Chronique sur Petits mensonges 2.0 de Sarvenaz Tash

Petits mensonges 2.0

Note : 7/10

« Je choisissais l’optimisme envers et contre tout, dans ce monde qui s’accrochait davantage au cynisme et à l’ironie. Non parce que j’étais fragile et naïve mais parce que j’avais des convictions assez fortes pour croire que ce monde pouvait quand même tourner rond. »

Mariam

Résumé : « Un petit mensonge ne peut pas faire tant de mal quand il est virtuel…

Lorsque son petit copain Caleb déménage dans un lycée l’autre bout du pays, Mariam se retrouve célibataire pour la première fois. Elle tombe alors sur une nouvelle application de rencontres en ligne, qui fait la promesse de trouver votre âme-soeur grâce à un questionnaire très précis… L’app permet également de participer à des rendez-vous en ligne incognito à l’aide d’un avatar virtuel.

Mariam n’a pas grand chose à perdre… Et en quelques clics, elle découvre ses résultats. Manque de bol, ses deux matchs sont Caleb et Jérémy, son ex et son meilleur ami avec qui elle partage tout ! Elle va alors se lancer dans une série de rencards anonymes pour en savoir plus sur ses deux prétendus prétendants. Dans cet océan d’émotions virtuelles, saura-t-elle écouter les battements IRL de son coeur ? »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaleureusement Hugo New Romance Québec, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance.

Lorsque j’ai découvert le résumé, j’avoue avoir été attiré. Disons que celui-ci semblait donner l’impression qu’il y aurait un triangle amoureux. « Petits mensonges 2.0 » était agréable à bouquiner, mais sans plus. Si on veut une lecture sans prise de tête et que les attentes, par rapport au contenu, ne sont pas trop hautes, il est possible de passer un bon moment. Enfin, je peux dire que j’en sors complètement mitiger, je m’attendais littéralement à autre chose.

UNE HÉROINE QUI AFFRONTE LA RÉALITÉ…

Alors, Mariam est une personne qui, lorsqu’elle fait des erreurs, n’hésite pas à tout faire pour les réparer. En revanche, au fur et à mesure que le récit continue, elle donne l’impression de ne pas savoir ce qu’elle veut. À de nombreuses reprises, j’ai eu envie de la secouer et pas qu’un peu. Mariam est loin d’être naïve, toutefois, elle fait mauvais choix sur mauvais choix et c’est ce que je n’ai pas aimé. Je comprends qu’elle aille le cœur brisé, mais, ce n’est pas une raison pour se mettre dans des situations plus qu’embarrassantes. Une chance qu’elle essaie de réparer ce qu’elle casse, parce que sinon je l’aurai mis sur ma liste noire. Rire.

Dans « Petits mensonges 2.0 », on fait la connaissance de Mariam, une jeune femme de dix-sept ans qui vient de se faire plaquer par son copain. En effet, étant donné que Caleb va habituer de l’autre côté du pays, il a pris la décision de rompre avec Mariam. À ses yeux à lui, les relations amoureuses à longue distance ne sont pas faites pour survivre. Pour Mariam, c’est le comble… Ainsi, quand elle décide de reprendre sa vie en main, elle tombe aussitôt sur application de rencontres virtuels. Après avoir rempli le questionnaire, Mariam voit deux possibilités qui pourraient s’offrir à elle, soit Jérémy, son ami à l’université, et Caleb, son ex. Pour la jeune femme, c’est le moment de choisir.

Vers qui son cœur penchera-t-il ? Arrivera-t-elle à reconquérir son premier amour ? D’un côté, elle discute avec Caleb de manière virtuelle, alors que de l’autre elle entame des véritables discussions en personne avec Jérémy… Mariam ira-t-elle vers le faux ou le vrai ?

UN INTERLOCUTEUR PAS ASSEZ MIS EN VALEUR…

Jérémy, j’aurai grandement aimé le découvrir plus en profondeur. Il dégage une douce aura bienveillante qui nous donne envie d’apprendre à le connaître. Son personnage aurait tellement mérité plus de détails. Sa personnalité et sa présence font partie des quelques points positifs du livre, du genre de ceux qui m’ont poussé à continuer.

Au niveau de la plume d’écriture de l’auteure, elle est coulante et sympathique à découvrir au fil des pages. « Petits mensonges 2.0 » est une histoire qui possédait des critères authentiques, mais ceux-ci… On dirait qu’ils été oubliés ou je ne sais quoi. À travers ses mots, Sarvenaz Tash nous livre les bons et mauvais côtés de la plateforme internet tout comme plusieurs de ces applications. Dans une société où la technologie ne cesse d’évoluer jour après jour, il faut bien s’attendre à ce que ce genre de chose arrive bientôt, vous ne pense pas ?!

Un dernier mot ?

En définitive, « Petits mensonges 2.0 » est une œuvre littéraire dont le rythme avance bout par bout, lentement certes, mais qui continue tout de même. Au fil des pages, on y trouve certaines thématiques plus importantes dont la quête de soi, l’attachement, la première rupture amoureuse et les premiers pas dans le monde des adultes. Une lecture aimable, en dépit de ses pépins négatifs. En soi, la calligraphie est accrochante, mais sans plus. Il va de soi que je vous recommande « Petits mensonges 2.0 », j’espère qu’il vous plaira.

#Sara

Chronique sur Sheridan tome 2 : Permis de chasser de Nathalie Badiali

Sheridan tome 2

Note : 8,5/10

« — Je suis différente… abîmée.

Ses mains se crispèrent sur mon visage une seconde, avant qu’il ne m’enlace.

— Je t’aime, Sheridan. Avec ou sans cicatrices. C’est toi tout entière que j’aime. »

Sheridan & Kyle

Résumé : « Pour Sheridan, une chose est certaine : entre son Apprentissage, sa relation naissante avec Kyle, son agaçant mais si séduisant mentor, et ses ennemis prêts à tout pour s’emparer de ses pouvoirs, la vie n’est pas de tout repos.

Puissante mais inexpérimentée, la jeune femme doit achever au plus vite sa formation, unique espoir pour elle de survivre dans le monde plein de danger des Chasseurs de vampires, où s’enchaînent épreuves et trahisons. »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaudement les Éditions Cyplog, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

Suite après avoir tourné la derrière page du premier tome, je me suis empressé de bouquiner « Permis de chasser », j’ai été une nouvelle fois plonger au cœur de ce monde surnaturel. Au fur de ma lecture, je me suis dit ENFIN, j’ai les réponses à mes questions. Rire. En toute franchise, son prédécesseur manquait d’approfondissement, mais pour celui-ci je suis quasi comblé…

L’UNIVERS ET LE RÔLE DES CHASSEURS DÉVOILÉ…

À travers ses mots, Nathalie Badiali nous explique ce que cela implique d’être un chasseur. Leur rôle, mission, les dangers, quotidien. Tout. J’ai apprécié le fait qu’elle le fasse pour « Permis de chasser », en dépit du fait que ce concept a été seulement effleuré dans « La chasse est ouverte ». Sans compter que la mythologie qui tourne autour de ces traqueurs est superbe. Une suite sans suite ?! Cette découverte est aussi trop riche en détails pour ne se contenter que d’une duologie. Effectivement, je pense qu’un troisième tome ne serait pas de trop, car il y des sujets qui sont restés en suspens. Lesquels ? Cela sera à vous de les trouver. Rire.

Dans « Permis de chasser », on retrouve Sheridan, là où la conclusion du premier tome s’est terminée, soit sur un moment à la fois romantique et sensuel. Alors qu’elle était considérée comme une simple Apprentie, dans « La chasse est ouverte », là voilà propulser dans de nombreuses situations aussi dangereuses les unes que les autres. Pour devenir une véritable Chasseuse, Sheridan n’aura pas d’autre choix que de surpasser et de montrer aux autres de quoi elle est capable.

Sur ces entrefaites où son âme, sa volonté, ses pouvoirs, son potentiel attisent la curiosité de tout, que ce soit les bonnes ou les mauvaises personnes. Sheridan parviendra-t-elle à affronter tout ces obstacles ? Réussira-t-elle à déjouer toutes les intentions de tout le monde, sans se perdre elle-même ? Entre les complots, les insultes et les machinations, la jeune rouquine devra aussi se révéler. Par chance, dans ces épreuves, Sheridan pourra compter sur le soutien de Kyle, maintenant qu’ils sont partenaires.

L’HOMME DERRIÈRE LE TRAQUEUR…

La romance est beaucoup plus présente dans « Permis de chasser », ce qui laisse place à plusieurs scènes sentimentales et passionnantes. Quant à Kyle… Alors que dans le livre précédant, j’ai découvert un homme strict dont le masque de mentor ne le quittait jamais d’une semelle, pourtant dans celui-ci, j’ai fait la connaissance d’un autre individu. Malgré le fait que Kyle sera et restera toujours un homme jaloux, possessif et protecteur, c’est comme si quelque chose de nouveau avait fait rebattre son cœur torturé. Dissimulé dans l’ombre du chasseur se trouve une personnalité à l’humour taquin et qui serait prête à tout pour la femme qu’il aime C’était juste WOW. Mon côté fleur bleue en a pris un coup, je n’ai pas pu m’empêcher de fondre pour lui.

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours addictive et coulante à lire. Une trame bien ficelée, mais qui aurait pu se conclure quelques pages plus tard. L’héroïne est toujours aussi combattive et forte, elle pourrait tout risquer pour les personnes qu’elle aime. J’ai tout de même passé un bon moment en compagnie de tout ces protagonistes principaux et secondaires. Je vous avoue que la fin ouverte me dérange un peu, je veux un autre tome. Vite !! Rire.  

Un dernier mot ?

En définitive, la duologie « Sheridan » est une duologie inhabituelle et que l’on voit rarement dans les romans. Un bon vent de fraîcheur. L’auteure nous offre plus de profondeur concernant le monde des chasseurs ainsi que leur manière de penser et de vivre. Sheridan est égale à elle-même, elle est encore plus attachiante. Rire. Une duologie plus que sympathique. Authentique. J’ai aimé la calligraphie de Nathalie Badiali. Quelques pistes auraient mérité d’être plus explorées. Il va de soi que je vous recommande ce deuxième tome, mais veillez à bouquiner « La chasse est ouverte » avant de débuter « Permis de chasser ». J’espère qu’il vous plaira.

#Sara

Chronique sur Sheridan tome 1 : La chasse est ouverte de Nathalie Badiali

Sheridan tome 1

Note : 8/10

« Pourtant, à travers mon trouble et les larmes qui coulaient malgré moi, un sourire m’apparut soudain. Taquin, joueur : celui de Kyle. Et au fond de moi, je sus à cet instant que seul cet homme pourrait être le remède à mon mal-être du moment… »

Sheridan

Résumé : « La vie de Sheridan Lancaster, petite rousse de caractère, semble réglée comme du papier à musique : boulot, métro, dodo.

Cependant, lorsqu’elle est Révélée, tout bascule. Le monde qu’elle croyait connaître s’avère d’un coup bien plus complexe et elle comprend qu’elle a tout à apprendre, à commencer par ce qu’elle est réellement.

Sa nouvelle vie lui réserve dès lors bien des surprises : capacités insoupçonnées, ennemis redoutables… Mais le plus compliqué pour elle sera peut-être bien de percer la carapace de Kyle, son mystérieux mentor, Chasseur de vampires aux qualités exceptionnelles, mais au tempérament insupportable. »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie les Éditions Cyplog, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance en moi.

Vous connaissez ce sentiment où lorsque vous lisez un roman et que celui-ci ressemble sur plusieurs points à une série télévisée ? Et bien, c’est le cas avec « La chasse est ouverte ». Sans aucun doute, le fait que l’on abordait des chasseurs et des vampires ont attisé ma curiosité. J’aime beaucoup de ce genre de sujet dans un livre.

BUFFY CONTRE LES VAMPIRES VERSION MODERNE…

Ah, Sheridan. À mes yeux, elle possède des traits communs avec notre élue. D’une part, derrière cette petite grandeur (comme la mienne) se dissimule un caractère de feu. Cette rouquine compense ce qu’il lui manque physiquement par un esprit plus que costaud. Sheridan montre aux autres qu’il ne faut surtout pas l’énerver, sinon ça risque de chauffer. Et honnêtement, j’adore cela.

Dans « La chasse est ouverte », on fait la connaissance de Sheridan Lancaster, une jeune femme indépendante qui essaie et aime se débrouiller toute seule. Travaillant de nuit dans un supermarché pour rembourser un prêt étudiant, elle affectionne le fait de ne rien devoir à personne. Mais, cela, c’était avant qu’elle rencontre ce mystérieux inconnu qui l’attend à la sortie de la supérette. Cet individu la Révèle et lui annonce une nouvelle qui bouleversera son existence à jamais. Effectivement, Sheridan apprend qu’elle est une chasseuse. Une personne faite pour traquer et combattre les vampires. Pour donner suite à cela, la jeune rouquine comprend qu’elle ne pourra plus avoir véritablement une vie normale.

Ainsi, afin de s’entraîner, Sheridan sera jumelé à Kyle, un mentor strict et pragmatique ainsi qu’un puissant chasseur. Entre les préparations physiques et mentaux, elle s’efforce de conserver sa routine courante, mais sans succès. Maintenant qu’elle a été Révélé, Sheridan n’aura pas d’autres choix que de surveiller ses arrières. Effectivement, certains individus ont entendu parler de ses propres pouvoirs. Saur-t-elle se protéger ? Parviendra-t-elle à trouver sa véritable nature ? Et si au cours de cette aventure, elle se rapprochait d’une personne ?

UNE REVISITE DES VAMPIRES ET DES CHASSEURS PEU DÉTAILLÉE…

En toute franchise, j’ai aimé découvrir cet univers, mais j’ai trouvé qu’il manquait de chair. L’auteure ne va pas vraiment loin dans la représentation. J’aurai aimé avoir qu’elle y aille plus en profondeur, mais cela n’a pas été le cas.

 Au niveau de la calligraphie de Nathalie Badiali, elle est fluide et agréable à bouquiner. L’action et les surprises ne cessent de s’alterner les unes après les autres. Des protagonistes plus que captivants, on finit par s’attacher à eux. À travers les pages, on y découvre une course contre la montre… Plus que dangereuse, il semblerait que tout le monde soit près à obtenir ce qu’ils veulent réellement. En soi, « La chasse est ouverte » est un premier opus plutôt prenant et dont les mystères, qu’ils me restent à voir, poussent ma curiosité à vouloir en savoir plus, plus et toujours plus. Pourtant, au cours de ma lecture, j’ai constaté quelques pépins qui m’ont soit laisser sur ma faim ou qu’ils m’ont maintenu perplexe.

En effet, comme je l’ai écrit plus haut, j’aurai aimé avoir plus d’éléments sur ce monde vampirique, mais pas au point de négliger la véritable action principale. En dépit du fait qu’il ait des rebondissements ici et là, la grande bataille ne se déroule que vers la fin du récit. Néanmoins, lorsque j’y suis arrivé, je pouvais à peine reprendre mon souffle que l’écrivaine nous embarquait au cœur d’une autre péripétie plus périlleuse que la précédente.

Un dernier mot ?

En somme, le premier tome de Sheridan était intéressant à lire. Le tempérament de guerrière de l’interlocutrice principale est un plus au roman. L’univers pondu par Nathalie Badiali est plutôt plaisant à suivre au fil des feuilles. Celui-ci mélange les chasseurs, vampires et humains. Je ne vous cacherai pas qu’à certains moments, j’aurai voulu avoir le point de vue de Kyle ou encore celui de Krystain, simplement par curiosité. Pour savoir ce qu’il se trame dans leur tête. Une belle mise en bouche à se mettre sous la dent. Il va de soi que je vous conseille « La chasse est ouverte », j’espère que cette lecture vous plaira.

#Sara

 

Chronique sur Nej éternel de Claudie J. Martin

Nej Éternel

Note : 8/10

« Je saisis ma caméra et l’allume en la mettant en mode lecture. En appuyant sur play, je redécouvre un passage qui parvient à me tirer un mince sourire. Sur le petit écran, on voit un mur de pierre et une chaise vide.

– C’est pour mon vlog, m’entend-on dire.

Et après un court instant de silence, j’ajoute :

– Non, vlog. C’est comme un blog, mais c’est sur support vidéo. Je vais poster tout ça sur ma chaîne Youtube, enfin si tu es d’accord pour y apparaître…

Je stoppe la lecture et soupire. Les souvenirs ressurgissent. De fines larmes viennent s’aventurer sur mes joues lorsque je repense encore à cette semaine que j’ai passée dans ce bivouac perdu au beau milieu de cette forêt enneigée. »

Faustine

Résumé : « Faustine et son groupe d’amis partent pour une randonnée en plein massif du Mont-Blanc.

Guidés par Alexis, un alpiniste chevronné, ils séjournent dans divers endroits et profitent de la beauté immaculée des montagnes enneigées en cette saison.

Mais l’excursion tourne au cauchemar lorsque survient un accident d’hélicoptère non loin d’eux.

Emportée par une avalanche, Faustine est séparée de ses camarades et fait une rencontre pour le moins… déconcertante. »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaudement Sharon Kena Éditions, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi.

Avant même de débuter ma lecture, j’ai été attiré par cette page couverture. Elle est si belle et pure. D’un blanc immaculé. « Nej éternel » est une petite nouvelle de 60 pages qui se lit assez facilement et rapidement. Sans prise de tête, cette lecture nous amène au sein d’une histoire à la fois émouvante et mystérieuse. Cependant, j’ai été quelque peu émoustillé, je suis resté sur ma faim. J’aurai aimé avoir un épilogue qui explique ce que cette aventure a apporté dans la vie de Faustine, de voir l’impact que cela a eu dans le quotidien de l’interlocutrice.

UN ROMAN AUX PAYSAGES BLANCS…

À travers ses mots, l’auteure nous détaille des peintures plus magnifiques les unes que les autres. En si peu de pages, Claudie J. Martin nous emporte au cœur d’un voyage hivernal à la montagne. Pendant ma lecture, je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer ces nombreux panoramas présentés dans le récit.

Dans « Nej éternel », on suit le parcours d’un groupe d’amis qui partent à Mont-Blanc pour une période limitée. Faustine, l’héroïne principale, est une youtubeuse qui tient un vlog et elle avait l’intention de tourner des vidéos de toute son escapade… Mais, ça c’était avant. Alors, qu’ils sont en pleine exploration, une collision d’hélicoptère survient près du lieu où ils se trouvent. En conséquence, cela a provoqué un éboulement de neige. Faustine, en tentant de s’échapper, se fait mal à la cheville et est entraîné, malgré elle, dans cette même chute de glace. À son réveil, Faustine se trouve dans une maison inconnue où la seule personne présente est un jeune homme de vingt-cinq ans. Aussitôt, elle ne peut s’empêcher d’être attiré par lui. Que lui cache-t-il ?

Lui, c’est Nej, il a sauvé et recueilli Faustine, alors qu’aucun autre individu ne pouvait lui apporter son aide. Il s’occupe d’elle le temps qu’elle se remette sur pied. Cependant, pourquoi donne-t-il à Faustine des réponses qui n’ont ni queue ni tête ? Quant à Faustine, elle va se laisser séduire par l’apparence énigmatique, la gentillesse et l’attitude innocente de son sauveur. Les paroles de Nej sauront la réconforter dans son malheur… Et si les sentiments qu’elle ressentait pour lui était plus qu’une simple attraction ? Le destin aurait-il décidé de les mettre sur le même chemin pour un court instant ?

UNE IDYLLE HORS DU TEMPS…

Cette narration inédite, c’est la courte histoire d’amour de Faustine et Nej. Une aventure où la temporalité a été suspendue pour un moment… Le temps de ressentir des émotions nouvelles. D’un baiser. D’un simple toucher. De la découverte de deux corps encore totalement inconnus pour l’un et l’autre. « Nej éternel » est considéré à la fois comme un rêve et une réalité, au point d’avoir vécu tout cela.

Au niveau du style d’écriture, il est agréable et fluide à bouquiner. Étant à une voix, soit à la première personne, on découvre tout comme Faustine, les mystères de ce refuge et ce qu’il dissimule. Une chouette lecture à se mettre sous la dent. Relatif aux personnages, j’ai aimé Faustine et Nej, entre eux, un véritable lien affectif s’est enraciné. Ils se connaissent à peine et pourtant leur discussion semble si naturelle. C’est comme s’ils avaient eu le coup de foudre l’un pour l’autre.

Un dernier mot ?

En définitive, « Nej éternel » est une jolie littérature qui nous embarque dans un monde magique pour quelques pages. Faustine et Nej forment un duo attachant et sincère. Ainsi, par le biais des lignes, on perçoit à quel point, la nature peut être sans pitié. Savoir que ces situations, l’avalanche de neige et l’accident, pourraient réellement arriver… Ça me donne la chair de poule. Comme je l’ai écrit au début de ma chronique, je suis resté sur ma faim. J’aurai voulu avoir quelques pages de plus afin de concevoir en quoi cet événement a bouleversé l’existence de Faustine. Il va de soi que je vous le recommande, j’espère qu’il vous plaira.

#Sara

Chronique sur Mrs. Azarov écrit par Alexandra Lanoix

Mrs. Azarov

Note : 9/10

« Il m’avait prise en filature tout ce temps, pour savoir comment je m’en sortais. Il m’a tendu sa main et il m’a relevée en me disant que plus jamais rien de mauvais ne m’arriverait tant que je serais avec lui. En lui donnant ma main, j’étais consciente que je scellais un pacte avec le diable, mais les années qui ont suivi… il m’a ressuscitée en quelque chose de bien mieux. »

Julia

Résumé : « Julia, jeune femme au caractère bien trempé est le bras droit du puissant criminel international Nikolai Azarov avec qui elle partage une relation passionnée depuis dix ans. Malheureusement, une sévère amnésie lui a retiré tout souvenir postérieur à sa rencontre avec lui suite à un accident de bateau. Nikolai Azarov est son seul point de repère. Qui elle était, ce qu’elle faisait, Julia n’en a plus aucune idée. Nikolaï Azarov l’a sauvée et prise sous son aile pour faire d’elle une nettoyeuse, un membre craint de son organisation. Pourtant, lors d’un deal, elle fera la rencontre de Liam, un homme qui ramènera à sa mémoire des bribes de son passé qui pourtant la troubleront plus qu’ils ne la soulageront. Julia devra faire un choix : continuer sa vie actuelle ou retourner à sa vie d’avant. »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaleureusement Alexandra Lanoix, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse ainsi que de sa confiance en moi.

Avec celui-ci, c’est le cinquième roman d’Alexandra Lanoix que je bouquine, je deviens une habituée de ses écrits, maintenant. Rire. Jusqu’à présent, j’ai découvert plusieurs genres littéraires tout comme diverses atmosphères. Ayant lu « Amoureuse du diable », j’ai trouvé que « Mrs. Azarov » allait à la fois dans la même direction, mais pas totalement. En toute franchise, je ne sais jamais sur quel pied danser avec cette auteure. Elle peut soit me faire verser des larmes, me rendre heureuse ou en colère… Disons, que cela dépend beaucoup du contexte et de la conclusion de l’histoire en question. Rire.

LORSQUE LA PASSION RENCONTRE L’ACTION…

En soi, « Mrs. Azarov » se caractérise par son univers dangereux tout en étant sensuel, ce qui finalement, le rend captivant. Les rebondissements et le suspense… Tout y est. Il nous tient en haleine dès les premières pages. Des combats à mains nues. Des pistolets. Des armes blanches. De la torture. Des personnes sans pitié. Du sang. Des affaires illégales. Des scènes romantiques et torrides… Quoi demander de mieux ? Je trouve que cela fait un excellent cocktail à déguster jusqu’à la dernière goutte.

Dans « Mrs. Azarov », on fait la connaissance de Julia, une femme de trente-sept ans qui n’a pas la langue dans sa poche. Bras droit de Nikolai Azarov, depuis dix ans, un mafieux à la tête d’un empire, elle est aussi une nettoyeuse, soit la personne qui rend visite à tout ceux qui ne respecte pas la part du gâteau. Julia est excellente dans ce qu’elle fait, car elle possède une imagination débordante et un instinct hors du commun… Surtout lorsqu’il est question de faire parler un individu. Toutefois, il y a un hic.

Avant ses vingt-sept ans, elle n’a aucun souvenir de son passé. Effectivement, il y a dix ans, Nikolai l’a sauvé d’un accident de bateau et depuis ce temps, elle partage son quotidien et son lit. Néanmoins, jamais Julia n’arrêté de chercher qui était réellement, mais faire une recherche sans avoir d’indice sous la main, c’est comme chercher une épine dans une motte de foin. Impossible. Et pourtant… C’est lors d’un rendez-vous d’affaire qu’elle y rencontre Liam et apprend que cet homme avait une place bien importante dans son cœur avant son amnésie. Malgré le fait qu’elle soit éperdument amoureuse de Nikolai, Julia ne peut s’empêcher de penser à Liam.

Au cours de sa découverte, de nombreuses vérités vont se révéler, aussi tranchantes soient-elles. Des personnes seront toutes aussi démasquées. Julia parviendra-t-elle à savoir l’identité de l’individu qui provoqué l’explosion du bateau dans lequel elle était ? Et si cette sincérité qu’elle recherchait finissait par l’éloigner de l’homme dont elle est amoureuse ?

UN COUPLE SOUDÉS ET COMPLÉMENTAIRES SUR TOUT LES BORDS…

Julia et Nikolai forment un tout. En effet, ils sont toujours présents l’un pour l’autre et cela malgré les obstacles. Julia veille et fait attention à l’homme qu’elle aime, en dépit de sa propre sécurité, et Nik fait également la même chose pour sa bien-aimée. Des amoureux qui font rêver, vous ne trouvez pas ?! Honnêtement, j’ai adoré ce duo. Ils font évidemment bien la paire.

Concernant la plume d’écriture d’Alexandra Lanoix, elle est toujours aussi addictive et agréable à lire que dans ces livres précédents. La trame est bien ficelée du début jusqu’à la fin, les mystères ne cessent d’apparaître tout comme les réponses à nos questions. Quelques fois, il m’est arrivé de douter de Julia, du genre si elle allait quitter Nikolai pour aller se replonger dans son ancienne vie. J’ai eu des doutes, mais au fond, il y a plus de bien que de mal. Rire.

Un dernier mot ?

Quoi qu’il en soit, « Mrs. Azarov » est une œuvre littéraire qui nous embarque dans une explosion de saveurs aux multiples révélations et qui nous amène au cœur d’une relation d’amour sans limite, mais toute aussi profonde. Prenant et passionnant, c’est ce que je peux vous dire. Une calligraphie dont je ne me lasse pas. Au fil de ma lecture, j’ai pu entrevoir une guerrière au tempérament de feu et un homme attentionné et bon, en dépit de son allure de mafieux. Il va sans dire que je vous conseille « Mrs. Azarov », j’espère que cette lecture vous plaira autant qu’elle m’a plu.

#Sara

Chronique sur À cœur et à sang de Sarah West

À coeur et à sang

Note : 9,5/10

« Je le trouve sublime, mais il n’y a pas que sa beauté qui m’attire chez lui, il y a aussi son côté sombre. Ce côté ténébreux que je remarque dans ses yeux. Cette autorité naturelle qui transparaît de chaque pore de sa peau. Il émet des ondes de mâle alpha et ça m’excite au plus haut point. Oui, je sais, je suis pathétique d’être excitée par mon prof. C’est tellement cliché ! »

Camille

Résumé : « J’ai toujours cru au bonheur, mais je ne savais pas que je devrais passer par la déchéance et l’humiliation pour l’atteindre.

Tout a commencé quand mon prof de français, M. Logan Lodge, a flashé sur moi. Je venais juste d’avoir 18 ans et j’étais encore très naïve, je pensais que c’était un prince sur son cheval blanc, mais j’ai vite déchanté. Il m’a manipulée, violée, frappée et fait vivre un enfer. Il m’a obligée à coucher avec d’autres hommes, me droguant pour que je sois la plus conciliante possible. J’ai des cicatrices partout, me rappelant l’enfer qu’il m’a fait vivre : les coups de ceinturon, de couteau et beaucoup d’autres tortures inimaginables.

Un jour, lors d’une soirée échangiste que Logan avait organisée, tout a basculé. Mon prince m’a trouvée, il s’appelle Enzo, c’est un mafieux très craint et il a décidé de me sortir de cet enfer. Mais dans quel nouvel enfer vais-je entrer ?

Ma condition actuelle n’est-elle pas tolérable tout compte fait ? »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement Evidence Éditions, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

Voilà une dark romance comme je les aime. Cruelle et sans cru. L’ayant dévoré en moins d’une journée, j’ai été happé par cette histoire sombre. « À cœur et à sang » est le premier roman de Sarah West. Et je dois vous dire que je ne regrette absolument pas de m’être plonger tête baissée dans cet océan de requins.

UNE DARK ROMANCE AUSSI FRISONNANTE QUE SADIQUE…

Rire. Wahou ! Je comprends pourquoi il était écrit que ce récit s’adressait à un public averti. Disons que les scènes ne sont pas pour les âmes sensibles. Elles contiennent de la violence physique comme le viol, des gifles, coups de poing, des fouets de ceinture. Puis, côté psychologique, il y a les insultes, la relation dominant et soumise relatif au BDSM. Tous les moments que Camille a passé avec Logan m’ont fait intérieurement hurler de colère. Comment peut-on faire cela ? Avoir un sombre passé n’excuse pas les agissements du présent. Vous comprenez ce que je veux dire ?!

Dans « À cœur et à sang », on fait la connaissance de Camille, une jeune étudiante sérieuse qui va fêter ses dix-huit ans, en compagnie de Maya, sa seule amie. Et si une seule soirée pouvait tout bouleverser d’un simple coup ? Lors de cette nuit d’anniversaire, Camille y trouve son séduisant professeur Logan Lodge. Tout comme les autres élèves de l’établissement scolaire, la jeune femme ne peut s’empêcher de craquer pour lui, de le laisser entrer dans ses fantasmes sexuels. Alors qu’il lui propose un choix qu’elle ne peut refuser, Camille se rend compte qu’elle va enfin réaliser un de ses songes. Cependant, tout va complètement changer lorsqu’elle se retrouvera seule avec lui… En effet, Logan n’hésite pas à réduire la résistance de Camille en lambeaux et de la traiter comme son esclave sexuelle.

Avec lui, elle subit d’horribles tortures, la suivante toujours plus épouvantable que la précédente. Viol, coup de ceinture, poings, gifles, sexualité brutale, sexe en groupe non désiré, drogue… Camille passe par tout. Ce qu’elle souhaite plus que tout, c’est d’abandonner cette vie qui ne lui appartient plus… Enfin, c’est ce qu’elle voulait avant qu’elle n’aille à cette soirée échangiste et qu’elle y revoit Enzo. Et si ce prince de la mafia était son seul espoir de survie ? Qu’arrivera-t-il si elle prend la décision d’aller vers son chevalier blanc aux tâches rouges ? Sera-t-elle assez forte pour endurer ce qu’il l’attend ?

RENAÎTRE DE SES CENDRES PREND TOUT SON SENS…

Quand le mafieux à l’armure d’argent est arrivé dans la vie de Camille, il est possible de constater l’évolution psychologique de la jeune femme. Elle change du tout au tout. Je vous avoue que j’étais, sans mot, de découvrir dans quelle direction ce changement avait été confectionné. En soi, comme un phœnix, Camille est parvenue à utiliser ce qu’elle avait vécu avec Logan pour devenir une personnalité plus forte, dangereuse et respectée par les autres. À première vue, cette modification la rend sans cœur, pourtant je trouve que cela lui va bien… Et il le faut si elle veut survivre dans ce milieu et être aux côtés de celui qu’elle aime plus que tout.

En ce qui concerne la calligraphie de Sarah West, elle est ensorcelante et fluide. Dès les premières pages, j’ai été séduite par cette dark romance. Habituellement, ce n’est pas un genre littéraire que je priorise, car je suis difficile sur les bords. Rire. Vous savez si les interlocuteurs sont dignes des PIRES films d’horreur, je crois qu’il est tout de même possible de s’attacher à eux. Certains qu’on veut prendre dans nos bras et d’autres que l’on pourrait laisser moisir tout seul. Rire. À travers ses mots, Sarah West nous plonge au cœur des pensées de Camille, Logan et Enzo, je dois vous dire que ce n’est pas rose bonbon. Loin de là.

Un dernier mot ?

Finalement, « À cœur et à sang » est une œuvre littéraire à ne pas entre les mains de tout le monde. Rire. Une trame tout aussi captivante qu’effrayante, les pages défilent sans qu’on ne s’y attende. Il y a, d’un côté, des scènes censurées qui ne sont aucunement violentes et sanglantes et de l’autre, des passages remplis d’amour et de chaleur. Je vous avoue que certains moments m’ont retourné l’estomac, c’était tout simplement écœurant. Un style d’écriture qui m’a plu du début jusqu’à la fin. Pour ma part, je compte bien suivre de plus près les futurs écrits de Sarah West. J’aimerais bien retrouver cette ombrageuse atmosphère que j’ai ressenti lors de ma lecture de « À cœur et à sang ». Qui sait, on aura peut-être un petit quelque chose sur ce qui s’est passé entre Logan et Maya après que la situation a eu éclatée.

#Sara