Chronique sur Arbos Anima tome 1 de Kachou Hashimoto

Arbos Anima tome 1

Note : 7,5/10 

– Jeune maître, je te l’ai dit cent fois : « Quand tu pars en collecte, assure-toi de me mettre au courant ! »  

– Oui, je le sais bien ! Je dis toujours : « A plus, la vieille ! » avant de sortir. Mais je suis botaniste collecteur. Moi, Noah Lescott… si je sais qu’une plante m’attend quelque part, je ne peux me retenir ! ” 

Rudyard & Noah 

Résumé : “ XIXe siècle, au Sud-Est de l’Asie. Noah, chasseur de plantes, possède le don rare de se synchroniser avec la mémoire des végétaux. Accompagné de son garde de corps Rudyard, ex-pirate, il sillonne les continents à la recherche de plantes les plus rares… Mais à̀ cette époque, les marchands cupides et les collectionneurs prêts à̀ tout pour ajouter une nouvelle pièce à leur serre affluent de l’Occident et déciment la flore locale… ” 

 Mon Avis 

Tout d’abord, le premier tome de la série “ Arbos Anima ” est un petit livre de 196 pages que j’ai bien aimé. Un manga sympathique à bouquiner pendant un bref moment.  

Au début de l’histoire, je ne savais pas réellement à quoi m’attendre, mais la curiosité a eu raison de moi et je ne vous cache pas que cette bande dessinée japonaise a une bonne mise en scène pour les amateurs de botanique tel que moi. Intéressant, on se laisse happé par son contenu, malgré l’attente… Néanmoins, ce premier opus possède également des imperfections qui sont à modifier.  

Honnêtement, j’ai bien aimé le début de l’histoire, mais j’avais comme la grande impression qu’il manquait plusieurs détails afin qu’il soit parfait, comme par exemple, concernant l’action, celle-ci est un peu longue à se mettre en place. En effet, les rebondissements ne se produisent que vers la moitié du livre.  

Dans le tome initial de “ Arbos Anima ”, on fait la rencontre de Noah, qui a été enfermé dans une serre pendant quinze ans, un jeune chasseur de plantes qui a le pouvoir d’entrer en contact avec toutes les formes de végétaux afin de remonter, par le biais des racines, à la source. Accompagné de son garde du corps, Rudyard un ex-pirate, ils sillonnent l’Asie du Sud-Est pour trouver des plantes précieuses et uniques. Étant un univers assez diversifié, ce n’est pas tout le monde qui a la même gentillesse, envers les plantes, que Noah. En effet, dans ce métier, il existe plusieurs pilleurs qui n’hésite pas à brûler des forêts entières afin de favoriser leur gain personnel. C’est dans cette atmosphère périlleuse que Noah et Rudyard devront réaliser une dangereuse mission : retrouver une fleur de lys extrêmement rare et merveilleusement bien convoiter par certains individus. Durant leur quête, le duo fera la connaissance de Ève, une mystérieuse jeune fille qui semble vouer une grande colère envers tous les chasseurs de plantes. Verra-t-elle que Noah n’est pas comme les autres ? Ou se laissera-t-elle dicter par son désir de vengeance.

L’auteure nous propose une trame divertissante qui nous fait voyager au cœur de l’Asie durant le XIXe siècle. Pourtant, les interlocuteurs manquent de détails, ils sont définitivement à retravailler. Pour la petite historienne en moi, ce manga regorge de plusieurs innovations qui ont marquées l’histoire. C’était vraiment chouette de retrouver ce côté historique du monde. En outre, la couverture de la bande dessinée est vraiment bien travaillée, les couleurs apportent une touche de délicatesse. Sans compter que la page couverture tâte également le thème à l’aide des plantes. On a une petite idée de quoi le roman va discuter.  

DES GRAPHIQUES BIEN FAIT…  

Au niveau des dessins, ceux sont vraiment stylés et simples. En ce qui concerne les personnages, ceux-ci sont fascinants à suivre durant la lecture. Le lien amical qui relie le trio les rend attachants et nous donne aussi l’envie de les découvrir plus en profondeur. 

Sans aucun doute, il y a des instants qui m’ont bien fait rigoler à cause de la réaction de quelques protagonistes. À travers les images, on pouvait facilement voir les émotions sur leur visage… Rire. C’est une des raisons qui font que les mangas me plaisent beaucoup.  

Un dernier mot ?  

Une bande dessinée japonaise agréable à lire. On passe un bon moment en compagnie de ce trio infernal. Également, marrant, il est impossible de ne pas rire avec Noah, Rudyard et Ève. Une couverture réussie et attirante. Le pouvoir du chasseur de plantes apporte une touche d’originalité. Au fil des pages, des secrets se manifestent sans cessent. Une aventure bien ficelée qui me donne le goût de continuer afin de savoir comment la série va se terminer. J’espère que les tomes suivants seront plus étoffés… Pour les fans de manga, je vous recommande le premier tome de “ Arbos Anima ”… En attendant, affaire à suivre !  

#Sara

Publicités