Entrevue de Caroline Langevin

Les Interviews de Sara

1- Pourrais-tu nous parler un peu de toi ? De ton cheminement ? 

Réponse : Je suis éducatrice à la petite enfance depuis 15 ans et j’ai une garderie en milieu familiale. J’ai commencé il y a quelques années à écrire naturellement des histoires pour enfants dans le cadre de mon travail. C’est une série de hasard qui m’ont mené vers l’écriture de Chick lit. Je ne le faisais vraiment pas sérieusement au début. Puis, les pages se sont accumulés et c’est devenu un roman. J’ai contacté les éditions de Mortagne, car j’adorais leur collection Lime et Citron. Ils ont répondu positivement à ma demande et l’aventure a commencé.  

2- Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ?  

Réponse : D’aussi loin que je me souviens j’aime écrire. J’ai commencé en écrivant des histoires pour enfants pour les faire rêver. Je me suis dirigée un peu par hasard vers le Chick lit pour faire d’abord rire mes amies…. Puis le public quand j’ai été publié.  

3- Quelle place la lecture occupe-t-elle ton temps libre ?   

Réponse : Pas assez ! En fait, j’ai juste pas assez de temps libre. La vie d’adulte et toutes ses responsabilités m’a rattrapée. Au cours des trois dernières années, j’ai rénové et aménagé ma maison, j’ai organisé mon mariage et en plus de déjà travailler 50heures par semaine je suis retournée aux études pour me spécialiser d’avantage. Pour ce qui me reste de temps libre je suis toujours partagé entre lire et écrire. 

4- Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ?  

Réponse : Je suis fan des romans de Sophie Kinsella. J’adore tellement son humour, ses malaises et la couleur de ses personnages. Je lis tout ce qu’elle écrit.  

5- D’où proviennent les idées qui construisent tes personnages et ton univers ?  

Réponse : Je m’inspire beaucoup de mon entourage, alors mes proches doivent être prudents hihihi. Plus sérieusement, je pars souvent d’un événement ou incident de ma vie et j’y ajoute de la couleur et de la folie. En 4 ans, ma sœur, moi, ma cousine et ma meilleure amie on s’est mariées. Disons que ça m’a fourni du matériel pour écrire Sœurs désespérées.

6- Combien de temps cela te prend-t-il pour écrire un roman ?  

Réponse : J’ai écrit sans aucun projet sérieux mon premier roman. L’écriture s’est donc étirée sur 9 longues années. Pour Sœurs désespérées c’était différent. Je l’ai écrit plutôt rapidement. En 2 ou 3 mois. 

7- De quelle époque tes œuvres littéraires sont-elles inspirées ?  

Réponse : Toujours du présent. Mais il est vrai que ça pourrait faire un Chick lit différent de le situer à une autre époque.  

8- Quelle est ton moment et endroit favoris pour écrire ?  

Réponse : Je suis une fille du matin pour tout. Si je fais une tâche passé 16h00 c’est un miracle ! J’adore le calme du matin et travailler à l’îlot de ma lumineuse cuisine si la maison est vide. Sinon, je trouve le calme nécessaire dans mon bureau surchargé et bordélique.  

9- Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des pannes d’écriture ? Si oui, comment fais-tu pour y remédier ?  

Réponse : Je passe à autre chose et j’y reviens plus tard. C’est généralement suffisant pour que l’inspiration revienne. Si je m’acharne je suis toujours un peu déçue en me relisant.  

10- Avant de te lancer dans de longues séances d’écriture, exerces-tu un rituel particulier ?  

Réponse : Je me prépare un Latté. C’est mon rituel avant de commencer n’importe quoi en fait. 

11- Hormis l’écriture, il y a-t-il d’autres loisirs qui t’intéressent ?  

Réponse : J’aime beaucoup rénover et décorer. C’est une forme de créativité différente. Je tricote et je fais des gâteaux en fondant aussi. Et j’adore étudier, apprendre et faire des devoirs ! 

12- Si tu devais peindre un portrait de toi-même, comment te décrirais-tu ?  

Réponse : Je partage ma vie avec mon mari et un petit chien Sammy. En fait, je crois même que c’est la bête poilu (le chien, pas le mari !) qui nous loue sa maison !!! Il nous laisse souvent presque assez de place dans le lit alors on ne s’en plaint pas trop. J’ai une garderie à la maison ce qui prend beaucoup de place dans mon horaire, ma vie et mon cœur. J’adore ce boulot et toute la naïveté, la créativité et la folie que les enfants apportent. J’aime moins les crises de bacon … Parce que ça me donne envie d’en manger. Je suis sociable et extravertie alors j’aime passer du temps bien entourée. Un bon truc pour y arriver ; acheter vous une piscine, un chauffe-eau et une canicule et vous vous découvrirez des amis disponibles. 

Je suis énergique et passionnée. Je suis toujours plongée à fond dans 12 projets ! J’aime quand ça bouge ! Mais pas au sens faire du sport …. Ça vous me verrez pas souvent en faire sans chialer !! Sinon, j’essaie de me désintoxiquer lentement de mon cellulaire et d’overthinker moins. Pis de laisser la dernière part de dessert pour Chéri (ça c‘est pas gagné) !!! Je suis une perfectionniste à demi repentie et j’apprends doucement à ralentir un peu. Je me considère comme tellement chanceuse dans la vie, mais mon entourage serait sûrement pas d’accord. Alors je dirais que je dois être vraiment positive.   

13- Prévois-tu d’écrire d’autres histoires ? Si oui, pourrait-on en avoir un petit avant-goût ? 

Réponse : J’ai des idées plein la tête pour de nombreux projets, mais ça reste dans le genre Chick lit. J’aime la légèreté, l’humour et la romance. Cet été je finalise un manuscrit qui devrait paraître l’été prochain. C’est l’histoire d’une fille qui a joué all in sur un gars et qui réalise que c’était pas sa meilleure idée lorsqu’il la plaque pour une autre (l’écœurant !!!!). Se retrouvant même sans boulot, elle prend sa voiture pour partir le plus loin possible, sauf que dans un excès de colère, elle n’a pas vérifié sa quantité d’essence et en manque très tard dans la nuit. Elle atterrit donc dans le trou du monde …. Où elle sera surprise de s’y plaire et d’y rester un peu….. Ou peut-être un peu plus longtemps si ce beau fermier l’a remarque !! 

Merci Caroline d’avoir joué le jeu ! 

#Sara

 

Publicités

Entrevue de Sylvie G.

Les Interviews de Sara

1- Pourrais-tu nous parler un peu de toi ? De ton cheminement ?  

Réponse : Je ne fais pas partie des auteurs qui rêvent d’exercer ce métier depuis ma plus tendre enfance. Si on m’avait dit que j’écrirais un livre un jour, je ne l’aurais jamais cru. J’ai toujours eu une imagination fertile, alors je suppose que c’est logique que j’aie fini par coucher mes histoires sur papier. En effet, jusqu’à ce que je décide d’écrire, mes scénarios servaient surtout à calmer mon anxiété. Oui, je suis de ces personnes qui imaginent le pire à tout moment. Si je marche seule le soir près d’un boisé, c’est inévitable que je présume qu’un individu caché s’apprête à m’attaquer. Si je dois prendre un taxi dans un autre pays, je songe systématiquement que le conducteur est lié à un réseau de trafiquants d’humains. Au fil du temps, pour tranquilliser mon esprit, j’ai imaginé des fins plus heureuses. Ce genre de petit jeu fait partie de mon quotidien. Donc, des histoires, il y en a des tonnes dans ma tête et j’ai bien l’impression qu’il y en aura encore longtemps. Or, j’ai choisi de me servir de ce vilain défaut à mon avantage. Apparemment, ça s’appelle être auteur. 🙂 
 
2- Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ?  

Réponse : Cette passion est née du désir d’offrir des romans simples et accessibles aux gens qui se butait à des phrases compliquées. J’ai vu des jeunes se lasser de leurs livres parce qu’ils devaient sans cesse chercher les mots dans le dictionnaire et que l’exercice les décourageait. Je comprenais très bien que de s’arrêter plusieurs fois par page pour trouver la signification d’un terme pouvait briser le rythme et entraîner un désintéressement. Ainsi, j’ai eu envie de proposer à ces personnes la possibilité de lire sans se questionner à tout moment. J’ai donc écrit les histoires que vous connaissez. Si on me dit que mes romans sont faciles à lire, je me plais à penser que j’ai accompli la mission que je m’étais donnée. 
 
3- Quelle place la lecture occupe-t-elle ton temps libre ?  

Réponse : Je me plonge dans un livre lorsque je m’allonge dans la baignoire où le soir quand je me prépare à dormir. J’ai l’impression que ma journée n’est pas complète si je n’ai pas le temps de lire au moins quelques pages. Comme la lecture est synonyme de détente, les livres m’accompagnent en vacances. D’ailleurs, je suis en train de penser au contenu de ma valise pour un voyage qui arrive bientôt et je devrai effectuer un choix difficile ou payer pour une surcharge de poids. Je sais pourtant que je ne pourrai pas terminer dix romans en une semaine, mais je n’ai pas encore réussi à faire le virage vers la liseuse électronique. 
 
4- Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ?  

Réponse : Que c’est difficile d’en choisir un seul ! J’ai envie de nommer celui que je suis en train de lire en ce moment parce que même si je ne l’ai pas fini, je suis sous le charme de la plume de Chloé Duval dans « À sa rencontre ». Le roman est écrit en deux volets qui se déroulent à la fois de nos jours et au tournant des années 1900. La distinction et les similarités entre les époques sont d’ailleurs ce qui me plaît. C’est un récit romantique à souhait, très différent de ce que j’écris. J’aime que cette histoire me transporte ailleurs et autrement. 
 
5- D’où proviennent les idées qui construisent tes personnages et ton univers ?  

Réponse : Je m’inspire de mon quotidien tout simplement. En général, je pars d’une minuscule idée. Parfois, il s’agit seulement d’un lieu, d’un objet ou du nom d’une personne. À d’autres occasions, c’est un individu ou une dynamique entre plusieurs individus qui font jaillir une scène. Dans quelques cas, une anecdote entendue ou vécue a permis d’enclencher mon imagination. Je laisse tout ça dans mon esprit, jusqu’à ce que germe lentement une plus grande inspiration. Il me vient alors des scénarios ou le ton que je souhaite donner au roman. C’est à partir de ce moment que je me lance officiellement. Je commence toujours en construisant la psychologie des personnages. Ce sont eux, en prenant vie graduellement, qui me dictent l’histoire que j’écris la plupart du temps sans plan. 
 
6- Combien de temps cela te prend-t-il pour écrire un roman ?  

Réponse : En moyenne, le premier jet demande de six à huit semaines, mais parfois, selon le genre, ça peut-être un peu plus long. Je pense notamment aux romans policiers, comme la série Les Enquêtes de Kelly McDade. Les récits à intrigue exigent plus de travail, car ils requièrent de fignoler le texte pour ne pas semer des indices trop évidents. Par ailleurs, je parle du temps pour le brouillon, mais il ne faut pas oublier qu’une fois que l’histoire est écrite, il reste encore à le réviser et le corriger. 
 
7- De quelle époque tes œuvres littéraires sont-elles inspirées ?  

Réponse : J’aime imaginer des histoires contemporaines. Je doute de créer un jour des récits se situant à d’autres époques. Je pourrais toutefois, comme c’était le cas dans Femme fatale, effectuer un bref retour en arrière, mais ce sera toujours de quelques années seulement. Ça demeurera donc dans l’appellation « contemporain ». 
 
8- Quelle est ton moment et endroit favoris pour écrire ?  

Réponse : Je suis une personne matinale, alors c’est certain que je suis plus productive à ce moment. Donc, le plus gros de mon travail se passe entre quatre heures et midi. Pour ce qui est de l’endroit, j’écris de partout ; chez moi, dans un café, sur une terrasse, dans l’avion… Je préfère être entourée et j’aime qu’il y ait de l’activité pendant mes séances d’écriture. Si je ne suis pas dans un lieu public, il y a de la musique dans mes oreilles ou une télévision sous mes yeux. 
 
9- Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des pannes d’écriture ? Si oui, comment fais-tu pour y remédier ?  

Réponse : Je n’ai encore jamais connu de panne, mais il m’arrive d’avoir une hésitation quant à la direction à prendre. Dans ce cas, j’y vais avec l’option qui me semble plus logique sur le moment, même si deux chapitres plus tard, je change de scénario et j’efface tout pour recommencer. Quoi que je fasse, si je suis devant mon écran, j’écris. En poursuivant, il est commun que la réplique d’un personnage me guide dans une toute nouvelle orientation. C’est d’ailleurs souvent de cette façon que naissent les meilleures idées. 
 
10- Avant de te lancer dans de longues séances d’écriture, exerces-tu un rituel particulier ?  

Réponse : Je ne suis pas une personne de rituel ou de routine, alors au contraire, je change mon environnement et mes habitudes régulièrement. Par contre, j’ai toujours quelque chose à boire qui varie selon l’heure du jour. Et je coupe mes séances d’écriture par de l’activité physique, jamais la même chose ; marche, course, bicyclette, yoga… Il m’arrive aussi, si le manuscrit est plus exigeant, de faire une pause méditation dans la journée. 
 
11- Hormis l’écriture, il y a-t-il d’autres loisirs qui t’intéressent ?  

Réponse : J’aime la lecture, le cinéma et les voyages. Je place le voyage dans mes loisirs parce que dès que j’ai un moment de libre, je planifie la prochaine destination. Sinon, je trouve du plaisir dans les petites choses de la vie, comme une discussion intéressante avec des amis autour d’un bon verre de vin. 
 
12- Si tu devais peindre un portrait de toi-même, comment te décrirais-tu ?  

Réponse : Une amie artiste a peint sa vision de moi juste avant la sortie de mon premier roman. Elle m’a offert cette toile en cadeau, laquelle je conserve précieusement. Michèle Dubé, aujourd’hui décédée, a représenté la Sylvie toujours prise dans sa tête. Je me permets de la joindre en annexe. Sinon, outre la rêverie, un autre élément me caractérise particulièrement bien, soit le désir de faire les choses autrement. Je n’ai jamais trouvé la traduction fidèle, mais en anglais l’expression « Think outside the box » est probablement celle qui me correspond le mieux. Que j’ai du mal à fonctionner quand on m’exige des tâches d’une manière bien précise ! J’ai la fâcheuse tendance à vouloir faire différemment et à essayer de repousser les limites du possible. Pour le reste, si je m’en tiens à ta question, je me verrais bien en BD parce que l’autodérision fait partie de ma vie. 
 
13- Prévois-tu d’écrire d’autres histoires ? Si oui, pourrait-on en avoir un petit avant-goût ? 

Réponse : Oh que oui ! Je ne cesserai jamais d’écrire, même si mes romans ne sont pas publiés. Maintenant que je me suis laissé prendre au jeu, c’est fichu, je ne peux plus arrêter.  

 Je suis en train de réviser une duologie qui se déroule sur un campus universitaire en Californie. Il s’agit d’un récit psychologique mettant en vedette de jeunes adultes devant composer avec le chaos que devient leur vie en cherchant à dissimuler des secrets. Dans ces romans, au rythme plus posé qu’Évasion, publié l’an dernier, il y a des histoires sentimentales en trame de fond et un brin d’humour. Je viens aussi d’envoyer à mon éditeur une romance policière sensuelle campée à Miami, laquelle j’affectionne particulièrement. De plus, je suis en train d’écrire une romance humoristique que je devrais achever au courant de l’été. Dès que je l’aurai terminé, je plancherai sur une trilogie mêlant intrigue, amour et humour. Si je devais la résumer, je dirais qu’elle s’apparentera à Kelly McDade, mais qu’elle s’adressera davantage aux adultes. 

Merci Sylvie d’avoir joué le jeu ! 

#Sara

Entrevue d’Isabella Mikaelson

Les Interviews de Sara

1- Pourrais-tu nous parler un peu de toi ? De ton cheminement ?  

Réponse : J’ai quarante ans et des poussières. Je suis diplômée en design graphique depuis trois ans. Je suis une grande lectrice de romance et de bit-lit. Ma vie est entourée de créativité. J’aime créer des choses que ce soit des univers de romans, des personnages, des histoires ou des œuvres graphiques. On dit de moi que j’ai toujours l’air ailleurs ce qui est tout à fait mon cas. 

2- Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ?   

Réponse : À l’adolescence, j’écrivais de petites histoires pour me faire plaisir. Il y a 4 ans, alors que j’étais en train de prendre un verre avec une amie et que l’on discutait bouquins une idée m’est venue. Je lui ai raconté les grandes lignes de l’histoire qui venait de me venir en tête. Enthousiasmée par mon idée, elle m’a encouragé à mettre mon idée sur papier. Après un moment d’hésitation, je me suis finalement lancé. Et c’est comme ça qu’est né le premier tome de la série Lovelace. 

3- Quelle place la lecture occupe-t-elle ton temps libre ?  

Réponse : La lecture occupe énormément de place, peut-être trop même. Certains passent leur soirée devant la télé à regarder des séries, moi je préfère passer les miennes le nez dans un livre. 

4- Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ? 

Réponse : Mon dernier coup de cœur, SOS fantasmes de Sara Agnès L, une auteure que j’adore. J’ai commencé SOS sur Wattpad. Cette romance érotique atypique m’a totalement pris dans ses filets et je me suis laissé séduire par Marc et Dan comme l’héroïne de cette histoire. Ce roman est une romance érotique pure et dure, un peu cru par moment, mais la plume sublime de l’auteure nous fait plonger dans cet univers sans tabou empli de sensualité en douceur en nous laissant totalement accros. J’ai dû me faire violence pour ne pas continuer l’histoire sur la plateforme, car je voulais finir ce voyage avec le livre terminer entre les mains.  

5- D’où proviennent les idées qui construisent tes personnages et ton univers ?  

Réponse : D’un peu partout autour de moi, de mon entourage, des gens que je croise dans la rue, de la musique que j’écoute, des films et des séries que je regarde, tout est source d’inspiration pour moi. 

6- Combien de temps cela te prend-t-il pour écrire un roman ?  

Réponse : Tout dépend du roman, de l’histoire et de la recherche à faire. Le premier tome de Lovelace, le pari m’a pris près de deux ans à écrire. Comme tout premier roman, celui-ci m’a demandé beaucoup plus de travail. Pour le tome deux de Lovelace et Dans ton regard environ cinq mois. 

7- De quelle époque tes œuvres littéraires sont-elles inspirées ?  

Réponse : Pour l’instant, tous mes romans se passent à notre époque, mais j’aimerais bien éventuellement écrire un récit historique. 

8- Quelle est ton moment et endroit favoris pour écrire ?  

Réponse : Le moment où je suis plus productive est le matin alors que mes enfants et mon mari dorment encore. Pour le lieu, la table de la cuisine ou mon petit bureau, tant qu’il y a de la musique l’endroit importe peu. 

9- Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des pannes d’écriture ? Si oui, comment fais-tu pour y remédier ?  

Réponse : Malheureusement, ça fait partie de la vie d’un auteur. L’inspiration n’est pas toujours au rendez-vous lorsque nous le décidons. Quand ça m’arrive, soit je fais autre chose ou je fais une grosse séance de brainstorming avec une copine. Parfois parler de mon blocage et de mon histoire suffit à faire naître une étincelle dans mon cerveau. 

10- Avant de te lancer dans de longues séances d’écriture, exerces-tu un rituel particulier ?  

Réponse : Je prépare du café, beaucoup de café et une playlist qui va accompagner la scène de mon roman. 

11- Hormis l’écriture, il y a-t-il d’autres loisirs qui t’intéressent ? 

Réponse : La lecture, le dessin, la peinture, le cinéma et Netfilx. 

12- Si tu devais peindre un portrait de toi-même, comment te décrirais-tu ?  

Réponse : Rêveuse et lunatique, parfois je me perds dans mon petit monde. Certains diraient que je suis souvent à côté de mes pompes. Je suis terriblement impatiente. La patience ne fait pas partie des dons que j’ai reçus au berceau particulièrement quand cela touche l’écriture. J’ai le cœur sur la main, j’aime voir les gens autour de moi heureux et je déplacerais des montagnes pour qu’ils le soient. 

13- Prévois-tu d’écrire d’autres histoires ? Si oui, pourrait-on en avoir un petit avant-goût ? 

Réponse : Pour l’instant, mon roman  »Dans ton regard » est en recherche d’une maison d’édition. Je travaille aussi sur deux autres romans, une romance érotique et le tome 3 de la série Lovelace qui est l’histoire d’Eliott. 

Lovelace, tome 3 (Extrait non corrigé) 

« Une lueur brûlante envahit ses prunelles en comprenant que je suis d’humeur joueuse. Toute tension quitte son corps, il entre dans mon jeu en me gratifiant d’un sourire en coin. 

— Ah. J’étais comment ce matin ? 

— Tu cherches les compliments ? je demande en enroulant une mèche blonde autour de mon index. 

— Si c’est pour que tu me dises que je suis un dieu du sexe, je veux bien. 

— Hum. Ça, je n’en suis pas si certaine. Tu es doué, mais de là à dire que tu es un dieu de la baise, c’est pousser un peu loin. 

— C’est un défi ? me demande-t-il en haussant un sourcil. 

— Ça se pourrait bien, dis-je en lui faisant signe du doigt d’approcher. Alors tu acceptes le gant ? 

Cette fois, ce n’est pas une lueur chaude qui envahit son regard, mais un feu incandescent. Tel un guerrier écossais dont le sang de plusieurs générations de Highlanders coule dans ses veines, Eliott s’avance d’un pas, tend une main derrière ma nuque et colle ses lèvres aux miennes. Son baiser est vorace, possessif, il m’embrasse comme si j’étais une terre sauvage qu’il s’apprête à conquérir. Je l’agrippe par le t-shirt pour le coller à moi. J’ai besoin de sentir son corps puissant contre le mien. Je réponds à son baiser, ma passion faisant écho à la sienne. Ses mains viennent entourer mes hanches avec tant de force que ses doigts impriment ma peau. Sans lâcher mes lèvres, il me soulève comme si je n’étais pas plus lourde qu’un pack de six bières et m’assoit sur le bord de la table de billard. Eliott écarte mes cuisses et se place entre elles. Sa bouche quitte la mienne pour glisser le long de mon cou. 

— J’ai passé la soirée à m’imaginer te baiser sur cette table. 

— Ça serait dommage d’abîmer le tapis. Pense à tous les clients qui ne pourront plus jouer, je lui réponds pour ne pas lui montrer l’effet que ses mots crus ont sur moi. 

Tout en faisant pleuvoir une pluie torrentielle de baisers sur ma gorge, Eliott fait sauter un à un les boutons de mon chemisier. Il en écarte les pans découvrant ma poitrine comprimée dans mon soutien-gorge en dentelle blanc qui monte et descend rapidement sous ma respiration précipitée. De deux doigts, il détache l’agrafe qui retient les bonnets. Sa bouche rejoint l’un de mes seins dont il aspire la pointe. Ses dents raclent ma peau provoquant des frissons violents dans tout mon corps. Il pose une main sur mon torse et d’une légère pression me force à m’étendre sur la table. L’homme doux que m’a décrit Summer toute la soirée a totalement disparu. Eliott s’est transformé en amant vorace, avide de plaisir, ce qui n’est pas pour me déplaire. J’ai envie de ça. J’ai besoin de ma dose, de me retrouver dans cette bulle où rien n’a d’importance appart lui, moi, nos corps joints et la passion qui nous terrasse. Comme s’il comprenait mes pensées, la main d’Eliott glisse sur ma cuisse remontant ma mini-jupe. Lorsque son regard se pose sur mon string, il lâche un grognement. 

— Ça te plaît, je demande le souffle haché par le besoin qu’il me caresse là entre les cuisses. 

Je suis déjà si excité, qu’il doit voir la moiteur qui imbibe le tissu fin de mon sous-vêtement. 

— Putain, oui. Jamais de la dentelle ne m’a fait autant bander ! 

Il pousse ma cuisse pour se donner de l’espace. Ses doigts se posent sur mon intimité. Il glisse l’index sous la dentelle pour toucher mon sexe. En me trouvant si humide, le regard d’Eliott s’enflamme. 

— J’ai besoin de te goûter. 

Ses mots à peine prononcés, il agrippe mon vêtement des deux mains et le fait glisser rapidement sur mes jambes. Le string tout juste disparu, que sa bouche rejoint mon entre-jambes. Sa langue vient taquiner rapidement mon clitoris avant de descendre le long de ma fente. Il m’a à peine goûté que mon amant devient fou. Il me dévore littéralement. Je ferme les yeux et me laisse aller au plaisir de ses caresses incroyable. Au rythme de ses baisers, qui prennent de plus en plus d’ampleur, la boule au creux de mon ventre grandi. Lorsqu’il prend mon point sensible entre ses lèvres pour le sucer avidement, je sens que je vais imploser. Le plaisir qu’il me donne en est presque douloureux. J’ai besoin qu’il arrête, qu’il continue. Mes mains agrippent ses cheveux. Je tire sur les mèches d’abord pour le reposer et pour l’empêcher de partir. Eliott s’arrête, me faisant gronder de frustration. Il retire mes mains, les prend dans la sienne et m’oblige à les mettre au-dessus de ma tête.  

— Bas les pattes ! Je veux te sentir jouir sur ma langue avant de m’enfoncer en toi. 

Son côté dominant et le voir prendre les choses en main lorsqu’il s’agit de sexe ne fait qu’exacerber mon désir. Je laisse mes mains là où elles sont alors que la bouche d’Eliott retrouve mon intimité qu’il dévore encore plus avidement. Incapable de rester immobile sous ses caresses, je cherche quelque chose à quoi me retenir afin de ne pas lui désobéir. Dans mon geste, j’accroche le triangle. Les billes s’éparpillent sur la table, le bruit des boules qui s’entrechoquent emplissant la salle. Je cambre les reins au bord de l’explosion. Lorsqu’il insère un doigt entre mes lèvres et qu’il commence à me doigter rapidement, je cède et tel qu’il le désire je jouis sur sa langue. Je laisse ma tête retomber sur la table, mon corps parcouru de spasme, la respiration hachée. » 

Merci Isabella d’avoir joué le jeu !

#Sara

 

Entrevue de Cinthia L. Ross

Les Interviews de Sara

1- Pourrais-tu nous parler un peu de toi ? De ton cheminement ?  

Réponse : J’ai un diplôme d’architecture et je travaille dans le domaine depuis plus de quinze ans. J’adore mon métier, lire, écrire et surtout mon deuxième travaille à temps pleins… celui de maman ! Comme tout pleins de femme j’essaie donc d’être moi, une mère, une ménagère, une cuisinière, une infirmière, cupidon, la fée des dents, le père noël… Bref, une super-héroïne ! 

2- Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ?  
Réponse : J’ai toujours aimé écrire, adolescente j’écrivais de petit texte que je faisais lire à mon entourage. Lors d’une période plus difficile de ma vie, je me suis remise à l’écriture. Ce projet personnel m’a fait beaucoup de bien. 

3- Quelle place la lecture occupe-t-elle ton temps libre ?  

Réponse : J’adore lire, lorsque je m’accorde le temps entre mon travail, ma vie de mère et celle d’auteure je peux dévorer un roman en quelques heures. 

4- Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ?  

Réponse : Mon dernier coup de cœur est ‘’ La veuve, de Fiona Barton’’. Ce roman m’a fait me questionner sur son histoire durant des jours et j’ai vraiment adorée le sujet aborder dans cette œuvre. 

5- D’où proviennent les idées qui construisent tes personnages et ton univers ?  

Réponse : Généralement je m’inspire de mon entourage, d’une expression, parfois un passage vu à la télévision peut déclencher une idée. Quelquefois, il s’agit même d’une expérience que j’ai vécue. 

6- Combien de temps cela te prend-t-il pour écrire un roman ?  

Réponse : Je dirais que ça me prend en moyenne trois mois à écrire l’histoire, ensuite je mets environs un an à la retravailler pour qu’elle soit à mon goût. 

7- De quelle époque tes œuvres littéraires sont-elles inspirées ?  

Réponse : Pour l’instant, elles sont inspirées de notre époque actuel et écrite à la première personne. 

8- Quelle est ton moment et endroit favoris pour écrire ?  

Réponse : Le soir lorsque tout le monde dort, je m’installe sur mon lit et je crée mon univers. 
 
9- Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des pannes d’écriture ? Si oui, comment fais-tu pour y remédier ?  

Réponse : Bien sûr que ça m’est déjà arrivée. Après avoir paniquer ma vie un moment, j’ai décidée de laisser aller le temps et j’avais raison. La vie m’a apporté toute sorte de nouvelle idée !! 😊  
 
10- Avant de te lancer dans de longues séances d’écriture, exerces-tu un rituel particulier ?  

Réponse : Non, je n’ai aucun rituel… attend, est-ce que les poupées Voodoo comptent ?  
 
11- Hormis l’écriture, il y a-t-il d’autres loisirs qui t’intéressent ?  

Réponse : J’adore lire, le cinéma, l’histoire et l’architecture. (J’ai un faible particulier pour les ponts, les avions ainsi que les villes.) J’aime connaitre et apprendre des choses, comme le tricot uniquement par plaisir ou la langue des signes que j’aimerais étudier dans le futur. 
 
12- Si tu devais peindre un portrait de toi-même, comment te décrirais-tu ?  

Réponse : Je dirais que je suis beaucoup plus un test de Rorschach qu’un Monet ! 

13- Prévois-tu d’écrire d’autres histoires ? Si oui, pourrait-on en avoir un petit avant-goût ? 

Réponse : Bien sûr, mon prochain roman Pulsions Dangereuse raconte l’histoire d’une garde rapprocher qui met de l’avant deux personnes que le destin à décider de réunir à nouveau. J’ai aussi un projet en cours d’une policière qui enquête sur un tueur en série. Et une histoire sur une femme qui fait la rencontre du prince charmant, ou pas… ? Sur ce, je vous dis à bientôt ! 😊 

Merci Cinthia d’avoir joué le jeu !

#Sara

Entrevue de Lougane Rose

img_3523

1) Pourrais-tu nous parler un peu de toi ? De ton cheminement ?

Réponse : Bonjour, je suis LouGane Rose, j’ai 43 ans. J’écris depuis quelques années. L’envie est venue après avoir lu la saga des Twilight. J’ai longtemps écrit tard dans la nuit et dans l’obscurité, un peu comme une honte, celle de m’adonner à un exercice dont je n’étais pas vraiment à la hauteur. Des écrits qui sont toujours au fond d’une boite et que je ressortirai peut-être un jour. Puis un matin, Léandre, Lilie et Valentyn sont venus se présenter à moi et je me suis lancée, sans pour autant avoir pour objectif de faire lire mes histoires mais avec une véritable envie de construire un roman.

2) Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ?

Réponse : J’ai toujours aimé l’écriture, les mots. À l’école, le français était une de mes matières favorites. Mais c’est surtout mon imagination qui m’a poussée à coucher mes histoires sur le papier.

3) Quelle place la lecture occupe-t-elle ton temps libre ?

Réponse : L’écriture prend beaucoup de mon temps ! Dès que je peux, j’écris. Quand je commence un projet, j’ai le suivant qui germe déjà dans ma tête. J’écris beaucoup le matin et pendant les heures d’école de mes enfants. Puis le soir à nouveau, un peu tard. Quand je n’écris pas, je lis !

4) Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ?

Réponse : Mon dernier coup de cœur littéraire est Paradoxe de Charlotte Pastoret. Il m’a mise en rogne la plus part du temps, mais impossible de le lâcher, dès que j’allais abandonner, elle me récupérait… Une excellente auteure, hâte de lire d’autres livres d’elle.

Paradoxe

 « Paradoxe » est une histoire érotique qui a su conquérir Lougane Rose.

 5) D’où proviennent les idées qui construisent tes personnages et ton univers ?

Réponse : Je prends mes idées de mes réflexions, des sujets qui m’interrogent. Les gens m’inspirent aussi, la musique… Pour À Trois Je Vous Aime (qui sort le 28 juin chez Something Else Editions), c’est la situation amoureuse qui m’a entrainée. Pour Dernière Danse (autoédité), c’était le personnage masculin. Parfois, j’ai simplement une scène clé et je construis mon histoire autour d’elle, comme dans mon prochain roman.

A vous trois je vous aime  Derniere danse

Deux romans, emplit d’émotions, qui vous feront fondre le cœur comme une crème glacée.

6) Combien de temps cela te prend-t-il pour écrire un roman ?

Réponse : Il n’y a pas de règles, mais j’écris assez vite. Quand je commence, mon histoire est déjà mûre dans ma tête, j’y réfléchis plusieurs mois avant de taper mon premier mot sur le clavier. Jusqu’à maintenant, j’ai mis environ trois mois en moyenne pour écrire chaque roman.

7) De quelle époque tes œuvres littéraires sont-elles inspirées ?

Réponse : Mes œuvres sont toutes contemporaines.

8) Quelle est ton moment et endroit favoris pour écrire ?

Réponse : Je n’ai pas de moment favori pour écrire, du moment que j’ai du calme autour de moi. J’écris dans mon bureau avec une bonne tasse de café chaud…

9) Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des pannes d’écriture ? Si oui, comment fais-tu pour y remédier ?

Réponse : Il m’arrive d’avoir des pannes d’écriture au milieu de mes romans… Des chapitres que je suis en train d’écrire mais qui ne m’inspirent pas. Dans ce cas, soit je continue à gratter pour découvrir où cela va me conduire, soit je saute ce passage ennuyeux et vais à l’essentiel. Sinon, jusqu’à présent j’ai toujours terminé un roman en ayant un projet pour la suite… je croise les doigts !

 10) Avant de te lancer dans de longues séances d’écriture, exerces-tu un rituel particulier ?

Réponse : Avant d’écrire je me sers un grand bol de café noir et prends mon paquet de clopes… C’est mon seul rituel.

11) Hormis l’écriture, il y a-t-il d’autres loisirs qui t’intéressent ?

Réponse : Hormis l’écriture, j’adore lire, faire du sport, passer du temps avec mes enfants. Je suis quelqu’un de dynamique, donc lorsque je n’écris ou ne lis pas, il faut que ça bouge !

12) Si tu devais peindre un portrait de toi-même, comment te décrirais-tu ?

 Réponse : Peindre un portrait de moi-même… dur… je suis une personne avec un fort tempérament mais bien élevée. Je suis dynamique et surtout passionnée. Je fais les choses à fond, sans me retourner et si je me plante, je me relève et continue d’avancer. Je suis franche et colérique aussi, mais sincère, entière et généreuse.

 13) Prévois-tu d’écrire d’autres histoires ? Si oui, pourrait-on en avoir un petit avant-goût ?

Réponse : Bien sûr, je prévois écrire d’autres histoires. Je crois qu’aujourd’hui je ne pourrais plus me passer de l’écriture même si personne ne me lisait ! J’ai un manuscrit bien au chaud prêt à voyager, probablement à la rentrée, et une idée un peu folle à approfondir après l’écriture de mon troisième tome de À Trois Je Vous Aime, sur lequel je travaille en ce moment. Je vous fais découvrir en exclusivité le prologue de Run Away With Me, mon prochain roman…

« Prologue

 Arizona, fin octobre 2017

 Milo

 Le bar est sombre et enfumé. Dans ces coins reculés du fin fond de l’Arizona, on se fout des lois qui vous dictent où grillé votre sèche. Le barman a la tête d’un homme au bout de sa vie. Ses clients, des hommes solitaires, ivres pour la plupart, ont le nez plongé dans leur pinte de bière. La pièce est envahie de mouches, probablement attirées par les odeurs de graillon, de sueur, et d’alcool… de crasse aussi, celle que l’on ne voit pas à cause de l’obscurité. Elvis dans le jukebox nous balance un bon vieux rock chargé de blues et tous les regards sont braqués sur la déesse blonde qui fait onduler ses hanches au rythme des notes de musique. Elle nous tourne le dos, les mains posées sur le vieil électrophone qui illumine sa silhouette, jouant subtilement avec les ombres de son corps. C’est elle qui décide de l’ambiance depuis au moins trente minutes, avec une préférence évidente pour le King. Nous sommes tous suspendus à ses dunes qui se balancent lascivement en suivant le tempo, marquant une pause régulière, en duo avec les pulsations de mon cœur. Impatient qu’elle se retourne pour nous éblouir de son côté pile après nous avoir vassalisé de son côté face, je retiens ma respiration. Ma queue est déjà prête pour les présentations d’usage. Patience…

Sa peau est moite à cause de l’air lourd et étouffant du désert, elle brille dans l’obscurité malgré la couleur sombre que lui ont donné les rayons du soleil. J’humecte mes lèvres, affamé à l’idée de la goûter. Sa petite robe en coton sombre nargue les hommes hypnotisés, caressant son corps à chacun de ses mouvements, remontant un peu plus le long de ses cuisses, délicieusement galbées et absorbant au passage l’humidité de sa peau. Son cul rond et ferme chaloupe alors que le petit bout de tissu continue son intolérable ascension, me conduisant doucement mais inexorablement vers ma petite mort.

« Retourne-toi, bordel, retourne-toi… » je fais signe au serveur de me resservir, pour tenter  d’étancher ma soif… d’elle.

  • Hey, m’interpelle le barman au teint gris et au  sourire édenté, tu me dois deux « demi », faut que tu paies si tu veux que je te resserve. C’est la politique de la maison. On paie toutes les deux consommations, ça évite les bagarres.

Il me montre le bout de sa batte, cachée sous le bar.

Je lui lâche un billet de cent sur le comptoir et lui ordonne du regard de ne plus m’interrompre pour des problèmes d’intendance. Puis finalement je me ravise et lui fais signe d’approcher :

  • Un whisky. Et pas de la merde.

Le « vieux aux chicots » enfonce le billet au fond de la poche de son « fute » crado, il n’en revient pas. Probablement la première fois qu’il en voit un.

Je pivote sur mon tabouret pour revenir à ma sirène et découvrir si elle s’est enfin retournée… Elle est toujours dos à moi, mais ses mains ont quitté l’appareil. Ses hanches, à présent, cognent plus fort, plus vite, sur les beats endiablés de la chanson, et mon rythme cardiaque accélère aussi la cadence pour continuer de tanguer avec elle. Son corps ondoie voluptueusement, je tachycarde synchrone. Ses bras, au-dessus de sa tête, volutent sensuellement. Les spectateurs ont cessé de respirer et je vois ces gros porcs bander comme des cochons. Cette poupée semble inconsciente des tempêtes qu’elle provoque autour d’elle. Enfin, elle met un terme à ma douce agonie, d’un mouvement de tête, sa crinière dorée balaie son dos et son corps pivote. Dans l’envolée, une mèche est venue agripper ses lèvres. Plusieurs cheveux longs et ambrés lui collent sensuellement au visage et la mèche glissée sur sa bouche entrouverte et pulpeuse, presque boudeuse, refuse de les lâcher, comme je l’envie… Je déglutis péniblement, de plus en plus à l’étroit dans mon jean. Mon cœur manque de s’arrêter lorsqu’une des bretelles de sa robe glisse le long de son épaule, dévoilant la naissance d’un sein, rond et plein. Ses paupières sont closes et sa tête penche doucement du côté opposé. Elle est loin dans sa tête : candide adorable, tentatrice ingénue, sylphide naïve.

Ça y est moi aussi j’ai la trique. Mes yeux caressent sa gorge, qu’une goutte de sueur dévale jusqu’à disparaitre au creux de sa poitrine. Ses nibards sont magnifiques : gros, fermes, nobles, presque prétentieux. Le « nez en l’air » ils ignorent superbement leur public asservi. Ils pointent effrontément sous le bout de tissu qui les couvre à peine, ne laissant que très peu de place à mon imagination, qui se voudrait pourtant  fertile… Je mords ma lèvre, fortement, pour obliger ma bouche à se fermer. Sa taille est fine et sans ses talons, qui doivent avoisiner les dix  bons centimètres, elle serait beaucoup moins impressionnante que le mètre quatre-vingts qu’elle affiche.

Ses yeux engloutissent les miens, et mon souffle se coupe. Ils sont graves, chargés du poids des galères que sa vie a endossées depuis qu’elle a atterri dans ce foutu désert… Elle approche, la démarche féline et chaloupée. La sueur assombrit le tissu bleu jean  de sa robe, là, juste entre ses deux seins délicieux. Elle est près de moi, très. Si près que je perçois chacune des petites gouttelettes qui lèchent sa peau en m’affolant. Je suis jaloux…

Le gars assis à côté de moi est littéralement en train de baver, mais mes yeux ne s’attardent pas sur le cochon, Sexy les kidnappe des siens. Ils sont immenses, bleus et lui bouffent le visage. Moins cependant que les dizaines de petites taches rousses qui recouvrent sa peau : ses joues, ses épaules, ses bras, ses lèvres… plus elle avance plus mon souffle raccourci. La limace près de moi semble avoir un espoir, son œil vicieux pétille à l’approche de la jeune femme et sa bouche grande ouverte lui donne l’air de vouloir la bouffer. Mais Sexy se glisse entre nous deux et tournant le dos au gros dégueulasse, un escarpin en appui sur la barre du tabouret, elle m’enjambe et me chevauche, ses ongles plantés dans ma tignasse brune. Sa robe indécente remonte sous ses fesses. Bien trop haut. Dans un geste possessif, mes grandes mains viennent camoufler sa peau dénudée, exposée aux regards lubriques qui ne la quittent pas. Le crapaud près de moi, a toujours la bouche grande ouverte, vert de jalousie d’être passé à « ça » du coup du siècle… ah non, il vient de la refermer et semble s’étouffer avec ses regrets « pas de bol, l’ami », à moins qu’il ne vienne de gober une de ces mouches qui nous tournent autour depuis le début de la soirée…

Sexy sourit. Bon Dieu, ce sourire ! Je veux l’avaler, le dévorer. Foutu sourire, il me fout dans la merde à chaque fois qu’elle le dégaine. Et ce corps de déesse qu’elle remue pour m’affoler et dont profitent ces voyeurs… je vais, ce soir encore, devoir péter des nez. Elle les a tous chauffés à blanc, ils sont en rut. Heureusement que je suis ceinture noire de jujitsu brésilien, et maitre guerrier de krav maga…

  • Salut toi, susurre-t-elle contre ma bouche, frottant doucement son ventre contre mon jean.
  • Salut baby Doll, je réponds la voix rauque.
  • Je t’ai manqué?
  • Tu ne sais pas à quel point… Tu te sens mieux?

Elle acquiesce d’un hochement timide de la tête.

  • Cassons-nous… susurre-t-elle de sa jolie voix éraillée.
  • Avec plaisir.

Je me lève, et comme si elle ne pesait rien, j’emmène ma poupée dans mes bras, ma langue plongée dans sa bouche et mes mains, enveloppant toujours ses fesses de mes mains captatives. Ses seins écrasés contre mon torse et ses reins cambrés me font perdre la raison. J’emporte avec empressement ma pure vision de sexe, profitant de l’état léthargique de son public excité qui plane encore sous l’effet des endorphines sécrétées. Finalement, je n’aurai pas à péter de nez ce soir, et tant mieux car j’ai bien mieux à faire de mes deux mains… »

Je remercie Lougane pour avoir pris le temps de répondre à mes petites questions !

#Sara

Entrevue de Margaux Dautraix

img_3523

1) Pourrais-tu nous parler un peu de toi ? De ton cheminement ?

Réponse : J’écris… à peu près depuis que je sais lire, j’ai du écrire mes premières histoires à 6 ans. J’ai pu publier dans une ME à mes 13 ans une première fois, puis une autre fois en août 2016 et en avril 2017. Du côté de mes études, j’ai un bac pro en graphisme, un BTS en programmation informatique et je fais actuellement une école de comédie musicale. L’écriture est un loisir, mais ne sera jamais un métier

2) Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ?

Réponse : J’avais envie d’écrire mes propres histoires, celles que j’aurais eu envie de lire. C’est basé sur un lien de partage et d’échange qui m’est aussi cher dans mon futur métier d’intermittent du spectacle.

3) Quelle place la lecture occupe-t-elle ton temps libre ?

Réponse : J’essaye de lire beaucoup, un maximum. L’écriture se nourrit de la lecture donc c’est important de découvrir un maximum d’histoires. Malheureusement, mon emploi du temps ne me permet plus de lire autant qu’avant. J’ai un boulot + mes études, donc mon temps libre passe surtout en travail personnel…. J’essaye quand même de lire 1/2 livres par mois mais on est loin des 5/6 habituels.  

4) Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ?

Réponse : Franchement je ne saurais même pas dire les 5 derniers livres que j’ai lus, mais parmi mes livres préférés, on y trouve « Qui es-tu Alaska de John Green » et « Avant toi de Jojo Moyes » qui sont mes coups de cœurs littéraires de ces 2 dernières années.

     Qui es tu Alaska      Avant toi

Entrez dans l’univers de John Green avec son tout premier roman « Qui es-tu Alaska ? ». À travers les yeux de Miles et d’Alaska, laissez-vous charmer par les joies de l’adolescence et des premières fois. « Avant toi » vous plonge dans une histoire d’amour, hors du commun qui vaut tout les détours du monde.

5) D’où proviennent les idées qui construisent tes personnages et ton univers ?

Réponse : De ce que je lis, des films que je vois, de la vie quotidienne aussi. Certains personnages peuvent avoir des traits de personnes que j’ai déjà croisées, certains voyages me donnent des idées de lieux à découvrir. Il y a tellement de matière tout autour de nous, ce serait dommage de pas l’utiliser !

6) Combien de temps cela te prend-t-il pour écrire un roman ?

Réponse : Ça dépend, mon troisième m’a pris un mois pour juste l’écriture. Le deuxième m’a pris 5 ans. C’est aléatoire en fonction du temps que j’ai à y consacrer, de la vitesse à laquelle les idées vont s’entremêler dans ma tête, de la « matière » que j’ai pu accumuler (et oui pour écrire, il me faut aussi des phases intensives de lecture/film).

7) De quelle époque tes œuvres littéraires sont-elles inspirées ?

Réponse : Uniquement contemporain. Tout se passe dans des époques semblables aux nôtres. J’avais travaillé sur un essai qui se passait dans une époque ancienne, mais c’est resté au stade d’ébauche.

8) Quelle est ton moment et endroit favoris pour écrire ?

Réponse : J’écris plutôt le soir en général, et je n’ai pas de lieux préféré. C’est plutôt chez moi, mais ça m’est arrivé d’écrire des passages ailleurs.

9) Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des pannes d’écriture ? Si oui, comment fais-tu pour y remédier ?

Réponse : Oulah… tout le temps ha ha ! Il n’y a pas de solutions miracles. J’essaye de comprendre ce qui coince, je couche mes fils rouges sur papier, je fais des tableaux, des timelines, etc. Et j’attends tout simplement que ça passe.

10) Avant de te lancer dans de longues séances d’écriture, exerces-tu un rituel particulier ?

Réponse : Je ne définis jamais à l’avance mes séances d’écriture, j’écris juste quand j’en ai envie, donc non. Même si j’aime bien me mettre une playlist pour m’aider à me concentrer.

11) Hormis l’écriture, il y a-t-il d’autres loisirs qui t’intéressent ?

Réponse : La musique, l’équitation, le chant, la danse font parti de ma vie.

12) Si tu devais peindre un portrait de toi-même, comment te décrirais-tu ?

 Réponse : C’est dur comme question ! Je pense être quelqu’un de combattif et de déterminée et de généreux. J’aime échanger/partager avec les autres et en particuliers avec mes lecteurs.

 13) Prévois-tu d’écrire d’autres histoires ? Si oui, pourrait-on en avoir un petit avant-goût ?

Réponse : Oui, je suis actuellement sur la suite et fin d’Utopie, mon second roman, publication prévue dans l’été. Après ça, j’ai prévu une longue pause d’écriture.

Découvrez le premier tome de la trilogie « Utopie », une série fantastique.

Je remercie Margaux pour avoir pris le temps de répondre à mes petites questions !     

#Sara

Entrevue de Marine Stengel

img_3523

1) Pourrais-tu nous parler un peu de toi ? De ton cheminement ?

Réponse : Je m’appelle Marine, j’ai vingt-cinq ans et je suis enseignante en français FLE en Espagne, puis traductrice littéraire. Je suis également blogueuse littéraire, lectrice de comité et auteure des genres de l’imaginaire. J’aime lire, écrire, dessiner et apprendre de nouvelles langues.

2) Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ?

Réponse : La lecture est l’une de mes grandes passions. J’aime les livres depuis que je suis toute petite, mais je n’ai jamais écrit dans ma jeunesse, car pour moi, écrire un roman était comme une mission impossible.

En 2014, j’ai pris une année sabbatique entre ma licence et mon Master. Je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire de mon temps « libre », et un beau jour, j’ai eu une idée de roman. Je n’avais que le début en tête, et je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais. Le lendemain, j’achetais un cahier et je posais les premiers mots de mon plan pour la dernière Onde, mon premier roman et ma première publication. C’est comme ça que j’ai commencé à écrire, grâce à une envie soudaine et… inexplicable. Depuis, j’ai écrit neuf romans, et six d’entre eux (ceux que j’ai « osé » envoyer en M.E) vont être publiés entre 2018 et 2019 🙂

La derniere onde tome 1

Entrez dans le cœur de cette histoire dystopique fantastique en compagnie de Xenia… Entre l’amour, la trahison et les complots, la jeune femme n’aura pas d’autre choix que de dévoiler son secret, mais à quel prix ?

3) Quelle place la lecture occupe-t-elle ton temps libre ?

Réponse : Une très très grande place, même si j’ai dû la réduire depuis que j’écris, car l’écriture prend du temps au fur et à mesure que la passion grandit.

4) Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ?

Réponse : Le tome 3 de Red Queen de Victoria Aveyard ! Un vrai bijou ! J’adore cette saga 🙂

Red queen tome 3

5) D’où proviennent les idées qui construisent tes personnages et ton univers ?

Réponse : De ma tête lol Non, plus sérieusement, je n’en ai aucune idée. J’ai toujours eu beaucoup d’imagination, même quand je n’écrivais pas. Je peux ne rien faire et avoir une idée lumineuse, ou bien m’inspirer d’un geste, d’une phrase, d’un évènement.

6) Combien de temps cela te prend-t-il pour écrire un roman ?

Réponse : Ça dépend du roman et de sa complexité. Mes dystopies me prennent plus de temps que mes autres romans. J’ai mis presque 2 ans pour mon premier tome, et 2 semaines et demi pour un de mes Fantasy par exemple. En ce moment, ça varie entre 3 à 8 mois 🙂 Mais il faut aussi compter les semaines ou les mois de corrections intenses !

7) De quelle époque tes œuvres littéraires sont-elles inspirées ?

Réponse : Futur très lointain pour mes dystopies, et pour mes Fantasy j’invente mes propres époques 🙂 j’aime cette liberté dans ce genre littéraire. Mais je souhaiterais me lancer dans des romans historiques, pour cela, j’ai entamé des recherches sur le Japon féodal.

8) Quelle est ton moment et endroit favoris pour écrire ?

Réponse : Le soir, à mon bureau ou sur un fauteuil bien confortable. Je n’ai pas besoin de grand-chose. Un cahier, un stylo, et je peux écrire n’importe où.

9) Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des pannes d’écriture ? Si oui, comment fais-tu pour y remédier ?

Réponse : Oui. Moins souvent qu’au début. Pour y remédier, j’entame un autre roman (si je bloque sur un tome en particulier), sinon, je lis ou je fais une toute autre activité. J’ai lu que G.R.R.Martin conseillait d’écrire tous les jours, même si ce n’était qu’une petite phrase. Je suis son conseil, et si après la première ligne je sens que ça ne vient pas, je fais une pause 🙂 Je ne me force pas si l’envie n’est pas là. Dans mon cas, cela ne sert à rien.

10) Avant de te lancer dans de longues séances d’écriture, exerces-tu un rituel particulier ?

Réponse : Si je prévois une longue séance, je me prépare mentalement, déjà. J’imagine les scènes que je veux écrire pendant quelques minutes. Généralement, j’ai toujours une boisson qui m’accompagne, je mets parfois de la musique (surtout dans les scènes d’action).

11) Hormis l’écriture, il y a-t-il d’autres loisirs qui t’intéressent ?

Réponse : J’adore la culture asiatique (Japon, Corée du sud…), le dessin et la cuisine. Donc quand je n’écris pas ou ne travaille pas, je regarde un anime ou un k-drama, une émission culinaire, ou je m’entraîne au dessin… Je suis aussi un peu geek sur les bords haha

12) Si tu devais peindre un portrait de toi-même, comment te décrirais-tu ?

 Réponse : Je suis quelqu’un de très timide, plutôt silencieuse, sauf quand je commence à connaître la personne, là, c’est tout le contraire 😉 J’aime rendre service et être à l’écoute. Je suis assez exigeante avec tout ce que j’entreprends.

13) Prévois-tu d’écrire d’autres histoires ? Si oui, pourrait-on en avoir un petit avant-goût ?

Réponse : Oui !! De nombreuses même ! J’ai encore une saga en cours, une trilogie… 3 romans à paraître en 2018, 3 autres en 2019, je n’ai vraiment pas envie d’arrêter l’écriture maintenant 😉

Actuellement, je suis en train d’écrire le tome 3 de ma dystopie « La dernière Onde ». Mais pas seulement, car j’ai aussi beaucoup de corrections à faire sur mon univers elfique « Zenlia » qui va paraître chez Élixyria éditions et sur ma réécriture de contes qui sera chez Mots en Flots…

Concernant de nouveaux projets, j’aimerais me lancer dans le feel-good, l’historique et les romans jeunesse. J’ai toutes les idées, j’ai même fait des plans détaillés pour la plupart. Je pense que j’ai beaucoup d’histoires et de genres à explorer 🙂

Je remercie Marine pour avoir pris le temps de répondre à mes petites questions !

#Sara

Entrevue de Lil Evans

img_3523

1) Pourrais-tu nous parler un peu de toi ? De ton cheminement ?

Réponse : Bonjour 😊 Alors je suis Lil, auteure de romance et passionnée par le chocolat. J’ai commencé à écrire il y a quelques années, en me lançant dans une romance fantasy qui me trottait en tête depuis très longtemps, et depuis, j’ai écrit beaucoooooup de livres :p Leur point commun est vraiment toujours la romance. Je n’y peux rien, je suis amoureuse de l’amour haha 😀

Sinon, je suis originaire du Pas de Calais en France, mais j’habite en Belgique depuis que j’ai terminé mes études dans la magnifique ville de Lille

Le tout premier livre que j’ai soumis à une maison d’édition (Cet Autre Monde), j’avoue, ça a été une catastrophe. Non seulement j’ai eu un refus, mais en plus on m’a clairement dit que c’était de la m*rde. J’avais passé tant de mois sur ce livre, tant de temps et j’y avais mis tout mon cœur que j’ai été bouleversée. J’ai tout remis en question, bien sûr, et c’est le chéri qui m’a dit de prendre le temps de digérer en m’occupant de mes autres manuscrits. Donc j’ai envoyé Ne me lâche pas à une autre maison d’édition (la Plume et le Parchemin), et j’ai eu un beau « oui » qui m’a chamboulée. Être auteur c’est vraiment un parcours du combattant émotionnel haha 😊 Ensuite j’ai proposé Cet Autre Monde a mon éditrice qui pour le coup ne l’a pas trouvé si nul que ça – ouf ! – et je suis super heureuse parce que cette série a trouvé son public, mais je soupçonne que ce soit uniquement dû à son démon adorable et chaud bouillant : Abbàn :p

J’ai également eu la grande chance de travailler avec SidhPress qui a publié la série Love and… et qui a aujourd’hui fermé ses portes  Le tome 1 a cependant été racheté par les éditions Addictives sous le titre Shades of Desire

Voilà voilà 😊

  Cet autre monde tome 1  Ne me lache pas  Shades of desires

Plongez-vous dans « Cet autre monde », une romance paranormale, aux côtés d’Eyreen et de son ange gardien, Eskil. À travers « Ne me lâche pas », vous découvrirez un loup-garou amoureux qui sera prêt a tout pour protéger la femme qu’il aime. Dans « Shades of Desires », vous y verrez du charme, de la convoitise et la déloyauté à l’état pur !

2) Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ?

Réponse : Je pense que c’est surtout le fait de vouloir avoir un certain contrôle sur le déroulement des événements. Parfois, quand les héros/héroïnes réagissent d’une façon qui ne me plaît pas, je m’agace vite, et comme je lis beaucoup, à un moment, j’ai eu besoin de faire passer ma frustration d’une façon ou d’une autre.

J’ai donc commencé à créer mes personnages et à pouvoir gérer leurs petites vies moi-même. En les torturant la plupart du temps, parce que je suis méchante :p

3) Quelle place la lecture occupe-t-elle ton temps libre ?

Réponse : Mis à part quand j’ai beaucoup trop de travail et de pression liée à ce dernier, je lis tous les jours 😊 En général pendant ma pause midi et le soir. Quand tout va bien au boulot, j’arrive à lire deux ou trois livres par semaine, ce qui me va plutôt bien.

4) Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ?

Réponse : Il s’agit de la duologie de virginiaBoecker : Witch Hunter et l’assassin du roi publié chez PKJ. C’est du YA fantasy qui se déroule dans le milieu de la sorcellerie, et c’était un énorme coup de cœur ! J’ai tout adoré, des personnages aux situations, c’était vraiment un univers riche et parfait !

Witch Hunter

5) D’où proviennent les idées qui construisent tes personnages et ton univers ?

Réponse : Tout vient de ma petite tête haha 😀 Je n’aime pas m’inspirer de personnes réelles pour créer mes personnages, je préfère les façonner et les modeler petit à petit en partant de rien. Pour les univers, c’est la même chose. J’aime prendre le temps de construire, c’est vraiment un procédé qui me plait beaucoup dans l’écriture. Ca me donne l’impression d’être architecte, psychologue, tout à la fois. En fait je peux vivre mille vies à travers mes bébés 😀

6) Combien de temps cela te prend-t-il pour écrire un roman ?

Réponse : Ça dépend de beaucoup de choses. Parfois j’attends très longtemps avant de me lancer dans l’écriture d’un livre, alors quand je m’y mets, ça va très vite. En deux semaines je peux avoir le premier jet. Mais un premier jet ça se travaille et ça se retravaille encore et encore. Au final, que le premier jet prenne deux semaines ou deux mois, il y a toujours environ un an de travail sur mes romans 😊Il faut les peaufiner, d’autant que j’adore me lancer dans des manuscrits fantastiques alors il faut que tout se mette bien en place, comme pour un puzzle.

7) De quelle époque tes œuvres littéraires sont-elles inspirées ?

Réponse : Pour tous ceux qui sont sortis (Ne me lâche pas, Cet Autre monde, Shades of desire) c’est du contemporain. Mais j’ai aussi écrit quelques historiques qui sont dans mes tiroirs. L’un se passe en écosse vers 1600 et l’autre à Londres vers 1800 😊

8) Quelle est ton moment et endroit favoris pour écrire ?

Réponse : Le week-end, tranquillement dans le canapé avec un peu de musique et une tasse de chocolat chaud 😊

9) Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des pannes d’écriture ? Si oui, comment fais-tu pour y remédier ?

Réponse : Alors ça ne m’est jamais arrivé jusqu’à présent. Je pense que c’est parce que j’arrive facilement à switcher entre les univers, tantôt contemporains, tantôt fantastiques ou encore historiques. Si j’ai une baisse de régime avec un manuscrit, je passe à un autre et tout va bien 😊

10) Avant de te lancer dans de longues séances d’écriture, exerces-tu un rituel particulier ?

Réponse : Non rien du tout. Je me pose et j’écris comme ça vient 😊

11) Hormis l’écriture, il y a-t-il d’autres loisirs qui t’intéressent ?

Réponse : J’aime beaucoup peindre, même si je ne suis pas très douée. Je fais beaucoup d’aquarelle – en général des sapins hahaha – et quand j’ai du temps, de l’huile. Je fais aussi de la photographie, que j’adore mais uniquement quand je vais en vacances 😊

12) Si tu devais peindre un portrait de toi-même, comment te décrirais-tu ?

Réponse : Haha je préfère ne pas répondre, ce ne serait pas flatteur :p

13) Prévois-tu d’écrire d’autres histoires ? Si oui, pourrait-on en avoir un petit avant-goût ?

Réponse : J’ai une romance que je dois écrire depuis des mois, mais je n’ai pas encore trouvé le temps 😥 Ça se passera dans le milieu de l’université avec une accro aux livres et un homme plutôt rigide qui va avoir des cheveux blancs face à cette petite tornade 😀           

Je remercie Lil Evans pour avoir pris le temps de répondre à mes questions !

#Sara

Entrevue d’Océane Pierre

img_3523

1) Pourrais-tu nous parler un peu de toi ? De ton cheminement ?

Réponse : Alors, je m’appelle Océane et j’aurai bientôt 26 ans (quelle horreur, je deviens vieille !). Je suis Belge et maman d’un petit garçon. J’ai un diplôme de secrétaire médicale, mais en attendant de trouver dans le domaine, je travaille dans un commerce/librairie. Durant mon temps libre, je suis chroniqueuse pour le magazine Bloggers’ spécialisé dans la littérature Young Adult. Je donne aussi mes avis lectures sur mon blog Lady Chantilly Bouquine depuis juin 2016. Et bien sûr, j’écris. Mon premier roman (fantastique) sortira en fin 2018 chez Rebelle éditions.

2) Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ?

Réponse : J’ai commencé à écrire lorsque j’étais adolescente sur des forums RPG. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont des jeux de rôles en ligne qui se jouent sur des forums. Le but est de créer un contexte et de faire évoluer son personnage au fur et à mesure de l’intrigue, en liant évidemment des liens avec d’autres joueurs. Quand j’y repense maintenant, je me dis qu’à cette époque si j’avais voulu écrire des romans avec tous mes textes postés sur les RPG, j’en aurais eu largement les moyens xD. Quand j’étais triste ou perturbée, j’avais aussi l’habitude de poser mes pensées sur papier, je tenais aussi un journal intime. L’écriture a toujours été un moyen d’expression pour moi, mais que je ne partageais pas, en dehors de mes amis sur internet. Je me suis réellement lancée dans l’idée folle d’écrire un roman vers l’âge de 21 ans, peu après la naissance de mon fils. Je ne sais pas, c’était une période où j’avais besoin d’accomplir des choses, d’essayer de réaliser mes rêves. J’étais vraiment motivée à écrire un manuscrit entier, à tenter ma chance même si au début je ne m’en sentais pas capable. Quand j’ai commencé à écrire mon premier roman, j’en ai parlé à très peu de monde : mon compagnon, ma meilleure amie et ma grand-mère. Quand cette dernière est décédée, ça été un déclic pour moi. Je DEVAIS réaliser ce rêve pour la rendre fière de moi. J’écris principalement du fantastique et de la fantasy, mais il m’arrive de m’aventurer dans la dystopie, le tout restant dans un registre Young Adult.

3) Quelle place la lecture occupe-t-elle ton temps libre ?

Réponse : Ça dépend un peu des périodes pour être honnête. Lorsque j’écris, je ne lis pas ou très peu. Pour l’instant, je suis dans la rédaction de la suite de mon roman, du coup je ne lis que des mangas et des BD comme ça se lit beaucoup plus vite que des romans. Sincèrement, je n’imagine pas ma vie sans la lecture. Même si j’adore regarder aussi des séries et des films, rien ne remplace un bon bouquin. Mon rythme de lecture dépend aussi de mon niveau de fatigue. Si je suis trop crevée, j’aurai plus tendance à regarder une série par exemple.

4) Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ?     

 Réponse : Il faut savoir que je suis très difficile dans le choix de mes lectures et dans mes attentes ce qui fait que j’ai rarement des coups de cœur. Le dernier que j’ai eu c’était pour le premier tome de Grisha, sortit aux éditions Milan, mais j’ai aussi beaucoup aimé Les Belles sorties chez la Collection R. Ce sont deux univers qui m’ont vraiment happée et que j’ai été déçue de quitter en refermant le livre. Vivement leurs suites !

Grisha   Les Belles

 Avec Grisha, vous plongerez dans un monde fantasy où la magie et les guerres y règnent. Vous avez aimé « La Sélection » de Kiera Cass ? Laissez-vous donc enchanter par cette nouvelle aventure fantastique. Alors que la royauté y est très présente dans cet univers, Camélia sera confronté à plusieurs mystères qui risquent de transformer son séjour à la cour en un véritable cauchemar.

5) D’où proviennent les idées qui construisent tes personnages et ton univers ?   

Réponse : En général, mes intrigues me viennent souvent en rêve. Je me réveille un beau matin avec des idées plein la tête et je construis petit à petit mes univers à partir de là. Pour le reste, je m’inspire souvent de choses connues qui me plaisent, que ce soit des romans d’autres auteurs, des séries ou des films. Comme un peu tout le monde je crois. J’ai aussi des groupes de musique fétiches qui m’aident à créer une atmosphère, les deux principaux sont Our Last Night et Panic at the Disco. Pour Fairy Nymis, mon roman qui sortira prochainement chez Rebelle éditions,  je me suis un peu inspirée notamment des séries Shadowhunters, New Girl et Les Chroniques de Shannara.

6) Combien de temps cela te prend-t-il pour écrire un roman?    

Réponse : C’est difficile à dire. Pour le « premier tome » de Fairy Nymis, j’ai mis 6 mois pour écrire le premier jet, mais après il y avait encore énormément de travail à faire dessus. Même après 2 ans, je modifie encore certaines choses lol. J’ai mis « premier tome » entre guillemets, car après discutions avec mon éditrice, les deux tomes de ma saga vont fusionner pour en faire un one shot. Donc en fait, je n’ai même pas fini d’écrire le roman en entier puisque je suis actuellement dans la rédaction de la deuxième partie xD Oui, c’est compliqué, désolé. Comparé à certains auteurs, je sais que je suis assez lente dans la rédaction de mes histoires. J’ai beaucoup de mal à rester concentrée plus de 30min ce qui ne permet pas d’avancer très vite… mais vaut mieux écrire un peu que rien du tout !

7) De quelle époque tes œuvres littéraires sont-elles inspirées ?    

Réponse : Dans les histoires que j’ai écrites pour l’instant, ça se déroule soit dans notre époque soit dans un monde inventé un peu moyenâgeux, mais j’avoue que j’aimerais beaucoup écrire une intrigue qui se déroule au XVIII ou XIXe siècle. Je pense que ce qui me bloque c’est le travail de recherche que demande ce genre d’histoire… je suis un peu fainéante à ce niveau lol. J’aime autant partir dans un monde fantasy, comme ça s’il y a des « erreurs » ou des choses pas très logiques, on ne peut pas me le reprocher xD

8) Quelle est ton moment et endroit favoris pour écrire ?     

Réponse : Je n’en ai pas spécialement, tant qu’il fait calme autour de moi et que je suis bien installée. J’ai quand même remarqué que l’inspiration vient plus facilement lorsque je n’écris pas dans un lieu familier. Avec l’arrivée du beau temps, j’aimerais bien tenter d’aller écrire en terrasse ou en tout cas ailleurs de chez moi.

9) Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des pannes d’écriture ? Si oui, comment fais-tu pour y remédier ?      

Réponse : Oh oui ça m’arrive ! Je pense que depuis que je me suis lancée dans l’aventure, j’ai eu plus de périodes de panne que de période d’inspiration lol. Je ne sais pas y faire grand-chose malheureusement… Juste attendre que ça passe.

10) Avant de te lancer dans de longues séances d’écriture, exerces-tu un rituel particulier ?  

Réponse : Non, à part écouter de la musique, car ça me donne toujours de la motivation et de bonnes idées de scènes.

11) Hormis l’écriture, il y a-t-il d’autres loisirs qui t’intéressent ?

Réponse : Je suis quelqu’un de très actif, j’ai besoin d’avoir constamment l’esprit occupé. À part l’écriture et la lecture, je regarde beaucoup de films et de séries. J’aime aussi beaucoup me balader, visiter de nouveaux endroits et manger dans de bons restaurants. Faire les magasins, sortir entre filles, un peu comme tout le monde, je crois ^^

12) Si tu devais peindre un portrait de toi-même, comment te décrirais-tu ? 

Réponse : Je pense que je suis une grande rêveuse et que j’ai de l’ambition. Mon but dans ma vie est de réaliser un maximum de mes rêves tout en profitant de ma famille et de mes amis. Croire en ses rêves est parfois la seule chose à laquelle on peut se raccrocher dans les moments difficiles. Je suis aussi quelqu’un de très anxieux. J’ai tendance à vite m’inquiéter et à vite imaginer le pire. J’ai besoin de contrôler mon quotidien au maximum ce qui est parfois compliqué à gérer quand les choses ne se passent pas comme prévu lol Avec moi, partir en weekend est toute une organisation ! 

13) Prévois-tu d’écrire d’autres histoires ? Si oui, pourrait-on en avoir un petit avant-goût ?

Réponse : Oui bien sûr ! Quand, ça ne je sais pas xD J’ai pleins d’idées d’intrigues qui m’attendent dans un dossier sur mon ordinateur. J’y pense souvent et j’ai hâte de pouvoir me pencher sur d’autres choses, mais tant que Fairy Nymis n’est pas publié, je préfère attendre avant de penser à d’autres histoires. J’ai un roman Fantasy qui est déjà commencé qui parle d’une jeune sorcière vivant un monde où la magie est sévèrement punie. J’ai aussi de côté une histoire qui parle d’une princesse badass qui va devoir tout quitter pour se marier et une autre avec des zombies.

#Sara

Je remercie chaleureusement Océane pour m’avoir accordé du temps !

P.S.  » Fairy Nymis  » est le premier roman d’Océane Pierre, celui-ci sera disponible d’ici la fin de l’année 2018 chez Rebelle éditions. Alors, surveillez bien les dates de publication ! 😀

 

Entrevue d’Emy Lie

img_3523

1- Pourrais-tu nous parler un peu de toi ? De ton cheminement ? 

Réponse : Coucou alors pour parler de moi, ça va aller très vite !
Je suis une maman active, je travaille dans l’automobile en deux postes (matin et après-midi) et j’ai deux magnifiques enfants, une fille de 8 ans et un garçon de 5 ans et un mari. Ça va vous suivez ? Je fais du sport en prime 2 à 3 fois dans la semaine pour me permettre de perdre du poids. (Outch !)
Mon parcours : j’ai commencé à publier chez Edilivre en 2015 avec Destinée. J’ai ensuite intégré Evidence Editions en 2016 avec Antagonisme, puis ils m’ont repris ma saga Destinée. J’ai aussi intégré en 2017 Art en Mots Editions pour la romance avec mon one shot 24 novembre et ma saga BE Loved. J’ai même un recueil de réflexions qui sortira chez eux aussi.

Destine Destine tome 2 Antagonisme 24 novembre Be Loved tome 1

Laissez-vous tenter par ces différents univers littéraires allant du fantastique à la romance contemporaine !

2- Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ? 

Réponse : En fait, ado, j’écrivais beaucoup de poèmes pour me libérer de l’ennui quotidien. Et j’ai commencé un roman vers mes 16 ans que j’ai arrêté et repris pendant mon congé parental en 2013 pour combler mes insomnies.

3- Quelle place la lecture occupe-t-elle ton temps libre ? 

Réponse : Une place tous les matins, tous les 15 jours. En fait lorsque je suis du matin, je lis un livre en buvant mon café. En général je suis à 1 livre voire 1,5 livre par mois. 

4- Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ? 

Réponse : Défis-moi, de Romane rose

Defis-moi

Plongez dans tête baissée dans « Défis-moi », une romance érotique où tout vos plus beaux fantasmes pourraient se réaliser. Il semblerait que face à ce récit, la trilogie « Cinquante Nuances » soit caractérisée comme étant une petite nature ! Oserez-vous lire les aventures de Chloé et Max ?

5- D’où proviennent les idées qui construisent tes personnages et ton univers ? 

Réponse : De la musique, tout simplement

6- Combien de temps cela te prend-t-il pour écrire un roman

Réponse : Environs 6 mois / 1 an

7- De quelle époque tes œuvres littéraires sont-elles inspirées ? 

Réponse : Actuellement

8- Quelle est ton moment et endroit favoris pour écrire ? 

Réponse : La nuit quand tout le monde dors, sur la table de cuisine.

9- Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des pannes d’écriture ? Si oui, comment fais-tu pour y remédier ? 

Réponse : Bah, je fais autre chose (lecture, j’écris d’autre histoire…) et je retourne sur l’histoire en cours lorsque j’aurais l’inspiration. Oh oui ! Encore actuellement, j’ai du mal à écrire Be Loved 3 je rame depuis janvier…

10- Avant de te lancer dans de longues séances d’écriture, exerces-tu un rituel particulier ?

Réponse : Bière et chips ou thé et gâteaux

11- Hormis l’écriture, il y a-t-il d’autres loisirs qui t’intéressent ?

Réponse : Le sport  et la lecture (quoi ? C’est un sport pour les yeux ! Na !)

12- Si tu devais peindre un portrait de toi-même, comment te décrirais-tu ? 

Réponse : Gueulade, débile, folle, mais adorable, comme dirait certaines personnes de mon entourage au boulot, je suis une attachiante.

13- Prévois-tu d’écrire d’autres histoires ? Si oui, pourrait-on en avoir un petit avant-goût ?

Réponse : Alors oui, j’ai actuellement deux autres histoires en cours d’écriture sur Wattpad. Il y a B.I.L.Y. et Xavier.
Tous les deux de la romance, la première pour les plus de 16 ans, l’autre plus de 18.

Voici le début de B.I.L.Y. : 

« Mon réveil sonne, je tape sur le Snooze pour l’enclencher de nouveau. Une deuxième sonnerie retentit plusieurs minutes plus tard, mais impossible de me lever. J’étais tellement stressée hier soir pour cette rentrée des classes que je n’ai pas pu m’endormir avant minuit, heure à laquelle j’ai ouvert les yeux la dernière fois.
La terminale… l’année où tout prend fin, même l’adolescence. Bientôt dix-huit ans, l’université et la liberté ! Ah l’indépendance ! J’ai hâte que mes parents me lâchent la grappe et je vais tout faire pour que ce soit cette année, je veux ma chambre au campus l’an prochain et je compte bien y arriver !
Un troisième bip-bip retentit et j’entends aussi vite la voix de ma mère résonner en écho dans le couloir.
– Lilas ! Lève-toi !
– Oui, j’arrive !
Je souffle un grand coup, m’étire les bras puis les jambes, je repousse mes cheveux emmêlés vers l’arrière et décide enfin de rejoindre le rez-de-chaussée. Je descends les escaliers lentement tel un zombie pas très frais, lorsque, quand je me pose à table, je trouve mon frère et ma petite sœur déjà prêts.
– Hé chamelle ! T’as réussi à retrouver ta route ?
Je dresse mon majeur dans sa direction, mais ma mère me réprimande aussitôt avec une légère tape derrière la tête.
– Y a Maïna à côté, calme-toi !
Elle dépose mon assiette remplie de deux tranches de pain perdu et ma tasse de café.
– Merci maman chérie !
– Bah, tiens… n’essaie pas de fayoter, Noël n’est pas prêt d’arriver et ton anniversaire est déjà passé, alors inutile ! À moins que tu veuilles te faire pardonner ?
Je lui souris, bêtement, de toutes mes dents sans relever. J’engloutis à une vitesse folle mon plat et file dans la salle de bain de l’étage pour me préparer. Une douche rapide plus tard, je suis dans ma chambre debout devant mon armoire. Je souffle de ce qui me guette. Rien que pour cela, j’adore les vacances, pouvoir m’éterniser en pyjamas est ce que je préfère vraiment, si seulement je pouvais rester à la maison, je serais comblée, surtout en sachant ce qui m’attend au lycée… Je vais encore avoir le droit à toutes sortes de réflexions bidon toute la sainte journée !
Miss pète-cul, pimbêche, et j’en passe ! Si je les énonce toutes, je ne suis pas prête d’être habillée et encore moins de partir pour le lycée. J’enfile un legging satiné noir avec une tunique bleue, ma paire de ballerines aux pieds, je suis parée pour affronter ma journée.
Dans la cour du lycée, je rejoins Prune et lui fais la bise. Elle est excitée de cette dernière année, si je pouvais avoir un quart de son enthousiasme, j’en serais ravie ! La sonnerie retentit, nous voici tous regroupés devant la salle de cours. Toutes les mêmes têtes que les deux autres années se trouvent face à moi, je soupire, lasse, de cette morosité. La rengaine quotidienne va reprendre son cours et je suis déjà saturée, mais mon souffle se bloque soudainement, lorsque j’aperçois un visage inhabituel. Il s’approche de moi, me jette un regard froid, je voudrais le suivre des yeux, mais je n’ose pas.
Dans quelle classe est-il, qui est-il et comment s’appelle-t-il ? Je déglutie. Il me trouble plus que je ne le devrais, son visage, son style Bad Boy angélique me plaît. Il est totalement différent des potes avec qui mon frère traîne et rien que pour ça, je pourrais faire tout ce qu’il veut pour être avec lui.
Le prof nous demande dans un haussement de ton de nous taire en entrant. Je suis à la fin de la file et m’impatiente. Prune me tire par le bras pour nous montrer Léo, celui qu’elle affectionne depuis quelques mois. Il est dans la classe d’à-côté, celle de mon lourdaud de frère et me soûle, il n’arrête pas de me mater de la tête aux pieds et je lui mettrais bien des claques quand il fait ça ! Pourquoi à chaque fois que Prune a des vues sur un gars, il faut toujours qu’il se tourne vers moi ?
J’avance et marche sur mon lacet, manquant de tomber. J’entends une personne ricaner et quand je jette un coup d’œil derrière moi, mon monde s’écroule. Mes entrailles se tordent quand une douce caresse s’empare de mon corps, celle de son expiration qui frôle mon cou, lorsqu’il se penche vers moi pour me dire d’arrêter de rêvasser. Ma respiration se coupe comme pour profiter de l’air qu’il a lâché sur moi…
»

Et le début de Xavier :

« Un souvenir loin, très loin…
« Allô maman… c’est Mia… dit-elle en hoquetant. Je pleure, car on a eu un accident… Laisse-moi parler maman, lui souffle-t-elle avec difficulté. Julien ne bouge plus… Je vous aime… maman, dis-le à papa… Non, maman, un sifflement de gorge retentit, je ne m’en sortirai pas… Parce que je le sais… Mes jambes sont coincées, dit-elle dans un sanglot, sous la partie du tunnel qui s’est effondrée, j’ai du mal à tourner la tête. Oui, je le vois seulement dans le rétroviseur, il pleure. Je crois qu’il n’a rien… la rassure-t-elle de nouveau tout en suffoquant et en toussant en même temps, tu prendras bien soin de lui, maman ?… et n’oublie pas de lui dire, une toux s’empare d’elle, combien nous l’aimons, d’accord ? … Tu vas me manquer, je garderai un œil sur vous trois.
À un de ces jours maman, je vous aime ».
Elle lève le regard dans le miroir du rétroviseur pour me trouver, je la vois les yeux humides. Elle me dit :
« Chut ! Tout va bien… se passer mon bébé, ne t’inquiète pas, les pompiers vont bientôt arriver… Je t’aime tant mon petit, si tu savais… », finit-elle de me souffler avec difficulté.
Puis plus rien.
J’avais six ans quand j’ai perdu mes parents et j’en suis resté marqué.
Chaque matin depuis vingt-deux ans, ce cauchemar me réveille ; me hante littéralement. J’ai vu un psy pendant très longtemps ; trop longtemps et rien n’a changé. Mes angoisses sont toujours là, je me réveille en sueur, en pleur.
Mes grands-parents sont partis les rejoindre, il y a six ans, c’est de là que j’ai tout arrêté avec ce docteur.
Mais maintenant je me retrouve seul.
Je vis, enfin, je survis dans une petite maison dans le nord de la France, située dans une petite ville de l’Avesnois.
Je ne me suis jamais socialisé avec qui que ce soit, et ce, partout où que j’aille, sauf avec une fille. J’ai aimé cette fille, plus que je n’aurais dû, mais j’ai tout foiré. J’avais peur… enfin, j’ai peur de voyager et elle ne l’a pas supportée. Elle voulait des vacances, je ne voulais pas bouger.
Absurdité, direz-vous. Cette histoire ne peut en aucun cas se passer deux fois, mais c’est plus fort que moi… je n’y arrive pas.
Pourquoi ne l’a-t-elle pas compris ?
Oh, Emmy ! Comme je te regrette… Tu étais là pour me garder en vie, me faire remonter la pente dans mes moments d’égarement, mes moments de peine. Ta poitrine, sur laquelle je posais ma tête au réveil et les battements rapides de ton cœur, me manque tout autant que l’attention que tu me portais lors de nos rapports pour m’aider à oublier et à me détendre.
« Je regrette de t’avoir fait souffrir autant que moi pendant ces quatre années.
Sache que mes pensées ne seront que pour toi, à jamais.
Ce que je vais faire n’est pas ta faute, crois-moi.
Je t’aime ! Enfin, je t’ai vraiment aimé… »
Voilà ce que je lui ai écrit par message. Je veux qu’elle sache avant que je parte, que sans elle, je n’existe pas…
Maintenant la fin est proche… trop proche. J’ai fait une bêtise.
Une. Très. Grosse. Bêtise. Que je commence à regretter.
Je me vide de mon sang, une entaille à chaque poignet. Sur ce coup, j’ai été faible, je le sais. Mais que faire à présent ?
J’entends taper contre la porte, celle-ci s’ouvre hâtivement, c’est elle, Emmy. Pourquoi est-elle venue ? Elle n’a pas le droit de me voir comme ça aussi faible.
— Non ! Xav qu’as-tu fait ?
Je réussis vaguement à ouvrir les yeux, elle est au téléphone et pleure.
Non, ne pleure pas, Emmy. Je t’en prie ! C’est ce que j’aimerais pouvoir lui dire, mais rien ne sort.
Elle met le haut-parleur, pose le téléphone à côté de moi et écoute la voix qui sort de celui-ci, en faisant ce que cet homme lui dit.
Elle se dirige vers la salle de bains, prend deux serviettes, revient vers moi et appuie sur mes poignets en même temps avec celles-ci. Je n’ose pas la regarder, je me sens… comme une merde. Vulgaire, direz-vous ? Mais je m’en contrefiche à présent. Je suis minable et je la fais souffrir encore plus.
— Laisse-moi crever Emmy, réussis-je à émettre d’une voix faible. Je ne vaux… rien.
— Ne dis pas n’importe quoi Xav, tu as juste besoin d’aide, crois-moi !
— Je me suis fait aider vingt-deux ans et rien n’a changé, réussis-je à lui dire de nouveau dans un souffle las.
— Parce qu’il était mauvais !
Je réussis à émettre un vague son ressemblant à un rire et il n’y a bien qu’elle pour réussir à me faire faire ça, dans cet état.
— Je suis désolé de te faire endurer ça, Emmy.
— Tu ne me fais rien endurer, Xav, je suis là pour t’aider. Xav, promets-moi qu’après ça, tu vas remonter la pente ? Fais-le au moins pour m… notre amitié. J’ai besoin de ton… de toi !
Elle est pure, belle et adorable. Un vrai petit ange.
Pourquoi suis-je autant accroché à elle ? Peut-être parce qu’elle est la première à qui je me suis attaché depuis la perte de ma famille ? La famille… Oui, voilà ce à quoi elle me fait penser. Douce, tendre, belle. Et en fait, je suis carrément accro à elle… que faire ?
Les secours sont enfin là. Ils la félicitent pour ce qu’elle a fait en attendant qu’ils arrivent et ils la réconfortent. Du moins, c’est ce que je pense d’après ce que mes yeux me permettent de voir. Je n’aurais jamais cru, un jour, me retrouver dans cet état… Une chose sûre, c’est que mes parents seraient peu fiers de moi…
Ils m’installent sur le brancard, m’y attachent et m’emmènent avec eux dans le camion. Je hurle, je ne veux pas partir avec eux, j’ai peur. Je vais mourir comme mes parents, s’ils me mettent dans le camion de pompiers. Ils n’ont pas le droit de me forcer à monter contre ma volonté !
Soudain, je ne me sens pas bien, je commence à voir tout noir, j’ai la tête qui tourne. J’ai le droit à une perfusion ; un truc qu’il injecte par celle-ci ; un calmant, je crois. Le masque puis… plus rien. 
»

Merci pour ces questions, je sais que j’ai été longue à répondre et je suis désolée du retard.

Je remercie chaleureusement Emy Lie pour avoir joué le jeu ! 

#Sara