Chronique sur Les Vacheries des Nombrils tome 1 : Vachement copines écrit par Delaf et Dubuc

Les Vacheries des Nombrils tome 1

Note : 8/10

« – C’est trop dur d’être canon. Parfois, je me dis que de nous trois, c’est Karine qui a le plus de chance.

– Notre vie serait tellement plus simple si on était comme elle. Ça doit être merveilleux de ne ressembler à rien ! »

Vicky & Jenny

Résumé : « Vicky la mordante et Jenny la bébête s’en donnent à cœur joie dans cet album de gags pétillants où une vacherie n’attend pas l’autre. Karine s’en prend plein la gueule. ou alors, est-ce vraiment le cas ? Parfois, celles qui se payent la tête des autres sont celles dont on peut le plus se moquer. Cet album à l’humour 100% vache vous fera meuhhhhhhrir de rire ! »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaudement Aline, attaché de presse de chez La Boîte De Diffusion, pour l’envoi de ce service presse.

Un premier jet assez cocasse qui nous donne larme à l’œil. N’ayant jamais les bandes dessinées, je ne savais si j’allais aimer les blagues et les histoires indépendantes… Mais, finalement, j’ai craqué pour ce petit trio infernal. Elles m’ont faite rire, rire et encore rire, jusqu’à en avoir des crampes au ventre.

Concernant les graphismes, ils sont vraiment très bien fait. Les auteur(e)s réussissent, avec brio, a reconstitués ces dessins qui nous font chavirer tout en ajoutant ces belles teintes de couleur. Les détails sont si éclatants et bien crayonner. Excellent !

Dans « Les vacheries des nombrils », nous faisons la rencontre de Jenny, Vicky et Karine, trois amies aussi inséparables que divergentes. D’un côté, il y a les deux premières filles qui sont la définition même de la méchanceté. Étant les plus populaires, Jenny et Vicky sont souvent amenées à rejeter les demandes, de rendez-vous, de leurs nombreux candidats. Prenant un plaisir sadique, elles le font par le biais de leurs belles (sarcastique) moqueries, voire même vacheries toutes aussi réalistes que surréalistes.

D’un autre côté, nous avons Karine, alias l’asperge, qui est tout le contraire de ces deux alliés. En effet, douce comme une image, la jeune fille est souvent loyale à Jenny et Vicky, malgré leur cruauté envers elle. Ne possédant pas les mêmes particularités corporelles que ses amies, Karine est souvent prise par cible. Toutefois, la jeune fille espère que ses deux complices changeront d’attitude et qu’ainsi leur amitié vaincra. Néanmoins, leur affection amicale survivra-t-elle à toutes ces situations ? Et si une brèche se forme, pourront-elles ressouder leur lien d’amitié ? Karine subira-t-elle longtemps les moqueries négatives de Jenny et Vicky ? Continuera-t-elle d’être leur souffre-douleur ou arrivera-t-elle à dire non ? Karine arrêtera-t-elle d’être toujours punie à la place de ses copines ?

À travers cette bande dessinée, Dubuc et Delaf nous plonge, littéralement, dans les origines des Nombrils. J’ai passé un excellent moment en compagnie de Vicky, Jenny et Karine. On arrive facilement à plonger dans ces récits autonomes. Honnêtement, certains situations m’ont mise dans l’embarras et d’autres m’ont bien fait rigoler.

J’ai également remarqué que dans quelques conditions, on pouvait aussi retrouver des sujets qui pouvaient être réels et touche la vie de plusieurs personnes. Laissez-vous entraîner dans cet univers imaginatif où les classes hiérarchiques règnent.

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire agréable à bouquiner et des répliques tout aussi rigolotes l’une que l’autre. Des planches de dessin très colorées et superbes à regarder. À travers ce premier tome des Vacheries, le lecteur et la lectrice se plonge dans une réflexion qui peut le mener à se questionner sur différentes idées. J’espère que ce premier opus de cette saga indépendante vous plaira autant qu’il m’a plu. Il va de soit que je vais continuer de lire les autres tomes afin de connaître la suite des aventures de Jenny, Vicky et Karine.

#Sara

Publicités