Chronique sur Mach 2 tome 1 : Une fille dans le viseur de Loraline Bradern

Mach 2 tome 1

Note : 9/10

« L’expression incrédule qui s’affiche sur son beau visage vaut son pesant d’or. Je dois me faire violence pour ne pas éclater de rire. Mais ses paroles désobligeantes me reviennent à la mémoire et la colère chasse l’amusement.

– Excusez-moi, j’ai oublié de me présenter : Alexandra Gaudin, l’instit coincée du cul ou devrais-je dire la mégère mal baisée ?

Je ne peux m’empêcher de vouloir égratigner son ego, histoire que nous nous retrouvions à égalité. Après tout, il m’a donné le bâton pour se faire battre, non ? Alors j’ajoute avec un sourire tout ce qu’il y a d’innocent – du moins en apparence.

– Ceci dit, vous n’avez pas tort, mon dernier coup n’était pas très performant… Je peux attester que les mecs en uniforme c’est très surfait !

Je suis obligée de me retourner vite fait pour cacher mon sourire victorieux à voir la manière dont il se décompose. Prends-toi ça dans les dents !

Alexandra 1 – Kawa 0 ! »

Alexandra

Résumé : « Alors qu’elle aspire à une existence moins monotone, Alexandra rencontre Nathaniel.

Mise au défi par ses amies de repousser ses limites pour profiter de la vie, elle se laisse prendre au jeu et saisit l’occasion qui se présente en passant une nuit sulfureuse dans les bras de cet homme sexy.

Pourtant, ce qui ne devait être qu’une brève aventure, un coup de folie pour égayer sa vie bien trop sage, prend une tournure inattendue quelques mois plus tard, lorsqu’elle se retrouve face à son amant d’un soir.

Le pilote est toujours aussi magnétique, mais tout se complique subitement quand ils doivent gérer une situation délicate dont ils ne sont pas les seuls protagonistes et à laquelle ils ne sont pas préparés.

Entre désirs et devoirs, comment concilier envies et obligations dans de telles circonstances ? »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaleureusement Loraline Bradern pour l’envoi de ce service presse ainsi que de sa confiance en moi et en mon blogue.

Avant même de débuter ma lecture, j’avais déjà posé mes yeux sur les nombreuses histoires de l’écrivaine. En dépit du fait que je n’ai jamais bouquiné des romans dont les personnages font partie de l’armée (terrestre, de l’air ou marine), je me suis senti attiré par cette couverture et le résumé. Comment ne pas succomber à un pilote d’avion de chasse ?! Une chose est certaine, je compte bien lire les autres tomes de Mach 2, ceux de « Unité élite » et la série historique.

À LA DÉCOUVERTE D’UN MILITAIRE DE L’ARMÉE DE L’AIR…

À travers ses mots, Loraline Bradern nous plonge au cœur du quotidien d’un soldat. En autre, sur les missions à remplir. Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai trouvé cet univers bien peaufiner et détailler. Sans aucun doute, l’écrivaine a effectuée de nombreuses recherches afin de construire son ensemble. En soi, cela le rend réel. On a droit à tous les détails qui décrivent l’armée de l’air, en autre, le jargon, qui s’est présenté sous forme militaire et médical. Honnêtement, je me suis facilement laissé emporter dans les paroles médicales, principalement (j’étudie en biologie, donc la santé et tout ce qui est vivant m’intéresse énormément).

Dans le premier tome de « Mach 2 », on fait la connaissance d’Alexandra, une jeune institutrice de vingt-sept ans au caractère réservé et timide. Vivant une vie dont la routine est toujours similaire, elle préfère consacrer son temps pour son travail et ses amies. Ainsi, c’est lors d’une soirée, qu’Alexandra est mise au défi par celles-ci. Convaincu, c’est lors cette même soirée qu’elle y fait la rencontre d’un homme. Nathaniel, un pilote de l’armée de l’air. Aucunement indifférente à son physique et à son visage angélique, Alexandra prend la décision de se laisser dans ses bras pour une nuit et de partir comme si rien n’était.

Et pourtant… Ce qu’elle n’avait prévu, c’est le revoir quelques mois plus tard dans des circonstances plus qu’inattendu. Un coup du destin ou seulement une simple coïncidence ? Comment Nathaniel et Alexandra parviendront-ils à équilibrer leur vie professionnelle et personnelle ?

UNE NARRATION À DOUBLE TRANCHANTE…

Le fait que l’histoire soit présentée selon une alternation à deux voix… Je n’aurai pas demandé mieux. En entrant au sein des pensées d’Alexandra et de Nathaniel (quel beau prénom, j’ai toujours adoré cette prononciation angélique !!), on fait leur connaissance et on apprend à les connaître d’une manière plus intime. Effectivement, cela nous permet d’avoir leur propre sentiment vis-à-vis d’une situation particulière ou de l’un et de l’autre.

Au niveau du style d’écriture de l’auteure, il est fluide et bien rythmé. Du début jusqu’à la fin, les émotions y sont présentes. Il est très difficile ne pas craquer pour Nathaniel… Hum… Je veux dire… Pour ce monde littéraire. Quant aux personnages, j’ai été touché par leur personnalité et leur vécu. Ce sont décidément des interlocuteurs attachants au tempérament bien trempé.

Un dernier mot ?

Finalement, « une fille dans le viseur » est une œuvre littéraire qui a été confectionné avec précision et émotions. Un récit tout aussi addictif que fascinant. Une calligraphie agréable à suivre au fil des pages. Sans compter que Loraline Bradern aborde également de certaines thématiques plus présentes, elles sont à la fois sombres et bouleversantes. Plus de rebondissements qu’il n’y paraît, elles m’ont tenu en haleine jusqu’à la toute dernière page. Une narration à deux tranches de pizza. Un univers de militaire. Un monde d’enseignement. Quoi dire de plus ? Il va de soi que je vous conseille le premier tome de « Mach 2 », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.

#Sara

 

Chronique sur Mrs. Azarov écrit par Alexandra Lanoix

Mrs. Azarov

Note : 9/10

« Il m’avait prise en filature tout ce temps, pour savoir comment je m’en sortais. Il m’a tendu sa main et il m’a relevée en me disant que plus jamais rien de mauvais ne m’arriverait tant que je serais avec lui. En lui donnant ma main, j’étais consciente que je scellais un pacte avec le diable, mais les années qui ont suivi… il m’a ressuscitée en quelque chose de bien mieux. »

Julia

Résumé : « Julia, jeune femme au caractère bien trempé est le bras droit du puissant criminel international Nikolai Azarov avec qui elle partage une relation passionnée depuis dix ans. Malheureusement, une sévère amnésie lui a retiré tout souvenir postérieur à sa rencontre avec lui suite à un accident de bateau. Nikolai Azarov est son seul point de repère. Qui elle était, ce qu’elle faisait, Julia n’en a plus aucune idée. Nikolaï Azarov l’a sauvée et prise sous son aile pour faire d’elle une nettoyeuse, un membre craint de son organisation. Pourtant, lors d’un deal, elle fera la rencontre de Liam, un homme qui ramènera à sa mémoire des bribes de son passé qui pourtant la troubleront plus qu’ils ne la soulageront. Julia devra faire un choix : continuer sa vie actuelle ou retourner à sa vie d’avant. »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaleureusement Alexandra Lanoix, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de sa confiance en moi.

Avec celui-ci, c’est le cinquième roman d’Alexandra Lanoix que je bouquine, je deviens une habituée de ses écrits, maintenant. Rire. Jusqu’à présent, j’ai découvert plusieurs genres littéraires tout comme diverses atmosphères. Ayant lu « Amoureuse du diable », j’ai trouvé que « Mrs. Azarov » allait à la fois dans la même direction, mais pas totalement. En toute franchise, je ne sais jamais sur quel pied danser avec cette auteure. Elle peut soit me faire verser des larmes, me rendre heureuse ou en colère… Disons, que cela dépend beaucoup du contexte et de la conclusion de l’histoire en question. Rire.

LORSQUE LA PASSION RENCONTRE L’ACTION…

En soi, « Mrs. Azarov » se caractérise par son univers dangereux tout en étant sensuel, ce qui finalement, le rend captivant. Les rebondissements et le suspense… Tout y est. Il nous tient en haleine dès les premières pages. Des combats à mains nues. Des pistolets. Des armes blanches. De la torture. Des personnes sans pitié. Du sang. Des affaires illégales. Des scènes romantiques et torrides… Quoi demander de mieux ? Je trouve que cela fait un excellent cocktail à déguster jusqu’à la dernière goutte.

Dans « Mrs. Azarov », on fait la connaissance de Julia, une femme de trente-sept ans qui n’a pas la langue dans sa poche. Bras droit de Nikolai Azarov, depuis dix ans, un mafieux à la tête d’un empire, elle est aussi une nettoyeuse, soit la personne qui rend visite à tout ceux qui ne respecte pas la part du gâteau. Julia est excellente dans ce qu’elle fait, car elle possède une imagination débordante et un instinct hors du commun… Surtout lorsqu’il est question de faire parler un individu. Toutefois, il y a un hic.

Avant ses vingt-sept ans, elle n’a aucun souvenir de son passé. Effectivement, il y a dix ans, Nikolai l’a sauvé d’un accident de bateau et depuis ce temps, elle partage son quotidien et son lit. Néanmoins, jamais Julia n’arrêté de chercher qui était réellement, mais faire une recherche sans avoir d’indice sous la main, c’est comme chercher une épine dans une motte de foin. Impossible. Et pourtant… C’est lors d’un rendez-vous d’affaire qu’elle y rencontre Liam et apprend que cet homme avait une place bien importante dans son cœur avant son amnésie. Malgré le fait qu’elle soit éperdument amoureuse de Nikolai, Julia ne peut s’empêcher de penser à Liam.

Au cours de sa découverte, de nombreuses vérités vont se révéler, aussi tranchantes soient-elles. Des personnes seront toutes aussi démasquées. Julia parviendra-t-elle à savoir l’identité de l’individu qui provoqué l’explosion du bateau dans lequel elle était ? Et si cette sincérité qu’elle recherchait finissait par l’éloigner de l’homme dont elle est amoureuse ?

UN COUPLE SOUDÉS ET COMPLÉMENTAIRES SUR TOUT LES BORDS…

Julia et Nikolai forment un tout. En effet, ils sont toujours présents l’un pour l’autre et cela malgré les obstacles. Julia veille et fait attention à l’homme qu’elle aime, en dépit de sa propre sécurité, et Nik fait également la même chose pour sa bien-aimée. Des amoureux qui font rêver, vous ne trouvez pas ?! Honnêtement, j’ai adoré ce duo. Ils font évidemment bien la paire.

Concernant la plume d’écriture d’Alexandra Lanoix, elle est toujours aussi addictive et agréable à lire que dans ces livres précédents. La trame est bien ficelée du début jusqu’à la fin, les mystères ne cessent d’apparaître tout comme les réponses à nos questions. Quelques fois, il m’est arrivé de douter de Julia, du genre si elle allait quitter Nikolai pour aller se replonger dans son ancienne vie. J’ai eu des doutes, mais au fond, il y a plus de bien que de mal. Rire.

Un dernier mot ?

Quoi qu’il en soit, « Mrs. Azarov » est une œuvre littéraire qui nous embarque dans une explosion de saveurs aux multiples révélations et qui nous amène au cœur d’une relation d’amour sans limite, mais toute aussi profonde. Prenant et passionnant, c’est ce que je peux vous dire. Une calligraphie dont je ne me lasse pas. Au fil de ma lecture, j’ai pu entrevoir une guerrière au tempérament de feu et un homme attentionné et bon, en dépit de son allure de mafieux. Il va sans dire que je vous conseille « Mrs. Azarov », j’espère que cette lecture vous plaira autant qu’elle m’a plu.

#Sara

Chronique sur Prise au piège : Au premier regard de Lola Berelle

Prise au piège

Note : 10/10

« Will : Impossible, une promesse est une promesse. Dans une semaine, je t’embarque à une fête.

Quoi ? Mais il est sérieux lui ! Jamais je ne me rendrai à une soirée débile avec lui.

Léa : Je ne pourrai pas être là.

Will : Qu’est-ce qui est plus important que d’être avec le mec le plus canon de la Terre ?

Léa : Ah ouais ! Rien que ça. Tu as un grave problème d’ego, mon gars.

Will : Je sais, j’assume. C’est quoi ce truc hyper primordial ?

Léa : C’est le jour où mon poisson rouge a natation synchronisée et c’est la répétition en costume. Tu vois je ne peux vraiment pas t’accompagner.

La réponse se fait attendre, comme elle ne vient pas, j’en déduis qu’il abandonne. Tellement simple que j’en suis presque déçu.

Je retourne à mon livre. En pleine lecture d’un passage plus que hot, mon téléphone sonne, je sursaute.

Will : Putain t’es fada, j’ai craché mon soda. Il y en avait partout dans le lit, j’ai dû trouver des draps à 2h du mat.

Léa : Première fois que tu les changes depuis le début de l’année. Bravo Champion !

Will : Appelle-moi encore Champion, ça m’excite. »

Léa & Will

Résumé : « La vie de Léa a beaucoup changé au cours des quatre dernières années. Elle évolue dans un monde qui lui était étranger. Accompagnée de ses deux amies, elle s’apprête à faire sa rentrée dans la faculté la plus en vue de la côte. Son petit amis, ses amies, sa famille, tout semble parfait. Pourtant, il lui manque quelque chose, mais quoi ? Un simple regard va répondre à cette question. »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie Lola Berelle pour l’envoi du service presse ainsi que de sa confiance en moi et en mon blogue.

Il faut que vous sachiez que je n’ai jamais découvert la calligraphie et le monde imaginatif de Lola Berelle. Donc, « Prise au piège : Au premier regard » a été ma première fois. En toute franchise, je n’ai pas été déçu, j’ai bien aimé bouquiner cette lecture. Dès les premières pages, j’ai été captivé par le tempérament de chacun des interlocuteurs tout comme de leur esprit vif.

DES SUJETS PEU ABORDÉS…

Lola Berelle a pris le soin d’y plonger plusieurs thématiques essentielles. Du genre que l’on ne voit pas souvent dans les récits. J’ai adoré le fait que l’écrivaine prenne le temps d’écrire la descente en enfer d’une personne lorsqu’elle perd un individu cher à son coeur tout comme sa reconstruction de soi. Également, j’ai bien aimé que l’on tourne autour de la violence conjugale. Peu présente si vous voulez mon avis. 

Dans « Prise au piège : Au premier regard », on fait la connaissance de Léa, une jeune femme de dix-neuf ans dont la vie a brusquement changé du tout au tout, il y a quelques années plus tôt. N’ayant pas d’autre choix que de faire face à cette réalité, elle s’adapte comme elle le peut. Par chance, Léa peut compter sur ses deux meilleures amies, Céline et Océane. Étant de nature réservée, Léa n’aime pas attirer l’attention sur elle. En effet, la jeune femme privilégie la lecture d’un bon livre à une fête rempli d’alcool et d’étudiants. Inscrites toutes les trois dans une faculté prestigieuse, elles vont y faire leur entrée tout en essayant de ne pas faire trop de folies. Pour Léa, c’est une autre histoire. La plupart des étudiants qui vont dans cet établissement sont pourvu d’argent et de réputation, tout le contraire de ce qu’elle possède.

Sa seule préoccupation ? Devenir le nouveau jouet de tous les individus présents dans la faculté. Ce n’est pas facile de s’ouvrir aux autres alors que seul leur regard nous inspire de la crainte. Lorsque ses yeux rencontrent ceux de William, le capitaine de l’équipe de foot et le garçon le plus populaire de l’institution, elle ressent aussitôt une attirance. Ne voulant pas paraître comme ces filles qui fondent sur sa bouche et dans son lit, Léa préfère se tenir à distance de cette tentation à l’état pur. Pourtant, comment y arriver quand ses parents tout comme ceux de Will ont pris la décision de comploter dans leur dos pour qu’ils puissent se rapprocher. Au fil de leur altercation, Léa commence à s’ouvrir naturellement à lui et à ressentir de fortes émotions. Cependant, cela ne semble pas réciproque… Pourquoi ? Et si c’était le passé de Will qui l’empêchait d’explorer cette première chose qui lui fait du bien depuis ce tragique événement ? Léa parviendra-t-elle à craquer peu à peu cette carapace sans s’y brûler ?

DES MOMENTS À MOURIR DE RIRE…

WAHOU ! Après chaque instant d’éclat de plaisanterie, j’ai dû reprendre ma respiration avant de continuer à lire. La gaieté est à son apogée. Les piques et les petites phrases coquines de Léa et Will, les sensuels dragueurs invertébrés Océane et Henri, l’alter-ego masculin de la jeune tête de flamme… Quoi dire de plus ? Quand les passages mettent en lumière un de ceux-là, le roman ne peut tourner en dérision. Rire.

Concernant la plume d’écriture de Lola Berelle, elle est exquise et remplie de fluidité. Une histoire touchante qui nous plante une flèche en plein cœur. « Prise au piège : Au premier regard » nous montre que quelque fois le passé de certaines personnes n’est pas toujours rose bonbon, comme on l’espère. À travers les mots de Lola Berelle, j’ai été plongé au cœur du milieu universitaire, mon environnement naturel en ce moment même. J’ai aimé me rappeler de ces détails, cela me prouve qu’étudier en personne à l’université me manque affreusement.

Au niveau des protagonistes secondaires, ceux-ci apportent une touche d’humour à l’histoire, que ce soit par leur action ou leur parole. Une chose est sûre, c’est que lorsqu’ils se laissent aller… Ça peut terminer en une vraie rigolade. Rire. D’autant plus qu’ils sont très importants, car ils permettent au contenu de se développer en un je-ne-sais-quoi de plus intense.

Un dernier mot ?

Finalement, « Prise au piège : Au premier regard » est une lecture qui m’a fait rire, sourire et mise en colère. Ne voulant pas les quitter, j’aurai voulu lire quelques pages de plus. Honnêtement, je ne regrette pas d’avoir découvert cette auteure, parce que j’ai passé un excellent moment en compagnie de tous ces personnages et leurs délires émotionnels. Pour ma part, je me suis vite attaché à Léa, alias Blondinette, on se ressemble sur divers points dont notre tempérament introverti, l’envie de rester au chaud à la maison plutôt que d’aller faire la fête et la lecture. Il va de soi que je vous conseille « Prise au piège : Au premier regard », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Sur ce, je souhaite retrouver un des mondes littéraires l’écrivaine, qui sait ? J’aurai peut-être de nouveau la chance de bouquiner ses écrits.

#Sara

Chronique sur Wild Rush tome 2 : Heaven Sign de Mychele S.

Heaven Sign

Note : 13/10

« – Parce que je refuse que quiconque puisse te considérer comme une groupie avec qui j’aurais une aventure sans importance. Parce que tu es plus… tellement plus, Josie. »

Logan

Résumé : « Longtemps, Logan Carson a cru que son existence ne serait que musique et femmes. Mais le destin va se charger de chambouler l’univers du chanteur.

Sans qu’il s’en aperçoive, il aura suffi d’un instant pour que tout bascule.

Après la tragédie qui les a séparés, et des mois de silence et d’absence, Logan sera-t-il en mesure de laisser Josie réinvestir sa vie ?

Il ne peut que s’y résoudre, car désormais tout a changé.

Pourtant, dans ce monde où le succès de Wild Rush va grandissant, leur histoire semble vouée à l’échec avant même d’avoir pu éclore…

Car le passé pourrait bien devenir l’ombre de leur avenir. »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement Mychele S, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de sa confiance en moi et en mon blogue.

Ayant bouquiné « Heavenly Illusion », le premier tome de la saga « Wild Rush », je suis plus contente d’avoir eu la chance de découvrir l’histoire de Josie et Logan. En effet, le livre originel m’avait fait tomber de ma chaise tellement que je n’y croyais pas. « Heaven Sign » est un récit écrit sous les notes musicales du firmament. J’ai ADORÉ chaque heure, minute et seconde.

UN MÉLODIE AU CŒUR DE LEUR TOURMENTE ÉMOTIONNELLE…

Josie et Logan ont tant vécu et tout aussi éprouvé. Avec tous ces nombreuses péripéties, larmes, presque crises cardiaques… Je ne vous cacherai pas que mon cœur a été mis, plusieurs fois, en état de choc. Mychele S. m’a CARRÉMENT torturé l’esprit, soit mes liaisons nerveuses et ma patience (elle n’est déjà pas assez longue). D’autant plus que lors de cette lecture, mon organe vital a été malmené. L’écrivaine nous illustre des thématiques emplies de lumière comme l’amour, l’espoir, la seconde chance… Rien de plus beau ! Et je ne vous parle pas de la page couverture, elle est si tendre et parfaite.

Dans « Heaven Sign », on fait la connaissance de Josie, la cousine de Lara (héroïne du premier opus), une jeune maman qui s’efforce de subvenir aux besoins de sa fillette tout en rejoignant les deux bouts. Plus facile à dire qu’à faire, surtout lorsqu’on est mère célibataire. Comprimé entre les lourds endettements qui ne cessent de s’accumuler, son emploi, un ex-mari pas facile à vivre, un homme qui ne sait pas ce que signifie le mot « non » et sa petite fille, Josie ne sait définitivement pas où donner de la tête. Épuisé par cette existence qui l’étouffe, la jeune femme serait prête à tout quitter et fuir tout cela avec sa fillette. Cependant, ça c’était avant qu’elle se rende compte qu’il était de dévoiler la vérité à une certaine personne. Logan Carson.

Avec une vie trépidante comme la sienne, le membre des Wild Rush prendra-t-il le risque de laisser entrer ces deux jeunes femmes dans son quotidien ? Passeront-elles avant tout le reste ? Alors qu’elles commencent à tourner de plus en plus autour de son système solaire, voilà que le danger semble se rapprocher de plus en plus d’eux.

UNE MAGISTRALE ÉVOLUTION PSYCHOLOGIQUE…

Entre Logan et Josie, il y a eu du changement. Du travail. Définitivement, ils se sont littéralement métamorphosés en mieux encore. Au début de la saga, Logan est un homme à l’égo surdimensionné. Je vous avoue que j’avais souvent envie de le cuire sur le barbecue. Trop superficiel, aucune empathie et ne pensait qu’à sauter tout ce qui bouge. Un homme de ce genre ne méritait pas mon attention… Mais, ça c’était avant que je le retrouve dans « Heaven Sign ». Il est devenu si mature et à la fois réfléchi. Logan pense sans cesse aux autres avant de s’envisager lui-même. Qui saurait cru qu’un fêtard aux blagues douteuses allait se transformer en une personne dont la concentration est canalisée à l’aide d’une grande maîtrise de soi.

Quant à Josie, elle est devenue une femme forte. Un individu qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, mais qui cache également une certaine sensibilité, aussi fragile soit-elle. Plus rien ne compte mis à part ce petit trésor qu’elle a reçu en cadeau. Sa vie appartient totalement à sa fille. Malgré le fait qu’elle parvient à peine à maintenir la tête hors de l’eau, elle essaie tout de même de garder toutes ces forces pour les besoins de son enfant. J’ai trouvé cela adorable !

En ce qui concerne le style d’écriture de l’écrivaine, il est toujours aussi addictif et coulant que les romans précédents. Délicat. Une fois encore, Mychele S. nous démontre à quel point elle possède un talent sans fin. À travers ses mots, elle nous plonge dans une superbe histoire aux multiples émotions. En effet, l’auteure nous fait vivre une montagne de sensations psychologiques. À la hauteur de « Heavenly Illusion », cette suite est aussi déchirante que le premier tome.

Un dernier mot ?

Finalement, « Heaven Sign » est une œuvre littéraire qui est à la hauteur de son grand frère. De nouveau, l’auteure est parvenue à conquérir mon cœur. Un coup de foudre. Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai très hâte de découvrir ce que l’avenir, alias Mychele, réserve pour Chris. À l’aide de sa mélodieuse calligraphie, elle a réussi à me faire vibrer d’impressions. J’ai passé un excellent moment en compagnie de Josie, Logan et de tous les interlocuteurs. Dès les premiers instants, on entre directement dans le vif du sujet. Néanmoins, avant de débuter « Heaven Sign », veillez à bouquiner « Heavenly Illusion ». Il va sans dire que je vous conseille fortement ce récit, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.

#Sara

Chronique sur Illicit de Céanny

Illicit

Note : 10/10

 « Nash passe la main sur son crâne en grognant.
– C’est une sacrée meuf, tu sais. Et elle a assez morflé sans qu’un mec vienne en rajouter après lui avoir mis la tête à l’envers. Je la connais depuis toujours. Elle a jamais été attirée par quiconque.
J’ouvre enfin les yeux et le fixe, attendant qu’il continue :
– Mais toi, quand t’as débarqué chez nous, j’ai tout de suite senti que t’allais foutre la merde. Y avait ce truc entre vous, j’ai mis du temps à le comprendre. Ce genre de truc, tu peux rien faire contre. Mais mets toi bien ça dans la tête : tu la blesses, je te tranche la gorge. C’est notre reine. À toi de savoir si t’es prêt à être son roi. »

Nash & Cruz

 Résumé : « Une histoire interdite.

Une relation Illicit.

Un fond de Bonnie & Clyde saupoudré de Roméo et Juliette.

Un agent infiltré de l’organisation la plus crainte des hors-la-loi ; face à la Reine des Evil’s Roses, le motorcycle club réputé comme le plus dangereux du pays.

Une seule issue possible, reste à savoir laquelle.

L’amour, ou la mort ? »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaudement Céanny pour l’envoi de ce service presse ainsi que de sa confiance en moi.

Cette auteure fait partie de mon palmarès depuis le tout début. En effet, ayant lu la saga « Au-delà des apparences » et « Projet X », il m’était IMPOSSIBLE de refuser la chance de découvrir de nouveau la calligraphie et les mondes badass de Céanny. C’est toujours un plaisir de bouquiner ses histoires. Il faut dire que cela fait changement d’avoir une interlocutrice qui ne possède aucunement la langue dans sa poche. J’adore. Du nerf et du caractère… Enfin, vous voyez le genre. C’est un bouquin de bikers comme je les aime.

UN UNIVERS PLUS ROUGE ET NOIR QUE ROSE BONBON…

Vous voulez un conseil ? Si vous n’aimez pas la dark romance, je ne recommande pas ce roman, car il ne faut pas avoir le cœur fragile pour bouquiner « Illicit », croyez-moi. Loin d’être le pays des licornes et des arc-en-ciel, Céanny nous pondu une œuvre où les scènes de violence, de sexe et d’amour sont présentes en grand nombre. Pourtant, derrière tout ceci, on comprend que le tout est bien à sa place et que les instants d’agressivité ne sont jamais commis gratuitement.

Dans « Illicit », on fait la connaissance de Victoire Stone, alias Vic’, une jeune femme de vingt-cinq ans. Pour donner suite à la mort de son père, elle se retrouve propulser à la tête des Evil’s Roses, un club de bikers. Ayant un caractère de feu, Vic’ ne se laisse pas marcher sur les pieds. Calculatrice, elle n’est pas du genre à prendre des gants lorsqu’elle doit s’affirmer tout haut. Étant la présidente, la jeune femme doit constamment démontrer aux hommes du club que c’est elle qui décide. Il ne suffit qu’elle baisse la tête qu’un instant pour qu’elle perde sa tête à jamais. Alors qu’en Joachim Da Cruz, un agent fédéral de vingt-huit qui décide de s’infiltrer au sein de l’organisation, ose la provoquer et prétend qu’il veut devenir leur nouveau prospect, Vic’s prend la décision de le tester afin qu’il fasse ses preuves. Ayant parvenu, Cruz se rapproche peu à peu de tout les membres du club, incluant la présidente. Sans que les deux soient au courant, ils vont tout les deux commencer à ressentir une émotion qui leur était totalement inconnue, voir interdite.

Il fait respecter la loi, elle la contourne par tous les moyens possibles inimaginables. Ce qu’il désire plus que tout, c’est venger la mort de sa famille qui a été tuée par les Evil’s Roses. L’une met toute son énergie afin de voir son club prospérer, alors que l’autre ne souhaite que justice. Et si aux côtés de chacun, Cruz et Vic’, la vie leur accordait ce qu’il rêve le plus cher, c’est-à-dire une famille et l’amour. Et si la caricature n’était pas complète ? Se pourrait-il que certaines cartes de la vérité aient été dissimulées volontairement afin de taire la réalité ?

UNE HÉROINE QUI EN A PLUS DANS LE PANTALON…

Vic’, c’est Vic’, quoi ?! Rire. C’est la reine des reines. Encore une fois, ça change, cela fait un bien fou de savoir que c’est une femme qui est à la tête d’un club de motards. J’ai adoré ce personnage. Certes, elle est comme la reine des glaces, soit froide et manipulatrice, néanmoins, comme tout le monde, Vic’ possède ses forces et ses faiblesses. Étant une Wonder woman, cette femme démontre, par le biais de son tempérament et de ses actes, qu’elle est loin d’être une princesse en détresse. Il n’y a qu’elle qui mène la danse et personne d’autre. Sans aucun doute, absolument tous les détails nous prouvent que cette héroïne est capable de tout faire, juste parce qu’elle le veut.

En ce qui concerne la plume d’écriture de Céanny, elle est addictive et prenante. Elle nous prend à la gorge et nous pousse toujours à lire plus loin pour en savoir plus, plus et toujours plus. Dès les premières pages, on entre directement dans le cœur de l’action. À travers ses mots, l’écrivaine nous ensorcèle et nous amène au centre du quotidien dangereux et passionnant des Evil’s Roses.

Vic’ et Cruz sont tout aussi captivants à sonder. Vivant dans une ambiance où les quatre cents coups sont permis, ils adorent jouer à Bonnie and Clyde et pourtant leur amour s’apparente beaucoup à celui de Roméo et Juliette, dont l’histoire amoureuse s’est terminée en tragédie. Authentique tout en étant explosif, « Illicit » est du jamais vu et ne tombe vraisemblablement pas dans la mélancolie.

Un dernier mot ?

En définitive, « Illicit » est un livre dont les fans de bikers pourront savourer et découvrir. Faites place au sang et aux règlements de compte, donc cela étant dit… Si vous êtes fleur bleue, passez votre chemin. Ce bouquin est un vrai mélange entre le désir, danger, la passion et le mystère. Une femme qui sait ce qu’elle veut et quand le veut. Deux personnalités toutes aussi différentes, mais qui se complète mutuellement. Des moments intenses de sensualité et de malignité. Une famille de motard sont la solidarité et la loyauté n’a aucune limite. Une tournée en Arizona ou une chevauchée en trial en enfer… Une pépite démentielle et fougueuse. Un style d’écriture dont le feu éternel ne cesse de brûler ardemment. Il va de soi que je vous conseille « Illicit », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je souhaite bientôt me replonger dans un autre des écrits de Céanny.

#Sara

Chronique sur Rendez-vous avec ma star d’Alexandra Lanoix

rendez-vous avec ma star

Note : 8/10

« Moi, au contraire, je ne voulais pas franchir ce pas, aller à sa rencontre pour l’apercevoir en vrai, je ne sais pas pourquoi d’ailleurs. Sans doute que ça me faisait peur. Quand on est fan de quelqu’un, on idéalise toujours l’objet de notre obsession, et je crois que de le rencontrer aurait peut-être égratigné l’image que j’avais de lui, et ça, je ne le voulais pas. Tom Bradley était mon petit jardin secret où je me réfugiais quand les choses n’allaient pas bien dans mon monde bien réel. »

Nina

Résumé : « Nina est une jeune vétérinaire londonienne d’une trentaine d’années. Elle et son amie Beth sont de grandes fans depuis des années de la star internationale anglaise Tom Bradley. Celui-ci est au top de sa carrière, beau, charmant et… de nouveau libre. Même si le rêve de Nina est de rencontrer un jour son idole celle-ci s’y refuse, car elle a trop peur de se frotter à la réalité. Beth qui l’a déjà vu à plusieurs reprises la pousse à franchir le pas. Nina est en couple avec Jeremy et a les pieds sur terre, et ne se résout pas à vouloir même ne serait-ce qu’à l’entrevoir. Elle est bien consciente que ce genre d’homme ne fait pas partie de son monde et qu’une barrière existe entre les gens connus et leurs fans. Cependant, un jour la chose la plus improbable va arriver. Nina, à cause de sa maladresse, croisera Tom Bradley dans des circonstances qui ne pourraient pas laisser envisager une suite entre eux et pourtant. »

Mon Avis

Avant tout, je remercie Alexandra Lanoix, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de sa confiance en moi et en mon blogue.

Après avoir dévoré, sans modération, les autres histoires de l’auteure, je me suis facilement tenté par ce nouvel écrit dont le résumé promettait un récit assez haut en couleur. Rire. À première vue, ce roman peut paraître IMMENSE, mais je vous conseille de le découvrir. Sans aucun doute, aux vues des nombreuses tortures, il est préférable de le bouquiner d’un trait.

UN UNIVERS AU MILLE ET UNE PAILLETTE…

À travers ses mots, l’écrivaine nous emporte au cœur d’une aventure bling-bling. Laissez place aux pierres précieuses et aux étincelles aussi flamboyants qu’aveuglants. Rire. Qui ne rêverais pas de vivre un tel fantasme ? Faut Dire que c’est une belle illusion. Envier de loin, ne peut pas nous faire de mal. Rire. Il faut dire que ce concept fait grandement rêver… Et pourtant, être un inconnu peut avoir ces avantages. En effet, lorsque tout le monde vous connaît jusqu’à la dernière goutte de sueur, cela peut paraître déroutant et insécure.

Dans « Rendez-vous avec ma star », on fait la connaissance de Nina, une jeune vétérinaire de trente ans, qui vit une vie absolument normale. Pour elle, les petites boules de poils et de plumes illustrent son quotidien. Vivant à Londres, Nina partage sa routine avec Jeremy, son amoureux, et ses deux meilleurs amis, Ravi et Beth. Cette dernière et elle-même partagent une même passion, Tom Bradley, un acteur qui les fait rêver depuis qu’elles l’ont découvert dans une série de télévision dans le milieu médical. Dès les premiers instants, Beth et Nina sont tombé amoureuse de lui. Néanmoins, Nina sait pertinemment que cet amour qu’elle a pour son idole favorite n’est que celui qu’elle ressent pour Jeremy, même si elle a toujours essayé de se prouver le contraire. Évidemment, cette relation qu’elle entretient avec son petit ami n’est aucunement sérieuse. Alors que Jeremy souhaite que ce soit l’inverse, Nina, elle commence à étouffer. À ressentir un poids sur ses épaules.

Ainsi, lorsque Beth brave la tempête et essaye d’entrer en contact avec Tom Bradley, Nina voit cela d’un mauvais œil. En effet, être dans la même ville que le lieu de tournage de son idole préférée, on ne peut que se réjouir. Pourquoi Nina ne laisse pas ses fantasmes devenir réalité ? Quand la fiction dépasse la tangibilité… Lorsque le véritable caractère de l’acteur n’est pas similaire à celui à l’écran. Alors, que ces deux-là se brusquent, une altercation explosive ne peut qu’arriver. Nina arrivera-t-elle à se défaire de cette illusion parfaite qu’elle avait en tête ? Et si elle découvrait que derrière ces méchancetés se cachait une fragilité ?

LE JEU DES ACTEURS…

Malgré ce monde de tentations, l’héroïne parvient à garder sa propre force intérieure ainsi que sa belle sensibilité. Face à toutes ces revirements de situations, Nina n’hésite pas reprendre les armes pour se battre de nouveau. Encore et toujours. Cette jeune femme est une interlocutrice que j’ai aimé voir évolué au fil des pages. Quant à Tom, il est comment dire… Le parfait stéréotype de la starlette de cinéma. Ayant un ego surdimensionné, il refuse de laisser les autres entrevoir ses fautes tout comme ses émotions. C’est un homme qui ne se rend pas compte du mal qu’il fait autour de lui, il refuse catégoriquement de se mettre à la place des personnes qu’ils blessent. Cependant, derrière ce superflue se dissimule une adorable personnalité dont la générosité et la vulnérabilité peut égaler celle des étoiles.

En ce qui concerne le style d’écriture d’Alexandra Lanoix, il est fluide et empli de légèreté. « Rendez-vous avec ma star » est un intégral à dévorer sans aucune hésitation. En écrivant ce récit, l’auteure n’a pas choisi la voie de la facilité, elle est parvenue à ne pas tomber dans le déjà-vu. Alexandra Lanoix contourne avec brio cette caricature, pour finalement nous surprendre dans tout les sens du terme. J’ai aussi aimé le fait que les protagonistes se rencontrent d’une manière naturelle, grâce au hasard.

« Rendez-vous avec ma star » est une douce comédie romantique qui regroupe diverses thématiques, soient la trahison, l’amour et la jalousie. Malgré ces négativités, l’auteure parvient à contrebalancer le tout avec une grande touche d’humour. Au premier abord, cela semble être une histoire d’amour, mais c’est plus que cela. Ça va beaucoup plus loin. Effectivement, d’une délicate façon, l’écrivaine nous explique une morale de la vie, celle du travail. En soi, vaut mieux se battre et s’améliorer pour ce que l’on veut, plutôt que de se reposer sur nos oliviers. Dans cette existence, rien n’est acquis aussi facilement.

Un dernier mot ?

En somme, « Rendez-vous avec ma star » est une histoire qui vaut la peine d’être lu. Comportant des personnages captivants, on se laisse emporter au cœur de leur périple émotionnel. Une réelle confrontation frontale entre le milieu des stars et celle des individus normaux. Une addictive calligraphie qui me cède souvent la bouche ouverte. Une cocasse romance à lire sans interruption, avec toutes ses situations et ses surprises. D’autant plus que les rebondissements s’enchaînent les uns après les autres, sans nous donner le temps de reprendre notre souffle. Une page couverture qui exprime parfaitement le contenu de l’œuvre littéraire. Il va de soi que je vous recommande « Rendez-vous avec ma star », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.

#Sara

Chronique sur Mon cœur de battre s’est arrêté écrit par Alexandra Lanoix

Mon coeur de battre s'est arrêté

Note : 9/10

 « – Cela serait plus pratique pour moi que vous laissiez la porte de votre chambre ouverte, parce qu’il n’y a qu’une salle de bain. Par beau temps, cela ne me dérange pas d’aller pisser dehors, mais sincèrement, sortir Popol à deux heures du mat’ en plein vent, je ne suis pas fan.

– Vous avez peur qu’il attrape froid ? Il se retourne et dépose mon verre de jus de fruits presque avec fracas sur le comptoir.

– C’est vous qui voyez, mais si vos voisins se plaignent qu’un clébard fait ses besoins sur leur seuil, ne venez pas râler après.

– Vous êtes dégueu ! secoué-je la tête en rouspétant.

– J’espère bien ! sourit-il avec malice.

– Ok, je laisserai la porte ouverte, mais faites gaffe que Popol ne fasse pas trop de bruit quand vous le secouerez.

– Je ne peux pas vous le promettre, car il est assez imposant, avec un gros débit. »

Mary & Wyatt

Résumé : « Mary Banks est une jeune femme à la tête d’une entreprise high-tech des plus rentable aux États-Unis. Elle a tout pour être heureuse : riche, intelligente, un peu rebelle… Pourtant, une terrible nouvelle vient assombrir son brillant avenir. On vient de lui annoncer qu’elle a un cancer incurable. Sa sœur, Helen, est dévastée en apprenant la nouvelle et souhaite que Mary se batte pour rallonger sa vie de quelques mois, ce que refuse catégoriquement Mary, qui ne veut pas de traitement. Elle ne souhaite pas passer le restant de ses jours dans un hôpital à subir les effets secondaires de la chimio.

Son boulot au sein de l’entreprise et ses jumeaux, qu’elle élève seule, ne permettent pas à Helen de courir après sa sœur, qui n’a de cesse de la contrecarrer. Elle va alors implorer Mary d’engager un infirmier pour veiller sur elle. Lasse de ses supplications, Mary cède à la demande de son aînée pour l’apaiser… et fait la connaissance du docteur Wyatt Delaney, un médecin charismatique, doué et très peu conventionnel. Mais il a lui aussi de graves problèmes à régler, et une sœur à ses basques ! Très vite, elle tombe sous son charme, mais refuse toute relation intime avec lui.

Peut-on s’autoriser à aimer lorsqu’on se sait condamné ? »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement Alexandra Lanoix, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de sa confiance en moi et en mon blogue.

Cela fait un moment que je suis religieusement l’auteure, celle-ci possède une calligraphie qui peut être simple et humoristique ou sensuelle et attrayante, tout dépend du contenu de son nouveau roman. Dans tous les cas, lorsque je me plonge dans ses romans, je sais déjà d’avance que je vais apprécier ce que je vais bouquiner. Toutefois, j’ai également la sensation que je dois m’attendre à tout, car je ne sais pas ce que l’écrivaine a en tête.

UN SUJET DIFFICILE DANS UN SOMBRE UNIVERS…

« Mon cœur de battre s’est arrêté » est une histoire qui se porte sur une thématique qui, à première vue, peut sembler bouleversant, mais il y a plus que cela. Pourtant, attention, je ne dis que le concept ne donne pas envie de verser des larmes… Rire. Pour ma part, j’ai terminé comme les chutes de Niagara Falls, des averses de tristesse et de bonheur. En effet, la maladie n’est pas le monde principal de ce récit, il est également question d’amour, d’espoir et de seconde chance. Beaucoup trop de crème fouettée pour mon petit cœur d’artichaut.

Dans « Mon cœur de battre s’est arrêté », on fait la rencontre de Mary, une femme de trente ans qui est la patronne d’une des plus grosses entreprises high-techs en Californie. Brillante et riche, c’est aussi une personnalité qui a su garder sa tête sur ses épaules. Elle possède une grande richesse intérieurement. Effectivement, en plus d’être généreuse, Mary est naturelle, forte et est pourvu d’un esprit révolutionnaire qui refuse de se soumettre. Cependant, derrière tout cela se dissimule un secret dont elle ne peut souffler à tout le monde… Mary est malade. Les médecins lui ont diagnostiqués une tumeur au cerveau et malheureusement, en plus d’être en manque de temps, elle apprend que son cancer est inopérable.

Ne voulant pas gaspiller la durée de vie qui lui reste, Mary refuse le traitement et la chimio qui lui est offert. Même si ces méthodes pourraient lui rallonger la vie de quelques mois, elle ne veut pas se donner de faux espoirs et préfère faire face à la réalité. Néanmoins, en prenant cette décision, Mary s’abstiendrait-elle de voir ce qui est en face d’elle ? En prenant cette direction, la jeune femme préfère continuer de vivre et de faire ses propres choix, sans que l’on ne s’oppose. Mary ne souhaite que finir la vie comme elle le veut, mais ça c’était avant que sa sœur aînée décide d’engager Wyatt, un infirmier qui va prendre soin de Mary. Se laissera-t-elle attendrir par les paroles de cet homme qui est entré comme une tornade dans son quotidien ?

DES MOMENTS DE PASSION TOUT AUSSI REMPLI D’HUMOUR…

À travers la plume d’écriture, on découvre des instants où la tendresse ne cesse de régner. Ainsi, par le biais des yeux de Mary, on se laisse charmer par la construction de toutes ces belles choses qui vont lui redonner le sourire. Je ne vous cacherai pas que l’amour en fait partie. D’autant plus que lors de ma lecture, j’ai souvent été happé par de nombreux fous rires. Les piques que Mary et Wyatt se lancent sans arrêt sont ridiculement loufoques. Selon moi, Alexandra Lanoix a voulu mettre l’accent sur les sentiments, sur ce que les deux personnages ressentent du plus profond de leur âme. J’ai été sans équivoque ému par cette histoire hors du commun.

Concernant le style d’écriture d’Alexandra Lanoix, elle est toujours agréable et addictive à découvrir. Au fil des pages, l’auteure est parvenue à décrire délicatement et à traiter avec soin l’idée de la maladie. Le texte n’est aucunement alourdi par des mots compliqués ou des détails qui ne finissent jamais. Au contraire, c’est simple et précis tout en étant touchant et comique. De plus, Alexandra Lanoix a réussi à mener à bien cette intrigue, celle-ci est bien ficelée.

Un dernier mot ?

En définitive, « Mon cœur de battre s’est arrêté » est une œuvre littéraire que j’ai adoré jusqu’à la dernière ligne. J’ai peut-être lu peu de textes écrit par l’auteure, mais je dois dire que ce livre est littéralement SON MEILLEUR. Une magnifique lecture. Des protagonistes attachants qui m’ont chamboulé du début jusqu’à la fin, que par leur amour ou leur rédemption. Une conclusion qui m’a mis dans tous mes états et fait verser un nombre incalculable de larmes. Il va de soi que je vous recommande « Mon cœur de battre s’est arrêté », j’espère sincèrement qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je vais bouquiner les autres écrits d’Alexandra Lanoix.

#Sara

Chronique sur Transparent Lies de Micaela Barletta

Transparent lies

Note : 13/10

« – Ne t’avise pas de me mentir. Je suis à deux doigts de t’encastrer. Alors un conseil, ne te fous pas de ma gueule ! hurle-t-il.

–Tu veux que je te dise ? J’aurais aimé passer à autre chose ! Me donner à un autre gars, n’importe lequel. Mais je n’ai pas pu, tu étais toujours là, à hanter mon esprit. Le souvenir de tes mains sur ma peau ne m’a pas quitté. Personne n’était en mesure de me faire tourner la page. Et pourtant Dieu sait à quel point j’aurais voulu t’effacer, dis-je en pleurant. »

Hugo & Mina

Résumé : « Mina et Hugo sont deux personnes totalement opposées.
La jeune fille vit une vie tranquille avec son petit ami Nathan. Lorsqu’elle décide de prendre des cours de guitare, elle rencontre Hugo, un homme arrogant, intimidant et sûr de lui.
De cette rencontre va naître une passion dévastatrice.
Entre mensonges, trahison et révélations. Leur histoire survivra-t-elle ?
»

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie Micaela Barletta pour l’envoi du service presse ainsi que de sa confiance en moi et en mon blogue.

Étant déjà familière avec la calligraphie de l’auteure, je savais dans quelle aventure je me lançais. Toutefois, je m’attendais pas à ressentir une montagne d’émotions aussi extrêmes les unes que les autres. En toute honnêteté, je ne regrette pas une seule seconde d’avoir lu cette lecture. Sans aucun doute, je compte bien découvrir les futurs écrits de l’écrivaine.

UNE ROMANCE PLEINE DE SENSUALITÉ…

« Transparent Lies » est une histoire bouleversante et tout aussi passionnante. Les scènes chaudes sont présentes, sans être trop excessives. Au fait, clin d’œil à Ronan, le meilleur ami de Mina. Il m’a bien fait rire, jusqu’à en avoir les larmes aux yeux. Et je ne vous parle pas de la couverture qui reflète avec brio la relation amoureuse de Mina et Hugo.

Sans aucune hésitation, les deux interlocuteurs vivent une déchirante passion. Un dévastateur coup de foudre qui n’arrête pas de les éloigner pour mieux les réunir. Leur proximité est importante, voire vitale pour eux. Ils ont chacun besoin de l’un et de l’autre pour vivre et avancer. Et si aux côtés de leur alter ego, ils apprenaient la véritable signification du mot « amour » ?

UNE PALETTE DE COULEUR…

Micaela nous fait passer par plusieurs sensations en même temps. Ayant une nature quelque peu fleur bleue, je n’ai pas cessé de pleurer tout au long du roman. Mes larmes coulaient à flot comme les chutes de Niagara Fall… Au point de détester l’auteure à certains moments. Rire. D’autant que j’avais également des piques de colère envers les interlocuteurs. J’avais une envie folle de les secouer et de leur dire leurs quatre vérités. Rire.

Dans « Transparent Lies », on fait la connaissance de Mina qui, depuis trois ans, est en couple avec Nathan. Elle a aussi un travail qui la passionne et un meilleur ami sur qui elle peut toujours compter. À vue d’œil, elle semble heureuse, mais ce n’est qu’en apparence. En effet, depuis quelques années, la routine ne cesse de guetter la vie de la jeune femme. Sa personnalité ne miroite pas son quotidien. Étant une femme pétillante et pleine d’énergie, Mina doit souvent se refréner afin d’entrer dans le casse-tête de la vie.

Voulant pimenter un peu son existence, la jeune femme décide de prendre des cours de guitare. Cependant sa rencontre avec Hugo, son professeur, qui risque fortement de chambouler le peu de dynamisme qu’elle croyait avoir acquis. Au contact de cet homme, Mina va ouvrir les yeux sur beaucoup de révélations dont le grand amour. Aura-t-elle les épaules assez solides pour surmonter toutes les épreuves qu’Hugo ne cesse de lui lancer ? Quant au professeur de guitare, laissera-t-il ses démons derrière lui afin d’avoir de nouveau la chance de retrouver cette paix intérieure qu’il désire tant ?

Concernant la plume d’écriture de Micaela, elle est toujours aussi agréable et coulante. Addictive tout comme l’histoire, on se facilement ensorceler par l’intrigue. Il va sans dire que cette réédition contient des différences, celles-ci apportent soit une touche de légèreté ou de nouveauté au roman. J’ai vraiment eu du plaisir à bouquiner « Transparent Lies ». Plus évolué, le style d’écriture de l’auteure est plus mature et compréhensible.

À travers les lignes, on peut facilement percevoir les choses qui sont importantes à Micaela Barletta. Elle n’écrit que ce qu’il est primordial et efface le superflu.

DES PERSONNAGES ATTENDRISSANTS ET TOUT AUSSI CATASTROPHIQUES…

Bon allez, je vous le dis tout de suite, j’ai DÉTESTÉ Hugo. Mais quelle tête de cochon !! En plus, cet homme a un égo aussi gros qu’un mégalodon. C’était pour un moment… Malgré cela, tout comme Mina, j’ai appris à le connaître et à voir au travers sa carapace impénétrable. Cette vulnérabilité. Ses secrets. Ses émois. Tout cela ont eu raison de moi et je suis finalement tombé amoureuse de ce professeur de guitare.

Mina est une femme remplie de compassion et douce. Forte, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds. Ce protagoniste complète parfaitement le tempérament d’Hugo. Deux caractères aussi foudroyant qu’un volcan en éruption. Ensemble, ils ne peuvent faire que des feux d’artifice. Deux âmes sœurs.

MARQUÉ AU FER…

Oh mon Dieu ! Dès les premières pages, j’ai été happé par le récit. Plus un coup de cœur, j’ai littéralement eu un coup de foudre pour « Transparent Lies ». Ainsi, la narration a deux voix me permet d’entrer au cœur des pensées de Mina, mais aussi d’Hugo. Leur manière de concevoir est totalement différente et pourtant, c’est ce qui fait qui font un merveilleux couple.

Un dernier mot ?

En fin de compte, « Transparent Lies » est un bouquin que j’ai vraiment adoré du début jusqu’à la fin. Au fil des pages, j’ai éprouvé une tonne de sensations dont la tristesse. Évidemment, c’est une histoire qui se centre beaucoup sur le thème de la reconstruction de soi. Un héros qui ne parvient pas à se détacher de son passé et une héroïne qui est prête à tout pour sauver l’homme qu’elle aime de ses démons. Je le dis encore… C’est UN COUP DE FOUDRE. Il va de soi que je vous recommande cette FABULEUSE histoire. Dans tout les cas, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.

#Sara

Chronique sur Eléa tome 3 : L’ombre du dragon de Léa Northmann

L'ombre du dragon

Note : 10/10

« Après leur départ, Calh se mit debout lui aussi, et il tendit la main vers Eléa pour l’aider à se relever. Ils ne virent pas le regard incrédule de l’homme en découvrant la bague en Pierre de Lune.

– Veuillez m’excuser Maistre Écuyer mais vous avez là un bien étrange anneau. Où l’avez-vous trouvé ?

– C’est un bijou de famille qui se transmet de mère en fille.

– Puis-je ?

Le prêtre avait tendu la main et elle y déposa la sienne pour qu’il puisse mieux voir la bague.

– C’est incroyable… murmura-t-il. Et elle est dans votre famille depuis des générations…

Eléa s’étonna d’un si grand intérêt, et elle ôta sa main doucement.

– Si cela ne vous dérange pas nous allons nous aussi nous retirer mon père.

L’homme sembla reprendre ses esprits. Il la dévisagea longuement. Puis il se tourna vers le Prince.

– J’ai une dernière faveur à Vous demander Altesse. Pourriez-Vous m’accompagner tous les deux pour que je Vous montre quelque chose avant de prendre congé. Cela ne Vous engagera à rien je vous en donne ma parole, rajouta-t-il devant la mine fermée du jeune homme. »

Eléa, Calh et prêtre

Résumé : « Accompagnez Eléa à travers les deux derniers Duchés du royaume !

Eléa et Calh réapprennent à s’aimer. Mais le Prince Héritier est terrorisé à l’idée de perdre à nouveau son Maistre Ecuyer. Parviendront-ils à se retrouver dans l’Amour Infini de la Maïa ? Et pourquoi l’Empereur s’intéresse-t-il à eux ? Venez découvrir aux côtés d’Eléa les deux derniers Duchés du Royaume d’Argalh, et percer le mystère de l’Empire du Dragon d’Or.

Quel secret se cache derrière l’Empire du Dragon d’Or ? Laissez-vous porter par le troisième tome de cette romance sensuelle, fantastique et passionnée ! »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaleureusement Léa Northmann pour l’envoi de son troisième et dernier roman ainsi que de sa confiance en moi.

Mmm…, c’est fini. Déjà terminé. J’aurai tant voulu que l’écrivaine écrive des saisons sans que celles-ci n’arrivent à la ligne d’arrivée. Rire. Cela aurait été très comique.

M’étant attaché à cette trilogie, je ne peux vous cacher que je suis triste de quitter Eléa, Calh et tous les autres personnages de l’histoire. À travers ses mots, l’auteure a su me faire voyager dans son univers fantastique et érotique où la magie et la passion se chevauchent. Sans aucun doute, il va me manquer tout comme la calligraphie de Léa.

LA FIN DE LA FIN…

Intense et rempli d’émotions, ces trois tomes, en eux-mêmes, nous plongent tête baissée dans une aventure mystérieuse et fascinante à la fois. En toute franchise, je n’ai pas su décrocher mes yeux de ce joli récit. Léa Northmann est parvenue à capter toute mon attention tout au long de mes lectures. D’autant plus que je ne peux que lui tirer mon chapeau, la trilogie « Eléa » est une belle réussite en bonne et due forme.

Dans « l’ombre d’un dragon », nous retrouvons Calh et Eléa, qui suite à ce que la jeune femme a enduré et aux nombreux événements qui se sont déroulés précédemment. Sur cela, je ne vous en dirai pas plus, c’est à vous le découvrir ! Au cours de ces semaines, le couple a éprouvé mille et une souffrance. Mais, tout ceci est maintenant derrière eux, leur regard est dorénavant braqué vers leur avenir à tous les deux. En réapprenant à s’aimer, Eléa et Calh comprennent que leur amour est plus fort et bien plus puissant qu’il était avant.

Alors qu’ils croyaient vivre leur vie paisiblement, voilà que les deux amants se retrouvent à parcourir des territoires inconnus où les peuples de différentes cultures sont dominants. Et si côtoyer ces sujets du royaume ainsi que ces personnes amèneraient Calh et Eléa à s’unir plus qu’ils ne le sont déjà ? Comme si ce n’était pas assez, certains individus semblent se dissimuler dans l’ombre afin de concocter un plan qui détruirait à jamais le couple royal… Dans ces conditions, la vie d’Eléa est grandement mise en péril et rend également Calh, le prince, vulnérable et anéanti. Assura-t-il la sécurité de sa bien-aimée ?

De plus, l’arrivé de certains protagonistes rendra la jeune femme plus heureuse que jamais. Lorsque les enjeux diplomatiques se mettent aussi de la partie, chacun devra décider de quel côté il devra se battre. Eléa et Calh auront-ils droit à leur fin heureuse ? Ou est-ce un autre abîme risque de les séparer ou pire… ?

UN MÉLANGE LITTÉRAIRE…

Au cours de notre lecture, il est possible de remarquer que Léa Northmann a pris la décision d’enraciner plusieurs types de genres, tels que le fantastique ou l’érotisme. Elle a fini par concilier divers éléments qui ne vont pas forcément ensemble. Merveilleux !

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours aussi coulante et agréable à bouquiner que ces deux premiers opus. Sans compter que l’écrivaine nous fait voyager dans des contrées lointaines et des paysages regorgeant de magie et d’ésotérisme. Bien détaillé, les détails laissent place facilement à l’imagination.

NOUVEAUX MODÈLES DE RÉUSSITE…

Quelques interlocuteurs n’ont pas changé, ils sont toujours un caractère de feu. Cependant, ce que j’aime beaucoup, c’est le fait que le contenu met BIEN en avant une femme dans un monde d’hommes. Léa Northmann ajoute l’accent sur comment les femmes arrivent à manier les armes, à dompter les majestueuses créatures et à faire valoir leur voix. Parfait, parfait, parfait.

Un dernier mot ?

Finalement, « l’ombre d’un dragon » est un troisième tome aussi épatant que ses deux grands frères. Une exploration au cœur des courants marins de l’amour, de la passion et du danger. Eléa est une héroïne qui a su évoluer au fil des livres, désormais plus forte qu’avant, elle est remplie d’assurance et n’hésite pas à faire ce qu’il faut pour protéger les gens qu’elle aime. Une vraie lionne ! La trilogie « Eléa » est munie à ras bord de multiples péripéties aussi hasardeuses les unes que les autres. Il va sans dire que je vous recommande fortement ces trois tomes, ne passez à côté de ceux-ci. J’espère que l’histoire vous plaira. Pour ma part, je souhaite retrouver de nouveau les mondes et le style d’écriture de Léa Northmann.

#Sara

Chronique sur À l’encre de nos âmes de Maui Basquin

À l'encre de nos âmes

Note : 10,5/10

« — Je suis rentrée sœurette ! crie-t-elle en ouvrant la porte.

Je me précipite vers elle, mon livre à la main. C’est sans surprise que je la retrouve dans l’entrée avec une dizaine de petits paquets rouges, tous de grandes boutiques bien entendu. Depuis son plus jeune âge, elle travaille pour une grande agence de mannequins, autant dire que l’argent n’est pas un problème pour elle.

— J’ai un cadeau pour toi.

Elle a l’air surexcitée, mais se calme assez vite quand elle voit le bouquin que je tiens.

— Tu as encore passé ta journée à lire ? grimace-t-elle.

Je ne relève pas, mais au fond sa remarque me blesse un peu. Pourquoi sommes-nous si différentes ? Je sais que nous ne sommes pas de véritable jumelle, en tout cas pas au sens génétique du terme, mais quand même. J’ai l’impression d’être son exact opposé.

— Tiens.

Elle me tend un paquet qui se détache des autres, il est noir et pourpre. Je suis impatiente de découvrir ce qu’il renferme, mais en même temps un peu anxieuse étant donné que la semaine dernière elle m’a pris la tête pour que j’essaie une mini-jupe, ce que j’ai refusé bien entendu. Je n’ai rien contre les jupes, bien au contraire, mais je préfère de loin mes jeans.

Je fais taire mes appréhensions en déchirant le papier cadeau. Je remarque un écrin noir. Je l’ouvre et suis ébahie par un magnifique médaillon en argent.

— Retourne-le !

Je m’exécute et les larmes me montent aux yeux. C’est le collier de mes rêves. Un prénom y est gravé : Heathcliff

— Oh c’est trop mignon, merci beaucoup !

Je la prends dans mes bras pour la remercier. Elle se détache pour m’aider à attacher le pendentif à mon cou.

— J’espère que tu le trouveras un jour, dit-elle en montrant du doigt la chaîne en argent.

Je reste silencieuse face à ce si beau geste, je ne m’attendais pas à ça de sa part. Encore une fois, malgré nos différences, c’est dingue l’amour qu’il y a entre nous. »

Emma & Valentina

Résumé : «  » Nous sommes comme le jour et la nuit, le feu et la glace. « 

Emma est rayonnante, mannequin et aussi belle que le soleil. Valentina, elle, est tout le contraire de sa jumelle. Timide, discrète et réservée, elle est aussi froide que la lune. Ces deux sœurs sont en tout point différentes, pourtant, une chose les unit. L’amour. Elles rêvent toutes les deux du prince charmant, celui qui leur fera tourner la tête. Tout se bouscule lorsqu’Emma rencontre Matthew, un jeune artiste qui ne laisse pas Valentina indifférente…

L’amour sera-t-il plus fort que les liens du sang ? »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement Maui Basquin pour l’envoi du service presse ainsi que de sa confiance en moi.

Vous savez ça fait un moment que je ne m’étais pas plongé dans la calligraphie de l’auteure. Le seul et unique roman que j’avais lu, avant aujourd’hui, était le premier tome de « Deadly Heaven », une histoire fantastique. Et je dois dire que « À l’encre de nos âmes » est très différent. En effet, disons que c’est plutôt une romance dramatique. Rire.

UNE INTRIGUE QUI NOUS FAIT DOUTER…

Là où il y a de nombreuses hésitations, il y a des peurs. Tout au long de notre lecture, on se demande vers qui Valentina se tournera. Emma ou Matthew ? Sa sœur jumelle ou son grand amour ? Prise entre les deux, elle ne peut s’empêcher de penser au fait que si elle prend la décision de choisir une personne, elle perdra l’autre. Ce qu’elle refuse de croire.

C’est loin d’être une romance aussi molle et rose bonbon qu’une guimauve. Au contraire. À certains moments, c’était même difficile à bouquiner tellement que c’était si terre à terre.

Dans « À l’encre de nos âmes », on fait la rencontre de Valentina et Emma, deux sœurs jumelles aussi différente que l’une de l’autre. Elles sont la lune et le soleil. L’eau et l’huile. L’hiver et l’été. Emma est belle, populaire, extravertie, bien entouré et pratique le mannequinat. Valentina est son exact opposé. Cette dernière est discrète, préfère la compagnie des livres et passe le plus clair de son temps seule. Toutefois, les jumelles ont un point en commun. Elles croient toutes les deux à l’amour avec un grand A. Alors quand Emma rencontre Matthew, « l’homme de ses rêves », elle ne peut souhaiter rien de plus.

Cependant, un problème persiste… Valentina n’est pas indifférente au charme du petit-ami de sa sœur. Attiré par ce bel artiste qui partage les mêmes passions qu’elle, Valentina ne peut succomber, au risque de briser le lien fraternel qu’elle entretient avec Emma. Ainsi, à la suite d’une violente dispute avec une personne proche de sa sœur, Valentina fait la connaissance d’Alban, un doux et gentil garçon… Mais, il n’est pas Matthew. Voulant l’oublier, elle va tout faire pour y arriver. Si elle doit sacrifier son bonheur afin qu’Emma soit heureuse, Valentina n’hésitera pas à le faire. Pour ce faire, elle aura besoin d’Alban.

Néanmoins, quand Matthew remarque les gestes de Valentina, il décide également de participer à ce jeu. En y ajoutant plusieurs grains de folie, il prend conscience que celle qu’il est amoureux n’est pas Emma, mais Valentina. Celle-ci décidera-t-elle de s’ouvrir à l’amour ou lui tournera-t-elle le dos pour sa sœur jumelle ? Elle qui souhaite de rencontrer le prince charmant depuis si longtemps, prendra-t-elle le risque de le laisser filer ? Et si la famille était plus importante que l’amour ?

Concernant le style d’écriture de l’auteure, celui-ci semble plus mature et réfléchie. Addictif, on ne peut lâcher ce récit avant d’avoir tourné la dernière page. À travers les mots de Maui Basquin, on remarque comment les individus peuvent être si cruels. Comment une seule chose peut cacher tant d’année d’amour en un claquement de doigt. La rancœur est une méchanceté à bannir.

Regorgeant d’une touche de suspense, on se laisse amener dans cette situation quelque peu malsaine. Au fil des pages, on se laisse entraîner par cette aventure. Toutes les péripéties nous poussent à aller plus loin afin d’avoir le fin mot de cette histoire. Pour ma part, je me suis laissé emporté dans ce récit où le lien fraternel entre deux sœurs est mis à l’épreuve.

DES PERSONNAGES INTÉRÉSSANTS ET DÉTESTABLES…

Valentina. Je me suis attaché et identifier à elle. En toute franchise, Valentina et moi possédons le même tempérament, la même passion et les mêmes rêves. J’avais l’impression de me voir à travers elle. Emma. Wahou, je la déteste. Voilà, c’est dit. Elle est toujours en train de juger sa sœur soit par son habillement, le fait qu’elle ne sorte jamais ou encore parce que Valentina a toujours le nez dans ses bouquins. Ce n’est pas une personne qui mérite le pardon et l’amour de sa jumelle.

Attention, prévoyez peut-être une boîte de mouchoirs. On ne sait jamais. En tout cas, je dis ça je ne dis rien, mais l’émotion est au rendez-vous. Rire.

Un dernier mot ?

Finalement, « À l’encre de nos âmes » est une œuvre littéraire qui m’a fait passer un bon moment. Malgré sa fin un peu trop rapide, j’ai apprécié ce roman. J’aurai voulu avoir quelques pages de plus. Accrochant, il est difficile de résister et d’arrêter notre lecture. Je ne vous cacherai pas que certains interlocuteurs m’ont fait grincer des dents. Grrrr !! Un chouette roman qui vous démontrera les secrets et les révélations qu’ils dissimulent. Une profonde calligraphie qui se mélange parfaitement aux sensations émotives. Il va de soit que je vous recommande cette histoire. En ce qui me concerne, j’espère de nouveau plonger dans les univers de Maui Basquin.

#Sara