Chronique sur Pulsions dangereuses de Cinthia L. Ross

Pulsions dangereuses

Note : 13/10

« Devrais-je écouter la voix de ma raison et mettre un terme à toutes ces bêtises et m’occuper d’elle de façon strictement professionnelle ? Ou devrais-je suivre mon cœur qui s’emballe pour cette femme depuis la toute première fois où je l’ai vue ? »

Scott

Résumé : « J’étais le meilleur tireur d’élite de ma section d’infanterie. Blessé au combat, je suis maintenant au service d’une agence de protection. Je n’avais jamais connu autre chose que l’armée dans la vie, pas même l’amour… Si, une fois seulement ! J’étais fou de cette fille qui, aujourd’hui, se tient devant moi, battue et meurtrie par les blessures qui lui ont été infligées. Elle hante mes pensées depuis les quinze dernières années et je dois la protéger des griffes d’un détraqué qui veut la tuer. Je ne l’avais jamais revue, car Rachel Foster est la cause de tous mes ennuis. Par chance, elle ne semble pas m’avoir reconnu. Quand nous serons seuls, tous les deux, je l’aurai enfin que pour moi… »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement Édiligne, mon partenaire littéraire, pour le service presse ainsi que leur confiance en moi et en mon blogue.

J’ai découvert la calligraphie de Cinthia L. Ross à travers son autre roman, soit « Pulsions ou raison », une autre histoire dans le même style avec des personnages divers et des circonstances différentes. Je ne vous cacherai pas que j’ai raffolé de chaque ligne. Puis, j’ai posé mes yeux sur « Pulsions dangereux »… Même si j’ai grandement adoré le premier récit, je dois avouer que celui-ci, je l’ai dans la peau. Je suis littéralement tombé amoureuse de cette altercation, de l’ancien militaire et de sa protégée. Ainsi, même si le choix était difficile, je dois dire qu’entre les deux, je préfère « Pulsions dangereuses »

UN COCKTAIL DE SENSUALITÉ…

Entre Scott et Rachel, c’est tout simplement explosif et à la fois attendrissant. La tension qui existe au sein de ce couple est intense et sensuel tout en étant sensible et emplie d’amour. OH. QUE. JE. LES. ADORE. « Pulsions dangereuses » est une belle romance érotique dont la passion se mélange parfaitement avec le genre policier. L’enquête est une parallèle qui permet de mettre en évidence les véritables coupables de ces nombreuses mises en scènes. D’autant plus que cette recherche fait en sorte que Rachel mette également la main sur certaines informations dont leur existence est la clé de son passé.

Dans « Pulsions dangereuses », on fait la connaissance de Rachel, une jeune femme, dans la trentaine, qui, à la suite de ces nombreux événements qui ont mis sa vie en danger, se retrouve traumatisée. Ainsi, afin d’assurer sa protection, la police fait appel à un service de protection. Pourvu d’un garde du corps, Rachel est contrainte et de faire confiance aveuglément et d’obéir à son protecteur. Pour ne pas lui mettre des bâtons dans les roues, elle accepte à contre cœur et remet sa vie entre les mains de son garde du corps. Au fur et à mesure qu’elle passe du temps avec son protecteur, Rachel ne peut s’empêcher de sentir en sécurité et aimée. Il y a-t-il une raison à ce sentiment ? Et si cet homme était, en fait, un individu de son passé ? Une personne qu’elle n’a jamais pu cesser d’oublier ? Son garde du corps arrivera-t-elle à la protéger de cet individu qui ne cesse de guetter chacun de ses pas ?

Scott est un homme de trente-cinq ans qui n’a pas eu une existence paisible dans sa jeunesse. Après un terrible accident, il se retrouve dans un camp de militaire contre son gré. Plus les années défilent et plus l’infanterie devient la pièce maîtresse de son casse-tête, qu’est sa vie, jusqu’à ce que… Par suite d’une blessure à la jambe, l’ancien tireur d’élite se voit revenir dans cette réalité qui lui rappelle sans cesse ce qu’il a perdu. Ne pouvant plus faire de mission à l’extérieur, Scott prend la décision de mettre ses talents à profit et de faire partie d’une agence de protection. Il est tout ce que les femmes désirent et pourtant, il n’en voit qu’une seule. Lorsque Scott est appelé pour une autre mission, il ne s’attendait pas à que sa nouvelle cliente soit elle. Bouleversé par la situation, le garde du corps se promet que plus rien et ni personne ne touchera à un de ses cheveux, tant qu’il sera à ses côtés. Malgré cela, peut-il réellement garantir la sécurité de Rachel ? Et si les obstacles étaient plus grands que ce qu’il pensait ? Scott parviendra-t-il à la sauver de ceux qu’ils veulent la voir morte, avant qu’il ne soit trop tard ?

UNE NARRATION À DOUBLE VOIX, UN APHRODISIAQUE…

À travers les pensées de Rachel et de Scott, on les découvre chacun leur tour, soit par le biais de leur émotions, désirs, attentions, pensées. Et quand je dis tout, je veux dire TOUT. Rire. C’était tout simplement dévorant à souhait. J’ai eu chaud et des sueurs froides tout au long de ma lecture et ce jusqu’à la dernière page.

Concernant le style d’écriture de Cinthia L. Ross, il est entraînant tout en étant agréable à bouquiner. « Pulsions dangereuses » possède ce petit côté « Cinquante nuances de Grey », vous voyez le genre ? Cette touche de passion. Cette relation de dominant et soumise. Des passages torrides. Rire. Un peu de tout. DÉLICIEUX ! Sans aucun doute la page couverture représente parfaitement la complicité amoureuse de Scott et Rachel. Secrets après secrets, on se demande sans cesse si la jeune femme va découvrir cette énigme du passé qui hante ses pensées.

Un dernier mot ?

En conclusion, « Pulsions dangereuses » est une romance érotique qui m’a totalement bluffé du début jusqu’à la fin. Un mystère qui nous tient en haleine et qui nous pousse à connaître l’identité de ces personnes malveillantes qui en veulent en Rachel. Une plume d’écriture qui coule merveilleusement bien, telle une rivière. Cette histoire illustre assurément la passion et les péripéties policières. Une version à deux points de vue qui nous emporte au cœur de leur aventure. Une couverture qui nous donne envie de plonger dans cet univers sensationnel. Comportant des instants aussi chauds que la braise, on se laisse immerger par leur amour. Il va de soi que je vous conseille « Pulsions dangereuses », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.

#Sara

Chronique sur Les nuits sauvages d’Umbra tome 3 : L’amant d’Annie Larochelle

Les nuits sauvages d'Umbra tome 3

Note : 10,5/10

« Cependant, en son absence et sans ordre de mission, il fallait bien que je m’occupe. Je parfaisais donc mon entraînement au sabre ainsi qu’au tir. Mes progrès me rendaient plutôt fière. Or, je n’avais presque personne devant qui pavoiser. Je n’arrivais pas à me lier d’amitié avec les autres vampires qui gravitaient habituellement dans le penthouse. Le fait qu’ils parlaient toujours en roumain me mettait un peu mal à l’aise ; Andrei restait mon seul ami. D’ailleurs, lui non plus n’avait pas grand-chose à faire à part transporter occasionnellement Nikolaï entre le labo et le penthouse. Mon collègue et moi passions donc pas mal de temps ensemble. Je m’habituais tranquillement à son humour pince-sans-rire. Il ne gagnerait jamais le prix de monsieur Sourire, mais je parvenais de mieux en mieux à décoder ses humeurs derrière son flegme. Avec le temps et l’ennui, il commença à s’ouvrir à moi davantage. À l’occasion, il me parlait de son pays natal, la Roumanie, et de sa jeunesse. Il me racontait ses jeux d’enfants : la marelle, le leapşa et le monstre noir, ce qui ressemblait drôlement à une partie de « Je-suis-un-vampire ». »

Umbra & Andrei

Résumé : « Grâce à une nouvelle intervention angélique, Umbră revient à Montréal, accompagnée d’Andrei, pour rencontrer un mystérieux mage. Elle espère qu’il pourra les aider à éliminer le poison qui menace ses congénères. Cependant, le mortel sortilège n’est pas le seul obstacle que l’équipe de Nikolaï doit affronter. Comme les vampires sauvages se déchaînent sur le Vieux Continent, Umbră devra libérer le dangereux alpha de son sommeil. Cette fois, parviendra-t-elle à le vaincre ?

Tandis que la relation entre le seigneur et son Katana s’intensifie, Andrei pourrait bien venir brouiller les cartes. La trahison la plus douloureuse ne provient jamais de l’ennemi, mais de l’ami à qui l’on accorde toute sa confiance. Or, les choses s’avèrent rarement aussi simples qu’elles le paraissent…

Alors que les masques tombent, l’étrange adversaire des vampires se dévoile enfin. De Montréal aux profondeurs enneigées de la Sibérie, la bataille fait rage et culmine en Roumanie, là où tout a commencé.

C’est l’heure des règlements de compte… »

Mon Avis

Avant tout, je vais me lancer et dire… COUP DE CŒUR ! Le troisième tome de la trilogie est vraisemblement mon préféré et le meilleur des trois.

« Les nuits sauvages d’Umbra » est une série fantastique qui m’a fait énormément rêver, du fait de ces nombreuses créatures surnaturelles que l’on apprend à découvrir, les péripéties qui nous tiennent en haleine et par sa richesse en palette d’émotions. Captivante depuis le début, on se laisse facilement entraîner par ces aventures aussi dangereuses et sensuelles, soient-elles. Ainsi, plus on avance et plus, on a envie d’en savoir plus. En connaître plus. Plus, plus et toujours plus. Rire. En toute franchise, n’hésitez pas, laissez-vous charmer par la calligraphie d’Annie Larochelle tout comme par son imagination.

UN VOYAGE VERS LA DOUCEUR DE LA PASSION…

Alors que dans le premier tome, nous avions droit à des scènes torrides où la limite n’existe pas, le second opus se présente sous forme d’intermédiaire. En effet, celui-ci laisse place à la douceur et à la sensualité. Quant au dernier du trio, lui… Il est comment dire… Disons que l’amour est plus que présent. Il est imprégné sur chaque page. Sur chacun des passages du texte. Sur chaque instant où Umbra et Nikolai se retrouvent.

Dans ce troisième tome de la saga « Les nuits sauvages d’Umbra », le Katana du Seigneur Nikolaï Văcărescu doit s’envoler vers les froids glacials de la Sibérie afin de connaître les secrets de ce délicieux mélange qui coule dans ses veines. Si elle veut sauver tous les vampires ainsi que son amant, Umbra devra embrasser sa véritable nature vampirique. Mais, avant, elle devra faire face à cet alpha, qui a tué la plupart de ses coéquipiers lors de sa précédente intervention au Brésil, et pour ce faire, Umbra doit impérativement contrôler son démon intérieur.

Arrivera-t-elle à ne pas succomber à cette force démoniaque qui l’appelle ? Maintenant que Nikolai est devenu son amant… Que signifie cette évolution ? Réussira-t-elle à équilibrer ses besoins, sentiments et son esprit avec cette nouvelle vie qui l’attend ? Quant à son existence d’antan ? Parviendra-t-elle à dire adieu à son mari et sa fille ? Umbra sera-t-elle heureuse avec son Seigneur Nikolaï Văcărescu ? Et si son bonheur au côté de son amant n’hésitait le sacrifice d’une personne proche d’elle ?

UNE CONCLUSION À LA HAUTEUR…

Je ne vous cacherai pas que j’ai failli lancer mon roman par-dessus mon balcon, lorsque j’ai vu l’horrible tragédie avant l’arrivé de cette superbe finale. Les larmes ont coulé et comme je n’arrivais tout simplement pas à y croire, je n’arrêtais pas de relire cette même scène. Et quand j’ai enfin pris conscience de la réalité de la situation, j’ai pleuré comme une madeleine tout en mettant un oreiller sur mon visage, pour finalement crier à travers celui-ci. Rire. Malgré cela, je n’ai pas ouvert de récit durant plusieurs jours à cause de ce triste événement. Cela m’avait complètement chamboulé, sans compter que je ne m’attendais totalement pas à ça.

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’écrivaine, elle est toute aussi addictive que coulante. Dès le début de la saga, Annie Larochelle m’a transporté dans cet univers fantastique qu’elle a conçu à la perfection. La trilogie « Les nuits sauvages d’Umbra » est définitivement un coup de cœur. Une superbe histoire dont la trame n’a pas cessé de m’épater.

Un troisième livre dont les situations nous fait éprouver une multitude d’émotions. J’ai ragé, ri, pleuré… La totale ! Rire. Une œuvre littéraire qui n’a pas cessé de me donner des sueurs froides ainsi que plusieurs sensations de chair de poule. En toute honnêteté, si l’auteure décidait de pondre un menu de restaurant, je lirais avec autant d’intérêt que ses écrits littéraires. Rire.

Un dernier mot ?

En somme, « L’amant » est, sans la moindre hésitation, le meilleur de tous. Une finale qui m’a fait chavirer et brisé le cœur en miettes. À l’apogée de mes espérances. Dès les premières lignes, les aventures d’Umbra deviennent fascinantes. Des personnages attachants, une histoire bien illustrée, des paysages tout aussi élaborés, quoi de mieux encore ?! Une trilogie authentique qui change de ce que l’on voit habituellement. Plus doux que ses grands frères, le troisième opus parvient à se classer à la première position. Il va sans dire que je vous recommande cette trilogie, j’espère que « Les nuits sauvages d’Umbra » vous plaira autant qu’elle m’a plu.

#Sara

Chronique sur The price of life tome 1 : Dilemma écrit par Steff S.

The price of life tome 1

Note : 8/10

« Quand les lèvres s’approchent dangereusement des siennes, Elsa sent son cœur s’affoler. Pourquoi l’embrasse-t-il ? Encore un peu sonnée par sa sieste, elle vogue entre rêve et réalité. Mais lorsque la peau veloutée des lèvres se pose sur les siennes, un ouragan se déchaîne en elle.

– Jouez le jeu, je vous en prie, murmure-t-il lèvres contre lèvres.

Grisée par l’aventure, Elsa le laisse investir sa bouche. Une légère impression de vivre une minute de grâce se répand en elle. Il prolonge le baiser en insérant sa langue dans sa bouche, la douceur de ses lèvres, la chaleur de sa salive envoûte ses sens. Sans bouger, elle s’abandonne au flux de désir qui déferle dans son dos. De petits picots la chatouillent agréablement. Quant à Loïc, il n’arrive pas à s’arrêter. Qu’est-ce qui lui prend ? Il aime son goût de fraise, désire découvrir ce qui se cache sous cette petite femme. »

Elsa & Loïc

 Résumé : « Elsa vient d’accoucher à l’hôpital de Saint Brieux lès épines. Alors qu’elle attend son amie, un inconnu la supplie de l’embrasser. Il n’en faut pas moins pour que sa vie bascule. Et que celle du multimilliardaire, Loïc Legrand, prenne une autre dimension en embrassant la petite rouquine assise sur le banc. En voulant écarter son ennemie jurée, Juliette Brignard, journaliste du magazine Satisfaction, il déclenchera sans le savoir une cascade de catastrophes.

À cause de son impulsivité et de sa tendance au mensonge, Loïc ne mesurera pas les conséquences d’une phrase dite à la légère. Il continuera sur la voie de la déchéance en sombrant dans d’alcool, le sexe illusoire, et les folies pécuniaires. À cela s’ajoutera l’ultime abjection : un marché sordide qu’il passera avec Elsa. Son fils s’est fait enlever, les ravisseurs exigent un million d’euros. La jeune mère sans emploi ne sait plus vers qui se tourner.

Mais Loïc Legrand, le multimilliardaire, réapparaît comme magie en lui proposant un échange. Une nuit avec lui contre la somme demandée. L’amour s’invitera dans ce méli-mélo d’enquête policière, mais sera-t-il plus fort que le destin ? »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaudement Evidence Éditions, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

Heu… Où est la suite docteur ? J’aimerais avoir le deuxième tome, maintenant s’il-vous-plaît. Nan ! Je vous jure quelle conclusion et je ne vous parle même pas du récit. Vous savez à quoi je n’ai pas pu m’empêcher de penser lors de ma lecture, c’est que ce roman fait appel à mon imagination féerique. Elsa et Loïc était, à mes yeux, les héros du conte « La Belle et la Bête ». Une femme qui ne possède presque rien, mis en part sa plus grande fierté, son fils, et un homme dont l’argent coule à flot, mais qui dissimule une facette quelque peu perverse. Plus modernisé, on est loin de celui de Disney. Rire. Toutefois, j’ai bien aimé cette merveilleuse histoire.

DES SCÈNES CHAUDES TOUTE AUSSI DANGEREUSES…

Comportant quelques passages torrides, ceux-ci sont remplis de passion, mais ils cachent également une certaine violence. Je ne vous cacherai pas que j’avais une grande envie de passer par-dessus, mais j’ai résisté et je les ai bouquiné. En soi, ces scènes sont très importantes, car elles nous mettent en lumière certains détails essentiels qui nous permettent de comprendre le sens de l’histoire.

Dans le premier opus de « The price of life », on fait la rencontre d’Elsa, une jeune femme de vingt ans qui se retrouve à l’hôpital après avoir déclenché son accouchement. Mère d’un petit garçon, elle ne peut cesser d’être inquiète pour lui. Étant le bouc émissaire de nombreux individus dont Fabrice, le père de son poupon, elle subit constamment les méchancetés et les jugements des autres. En effet, après avoir découvert qu’elle était enceinte, Fabrice est parti sans regard en arrière, quant à Elsa, elle a dû continuer sa grossesse, car l’avortement lui était impossible vu le stade où elle était. Par chance, Elsa peut compter sur le soutien émotionnel de ses amis.

Gonflé à bloc, elle est prête à assumer son rôle de mère et de protéger ce petit être innocent qui n’a qu’elle dans son existence. Cette force intérieure, Elsa le sait qu’elle le doit à son fils. Alors qu’elle attend patiemment sa sortie dans l’établissement médical, une foule de paparazzis s’empressent d’envahir l’hôpital. Ne prêtant pas attention à cette meute de chiens enragés, Elsa ne voit pas venir cet homme au charme ravageur s’approcher à grands pas d’elle. Des paroles extravagantes et un baiser, c’est ce qui suffit à Elsa pour qu’elle prenne la décision de se prêter au jeu et de lui sauver la tête. Et si ces quelques minutes de bonheur n’était pas éphémère ? Pourtant, lorsque son fils disparaît, la jeune femme n’aura pas d’autres choix que de faire appel à Loïc ? Pourquoi les ravisseurs s’en sont pris à elle et à son fils ?

Loïc est un multimilliardaire qui ne pense qu’à lui, jusqu’à ce qu’il pose les yeux sur cette femme. Patron d’une entreprise familiale, sa vie est caractérisée par plusieurs excès… Pour donner suite à un accident de voiture, Loïc se retrouve à l’hôpital, mais est suivi par toutes les personnes possédant une caméra. Voulant échapper à cette lourde situation, il s’approche de la première femme qu’il voit et la prend au dépourvu en l’embrassant et en lui soufflant des paroles que seule elle arrive à comprendre. Se faisant passer pour quelqu’un qu’il n’est pas, il va se servir de ce mensonge afin d’échapper à cet accident. Néanmoins, lorsqu’Elsa revient de nouveau dans sa vie pour le prévenir qu’à cause de lui, son fils a été enlevé, Loïc lui propose alors un marché : une nuit avec lui et il lui offrira l’argent nécessaire pour la rançon.

DES PERSONNAGES QUI S’ENTRECHOQUENT…

Dès leur première rencontre, ces deux-là ressentent une attirance… Ne cessant pas de s’approcher et de se repousser, Elsa et Loïc ne peuvent s’empêcher de jouer avec cette relation qu’ils s’entretiennent, soit le prédateur et la proie. Au premier abord, Elsa est une jeune femme timide, mais au contact de son amant, elle va se transformer peu à peu en une femme épanouit dont le caractère ne possède aucune limite. Quant à Loïc, c’est autre chose… Lui, il a tout, sauf une quelqu’un avec qui partager son quotidien. Pour cet homme, cette complicité sera sa plus grande faiblesse. En effet, ne sachant pas comment agir, il va sans succession briser la seule chose de positive dans sa vie.

D’un côté, Elsa est une femme adorable et ne mérite aucunement les problèmes qui lui arrive. Chez Loïc, les fortes sensations débordent de ses pores de peau. Détestable tout en étant sensuel et bestial, je préfère ne pas m’avancer là-dessus et bouquiner le deuxième opus.

En ce qui concerne la plume d’écriture de Steff S., elle est fluide tout étant simple à la fois. Un mélange où le suspense, romantisme et l’érotisme se moulent parfaitement. Malgré le fait que « The price of life » soit une romance, elle contient des brides de d’autres genres littéraires dont le policier. Les péripéties s’enchaînent les unes après les autres et le temps n’est pas un luxe qu’Elsa peut se permettre. Steff S. nous laisse une conclusion qui pourrait en fâcher plus d’un… Surprenante, elle laisse place à une suite qui risque de nous en faire de toutes les couleurs. L’écrivaine ne modère pas ses mots et fait place à un cocktail d’émotions.

Un dernier mot ?

Finalement, « The price of life » est une œuvre littéraire qui tourne beaucoup autour de la psychologie des protagonistes. Les passages charnels mettent en avant la passion que ressentent Loïc et Elsa l’un envers l’autre tout en faisant entrevoir la perversité du multimilliardaire. En dépit de quelques longueurs, j’ai été conquise par ce premier tome. Une fin qui nous laisse sur notre faim ! Rire. Une agréable notation qui m’a fait entrer au cœur de cet univers doré. Il va de soi que je recommande « The price of life », j’espère que ce roman vous plaira. Personnellement, je compte me plonger dans les autres écrits de l’auteure, cette histoire a attiré ma curiosité. 

#Sara

Chronique sur Les nuits sauvages d’Umbra tome 2 : Le patron d’Annie Larochelle

Les nuits sauvages d'Umbra tome 2

Note : 10/10

« Comment me connaissait-il ? Qui était-il ? Bouleversée par lui, dépassée par les événements, je gardai le silence.

— Joanie Leblond, poursuivit-il, du Québec, conceptrice graphique, boxeuse, escrimeuse, épouse de Philippe Martel, mère de Sandrine Martel, récemment vampirisée. Comment te sens-tu ?

Je l’écoutai, éberluée, alors qu’il réduisait ma vie à ces quelques mots. Des yeux d’émeraude s’animaient au-dessus d’un nez parfait. Ses lèvres pleines et soyeuses dévoilaient le scintillement immaculé de ses dents. Quelques mèches s’échappaient de sa queue de cheval dorée et sa voix, oh ! sa voix ! Un éclat d’arc-en-ciel liquide qui caressait ma peau avec la douceur d’un vent d’été à la vanille, doublé de satin ! Le sang afflua dans mes entrailles, humidifiant mon entrejambe et mes seins pointèrent douloureusement pour se tendre jusqu’à lui ! Je le désirai avec une ferveur toute nouvelle. Comme s’il avait deviné les tourments qui m’agitaient, un mince sourire moqueur fleurit sur ses lèvres, lui creusant une petite fossette sur la joue. Cet homme n’était pas beau; il était sublime ! »

Umbra & Samaël

Résumé : « Au cœur de l’Amazonie, le danger séduit et le désir menace.

Les nuits sont chaudes au Brésil, parfois même… brûlantes !

* * *

« Au fond de moi, je savais qu’il avait raison. Il me faudrait bien affronter la glace et me voir telle que j’étais, vampire, et les véritables sentiments qui m’animaient. Je devrais m’accueillir sans honte, sans jugement, même si ce que je découvrais ne me plaisait pas. »

* * *

Umbră fait désormais officiellement partie de l’équipe de Nikolaï Văcărescu, le puissant seigneur des vampires. Sa première mission en tant qu’employée « libre » l’enverra dans les profondeurs de l’Amazonie, en compagnie de son énigmatique collègue Andrei. Or, le plaisir tout comme le danger pourraient bien surgir du cœur de la forêt…

Loin de son patron, Umbră peine à résister à l’appel de la chair. Heureusement, Andrei veille sur elle. À moins qu’il n’entre lui-même dans l’équation…

Et si le désir charnel du maître des vampires prenait racine dans un besoin plus profond, sentimental…

De toute façon, on ne peut rien éprouver de tendre envers un être aussi abject que lui.

N’est-ce pas ? »

Mon Avis

Une suite que je me suis empressé de bouquiner après la finale du premier tome. En toute franchise, l’érotique n’est pas un genre littéraire qui me plaît beaucoup. Cela dépend littéralement du résumé du roman en question.

« Les nuits sauvages d’Umbra » est une trilogie, qui jusqu’à présent, me plaît énormément. L’authenticité de cette histoire y est pour quelque chose, je n’aime pas lorsque les détails se répètent sans cesse, ça me donne le tournis. Rire. Maintenant que je viens de conclure le deuxième tome, je peux dire que ces trois romans forment à eux seuls un COUP DE CŒUR, mais je préfère ne pas trop m’avancer là-dessus, puisqu’il me reste le dernier livre à lire.

VOYAGE VERS UN TERRITOIRE AUSSI CHAUD QUE LES ENFERS…

Oh lala, je ne saurai quoi vous dire de plus. J’ai cru qu’avec toute cette chaleur, j’allais fondre telle une crème glacée en plein soleil. C’est l’impression que cela donnait. Rire. Umbra est toujours autant envahi par ce feu ardent et je vous avoue qu’à certains passages du texte, j’ai cru que j’allais mourir sur place. Rire. Honnêtement, la complicité entre Andrei et la jeune femme n’est pas pour me déplaire. Et je ne vous parle pas de celle qu’Umbra entretient avec Nikolaï. Miam ! Rire.

Dans le deuxième opus de « Les nuits sauvages d’Umbra », on retrouve Umbra qui, à la suite de la conclusion précédente, est affecté à sa première mission en tant que « vampire libre ». Elle part donc en compagnie d’Andrei, son séduisant et mystérieux binôme de travail, en Amazonie afin d’arrêter cette autre espèce vampirique qui ne cesse de faire des bains de sang. Plus dangereux que des créatures dont elle a l’habitude, Umbra arrivera-t-elle à contrôler son propre démon intérieur ou est-ce que cette altercation va pousser son autre moitié à se révolter contre ceux qu’elle connaît ?

Lors de son voyage, Umbra devra faire à cette chaude température ainsi qu’à ses pulsions, parviendra-t-elle à ne pas succomber aux plaisirs de la chair ? La jeune femme aura-t-elle maintenir ce lien de fidélité qu’elle entretient avec son Seigneur Nikolaï Văcărescu ? Et si par malheur, elle passait outre les exigences de son amant, quelles seront les conséquences de ses actes ? Et si au cours de son périple, Umbra rencontrait une personne, aucunement humaine, qui lui révélerait plusieurs secrets la concernant ?

PRÉSENCE DE CERTAINES AUTRES CRÉATURES MYSTIQUES…

Le comble du bonheur… Ma parole… Ça, je ne l’ai pas vu venir. Samaël (cri de joie). Ses apparitions ne sont que peu introduites et pourtant, malgré cela, je suis tombé sous le charme de cet être angélique immaculé aux magnifiques et soyeuses ailes blanches. En plus des vampires, il semblerait que l’écrivaine ait pris la décision d’incorporer divers organismes symboliques.

En ce qui concerne la calligraphie d’Annie Larochelle, elle est toujours agréable et addictive à bouquiner. À travers ses lignes, l’auteure nous plonge au cœur de ces relations amoureuses où la douceur et la passion parviennent à se mouler pour ne former plus qu’un. Au fil des pages, j’ai remarqué que le niveau de dureté était moins élevé que dans le premier tome. Il semblerait que l’amour commence à prendre de plus en plus de place. Rire.

Ainsi, par le biais de ses mots, l’écrivaine nous emporte dans cette aventure périlleuse où n’importe quelle situation est synonyme de danger. De nouveau bluffé par le contenu, je n’ai pas pu m’empêcher de terminer le roman en moins de 24H. Dès les premières pages, on entre dans les abysses des profondeurs où celles-ci ne cessent de descendre toujours plus bas. Une excellente trame, en comparaison à celle du premier tome, il semblerait que l’intrigue principale semble se dévoiler de plus en plus.

Un dernier mot ?

En conclusion, « Le patron » est une œuvre littéraire qui n’a rien à envier à son aîné. Il est même mieux que le précédent. Rire. Lorsque j’aurai tourné la dernière feuille du troisième tome, je dirai probablement la même chose. Rire. Annie Larochelle est parvenue à retranscrire une trilogie absolument divine et unique. Un style d’écriture qui m’a gardé en haleine tout au long de ma lecture. Quand j’y pense, je me dis que passer à côté de la trilogie « Les nuits sauvages d’Umbra » est de la pure folie, alors laissez-vous tenter par les péripéties de cette jeune femme dont les armes n’ont plus aucun secret pour elle. Dans tous les cas, si vous découvrez ces trois livres, accrochez-vous jusqu’à la fin, cette saga en vaut carrément la peine.

#Sara

Chronique sur Les nuits sauvages d’Umbra tome 1 : Le seigneur écrit par Annie Larochelle

Les nuits sauvages d'Umbra tome 1

Note : 9,5/10

« Nul ne peut me juger! Personne ne sait ce qu’est la Soif avant de l’avoir ressentie avec cette intensité. Promise à la géhenne, j’échangeai mon âme pour quelques millilitres de sang, sous les délectables coups de boutoir de mon bourreau… »

Umbra

Résumé : « Quand la Bête domine, le désir surpasse la haine.

Bienvenue dans le monde sauvage et impudique des vampires…

* * *

« Je m’appelais Joanie Leblond, j’avais 28 ans.

Et je n’aurais pas dû aller au gym ce soir-là… »

* * *

À la suite d’un odieux kidnapping par une bande de vampires renégats, la charmante Joanie est envoyée comme cadeau empoisonné à leur maître. Une nouvelle vie commence pour elle, dans cet univers où les créatures de la nuit sont guidées par leurs instincts primaires. Une vie de servitude entre les mains du terrible seigneur Nikolaï Văcărescu.

Tout comme ses congénères du monde obscur, elle succombera à la Soif, à la violence et au besoin charnel.

Or, on ne peut juger un vampire à l’aune d’un humain… Nikolaï est-il réellement le sombre tyran qu’on lui a dépeint ? Et surtout, réussira-t-elle à combattre cette frénésie malsaine qui la pousse entre les bras de son oppresseur ? »

 Mon Avis

Avant même que la trilogie soit disponible en magasin, j’avais déjà un œil sur celle-ci. Attiré par ces livres, je n’ai pas pu m’empêcher de les prendre lorsque je les ai vu en librairie. Le cri de joie que j’ai sorti, je m’en rappelle comme si c’était hier. Rire.

Vous savez la calligraphie d’Annie Larochelle ne m’est pas totalement inconnu. Ainsi, par le biais du premier opus de « Le châtiment des anges », j’ai appris à connaître son univers littéraire tout comme les créatures surnaturelles dont elle n’hésitait pas à faire appel. Finalement, je peux officiellement affirmer que l’auteure a le don pour écrire de superbes œuvres littéraires.

UNE LECTURE QUI POURRAIT EN CHOQUER PLUS D’UN…

Étant classé comme un roman érotique, je peux dire que c’est plus que cela. Les plaisirs de la chair sont exploités dans tout les sens du terme. En effet, les scènes torrides sont plus que braisées, elles sont littéralement carbonisées. Consumé par ces nombreux passages, on se laisse, tout comme Umbra, ensorceler par les flammes de l’enfer. En toute franchise, cette histoire ne correspond pas aux individus qui ont un cœur sensible. Tout simplement parce que ces fantasmes n’ont AUCUNE limite, alors vous pouvez facilement imaginer par quoi nous passons. Rire.

Dans le premier tome de la saga « Les nuits sauvages d’Umbra », on fait la connaissance de Joanie, une jeune femme de vingt-huit ans, marié et mère d’une petite fille, qui se fait enlever par des individus. Entraîné, contre son gré, dans ce monde sanglant où tout lui est méconnu, Joanie devra apprendre à survivre auprès de ces vampires assoiffés de sang où les nombreux actes de violence sont commis au nom d’un Seigneur. Introduite de force dans cette ombrageuse réalité dont le désir, le sang et les plaisirs de la chair sont privilégiés afin d’assouvir leur pulsions, Joanie se voit obliger de mener une vie de servitude pour le Seigneur Nikolaï Vacarescu, un vieux vampire dont la cruauté n’a d’égal que sa compassion.

À partir de ce moment, Joanie, désormais nommé Umbra, devra combattre toutes les épreuves qui se présentent à elle. Refusant à tout prix de se soumettre, elle préfère garder son indépendance. Faisant dorénavant partie de la communauté vampirique, elle est devenue le katana du Seigneur Nikolaï Vacarescu, son arme secrète. Mais comment résister à ses fantasmes, alors que la soif de sang et de plaisir ne cesse de grandir en elle ? Parviendra-t-elle à contrôler ce feu ardent qui brûle en elle ? L’attachement qu’elle porte au Seigneur sera-t-il plus fort que l’appel de la liberté ? 

DES HISTOIRES FANTASTIQUES EMPLIES DE RICHESSE…

Rempli de détails, d’imagination et de rebondissements, je peux dire que l’écrivaine sait comment construire une intrigue addictive. Elle parvient encore une fois à créer des aventures aussi palpitantes qu’incroyables. À travers ses mots, j’ai été emporté dans ce monde vampirique où la passion et le danger ne cesse de hanter les protagonistes. D’après moi, les vampires sont des créatures fascinantes, mais quelque peu délicat à aborder, car souvent ce sont les mêmes similarités qui reviennent. « Les nuits sauvages d’Umbra » est un récit authentique qui a réussi à se démarquer des autres.

En ce qui concerne le style d’écriture d’Annie Larochelle, il est aussi envoûtant que coulant. Malgré les apparences, j’ai trouvé les personnages captivants à découvrir au fil des feuilles. En outre, Umbra est une interlocutrice que j’ai aimé découvrir, de part son tempérament de feu. L’écrivaine nous fait voyager au cœur de la damnation, des pulsions, des instincts et de la bénédiction qui caractérisent cet univers vampirique.

Dès les premières pages, j’ai été subjugué par le contenu. Maintenant que j’y pense « 50 nuances de grey » est un petit bonbon, contrairement à ce livre. Aucune longueur, l’action commence au tout début. On peut dire qu’on entre vif dans le sujet. Rire. « Les nuits sauvages d’Umbra » est une histoire érotique dont le genre littéraire ne fait partie de mon quotidien. Comme on dit, trop c’est trop. Effectivement, j’avais peur que ce soit le cas lorsque j’ai commencé cette lecture, mais j’ai été plus qu’étonné par le contexte. En dépit de ce qu’il peut illustrer, à première vue, « Le Seigneur » est un coup de cœur.

Un dernier mot ?

En définitive, « Le seigneur » est un premier tome à ne pas mettre dans les mains de tout le monde. Honnêtement, j’ai passé un excellent moment, je me suis facilement entraîné dans cette odyssée. Une histoire tangible où les péripéties ne tournent pas court, elles s’empilent les unes sur les autres. Sexy, séduisant, passionnant, dangereux, quoi demander de mieux ? Un cocktail d’amour et de haine, de respect et de trahison, de tentation et de plaisir. Il va de soi que je vous conseille « Les nuits sauvages d’Umbra », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. 

#Sara

Chronique sur Ne jamais regretter tome 2 : Enchaîne-moi de Candice James

Ne jamais regretter tome 2

Note : 9,5/10 

« Je suis bel et bien de retour dans mon appartement, Cat est extrêmement surprise de me voir débarquer avec ma valise. Mes yeux rougis, elle accourt pour me prendre dans ses bras, je n’arrive même pas à parler tellement j’ai mal.  

La seule chose que je lui dis, c’est que j’ai besoin d’une bonne douche. Je me dirige vers la salle de bain. Je fais couler l’eau, j’entre, mes larmes redoublent, je me laisse glisser contre la paroi, je me recroqueville sur moi-même 

Jusqu’au dernier moment, j’ai tant espéré qu’il se batte pour construire notre histoire. Il peut se voiler la face, cet homme est amoureux de moi ! Aurai-je la force de me battre seule ? En vaut-il vraiment la peine ? Peut-être étais-je trop aveuglée par lui 

Était-il sincère quand il me disait qu’il ne pouvait plus aimer ? Et pourquoi parle-t-il au passé ? Qui est cette personne ? est-elle, que lui a-t-elle fait ? Putain, pourquoi toutes ces questions me hantent-elles ? Et cet Adan Larcher, que me veut-il ? 

 Je ne sais pas combien de temps je suis restée sous la douche, mais Cathy me sort de force, elle me sèche, et m’aide à m’habiller. Je ne suis plus que l’ombre de moi-même. Nous sommes installées sur le canapé, ma tête posée sur ses genoux, mes larmes ne tarissent toujours pas.  

Elle ne me pose aucune question, elle se contente d’être . Après plusieurs minutes, je me lève, je lui indique que je vais me reposer. Elle me répond qu’elle n’est pas loin en cas de besoin 

Je me jette sur mon lit, la première chose que je fais, c’est d’attraper mon portable, je regarde toutes nos photos, je relis toutes nos conversations, encore et encore. Je lui envoie une photo de nous, il me regarde avec tendresse avec comme simple message : « Tu avais l’air heureux ! » 

 Une heure vient de s’écouler, et toujours pas de réponse. Ne jamais regretter, très bien, qu’il en soit ainsi, Dydy va reprendre sa vie en main ! À moi le célibat, les hommes et le sexe sans attache, au moins je ne souffrirai plus jamais. 

 Parole de Dydy ! 

 Et sans le savoir, Cat, Brad et Ally deviendront mes complices, à leur insu. » 

Eddy 

Résumé : « Lorsque Eddy a refermé la porte de la villa ce fut la décision la plus douloureuse qu’elle est due prendre. Elle espérait que ces sept jours allaient changer sa vie.  

Elle est tombée amoureuse d’un homme brisé, qui l’a détruite. Pourtant il l’avait prévenu, malgré tout elle a foncé tête baissée 

Alors comment va-t-elle se reconstruire 

Aura-t-elle le courage de faire tomber toutes ces barrières 

Elle, pourtant si forte, doute de plus en plus. » 

Mon Avis 

Tout d’abord, je remercie Evidence Éditions pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.  

Après la conclusion du premier tome que nous a offert l’auteure, il fallait impérativement que je lise la suite afin de savoir ce qu’il se déroulerait ensuite. Mais, à bien y penser, j’aurai peut-être dû attendre la publication du troisième volet afin de débuter le second. Pourquoi ? Et bien parce que cette finale m’a littéralement donné des envies de meurtre du dernier chapitre à la dernière page.  

Sans compter que ce n’est pas la première fois que Candice James nous donne une fin aussi… Sacrilège, je n’ai même de mot pour décrire la surprise que j’ai eu. Rire. Connaissant déjà la calligraphie de l’écrivaine, je savais dans quoi je m’embarquais lorsque j’ai commencé le deuxième opus. Ainsi, ce fût avec plaisir que j’ai retrouvé les détails et l’histoire imaginée par Candice.  

D’autant plus que la page couverture est toujours aussi attrayante pour les yeux, enfin pour les miens. Eddy et Tom sont un couple tout aussi explosif que révoltant. Toutefois, je ne vous en dirai pas plus, je ne veux pas vous gâchez la surprise… MOUHAHAHAHAHA !!!!  

UNE HÉROINE CAPTIVANTE, MAIS EMMERDEUSE…  

Alors, Eddy… Je ne vous cacherai pas que je me suis attaché à ce petit volcan. D’une certaine façon, elle me complète parfaitement. Elle est ma moitié amicale. Moi, qui est de nature timide et introverti, et elle, une enquiquineuse qui s’assume pleinement. Vous voyez ? Rire.  

Et Tom Collins, je ne vous en parle même pas. J’ai eu envie de lui tordre le cou durant UNE BONNE PARTIE DE MA LECTURE. Un parfait imbécile et encore, je suis polie. Sans oublier John et Emma, ces deux-là sont vraiment adorable ensemble. Ils font bien la paire. Pourtant, derrière tout cela se cache quelques descriptions qui m’ont rappelées un film. Lequel ? Non, non. J’amènerai ce secret jusqu’à dans ma tombe.  

UN ALTER EGO PLEIN D’ESPOIR ET DE CASSURES…  

Dans ce récit, Candice James s’est plutôt penché vers le côté familial et amical. En effet, au fil des pages, on découvre tout l’amour que porte Eddy à sa famille, ses parents et son frère cadet, et à son groupe d’ami(e)s. On ressent fortement le lien qui les unisse tous. Il ne comporte pas autant de scènes torrides que dans le premier tome, mais disons que celles-ci sont remplacées par des moments remplis d’affection. Un livre bonbon ! 

Dans le deuxième opus de « Ne jamais regretter », on retrouve Eddy qui, suite à ce qu’il s’est passé à la fin du premier tome, perd le goût de la vie et de tout ce qu’elle entreprend. N’ayant plus aucune énergie et de joie de vivre, elle ne cesse de pleurer à chaudes larmes, tous les jours, pendant des heures. Comment peut-elle continuer son chemin alors que durant une semaine, elle vient de se laisser aller aux plus merveilleux instants de sa vie ? Brisée, elle ne désire qu’être seule et se morfondre dans sa solitude et sa tristesse.  

Alors que son groupe d’ami(e)s prend la décision de changer cela, ils s’échafaudent un plan qui changera peut-être la direction du vent favorisant ainsi ce qu’Eddy souhaite de tout coeur. Fonctionnera-t-il ? Ou est-ce perdu d’avance ? La jeune femme parviendra-t-elle à se reconstruire sans lui ? Tom et Eddy sauront-ils franchir les barrières du passé pour profiter de leur avenir ? Et si un horrible événement venait de nouveau réduire en miettes le lien fragile du couple ?  

Concernant le style d’écriture de l’écrivaine, il est toujours aussi agréable et coulant à bouquiner. Tout comme le premier opus, j’avais envie de le dévorer tout cru. Lentement ou pas… Rire. On le savoure en prenant des pauses quand cela est nécessaire. À mes yeux, « Ne jamais regretter » est une trilogie érotique qui en vaut la chandelle. Cette saga est loin d’être un cliché !  

Au niveau de l’intrigue, on plonge un peu plus dans les abysses intérieurs de Tom, mais sans trop y aller en profondeur. Pour ce côté, il faut encore creuser. Néanmoins, si on compare le premier et second volet, on peut y apercevoir quelques vérités qui n’y étaient pas. J’espère qu’on saura tout ce qu’il y a à savoir dans le dernier tome. Le passé de Tom n’est pas totalement clair et net.  

De plus, il y a un passage en particulier qui m’a donné le fou rire, j’étais carrément plié en deux. Vous ne savez pas à quel point j’avais mal au ventre. C’était divertissant.  

Un dernier mot ?  

En somme, « Enchaîne-moi » est une histoire où l’amour familial et l’amitié a été mis en évidence. Je ne vous cache pas que j’ai très hâte de lire la suite afin d’avoir le fin mot de cette trilogie. Les protagonistes restent égaux à eux-mêmes, malgré le fait que quelque chose ait été déchirée au fond de leur être. Réussiront-ils à s’aimer pour de bon ou un obstacle se dressera-t-il toujours entre eux ? Qui sait ce que l’avenir nous réserve ! Il va de soi que je vous recommande cette oeuvre littéraire, mais lisez « Délivre-moi » avant de débuter celui-ci. En tout cas, j’espère qu’il vous plaira. Pour ma part, je devrai attendre deux mois avant de savoir le reste du scénario.  

#Sara

 

Chronique sur Ne jamais regretter tome 1 : Délivre-moi de Candice James

ne jamais regretter tome 1

Note : 9/10 

« […] 

Je dois malheureusement trop vite couper court à cet élan d’émotion, sinon je vais rater l’enregistrement de mes bagages et m’effondrer. Même si je vais vivre mon rêve, quitter ma famille est un déchirement. Je me retourne une dernière fois en leur envoyant des baisers et je me dirige enfin vers le comptoir d’enregistrement où je présente mon billet à l’hôtesse qui m’enregistre. 

— Mademoiselle Marx, l’une de nos hôtesses va venir vous chercher pour vous diriger vers le salon VIP. 

— Très bien, je vous remercie. 

— C’est nous qui vous remercions d’avoir choisi American Airlines pour votre voyage. Toute l’équipe vous souhaite un agréable vol. 

Je la salue et je me dirige vers un banc en attendant qu’une hôtesse ou un steward vienne me chercher. 

— Mademoiselle Marx, je suis Kelly, votre hôtesse, je vais vous conduire dans notre espace privé, je serai à votre disposition jusqu’à votre embarquement, si vous avez besoin de quoi que ce soit, je suis là. 

— Merci beaucoup, mais je n’ai qu’une hâte, c’est enfin m’envoyer en l’air pour une nouvelle vie. 

Kelly m’adresse un grand sourire qui en dit long… 

Me voilà installée confortablement sur un grand canapé d’angle en cuir blanc sirotant la flûte de champagne que Kelly m’a apportée. 

Je décide d’envoyer un SMS à Cat. 

[Coucou, Cathy, c’est Dydy, je viens de poser mon popotin avec ma coupe et Christian Grey.] 

[Tu es avec M. Cinquante nuances ?] 

[J’aimerais bien, mais je vais me contenter du livre.] 

[Ne t’inquiète pas, tu finiras par le trouver, ton Grey.] 

[Je ne veux pas en trouver qu’un seul, j’en veux plusieurs… Attention, la nouvelle Dydy débarque…] 

[Si tu croises Hardin, kidnappe-le pour moi. Je t’embrasse, j’ai hâte de te voir.] 

[OK, promis, si je le croise, je l’emmène.] » 

Eddy, Kelly & Cathy 

Résumé : « Eddy Marx est une superbe femme, elle papillonne d’homme en homme et ne s’attache jamais.  

Mais quand l’amour frappe à sa porte, elle consent à se marier, jusqu’à ce qu’elle découvre qu’il la trompe.  

Elle le savait, elle ne doit pas aimer, juste profiter et ne jamais regretter ! » 

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaleureusement Evidence Edition, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse.  

Lorsque j’ai débuté le premier tome, je ne savais pas si j’allais apprécier ou non… Vu le genre littéraire. Rire. À vrai dire, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, je craque rarement pour les histoires érotiques. Mais, quand je le fais, c’est parce que soit je connais l’auteur(e) ou que le résumé a attiré mon attention. Et c’est ce qui est arrivé avec « Ne jamais regretter ». N’étant pas familière avec le style d’écriture de Candice James, je me suis allé dans cette aventure livresque sans hésitation. Excellent, je suis contente d’avoir finalement postulé pour « Délivre-moi » !  

Sans compter que je ne vous cacherai pas que la couverture est vraiment belle avec toutes ces nuances de couleurs. 

UNE ROMANCE ÉROTIQUE ET TOUT AUSSI AUDACIEUSE…  

Candice James, par le biais, de ces mots nous offre une histoire qui, sans aucun doute, inspire la luxure. Rempli de scènes passionnées, l’auteure est parvenue à les retranscrire de manière à ce qu’elles soient sensuelles et élégantes. Malgré cela, le langage qui se cachait derrière celles-ci me faisait aussitôt rougir comme une tomate cuite.  

UNE HÉROINE ATTACHIANTE…  

Lors de ma lecture, j’ai découvert Eddy, une femme attachante, mais quel caractère. OH MON DIEU ! De plus, j’ai aperçu d’autres protagonistes qui m’ont aussi fait rigoler. D’une certaine manière, je trouve qu’ils complètent bien la personnalité sans filtre et l’assurance d’Eddy. Néanmoins, pour le reste, cela sera à vous de le découvrir.  

Dans le premier tome de la trilogie « Ne jamais regretter », on fait la rencontre d’Eddy Marx, une femme de trente ans dont tout ce qu’elle touche se transforme en succès. Sa devise ? « Ne jamais regretter ». Ainsi, Eddy n’hésite pas à croquer la vie en pleine dent. Libre comme l’air, la jeune femme profite de son indépendance en se contentant des relations sans lendemain. Enfin… ça c’était avant de penser à son avenir. Peut-être qu’il serait temps de se ranger avec un homme, non ?! Plus facile à dire qu’à faire lorsqu’on est une femme qui adore le plaisir charnel. Afin d’y remédier, Eddy se laisse séduire par un collègue de travail pour ainsi espérer une relation à long terme. Toutefois, la jeune femme n’avait définitivement pas prévu ce qui se produirait…  

N’étant pas vraiment amoureuse de son amoureux, elle pense sincèrement que ses sentiments se développeront, mais sans succès. À trois semaines de son mariage, Eddy surprend son fiancé en plein action avec sa demoiselle d’honneur et meilleure amie dans les toilettes de l’entreprise. Folle de rage, elle saisit cette occasion parfaite pour se débarrasser de lui. Désormais libérer, Eddy se voit offrir un poste d’assistante de communication à Los Angeles, qu’elle accepte sans aucune hésitation. Elle prend donc la décision de tout quitter pour aller vivre dans une ville qui lui est totalement inconnu et de suivre sa devise personnelle, c’est-à-dire, « Ne jamais regretter ».  

Jouissant de cette nouvelle aventure, Eddy décide de redevenir cette femme libre comme l’air comme elle l’était avant. Et quoi de mieux pour y remédier que de faire des sorties et des rencontres. Au niveau de son emploi, la jeune femme est plus qu’heureuse de travailler dans cette entreprise qui lui tient à cœur. Pourtant, en cinq ans, Eddy n’a jamais eu l’opportunité d’apercevoir son patron. Pourquoi ? Et lorsque la possibilité se présente enfin, Eddy prend les devants et fonce affronter son « patron-fantôme ». Un seul regard peut tout changer. Stupéfaite, la jeune femme se rend compte que Tom Collins, son employeur, possède la carrure d’un dieu grec. Fantasmes après fantasmes… Eddy ne souhaite que goûter cette pomme empoissonnée.  

Leurs échanges sont explosifs et torrides, mais Eddy a l’impression que derrière ce tempérament froid comme l’iceberg se cache une vulnérabilité et un cœur brisé. Aussitôt attiré l’un vers l’autre, Eddy et Tom ne peuvent se permettre de se plonger dans une relation sérieuse. Mais, quand est-il du sexe ? Pendant une semaine, ils se laisseront aller à cette passion dévorante qui les anime. Cela sera-t-il suffisant ? Et si l’amour décidait de s’immiscer entre eux ?  

En ce qui concerne la calligraphie de l’écrivaine, elle est addictive et garni de charme. À chaque fois que je lisais, j’avais vraiment l’impression de m’empiffrer. Rire. À bien y penser, cette histoire doit se déguster lentement, mais il n’est pas impossible de le croquer à pleine dent. Malgré le fait qu’il est beaucoup de scènes torrides, on peut aussi retrouver un scénario qui semble complexe. Ce secret qui entoure Tom m’intrigue beaucoup. À voir ! Cela dit, je suis tout de même curieuse de lire la suite.  

Le plus drôle, c’est que Candice James faisait énormément référence à « Cinquante Nuances de Grey » soit à travers le fait qu’Eddy lisait le premier tome ou par le biais de certaines chansons. Ce qui au final m’a donné le goût de lire le roman tout en écoutant ces singles. Un bon moyen de se mettre dans l’ambiance.

Un dernier mot ?  

Pour conclure, le premier opus de « Ne jamais regretter » est une œuvre littéraire qui prône la sensualité et l’amour. J’ai très hâte de bouquiner la suite afin de voir le développement psychologique des interlocuteurs principaux. Je sens qu’il va y avoir du changement. L’amour parviendra-t-il à leur faire changer d’idée ? Peut-être ou… pas. Qui sait ce que le deuxième tome nous réserve ?! Je vous recommande « Ne jamais regretter », j’espère qu’il vous plaira. Pour ma part, vivement que la suite soit entre mes mains.  

#Sara

Chronique sur Corps et Âmes de Marjorie D. Lafond

Corps et ame

Note : 8/10 

« J’ai fait un rêve la nuit dernière. Le parfum troublant de l’homme qui s’avançait dans l’ombre avait quelque chose de familier. Tout au fond de moi vibrait cette sensation que je n’avais pas ressentie depuis des lustres.  

Je n’ai pas tout de suite compris de qui il s’agissait. Ça m’a pris du temps avant de piger. Des heures après mon pénible réveil. Pourtant, quelques années plus tôt, des rêves de lui, j’en faisais tout le temps.  

Ce regard verdoyant et lumineux me coupait le souffle dans la pénombre de la pièce floue. L’effet saisissant de ses doigts effleurant ma main, puis sa paume chaude et enveloppante sur ma joue. Sa respiration, presque un gémissement, était une lamentation née du désir de me toucher. 

À la flamme d’une bougie comme seule source de luminosité se révélait à mes yeux une bouche dont je percevais la forme charnue, bien pleine. Ces lèvres invitantes, je pouvais sentir leur chaleur tellement elles étaient près, à l’orée des miennes. Le souffle ardent de l’homme était sur le point de s’entremêler au mien. 

L’atmosphère tout autour de nous… décidément insondable. Obscure, pour ne pas dire lugubre, mais ô combien attirante. Envoûtante. Comment l’esprit avait-il la capacité de rendre un moment virtuel aussi vrai, si empreint de réalisme ? Pourtant, le vaporeux de l’endroit aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Sauf que les sensations sillonnant mon corps à ce moment de la nuit avaient tout de réel. Sans l’ombre d’un doute, l’attraction entre nos deux corps était palpable. Cette tension démesurée que je m’apprêtais à calmer… Puis cette immense frustration au réveil… malheureusement bien réelle, elle aussi. Il s’agissait assurément de l’un de ces songes pour lesquels l’esprit se bat corps et âme afin de ne jamais s’en extraire. » 

Raphaëlle  

Résumé : « Une irrépressible attirance… une passion sous influence  

Après des années de tourmente, de folies et d’excès à Montréal, Raphaëlle Lacroix est revenue s’installer à Saint-Sauveur, sa ville natale, où elle a déniché un travail d’aide-bibliothécaire. Rêveuse et en quête de sérénité, elle se dit très satisfaite de sa nouvelle vie rangée dans laquelle elle a troqué la compagnie des bad boys pour celle des livres.  

Un soir d’été, elle croit reconnaître parmi les passants Arnaud Laflamme, un ami d’enfance qui s’était mystérieusement volatilisé du jour au lendemain. Avant qu’elle ait le temps de l’interpeller, il s’évanouit dans la foule. Raphaëlle entreprend alors des recherches pour retracer celui qui éveille en elle des souvenirs passionnés.  

Mais c’est un véritable étranger qu’elle retrouvera : Arnaud, qui se fait désormais appeler Hayden, a complètement transformé son existence. Raphaëlle découvrira que l’homme qui exerce sur elle une irrésistible attirance a également toute une communauté sous son influence.  

À cette femme qui avait choisi de se réfugier dans une bulle sécurisante, Hayden offrira-t-il une occasion de se réinventer ou, au contraire, de sombrer dans une profonde noirceur ? Se donner corps et âme en amour peut se révéler un pari risqué… » 

 Mon Avis 

Avant tout, je remercie chaudement Marjorie D. Lafond pour l’envoi du roman ainsi que de sa confiance en moi et envers mon blogue.  

Je dois vous avouer que “ Corps et Âmes ” est une histoire hors du commun. En effet, très peu d’auteur(e)s osent aborder le sujet de la religion dans leurs écrits. Allez savoir pourquoi ?! Toutefois, Marjorie parvient parfaitement à nous décrire les communautés religieuses, voir même secte, et tout ce qui tourne autour de celles-ci. 

Au début, je ne savais pas à quoi m’attendre avant de commencer “ Corps et Âmes ”, j’étais sceptique, car après avoir vu de nombreux films sur cette idée, disons qu’elle ne fait partie de mes préférées. Honnêtement, je n’étais pas certaine si j’allais apprécier ou non. Néanmoins, l’écrivaine réussit à retranscrire les situations et les péripéties avec audace.  

Un bon récit à se mettre sous la dent ! 

Dans “ Corps et Âmes ”, on fait la connaissance de Raphaëlle qui, après de longues années de tourmente, revient dans sa ville natale. Ayant trouvé un emploi dans une bibliothèque, elle essaie de vivre une vie paisible, malgré son passé antérieur. À cause de cela, la jeune femme a changé radicalement de tempérament avant qu’il ne soit trop tard. Alors qu’elle vient à peine de revenir à Saint-Sauveur qu’elle y découvre un fantôme de son passé : Arnaud. Un homme dont elle était amoureuse, mais qui s’est volatilisé, sans lui avoir donné de nouvelles, comme par magie. Pourquoi que s’est-il passé pour qu’Arnaud agisse ainsi ?  

Lors de leur deuxième rencontre, elle y trouve une nouvelle personnalité, un nouvel homme. Se faisant désormais appeler Hayden, il est le chef d’une communauté religieuse. L’attirance qu’elle ressentait autrefois pour lui n’a définitivement pas changée. Et si au côté et aux contacts d’Hayden, Raphaëlle se redécouvre physiquement et émotionnellement ? La jeune femme l’acceptera-t-il comme il est ? Hayden plongera-t-il de nouveau Raphaëlle dans cette bulle de passion et de sensualité qu’était autrefois leur relation ? Ou au contraire, l’enfermera-t-il dans une cage remplie de noirceur et d’horreur.  

À travers ce bouquin, l’auteure nous offre des protagonistes fascinants et charismatiques. On se laisse facilement charmer par Raphaëlle et Hayden. En ce qui concerne le style d’écriture de l’écrivain, il est fluide et addictif. Sans compter que les scènes érotiques sont décrites avec beaucoup de frénésie et de sensualité. En lisant, on y perçoit Hayden, un personnage masculin très attirant, mais dangereux. Également enraciné dans sa communauté religieuse, on a l’impression de voir deux tempéraments dans un seul corps.  

Sans aucun doute, “ Corps et Âmes ” est une histoire qui nous remet en question. Perplexe, on se demande ce qu’on ferait si on serait à la place de Raphaëlle. Bien évidemment, il m’arrivait de me poser certaines questions sur moi et ma vie. D’après moi, ce roman nous permet certainement de nous accepter tel qu’on est, avec ou sans cicatrices, et à ne pas se fier aux apparences.  

Puis, les pages défilent rapidement sans qu’on ne s’en rende compte. Dès qu’on pose les yeux sur les premières lignes, on entre directement dans le vif du sujet.  

Un dernier mot ?  

Tout compte fait, “ Corps et Âmes ” est un bouquin que j’ai apprécié. Aussi, j’ai adoré lire la calligraphie de Marjorie D. Lafond, elle est vraiment ensorcelante à découvrir au fil des pages. Rapidement, les chapitres filent comme une voiture sur l’autoroute. Avec culot, l’écrivaine illustre un thème de la société qui est peu évoquer. Il va de soit que je vous conseille ce récit, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, c’est certain que je vais découvrir les autres parutions de Marjorie.  

#Sara

Chronique sur Hell’s Demons : Érotiques bikers écrit par Sylvie Roca-Géris

IMG_9289

Note : 8/10

Il savait déjà qu’il ne serait jamais rassasié d’elle. Même s’il la baisait jour et nuit.

Il était dans la merde…

Il ne voulait pas d’une régulière. Avant. Mais la jeune femme éveillait en lui des sentiments possessifs. Il la voulait pour lui seul. Au final, il se rendit compte qu’elle ferait une régulière parfaite.

Elle était belle, douce, l’excitait comme aucune femme avant elle. Et elle aimait la moto. Il l’imagina avec un pantalon en cuir et un blouson aux couleurs des Hell’s Demons.”

Bull

Résumé : “ Infirmière dans un grand hôpital de Chicago, Angelina-Ransom Woodward a dû fuir l’Illinois pour échapper à son ex mari violent.

Le destin met sur sa route un club de bikers dirigé par Steve « Bull » Granger, un homme d’une beauté sulfureuse et accro aux femmes.

Lorsque son ex la retrouve à l’autre bout du pays, elle n’a d’autre choix que de se réfugier auprès du motard.

Acceptera-t-elle de partager son mode de vie dissolu ?

Et lui, sera-t-il capable de renoncer à ses coups d’un soir pour elle ?

Mon Avis

Tout d’abord, je voudrais remercier Evidence Editions, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse.

Honnêtement, en commençant le roman, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre… En effet, n’ayant jamais lu les écrits de cette auteure, je ne savais pas si j’allais apprécier ou non. Toutefois, comme j’adorais l’univers des bikers, je me suis dit “ Pourquoi, pas ?! ”, puis au final, j’ai passé un excellent moment en compagnie d’Angelina et Bull.

Ne dit-on pas que la curiosité est un vilain défaut ?… Rire… Et pourtant, c’est cette même singularité qui me permet de découvrir de merveilleuses histoires ainsi que leur auteur(e)s.

L’auteure a réussi à fisselée une belle intrigue qui m’a transporté tout au long de ma lecture. Néanmoins, j’aurai aimé que l’écrivaine développe plus de détails sur le traumatisme d’Angelina. Mais, le livre était sympa à bouquiner.

Dans “ Hell’s Demons ”, nous faisons la connaissance d’Angelina, une jeune femme qui a dû s’exiler dans un autre coin pour échapper à une horrible personne de son entourage. Habitant désormais dans l’Illinois, elle pratique toujours son métier d’infirmière afin de gagner sa vie. Cependant, lorsque le destin prend la décision de mettre cet homme sur sa route, elle commence à ressentir une forte attirance pour lui. Qui est-il ?

Entraîné dans ce monde violent qui lui est inconnu, Angelina va se rendre compte qu’elle est plus forte qu’elle ne le croyait. Soutenue par son amant, la jeune femme saura surmonter son traumatisme… Mais sera-t-elle prête à affronter n’importe quoi ou n’importe qui ? Qu’arrivera-t-il lorsque son fantôme du passé reviendra la hanter et de passer à l’attaque ?

Bull est un homme avec une forte personnalité. Direct et cru, il n’hésite pas à dire tout ce qui lui passe par la tête. Profitant des nombreux coups d’un soir pour se changer les idées, Bull ne savait pas que sa rencontre avec cette jeune infirmière allait chambouler son quotidien.

Aussitôt que ses yeux rencontrent le regard d’Angelina, il ne peut s’empêcher d’éprouver du désir pour elle et de penser à elle lors de ses coucheries. Wahouuuu, c’est violent ça… Rire ! Qui est-elle ? Pourquoi a-t-elle quitté Chicago pour se réfugier à Portland ? De qui se cache-t-elle ? Plusieurs questionnements ne cessent de tourmenter Bull, mais si au fur et à mesure qu’ils se rencontrent, le motard ne serait pas tomber amoureux d’Angelina sans le savoir…

Sans aucun doute, la plume d’écriture de Sylvie RG est addictif et fluide à lire. Moi, qui est tellement admiratrice de ces histoires de motard, je savais, d’une certaine façon, qu’il ne fallait pas que je passe à côté de ce roman. En outre, j’ai aussi apprécié le fait qu’au contact de Bull, Angelina découvre les joies de la tendresse et de l’amour.

C’était une chouette et touchante histoire de bikers.

Un dernier mot ?

Une oeuvre littéraire qui mérite la chance d’être lu. “ Hell’s Demons ” est une lecture cru qui se caractérise par sa vulgarité tout en touchant à de nombreux sujets violents, mais présent dans la réalité des motards. Un homme qui prend la décision de changer lorsque l’amour avec un grand A décide de l’accoster sur le bord d’une rue déserte et une femme traumatisée, par le comportement colérique et la perversité de son mari, découvre et ressent la tendresse du toucher et des baisers auprès d’un homme qui deviendra peut-être son sauveur. Il va de soit que je vous conseille ce récit, j’espère que celui-ci vous plaira.

#Sara

Chronique sur Revenge & Love de Lety MT

IMG_9237

Note : 13/10

“ Il fait un soleil de plomb. La lumière du jour m’aveugle un peu, mais, JACKPOT ! Je tombe sur un concessionnaire automobile juste en face. Une aubaine puisque je n’aurai pas à chercher bien loin finalement. Avoir laissé mes bébés à Kingman m’a peinée, car elles sont mes acolytes de trafic. Ma Mustang plus que ma Ghibli; bien qu’elle appartienne à Evan depuis un certain temps; mais ces deux bolides me rappellent que je suis Gygy. Je traverse la route, ravie de la marque de ce magasin, BMW. Un peu de qualités allemandes ne me feront pas de mal, et j’espère trouver le véhicule auquel je pense.

Je pénètre dans l’enceinte du bâtiment vitré, un doux parfum de neuf, de cuir et de détergent me chatouille les narines. J’ai toujours été sensible aux charmes des voitures, mais mes yeux se sont posés sur quelque chose de rare, de beau et de majestueux. Je l’approche, passe mes doigts le long de la ligne féline qui se prolonge jusqu’à l’arête du phare arrière. Les pneus sont larges et imposants, les jantes immenses et chromées, la carrosserie de couleur carbone, j’ai le coup de cœur pour ce 4X4 BMW X6. Un homme m’interpelle, me regardant de haut en bas:

— Puis-je vous renseigner, mademoiselle ? dit-il d’une voix mielleuse.

Je le fixe de bas en haut à mon tour. C’est un vendeur âgé de la quarantaine, je pense. Il est de taille moyenne et menu, vêtu d’un costume noir classique et d’une chemise bleu ciel. Il paraît sûr de lui et pourtant je sens chez lui une dose de stress. En revanche, j’espère qu’il parle anglais sinon je ne sais pas comment nous allons échanger. Bien que l’argent n’ait pas de langue.

— Combien pour cette merveille ? demandé-je.

Il comprend l’anglais au vu de l’air surpris qu’il affiche. J’ai toujours détesté l’attitude des hommes face à une femme qui s’offre une voiture de luxe.

— Est-ce pour votre mari ? La souhaitez-vous sur commande ?

— Non c’est pour moi, et je veux celle-ci maintenant, affirmé-je.

Il déglutit et me dit qu’il va appeler son responsable pour accéder à ma demande. Il semblerait que les Français n’aient pas l’habitude des achats payés comptant. Il se rend dans une salle vitrée dont on voit parfaitement l’intérieur d’où je me situe. Une table de six personnes s’y trouve, toutes m’observent à l’annonce du vendeur. Je m’appuie contre le véhicule en question et attends. Ce vendeur va finir par me mettre de mauvaise humeur. Une personne plus ou moins charismatique s’approche de moi. Il tire sur sa veste de costume nerveusement pour l’arranger, ce qui me fait sourire. Les hommes me fascineront toujours, ils se disent le sexe fort, mais ils sont très vite déstabilisés. La preuve en est, en ce moment même.

— Bonjour, madame, mon collègue m’a fait part de votre demande d’achat de ce 4X4. Savez-vous que son prix s’élève à 90 000 euros ?
Je souris de ce ton et de ce jugement porté par ces messieurs. Je sors de mon sac à main, neuf liasses de billets de cinq cents euros. Les deux hommes palissent et je me mets à rire. Le patron réveille d’un coup d’épaule le vendeur et lui dit d’aller chercher les clés. Je me régale de cet accueil français, il est dommage que mon passage dans ce pays soit si court. ”

Gygy

Résumé : “ Les fantômes du passé ont ressurgi. Pêche reprend du service et promet que la vengeance sera au rendez-vous. Beaucoup de zones d’ombres ont été éclaircies, ce qui va permettre de mener à bien le plan diabolique concocté. Mais celui-ci s’avère compliqué. Attiré par le sexy et ténébreux Evan, elle ne peut résister au charme du beau et intelligent Ashton. Saura-t-elle faire un choix ?
Quelle sera sa priorité ? La vengeance ou l’amour ? ”

Mon Avis

Avant tout, je voudrais remercier Évidence Éditions, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance.

Mais quelle conclusion ! Moi qui avait hâte de savoir comment cette trilogie se terminait et bien, j’ai été servi. Je ne sais pas, je n’ai juste pas de reparties pour décrire ce que j’en pense. Simplement, les mots me manquent…

Après nous avoir fait vivre une histoire explosive et des scènes passionnées, à travers les yeux de Gisèle, Ashton et Evan, dans Crack & Love et Hate & Love, l’auteure revient en force en nous offrant Revenge & Love. Je dois vous avouer que j’ai de la difficulté à laisser les personnages principaux et l’histoire elle-même, je me suis si attaché à cette saga… C’était époustouflant à bouquiner ! Transporté dès les premières pages, on entre directement dans les aventures palpitantes, c’était une belle bombe.

Dans le troisième opus de la saga, nous retrouvons Gisèle, Ashton et Evan dans cette dernière expédition épique. Courageuse, la jeune femme a pris la décision d’affronter les nombreuses personnes qui la guette afin d’en finir avec tout cela. Secondée d’Ashton et Evan, qui sont prêt à tout pour la femme qu’il aime, elle devra affronter son passé tout en combattant son présent pour ainsi avoir un meilleur futur auprès des individus qui lui sont cher à ses yeux. Mais, peut-on voir claire dans tout cela alors que seule la vengeance alimente notre son champs de vision ? Désormais épanouie et amoureuse, elle sait qu’elle ne pourra plus cacher ses véritables émotions envers Evan et Ashton… Arrivera-t-elle à faire un choix entre les deux hommes de sa vie ? Prendra-t-elle le danger de désigner l’un d’eux au risque de perdre l’autre ?

Alors que la dernière bataille approche, Gisèle possède toutes les cartes dans ses mains, toutefois afin de protéger son entourage, la jeune femme devra éliminer toutes les personnes qui lui ont fait du mal au cours de sa vie et celles qui pourraient être un obstacle à sa famille. Néanmoins, pour ce faire, Gygy devra concocter un plan infallible… sans en parler aux autres. Pourquoi ? Que cache-t-elle ? Pour planifier un avenir heureux aux autres, la jeune femme va propager un peu par tout des miettes de pain… Mais, quand ils sauront tous ce qu’elle a en tête, ils essayeront de l’en empêcher et c’est ce que Gisèle veut à tout prix éviter. La fin d’une conclusion fantastique, à vous de la découvrir !

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’écrivaine, elle est toujours aussi fluide et addictive à bouquiner. Une lecture incroyable et remplie d’adrénaline qui nous plonge dans une tornade d’émotions du début jusqu’à la fin. Grâce à ses trois interlocuteurs, j’ai souri et pleurer tout en riant et criant. Gygy est une héroine que j’aime beaucoup dû à sa force de cacractère et à son courage. Sans aucun doute, je me suis beaucoup attaché à elle et aux autres également.

Ce troisième tome a largement dépassé la hauteur de mes attentes.

Un dernier mot ?

Une oeuvre littéraire à bouquiner, elle vous fera ressentir une tonne d’impressions en même temps. Ce roman est plus court que les deux autres, malgré cela, il se caractérise par ses nombreux trésors émotionnels. Lety MT possède un merveilleux talent pour l’écriture, je suis sous le charme. Captivante et ensorcelante ! Cette série est une bouffée d’air frais. Je vous recommande la trilogie Crack & Love et il va de soit que je lirai les autres histoires de l’auteure.

#Sara