Chronique sur D’amour et de haine tome 1 : Quand tout bascule de Sonia Alain

D'amour et de haine tome 1

Note : 9/10

« – Un jour, Adélaïde, vous devrez trouver la force de m’expliquer ce qui vous est arrivé sur l’Empress… sans aucun faux-fuyant, déclara-t-il avec détermination.

Sur ces mots lourds de sens, il glissa ses doigts dans ses cheveux, puis sur sa joue afin de la réconforter. Dès lors, il perçut son souffle chaud dans son cou, son corps crispé contre le sien. Mû par une impulsion, il prit son visage en coupe et le tourna vers lui.

Il frôla tout d’abord ses lèvres des siennes, goûtant le plaisir simple de leur suavité. La respiration d’Adélaïde se précipita sous l’effet de cet effleurement léger. Aidan fut remué par la vulnérabilité qu’elle dégageait, mais aussi aiguillonné par sa chaleur. D’elles-mêmes, les mains d’Aidan descendirent avec lenteur jusqu’à ses hanches, suivirent chaque courbe avec délice avant de ramener sa compagne plus près de lui d’un mouvement rude. Ses doigts quittèrent sa taille, remontèrent vers le renflement de ses seins qu’il caressa avec sensualité comme s’il cherchait à éveiller sa passion. Adélaïde se réchauffa à son contact, puis écarta les pans de son manteau pour se presser davantage contre lui. »

Aidan & Adélaïde

Résumé : « 1914, l’année de tous les dangers

Adélaïde de Beauchamp est une jeune lady qui s’est vue contrainte de quitter l’Angleterre à la suite d’un scandale. Sommée par ses parents de revenir chez elle au bout de deux ans, elle s’embarque sur l’Empress of Ireland, un paquebot luxueux qui effectue la liaison entre la ville de Québec et l’Angleterre.

En cette nuit du 29 mai, période de l’année où les eaux sont encore glaciales dans l’embouchure du fleuve Saint-Laurent, l’Empress of Ireland fend doucement la nappe brumeuse lorsqu’il est soudainement embouti par un charbonnier. Personne n’aurait pu prévoir ce drame ! Dès lors, le destin d’Adélaïde sera changé à tout jamais… »

Mon Avis

Dans l’ensemble « Quand tout bascule » est une bonne lecture. Une histoire d’amour compliquée (et pas juste un peu), du suspense sans modération, des péripéties aventureuses à en faire peur plus d’un, des protagonistes fascinants et tout aussi détestables… Quoi demander de plus ?

UN RETOUR À L’HISTOIRE…

En toute franchise, ce roman a tous les ingrédients essentiels pour plaire à tout le monde. Sans compter que le côté historique est vraiment intéressant à découvrir. L’auteure ne cesse de me replonger dans mes cours d’histoire au secondaire et je dois dire que cela me fait plaisir de retrouver cette flamme. Cette envie de voir plus et toujours plus sur les anciennes personnalités de l’époque. À chaque fois que je me plonge dans un des écrits de Sonia Alain, où le contexte réel est mis en avant, je retourne toujours en arrière, au moment où j’assistais à mes classes. Et je ne vous cacherai pas que J’ADORE cette sensation !

Dans le premier tome de « D’amour et de haine », on fait la connaissance d’Adélaïde, une jeune femme âgée dans la vingtaine, qui après avoir été victime de manipulations de la part d’un homme, doit fuir les terres anglaises pour ainsi s’envoler vers Québec. Afin de se faire oublier de tous, Adélaïde a pris la décision de prendre le nom de famille de sa mère et de rester durant quelques années chez son oncle et sa tante. Toutefois, il est maintenant de rentrer chez elle. Alors qu’elle se retrouve sur l’Empress of Ireland, celui-ci fait naufrage tout près de Rimouski. Ne voulant pas mourir, la jeune femme essaie par tous les moyens de s’accrocher à la vie… Quand Adélaïde se trouve de nouveau à l’article de la mort, celle-ci est sauvé de justesse par un homme.

Se sentant en sécurité et entouré dans les bras de celui désire ardemment la réchauffer, Adélaïde ne peut que se laisser aller à tant de tendresse. N’étant pas consciente, cet individu n’hésite pas à prendre soin d’elle jusqu’à ce qu’ils retrouvent la terre ferme. À la suite de ce drame, la jeune femme a été emmené chez Elsie Redford, une amie proche de sa tante. Ainsi, les jours passent et Aidan n’a toujours pas oublier la fragilité et sensibilité de cette femme qui l’a marqué au plus profond de son cœur. Ne pouvant pas la faire sortir de sa tête, il met tout en œuvre pour la revoir, mais sans succès, jusqu’à… ce que lors d’un dîner chez les Redford, Adélaïde et Aidan tombent l’un sur l’autre.

Dans ces conditions, peuvent-ils laisser leur émotion respective prendre le contrôle de leur esprit, sachant que l’un et l’autre doivent absolument dissimuler leur propre antécédant. Quand un homme du passé d’Adélaïde revient dans son quotidien pour y défaire tous les efforts qu’elle a entreprit pour se reforger, Aidan va prendre une décision sur un coup de tête qui changera leur existence à tout les deux.

UNE RÉEVISITE DE L’HIVER QUÉBÉCOIS ET DES AUTOCHTONES…

Une chose est certaine, c’est qu’à chaque fois que je bouquine un des livres de Sonia Alain, qui se déroule au Québec, je me retrouve plonger au cœur de la culture amérindienne. Et ce n’est pas pour me déplaire, j’ai toujours aimé cette partie de l’histoire québécoise. Sans parler des longs froids de la saison hivernale… Dans « Quand tout bascule », l’hiver ne ressemble pas vraiment à celui que nous avons aujourd’hui. Il faut dire aussi qu’il n’avait pas la vie facile à l’époque. Pas de technologie, aucune voiture ou autre instrument pour dégager la neige du chemin. Rire.

Concernant la plume d’écriture de Sonia Alain, elle est addictive et à la fois ensorcelante. Personnellement, il m’est impossible de m’en détacher les yeux. La trame est présente dès les premières pages et les rebondissements s’enchaînent les uns après les autres, sans nous laisser un temps de répit. Pour ce premier tome, l’écrivaine pose les bases et les concepts importants tout en exploitant la toile du fond et en malmenant les sentiments du couple central. Sans aucun doute, l’environnement et les coups de théâtre sont décrit avec réalisme et avec une excellente fluidité.

Réputé pour ses nombreuses recherches, Sonia Alain parvient avec brio à nous illustrer les descriptions géographiques et historiques de cette province, qu’est le Québec. En plus, j’ai vraiment aimé découvrir le traumatisme de l’héroïne, surtout au niveau des séquelles, que ce terrible événement a laissé sur l’état mental de la jeune femme, et son évolution psychologique. En effet, malgré ce qui lui est arrivé, Adélaïde n’a pas délaissé son tempérament de feu, ce qui peut être un véritable choc, lorsqu’elle se confronte à Aidan qui n’a également pas sa langue dans sa poche.

Un dernier mot ?

En conclusion, « Quand tout bascule » est une romance historique tout à fait captivante dont les scènes sensuelles et les obstacles dangereuses se mélangent bien. Une calligraphie qui ne me lasse jamais. Une narration qui nous permet de connaître les pensées les plus intimes d’Adélaïde et d’Aidan. Évidemment, j’ai adoré tout le contenu. Du début jusqu’à la dernière page. Loin d’être une histoire à l’eau rose, le premier tome de « D’amour et de haine » se caractérise par ses vibrants interlocuteurs, des rebondissements tout aussi surprenants que redoutables et de poignantes émotions. Il va de soi que je vous conseille « Quand tout bascule », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.

#Sara

Chronique sur Les grandes passions de l’histoire : Cléopâtre de Sonia Alain

cleopatre

Note : 9/10

« Rome était leur ennemi depuis toujours, et leur imposait de payer un tribut en blé qui les désavantageait. Il avait suffi que César se présente au palais pour que la domination de Rome se fasse sentir davantage encore. Pouvait-elle remettre le sort de son peuple entre les mains de ses adversaires en toute impunité? »

Cléopâtre

Résumé : « À 18 ans, Cléopâtre est contrainte de fuir son palais pour échapper à un sort funeste. Elle est reine d’Égypte, et pourtant sa propre famille et leurs conseillers se liguent contre elle pour lui arracher sa couronne. Forcée de s’exiler dans le désert, elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour remonter sur le trône.

Au même moment, le grand Jules César réclame la présence de Cléopâtre à Alexandrie. Il est le consul de Rome, elle ne peut se soustraire à son ordre. Toutefois, revenir signifie également son arrêt de mort… Faisant preuve d’ingéniosité, elle trouvera néanmoins le moyen de répondre à cette requête.

Elle refuse que l’Égypte devienne une province de Rome, et parallèlement, elle ne peut échapper à l’attrait que César exerce sur elle… »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaudement Sonia Alain pour l’envoi de ce service ainsi que de sa confiance.

Encore une fois, me voilà de nouveau plonger au cœur de l’univers imaginatif de l’auteure. En soi, c’est toujours un plaisir de retrouver sa calligraphie et tout ces détails qu’elle parvient à pondre. Lorsque j’ai vu que l’écrivaine avait reçu ses propres romans, je n’ai pas pu m’empêcher d’écrire à quel point j’étais impatiente d’avoir ce récit entre mes mains et en quoi j’admirais cette femme de l’époque. Honnêtement, il ne faut pas chercher loin. Du Sonia Alain. Un des plus beaux pays arabes. Et une personne d’exception. Je dis oui tout de suite. J’ai été plus qu’heureuse quand l’auteure m’a contacté pour me dire qu’elle désirait me faire parvenir son livre. La joie que j’ai ressentie était plus qu’intense. Rire.

LA RÉALITÉ ÉCRITE DE MANIÈRE FICTIVE…

Pour ceux et celles qui me connaissent savent que j’ai un (GROS) penchant pour l’Égypte. Ces sculptures, les pyramides, monuments, rites de divination et religieux… Tout cela ne forme qu’un tout. Concernant « Cléopâtre », un des récits de la saga « Les grandes passions de l’histoire », il a été encore possible de percevoir le sens de la recherche de Sonia Alain. En effet, avant chacun de ses romans, elle part à la conquête de son sujet afin de mieux l’exploiter tout en introduisant des détails de son propre cru. Il y a plusieurs éléments qui sont le reflet de la vérité, comme ce qu’il s’est déroulé à Alexandrie, et d’autres qui ne le sont pas, tel que certains rituels. Dans tous les cas, j’ai été plus que contente de retrouver cette passionnante matière. J’avais l’impression de retourner en arrière et d’assister en personne à toutes ces batailles et événements.

Dans ce livre de « Les grandes passions de l’histoire », on fait la connaissance de Cléopâtre, cette reine déchue qui a dû fuir son palais et son trône afin d’échapper à toutes ces menaces de mort qui pèsent sans cesse sur sa tête. Ne pouvant faire confiance aux membres de sa famille et à son époux (qui est aussi son frère) et aux nombreux conseillers, la jeune femme s’enfuit au cœur du désert de l’Égypte, accompagné de son garde du corps, de ses servantes et quelques mercenaires de confiance. Ainsi, lorsque Cléopâtre reçoit un missive urgent concernant l’arrivée de Jules César dans la ville d’Alexandrie, la jeune femme comprend qu’elle n’a pas d’autre choix que de revenir en ces lieux maudits. Afin de se protéger tout en essayant d’accéder à la demande de César, Cléopâtre conçoit, à l’aide des individus dont elle a entièrement confiance, un plan dont les risques ne sont pas inexistants.

Dès son arrivée, la jeune femme se retrouve en face de Jules César et ne peut s’empêcher de ressentir une forte attirance pour cet homme à l’allure virile. Malheureusement, son retour signifie aussi le scellement de son sort. Au centre de toutes ces tactiques de guerre sanglante, César parviendra-t-il à protéger Cléopâtre ? Cette relation naissante entre les deux survivra-t-elle à tous ces événements ? Prendra-t-il le risque de la mettre en danger afin d’acquérir plus de pouvoir ? Et si dès le commencement, Cléopâtre et César était damné à payer le prix de leur amour ?

DEUX PERSONNAGES À FORTES PERSONNALITÉES…

La romance entre César et Cléopâtre est séduisante et à la fois piquante. Leurs échanges verbaux et physiques sont sensuels et rempli d’amour. Relativement aux interlocuteurs principaux, j’ai trouvé que Cléopâtre était une femme de pouvoir pourvu d’un tempérament de lionne et dont la générosité est à la hauteur de son pays. Malgré le fait qu’elle n’ait pas eu un simple cheminement, Cléopâtre parvient tout de même à garder ses propres valeurs et idéaux en tête. Étant une vraie guerrière, cette reine est prête à tout pour assurer la prospérité et de son peuple tout comme de reconquérir ce trône qui lui revient de droit. Je ne sais pas comment vous dire cela, mais je RAFFOLE des femmes qui ne se laisse pas faire. Elles mettent beaucoup d’extra de jalapenos à l’histoire. Rire. Et c’est ce que j’aime avec les écrits de Sonia Alain, les héroïnes qu’elle crée ne sont jamais grise et filtreuse.

Quant à César, en dépit de ses cinquante-deux ans (et ouiiiii, vous ne savez pas à quel point, j’ai été plus que surprise), il dégage une aura prestigieuse qui illustre parfaitement sa contenance tout comme son expérience en matière de bataille. À de nombreuses occasions, j’ai douté de lui, j’espérais secrètement qu’il ferait tout ce qu’il pouvait pour rester aux côtés de sa reine égyptienne. J’étais à deux doigts de fermer de lui fermer mon cœur… À première vue, accorder ma confiance à cet inconnu n’était pas facile, c’est au fil des pages que j’ai appris à connaître ce romain au destin épique. Alors, plus d’une fois, César a posé des gestes qui démontrait qu’il apportait son soutien à Cléopâtre, toutefois, lorsque je croyais que tout allait entre eux, quelque chose faisait en sorte que ces deux-là se confronte et remette tout en question.

Au niveau de la plume d’écriture de Sonia Alain, elle est addictive et coulante. Tout comme ses livres précédents, celui-ci se bouquine facilement. On se laisse embarquer dans cette aventure où l’amour, l’amitié, l’action et la mort s’entrelacent ensemble. À travers ses mots, l’auteure m’a fait voyager au sein de l’Égypte antique. J’ai adoré découvrir cette version de l’époque. Ainsi, par le biais de ces pages, j’ai pu en apprendre plus sur César et Cléopâtre.

Lors de ma lecture, j’avais également la sensation de revenir au moment où je faisais mon exposé oral sur Cléopâtre, soit en secondaire 2. Au fil de mes recherches, j’ai appris à aimer cette femme qui a tout sacrifié pour sauver, avant toute chose, son peuple et le bien-être de son pays, au risque d’y sacrifier sa vie et son amour.

Un dernier mot ?

En somme, « Cléopâtre » est une romance historique qui m’a captivé et toute aussi impressionnée. Sonia Alain nous transporte à une époque où les coutumes et les façons de vivre étaient différentes. Une héroïne munie d’une force incroyable et d’une beauté sans norme, qui d’un seul regard parvient à mettre tous les hommes à genoux. Une conclusion qui m’a plus qu’étonné. Lors de ma lecture, j’ai eu la chance d’en apprendre plus et toujours plus sur la vie de César et sur celle de Cléopâtre. Un style d’écriture prenant et agréable dont je ne pourrai me lasser. Si j’avais à le relire une seconde fois, je le ferais sans exception, car pour moi partir à la conquête de l’Égypte, de Jules César et de Cléopâtre a été un véritable plaisir. Il va de soi que je vous conseille ce roman sur « Les grandes passions de l’histoire », j’espère que cette lecture vous plaira autant qu’elle m’a plu.

#Sara

 

Chronique sur Les Greycourt tome 1 : Ma sorcière adorée écrit par Elizabeth Hoyt

Ma sorcière adorée

Note : 7,5/10

« Il entra avec Tess et referma la porte.

— Tu n’avais pas besoin de venir, remarqua-t-elle sèchement.

— Sans doute, mais j’en avais très envie, rétorqua-t-il.

Il déplaça le fauteuil qui se trouvait près du lit pour le placer devant la cheminée et s’y installa. Tess trottina jusqu’à l’âtre, tourna plusieurs fois sur elle-même et se laissa tomber sur le sol avec un soupir.

— Qu’est-ce que tu fais ? s’étonna Freya, les sourcils froncés.

— Cela me paraît évident : je m’apprête à passer la nuit ici.

Son expression perplexe l’amusa presque.

— Mais…

— Oui ?

— Eh bien…

Elle agita la main, comme si le reste coulait de source.

— Quoi ?

— Oh… tu sais bien ! s’impatienta-t-elle en rougissant.

— Hélas, je ne suis pas très doué pour lire dans la tête des femmes, en particulier la tienne.

— Tu n’es pas obligé de passer la nuit dans ce fauteuil. Tu peux dormir avec moi.

— Non, décréta-t-il en se tournant face aux flammes.

— Non ?

Pour une fois, elle semblait déstabilisée, et peut-être un peu peinée.

— Tu t’es lassé de moi ?

En d’autres circonstances, il aurait ri.

— Au contraire. Je ne me sens pas capable de dormir à tes côtés en tout bien tout honneur.

— Oh… »

Christopher & Freya

Résumé : « Depuis l’aube des temps, une communauté secrète œuvre à défendre la liberté des femmes… Initiée dès son plus jeune âge, Freya de Moray est devenue leur informatrice. Pour sa nouvelle mission, elle se rend près de la frontière écossaise où, sous l’apparence d’une simple dame de compagnie, elle se mêlera aux invités d’une garden-party pour enquêter sur un parlementaire aux idées rétrogrades. Mais à Lovejoy House, Freya retrouve également Christopher Renshaw, à qui elle voue une haine viscérale depuis le drame qui a brisé leurs deux familles quinze ans plus tôt. Or, l’homme qu’il est devenu va troubler ses sens, au point de mettre en péril ses convictions et son combat militant… »

Mon Avis

Avant de terminer le premier opus de « Les Greycourt », je n’avais jamais bouquiné la plume de l’auteure. Par conséquent, les univers littéraires d’Elizabeth Hoyt m’était donc inconnu. Puis, je me suis attaché à ce mystérieux résumé et aux idéaux féministes que cette lecture m’inspirait. En soi, c’est une belle romance historique, mais celle-ci comporte certains points négatifs.

MISE EN AVANT DES FEMMES AVANT-GARDISTES…

Selon moi, l’écrivaine a pris un risque en abordant de cette société féminine qui prône l’égalité, la liberté et l’indépendance. Il faut dire que cette matière amène également une grande réflexion sur plusieurs exemples dont la place que les femmes ont dans cette civilisation et leur droit en tant qu’individu. Je ne vous cacherai pas que j’adore ce parti de conscience. Honnêtement, cela change de ce que l’on voit habituellement. Dans ce cas-ci, Elizabeth a pris l’initiative de placer les éclaireurs directement sur des personnalités de nature combattive et déterminée qui n’ont pas besoin d’une présence masculine pour penser et agir.

Dans le premier tome de « Les Greycourt », on fait la connaissance de Freya, une jeune femme de vingt-sept ans qui fait partie de la confrérie des Femmes Sages depuis ses dix-huit ans. Sa mission en tant que Macha (espionne) est d’empêcher que loi anti-sorcière soit accepté au Parlement. Afin de réussir sa quête, Freya doit impérativement détourner Lord Randolph. Pour ce faire, elle se rendre à un garden-party organisé chez les Lovejoy, les voisins des Randolph. Rien de bien difficile. Sous couverture, elle se s’attendais pas retrouver un homme de son passé. Et lorsque celui-ci la reconnaît, tous les souvenirs que Freya avait enfouis refont surface. Parviendra-t-elle à ne pas succomber au charme du Duc de Harlowe ? Et quand sa vie ne tient plus qu’à un fil, Christopher fonce tête baissée pour assurer sa protection… Toutefois, faisant partie des Femmes Sages, Freya refuse de dépendre d’un homme. Se débrouillant seule depuis presque toujours, elle ne souhaite aucunement recevoir de l’aide. Mais, lorsque Freya commence à apprendre à faire confiance à Christopher, elle sait que le temps lui manque avant qu’elle tombe amoureuse de cet homme dont le passé est relié au sien. Mettra-t-elle à bien sa mission ? Ou est-ce un incident provoquera sa chute ?

UNE NARRATION À TROIS VOIX…

Au cœur de cette aventure, nous suivons les péripéties de Freya, une jeune femme qui est membre d’une société secrète, soit les Femmes Sages, depuis ses dix-huit ans. Sa mission ? Arrêter une loi qui plongera leur époque à l’ère des sorcières de Salem. Pour ce faire, elle doit impérativement infiltrer une garden-party chez les Lovejoy et accoster Lord Randolph, le créateur de cette loi aberrante. Il y arrivera-t-elle à temps ? Parallèlement, on suit Christopher, le duc de Harlowe. Victime d’un horrible chantage, il doit retrouver celui qui détient les preuves chez les Lovejoy, lors de cette garden-party. Parviendra-t-il à trouver son maître chanteur avant qu’il diffuse les lettres que sa défunte femme avait écrit. Quant à Messalina qui prend la décision d’assister au garden-party afin de recueillir des informations sur le soi-disant meurtre de la femme d’un Lord.

Au niveau de la calligraphie d’Elizabeth Hoyt, elle est fluide et agréable à lire. Dès les premières pages, la trame nous plonge directement au cœur de l’action, ce qui n’est pas pour me déplaire. L’auteure a pondu une douce et dangereuse romance où les dangers peuvent être tout et n’importe qui. J’ai aimé la complicité de Christopher et Freya, elle est mignonne et à la fois passionnée.

En revanche, je vous avoue que je suis resté sur ma faim, j’ai l’impression d’être passé à côté de plusieurs détails importants. En effet, je trouve qu’il y a encore des contrastes d’ombre autour de certains sujets dont la confrérie des Femmes Sages. D’après moi, elle a été présentée, mais pas exploité. Au fil des pages, l’action revient en force pour ainsi s’éteindre aussitôt. Des montagnes russes qui durent durant une bonne partie du roman.

Un dernier mot ?

En définitive, « Les Greycourt » est une histoire dont l’aspect principal se concentre autour d’une société matriarcale dont les femmes exercent depuis des générations. Une intrigue fascinante, mais quelques thématiques n’ont pas été toutes détaillées. Deux protagonistes au caractère bien trempé. Une héroïne au tempérament de feu. Un livre où les décors illustrent parfaitement le XVIIIe siècle. J’ai beaucoup aimé ce concept avant-gardiste, je n’avais jamais lu un récit dont le contenu se portait sur le féministe et les confréries matriarcales. Une notation qui m’a emporté au sein d’une époque qui fait rêver. Il va de soi que je vous recommande le premier tome de « Les Greycourt », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.

#Sara

Chronique sur Honnis soient-ils ! tome 1 : Joseph de Patricia Le Sausse

Honnis soient-ils

Note : 8,5/10

« Côme s’appuyait sur le mur du porche, il accueillit Jehan contre lui. Mon fils, impressionné par ces hommes sérieux et vêtus de noirs, resta accroché à sa jambe. Rose me fit signe d’approcher. Après une révérence à ces gentilshommes, je m’installai sur le banc sans quitter des yeux ma belle-sœur qui hochait la tête en des mouvements qu’elle voulait rassurants.

Cela ne fit qu’ajouter à mon désarroi. Pourquoi nous attendaient-ils ? Que faisait Côme en retrait ? Il était pourtant le premier concerné par la reprise de la place du bourreau. Mon cœur s’emballait. Quand les hommes vinrent devant moi et que l’un d’eux parla, je sursautai violemment.

– Ma dame, acceptez les condoléances du bailli que je représente aujourd’hui. Comme vous le savez, la charge d’exécuteur de haute justice est la seule qui se transmette de père en fils. Nathaniel d’Aix, n’étant plus de ce monde, paix à son âme, votre mari a modifié le bénéficiaire de ses lettres de provision d’offices et a désigné Joseph-Jehan, votre premier-né pour lui succéder.

Un raclement de sabots sur les pavés me fit regarder Côme qui s’était redressé de son appui et se tenait maintenant auprès de sa tante, mon fils toujours à ses côtés. Tous les trois me fixaient avec angoisse. Je n’arrivais pas à ordonner mes pensées. Qu’avait dit cet homme ? Pourquoi avait-il prononcé le nom de mon petit ? Mon état d’incompréhension dut se lire sur mon visage, car le clerc de notaire jugea bon de préciser :

– Votre garçon est, bien sûr, trop jeune pour endosser ce rôle. Il lui faudra attendre d’avoir au moins vingt-cinq années pour cela, mais il devra, d’ores et déjà, assister au déroulement de toutes les sentences… »

Amélia

Résumé : « Abandonnée, élevée dès sa plus rude enfance dans un couvent du sud de la France, Amélia grandit aux côtés de ceux qui maudissent les bourreaux, voleurs de la Vie offerte par Dieu. Quand, à l’aube de ses quinze ans, on l’oblige à épouser celui d’Aix, en Provence, son existence se disloque et s’effondre. Incomprise par son vieil époux, elle se sent seule, impuissante et trahie. Pourtant, dans la tourmente, un homme se rapproche d’elle… mais en a-t-elle conscience ? »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement les Éditions Elixyria, mon partenaire littéraire pour l’envoi ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

Je ne vous cacherai pas que le résumé du roman m’a fortement attiré, il faut dire que tout ce qui touche au genre historique ne peut que me plaire. D’autant plus que c’était aussi une occasion de découvrir la calligraphie de Patricia Le Sausse. N’ayant jamais bouquiné ses mondes littéraires, je me suis dit pourquoi pas ?! On peut dire que je n’ai pas hésité une seule seconde, j’ai passé le cap. Et je ne regrette absolument pas de l’avoir fait.

LIRE, C’EST AUSSI ENTRER DANS UN UNIVERS DU MOYEN ÂGE…

Oh mon dieu ! À travers les mots de l’auteure, j’ai été happé au cœur d’une époque médiévale. Les paysages, les anciennes expressions, l’utilisation de la langue d’antan et plus encore. Quoi demander de mieux ?! En outre, il est également possible d’apercevoir une recherche. En effet, on sent, par le style d’écriture de l’écrivaine, que Patricia est partie à la conquête d’informations afin de peaufiner le premier tome de « Honnis soient-ils ». Par chance, c’est à mon plus grand plaisir ! Rire.

Dans « Joseph », on retrouve Amélia, une jeune femme de quinze ans qui a été élevée dans un couvent après avoir été abandonné à la naissance. Ne portant pas la religion dans son cœur, elle est souvent prise en grippe par la mère supérieure. Ainsi, afin de la punir de son comportement, Amélia est forcé de se marier, ayant l’âge requis selon les coutumes, avec un bourreau. Comment peut-on s’unir avec un individu qui enlève la vie sans aucune pitié ?

Amélia, en s’unissant avec son époux, gagne une famille dont certains membres sont aimants et rempli de compassion. Néanmoins, n’ayant pas d’autres choix, la jeune femme doit assumer, pleinement, son rôle d’épouse. La cruauté de son mari et de sa routine quotidienne a raison d’Amélia, la rendant ainsi vulnérable physiquement et mentalement. Comment peut-on rester en vie, alors que tout nous force à abandonner cette humanité qui nous caractérise ? Est-ce ses enfants qui lui donneront la force de se battre ?

Alors qu’elle voit tout le monde lui tourner le dos, c’est à ce moment qu’elle pense avoir trouver un ami, Côme. Qui est-il ? Et surtout que veut-il ? Désire-t-il la protéger ou est-il comme tous les hommes de cette société ? Une société où toutes les femmes sont traitées comme des objets, Amélia devra prouver à tous qu’elle n’est pas une personne faible. Y arrivera-telle ?

DES PROTAGONISTES AUX CARACTÈRES BIEN TREMPÉS…

Alors, ça… Sans aucun doute. Toutefois, mon attention se porte surtout sur Amélia. Une forte et combattive personnalité qui est prête à survivre et à faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger ses enfants. Possédant un tempérament de feu, elle ne se laisse pas faire. Cependant, à certains moments, Amélia m’a ému. Elle essaie d’être forte, pour ses progénitures, mais ce n’est pas chose aisée lorsque tout le monde est contre vous. Bref, j’ai passé un bon moment en compagnie de tous les personnages principaux et secondaires.

Au niveau de la plume d’écriture de Patricia Le Sausse, elle est captivante et bien prononcé. Addictif, lorsqu’on commence à bouquiner l’histoire, il est impossible à lâcher. On veut ABSOLUMENT savoir ce qui va se produire. Un récit historique qui contient d’innombrables ingrédients tels que les rebondissements, la violence, l’amour, la haine, de vengeance, d’injustice… Enfin, vous voyez le genre ?! Je n’ai rien à ajouter là-dessus. Quelques descriptions m’ont donné la chair de poule. C’était simplement excellent !

Un dernier mot ?

En définitive, le premier tome de « Honnis soient-ils » est une œuvre littéraire que j’ai apprécié du début jusqu’à la fin. Une conclusion qui m’a laissé sous le choc. Un bouquin qui retrace les bons et mauvais côtés de l’époque médiévale. Impossible de laisser tomber la série, il faut que je découvrir le second opus. Une notation fascinante et fluide. Il va de soi que je vous recommande ce livre, j’espère qu’il vous plaira autant que moi.

#Sara

Chronique sur La dame de Knox tome 3 : L’insoumission de Sonia Alain

La dame de Knox tome 3

Note : 13/10

« – Je veux retourner chez nous ! le supplia-t-elle d’une voix qu’il reconnaissait à peine. Par pitié… Joffrey… implora-t-elle de nouveau avec désespoir.

Ce cri du cœur l’atteignit de plein fouet. Les larmes aux yeux, il l’étreignit si violemment qu’il lui arracha une plainte.

Relâchant son emprise, il tenta de lui faire entendre raison.

– C’est impossible ! déclara-t-il accablé. Anne, il faut attendre.

En la sentant se raidir contre lui, il la maintint captive dans ses bras. Il ne souhaitait nullement qu’elle s’écarte de lui ou qu’elle le voie dans cet état. Il savait qu’il la blessait cruellement par son refus d’obtempérer, mais il était piégé. Il ne pouvait agir autrement. Parvenant à se ressaisir au prix d’un immense effort, il ravala la boule qui s’était formée dans sa gorge.

– Je vous ai promis de tous vous ramener dès que possible. Vous devez avoir confiance en moi, Anne, je vous en conjure !

– Non… gémit-elle contre son torse. La situation n’est plus la même ! Nous ne pouvons plus demeurer ici, sinon, ils finiront par tuer l’un d’entre nous ! poursuivit-elle en tentant de le repousser.

– Non ! s’écria Joffrey d’une voix puissante. Je ne permettrai pas qu’une telle horreur se produise ! Anne… rétorqua-t-il en faisant basculer sa tête vers l’arrière afin de croiser son regard. Vous resterez tous dans mes appartements, nos gens assureront votre protection. Vous n’irez pas dans le harem, et plus personne dans ce palais ne sera autorisé à vous approcher. »

Anne & Joffrey

Résumé : « En 1349, la guerre qui perdure entre la France et l’Angleterre ne cesse de faire des victimes dans les deux camps.

Forcée de fuir vers des contrées lointaines, Anne de Knox se verra obligée de faire face à une culture opposée à la sienne. Comment affronter la dure réalité des harems que veut lui imposer son époux, mais surtout, comment protéger ses enfants dans cet environnement hostile ? Hélas, quand celui qu’elle aime prend le rôle de cheikh auprès d’un sultan, il devient un tout autre homme. Quelqu’un qui lui est totalement étranger.

Pendant ce temps, en France, le passé trouble de Joffrey de Knox refait surface, fragilisant le lien qui l’unit à Anne. La jeune femme devra regagner la cour du roi afin de se battre pour préserver ce qui lui appartient de droit. Jusqu’où sera-t-elle prête à aller par dévotion pour Joffrey ? L’amour à lui seul sera-t-il suffisant pour contrer la haine que leur voue Rémi, le demi-frère bâtard de Joffrey, ainsi que la soif de vengeance de Ghalib et du roi d’Angleterre ? »

Mon Avis

Pour commencer, je voudrais remercier chaleureusement Sonia Alain pour sa jolie petite dédicace à l’intérieur. Rempli de mystère, elle est également adorable.

Lorsque je suis allé au salon du livre de Montréal, il y a deux ans et que j’ai vu que le troisième opus de « La dame de Knox » était sorti et présent à l’événement, je n’ai pas hésité à sauter dessus. Moi qui avais ADORÉ la série historique, il m’était impossible de partir sans lui. Ainsi, une chose en amène une autre… Je l’ai acheté, sans aucune hésitation. Et en toute franchise, je suis contente de l’avoir fait.

Être de nouveau plonger dans cet univers m’a permise de retrouver les personnages principaux ainsi que la calligraphie de l’auteure. Seigneur que tout cela m’avait manqué. Une suite que j’attendais impatience, sans aucun doute. Un coup de cœur tout aussi ravageur que puissant. 

UNE AVENTURE ÉPIQUE AU CŒUR DE L’ORIENT…

Lors de ce troisième opus, Sonia Alain nous emporte vers l’Orient, mais plus précisément vers les pays arabes. Une culture différente tout comme les lois du pays. L’écrivaine a su me faire voyager dans ce nouvel environnement hors du commun. À l’aide de ses mots, Sonia est parvenue à me faire découvrir la civilisation islamique. Ayant des origines chrétiennes et arabes, j’ai pu bouquiner des détails importants, dont certains m’ont énormément révolté, de la religion musulmane. Époustouflant !

UN COCKTAIL DE SUJET…

Comment ne pas se laisser emporter par nos émotions ? En effet, Sonia Alain nous offre un dangereux mélange où la passion, l’érotisme, la contrainte, l’amour en sont les principaux ingrédients. « La dame de Knox » est une trilogie intéressante qui regorge de péripéties aussi hasardeuses les unes que les autres.

D’autant plus qu’il est possible de suivre Anne et Joffrey sur plusieurs années. En outre, j’étais très surprise lorsque j’ai lu combien de temps ils étaient mariés. Pour moi, cela paraissait comme si c’était des heures, mais pour eux, plusieurs années ont passés. Cela peut paraître bizarre et incompréhensible… Mais, au contraire, selon mon point de vue, ça rend l’histoire plus complète. En plus, cela nous permet également de voir ce qu’il s’est produit lors de ces nombreuses années.

Dans « l’insoumission », on retrouve Anna et Joffrey, qui se retrouve en contrée lointaines après avoir pris la fuite face à leur ennemi. Afin de sauver sa famille, Joffrey n’a pas d’autre choix que d’amener Anne et les enfants en Orient. Reprendre sa place en tant que Cheikh ne sera pas de tout repos ni lui ni pour son épouse. C’est alors que la dame de Knox et ses trois jeunes poupons feront face à des habitants hostiles, une culture différente et des redoutables femmes des harems. Alors qu’elle apprend que son époux devra redevenir cet être infâme qui vivait sur cette terre, Anne comprend qu’elle devra aussi partager Joffrey avec les concubines. Arrivera-t-elle à s’adapter à ce milieu où la corruption et les dangereuses machinations sont prédominantes ? Parviendra-t-elle à garder Joffrey auprès d’elle ? Ou s’éloignera-t-il d’elle afin de la protéger de lui ? Quant la tension ne cesse de grimper, Anne arrive à voir une facette cachée de son époux. Celle qu’elle ne croyait jamais revoir. La bestialité. Comment la jeune dame peut-elle protéger les siens et ses enfants dans cet environnement inconnu ? Anne et Joffrey progresseront-ils ensemble afin de faire face à l’adversité ? Et si les contretemps venaient à les séparer ? Entre les complots, les tentatives d’assassinat, les avances des concubines et les horribles machinations de la part d’un espion, Anne et Joffrey obtiendront-ils enfin leur fin heureuse ?

En ce qui concerne la plume d’écriture, elle est toujours aussi addictive et agréable à lire. Captivant, Sonia Alain fini toujours par nous enfouir dans un ouragan d’agitations, de sensations fortes et de serrements de cœur. Bien maîtrisé, les détails et les termes laissent facilement place à l’imagination. Dès les premières pages, j’ai été envahi par une grande excitation, j’avais si hâte de découvrir ce qui se cachait derrière ce troisième tome.

DES INTERLOCUTEURS EXCEPTIONNELS ET RAFRAICHISSANTS…

Bien entendu au cours de cette lecture, on retrouve Anne, cette jeune femme a tant évolué depuis le premier opus. Vivant dans une existence qu’elle ne désirait pas, elle a été forcée de se marier à Joffrey de Knox, ce redoutable et sanglant guerrier anglais. Pourtant, Anne est parvenue à s’acclimater et à se frayer un chemin aux côtés de son époux. Ainsi, au fil des tomes, cette dame, au caractère de feu, s’est endurci afin de pouvoir prendre les bonnes décisions et pour pouvoir être à la hauteur de la personnalité de Joffrey. Tenace et brillante, Anne a su faire face aux difficultés et aux conséquences dû à son union avec l’anglais. En outre, ces années lui ont aussi permis à se faire respecter des autres, notamment les soldats de la propriété des de Knox.

UNE ÉVOLUTION PSYCHOLOGIQUE HORS DU COMMUN… 

Dans « l’insoumission », Anne se transforme et laisse tomber ses convenances pour devenir une femme qui s’aime telle qu’elle est et qui est d’ailleurs en accord avec son corps. Une belle métamorphose, vous ne croyez pas ?! Quant à Joffrey, il est toujours aussi impulsif et robuste, mais il est désormais doux. Anne est entrée dans sa vie telle une force de la nature. Grâce à elle, il a pu connaître les joies du grand amour. À son contact, Joffrey s’est senti flétrir et pour la première fois de sa vie, il n’a eu besoin de se cacher derrière son masque de fer, celui de l’homme froid et sans scrupule. Néanmoins, lorsque son épouse et ses enfants sont en danger, ce guerrier anglais n’hésite pas une seule seconde à faire tout ce qui faut pour les protéger. Pour ce faire, dans ces moments, Joffrey n’a pas d’autre choix que de redevenir ce véritable farouche combattant.

Ensemble, ils se complètent parfaitement. Cela se voit qu’ils ont été faits pour se mouler l’un à l’autre.

Un dernier mot ?

Finalement, « la dame de Knox » est une trilogie à ne pas manquer. N’hésitez pas à vous plongez dans cette superbe histoire historique. Évidemment, les feuilles défilaient rapidement, je n’ai même pas vu le temps passer tellement que j’étais absorbé par le contenu. Sonia Alain nous fait voyager dans des contrées lointaines là où le danger est partout. Anne, une héroïne dont j’ai eu le coup de cœur, a su laisser tomber tout ce que l’on lui avait appris afin de reprendre sa vie en main. Joffrey, est un personnage que je ne risque pas d’oublier, il est parvenu, à certains instants, à me faire crier au meurtre, et à d’autres, à me faire verser des larmes. Ses déclarations étaient si belles… Rire. Seigneur, « la dame de Knox » est une des meilleures sagas de l’époque que j’ai lues et croyez-moi, je n’en lis très peu. Il va sans dire que je vous conseille FORTEMENT cette trilogie, j’espère qu’elle vous plaira autant qu’elle m’a plu.

#Sara

Chronique sur Isabelle au clair de lune tome 1 : Premier quartier de Chantal Valois

Isabelle au clair de lune tome 1

Note : 8,5/10

« Les choix que tu feras te guideront, toi et ceux qui t’entourent, vers une vie meilleure, vers celle à laquelle tu aspires. Écoute ton cœur et crois en l’amour des tiens. Même si personne ne souhaite qu’on oublie son anniversaire, cela peut arriver. »

Victoria

Résumé : « Villandrault, France, 1680, Isabelle jeune femme romantique et déterminée qui attend impatiemment la rencontre du grand amour, part à la recherche de façon inattendue de son âme sœur dans un monde inconnu. Elle fera la connaissance d’une dame dénommée Victoria qui lui dira d’être attentive aux signes qui la mèneront vers cet amoureux aux magnifiques yeux bleus ! Lors des nuits de pleine lune durant son sommeil, Isabelle fera des voyages dans des vies futures qui lui donneront des indices la guidant vers celui qui lui est destiné, dans sa vie présente. Saura-t-elle le trouver au travers de multitudes rencontres et objets qu’elle ramène de ses voyages dans le temps qui deviennent récurrents et périodiques ? »

Mon Avis

Avant  tout, je remercie l’auteure pour avoir dédicacer mon roman. C’est un joli petit mot de bienvenue.

Les contes historiques n’ont jamais été vraiment ma tasse de thé, mais depuis peu, j’en lis quelques uns de temps en temps afin de m’y habituer. Honnêtement, j’avais pris la décision de leur laisser une chance, car il faut dire que j’aurais passé à côté de plusieurs histoires magnifiques si j’étais resté sur mon point de vue initial.

Heureusement, que j’ai changé d’idée parce que ce roman était fascinant à bouquiner. Les époques d’antan sont, pour moi, une suite d’aventures hautes en couleur à travers certaines contrées du monde. Ces intervalles nous démontrent l’importance de quelques valeurs, qui aujourd’hui ne sont plus autant valorisé qu’avant. De plus, les personnages ont un petit quelque chose d’attrayant qui nous donne envie de les connaître de manière plus approfondi. N’ayant jamais lu les écrits de cette auteure, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, mais pour un premier essai, je trouve que j’ai assez visé juste.  

Dans le tome 1 d’« Isabelle au clair de lune », nous faisons la connaissance d’une petite fille éprouvée, courant dans les rues françaises. En sanglot, à cause du fait que ses parents ont oubliés son anniversaire, en chemin, Isabelle fait une fugace confrontation qui changera sa vie à jamais. En effet, la vieille dame lui fait découvrir les joies de son propre future en lui offrant quelques réponses. Des années ont passées et Isabelle est devenue une femme pétillante avec un grand sens de l’humour. Aimée, elle vit dans une maison avec sa famille, dont son frère, Guillaume. Croyant dur comme fer à l’amour avec un grand A, Isabelle ne peut s’empêcher de se rappeler sa réunion et les paroles de cette dame qu’elle a aperçue lors de son enfance. Brillante, elle rêve depuis toujours de rencontrer cet homme aux yeux bleus (un détail à garder en tête) qui fera battre son cœur. Assombrie à l’idée de ne jamais connaître l’élu, la jeune femme tombe, affreusement, malade. Guérie, Isabelle se rappelle ses rêves intemporels. Pourtant, sont-ils réels ? Et si on la traitait de prophétesse ? Par peur, elle prend la décision de ne rien converser à personne et décide, par elle-même, de partir à la recherche de l’homme de ses rêveries tout en aidant sa meilleure amie dans sa quête. Le retrouvera-t-il ? Qui est-il ? Et si c’était une personne de son entourage plus près d’elle, qu’elle ne le croyait ? Est-ce une option de renoncer à l’amour ? Et si elle n’avait pas le choix ?

Concernant la plume d’écriture de Chantal Valois, c’était une agréable surprise, j’ai adoré cette partie magique où Isabelle fait des songes à travers le temps et le vide. Des rêves prémonitoires, si vous voulez. Un premier tome vraiment original et accrochant. Je ne sais pas vous, mais moi, j’avais la conviction que l’auteure a dû faire de nombreuses recherches pour en apprendre un plus sur la partie astrologique et divinisation du récit. En outre, cela demande beaucoup de renseignements. Chapeau !

Désormais, j’adore les romans historiques, à mes yeux, ils sont poétiques. Ces petites expressions inédites qu’on n’entend pas partout et toutes ces belles descriptions m’emplissent de bonheur.

Un dernier mot ?

Quoi qu’on en dise, c’est une jolie œuvre littéraire qui mérite sa chance. J’ai été attiré par la calligraphie de l’écrivaine, elle est fluide et addictive à feuilleter. Sans compter les moments familiaux entre Isabelle et Guillaume, entre eux, c’est une complicité frère et sœur très fusionnelle. On perçoit l’amour fraternel qu’ils ont l’un envers l’autre. Une histoire romantique et fantastique à remarquer. Je vous conseille ce tome initial. Pour ma part, dès que j’ai le second opus en main, je ne tarderai pas à parcourir la suite de la série.

#Sara

Chronique sur La dame de Knox tome 2: La tourmente de Sonia Alain

La dame de Knox tome 2

Note : 13/10

« Intimidé par cette dame étrange, Charles-Édouard se refugia derrière la jupe de Berthe. Celle-ci le gronda avec gentillesse en le poussant avec douceur vers sa mère. Le voyant toujours aussi farouche, Anne s’agenouilla sur la terre aplatie, pencha la tête sur le côté. Un tendre sourire flottait sur son visage, alors que son regard se faisait aimant. Une telle fragilité se dégageait de sa personne que Berthe en eut la gorge nouée. De grosses larmes roulèrent sur ses joues fripées. Intrigué, mais non rassuré pour autant, Charles-Édouard observa la nouvelle venue en demeurant lové contre les jambes de la vieille femme. Lentement, afin de ne pas l’effrayer, Anne tendit la main vers lui, frôlant ses doigts avec délicatesse. Craintif, il replia son avant-bras sur son ventre en la détaillant avec circonspection. Comme nulle menace ne semblait poindre, il lui permit de le toucher à sa deuxième tentative.

Anne éprouva un pincement au cœur en effleurant la douceur du petit bras potelé. Apaisé, Charles-Édouard prit appui sur son poignet, et avança d’un pas maladroit dans sa direction. Anne retint son souffle de crainte de l’effaroucher. Puis, prenant tout le monde par surprise, il s’abandonna contre sa poitrine en enfouissant son visage dans son cou. Elle l’étreignit avec amour en le berçant. Émue par cette scène, la vieille Berthe sanglota, ainsi que Pétronille. Plus d’un soldat détourna les yeux pour cacher leur trouble. Pour sa part, Joffrey ne pouvait se détacher de ce spectacle attendrissant. En s’approchant d’Anne, il se racla de nouveau la gorge pour dissimuler son émoi. Au passage, il ébouriffa avec tendresse la chevelure emmêlée de Charles-Édouard.

C’est avec sérénité que Joffrey prit sa fille entre ses bras, qu’il s’accroupit près d’Anne, et qu’il découvrit la frimousse resplendissante de santé. Tout en serrant Charles-Édouard contre son cœur, Anne leva un regard voilé sur son bébé, et l’admira pour la première fois. »  

Résumé : « Les tensions entre la France et l’Angleterre s’intensifient, car la guerre fait toujours rage, sévissant sur les terres des deux puissances. Pour ajouter au drame du royaume de France, la peste menace de décimer son peuple.

Au milieu de cet affrontement, Joffrey de Knox, un guerrier redoutable, s’attire les foudres du monarque anglais, Édouard III, en désertant ses rangs. Dès lors, cette trahison pousse le roi à nourrir de sombres desseins envers le seigneur de Knox. Au courant qu’il l’a fait par amour pour sa jeune épouse, Anne de Vallière, Édouard tente d’assouvir sa vengeance en s’en prenant à elle par l’entremise d’une belligérante du nom de Jeanne de Belleville.

Les batailles sont légion, les ennemis sont partout, les complots et les trahisons se multiplient, sans compter l’épidémie qui se propage. Protéger sa famille dans de telles conditions mettra Joffrey à rude épreuve. Quant à Anne, elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour épargner un sort horrible à son époux, ainsi qu’à ses enfants, se montrant aussi rusée que ses détracteurs.

Au cœur de l’adversité, le couple trouvera-t-il la force de faire face au destin? »

Mon Avis

Nous faire voyager à travers le temps est la première particularité que j’apprécie chez Sonia Alain. Ayant une âme d’historienne, j’ai énormément aimé en apprendre plus sur ces événements authentiques qui constituent l’histoire de « La dame de Knox ».

La guerre entre la France et l’Angleterre continue et le nombre de victimes ne fait qu’augmenter. En effet, à cause de toute cette tension agressive et sanglante, Joffrey et Anne sont constamment en danger. La vie de la châtelaine est dans la ligne de mire des Anglais depuis que le roi Édouard III sait que Joffrey a abandonné les troupes britanniques par amour pour sa jeune épouse, Anne. Des horribles obstacles menacent de les séparer pour toujours. Malheureusement, les populations françaises et anglaises doivent faire face à la plus grande épidémie médiévale : la peste. Décimant une majorité de la collectivité, Joffrey et Anne n’ont pas d’autre choix que de quitter la France par la voie maritime.

Honnêtement, je vous avoue que j’ai frissonné pour Anne et ses enfants. Étant en bas âge, ceux-ci n’ont aucun moyen de défense, ils doivent donc compter sur la protection de leurs deux parents. Joffrey souffre de voir sa famille autant à risque. Tout ce qu’il désire, c’est d’avoir un peu de sérénité auprès de son domicile. Cependant, le destin s’aventure à les mettre en péril.

Dans ce second opus, Anne est devenue une femme qui assume ses responsabilités de châtelaine et mère au foyer. Elle n’hésite pas à se sacrifier pour ceux qu’elle aime. Ayant été brutalisée et torturée par un malotru, elle garde tout de même espoir que Joffrey vienne la secourir des Anglais. Anne est profondément amoureuse de son époux et elle n’est jamais lasse de ses petites attentions envers elle. Par contre, s’il y a bien une chose qui n’a pas changée, c’est son caractère de cochon. N’ayant pas peur d’affronter son courroux, Anne s’exprime solidement pour défendre son opinion.

Joffrey de Knox… quel homme ! Ce changement radical m’a complètement retourné. Le coléreux seigneur s’est transformé afin de devenir un individu doté d’une grande noblesse. Très amoureux de sa dame, il n’hésite pas à le montrer à tous. Pour lui, sa femme et ses enfants définissent son bonheur. Pourtant, cet équilibre est menacé quand Anne est capturée pour amener dans une forteresse.

Retrouvera-t-il sa tendre moitié avant qu’il ne soit trop tard ? Et si le passé funeste de Joffrey menaçait de ressurgir ? Comment réagira son époux en apprenant l’écœurante vérité ? Anne sait qu’elle devra faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger l’homme qu’elle aime de ses pulsions agressives.

En ce qui concerne le style d’écriture de l’auteure, il est toujours aussi élégant que la première fois. Ça été un réel plaisir de découvrir la suite des péripéties d’Anne et de Joffrey. En lisant toute cette action et ces intrigues, j’avais une facilité à imaginer le tout dans ma tête. On s’entend bien qu’il n’y a aucun temps mort, l’histoire se déroule sans aucun arrêt. Les détails des lieux, de la situation et des personnages sont encore une fois, très bien illustrés. Sans compter que les faits historiques sont véridiques. Sonia Alain manie ces fragments à la perfection.

Une question se pose à la fin du tome 2 : Joffrey et Anne auront-ils leur conclusion heureuse ?

J’attends avec impatience la finale de cette fabuleuse trilogie !

Je remercie une nouvelle fois Helene des éditions Ada pour ce service presse !

#Sara

Chronique sur La dame de Knox tome 1: Le Masque de Sonia Alain

La dame de Knox tome 1

Note : 12.5/10

« Déterminé à la faire sienne cette fois-ci, Joffrey s’empara prestement de ses lèvres. D’emblée, il pencha la tête vers elle afin d’approfondir leur baiser. Elle ploya tel un roseau, incapable d’aligner la moindre réflexion cohérente. Tout son être semblait animé par un besoin urgent, d’autant plus que Joffrey relevait sa jupe sans aucune pudeur. Un courant d’air frais glissa sur ses cuisses, pendant que la paume de son époux laissait une trainée de feu sur son passage. Elle eut un hoquet étranglé quand il frôla les boucles de sa féminité. Tous ses sens en effervescence, elle ne sut que penser. Pour quelle raison son corps l’abandonnait-il de manière si traitresse alors que son esprit se refusait d’abdiquer ?

Conscient du débat qui se livrait chez sa compagne, Joffrey intensifia la profondeur de son baiser, puis mordilla sa lèvre inférieure avant de descendre le long de sa gorge, alors que ses doigts couraient vers le bourgeon sensible niché au centre de sa suavité.

– Vous serez mienne cette nuit, Anne, murmura-t-il contre son oreille d’une voix veloutée qui provoqua un nouveau frisson chez elle. Mienne et humide… prête à me recevoir…

Son souffle caressa la peau de la jeune femme, lui arrachant un gémissement rauque. Quand il baissa la tête pour happer l’un de ses mamelons dressés qu’il venait libérer sans qu’elle en eu conscience, elle émit un petit couinement de ravissement des plus envoûtant. La respiration lourde de Joffrey trahissait son impatience, tout comme le grognement qui sortit de sa gorge, mais au lieu d’en être inquiétée, Anne sentit ses sens s’échauffer. Une chaleur étrange se diffusa dans son ventre, alors qu’une pulsation exquise prenait naissance au cœur de sa féminité. »

Anne & Joffrey

Résumé : « En l’an 1335, le roi d’Angleterre revendique la couronne de France, ce qui plonge les deux pays dans une guerre sans pitié. Joffrey de Knox, un puissant guerrier de Bretagne, décide dès lors de s’allier à l’Angleterre, y voyant une occasion d’étendre son territoire et de s’enrichir davantage.

Comme son père avant lui, il convoite surtout les terres du Sud qui appartiennent au seigneur de Vallière. Pour parvenir à ses fins, Joffrey décide qu’il est temps de réclamer son dû à la veuve de Vallière : la main de sa fille cadette. Or, la famille de Vallière n’a jamais été mise au courant d’une telle promesse de mariage, et pourtant…

Joffrey croit y gagner. Celui-ci ignore cependant qu’Anne de Vallière est une jeune femme énergique et déterminée qui n’hésitera pas à se dresser courageusement sur son chemin… Elle s’efforcera dès lors de percer le mystère de cet époux qui lui a été imposé, car malgré les colères et la brutalité de Joffrey, elle devine chez celui-ci une personnalité complexe, où la dureté masque des blessures profondes.

Arrivera-t-elle toutefois à fissurer la cuirasse de ce guerrier redoutable ? »

Mon Avis

Connaissant déjà cette auteure québécoise, je savais à quoi m’attendre. La perfection était au rendez-vous, mais je n’avais jamais lu de roman historique, alors je ne savais pas si j’allais apprécier. Je me suis dit, allez pourquoi pas ?!

L’ayant tout juste terminé, j’ai à peine les mots pour décrire ce que je ressens en ce moment. Les personnages sont superbement bien décrits, sans parler des lieux et paysages. C’est de toute beauté. J’ai été conquise par ce manuscrit historique.

« La dame de Knox » est une romance fervente entre un seigneur anglais et une noble française. Étant de conviction différente, ils sont définis comme l’ennemi de l’autre et si l’amour et la passion décidaient de s’immiscer dans leur couple ?

Anne De Vallière est une jeune femme de dix-neuf avec une forte personnalité. Le seigneur de Vallière offre la main de sa fille âgée de neuf ans afin de payer ses dettes. Pour officialiser les choses, Merkios de Knox effectue un contrat qui stipule qu’Anne devra se marier avec le fils du seigneur anglais, Joffrey. Dix ans plus tard, le redoutable guerrier va sur les terres de Vallière pour réclamer ce qui lui ait dû. Marié, il n’hésite pas à la brutaliser et imposer sa présence dans la vie de la jeune femme. Cependant, Joffrey va découvrir qu’Anne n’est pas seulement une simple dame. Elle est douce, belle, courageuse, mais à la fois téméraire, combattante et insolente. Ce qui plus tard, plaira énormément à Joffrey. Et si Anne était la rédemption du monstre qui personnifie le noble guerrier ? Franchiront-ils les obstacles afin que leur amour survive ou sombrera-t-il dans les ténèbres ?

Joffrey de Knox est un seigneur craint de tous. Un homme barbare âgé de vingt-neuf ans. Irréfléchi, il préfère tuer ceux qu’ils se mettent en travers de son chemin. Il aime bien jouer avec les femmes pour qu’elles puissent réchauffer sa couche, pourtant Joffrey projette son dévolu sur la jolie Anne de Vallière. Une particularité entêtée et discourtoise, il amènera sa promise à son château de gré ou force. Quand ses yeux se posent sur Anne, une ambition indémontrable de la posséder le submerge. Un homme attirant, mais détestable. Malgré cela, au file des pages, son comportement changera pour devenir plus attentionné et il sera également plus à l’écoute des demandes de son épouse. Joffrey nous prouve que nous pouvons métamorphoser notre personnalité quand nous sommes en contact avec l’être que nous chérissons. La nature agressive prendra-t-elle le dessus sur son amour envers Anne ?

La plume de l’auteure est tout à fait phénoménale. Sans compter que l’intrigue est vraiment ahurissante. Je n’avais aucun mal à entrer dans le cœur de l’action. Sonia Alain nous enchante avec ses mots. Cette œuvre est carrément un voyage à travers les époques. Le roman est d’une belle fluidité, aucune difficulté à suivre le contexte.

De nombreuses thématiques font aussi parti de la tournée telle que la trahison, la mort, les complots et l’amour entre les membres d’une famille.

Une excellente alliance d’ingrédients ! Vous l’aurez devinez, j’ai eu un coup de cœur pour ce premier opus.

J’ai très hâte de découvrir la suite des aventures de Joffrey et Anne.

Je remercie Helene des éditions Ada pour ce merveilleux service presse.

#Sara