Chronique sur Arbos Anima tome 1 de Kachou Hashimoto

Arbos Anima tome 1

Note : 7,5/10 

– Jeune maître, je te l’ai dit cent fois : « Quand tu pars en collecte, assure-toi de me mettre au courant ! »  

– Oui, je le sais bien ! Je dis toujours : « A plus, la vieille ! » avant de sortir. Mais je suis botaniste collecteur. Moi, Noah Lescott… si je sais qu’une plante m’attend quelque part, je ne peux me retenir ! ” 

Rudyard & Noah 

Résumé : “ XIXe siècle, au Sud-Est de l’Asie. Noah, chasseur de plantes, possède le don rare de se synchroniser avec la mémoire des végétaux. Accompagné de son garde de corps Rudyard, ex-pirate, il sillonne les continents à la recherche de plantes les plus rares… Mais à̀ cette époque, les marchands cupides et les collectionneurs prêts à̀ tout pour ajouter une nouvelle pièce à leur serre affluent de l’Occident et déciment la flore locale… ” 

 Mon Avis 

Tout d’abord, le premier tome de la série “ Arbos Anima ” est un petit livre de 196 pages que j’ai bien aimé. Un manga sympathique à bouquiner pendant un bref moment.  

Au début de l’histoire, je ne savais pas réellement à quoi m’attendre, mais la curiosité a eu raison de moi et je ne vous cache pas que cette bande dessinée japonaise a une bonne mise en scène pour les amateurs de botanique tel que moi. Intéressant, on se laisse happé par son contenu, malgré l’attente… Néanmoins, ce premier opus possède également des imperfections qui sont à modifier.  

Honnêtement, j’ai bien aimé le début de l’histoire, mais j’avais comme la grande impression qu’il manquait plusieurs détails afin qu’il soit parfait, comme par exemple, concernant l’action, celle-ci est un peu longue à se mettre en place. En effet, les rebondissements ne se produisent que vers la moitié du livre.  

Dans le tome initial de “ Arbos Anima ”, on fait la rencontre de Noah, qui a été enfermé dans une serre pendant quinze ans, un jeune chasseur de plantes qui a le pouvoir d’entrer en contact avec toutes les formes de végétaux afin de remonter, par le biais des racines, à la source. Accompagné de son garde du corps, Rudyard un ex-pirate, ils sillonnent l’Asie du Sud-Est pour trouver des plantes précieuses et uniques. Étant un univers assez diversifié, ce n’est pas tout le monde qui a la même gentillesse, envers les plantes, que Noah. En effet, dans ce métier, il existe plusieurs pilleurs qui n’hésite pas à brûler des forêts entières afin de favoriser leur gain personnel. C’est dans cette atmosphère périlleuse que Noah et Rudyard devront réaliser une dangereuse mission : retrouver une fleur de lys extrêmement rare et merveilleusement bien convoiter par certains individus. Durant leur quête, le duo fera la connaissance de Ève, une mystérieuse jeune fille qui semble vouer une grande colère envers tous les chasseurs de plantes. Verra-t-elle que Noah n’est pas comme les autres ? Ou se laissera-t-elle dicter par son désir de vengeance.

L’auteure nous propose une trame divertissante qui nous fait voyager au cœur de l’Asie durant le XIXe siècle. Pourtant, les interlocuteurs manquent de détails, ils sont définitivement à retravailler. Pour la petite historienne en moi, ce manga regorge de plusieurs innovations qui ont marquées l’histoire. C’était vraiment chouette de retrouver ce côté historique du monde. En outre, la couverture de la bande dessinée est vraiment bien travaillée, les couleurs apportent une touche de délicatesse. Sans compter que la page couverture tâte également le thème à l’aide des plantes. On a une petite idée de quoi le roman va discuter.  

DES GRAPHIQUES BIEN FAIT…  

Au niveau des dessins, ceux sont vraiment stylés et simples. En ce qui concerne les personnages, ceux-ci sont fascinants à suivre durant la lecture. Le lien amical qui relie le trio les rend attachants et nous donne aussi l’envie de les découvrir plus en profondeur. 

Sans aucun doute, il y a des instants qui m’ont bien fait rigoler à cause de la réaction de quelques protagonistes. À travers les images, on pouvait facilement voir les émotions sur leur visage… Rire. C’est une des raisons qui font que les mangas me plaisent beaucoup.  

Un dernier mot ?  

Une bande dessinée japonaise agréable à lire. On passe un bon moment en compagnie de ce trio infernal. Également, marrant, il est impossible de ne pas rire avec Noah, Rudyard et Ève. Une couverture réussie et attirante. Le pouvoir du chasseur de plantes apporte une touche d’originalité. Au fil des pages, des secrets se manifestent sans cessent. Une aventure bien ficelée qui me donne le goût de continuer afin de savoir comment la série va se terminer. J’espère que les tomes suivants seront plus étoffés… Pour les fans de manga, je vous recommande le premier tome de “ Arbos Anima ”… En attendant, affaire à suivre !  

#Sara

Publicités

Chronique sur Corde Raide de Stéphanie Perron

Corde Raide

Note : 10/10 

 “ Je claque la porte de l’appartement aussi fort que je le peux et dévale les trois étages d’un pas d’éléphant. Le voisin d’en dessous me crie des bêtises sur le palier. Je l’envoie chier avant de sortir de l’immeuble. Il pleut.  

Encore !  

J’attrape mes clés et monte dans ma voiture. La musique dans le tapis, j’emprunte le boulevard Concorde sans faire mon arrêt. Je coupe un automobiliste. Il klaxonne. Je lui réponds par un doigt d’honneur. Mon cœur bat à toute allure. Après avoir brûlé deux feux rouges, je m’engage sur l’autoroute et appuie sur l’accélérateur.  

100 km/h.  

Je m’en fous si je ne vois rien et que l’eau rend la route glissante.  

110 km/h. 

Faut que je roule vite. Faut que je me libère de toute cette colère qui gronde en moi. 

120 km/h.  

Mes pensées défilent dans ma tête à toute vitesse. La tension monte. Je vois rouge. 

130 km/h.  

Faut que je me défoule ! 

140 km/h… 

Je hurle comme jamais je ne l’ai fait auparavant. De colère, de rage. Un cri horrible, sorti tout droit du plus profond de mon âme. Celui qui se terrait depuis des semaines. Je crie à en avoir mal à la gorge. Mon poing frappe furieusement le volant. Je suis une bête qui ne se contrôle plus. Une bête qui en a assez d’être en cage. J’ai besoin de me débarrasser de cette sensation d’emprisonnement.  

Un flash.  

Ce serait si simple d’en finir maintenant. Des images d’une collision violente me viennent à l’esprit. Je pourrais foncer dans un mur à deux cents kilomètres à l’heure. L’impact me tuerait sur le coup. Ça me libérerait de toute cette frustration qui bouillonne en moi. Il n’y aurait plus d’émotion. 

Plus de douleur. 

Plus de colère.  

Cette maudite colère ! J’en ai assez de la ressentir ! Elle ne me lâche plus depuis des jours ! Des mois ! J’en peux plus !  

J’EN PEUX PLUS !  

Les deux mains sur le volant et le cœur battant dans mes tempes, je m’apprête à emboutir le garde-fou. ” 

Fay 

 Résumé : “ Borderline. 

Pourquoi j’ai cette cochonnerie-là, moi? Pourquoi est-ce que je ne peux pas être comme tout le monde? Sans impulsivité, sans problèmes d’émotions, sans automutilation, sans changements d’humeur intenses et sans médication ? Jamais je ne pourrai être cent pour cent guérie. Le psychiatre me l’a dit. Je devrai dealer avec ça toute ma vie!  

Fay a seize ans quand son univers bascule. Forcée de déménager et de laisser ses meilleurs amis derrière, elle craint de ne pas s’en remettre. Puis, elle fait la connaissance de Catherine et s’aperçoit qu’habiter à Montréal est loin d’être l’enfer qu’elle s’était imaginé. 

Cependant, entre l’école, la maison et le travail, Fay doit lutter pour éviter que son stress lui nuise. Au fil des semaines, son anxiété se transforme en rage, puis en colère. Une colère de plus en plus envahissante. Une colère qu’elle tente de gérer comme elle le peut. 

Mais comment maîtriser le volcan qui sommeille en elle? 

Communément appelé le syndrome borderline, le trouble de personnalité limite touche de 1 à 3% de la population. Les gens qui en souffrent font face à des problèmes sur les plans tant émotionnel qu’interpersonnel, qui peuvent les conduire à des comportements autodestructeurs tels que des troubles alimentaires, la toxicomanie et même le suicide. ” 

Mon Avis 

Avant tout, je remercie Christine, chez Communications Julie Lamoureux, et les Éditions de Mortagne pour l’envoi ainsi que de leur confiance en moi.  

Ayant étudié en psychologie et en psychologie de la santé mentale, je sais et je crois en ces maladies et vous savez, celles-ci ne sont pas dangereuses. Ce sont les personnes qui rejettent cette idée qui le sont, parce qu’en faisant cela, elles abandonnent les individus qui ont vraiment besoin d’aide. Imaginez si tout le monde sur Terre n’apporterait pas leur aide ? Qu’arrivera-t-il, vous pensez ?  Quelques fois, vaut mieux ignorer notre raison, car celle-ci a la fâcheuse intention de révoquer en doute les maladies mentales.  

Et lorsque je vois ce que la société fait ou devrais-je dire CE QU’ELLE NE FAIT PAS, je n’ai qu’une envie, c’est de pleurer… Je ne vous cache pas que ça me met en colère. Ces êtres humains sont comme vous et moi. Parfois, il ne suffit que de tendre de la main pour sauver une vie… 

MAINTENANT, AU NIVEAU DE MA LECTURE…  

Que dire de ce roman qui m’a toute chamboulée de A à Z… Même après l’avoir terminé, j’écris cette chronique avec les larmes aux yeux. Étant ma première histoire provenant de la collection tabou, je suis fière et heureuse d’avoir eu la chance de lire “ Corde Raide ”, car honnêtement, c’est évidemment un bouquin à se mettre sous la dent.  

Concernant les personnages principaux, je me suis beaucoup attaché à Fay, c’est une héroïne qui m’a ému tout le long du livre. Au fil des pages, je me suis intéressé à elle et à son évolution émotionnelle. Comme une luciole flottant vers la lumière, elle m’a captivée et ensorcelée. En toute franchise, je me suis littéralement identifié à elle et à son témoignage. Elle m’a brisé le cœur.  

Dans “ Corde Raide ”, nous faisons la connaissance de Fay, une jeune fille de seize ans qui quitte sa ville natale, avec son frère jumeau et ses parents, pour aller vivre à Montréal. Au fil des jours, Fay parvient à trouver ses repères et à se frayer un chemin dans cette métropole dont la population et pollution ne cessent d’augmenter sans arrêt. Toutefois, lorsque ses émotions décident de lui jouer plusieurs tours, Fay perd totalement le contrôle d’elle-même et comprend qu’elle est désormais un danger pour sa personne… Puis, quand son trouble provoque la presque destruction du lien qu’elle entretient avec sa famille et ses amis, Fay prend la décision de chercher de l’aide auprès de certains individus spécialisés.  

Souffrant de tout son être, la jeune femme essaie par tous les moyens de changer, mais ce n’est pas facile lorsque son attitude change radicalement passant du tout ou rien, tel un boumerang. Aussi, face à l’inquiétude, Fay peut ressentir une multitude d’impressions allant au sentiment de vide à la colère. Ainsi, au cours de ma lecture, j’ai découvert la force intérieure de Fay. Durant son parcours, elle fait preuve de courage et de détermination afin de démontrer son désir de vivre. Ne pouvant plus laisser cette situation comme cela, Fay fonce chercher de l’aide, grâce au conseil de son amie, pour prévenir son trouble. Néanmoins, que lui arrivera-t-il lorsque son volcan interne décidera d’exploser ?  

UNE VIBRANTE CONFESSION À CONNAÎTRE…  

À travers son histoire, on lit les façons qu’utilisent Fay afin de se soulager, à court terme, de sa tristesse et de son irritabilité. “ Corde Raide ” est une histoire difficile qui stimule le sens de la clarté et de la prévenance par rapport au trouble de comportement limite. En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est fluide et addictive. Dès les premières pages, on se plonge facilement au cœur des pensées de Fay. Stéphanie Perron possède un talent fou pour la rédaction. Je me suis laissé happé par la belle calligraphie de l’écrivaine.  

Je ne vous cache pas que je n’ai pas arrêter de verser des larmes, par le biais des mots de Fay, parce que je me suis rendu compte que les mots tels que souffrance, colère, rage, stress et anxiété ne sont pas simplement que du jargon… Ils sont BEAUCOUP PLUS QUE ÇA.  

Un dernier mot ?  

Une œuvre littéraire qui mérite tellement sa chance. Stéphanie aborde du trouble de comportement limite avec aucune censure. Sans aucune limite. Tout en utilisant une magnifique élégance, l’écrivaine nous amène sur un territoire dont le sujet risque fortement de nous toucher au plus profond de notre âme. Après ma lecture, j’étais toute retournée. L’histoire m’a abasourdie en me touchant en plein cœur telle une flèche lancée par Cupidon. Sans compter qu’elle nous fait également vivre une tornade d’émotions. Il va sans dire que je vous recommande chaudement “ Corde Raide ”, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Vous l’aurez compris, ce bouquin est, à mes yeux, un coup de cœur assuré. Sans aucun doute, je vais continuer à suivre de près les nouvelles parutions à venir de Stéphanie Perron.

#Sara

Chronique sur Au-delà des apparences tome 3 : Reste avec moi écrit par Céanny

Au-delà des apparences tome 3

Note : 12/10 

Il m’attire à lui à nouveau contre lui et pose ses mains sur ma taille quand les premières notes de la musique retentissent. Stand by me, de Ben E. King. Je n’aime pas, j’adore. Et les paroles sont si bien choisies que je suis certaine qu’il l’a fait exprès. Il me fait danser, contre lui, ses yeux toujours dans les miens. C’est comme si le temps n’existait plus. J’oublie tout. Comme s’il n’y avait que nous deux dans ce restaurant, sur cette musique, à ce moment. La chanson touche à sa fin, mais Chase me garde encore quelques secondes dans ses bras. ” 

Allyssia & Chase 

Résumé : “ La vie d’Allyssia est bien rôdée. Elle tourne autour de sa famille et du garage où elle travaille avec son père.  

Mais quelque chose lui a toujours manqué, comme si elle se sentait incomplète. Alors quand elle perd son grand-père, les questions ressurgissent… Est-elle vraiment prête à entendre les réponses ?  

Lorsqu’on apprend que notre vie entière est basée sur un mensonge, comment est-on censé réagir ?  

Mais l’arrivée de ce mystérieux inconnu dans sa petite ville bien tranquille du Mexique va tout remettre en question. Il a bien l’intention de la pousser dans ses retranchements, mais pourquoi ? Qui est-il, et surtout, que cherche-t-il ?  

C’est à ses dépens qu’elle le découvrira…  

Sauront-ils garder le contrôle de leur propre route ?  

ATTENTION : Ce livre peut contenir des scènes de violences et/ou sexuellement explicites pouvant heurter la sensibilité de certains. ” 

Mon Avis 

Tout d’abord, je remercie chaudement Céanny pour l’envoi de ce service presse ainsi que de sa confiance envers moi et mon blogue.  

Wahouuuu, j’avais aimé les deux premiers tomes, mais celui-ci, il est… OH MON DIEU ! Je l’ai adoré. Ce troisième opus a une conclusion à la hauteur de mes espérances. Elle est si touchante. Céanny est une écrivaine hors pair qui écrit des romans qui ont du mordant tout ayant une grande dose d’émotions. Honnêtement, maintenant que j’y pense, j’ai vraiment du mal à quitter cette famille, qui, au cours de la série, m’ont fait vivre des énormes cataclysmes d’émotions. Sans aucun doute, “ Au-delà des apparences ” est une saga à lire sans modération et à plusieurs reprises.  

En plus, il y a de nombreux rebondissements qui font qu’on retient notre souffle à chaque fois. Évidemment, c’est une écrivaine que je compte suivre, car elle écrit des merveilles qui me chamboulent et qui me font rêver. À travers cette lecture, on découvre le changement psychologique des personnages principaux ainsi que certaines révélations importantes qui feront avancées le cours de l’histoire.  

Dans le troisième tome de “ Au-delà des apparences ”, on fait la connaissance d’Allyssia, fille de Roman et Lya, qui a bien grandie depuis le premier opus. Tout comme son père, elle se passionne pour les voitures. Afin de profiter pleinement de son péché mignon, elle travaille au garage et fait même des courses de bagnoles. N’ayant pas froid aux yeux, elle éprouve une grande confiance en elle. De plus, avec son tempérament foudroyant et son franc parler, elle n’hésite à faire mordre la poussière à tous ceux qui s’en pressent à elle ou à ses proches. Ayant grandi dans un milieu masculin, elle assume pleinement son caractère et sa personnalité… Et lorsque la situation l’exige, elle utilise également ses poings afin de se faire respecter. Une vraie dure à cuire. Toutefois, mûrir avec des hommes n’est pas de tout repos pour Allyssia, elle est constamment traitée comme une fleur fragile.  

Ainsi, lorsqu’un mystérieux débarque au Mexique et croise sa route, Allyssia ne sait pas que cet homme risque de changer radicalement le cours de sa vie. Séduisant, Chase, n’hésite à utiliser tout son charme pour charmer la belle tigresse. Au fur et à mesure, ils vont apprendre à se connaître et à s’aimer. Et s’il n’était pas venu par hasard ? Est-il présent pour une raison particulière ? Alors quand le sens du devoir familial, commence à s’entrechoquer tout doucement, avec l’amour Chase ne cesse de perdre le contrôle de tout ce qu’il entretient. Au fil du temps, il s’attache à cette famille dont Allyssia fait partie et se prend à espérer qu’il pourrait peut-être être afin heureux avec la femme qu’il aime. Fera-t-il ce qu’il faut pour se détacher de cette responsabilité ou lâchera-t-il enfin prise au contact d’Allyssia ? La vengeance sera-t-elle plus forte que l’amour ? Alors, quand des secrets que tout le monde croyait enfoui, se révèle au grand jour, la jeune femme n’aura pas d’autre choix que de les assumer.  

En ce qui concerne le style d’écriture de l’auteure, il est addictif et puissant. À travers les lignes, Céanny arrive à nous illustrer que même les individus les plus écorchés ont la chance de connaître un semblant de bonheur. Ces protagonistes, je les ai vu perdu, retrouvé le chemin vers la lumière, grandir et aimer. Par le biais du troisième opus, on voit ce que les années ont fait à cette famille si unie. J’aime bien le fait que l’écrivaine ait fait en sorte qu’on puisse avoir le point de vue d’Allyssia. C’est mon tome préféré, alors, en effet, je ne suis vraiment pas déçu de cette initiative.  

Je ne sais pas vous, mais j’avais comme la vague impression que ce roman contenait beaucoup plus d’intrigues que les deux autres. J’ai passé un agréable moment en compagnie de tous ces interlocuteurs. La narration fait en sorte qu’on vive des instants bouleversants tout en étant éclatants à la fois. En outre, Céanny a voulu littéralement jouer avec nos nerfs à l’aide cette histoire. En effet, péripétie par péripétie, celle-ci ne cesse de croître sans arrêt mettant ainsi la sécurité d’Allyssia en péril.  

Un dernier mot ?   

Une œuvre littéraire qui se termine de la plus belle des façons. Une calligraphie qui nous fait fondre de désir. Ce troisième opus nous fait vivre un tourbillon de perceptions jusqu’à la dernière page. Sans compter que dès les premières feuilles, nous sommes happés, directement, dans le vif sujet. Aussi, on s’accroche et espère que tout ira bien pour les protagonistes principaux. Il est carrément impossible de ne pas s’attacher à cette famille si soudée. Quelques larmes sont coulées également. Il va sans dire que je vous recommande “ Au-delà des apparences ”. Une histoire ensorcelante qui vous emportera jusqu’à la toute dernière ligne.  

#Sara

Chronique sur Fire Love de Nathalie P.

Fire Love

Note : 10/10 

— Tu es prête pour une nouvelle relation ? demande-t-il d’une voix rauque.  

Je hoche la tête vigoureusement.  

— Je crois que oui, chuchoté-je.  

— Tu crois ?  

Je n’arrive pas à le regarder, baisse ma tête. Il la relève aussitôt, d’un doigt sous mon menton.  

— Non, mon ange, j’ai besoin de savoir que tu en es sûre. Je ne peux plus rien laisser au hasard, dit-il en faisant courir son pouce sur ma lèvre inférieure. J’ai déjà perdu trop de temps. Je veux partager un bout de ma vie avec quelqu’un qui croit en moi, en nous. J’ai besoin d’être certain.  

Je reste… sans voix.  

— Madison ?  

— Tu peux l’être, déclaré-je les yeux plongés dans les siens. ” 

Ethan & Madison 

 Résumé : “ Séduisant, arrogant et rebelle, Ethan est-il le diable en personne ? Est-ce pour cela qu’il m’a attirée ?  

J’aurais pu trouver bien mieux que ce boulot de serveuse dans un bar de motards, j’aurais pu ne jamais le rencontrer… et je n’aurais pas eu à subir ses excès, sa jalousie, sa folie. ” 

Mon Avis 

Avant tout, je remercie Éditions Elixyria, mon partenaire littéraire pour l’envoi. Je suis vraiment contente de l’achat que j’ai fait. 

Aussitôt commencé et aussitôt terminé. Un bouquin pareil ne se lit pas à plusieurs reprises, il faut le faire d’un seul coup. À travers ce roman, je me suis rendu compte que la phrase “ être fou amoureux ” prenait littéralement une autre connotation. En effet, là où la possessivité et l’obsession s’entrelacent, ce type de phrase prend tout son sens. Une magnifique calligraphie qui ouvre sur un univers prenant et intriguant. 

Au niveau des personnages principaux, on apprend à les découvrir au fil des pages. Sans compter que c’est le premier livre de Nathalie P. que je découvre, alors je vous avoue que je n’ai pas été déçu par cette pétillante pépite d’or. J’en sors toute retourner, surtout après la conclusion que l’auteure a offerte… Mais, c’est quoi ça !? En lisant “ Fire Love ”, j’ai pu percevoir une romance fusionnelle, mais courte ainsi qu’une profonde vulnérabilité provenant de la personnalité d’Ethan et de Madison.  

Cependant, quand la passion et l’amour exclusif se mélangent avec la tentation et la psychose, cela donne un cocktail nommé “ Fire Love ”. J’ai vraiment aimé le fait que l’écrivaine aborde le sujet de la possessivité, malgré le fait que cela soit attrayant et malsain, cela est quand même une idée peu évoquer. Malheureusement, je suis resté sur ma faim, la conclusion du premier tome nous laisse croire qu’il y aura un second opus, mais que voulez-vous… ? Nous ne pouvons pas tout prévoir… Rire.  

Dans “ Fire Love ”, nous faisons la connaissance de Madison, une jeune femme de vingt-huit qui a mise à la porte, suite après qu’elle ait refusé les horribles avances de son patron. Aussi, elle n’a pas d’autre choix que de se rentrer chez elle dans l’atmosphère hivernale. Frigorifiée et marchant à talons hauts, c’est en s’étendant de tout son corps, après avoir perdu le talon de sa chaussure, qu’elle fait la rencontre d’un homme aussi séduisant qu’un geyser. Humilié, elle ne peut s’empêcher de dire ce qu’elle pense à cet inconnu qui se croit tout permis. Ainsi, afin de survivre, Madison prend la décision de postuler en tant que serveuse dans un bar… C’est alors qu’elle revoit le mystérieux inconnu rencontré dans la rue qui n’est aussi que le patron du “ Fire D. ”. Afin de lui montrer ce qu’elle connait dans le milieu, Madison lui concocte une spécialité de la maison qui réussit à lui faire décrocher le poste.  

À partir de cet instant, un jeu du chat et de la souris va se mettre en place entre les deux individus. Madison résiste dur comme fer au charme d’Ethan, jusqu’à ce que finalement, elle décide de se laisser aller à cette frénésie dévorante. Toutefois, elle n’hésite pas à tenir tête à son séduisant biker afin de lui démontrer qu’elle a également des sentiments ainsi que de lui faire savoir qu’elle déteste se faire traiter comme une chose. Alors que les dangers ne cessent de déséquilibrer l’harmonie de leur relation, la folie d’Ethan ne se détache pas. Qu’arrivera-t-il lorsqu’il aura atteint le point de non-retour ? L’amour ne se commande pas, mais est-il éternel ?  

Ethan est un homme de trente-deux ans qui a beaucoup souffert lors de son enfance. Ayant manqué d’amour durant toute sa vie, il est devenu instable émotionnellement. Désormais, Ethan est possessif et obsessionnel. On a l’impression qu’il a un trouble de bipolarité dû son humeur changeante. Puis, lorsqu’il rencontre cette belle brune, un désir de la faire sienne voit le jour. Alors, quand Madison franchit les portes de son bar, il décide de se jeter à l’eau et de la séduire. Sans compter que le tempérament de feu de la jeune femme accentue son attirance pour elle. Il fera tout ce qui est en son pouvoir pour protéger “ son ange ” des individus qui voudront lui faire du mal.  

Concernant le style de l’auteure, elle est fluide et addictive à lire. Je me suis laissé happé par cet univers rempli de bikers et de passion. Nathalie P. est parvenu à me faire rager, rire comme une folle et à me faire chavirer. D’après moi, on ne ressort pas complètement indemne de cette lecture. Elle nous faire vivre des virages à trois cent soixante degrés. Malgré le fait que j’aurai voulu avoir quelques pages de plus, “ Fire Love ” est un coup de cœur.  

À l’aide de ces nombreuses péripéties, elle nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. C’est une vraie montagne russe ! Un beau régal à dévorer. Une histoire ombrageuse où un couple entretienne une relation amoureuse passionnelle et toxique. Aussi, à travers les pages, on suit l’évolution du couple que ce soit émotionnellement ou autre. Au niveau de la narration, celle-ci est à deux voix, on retrouve donc le point de vue de Madison et d’Ethan. C’est effectivement une bonne chose, car on en apprend un peu plus sur leur passé et sur les émotions qu’ils ressentent pour l’un et l’autre.  

Un dernier mot ? 

Une œuvre littéraire où l’univers des motards est intense tout en étant doux. Celui-ci n’est pas aussi violent comme dans certains autres romans. Un cocktail concentré de frissons et d’amour qui vous offrira des sensations fortes. Un récit magnifique que j’ai adoré découvrir au fil des pages… Néanmoins, la finale me trouble, car je ne peux juste pas croire que ce “ Fire Love ” se termine ainsi. En concluant, je vous conseille fortement cette histoire, comme première lecture, celle-ci n’est pas mal à bouquiner.  

#Sara

 

Chronique sur Projet X de Céanny

Projet X

Note : 9/10 

Presque deux heures plus tard, la porte de mon bureau se rouvre enfin et le beau gosse sort, suivi par Elsa qui me lance un sourire rassurant. J’observe leur échange du coin de l’œil : c’est plutôt cordial, j’espère que c’est bon signe.  

— Merci Monsieur Alessio. Je vous recontacte rapidement pour fixer un nouveau rendez-vous.  

— Le plaisir était pour moi Mademoiselle Dubois. À très bientôt.  

Il serre la main que ma secrétaire lui tend, et elle rougit instantanément à ce contact. Ah ! Y a pas qu’à moi qu’il fait de l’effet ce type, je ne suis pas folle quand même ! Je fais signe à Elsa de retourner dans mon bureau, histoire d’être crédible jusqu’au bout. Alessio se plante devant moi, les bras croisés. Je me lève pour faire bonne figure, mais je crois que son attitude hautaine me gonfle autant qu’il m’émoustille par son sex-appeal !  

— Mademoiselle ?  

— Oui ?  

— Vous êtes libre pour un verre ce soir ?  

— Je vous demande pardon ?  

— J’ai bien vu votre façon de me regarder tout à l’heure. Je vous plais.  

— Et bien vous avez mal interprété, Monsieur. De plus, je ne mélange jamais travail et plaisir !  

Hummm. Très bien. Mais nous sommes amenés à nous revoir. Réfléchissez-y…  

Et il me plante là en m’envoyant un clin d’œil aguicheur. Merde ! Vu comme je me liquéfie, je suis bonne pour aller changer de string ! ” 

Dubois & Alessio 

Résumé : “ Femme d’affaires sûre d’elle, sans cœur et sans pitié. Comment dit-on déjà ? Ah oui, je sais, un caillou.  

Mais rien à foutre, je n’ai rien à voir avec la working-girl que vous avez l’habitude de croiser. Au premier abord, j’impressionne, j’intimide même parfois.  

Je dirige un club londonien un peu… particulier. Un endroit où tous les plaisirs inavouables sont à la portée de tous. Ce sont mes règles que je vous impose, jamais l’inverse.  

Mais qu’est-ce que je cache derrière mon masque ?  

Welcome to the Secret…  

Impitoyable. Le roi des enfoirés. C’est ce que la plupart des gens disent de moi. Et alors ? Je ne vais pas les contredire, ils n’ont pas tout à fait tort. Je sais où je vais, et surtout, ce que je veux.  

A commencer par elle. Tatouée, et vulgaire à en faire rougir un chef de gang. Elle a osé me dire non, je la ferais mienne. Je n’en doute pas une seconde.  

Mais à quel prix ? ”  

Mon Avis 

Pour commencer, je voudrais remercier Céanny pour l’envoi de ce service presse ainsi que de sa confiance.  

Ce roman est de la dynamite à l’état pure. En plus, d’avoir des scènes emplies de sensualité, il contient de nombreuses péripéties qui le rend encore plus attrayant aux yeux de tous. Si je peux vous donner un conseil, je vous recommande fortement d’avoir des contenants et des contenants de bouteilles d’eau fraîche, car d’après moi, votre température corporelle risque fortement de grimper en flèche. Enfin, blague à part… Rire.  

“ Projet X ” est une histoire intéressante qui nous plonge, tête première, au cœur d’un autre univers. À travers cette littérature, nous découvrons une nouvelle façade de la société, celle du libertinage.  

Sans aucun doute, c’est un récit sur deux personnages au passé bouleversant. Entre Dubois et Alessio, c’est une lutte acharnée, un combat selon lequel seule la personne qui aura résistée le plus longtemps remportera la victoire. C’est une histoire de seconde chance et de lâcher prise. C’est évidemment un plaisir pour les yeux. Sans compter que le titre du livre donne du mystère et de l’intensité à leur relation. 

Dans “ Projet X ”, on fait la connaissance de Joe Dubois, une jeune femme de vingt-neuf ans qui n’a pas la langue dans sa poche. Femme de caractère, elle sait ce qu’elle veut et n’hésite pas à faire ce qu’il faut pour l’avoir. À ses yeux, rien de mieux qu’une belle jambe en l’air afin de décompresser. Vivant à Londres en Angleterre, avec ses deux meilleures amies, depuis de longues années, elle est la patronne d’un club libertin : Le Secret Pleasure. Ainsi, pour avoir la chance d’y pénétrer, vous devez impérativement avoir un masque qui cache votre identité. Un jeu de séduction et de plaisir qui peut vous menez vers des secrets inavoués. Gourmande professionnellement, Joe désire étendre son influence par le biais de la restauration. Toutefois, manquant de moyens financiers, la jeune femme fait appel à Alessio, un homme d’affaires réputé dans le milieu de l’hôtellerie. Ils sont si opposés et pourtant, ils se complètement à merveille que ce soit intimement que professionnellement. Devra-t-elle céder à cet homme aussi séduisant que le magma d’un volcan ? Ne prend-t-elle pas le risque d’avoir le cœur brisé ? Ayant souffert par le passé, Joe ne sait pas si elle doit céder à la tentation… Et que fera-t-elle lorsqu’elle décrouvrira le secret d’Alessio ?  

Salomé Alessio est un homme de trente-deux ans qui profite de la vie et des femmes. Homme d’affaires dans la restauration, il n’a pas nécessairement le temps pour une vie à deux. Les coups d’un soir suffisent pour lui, jusqu’à ce qu’il rencontre Joe Dubois, une belle rousse au caractère bien trempé. Alors qu’il ne devait que se rencontrer une seule fois, voilà qu’ils vont tout faire pour se retrouver. Attiré comme un aimant à cette femme tatoué et sans pitié, il va tout faire pour l’amadouer afin de la faire entrer dans son lit. Entre les caresses, attouchements, baisers et jambes en l’air, ne risquent-ils pas de tomber amoureux l’un de l’autre ? C’est que Joe et Alessio croyaient. Ne pouvant pas défier cette attraction entre eux, les deux individus vont y céder, jusqu’à ce que finalement apparaissent les sentiments amoureux. 

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est fluide et addictive. L’ayant découvert dans la série “ Au-delà des apparences ”, je ne peux que vous conseilliez de foncer. Une histoire qui m’a donné des bouffées de chaleur… Rire. “ Projet X ” se caractérise par son langage cru et sa brillance.   

Une conclusion quelque peu ouverte qui m’a donnée les larmes aux yeux. C’est littéralement un roman à bouquiner sans arrêt. Dès les premières pages, on entre dans le vif du sujet. Elles défilent également rapidement sans qu’on ne s’y aperçoive. Il est impossible de lâcher le roman des yeux. Il est si bon à lire ! 

Au niveau des protagonistes, ils sont captivants à découvrir. On découvre au fil de notre lecture que même les personnes les plus cicatrisées peuvent connaître le bonheur et l’amour.  

Un dernier mot ?  

Une œuvre littéraire qui en vaut le scoop. Celle-ci nous entraîne dans un univers fascinant où tout secret, romantisme, plaisir et sensualité sont les bienvenus. À travers les pages, Céanny nous démontre que le monde n’est pas tout noir ou blanc, que dans chaque palette de couleurs se cache des merveilles encore plus belles. Un style d’écriture qui nous donne l’envie de savoir le fin mot de ce bouquin. Des scènes chaudes aussi brûlantes que le Soleil. Il va de soit que je vous recommande cette pépite. J’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Enfin, ouvrez les portes du Secret et embarquez dans une aventure hors du commun.  

#Sara

Chronique sur Night Experiences de Shana Keers

Night Experiences

Note : 9/10 

 “ Un silence s’abat entre elle et moi dès que la porte se referme. Lourd, il porte le poids de nos dernières paroles. Obstiné, il nous maintient à distance, nous empêchant de le briser. Oppressant, il nous oblige à tour de rôle à reprendre notre respiration qui devient de plus en plus sonore… ” 

Tarah 

Résumé : “ Dans une situation financière catastrophique, Tarah postule au club Expérience, une boîte de nuit un peu particulière. Embauchée, elle est persuadée de pouvoir faire face, grâce à un caractère bien trempé. Seulement, les frères Snyder, les patrons, sont deux magnifiques spécimens masculins et son attirance pour Douglas, alias Sny, devient très vite une évidence. Une attraction aussi réciproque que tourmentée, qui la conduit à se poser de multiples questions : Qui est Sabrina, cette fille dont le prénom rôde régulièrement dans l’établissement ? Pourquoi Sny est-il aussi glacial et intransigeant ? Et à l’inverse, pourquoi Tim est-il aussi tolérant envers lui ? Quelles sont leurs blessures ? Et les siennes, saura-t-elle les taire à jamais ? ” 

 Mon Avis 

Pour commencer, je remercie Shana Keers pour l’envoi de ce service presse ainsi que de sa confiance en moi et envers mon blogue.  

Étant familière avec la calligraphie de l’auteure, je savais à quoi m’en tenir, mais cette histoire est juste… Wow. “ Night Experience ” fait littéralement monter notre chaleur corporelle tellement que ce couple est bouillant. Avant de débuter, veillez à être près d’un extincteur ou encore trempez-vous dans un bain glacial… Rire. Ces deux moyens nous aideront peut-être à diminuer nos ardeurs vis-à-vis de cette duologie. J’ai bien cru que j’allais tomber dans les pommes.  

Honnêtement, c’est vraiment un cocktail palpitant de sensualité et de passion. Sans compter qu’elle contient également des protagonistes principaux hors du commun. Ce récit est une belle découverte à faire, car elle nous entraîne vers des chemins qui nous sont totalement inconnus, jusqu’à présent. De plus, “ Night Experience ” se caractérise aussi par une trame bien fabriquée et dessinée. Ainsi, c’est ce qui fait que j’ai dévoré ce premier opus.  

Dès les premières pages, l’auteure nous plonge dans le vif du sujet au cœur d’une histoire où les secrets et le sensualisme se mélange divinement bien.  

Dans “ Night Experience ”, on fait la connaissance de Tarah, une jeune femme qui n’a pas eu beaucoup de chances de la vie et à cause de cela, elle se retrouve malheureusement dans une situation précaire que ce soit au niveau financier et matériel. N’ayant pas d’autres choix de se trouver un emploi afin de survivre, Tarah prend la décision d’aller postuler au club “ Night Experience ”. Elle va se rendre que cette boîte de nuit n’est pas aussi simple qu’elle le croyait. Aussi mystérieuse que Tim et Douglas, les deux propriétaires, Tarah va commencer à ressentir une séduisante attirance pour Sny alias Douglas. Possédant un caractère fort comme la braise, elle va défier son patron à de nombreuses reprises. Alors que leur complicité ne cesse de s’accentuer, leur échange devienne de plus en plus électrisant à souhait que ce soit professionnellement ou intimement. Qu’arrive-t-il lorsqu’un volcan en éruption rencontre un iceberg aussi froid… ?  

Douglas Snyder est un homme avec une personnalité glaciale autant qu’une chambre froide. Strict, il déteste lorsqu’une personne désobéit aux règlements. Dans son club, les règles ne sont pas faites pour être corrigées. Toutefois, derrière son tempérament bien trempé se cache un cœur qui a été fragilisé à cause de certaines expériences antérieures. Pour lui, sa carapace n’est pas présente pour rien et elle y est pour rester… Jusqu’à l’arrivé de Tarah, son exact opposé. Aurait-il enfin trouvé son âme sœur ? Parviendra-t-elle à briser sa coquille ? Au contact de sa moitié, il va commencer à s’ouvrir aux autres, à communiquer. Changera-t-il pour elle ou un simple événement pourrait briser tout ce qu’ils ont entreprit ?  

Concernant la plume d’écriture de l’écrivaine, elle est fluide et agréable à bouquiner. Les interlocuteurs secondaires ont également une place importante dans l’histoire, car ils poussent le couple à se faire confiance et à s’aider mutuellement lorsque la situation l’exige. Ensemble, Tarah et Douglas forment un couple d’enfer. En outre, Shana Keers nous tient en haleine tout au long de l’intrigue jusqu’à la dernière page. J’ai passé un bon moment en compagnie de ces personnages, c’est une excellente lecture à découvrir.  

Les feuillent défilent rapidement sans qu’on ne s’y aperçoit. En lisant, j’ai ressenti une belle palette d’émotions passant de la colère à la joie. Les scènes chaudes sont décrites avec fougue et amour. Je ne vous cache pas que je suis resté sur ma faim après avoir tourné la dernière feuille. Shana Keers manie ses descriptions avec brio que ce soit pour les lieux, le couple, les sensations ou les épreuves. 

Un dernier mot ?  

Une œuvre littéraire ayant de nombreuses péripéties. La relation amoureuse de Tarah et Douglas est explosive dans tous les sens du terme. Néanmoins, à cause des bouleversants qu’ils ont vécus, les deux tourtereaux cachent également une vulnérabilité. Des protagonistes différents ayant des caractères robustes. De plus, ils sont attachants à suivre. Sans aucun doute, j’ai aimé me plonger dans l’univers fascinant de “ Night Experience ”. Ce bouquin est littéralement un vent de fraîcheur grâce à son univers captivant et rare. Sinon à part cela, je ne peux que vous conseilliez ce premier opus. Il est absolument génial à lire. Enfin, laissez-vous ensorceler par les secrets et le mystère du “ Night Experience ”.  

#Sara

Chronique sur Les Els tome 1 : Rien qu’on ne puisse regretter de H. Roy

Les Els tome 1

Note : 11/10 

 “ – Connor, Papillon, écoute-moi. Je te mentirais si je te disais que c’était comme ça que j’envisageais mon avenir. Pendant de longues années, je n’ai été que colère et souffrance. Mon corps rongé par la haine, motivé par la vengeance. Et maintenant … Maintenant, en te regardant, je comprends que tout ça, toutes ces épreuves merdiques avaient un sens. Tu es la plus belle, la plus merveilleuse chose qui me soit arrivée dans la vie.  

– Comment peux-tu dire ça, alors que…  

Il me fait taire d’un doux baiser.  

– Parce que c’est la vérité, alors cesse de culpabiliser.  

Et si ça ne t’ennuie pas, il y a une chose à laquelle je tiens.  

Il saisit ma main gauche et m’ôte ma bague.  

– Qu’est-ce que tu fais ?  

– Ce que j’aurais dû faire dès le premier jour.  » Par cet anneau, je prête serment. Je jure, sur ma chair, sur mon âme, de te servir et de te protéger. Je verserai mes larmes pour apaiser les tiennes. Mon sang pour épargner le tien. »  

Je peine à contenir les émotions qui me submergent.  

Evann 

– Je donnerai ma vie pour toi, ajoute-t-il en me regardant droit dans les yeux.  

Puis il me passe délicatement l’anneau au pouce, et je fonds en larmes. ” 

Connor & Evann 

 Résumé : “ « Je cours. Plus vite que jamais. Mes pulsations cardiaques sont des percussions frénétiques qui rythment ma cavalcade. L’air me brûle les narines, m’enflamme la gorge. J’ai froid, j’ai peur, j’ignore où je vais. Fuir, c’est tout ce qui m’importe. »  

Connor a 18 ans, elle vit avec son père à Eden Lake, une petite ville des Adirondacks et, en dehors du fait que son meilleur ami a subitement pris ses distances, elle mène une existence plutôt tranquille.  

Le jour où sa tante débarque, les choses se compliquent. Car les cauchemars qui assaillent Connor depuis quelque temps pourraient bien devenir réalité… ” 

Mon Avis 

Avant tout, je remercie Québec Loisirs pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi et envers mon blogue.  

Wahou, je ne vous cacherai pas que c’était chouette à lire. MAGNIFIQUE ! “ Les Els ” est un vrai petit bijou. En effet, pas une seule fois, je n’ai osé lever le nez de cette histoire. H. Roy nous a concocté un cocktail où la romance et la passion se succèdent. Aussi, on y retrouve des soupçons de dévouement et de mystère. J’ai été séduite par cet univers fantastique si bien perfectionner. Moi, qui est une adepte de ce genre littéraire, j’ai été plus qu’heureuse de me plonger dans cette nouvelle aventure.  

Et je ne vous parle pas de la page couverture, celle-ci est tellement somptueuse. Les papillons apportent une touche de délicatesse au graphique.  

Concernant les personnages principaux, ceux-ci sont singuliers et captivants à découvrir au fil des pages. L’auteure a créé une histoire où vivent deux clans ennemis : les prédateurs et les els. Très puissants, les els possèdent des richesses qui font qu’ils ont la capacité nécessaire pour combattre leur opposant. En plus, il existe également différents types d’els, donc en fait, c’est un monde assez complexe, mais bien détaillé. Pourtant, on ne doit pas se fier aux apparences. Chaque clan possède ses secrets quel que soit le côté qu’il prenne. 

H. Roy pose l’accent sur ce détail, car au cours de la lecture, on comprend que tout n’est pas forcément rose bonbon comme le pays des bisounours et des licornes… Rire. Et c’est ce qui fait que c’est addictif, on a le besoin maladif de ce savoir que qui va se passer. 

Dans le premier tome de “ les Els : Rien qu’on ne puisse regretter ”, on fait la connaissance de Connor, une jeune femme de dix-huit ans. Ne sentant pas à l’aise dans ce monde qui lui est totalement inconnu, elle apprend qu’elle n’est pas simplement humaine. En effet, elle est un être mi-els et mi-prédateur. Un mélange des deux espèces ennemies. Malgré cela, sa vraie nature ne change surtout pas son caractère mordant et foudroyant. Ne gardant pas sa langue dans sa poche, elle n’hésite pas à répondre et à dire tout ce qui lui passe par la tête. En dépit de cela, Connor possède une fragilité intérieure qui la rend vulnérable et unique. La jeune femme fait partie de la catégorie de ceux qui pensent après avoir posé l’acte. Et lorsque Connor fait la rencontre de celui qui veillera sur sa personne, au premier coup de cœur, elle semble le détester, mais au fur et à mesure qu’ils passeront du temps ensemble, une complicité amicale s’installera entre eux pour laisser place ensuite aux sentiments amoureux. À l’aide de la présence d’Evann, Connor va commencer à ouvrir les yeux et à entrevoir la vraie facette du monde qui l’entoure.  

Evann est un redoutable prédateur. Choisi parce qu’il est le seul à avoir les capacités requises la mission qui lui est attribué, le jeune homme doit veiller à la sécurité de Connor. La voyant comme un fléau tombé du ciel, il ne manque pas de lui rappeler ce que c’est l’effet papillon… D’où l’idée du surnom qu’il lui donne à chaque fois qu’il a l’occasion. Malicieux, il ne cesse de faire bouillir de frustration sa protégée. Un jeu qu’il apprécie énormément. Il n’en rate jamais une. Pourtant, lorsque la situation l’exige, il sait se montrer sans pitié et froid. N’ayant pas prévu de ressentir quelque chose pour Connor, il va commencer à s’ouvrir à elle en lui démontrant son véritable visage. Devenu un palier pour elle, Evann est toujours présent pour Connor.   

En ce qui concerne le style d’écriture de l’écrivaine, celui-ci est fluide et addictif. On apprend à connaître les protagonistes, pour certains nous avons envie de leur arracher la tête et pour d’autres on ressent une belle envie de les embrasser… Clin d’œil à Evann. En outre, on ne voit littéralement pas les pages défilées tellement que c’est ahurissant. Une lecture que j’ai dévorée. J’ai également passé un excellent moment en compagnie de Connor, Evann et tous les autres individus présents dans le roman. Dès le premier chapitre, nous entrons illico dans le vif du sujet. 

H. Roy a définitivement un beau talent pour l’écriture. N’ayant jamais lu de livres de cette auteure, je ne savais pas si j’allais aimer ou non et au final… Je n’ai pas aimé. 

J’AI ADORÉ ! 

Un dernier mot ?  

Un livre que je vous conseille si vous êtes prêt(e) à franchir le cap. Un univers littéraire qui nous amène au cœur d’une histoire fantastique regorgeant de secrets, révélations, amour et de passion. Connor est une héroïne que j’apprécie grâce à son tempérament de feu et par son humour. Happée, je me suis facilement emporté par le courant de l’intrigue et de ses rebondissements. Ainsi, H. Roy m’a conquise à l’aide de sa calligraphie et de ses mots. Après cette fin, je vous recommande d’avoir le deuxième tome près de vous. Encore aujourd’hui, je suis un peu sous le choc, à vrai dire, j’étais sans voix. Un succès fou ! “ les Els : Rien qu’on ne puisse regretter ” est un bouquin à se procurer sans attendre.  

#Sara

Voilà le lien du site internet de Québec Loisirs : http://www.quebecloisirs.com/

Et celui du roman afin de vous en procurer un exemplaire : http://www.quebecloisirs.com/pour-les-enfants/les-els-rien-qu-on-puisse-regretter-tome-1-fl10133310.html

Chronique sur Évasion tome 2 : Fuir ou mourir écrit par Sylvie G.

Evasion tome 2

Note : 12/10 

 “ Maintenant adossé contre un arbre à l’abri du soleil, j’observe Shay faire un brin de toilette. Au début, on parlait d’un nettoyage superficiel considérant qu’elle a conservé ses sous-vêtements. À présent, elle plonge dans l’eau pour se débarbouiller de la boue et du sang dont elle est couverte. 

— Viens, Tyler ! Ça fait un bien fou. Tu devras toutefois faire attention à ne pas immerger ta plaie pour éviter de l’infecter, ajoute-t-elle quand j’arrive à proximité.  

— Tu as raison. Même si l’eau me paraît assez claire, qui sait ce qu’il y a dedans ?  

— Profites-en au moins pour te rafraîchir et on ira rincer ta blessure sous le robinet. Regarde, il y en a un à l’extérieur, m’informe-t-elle en pointant la maison.  

Je remarque alors deux kayaks et des vestes de sauvetage. Je ne peux sûrement pas pagayer, surtout dans cette rivière au débit beaucoup trop important. Ça demeure toutefois une possibilité pour s’éloigner de cette montagne. On pourrait se coucher à l’intérieur et se laisser dériver. Où que nous nous retrouvions, je ne vois pas comment ce serait pire qu’être coincés trop près des installations de Jake. 

— Tu sais en faire ?   

— J’apprends vite, répond-elle en me gratifiant de ses jolies fossettes. Je propose qu’on se risque à dévaler la rivière dans ces embarcations, car je ne suis pas certaine que rester ici soit une bonne idée, même si ce chalet paraît le plus confortable de tous les endroits qu’on a vus jusqu’à maintenant.   

— Je suis d’accord, dis-je sans plus de justification. 

 Je considère quand même le courant d’un œil suspicieux.  

— Je sais que descendre cette rivière ne sera pas facile, reprend Shay, mais on ignore quand l’occupant de la maison reviendra et s’il aura un moyen de communiquer avec les gens de l’extérieur. Et, surtout, qui il est. 

À ce moment, Shay m’explique l’analyse à laquelle elle est venue pendant que moi, je me reposais en évaluant ses mensurations. Elle craint que le propriétaire de la maison soit relié à Jake, car il n’y a pas d’endroit pour garer de véhicule sur le terrain et il n’y a d’ailleurs aucune trace de pneus. Elle suppose que quiconque vit là pourrait être au courant de ce qui se passe à l’intérieur de la montagne. Selon elle, retourner vers les installations serait l’unique moyen de quitter cet endroit. Force est d’admettre qu’elle n’a pas tort, même si nous fabulons peut-être pour rien. Après tout, on a le droit d’avoir développé une légère paranoïa, non ? Pendant que Shay expose toutes les bonnes raisons que nous avons de nous enfuir en kayak, moi, le seul élément auquel je réfléchis, c’est que Shay a abandonné l’idée de faire un brin de causette avec Jake. Ce qui est le meilleur argument possible. 

Alors que je nettoie ma blessure au bras sous le robinet derrière le chalet, un coup de feu suivi d’un éclat de verre brise le calme du moment. Sans nous consulter et sans tarder, Shay et moi courons vers la rivière. Si nous hésitions sur cette descente, nous voilà convaincus que c’est la bonne solution. Je saisis un gilet de sauvetage, l’enfile sommairement et suis le kayak que Shay entraîne vers la rivière. 

Nous avons des vestes de flottaison, c’est déjà énorme. J’aurais quand même pris un casque… de moto idéalement ! Je ne suis pas du genre à craindre l’aventure, sauf qu’on est loin d’une descente en rafting avec équipements de sécurité et guide en bonus. ” 

Shay & Tyler 

Résumé : “ La chasse à l’homme sans merci se poursuit. Des participants y ont perdu la vie tandis que d’autres sont gravement blessés. Pour parvenir à ses fins scabreuses, Jake, dirigeant d’une organisation illicite, est prêt à tout : il traque les jeunes et exige même leur collaboration. Le piège se referme solidement sur eux. Mais quelles autres pistes de solutions peuvent-ils envisager pour réussir leur évasion ? S’ils n’acceptent pas l’offre du malfaiteur, le seul autre espoir de survie est Peter Herve, l’homme au lourd passé criminel et le père de celui qui les a conduits à cet endroit. Avec cette affolante rafale d’agitation, le dernier tome de la série nous maintient sur le qui-vive du début à la fin. À qui le groupe d’amis feront-ils confiance ? Qui pourra les secourir ? ” 

 Mon Avis 

Tout d’abord, merci à Nadia, de chez Québec Loisirs, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de sa confiance envers moi et mon blogue.

Après la dévastatrice conclusion du premier tome que l’auteure nous avait réalisée, je devais impérativement lire le second opus. Elle était stupéfiante, mais frustrante. Honnêtement, quand j’ai reçu la suite, je n’ai pas pu y résister, je me suis littéralement jeté dessus afin de le dévorer comme une affamée. Que voulez-vous ? Moi et ma patience légendaire… Rire.  

“ Évasion : Fuir ou mourir ” est une duologie qui offre une centaine de sensations fortes. C’est un thriller qui m’a tenu en haleine tout au long de ma lecture. Sans compter qu’il y a de nombreux rebondissements et de péripéties qui viennent mettent une touche de danger et de piment à l’histoire. Lors des premières pages, j’ai dû me reconnecter avec les interlocuteurs principaux afin de les différencier, car cela faisait un petit moment que j’avais bouquiné le premier opus. Puis, lorsque cela fût fait, je n’ai eu aucun mal à me replonger dans cet univers empli d’adrénaline et d’embûches.  

À chaque fois, je me disais : aller dernier chapitre, ensuite on dort. Cependant, cela ne s’est pas déroulé ainsi. Chapitre après chapitre, je continuais à lire. C’est simple, je ne souhaitais pas arrêter. C’était excellent !  

Dans le deuxième tome de “ Évasion : Fuir ou mourir ”, on retrouve le groupe d’amis qui, afin de décompresser, ont décidés de participer à un jeu : Escape. Néanmoins, au fur et à mesure qu’ils braveront les obstacles, ils vont se rendre compte que désormais leur vie est mise en péril. Alors que certains participants essaient par tous les moyens de survivre, d’autres n’ont pas la même chance. Prêt à tout pour protéger son organisation illégale, Jake se lance dans une chasse à l’homme afin de traquer les derniers joueurs. Alors que les morts et les blessées ne cessent de s’accumuler, les jeunes doivent trouver un moyen de s’enfuir de ce lieu avant qu’il ne trop tard. Arriveront-ils à s’en sortir indemne ? Jake sera-t-il afin arrêter ? Restera-t-il des survivants ? La question à un million de dollars…  

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle est fluide et ensorcelante à bouquiner. Je suis toujours sous le charme. Je ne vous cache pas qu’à certains moments, j’ai cru que j’allais mourir tellement que j’étais stressé et apeuré pour les personnages. En secret, j’espérais qu’ils s’en sortent vivants. Au niveau de la narration, nous avons droit au point de vue de plusieurs personnes dont trois nouveaux individus. Sans aucun doute, à travers ces nombreux regards, on peut facilement imaginer l’évolution de la situation et du récit.  

Quant aux adolescents, on suit également leur évolution psychologique et comportementale tout au long de cette aventure. Chacun a une manière de gérer les circonstances. Toutefois, ils ont quand même gardé leur authenticité. Ils savent tous qu’ils ne doivent surtout pas abandonner.  

Un dernier mot ?  

J’ai apprécié le déroulement de l’intrigue, c’était angoissant tout étant palpitant à la fois. “ Évasion : Fuir ou mourir ” est une œuvre littéraire dont les feuilles défilent rapidement sans qu’on s’y attende. Définitivement, c’était une fin à la hauteur de mes espérances. Cette duologie est, à mes yeux, un coup de cœur littéraire. Elle fait partie de mes thrillers favoris. Une parfaite combinaison ! Il va sans dire que je vous recommande ce second opus, j’espère qu’il vous plaira. En attendant, je ne m’arrête pas là, je compte bouquiner les autres parutions de Sylvie G.  

#Sara

Voici le lien vers le site internet de mon partenaire littéraire : http://www.quebecloisirs.com/

Et celui du roman en question : http://www.quebecloisirs.com/des-13-ans/evasion-tome-2-fuir-ou-mourir-fl10057510.html

 

Chronique sur L’appart de ma nouvelle vie de Catherine Bourgault

L'appart de ma nouvelle vie

Note : 13/10 

 “ — Allô !  

Après trois tentatives, je constate que c’est voué à l’échec. Alors, je fais un bond pour atterrir entre lui et l’écran. Il retire sèchement ses écouteurs.   

— Eh ! s’écrie-t-il. Tu m’as fait perdre la partie !  

Je hausse les épaules. Je pense que je souris un peu aussi. L’ambiance est tellement différente de celle d’où je viens ! Pour moi, ici, c’est une autre planète. Mais je reviens vite sur Terre en constatant que le gars devant moi est baraqué. Vraiment baraqué. Je n’ai jamais vu un cou aussi musclé. Il a l’air si imposant assis sur le divan que je n’ose pas imaginer ce que ce sera une fois debout. Je place mes mains en porte-voix pour me faire entendre dans ce chaos.  

 — Désolée ! Je cherche celles qui habitent ici.  

Il croise les bras avec un sourire baveux. Il me regarde de la tête aux pieds, mouillée jusqu’aux os, à dégouliner sur le plancher. Ses cheveux blonds font des pics dans tous les sens comme si quelqu’un l’avait décoiffé. Je rêve d’avoir des mèches de cette couleur, aussi pâle que le blé.  

 — J’habite ici, me répond-il, amusé. T’es venue voir Will ?  

Je fronce les sourcils. J’ai mal noté l’adresse ou quoi ? Je fouille dans mes poches, mais le bout de papier s’est transformé en une sorte de pâte gluante. Dégueulasse. Avec mon cellulaire, on aurait vite trouvé cette information cruciale, mais je l’ai balancé dans une poubelle avant de monter dans le train. 

— On m’a pourtant assuré que les appartements n’étaient pas mixtes quand j’ai réservé sur Internet.  

Ils le sont pas, dit-il, se délectant de la crise de nerfs que je suis à deux doigts de faire.  

— OK ! Je suis au mauvais endroit… 

Je retourne sur mes pas, mais le gars se lève d’un bond. J’avais raison, il est encore plus impressionnant une fois debout. Il me domine de toute sa hauteur. Ses épaules sont larges. Je suis certaine qu’il pourrait me soulever d’une seule main. 

— C’est quoi ton nom ? On attend un Maxim…  

— Bingo ! C’est moi. 

Je me prends la tête à deux mains. Encore et toujours le même combat : « Bonjour, c’est pour confirmer le rendez-vous de M. Maxim Miller. » Mes parents étaient rebelles, dans le genre : « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Appelons notre fille Maxim et notre fils Morgan ! » Les gens mélangeaient toujours nos prénoms quand nous étions petits. À l’âge de cinq et huit ans, mon frère et moi avions revendiqué un changement de nom. Nos parents avaient rigolé en nous expliquant qu’user d’un peu d’originalité mettait du piquant dans la vie et nous démarquait des autres. Suis-je donc étonnée qu’une erreur se soit glissée lorsqu’ils ont reçu mon formulaire pour la location de la chambre ? Il me suffit de jeter un regard circulaire à la pièce pour comprendre qu’il n’y a aucune présence féminine ici. Plusieurs caisses de bière vides sont empilées dans un coin. Des CD de jeux vidéo sont éparpillés par terre. Un calendrier de filles en tenues légères est figé au mois de juillet, alors que nous sommes en septembre.  

— Wow ! C’est une belle surprise ! se bidonne le mec en me considérant comme sa nouvelle coloc. 

Je roule les yeux sans le trouver drôle. Ça veut dire que je devrai redescendre l’escalier avec mes valises et essayer de contacter le responsable pour lui faire part du problème. La musique provenant de la chambre du fond s’arrête d’un coup. Enfin ! Le silence est un soulagement. Nous pourrons arrêter de crier pour nous comprendre. Une porte dans le couloir s’ouvre en trombe et un gars en sort d’un pas pressé. Ses cheveux sont si noirs qu’ils ont presque un reflet bleuté sous la lumière. Il n’a même pas l’air de se rendre compte que nous sommes là. Il attrape les clés abandonnées sur la table et glisse ses pieds nus dans ses chaussures sans prendre la peine de défaire les lacets. Il frappe un coup sec et précis contre le sol pour y faire entrer ses talons, puis il s’en va sans nous regarder. Le gars aux bras de lutteur me dévisage avec des yeux rieurs.   

— C’était Will.  

Sympathique. ” 

Maxim, Nick & Will 

 Résumé : “ Quand Maxim plaque tout pour fuir son passé trouble, elle loue une chambre sur Internet en espérant que l’endroit ne lui réserve pas trop de mauvaises surprises. Quinze heures de train plus tard, elle ne s’attend pas à débarquer dans un appart habité par deux hommes. Tant pis, la jeune femme restera ici jusqu’à ce qu’elle trouve mieux.  

Heureusement, l’un des occupants se montre sympathique et accueillant. L’autre, William, est plus discret et posé. Il travaille de nuit comme DJ dans un bar et dort le jour. Tantôt inquiétant et ténébreux, tantôt intrigant et attirant, il la bouleverse et la subjugue à la fois.  

Alors qu’ils s’apprivoisent l’un l’autre, Will couve Maxim avec un zèle étouffant. Hors de question pour elle de revivre l’enfer d’un gars jaloux qui la suit partout. Mais son mystérieux coloc est-il vraiment si possessif ? A-t-il une autre raison de vouloir mettre Maxim dans une bulle de verre ?  

De lourds secrets se dévoilent derrière les portes de l’appart. Est-ce possible d’y entrer sans y laisser son cœur ? ” 

Mon Avis 

Avant de commencer, je remercie Nadia, de chez Québec Loisirs, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de sa confiance. 

OUF, mais quelle bombe atomique ! Un vrai champignon nucléaire… Rire. Sans blague, ce roman est définitivement un coup de cœur. Ayant découvert Catherine Bourgault, je ne que vous conseillez de lire les histoires de cette talentueuse auteure québécoise. “ L’appart de ma nouvelle vie ” est un récit bouleversant tout en étant intense.  

Au niveau des protagonistes principaux, ceux-ci sont fascinants à suivre. En effet, au fur et à mesure, on apprend à les connaître et à les aimer. Ils possèdent tous un soupçon d’originalité. Sans compter que Maxim et Will ont tous les deux vécu un passé douloureux qui les rend vulnérable. Malgré cela, ils prennent tout de même l’initiative de chercher une certaine force intérieure ou une raison valable qui leur permettra de rebondir dans la vie. À mes yeux, ce détail les rend extraordinaire.  

Dans “ L’appart de ma nouvelle vie ”, on fait la connaissance de Maxim, une jeune femme qui décide de s’enfuir, sur un coup de tête, loin de sa vie antérieure et de son paternel. Elle s’envole donc vers San Francisco afin de refaire complètement son quotidien. Mais pour cela, elle doit d’abord commencer par trouver une place où se loger… C’est à l’aide d’une petite annonce via internet qu’elle va finalement un appartement, mais malheureusement, tout ne se passe pas comme elle l’aurait souhaité. Avoir un prénom masculin ne lui rend pas la chose facile. En effet, à cause d’une erreur, Maxim doit partager un logement avec deux autres hommes. N’ayant plus de places du côté des filles, elle n’a pas d’autre choix que d’accepter la colocation.  

C’est trempé de la tête jusqu’au pied, à cause d’une pluie torrentielle, et accompagné de ses valises remplies de vêtements qu’elle fait la rencontre de Nick et Will. Décidément, ce n’est pas son jour… L’arrivé de Maxim change subitement la routine des deux garçons, mais au fur et à mesure qu’ils vont passer du temps avec cette petite tornade, ils vont énormément s’attacher à elle. Pour Will, Maxim représente sa résilience telle un ange tombé du ciel. Arrivera-t-elle à le sauver de ses démons ? Concernant Nick, elle représente l‘espoir, car la jeune femme parvient sans mal à redonner le sourire à son meilleur ami. Will et Maxim ont une relation symbiotique qui rend leur couple très fusionnel et complet.  

De plus, malgré le fait que Maxim soit au prise avec des problèmes psychologiques, elle n’hésite pas se rapprocher de Will, car ils se comprennent mutuellement. En effet, Will après avoir vécu une douloureuse relation, il n’est plus le même. Depuis cet instant, il se sent comme une coquille vide, toutefois à l’aide de la musique, il a l’impression de ressentir quelques sensations, mais cela n’est pas assez… Jusqu’à l’arrivé de Maxim. Essayant de rester distant afin de ne plus connaître la perte, il se comporte comme un individu froid lorsqu’il est près d’elle. Ainsi, lorsque les secrets sont dévoilés aux yeux de tous, Maxim comprend que ce masque n’est qu’une façade pour cacher sa tristesse. Un simple regard peut-il tout changer ? Un toucher ? Un baiser ? Lors de cette cohabitation, deux âmes torturées apprendront à s’aimer passionnément pour ne former plus qu’un.

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est addictive et unique. “ L’appart de ma nouvelle vie ” est rempli de moments cocasses et touchants. Aussi, par le biais de certains sujets, il n’est pas impossible de passer du rire à la crise de larmes. Dévorante, on se laisse happer par ce roman, car une fois commencée, il est très difficile de s’arrêter. Je ne vous cache pas que je n’ai pas pu lâcher les lignes des yeux. Lire plus et toujours, même quand il est vraiment tard… Rire ! 

Les scènes torrides sont décrites de manière si sensuelle que s’en devient presque désirable. Catherine réussit parfaitement à mélanger la romance et l’érotique sans que cela devienne un peu trop excessif. Au niveau de la narration, celle-ci possède plusieurs voix qui nous permettent de connaître les pensées de chacun des personnages. Les feuilles défilaient si rapidement tellement j’avais hâte de savoir la suite.   

Un dernier mot ?  

Une œuvre littéraire québécoise qui mérite le détour. À lire. “ L’appart de ma nouvelle vie ” est littéralement un coup de foudre. J’ai ADORÉ ! Avec ce trio infernal, j’ai ri, pleuré et ragé… Ils m’ont fait vivre une tornade d’émotions. Un bouquin se caractérisant par sa mignonne et succulente calligraphie. Catherine Bourgault parvient, avec succès, à décrire la pureté dans toute chose… À travers ces lignes, j’ai lu que même les sentiments négatifs connaissent une beauté. Aussi, bouquiner cette idée m’a vraiment chamboulé émotionnellement, car je pense souvent au deuil et à la résilience. Ensemble, ils forment les deux côtés d’une même pièce. Il va de soit que je vous invite à découvrir “ L’appart de ma nouvelle vie ”, car Catherine Bourgault est une écrivaine hors du commun. J’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour conclure, je n’ai qu’une chose à dire… À quand la suite ?

#Sara 

Voici le lien du site internet de Québec Loisirs : http://www.quebecloisirs.com/

Et celui vers le livre : http://www.quebecloisirs.com/pour-elle/l-appart-de-ma-nouvelle-vie-fl10057784.html?s=

Chronique sur L’ombre de Jenna Fairchild tome 2 : Envie de Marie-Ève Dion

Envie

Note : 12/10 

 « — Je dois avouer que je commençais à croire que tu ne te réveillerais pas. 

— De… 

Ma voix n’était qu’un son étouffé. En passant par ma gorge, l’air laissa une sensation de brûlure qui me fit tousser immédiatement. Nathaniel m’aida à me redresser et me tendit un verre d’eau, qu’il m’aida à garder dans mes mains. Comme si je n’arriverais pas à le tenir. 

— Bois lentement. Prends ton temps. 

Je soupirai et pris une gorgée minuscule pour être certaine qu’elle veuille bien descendre dans ma gorge. J’avais l’impression que ma bouche était un désert, mais l’eau me fit le plus grand bien. Rassurée, je bus à nouveau, sans toutefois vider mon verre. Nathaniel le reprit et le déposa sur la table de chevet. 

— Depuis… depuis combien de… 

J’arrivais à peine à entendre le son de ma voix, mais Nathaniel comprit quelle était ma question : 

— Tu es ici depuis six semaines. Dans la confusion de ce qui est arrivé au manoir, l’un de mes Traqueurs a cru que tu étais du côté des démons et t’a frappée derrière la tête. J’ai pu intervenir avant qu’il aille plus loin. 

Je ne pouvais pas m’attendre à ce que tous les Traqueurs qui avaient accepté de nous aider approuvent que j’aie passé autant de temps avec un démon. Il semblerait que Nathaniel et moi étions quittes, à présent. 

En soutenant son regard, j’arrivais à deviner qu’il avait d’autres interrogations, mais qu’il ne voulait pas me brusquer. 

— Comment te sens-tu ? finit-il par me demander. 

— Fatiguée… 

Je voulus replacer une mèche de mes cheveux, mais une douleur me saisit le bras. 

— Ne brusque rien. Tu n’as pas bougé depuis que tu es arrivée ici. 

Je soufflai sur mes cheveux pour tenter d’écarter la mèche. Nathaniel comprit ce que je voulais faire et la replaça derrière mon oreille. 

— Comment se fait-il que je sois en vie ? demandai-je. 

Il ne me répondit pas immédiatement. Je fis de mon mieux pour repousser les couvertures et me raidis en apercevant mes jambes. J’étais déjà mince, mais je semblais maintenant n’avoir que la peau et les os. Je compris pourquoi Nathaniel m’avait rappelé que je n’avais pas bougé… Je n’avais pas utilisé mes muscles. J’ignorais comment ils avaient pu me nourrir pendant tout ce temps ni même s’ils l’avaient fait, mais une sensation de brûlure commença à se faire sentir dans mon estomac. Je ne devrais pas être en vie. 

Je compris que je l’étais à peine. 

— Amos, l’un de nos Passeurs, t’a visitée chaque jour pour s’assurer que ton âme, ton énergie, enfin, je ne suis pas un expert en la matière, demeure intacte. Nous avons fait ce que nous avons pu pour garder ton corps en santé. Honnêtement, j’ignore comment tu as pu survivre. C’est presque un miracle… 

C’était loin d’être un miracle. Bien au contraire. 

La Bête… Je faillis lui demander de se manifester, mais ce n’était pas quelque chose que je pouvais faire en présence du chef des Gardiens. Il n’avait même pas vingt ans, alors il n’avait certainement jamais croisé de créature semblable. 

— Je vais bien, humaine, m’assura-t-elle doucement, sans toutefois apparaître. 

— Néanmoins, reprit Nathaniel, ne l’ayant pas entendue, je suis soulagé que tu aies survécu. Puis-je te laisser seule quelques minutes ? Je vais prévenir Zachariah de ton réveil. 

J’acquiesçai. Nathaniel sortit de la chambre, me laissant seule avec la Bête. Sentant un élancement grimper dans mon dos, je me rallongeai. 

— J’ai cru que tu ne t’en sortirais pas, avoua-t-elle. 

— Il en faut plus pour me tuer, plaisantai-je. 

J’étais loin de me sentir en vie. Respirer m’était presque pénible. La Bête sentit mon découragement, car elle poursuivit son explication : 

— Si je n’avais pas été là, tu serais morte il y a cinq semaines. Tu as eu une poussée de fièvre à cause de la lame avec laquelle Amalthan t’a frappée. 

Je me souvins de ce moment. Je remontai la nuisette qu’ils m’avaient mise pour voir la marque qu’il m’avait laissée. Je ne vis qu’une cicatrice rosée sur mon ventre. ­Heureusement que la Bête me permettait de guérir plus rapidement, sinon je serais bel et bien morte. 

— Comment Daeva a-t-elle pu te repousser ? m’effrayai-je, les souvenirs de cette soirée refaisant surface dans mon esprit. 

— Elle arrive à manipuler ses âmes. Comme elle possédait celles de tous les habitants de la ville, elle a pu les retourner contre moi. La prochaine fois, je n’aurai qu’à lui arracher le bras avant qu’elle recommence. 

— Elle possède Viviane, me rappelai-je. Tu ne peux pas lui faire de mal… 

— La démone qui s’en sert de pantin ne voit sûrement pas les choses comme toi. 

Même si Viviane avait des facultés hors du commun, je doutais qu’elle soit capable de faire repousser un bras si la Bête le lui arrachait. Elle le savait aussi bien que moi. Je soupirai et fermai les yeux, sentant la pièce tourner légèrement autour de moi. »  

Jenna, Nathaniel & la Bête 

Résumé : « Tout s’était déroulé comme prévu. Excepté pour le fait que nous avions échoué lamentablement. Viviane était le nouveau vaisseau de Daeva et Anya Knight était toujours entre les griffes d’Amalthan 

L’unique raison pour laquelle les Gardiens ne m’avaient pas tuée était parce qu’ils croyaient que j’arriverais à les aider à arrêter les démons.  

Comment le pouvais-je ? Je n’étais pas un Traqueur. Je ne savais pas me battre, encore moins défendre quelqu’un. Je n’étais pas une Passeuse. J’étais seulement bonne à absorber les âmes, à les garder pour moi-même.  

Non…  

J’étais davantage un monstre. » 

 Mon Avis 

Pour commencer, il faut que vous sachiez que ce roman est une excellente suite à se mettre sous la dent. Ce deuxième tome doit évidemment être lu.  

Honnêtement, je ne regrette pas mon achat, car après la conclusion du premier opus… Il fallait que je l’aille sous la main. Marie-Ève Dion réussit avec brio à ficeler une intrigue aussi merveilleuse tout en y ajoutant de nombreux rebondissements et de l’humour. Sans aucun doute, ces ingrédients forment un parfait mélange. Elle est une écrivaine que j’apprécie depuis que j’ai treize ans, donc il va sans dire que je lirai ses histoires quoi qu’elle écrive.  

Dans le second tome de « L’ombre de Jenna Fairchild », on retrouve notre héroïne qui suite à ce qu’il s’est déroulé se retrouve dans un état de sommeil. Après avoir échoué lors de leur mission de sauvetage et d’espionnage, Jenna prend la décision de s’allier aux Traqueurs afin de sauver Viviane des griffes lacérantes de Daeva, une horrible démone aussi puissante que le monde, et Anya Knight emprisonnée par Amalthan, un démon au service de Daeva. Leur temps est compté… Arriveront-ils à les sauver avant qu’il ne soit trop tard ? Au fur et à mesure de cette aventure, Jenna va se découvrir de nouveaux talents hors pairs. Ainsi, plus, elle va prendre conscience de ces capacités et plus elle va apprendre à les contrôler. Un avantage pour les Traqueurs ? Alors quand la Bête, semi-ombre démoniaque, commence à ressentir certaines émotions, qui lui est inconnu, vis-à-vis Jenna, elle va prendre la décision de ne former plus qu’un avec son hôte, qu’elle considère comme une amie, afin d’harmoniser leur cohabitation. Parviendront-ils à arrêter les démons avant qu’ils ne créent l’apocalypse, ou pire… ? Au-delà du danger, trouvera-t-elle l’amour auprès d’une personne qui lui est chère ?  

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est fluide et accrochante à bouquiner. Dès les premières pages, on se sent directement entraîner par l’histoire. De plus, les feuilles défilent rapidement sans qu’on ne le remarque. Ma lecture s’est étanchée rapidement sans que je m’y attende. J’ai aussi adoré chaque moment passé avec tous ces personnages.   

En outre, Marie-Ève Dion décrit également plusieurs situations en y mettant son grain de sel et je dois vous avouer que quelques-unes me faisaient bien rigoler. Au niveau de l’univers imaginé, on a droit à des créatures surnaturelles aussi différentes l’une que l’autre. Dans ce roman, chacune de ces espèces ont un rôle à jouer afin de contribuer l’harmonisation des clans. Cela étant dit, ce concept est bien perçu à travers les pages.  

Un dernier mot ?  

Une œuvre littéraire se caractérisant par son monde fantastique original et précis. On y retrouve également une narration à une voix, donc nous voyons ce qu’il se passe grâce aux pensées de Jenna… Et je dois vous dire que certaines semblent discrètes aux yeux de tous. Sans compter que la Bête et l’humaine forment un puissant duo infernal. J’aime beaucoup leur lien indestructible, malgré le fait qu’il soit quelque peu malsain. De l’humour à profusion ! Il va de soit que je vous le conseille, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Maintenant, il est grand temps que je me lance, tête baissée, dans le troisième péché capital : la gourmandise.  

#Sara