fait son entrée dans le milieu scolaire, ce qu’elle redoutait se produit.

Désormais, âgée de dix-huit ans, Chiara subit toujours les humiliations, les coups et les méchancetés de ses camarades de classe. Cependant, après tout cela, la jeune femme parvient tout de même à encaisser avec la tête haute. Ne voulant qu’obtenir son bac, elle se protège derrière une carapace afin de ne pas montrer aux autres sa vulnérabilité. C’est en revenant chaque jour chez elle, après les cours, que Chiara se laisse aller et pleure à chaudes larmes. Tous pensent qu’elle de nature timide… En effet, la jeune femme n’a jamais avoué à un des élèves qu’elle était aphasie. Et si l’un deux savaient, est-ce que cela changerait quoi que ce soit ?

Quand Adriano, un garçon étudiant dans le même établissement scolaire que Chiara, décide d’aller vers elle afin d’apprendre à la connaître, la jeune femme ne peut s’empêcher d’être méfiante. Attentionné, il lui parle comme si elle était une personne normale. Et si sa gentillesse était un peu trop louche ? Pourquoi lui accorde-t-il soudainement son attention ? Est-il franc concernant ses sentiments ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est touchante et remplie de douceur. Fluide, on s’accroche à l’histoire comme à une bouée de sauvetage. C’est par le biais de son histoire qu’Audrey est parvenu m’atteindre. Beaucoup d’émotions. Lecteurs et lectrices qui ont le cœur lourd, je vous conseille une montagne de mouchoirs… Juste pour être sûre. Rire. Durant notre lecture, il est facile d’apercevoir l’évolution psychologique des personnages principaux.

Chiara a de fâcheuses tendances qui m’ont données envie de sauter dans le livre pour aller la retrouver. Fuir ses problèmes n’est jamais très sain. Quant à Adriano, son côté impulsif me faisait froid dans le dos. Garder toute cette rancœur en soi risque fort bien d’exploser un jour. Cette partie de lui était comment dire… Détestable. Ce qu’il fait et dit n’est pas totalement en harmonie avec ce qu’il pense. Entre eux, c’était un jeu du chat et de la souris. Chiara et Adriano sont deux protagonistes qui en ont énormément bavés dans leur vie.

Une romance… Non. Un diamant brut qui a su me démontrer que l’avenir n’est pas totalement écrit noir sur blanc. Que l’espoir est comme le bourgeonnement d’une fleur. Graduel, mais lent. Qu’il faut patienter sans trop se presser. Mais, qu’il faut SURTOUT ne jamais cesser d’y croire. En outre, j’ai lu deux fois de suite ce roman et lorsque j’ai tourné la dernière page pour la second reprise, j’ai ressenti les mêmes sensations que j’avais perçu quand j’ai commencé au tout début. 

Un dernier mot ?

« Les mots silencieux » est une œuvre littéraire qui dénonce le harcèlement tout en parlant d’affection, de différence et de rédemption. De plus, la narration est à une voix, donc on suit le récit à travers les yeux de Chiara. Une belle découverte littéraire. Sans compter que j’ai passé un excellent moment en compagnie de tous ces interlocuteurs. Audrey n’hésite pas à nous lancer quelques phrases ici et par là sur une chose qu’on ne devrait surtout pas oublier. Celle de toujours croire en soi et en l’avenir. Il va sans dire que je vous conseille FORTEMENT cette lecture, j’espère que « Les mots silencieux » vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je souhaite vraiment retrouver la calligraphie et les écrits d’Audrey.

#Sara