Chronique sur Projet C de Nadine Poirier

Projet C

Note : 8/10

« Je n’ai pas de petit ami et je n’en veux pas.

Et vlan ! C’est dit avec fermeté, regret, manque de tact inclus. Victor me sourit, à peine surpris, et ajoute :

– Pareil pour moi. Je ne veux pas de petite amie. Drôle de coïncidence, hein ?

Champignon nucléaire dans ma tête ! Quel gaspillage ! Pire que les sacs de plastique, pire que les poubelles remplies du McDo ! J’ai cru qu’il me draguait. Quelle idiote !

Et sa raison, à lui ?

– Tu n’aimes pas les filles ? dis-je, apeurée par les possibilités infinies de réponses qui pourraient sortir de sa bouche.

Mais qu’est-ce qui m’a pris de poser cette question ? Il rit de bon cœur.

– Bien sûr que je les aime ! C’est juste que, depuis des années, avec mes parents, nous changeons continuellement de pays. Ils couvrent les événements journalistiques un peu partout sur la planète. C’est cool ! Mais ce n’est pas l’idéal pour avoir une copine. »

Maeva & Victor

Résumé : « Quand j’étais petite, mon père me répétait sans cesse à quel point j’étais laide. Avec mes cheveux crépus et mon teint de mulâtre, je détonnais à côté de mes soeurs, blondes, à la peau de porcelaine. En vieillissant, je rêvais de ressembler aux mannequins dans les magazines, aux vedettes de la télé. Mais j’ai fini par comprendre que je ne serais jamais comme elles. Jamais jolie. Juste ordinaire. Maintenant, je cache mon manque de courbes sous des vêtements trop grands. Et je m’isole, tentant de devenir invisible aux yeux des autres.

Mais voilà, récemment, j’ai trouvé la solution à mes problèmes. À mon manque de confiance. Tout ce qu’il me faut, ce sont des seins plus gros. Je me sentirais tellement bien ! Je pourrais porter des décolletés comme les autres filles, et enfin espérer connaître l’amour… Ma mère et ma meilleure amie me parlent des complications de l’opération. Mais je me fiche de ce qu’elles racontent. Aucun risque n’est assez grand pour me dissuader d’aller jusqu’au bout de mon projet C.

Beaucoup de jeunes femmes pensent recourir à l’augmentation mammaire, convaincues que, pour être belles, elles doivent correspondre aux modèles fabriqués par l’industrie de la mode. La chirurgie comporte toutefois des risques qui ne sont pas toujours considérés avec sérieux par les patientes. Bien se renseigner est primordial avant de songer à cette solution dont certains effets peuvent être irréversibles. »

Mon Avis

Pour commencer, il faut que vous « Projet C » faisait partie des romans de la collection tabou dont je voulais impérativement bouquiner.

DEUX THÉMATIQUES RÉALISTES ET INTÉRESSANTES…

À travers ses mots, l’auteure nous emporte dans cette histoire où la chirurgie esthétique et l’acceptation de soi sont le cœur de ce contexte. Même si je ne suis jamais allé dans un cabinet de chirurgie, j’ai été tout de même plus outré de voir comment le personnage principal était traité… Comme si elle n’était qu’un chiffre sur le tableau de bord. Un morceau de viande. Un trophée de plus sur leur étagère. Étant une situation qui peut s’avérer vraie, je me suis rendu compte que l’écrivaine m’a permis d’avoir une nouvelle perception sur plusieurs choses concernant la chirurgie.

Dans « Projet C », on fait la connaissance de Maeva, une fille plus que normale. Enfin, presque. Elle est entourée d’une mère aimante, de sa meilleure amie attentionnée, de deux demi-sœurs parfaites dans tout les sens du terme… Ne possédant pas de père, celui-ci qu’elle avait n’hésitait pas à la rabaisser dès son plus jeune âge. Tout cela parce qu’elle était biologiquement différente de lui. Tout simplement parce qu’elle était née métisse. Et comme si n’était pas assez, Maeva est également complexée.

Que faire lorsque notre soi-disant poitrine est inexistante ou du moins trop petite depuis presque toujours ? Que notre beauté n’est pas assez belle pour le reste du monde entier ? Ce sont des problèmes intérieurs que Maeva confronte depuis son plus jeune âge. Tout a commencé avec son père qu’il la trouvait hideuse et qu’il ne s’empêchait pas de lui faire savoir et ressentir.

C’est dans ce moment émotionnel qu’elle rencontre Victor, un étudiant dont la photographie est sa plus grande passion. Ayant des parents journalistes qui voyagent à travers le monde pour enquêter et aider des populations, Victor ne peut se permettre de se poser et de s’attacher à quelqu’un… Mais, cela c’étant avant qu’il pose ses yeux sur Maeva. Quant à elle, comme une tornade, il parvient à bouleverser tout ce qu’elle pensait d’elle. Elle va même espérer qu’il la trouve belle et qu’il puisse l’aimer. Victor parviendra-t-il à la faire changer d’avis ? Et Maeva, saura-t-elle s’accepter telle qu’elle ?

UNE RECHERCHE PLUS QUE VÉRITABLE…

Avec toutes ces détails, Nadine Poirier parvient à nous montrer les risques et les problèmes que peuvent causer des implantations mammaires. Sans compter qu’elle nous illustre les avantages et les désavantages de choisir cette chirurgie esthétique. Comme quoi, nous ne sommes jamais à l’abri, quelque soit nos choix et nos actions. Je ne vous cacherai pas que j’ai aimé découvrir toutes ces informations, cela nous teste de façon à savoir si on est réellement décidé à subir une chirurgie.

En ce qui concerne la plume d’écriture de Nadine Poirier, elle est coulante et agréable. Au fil des pages, on suit le parcours de Maeva, tout comme de son dilemme intérieur et de ces émotions dont elle ne cesse de ressentir. Au niveau des protagonistes secondaires, certains m’ont plus que touché, j’ai adoré le fait qu’ils soient tous présents pour épauler Maeva, quelque soit la décision qu’elle choisira… Ils seront tout simplement là. Alors que pour d’autres, je n’avais qu’une envie, c’est-à-dire de les envoyer à la décharge. Je n’arrivais pas à croire leur attitude, disons que j’étais sans voix (pas dans le bon sens).

Un dernier mot ?

En conclusion, « Projet C » est une œuvre littéraire qui m’a permise d’avoir une vision à la fois plus méfiante et sincère d’une opération comme celle-ci. Une calligraphie que je suis contente de relire. Nadine Poirier essaie d’une certaine manière de nous inculquer une morale, soit d’accepter nos imperfections aussi différentes soient-elles. Une histoire émouvante qui nous pousse à réfléchir à deux fois avant d’envisager une possibilité pareille. Il va de soi que je vous conseille, j’espère « Projet C » vous plaira autant qu’elle m’a plu.

#Sara

Chronique sur Inoubliable de collectif

Inoubliable

Note : 8/10

« — Bon… Eh bien, hormis les trucs classiques, qu’est-ce que je peux te souhaiter pour ces prochains mois ? demandai-je en m’approchant d’elle.

— D’être heureuse, ce sera déjà pas mal.

— Alors, bonne année. Qu’elle t’apporte tous les petits bonheurs du monde si précieux au quotidien.

Et lentement, je me penchai afin de déposer un baiser à la commissure de ses lèvres.

— Sois heureuse, Giulia.

— Toi aussi, Milo. Buon anno, che tutti i tuoi sogni si avverino.

 Même baiser, doux mais appuyé, le genre à ficher des frissons, juste ici, aux frontières de ma bouche, au moment où la voix de Lady Gaga, poussée à fond, envahissait l’air.

— Ceux sur la terrasse et la piste de danse vont finir sourds, m’esclaffai-je.

— Il y a des chances, oui, mais on s’en fiche. Fiesta ! »

Milo & Giulia

Résumé : « Quatre grands noms de la romance se sont réunis pour offrir aux lectrices une Saint-Sylvestre mémorable.

Quatre mecs, quatre filles, une soirée bling-bling.

Secouez le tout comme un délicieux cocktail et qui sait, vous obtiendrez peut-être une fête exceptionnelle.

Embarquez avec Baptiste, Loïc, Luke et Milo, une bande de potes qui pourraient bien faire la rencontre de leur vie lors d’un Nouvel An… Inoubliable. »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement les Éditions Cyplog, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance en moi.

Pour commencer, il faut que vous sachiez que « Inoubliable » est un roman composé de quatre petites histoires dont chacune a été confectionnée par une auteure spécialisée en romance. Parmi celles-ci, on y trouve Amanda Bayle, Elle Seveno, Katja Lasan et Belinda Bornsmith. Disons simplement que j’ai bien aimé découvrir les différentes façades de ce groupe d’hommes.

UN QUATUOR MASCULIN DE CHOC REMPLI DE CHARME…

Je ne vous cacherai que malgré le fait que je les ai tous aimé… Hum… On peut dire que j’ai une préférence pour deux d’entre eux. Saurez-vous trouver lesquels ? Rire. Bon, allez, mes favoris sont Loïc (écrit par Amanda Bayle) et Milo (de Katja Lasan). Ces hommes sont pourvus d’un caractère aussi différent que le jour et la nuit, et c’est ce qui fait la beauté de leur amitié. À travers leur point de vue, on ressent leur lourde expérience, soit leur passé plus que douloureux. Et pourtant, qui a dit que l’amour ne pouvait pas tout chasser ? Tel un vent printanier qui balaie les obstacles de l’hiver, ces demoiselles vont plus que changer la vie de ces hommes. À mes yeux, chacun est touchant à sa manière.

Dans « Inoubliable », on fait la connaissance de ce quatuor hors pair composé de Baptiste, manager pour un site de rencontres, Loïc, un geek stylé et plus que séduisant, Luke, un homme d’affaires dont les yeux sont aussi verts que des émeraudes, et Milo, l’artiste incompris au look bohème. Amis depuis le lycée, ils sont traversés beaucoup d’obstacles ensemble, ce qui n’a fait que souder encore plus leur complicité amicale. C’est pour cela qu’en dépit des chemins inégaux qu’ils ont choisi, leur amitié est restée intacte. Également célibataires, ces hommes espèrent secrètement trouver celle qui fera battre leur cœur à la chamade.

Alors, par le biais d’un client, Luke a obtenu des billets pour assister à une soirée de Nouvel An à Cannes. Une invitation à ne pas louper, tout comme de la fêter avec ses trois meilleurs amis. C’est ainsi qu’ils décident d’arriver ensemble, pour finalement se séparer au cours de la nuit. Ce qui s’annonce comme une fiesta à la hauteur des étoiles pourrait être celle qui transformera leur existence à jamais.

UN PETIT DÉTAIL MANQUANT…

En fait, c’est plus quelque chose que j’aurai aimé avoir dans les nombreux récits, soient le point de vue féminine des quatre jeunes femmes qui feront la rencontre de ces charmants spécimens masculins. J’aurai aimé avoir leur pensée par rapport à cette altercation et à leur sentiment vis-à-vis de l’homme en question. Cela m’aurait permis d’avoir les deux côtés de la pointe de pizza.

Au niveau des quatre calligraphies, celles-ci sont coulantes et agréables à bouquiner. En toute franchise, « Inoubliable » est un bon récit et on passe un excellent moment en compagnie de tout ces protagonistes principaux et secondaires. Les écrivaines m’ont embarquées dans leur imagination au sein de leur propre soirée du Nouvel An.

Un dernier mot ?

En conclusion, « Inoubliable » est une œuvre littéraire dont les quatre nouvelles peuvent être lu de façon indépendante. Dès les premières pages, on embarque dans cette ambiance festive où l’amour, l’amitié et la passion se mélangent entre elles afin de former une soirée plus qu’inoubliable. Rire. Pour mes deux favoris, j’ai eu quelques papillons au ventre, je vous avoue que j’aurai aimé être à la place de ces filles. Une lecture plus qu’addictive. Une bouchée de huit mains à ne pas louper si vous avez envie d’un livre sans prise de tête. Il va sans dire que je vous conseille « Inoubliable », j’espère qu’il vous plaira. Pour ma part, je compte bien découvrir les autres écrits de ces quatre auteures.

#Sara

Chronique sur Nos cœurs en résonance de Céline Musmeaux

Note : 13/10

« Je ne crois pas à la chance et au mauvais sort, sinon, ça ferait bien longtemps que j’aurai perdu tout espoir en la vie. Je préfère penser que, quelles que soient les épreuves, il faut les affronter. »

Pauline

Résumé : « Elle a reçu un don précieux, mais à quel prix ?

Pauline a reçu le cœur qu’elle n’attendait plus depuis des années. Après une opération dangereuse, des semaines d’hospitalisation et des mois de convalescence, elle peut enfin reprendre une vie normale. Mais qu’est-ce qu’une vie normale quand on n’a connu que des allers-retours à l’hôpital ?

Du haut de ses dix-neuf ans, elle a tout à découvrir. Rêveuse, Pauline espère trouver sa place dans un monde où elle se sentait étrangère. Au programme : intégrer l’université, avoir un petit ami et être heureuse.

Tout semble aller dans ce sens jusqu’au détour d’un couloir où elle croise le regard d’un étudiant. Son cœur détone d’une étonnante manière. Qui est-il ? Pourquoi a-t-elle l’impression de le connaître ? Et surtout, pourquoi sa tristesse la touche-t-elle autant ? »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaudement NYMPHALIS, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de sa confiance en moi et en mon blogue.

C’est avec joie que j’ai retrouvé la douceur et les touchants mots de Céline Musmeaux. Comment ne pas résister à ces histoires remplies de guimauve ou au contraire empli d’intensité et de péripéties dangereuses. Moi qui étais, à la base, déjà attiré par cette couverture assez rose bonbon, je me suis heurté à un mur… Et pas qu’un petit. Rire. Bon, oui, c’est un littérature jeunesse, mais derrière cela se dissimule un cœur qui a plus à raconter qu’il n’y paraît.

LE DON D’ORGANE, UN CONCEPT RÉALISTE ET SENSIBLE…

Céline Musmeaux a pris la décision, pour ce mois-ci, d’aborder d’un sujet médical qui est plus difficile à détailler. Encore aujourd’hui, cette thématique cache des zones grises qui n’ont pas été discuter. J’aime bien le fait que l’auteure ait pris le risque d’en faire une histoire, il faut dire que ce n’est pas si simple. En toute franchise, le don d’organe est par surcroît trop peu connu aux yeux des autres.

Dans « Nos cœurs en résonance », on fait la connaissance de Pauline, une jeune femme qui entre à l’université. Derrière ce corps de femme se cache le mental d’une adolescente. En effet, depuis le début de sa période de puberté, Pauline a toujours été surprotégé par les membres de sa famille ou elle passait ses journées à l’hôpital. Étant atteinte d’une maladie cardiaque, elle a passé presque toute la première période de sa vie à attendre le nouveau cœur qui lui fera voir la vie d’un autre angle.

Maintenant âgée de dix-neuf ans, Pauline espère profiter de cette nouvelle existence en compagnie de son second organe cardiaque. C’est à l’université qu’elle croise tout à coup le regard de ce jeune homme. Aussitôt qu’elle pose les yeux sur lui, son cœur se serre et bat à la chamade. Pourquoi a-t-elle l’impression de le connaître ? Mais, surtout pour quelle raison se sent-elle proche de lui émotionnellement ?

Rencontre après rencontre, ils ne cessent de se heurter. Attiré par cette détresse et par ce garçon, Pauline va se mettre à le questionner, ce qui n’est absolument pas au goût de Joshua qui ne désire qu’une seule chose, la solitude. Grâce à sa détermination, Pauline et Joshua vont apprendre à se connaître et à se découvrir. Puis, au fur et à mesure, il va s’ouvrir à elle et lui parler de son quotidien et de son passé. Et c’est aussi à ce moment que la jeune femme va apprendre le pourquoi du comment… Quelles sont les raisons et la situation qui a poussé Joshua à se plonger dans une profonde culpabilité, aussi noir et brûlante que les flammes de l’enfer.

UN INTERLOCUTRICE AUSSI POSITIVE QU’UN SOLEIL…

En dépit du fait que Pauline soit très naïve à certains moments, j’ai tout de même trouvé que c’était une personnalité à prendre en compte. Son innocence à tout ce qui touche à la vie est un choix qu’elle a pris, car elle voulait tout découvrir d’un œil nouveau comme si c’était sa première fois. Toutefois, on comprend rapidement que c’est sa pureté qui fait également sa force intérieure. Malgré ce qu’elle a vécu, elle voit toujours tout du bon côté des choses, et cela c’est une chose que nous avons en commun.

Concernant la calligraphie de Céline Musmeaux, elle est aussi délicieuse et savoureuse qu’un mille feuilles débordant de crémage (Mmm… J’ai envie d’en manger tout d’un coup. Miam.). « Nos cœurs en résonance est un roman dont le contexte est à la fois agréable et mignon. Le côté espiègle apporte une touche de sucré au livre, ce qui contrebalance avec la thématique, qui est plus que délicate.

Un dernier mot ?

En somme, « Nos cœurs en résonance » est une œuvre littéraire qui montre que les contraires s’attirent sans cesse. À travers les lignes, vibre et ressent les sensations de Joshua et Pauline, qui à l’aide de la narration à deux voix nous montre leur vision de leur propre existence tout comme de leur souffrance intérieure. Un héros dont on a qu’une envie, c’est de le prendre dans nos bras pour le consoler. C’est un personnage émouvant qui respire que de la culpabilité et du négativisme, il m’a plus que bouleverser. Une plume d’écriture toute aussi prenante et addictive. Il va de soi que je vous conseille « Nos cœurs en résonance », j’espère que cette lecture vous plaira autant qu’elle m’a plu.

#Sara

Chronique sur Si belle, Sybille de Valentine Lalande

Si belle, Sybille

Note : 10/10

« Si l’on croit que les yeux sont le reflet de l’âme, on pourrait penser que je suis quelqu’un d’intéressant et d’original.

En réalité, si la banalité portait un visage, ce serait le mien. Rien ne me démarque. Je suis la fadeur incarnée. »

Sybille

Résumé : « Il lui faudra 3 bons amis, et peut-être l’amour, pour apprendre à se dire : Tu es si belle, Sybille

Sybille se trouve moche, fade, inintéressante. Elle rase les murs du lycée pour ne pas se faire remarquer. Chaque jour, elle tente de sourire à son reflet dans le miroir, mais lorsque sonne sa première heure de cours, elle remet son masque d’adolescente solitaire ignorée par ses camarades. En secret, elle observe Soren, le type du dernier rang qui passe ses journées à griffonner sur un carnet.

Lorsque leur professeur de Littérature les soumet à un exercice d’écriture en binôme, elle espère bien tomber sur celui qui l’envoûte depuis le collège.

Malheureusement, le sort en décide autrement. Et c’est la pétillante Sofia, sa meilleure amie aussi généreuse en formes que de caractère, qui tombe sur Soren. La banale Sybille se retrouve à devoir travailler avec Samuel, qui décroche de loin la palme du pire crétin de la classe. Arrogant, imbu de lui-même et redoublant pour la deuxième fois… L’exercice littéraire risque de ne pas être une partie de plaisir.

À moins que… Et si Samuel l’aidait à prendre confiance en elle et à faire craquer le mystérieux Soren ? »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement Hugo New Romance, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

Grâce à ma lecture de « Si belle, Sybille », j’ai découvert une beauté rare. Une pépite plus que pétillante qui m’a plus que marqué. En toute franchise, j’avais littérairement l’impression d’être devenu Sybille, il faut dire que plusieurs critères qui font partie font également parti de ma personnalité.

DES THÈMES PRIMORDIAUX, UN REGARD NOUVEAU…

Valentine Lalande, en plus d’apporter une touche de positivité, aborde de certaines pensées importantes dont le harcèlement scolaire, la grossophobie, le suicide, la confiance en soi, l’acceptation de son propre corps, l’homosexualité et plusieurs autres. En toute franchise, en osant discuter de cela, l’auteure amène une toute nouvelle perception qui transparaît sur toutes les pages du roman. Avec brio, elle parvient également à mettre en évidence les émotions et les choses que l’on devrait tous ressentir.

Dans « Si belle, Sybille », on fait la connaissance de Sybille, une jeune femme qui se trouve banale et sans aucune couleur. Ainsi, elle préfère garder cet aspect pour ne pas attirer le regard des autres sur elle et ainsi attirer les moqueries et jugements des élèves. Toutefois, sa vie de fantôme errant va brusquement changer. Effectivement, étant amoureuse de Soren, un garçon attentionné et discret, depuis le collège, elle désire plus que tout attirer son attention à lui, mais sans savoir comment. Lorsque leur professeur de littérature leur annonce qu’il y aura un projet en binôme, Sybille espère être en équipe avec Soren…

Malheureusement, son vœu n’a pas été exaucé et c’est sa meilleure amie, Sofia qui se trouve avec lui. Quant à Sybille, elle va se retrouver aux côtés de Samuel, un des garçons populaires de l’école. Imbu de lui-même, c’est un bad boy arrogant qui aime utiliser des poings et son humour sarcastique pour se défendre ou taquiner les autres. Et s’ils faisaient un marché ? Elle l’aide à ne redoubler une troisième fois et lui il essai de l’aider à séduire Soren. Au fur et à mesure que Sybille et Samuel passent du temps ensemble, chacun commence à ressentir une attirance et des sensations l’un pour l’autre. Et si le bad boy aidait Sybille à reprendre confiance en elle et s’affirmer… Cela sera-t-il suffisant pour attirer Soren sur elle ? Et si oui, quel sera le prix de cette réussite pour Samuel ?

MARQUE LE LECTORAT À L’AIDE DE QUATRE VOIX…

À l’aide du quatuor, l’écrivaine nous montre plusieurs facettes du milieu scolaire. Avec ces différentes narrations, on ne peut que s’attacher aux personnages principaux. Aussi, il est possible de découvrir l’histoire d’après la vision de quelques protagonistes secondaires. En bouquinant de cette manière, cela apporte une plus grande profondeur au récit. En effet, ils sont tous primordiaux, car chacun donne un point de vue qui rend le contenu plus fascinant et bouleversant.

En ce qui concerne la plume d’écriture de Valentine Lalande, elle est fluide et addictive. « Si belle, Sybille » est un livre que j’ai lu en moins de deux jours, il faut dire qu’il était tellement prenant. Je crois qu’il m’a même donné enlever quelques heures de sommeil… ou non. Une nuit entière. Rire. Sans aucun doute, « Si belle, Sybille » est un vrai coup de cœur.

Un dernier mot ?

En définitive, « Si belle, Sybille » est une œuvre littéraire qui mérite d’être montré aux yeux de tous. Des interlocuteurs plus attachants à suivre. Ils ont chacun un regard dissemblable de la vie. Coloré, unique, merveilleux. Des sujets émouvants et réalistes. « Si belle, Sybille » est un vrai bouquin, dans le sens sincère et intense. Un style d’écriture ensorcelant qui m’a tout aussi fait rire que pleurer. Il va de soi que je vous recommande cette sublime histoire, j’espère qu’elle vous plaira autant qu’elle m’a plu. Pour ma part, je compte bien découvrir les autres romans de Valentine Lalande.

#Sara

Chronique sur Love Lesson tome 1 écrit par Emma Chase

Love Lesson tome 1

Note : 7/10

« Pendant toutes ces années, tout ce temps ; est-ce-que t’as pensé à moi ? Parce que moi, j’ai pensé à toi, Callie. Tous les jours. J’entendais un morceau ou je passais devant un endroit qui me rappelait un superbe souvenir de nous, et je me demandais où t’étais, comment t’allais… et je pensais à toi… chaque jour. »

Garrett

Résumé : « L’amour est une leçon difficile à apprendre

À Lakeside, dans le New Jersey, la vie de Garrett Daniels semble toute tracée. Celui qui, adolescent, était un quarterback arrogant et sexy est aujourd’hui devenu l’entraîneur de l’équipe de foot et le prof le plus cool de son ancien lycée. Il est entouré de ses amis de toujours et possède une belle maison qu’il partage avec son compagnon à quatre pattes, Snoopy. Rien ne semble pouvoir troubler cette tranquillité… jusqu’à ce que son chemin recroise celui de Callie Carpenter.

De son côté, Callie mène elle aussi une existence parfaite à l’autre bout du pays où elle vit de sa passion, le théâtre. Jamais elle n’aurait pensé devoir quitter San Diego, jusqu’à ce qu’elle soit obligée de revenir vivre à Lakeside pour s’occuper de ses parents. Elle devient alors professeure de théâtre dans son ancien lycée où elle retrouve Garrett, son premier amour.

Querelles, histoires de cœur, malentendus, hormones en ébullition… Ce retour au lycée replonge Callie et Garrett en pleine adolescence, alors qu’aujourd’hui, ce sont eux, les profs ! »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaudement Hugo New Romance Québec, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance en moi.

Avant même de débuter les premières pages, j’avais très hâte de bouquiner ce roman. Le résumé me donnait très envie de découvrir la romance de Callie et Garrett. Toutefois, plus les pages défilaient et plus mon excitation est retombée peu à peu. Effectivement, certaines choses m’ont bien fait rire, d’autres que j’ai trouvé absolument adorables, une qui m’a fait verser des larmes et quelques-unes qui m’ont fait plus que tiqué. Donc, on peut dire que j’en sors littéralement mitiger.

DES DÉTAILS ORIGINAUX ET TOUT AUSSI COCASSES…

Alors, voici les critères dont j’ai apprécié lire dans ce premier opus. En soi, j’ai bien aimé passer de l’autre côté du miroir. Je m’explique. Étant dans une atmosphère étudiante, on se retrouve souvent dans la peau de l’élève en question. Et bien, dans ce cas-ci… Non, on se trouve carrément dans l’esprit des professeurs. J’ai trouvé cela comique de voir ce que les enseignant(e)s pensaient de leurs nombreuses pupilles. Sans compter que je donne un gros pouce vert aux parents de Callie. OH MON DIEU !! J’ai tellement ri quand j’ai lu comment ils ont eu leur accident de voiture. En dépit du fait qu’ils fassent partie de la catégorie des protagonistes secondaires, je n’ai pas cessé de m’esclaffer lorsqu’ils entraient en scène.

Dans le premier tome de « Love Lesson », on fait la connaissance de Callaway Carpenter, aussi appelé Callie, et de Garrett Daniels. Ils se sont connus au lycée lorsqu’ils étaient âgés de quatorze ou quinze ans. Dès le premier regard, ils sont tombés fou amoureux l’un de l’autre. Étant ensemble, ils étaient aux yeux de tous, le couple dont tous les jeunes rêvent en secret. La reine du théâtre et le quaterback de l’équipe de football de l’établissement scolaire. Cependant, après leur graduation, ils ont tout les deux pris la décision d’arrêter leur relation amoureuse et continuer leur vie chacun de leur côté dans deux villes différentes.

Maintenant dans la trentaine, Callie travaille dans le milieu du théâtre et Garrett est devenu le professeur d’histoire de son ancienne école et le coach de l’équipe de football. Ainsi, lorsque la vie décide de les remettre sur le droit chemin, doit-on croire à une coïncidence ? Ayant appris l’accident de voiture de ses parents, Callie revient dans sa ville natale afin de s’occuper d’eux. Également, elle accepte l’emploi d’enseignante de théâtre dans son lycée où elle était élève. En chemin, elle y croise son amour de jeunesse, Garrett Daniels. Entre eux, est-ce l’occasion de recoller les morceaux ? De reprendre où ils sont laissés leur histoire d’amour, il y a plusieurs années avant ?

DES PÉPINS PLUS QU’ÉVIDENTS…

Malgré le fait que j’ai dévoré le récit en moins de deux jours, je me suis trouvé à grincer des dents sur plusieurs morceaux. D’une part, Callie est une interlocutrice qui ne tient pas son morceau. En effet, quand elle apprend une mauvaise nouvelle de la part de l’entourage de Garrett, elle commence à bouillir intérieurement et à le fuir. Ça me va. Puis, elle se dispute et se met à crier après lui (il fait la même chose) et ensuite, comme si rien n’était la pression redescend et ils se réconcilient sous l’oreiller… Heu. J’ai loupé un truc ? Comme je le disais plus haut, elle pardonne vite et ne s’accroche pas à son bout. C’était quand même quelque chose qui mériterait la sortie de la tronçonneuse. Rire.

D’autre part, je pense à Snoopy. Je ne peux pas vous en dire plus, mais disons que je n’ai pas adhéré à cette réaction. Finalement, la relation de Garrett et Callie est allé trop rapidement à mon goût. Je comprends qu’ils aient vécu toutes les premières fois ensemble. Néanmoins, Emma Chase aurait pu prendre son temps pour permettre aux personnages de remonter la pente. Cela fait quand même vingt ans qu’ils ne sont pas vu.

Concernant le style d’écriture d’Emma Chase, il est addictif et coulant. Le contexte est plus qu’intriguant. En toute franchise, c’est une lecture qui est dépourvu de surprise. Sans prise de tête, on enchaîne les chapitres l’un après l’autre. Au niveau des concepts, j’ai trouvé qu’Emma Chase avait bien ciblé les enjeux. D’autant plus que la durée entre les événements s’enchaîne sans arrêt. Ce qui apporte un manque de profondeur et d’intensité au contexte et aux émotions des interlocuteurs.

Un dernier mot ?

En conclusion, le premier tome de « Love Lesson » est une lecture plus que simpliste et prévisible. Une romance rapido presto dont la complicité sentimentale n’est pas assez approfondie en épaisseur. Un retour sur les bancs de l’école, un humour à la fois drôle et sexy. Pourvu de près de trois épilogues, ce qui permet à la conclusion de se boucler définitivement, et d’une narration à deux voix, on se laisse immerger facilement dans les pensées de Garrett et de Callie. Il va de soit que je vous conseille le premier opus de « Love Lesson », j’espère qu’il vous plaira. Pour ma part, je compte bien découvrir l’idylle de Dean, le meilleur ami de Garrett.

#Sara

Chronique sur Unexpected Christmas de Phoenix B. Asher

Unexpected Christmas

Note : 8,5/10

« Je lève les yeux vers les étoiles. J’ai l’impression de contempler les fragments de mon âme qui a éclaté il y a quelques instants dans ce chalet, déchirée entre la Californie et le Montana. »

Emerson

Résumé : « Emerson, la fille adoptive de la riche famille Kessler, a tout ce qu’elle a toujours rêvé d’avoir : des amies fidèles, un dressing de la taille d’un studio, et un fiancé qui va bientôt lui offrir un mariage de princesse. Pourtant, à quelques mois de la cérémonie, une lettre accapare toutes ses pensées, l’empêchant de se concentrer sur les préparatifs. Alors que Noël approche, Emerson quitte sa Californie natale. Destination le froid du Montana, pour un voyage à la recherche de ses origines qui pourrait bien lui réserver des surprises inattendues. À commencer par ce cow-boy à l’allure de mannequin qui semble en connaître plus qu’elle sur son passé !

Une romance de Noël à savourer au coin du feu, ou partout ailleurs ! »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaudement Hugo New Romance Québec, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

Je ne vous cacherai pas que les premiers chapitres étaient quelque peu difficile à bouquiner. Je trouvais que le personnage principal était… Enfin, qu’elle faisait un peu princesse, avec une attitude de la sorte, il est évident que je suis resté de marbre face à elle. Puis, les pages ont commencé à défiler et j’ai découvert une version plus améliorée et humaine d’Emerson. Alors que je la détestais, elle est parvenue à m’attendrir et à m’ouvrir les yeux sur sa véritable personnalité.

DES THÉMATIQUES QUI EXISTENT…

Au sein de cette lecture, l’auteure a pris la décision d’aborder de certains sujets comme l’adoption, l’abandon d’un enfant laissé par ses parents tout comme le chemin psychologique et de vie d’un orphelin jusqu’à l’âge adulte, que ce soit au niveau de ses relations ou de ses décisions. En soi, tout ces sujets sont présents chez Emerson.

Dans « Unexpected Christmas », on fait la connaissance d’Emerson, une jeune femme qui a été adopté par une riche famille. Vivant une existence de princesse, elle a tout ce qu’elle a toujours voulu : un futur mariage avec son amour d’adolescence, une garde-robe plus grande que mon appartement et des copines. Et pourtant, ce qu’elle n’avait pas calculé, c’est l’arrivé d’une lettre provenant de sa mère biologique qui est décédée. Ne pouvant pas se concentrer sur les préparations de son propre mariage, Emerson prend la décision de s’envoler vers le Montana, à quelques jours de Noel. Au fil de cette aventure, la jeune femme va partir à la recherche de ses véritables racines et faire la rencontre d’un homme plus que séduisant. Sage, un cow-boy à l’allure d’un mannequin. Alors qu’Emerson continue sa quête, elle devra choisir vers qui son cœur ira ? La Californie ou le Montana ? Sa famille adoptive ou biologique ? Son amour d’adolescence ou Sage ?

UN CHEMIN PLUS QU’ÉPROUVANT…

Suivre le parcours d’Emerson, c’est aussi comprendre sa réaction vis-à-vis la révélation du siècle. C’est de ressentir la découverte du grand amour. De partir, à ses côtés, à la conquête de ses racines biologiques. De voir qu’elle est emprisonnée dans une relation toxique et toute aussi étouffante.

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle est coulante et agréable à bouquiner. Les protagonistes secondaires contribuent au développement du roman. Phoenix est parvenu à retranscrire une bonne intrigue avec en prime des émotions à revendre. « Unexpected christmas » est une lecture sans prise de tête où il est possible de passer un bon moment. Sans aucun doute, à travers ses mots, l’écrivaine essaie de nous inculquer plusieurs morales positives dont la vie a le secret.

Un dernier mot ?

En conclusion, « Unexpected christmas » est une belle œuvre littéraire à se mettre sous la main, en dépit du démarrage difficile. Un récit addictif pourvu d’une belle calligraphie. Phoenix B. Asher est une auteure à découvrir, il est évident que je vais me plonger dans ses autres histoires. Une romance de Noel à dévorer sans modération avec une excellente boisson chaude. Et pourquoi pas entouré dans une douce couverture chaude ?! Il va de soi que je vous conseille « Unexpected christmas », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je compte bien lire les autres écrits de Phoenix B. Asher afin de percevoir les différents mondes littéraires qu’elle peut nous offrir.

#Sara