Chronique sur Projet C de Nadine Poirier

Projet C

Note : 8/10

« Je n’ai pas de petit ami et je n’en veux pas.

Et vlan ! C’est dit avec fermeté, regret, manque de tact inclus. Victor me sourit, à peine surpris, et ajoute :

– Pareil pour moi. Je ne veux pas de petite amie. Drôle de coïncidence, hein ?

Champignon nucléaire dans ma tête ! Quel gaspillage ! Pire que les sacs de plastique, pire que les poubelles remplies du McDo ! J’ai cru qu’il me draguait. Quelle idiote !

Et sa raison, à lui ?

– Tu n’aimes pas les filles ? dis-je, apeurée par les possibilités infinies de réponses qui pourraient sortir de sa bouche.

Mais qu’est-ce qui m’a pris de poser cette question ? Il rit de bon cœur.

– Bien sûr que je les aime ! C’est juste que, depuis des années, avec mes parents, nous changeons continuellement de pays. Ils couvrent les événements journalistiques un peu partout sur la planète. C’est cool ! Mais ce n’est pas l’idéal pour avoir une copine. »

Maeva & Victor

Résumé : « Quand j’étais petite, mon père me répétait sans cesse à quel point j’étais laide. Avec mes cheveux crépus et mon teint de mulâtre, je détonnais à côté de mes soeurs, blondes, à la peau de porcelaine. En vieillissant, je rêvais de ressembler aux mannequins dans les magazines, aux vedettes de la télé. Mais j’ai fini par comprendre que je ne serais jamais comme elles. Jamais jolie. Juste ordinaire. Maintenant, je cache mon manque de courbes sous des vêtements trop grands. Et je m’isole, tentant de devenir invisible aux yeux des autres.

Mais voilà, récemment, j’ai trouvé la solution à mes problèmes. À mon manque de confiance. Tout ce qu’il me faut, ce sont des seins plus gros. Je me sentirais tellement bien ! Je pourrais porter des décolletés comme les autres filles, et enfin espérer connaître l’amour… Ma mère et ma meilleure amie me parlent des complications de l’opération. Mais je me fiche de ce qu’elles racontent. Aucun risque n’est assez grand pour me dissuader d’aller jusqu’au bout de mon projet C.

Beaucoup de jeunes femmes pensent recourir à l’augmentation mammaire, convaincues que, pour être belles, elles doivent correspondre aux modèles fabriqués par l’industrie de la mode. La chirurgie comporte toutefois des risques qui ne sont pas toujours considérés avec sérieux par les patientes. Bien se renseigner est primordial avant de songer à cette solution dont certains effets peuvent être irréversibles. »

Mon Avis

Pour commencer, il faut que vous « Projet C » faisait partie des romans de la collection tabou dont je voulais impérativement bouquiner.

DEUX THÉMATIQUES RÉALISTES ET INTÉRESSANTES…

À travers ses mots, l’auteure nous emporte dans cette histoire où la chirurgie esthétique et l’acceptation de soi sont le cœur de ce contexte. Même si je ne suis jamais allé dans un cabinet de chirurgie, j’ai été tout de même plus outré de voir comment le personnage principal était traité… Comme si elle n’était qu’un chiffre sur le tableau de bord. Un morceau de viande. Un trophée de plus sur leur étagère. Étant une situation qui peut s’avérer vraie, je me suis rendu compte que l’écrivaine m’a permis d’avoir une nouvelle perception sur plusieurs choses concernant la chirurgie.

Dans « Projet C », on fait la connaissance de Maeva, une fille plus que normale. Enfin, presque. Elle est entourée d’une mère aimante, de sa meilleure amie attentionnée, de deux demi-sœurs parfaites dans tout les sens du terme… Ne possédant pas de père, celui-ci qu’elle avait n’hésitait pas à la rabaisser dès son plus jeune âge. Tout cela parce qu’elle était biologiquement différente de lui. Tout simplement parce qu’elle était née métisse. Et comme si n’était pas assez, Maeva est également complexée.

Que faire lorsque notre soi-disant poitrine est inexistante ou du moins trop petite depuis presque toujours ? Que notre beauté n’est pas assez belle pour le reste du monde entier ? Ce sont des problèmes intérieurs que Maeva confronte depuis son plus jeune âge. Tout a commencé avec son père qu’il la trouvait hideuse et qu’il ne s’empêchait pas de lui faire savoir et ressentir.

C’est dans ce moment émotionnel qu’elle rencontre Victor, un étudiant dont la photographie est sa plus grande passion. Ayant des parents journalistes qui voyagent à travers le monde pour enquêter et aider des populations, Victor ne peut se permettre de se poser et de s’attacher à quelqu’un… Mais, cela c’étant avant qu’il pose ses yeux sur Maeva. Quant à elle, comme une tornade, il parvient à bouleverser tout ce qu’elle pensait d’elle. Elle va même espérer qu’il la trouve belle et qu’il puisse l’aimer. Victor parviendra-t-il à la faire changer d’avis ? Et Maeva, saura-t-elle s’accepter telle qu’elle ?

UNE RECHERCHE PLUS QUE VÉRITABLE…

Avec toutes ces détails, Nadine Poirier parvient à nous montrer les risques et les problèmes que peuvent causer des implantations mammaires. Sans compter qu’elle nous illustre les avantages et les désavantages de choisir cette chirurgie esthétique. Comme quoi, nous ne sommes jamais à l’abri, quelque soit nos choix et nos actions. Je ne vous cacherai pas que j’ai aimé découvrir toutes ces informations, cela nous teste de façon à savoir si on est réellement décidé à subir une chirurgie.

En ce qui concerne la plume d’écriture de Nadine Poirier, elle est coulante et agréable. Au fil des pages, on suit le parcours de Maeva, tout comme de son dilemme intérieur et de ces émotions dont elle ne cesse de ressentir. Au niveau des protagonistes secondaires, certains m’ont plus que touché, j’ai adoré le fait qu’ils soient tous présents pour épauler Maeva, quelque soit la décision qu’elle choisira… Ils seront tout simplement là. Alors que pour d’autres, je n’avais qu’une envie, c’est-à-dire de les envoyer à la décharge. Je n’arrivais pas à croire leur attitude, disons que j’étais sans voix (pas dans le bon sens).

Un dernier mot ?

En conclusion, « Projet C » est une œuvre littéraire qui m’a permise d’avoir une vision à la fois plus méfiante et sincère d’une opération comme celle-ci. Une calligraphie que je suis contente de relire. Nadine Poirier essaie d’une certaine manière de nous inculquer une morale, soit d’accepter nos imperfections aussi différentes soient-elles. Une histoire émouvante qui nous pousse à réfléchir à deux fois avant d’envisager une possibilité pareille. Il va de soi que je vous conseille, j’espère « Projet C » vous plaira autant qu’elle m’a plu.

#Sara

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s