Chronique sur Juste un mot partie 1 de Meo Lyss

Juste un mot partie 1

Note : 8,5/10

« Assise dans l’alcôve, je regarde le soleil se lever.

Encore une nuit sans sommeil.

Elles sont si nombreuses depuis quatre mois, depuis qu’il m’a quitté, que j’ai arrêté de les compter.

Depuis ma tentative de suicide, la culpabilité serre mon cœur « chaque fois que je suis avec eux.

Comment ai-je pu leur faire endurer ça ?

Le pire, c’est que je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé ce jour-là. Je ne suis pourtant pas suicidaire, alors pourquoi ai-je tenté de mettre fin à ma vie ?

Je n’ai toujours pas la réponse et je ne l’aurais probablement jamais, car je n’ai aucun souvenir précis de ce jour ni des suivants. Tout ce qui me revient en mémoire, c’est la lame sur mon bras, le marteau qui m’a permis de tout détruire, et de ma douleur, « de ce besoin de ne plus rien ressentir.

Maintenant, tout ce qu’il me reste, c’est cette cicatrice qui ne cesse de me hanter.

Les semaines suivantes de ce que je nommerais « l’erreur » n’ont pas été très glorieuses ; je restais enfermée dans le noir, me coupant du monde et de mes amis, refusant de m’alimenter, de bouger, de vivre tout simplement.

J’ai eu du mal à surmonter ce que j’ai fait et c’est encore le cas aujourd’hui. La seule différence entre cette période et maintenant, « c’est que j’ai repris une vie relativement normale. »

Maëllia

Résumé : « Trois mois que sa vie a pris un tournant inattendu ; Maëllia vit aujourd’hui avec l’un de ses meilleurs amis et la cohabitation devient pesante.

Elle rêve de liberté, d’indépendance, mais la peur omniprésente de ses amis l’empêche d’agir à sa guise. Afin de s’assurer qu’elle ne recommencera jamais, ils ont mis en place une surveillance constante qui l’oppresse et l’étouffe.

Mais sa rencontre avec Liam va changer la donne, grâce à son aide, elle va obtenir petit à petit la liberté à laquelle elle aspire, mais ce ne sera pas sans frais. »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaleureusement J’aime la littérature, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

N’étant pas familière avec la calligraphie de l’auteure, je ne savais pas dans quoi je m’embarquais. Je ne m’attendais pas à ce que ce roman possède une tournure psychologique. La première partie de « Juste un mot » est sombre tout en étant intéressante. C’est une jolie petite histoire. Un récit qui devrait posséder plus de feuilles, pourquoi si minuscule ? Rire. On reste forcément sur notre faim. Pour finir, je suis contente d’avoir passé le cap et d’avoir laissé une chance à ce bouquin.

Évidemment, je compte bien lire les autres écrits de l’auteure. La curiosité a eu raison de moi. « Juste un mot » est un cri du cœur que l’on ne peut ignorer !

UN MESSAGE DÉVOILÉ ET UN THÈME SENSIBLE…

À travers les pages, Meo Lyss essaie, à sa manière, de nous faire parvenir une leçon importante, celle de l’acceptation de soi. Si vous voulez mon avis, c’est un détail que j’aime beaucoup, car c’est un sujet peu abordé dans la société actuelle.

D’autant plus que dans cette lecture, il est possible de retrouver un motif rempli de sensibilité. De quoi je vous parle ? Hum… Je vais vous laissez sur ces quelques mots : ce thème touche le désir de vivre et l’impossibilité à continuer de souffrir d’un individu. Accrochez-vous à votre chaise et si vous le pouvez, prévoyez des mouchoirs.

Dans la première partie de « Juste un mot », on fait la connaissance de Maëllia, une jeune femme qui a vécu un événement important. Trois mois plus tard, on la retrouve en compagnie de son groupe d’amis. Protecteurs, ceux-ci essaient de l’enfermer dans une cage dorée pour prévenir n’importe quelle situation qui pourrait lui causer du tort à nouveau. Étouffée, Maëllia ne peut s’empêcher de penser au fait qu’elle souhaite reprendre son indépendance d’antan. Cependant, ses amis ne la laissent pas vivre en liberté. Enfin, c’est ce qu’elle croyait jusqu’à cette rencontre inattendue. Et si cette bouleversante altercation lui permettait de se reconnecter avec sa véritable personnalité ? Celle qu’elle est au plus profond d’elle-même.

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’écrivaine, elle est coulante et agréable à découvrir. Simple et tendre à la fois, Meo Lyss parvient par le biais de ses mots à nous attendrir et à nous faire une montagne russe d’émotions. J’ai vécu ce périple aventureux aux côtés de Maëllia. J’ai partagé ses peines, colères et toutes ses autres sensations.

PROTAGONISTES À DÉVELOPPER PLUS EN PROFONDEUR…

Sans prise de tête, « Juste un mot » se lit rapidement et facilement. J’ai passé un bon moment en compagnie de ces nombreux personnages principaux et secondaires. En toute franchise, quelques interlocuteurs m’ont donné des envies de meurtre et d’autres me faisaient de la peine. Puis, j’aurai aimé connaître plus en détails les acteurs et actrices. Peut-être gratté plus profondément à l’avenir.

Concernant Maëllia, j’ai été touché par ses états d’âme. En outre, on découvre comment elle se perçoit et en quoi ces nombreuses réflexions lui ont permis de s’accepter elle-même. Super !

Un dernier mot ?

Finalement, la première partie de « Juste un mot » ne possède aucun filtre. Émouvante ! Un bouquin qui reflète, sans aucun doute, la réalité de certaines personnes. Un style d’écriture fluide et maîtrisé. Une conclusion qui nous laisse en total confusion, ce qui ajoute une touche de mystère. Une héroïne qui est parvenu à me toucher, à m’attendrir. Il va de soi que je vous conseille ce roman, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je souhaite bouquiner de nouveau les univers littéraires de Meo Lyss.

#Sara

Chronique sur Aime-moi encore écrit par Angel Trudel

Aime-moi encore

Note : 9,5/10

« — Je suis désolée, Gabriel, je dois rentrer.

— Pas déjà, reste encore un peu avec moi, avait-il protesté.

— C’est un de mes frères, je suis déjà surprise que ma mère ne l’ait pas envoyé avant.

J’étais morte de honte, mais jamais je n’ai regretté cette soirée.

— Merci de m’avoir raccompagnée, Gabriel.

— Attends, Annie, quand est-ce que je peux te revoir ?

— Nous nous verrons à l’école lundi.

J’étais sortie de sa voiture malgré moi. Je n’arrivais pas à croire qu’il puisse s’intéresser réellement à moi. Je ne pouvais pas en vouloir à mon frère, j’étais soulagée de ne plus avoir à faire face à toutes les sensations que j’avais ressenties quand il m’avait embrassée.

— Allez, Annie, rentrons à la chambre, j’ai hâte de découvrir ce site en soirée.

La voix de Justine me ramène à la réalité, j’étais loin dans mes souvenirs.

— Oui, allons-y. Pour ma part, j’ai hâte de sortir danser.

Je dois me changer les idées ; je ne veux pas penser au passé. Nous quittons la plage pour aller nous préparer. Il faut bien être dans le Sud pour prendre deux douches par jour au minimum, en plus de se baigner.

— Je me demande bien si Ève profite de son massage, enchaîné-je.

— Moi aussi, j’aimerais bien me faire masser cette semaine. J’ai hâte d’avoir ses commentaires. »

Annie, Gabriel & Justine

Résumé : « Annie accompagne ses deux meilleures amies pour une semaine de vacances à Cuba afin de célébrer leur complicité des 10 dernières années.

Pendant ce voyage, elle aimerait faire le point sur sa carrière en arts qui tarde à décoller comme elle en rêve. Si elle avait le choix, elle passerait tout son temps dans son atelier à peindre les tableaux qu’elle imagine. Elle ne s’attend pas à des retrouvailles avec son premier amour, son seul amour, dans ce paradis tropical. Gabriel n’était pas prévu dans son tout inclus. Se laissera-t-elle séduire par toute la chimie encore explosive entre elle et lui? Osera-t-elle s’abandonner à ses belles promesses?

Dans une danse d’attraction qui leur est propre, ces vacances raviveront-elles cet amour impossible à oublier, ou aurait-il été préférable de laisser le passé derrière? Auront-ils droit à cette deuxième chance? Pourra-t-elle ouvrir son cœur, qui n’a jamais cessé de ne battre que pour lui? »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaudement Angel Trudel pour sa confiance en moi et en mon blogue.

Houlà ! Je ne sais pas vous, mais j’ai chaud tout d’un coup. Rire. Quel plaisir de retrouver la chaleur et les beaux paysages cubains. Tout comme le premier tome, j’ai retrouvé cette sensuelle atmosphère qui m’avait tant plu. Celle-ci ne cesse de croître depuis le début. Évidemment, je suis également heureuse de retrouver la calligraphie d’Angel Trudel.

Étant familière avec cet univers dont la trilogie tourne gravitionnellement autour, je savais qu’en continuant sur cette lancée, j’allais découvrir un autre point de vue. Encore une fois, l’auteure a su me faire voyager au cœur des tropiques.

UNE BALLADE SUR LE BORD DE MER…

« Aime-moi encore » nous offre de nouveau la possibilité de voyager à Cuba. Une histoire toute aussi émouvante que rigolote. L’écrivaine a réussi à peindre les différents horizons d’une perception dissemblable à celle du premier opus. Ce second récit est définitivement une lecture à bouquiner lors des froides températures, comme en ce moment. Rire.

Rempli d’affection et de tentation, cette trilogie est sans aucun doute un cocktail parfait d’amour et d’érotisme. À dévorer sans modération, jusqu’à la dernière gouttelette. J’ai bien aimé découvrir cette croisière à travers les yeux d’Annie et Gabriel. Mystérieusement, j’étais plus proche de l’héroïne principale de ce deuxième tome que de celle du premier opus.

FACILE ET SANS PRISE DE TÊTE…

Dans « Aime-moi encore », on fait la connaissance d’Annie, une jeune femme qui a pris la décision de s’envoler vers Cuba, en compagnie de Justine et Êve, ses deux meilleures amies, pour une semaine afin de fêter leurs 10 années d’amitié. Peintre, elle se consacre corps et âme à cette passion qui lui tient à cœur. Son rêve ? Être reconnu dans le monde artistique. Toutefois, ce n’est pas une chose aisée étant donné que cet univers est très restreint et compétitif. Annie a-t-elle ce qu’il faut pour réaliser son plus grand désir ? Mais, il semblerait qu’elle ne soit au bout de ses surprises… En effet, c’est lors de sa belle aventure paradisiaque qu’Annie se retrouve face à face avec Gabriel, son grand amour. Celui qui lui totalement brisé le cœur sans la moindre hésitation. L’homme dont elle n’a jamais cessé d’aimer d’un amour inconditionnel.

Alors quand la flamme de l’attraction semble toujours s’épanouir entre eux, Annie devra décider si elle veut de nouveau que Gabriel fasse partie de sa vie. Se laissera-t-elle aller à ce désir explosif qu’elle croyait perdu ? La jeune femme arrivera-t-elle à lui confiance au risque de se faire encore briser le cœur ? Gabriel et Annie devront prendre une décision cruciale concernant leur avenir : choisiront-ils de se donner une seconde chance ? Ou tourneront-ils la page sur leur relation ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’écrivaine, elle est toujours aussi fluide et addictive que dans le premier tome. Dès les premières feuilles, je me suis senti entraîné par les pensées d’Annie. Quelques fois celles-ci étaient comiques et d’autre fois, on avait l’impression qu’elle était incertaine face au retournement de situation que représente Gabriel. Cependant, l’ambiance était toujours aussi passionnelle et torride… Plusieurs climatiseurs n’auraient pas été de trop. Rire.

DES PROTAGONISTES SPÉCIAUX…

Annie et Gabriel sont deux individus qui se sont aimé autrefois, mais qui ont été obligé de se séparer, malgré leur amour. À mes yeux, ce sont deux âmes sœurs déchirées, qui grâce à une merveilleuse coïncidence, ont la chance de se retrouver et de s’aimer comme avant.

Un dernier mot ?

En somme, « Aime-moi encore » est une belle romance qui démontre que souvent il est très difficile d’oublier son premier amour. D’autant plus que j’ai passé un excellent moment en compagnie de Gabriel et Annie. J’ai été également contente de retrouver les autres personnages secondaires. Aussitôt commencé que les détails et les paysages m’ont reconquis. Il va de soi que je vous conseille « Aime-moi encore », mais veillez à lire « Aime-moi » avant. J’espère que cette trilogie vous plaira autant que les deux premiers opus m’ont plu. Découvrez Cuba à travers les yeux et les pensées d’Annie et Gabriel durant sept jours. Pour ma part, je compte me plonger dans la relation mouvementée d’Êve et Mathieu, les héros du dernier tome.

#Sara

Chronique sur Helden tome 1 : Mise en bouche écrit par Mélodie Smacs

Helden tome 1

Note : 9,5/10

« […]

— Vous vous améliorez. C’était délicieux. Bon, mesdemoiselles, assez perdu de temps. Reprenons ! Je vous laisse à chacune trente secondes pour me convaincre de vous confier le projet. Vous d’abord, Daeblone.

— Je suis la meilleure et vous le savez. Fin de l’exposé.

Les autres assistantes rient sous cape. Puis, chacune à leur tour, elles lancent des arguments de vente et de réussites. Après la dernière démonstration de baratin, Gilles se tourne vers moi.

— Il vous restait vingt secondes, quelque chose à ajouter, Daeblone ?

— Non. Pourquoi perdre du temps ?

— Ah ! Fidèle à vous-même. Bon, Bech et son associé arrivent à onze heures, c’est-à-dire dans cinq minutes. Vous vous occuperez d’eux, m’annonce-t-il.

[…]

Peu de temps après, Karyne m’y rejoint, accompagnée de deux gentlemen en costume. Je reconnais le milliardaire quinquagénaire tandis que l’autre me semble familier. Je le dévisage un court instant avant de me souvenir : il s’agit de l’homme sexy près du buffet hier soir ! Je me redresse et les salue.

— Bonjour, Monsieur Bech, Monsieur… ?

— Nathan. Nathan Cardice, associé et avocat de Monsieur Bech.

— Enchantée. Installez-vous, je vous en prie, et venons-en au fait si vous le voulez bien, j’aime quand ça va vite. Monsieur Destien m’a informée que vous programmez une journée caritative dans peu de temps. Vous recherchez à cet effet une organisatrice pour vous assurer de son bon déroulement. Où en êtes-vous à l’heure actuelle ?

[…]

Je lance parfois quelques sourires charmeurs à Nathan Cardice qui ne semble pas y faire attention. Toutefois, lorsque je croise mes jambes pour mieux m’installer, je sens son regard se porter sur la fente de ma jupe remontée. Cela dure un moment qui me paraît interminable. Dans un léger mouvement de tête, il se détache enfin de cet alléchant panorama puis se renferme sous son masque froid d’avocat. […]

— Mademoiselle Daeblone, vous êtes toujours avec nous ?

— Hum ? Oui, bien sûr, Monsieur Bech. Dites-moi, messieurs, l’heure tourne, que pensez-vous de continuer cette discussion au restaurant ? Après tout, rien n’interdit de mélanger le travail au plaisir, proposé-je avec enthousiasme.

— Ça aurait été volontiers, toutefois nous avons un rendez-vous pour déjeuner. D’ailleurs, nous avons bien avancé, nous devrions y aller, Nathan.

— Oh très bien. Tenez, ma carte. N’hésitez pas à me contacter quand vous voudrez, pour n’importe quelle raison.

La fin de ma phrase s’adresse particulièrement à Nathan Cardice, ce que je lui signifie en le fixant. Je crois déceler sur ses lèvres le début d’un sourire, vite remplacé par un air sérieux. Les deux hommes se lèvent et Bech me serre la main. Je tends ensuite la mienne vers Nathan Cardice qui fait mine de ne pas la voir.

— À bientôt, Mademoiselle Daeblone, se contente-t-il de dire.

— À bientôt, messieurs, j’attends de vos nouvelles.

Après cet étrange au revoir, les deux hommes se dirigent vers l’ascenseur. Je profite de cet instant pour dévorer du regard la superbe démarche du plus jeune des associés. Une fois que la vue plaisante se fait happer par les portes automatiques, je me précipite vers le réfrigérateur de l’agence. Sauvée ! Gilles ne s’en est pas encore approché. Je récupère mon bien et fonce à mon bureau pour entamer la dégustation. »

Gilles, Meya, Bech & Nathan

 Résumé : « Vous pensez être seul dans l’univers ? Que l’espèce humaine est la plus développée de toutes ? Eh bien, vous avez tort… Ils existent !

Du calme, fans de science-fiction, je ne fais pas référence aux petits hommes verts ! Encore qu’ils peuplent peut-être une autre planète… Non, je vous parle des Démons et des Anges. Vous savez, ces entités qui se livrent soi-disant une guerre ancestrale. Comment suis-je au courant ? Je suis simplement l’une d’entre elles. Laquelle ? Celle des Démons bien sûr, et parmi les meilleurs, du Pôle Gourmandise ! Pas de ces piafs qui se croient mieux que tout le monde !

Je me nomme Meya et je vis sur Terre depuis deux ans maintenant. Je profite tranquillement de ses bienfaits gastronomiques, jusqu’au jour où quelqu’un décide de venir perturber ma vie paisible…  »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaleureusement Sharon Kena Éditions pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

Le fantastique est un genre littéraire que je ne pourrai jamais refuser. J’adore les détails et les contenus qui tournent autour de ce type de littérature. « Mise en bouche » ne fait pas exception.

N’ayant pas encore découvert la plume d’écriture de Mélodie Smacs, je ne savais pas à quoi m’attendre. C’était littéralement le brouillard. J’avais peur que l’histoire et les personnages soient quelque peu clichée, cependant, je me suis trompé. « Helden » est un bouquin original qui sort carrément des sentiers battus. Lorsque j’ai lu le résumé, je me suis dit que ce roman était fait pour moi. Finalement, je suis assez contente d’avoir passer le cap. Génial, ce premier opus nous emporte dans des aventures aussi périlleuses que farfelues. Évidemment, je lirai la suite de cette saga, sans aucune hésitation.

UNE CULTURE ET UN MONDE AUSSI DIFFÉRENT ET INTÉRESSANT…

Lors de notre lecture, on s’aperçoit que l’auteure a pondu une dimension démoniaque où tout semble si hétérogène. Pourtant, c’est ce qui m’a conquise. J’ai apprécié découvrir cet univers par le biais des mots de Mélodie Smacs. Les démons font souvent de bons sujets d’écriture, ils rendent l’histoire captivante et dangereuse à la fois. Rire. L’écrivaine n’hésite pas à poser les bases afin de nous aider à comprendre sa propre vision.

UNE ATMOSPHÈRE CAPRICIEUSE…

Mélodie allège l’histoire en la rendant soit sérieuse ou cocasse. Tout dépendant de la situation. Je ne vous cacherai pas que les interlocuteurs y sont aussi pour quelque chose. Pour finir, je me suis rendu compte que ce point était une des raisons qui m’a fait tenir le coup. Le temps passe vite, à un point que l’on ne se rend même pas compte que l’on vient de tourner la dernière page.

Dans le premier tome de « Helden », on fait la rencontre de Meya, une démone de la gourmandise, un des sept péchés capitaux. Étant sur Terre depuis maintenant deux ans, Meya prospère dans le milieu compétitif du marketing en travaillant dans une glorieuse entreprise. La jeune femme profite de sa vie paisible et normale tout en dégustant des mets délicieux ici et là. Mais, quand on est un démon de la gourmandise, ce n’est pas toujours facile de se modérer. Tout va pour le mieux, jusqu’à ce qu’un jour un imprévu survient… Et si une simple altercation pouvait brusquement bouleverser votre équilibre ?

En effet, lorsqu’un des clients de la démone est assassiné, c’est sur Meya que tout les regards et les doutes se tournent. Que veut cette personne ? Pourquoi cet individu tente de faire porter le chapeau à la jeune femme ? Ainsi, c’est à partir de ce moment que le jeu du chat et de la souris. Des têtes risquent-elles de tomber ? Assister par Sylvien, son mentor, de Jonas et de Fanny (aussi appelé les doublons) et de Nathan, un être aussi séduisant qu’arrogant, ils vont partir à la recherche de la vérité afin d’innocenter la démone. Réussiront-ils leur mission avant qu’il ne soit trop tard ?

Concernant le style d’écriture de Mélodie Smacs, il est coulant et agréable à bouquiner. Au fil des pages, on se laisse immerger par les péripéties et le caractère des interlocuteurs. Addictif, le premier tome de « Helden » se lit facilement et rapidement. Unique, l’auteure a réussit à retranscrire une histoire fantastique où les démons sont mis en avant. Cela change des loups et vampires. Intriguante, « Mise en bouche » est aussi une enquête, une course contre la montre.

En toute franchise, lorsque j’ai su qui était la personne qui se cachait derrière toute cette mascarade… Heu… Enfin, je ne m’attendais tellement pas à ça. Du suspense en profusion ! Je n’y ai vu que du feu.

DES PROTAGONISTES PRINCIPAUX ET SECONDAIRES IMPORTANTS…

Ils ont définitivement leur importance. D’autant plus que leur caractère de certains (hein Meya) apporte une touche d’addiction au roman. Il est difficile de se détacher d’eux. Ce petit groupe est à la fois pétillant et borné. Chaque personne possède son tempérament rien qu’à lui. Et honnêtement, cela apporte quelques soupçons de diversité. Et je ne vous parle même pas des passages lorsque Meya et Nathan sont ensemble. Se laisseront-ils tenter par cette attraction électrique qui règne entre eux ? Oh mon dieu… Si les yeux pouvaient tuer, je suis sûr que ces deux-là ne seraient déjà plus de monde. Rire.

UNE CONCLUSION UN PEU TROP RAPIDE…

En plus d’être une vraie torture, la fin était un peu facile. Je me contredis, il va sans dire, mais cela ne m’a pas empêché de savourer pleinement ma lecture. Malgré le fait que j’aurai aimé avoir un plus de pages, le dénouement laisse planer un certain mystère. Il nous donne envie d’en savoir plus sur la suite des événements.

Un dernier mot ?

En somme, « Mise en bouche » est un chouette roman qui nous submerge dans un univers surnaturel où personne n’est à l’abri. Une calligraphie bien maitrisée et fluide. J’ai passé un excellent moment en compagnie de tous ces personnages. Dès les premières pages, on entre directement dans le vif du sujet. Prenant et original, on se laisse charmer par le contenu du récit. Il va de soi que je conseille le premier opus de « Helden », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je souhaite de nouveau retrouver Meya, Nathan et tous les autres dans de nouvelles épreuves.

#Sara

Chronique sur Kurt’s Secret de Cynthia Havendean

Kurt's Secret

Note : 13/10

« Je viens délicatement lui chuchoter à l’oreille pour qu’elle se réveille :

— Bébé…

Mes lèvres viennent caresser son cou en laissant plusieurs baisers. Elle ouvre enfin les paupières…

— Evan ? Qu’est-ce que tu fais ? Il est quelle heure ?

— Je n’en peux plus, j’ai envie de toi…

— Par pitié, ne me dis pas que t’es encore bourré ? Ah oui, tu sens l’alcool. T’es encore allé traîner avec ton groupe toute la nuit ?

— Bah il le faut, si je veux être guitariste et gagner de l’argent. Nefarious est en pleine sen… senssion, tu sais ?

— On dit ascension et non « senssion », me corrige-t-elle en roulant des yeux.

Le souffle court, le corps contre le sien, je fais glisser mes doigts entre ses jambes, jusqu’à ce que je sente l’humidité qui se dégage de sa culotte. J’enfouis mon visage dans le creux de son cou pour contenir au maximum mon excitation qui va me rendre dingue. »

Avril & Evan

Résumé : « Evan Kurt est la star d’un célèbre groupe rock. Son look punk ne laisse personne indifférent. Il détonne vraiment à côté de moi, la sportive qui préfère lire plutôt qu’aller en boîte de nuit. Bien qu’il soit mon opposé, Kurt aimait me sortir de ma zone de confort. Ce mec, c’est la perfection. Il sait comment séduire, tellement que j’en suis tombée amoureuse. Je lui faisais confiance. Nous passions même nos nuits ensemble. Puis, tout s’est arrêté… sans raison.

Du jour au lendemain, il ne veut plus de moi. Même que, sur le campus, plus personne ne m’adresse la parole. On m’agresse, on m’humilie en public, on a été jusqu’à me droguer à mon insu… voilà une infime partie de mon enfer. Quelqu’un me veut du mal et je commence à penser que cela vient de lui. Je ne le reconnais plus. Le pire, c’est que nous vivons dans la même maison. Suis-je en sécurité ? »

Mon Avis

À première vue, je remercie chaleureusement Édiligne pour leur confiance en moi et en mon blogue. Et Cynthia Havendean pour la petite dédicace et pour ces petits moments de papotage. C’est toujours un plaisir !

Dès que j’ai commencé « Kurt’s Secret », je n’ai pas su m’arrêter et finalement, au bout d’une journée et demie, le roman était terminé. Je ne vous cacherai pas que c’est la troisième fois que je lis cette histoire… Lors de mes deux premières reprises, je bouquinais en numérique sur Wattpad, mais vous ne savez pas quel bien fou, j’ai ressenti lorsque je l’ai tenu dans mes mains. C’était surréaliste ! D’autant plus que ça fait si longtemps que je l’attendais. Durant quelques secondes, j’ai même cru que c’était une hallucination, mais non. Rire.

Tout comme le tout début, j’ai éprouvé les mêmes émotions, frustrations et papillons. Ces trois choses me submergeaient et me fascinaient, à la fois, tels les pétales des fleurs de cerisier s’envolant dans le ciel sombre de la nuit. Comment ne pas succomber à la calligraphie de Cynthia Havendean ? Ses récits sont de belles et poignantes pépites atomiques.

UN UNIVERS AU CŒUR DE LA MUSIQUE…

C’est à l’aide du contexte et des personnages principaux et secondaires, que Cynthia Havendean nous invite dans son monde musical où certaines choses peuvent être dangereuses, alors que d’autres semblent plus attirantes. Je fonds littéralement tel une crème glacée sous un soleil d’été. J’ai ADORÉ chaque moment passé, l’ennui n’est aucunement présent.

Rebondissements sur rebondissements… Voici ce que nous réserve l’auteure. Après avoir tout juste repris notre souffle face à une révélation ou une péripétie, voilà qu’elle décide de perturber l’ambiance quasi stable en lançant carrément une bombe nucléaire. Rire. Je ne vous cacherai pas que j’ai plusieurs eu envie de jeter mon roman par-dessus mon balcon. Rire. L’écrivaine a le don de me faire passer par toutes les émotions possibles et imaginables.

UNE HISTOIRE SOMBRE TOUT COMME SES PROTAGONISTES…

Rock’n’roll jusqu’à la dernière page, que ce soit la musique ou l’intrigue. Ce sont des petits détails comme ceux-ci qui me charme aussitôt. Un contraste de couleur entre le bien et le mal. Le noir et le blanc. La nuit et la lune. Ce sont ce type d’opposition qui définie parfaitement la relation interdite et (presque) toxique de Kurt et Avril. Simplement délicieux !

Dans « Kurt’s Secret », on fait la connaissance d’Avril, une jeune femme qui vit une idylle amoureuse avec Evan Kurt, son demi-frère et rockeur. Épanouie, elle a tout ce qu’elle a toujours rêvé : être meneuse de claques, des amis, de bonnes notes et un petit ami aussi séduisant que mauvais garçon. Pourtant, durant une nuit, la vie d’Avril se voit transformer subitement en un véritable cauchemar.

Un an plus tard, Avril est devenu la cible de celui qui était son amoureux ainsi que de son groupe d’ami. Harcèlement, isolement, intimidation… C’est ce que la jeune femme subit à longueur de temps. Cependant, malgré cela, Avril ne peut se permettre de flancher et de montrer ses larmes. Ainsi, elle n’hésite pas à garder la tête haute et à marcher droit devant elle afin de prouver aux autres que leur mots et gestes lui importent peu. Seul Evan Kurt compte… Et pourtant. Blessé, Avril ne peut pas cesser de ressentir une certaine forme de désespoir dû aux nombreux rejets de celui qui faisait battre son cœur et de ses coucheries.

Et si, en réalité, Avril n’était là que par hasard, que rien ne la concernait ? Pourquoi Kurt s’était-il aussi éloigné de la fille qu’il aime ? D’où provient cette haine qu’il éprouve pour Avril ? Pourquoi fait-il tout cela ? Se pourrait-il que derrière cette facette de rockeur se dissimule un cœur écharpé qui ne désire que retrouver celle qui lui accordait la paix intérieure qui lui manquait ?

Alors que les secrets autrefois enfouis semblaient enterré sous terre, voilà que ceux-ci se révèlent au grand jour… Avril saura-t-elle trouver ses véritables guerriers ? La complicité de Kurt et Avril retrouvera-t-elle sa même intensité d’antan ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours aussi fluide et addictive qu’avant. Le seul mot qui nous sort de la bouche est : Pourquoi. Question après question. Cynthia Havendean ne peut s’empêcher de nous torturer l’esprit. Les bouquins de l’écrivaine sont à rendre fou et folle n’importe quelle personne. « Kurt’s Secret » tient en haleine du début jusqu’à la dernière ligne, on se laisse happé par l’ambiance ombrageuse.

Une conclusion frustrante quelque peu mystérieuse, qui laisse place à une suite ou une nouvelle. Qui sait ?! Nos prières seront-elles entendues ? Dans tous les cas, j’espère qu’il y en aura une. Ça serait vraiment très chouette ! Alors, pour ceux et celles qui n’ont pas encore découvert les univers littéraires et la calligraphie de l’écrivaine, qu’attendez-vous pour le faire ?!

Un dernier mot ?

En définitive, « Kurt’s Secret » est une histoire explosive et attirante qui nous fait vivre des montagnes et des montagnes de sensations fortes. Une narration à deux voix qui nous permet de comprendre les agissements et les pensées d’Avril et de Kurt. Des moments bouleversants qui m’ont donné larme à l’œil à plusieurs reprises. Il est carrément impossible de ne pas devenir accro à ce récit. Il va sans dire que je vous recommande « Kurt’s Secret », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.

#Sara

Chronique sur Flashbacks de Josée Querry

Flashbacks

Note : 10/10

« Je viens de frapper un mur et, croyez-moi, ça fait mal ! J’en ai frappé dans le passé, mais je pouvais me relever. Celui-ci, cette fois, ne me donne pas de chance. La supermom, supercop, superwoman vient de tomber de haut. Mon cerveau ne fonctionne plus bien. Je me sens épuisée. Je le sais, je suis au bout du rouleau. Mon corps en a assez, il n’en peut plus.

Mais pourquoi ces cauchemars ? Pourquoi suis-je si vigilante ? Pourquoi je sursaute pour un rien ? Je m’isole. Même de ma famille et de mes meilleurs amis. Je me dis que je suis juste fatiguée. Ben oui, juste fatiguée !

Et, d’un coup, ça me frappe en plein visage. Les cauchemars, les reviviscences d’événements, le sang, la mort, la violence, les cris des enfants et des femmes, ma sécurité compromise… tout revient sans même crier gare. Diagnostic : trouble de stress post-traumatique sévère. Mais je ne connais rien là-dedans, moi ! On ne m’en a jamais parlé.

Voilà pourquoi je veux partager mon histoire dans les prochaines pages de ce livre. Il faut en parler, il faut crier haut et fort que le trouble de stress post-traumatique existe.

Je ne suis ni psychologue, ni psychiatre, ni médecin, ni experte en trouble de stress post-traumatique, mais je le vis. Et ce que j’écris dans ce livre, je l’écris avec mon cœur, avec mon expérience. Je souhaite plus que tout pouvoir aider ne serait-ce qu’une seule personne à croire en la vie. À croire qu’un jour le bonheur revient, qu’il se pointe le bout du nez tranquillement, mais qu’il revient.

À qui s’adresse ce livre ? À TOUT le monde. Il est faux de croire qu’un stress post-traumatique ne frappe que des militaires ou des premiers répondants. Il peut toucher toute personne ayant vécu un événement négatif, soudain, imprévisible, incontrôlable, qui a menacé son intégrité physique (ou celle d’autrui) et a provoqué chez elle une très grande peur, beaucoup d’impuissance ou de l’horreur. Il s’adresse aussi aux membres de la famille et aux proches, afin de mieux comprendre ce qu’une personne atteinte de trouble de stress post-traumatique peut vivre. »

Josée Querry

Résumé : « Le 5 août 1997, Josée Querry reçoit son insigne de la GRC. Réalisant son rêve de petite fille de devenir policière, elle se sent prête à affronter tout ce qu’elle trouvera sur son chemin.

Meurtres, suicides, violence inimaginable, scènes de crime horribles, voilà ce qui l’attend dans les premières années de sa carrière. Résolue à ne jamais parler de ses traumatismes, de peur de paraître faible en tant que femme au sein de cette importante organisation, elle encaisse et encaisse.

En novembre 2015, alors qu’elle a été promue chef d’équipe à l’occasion d’une enquête de niveau international sur le terrorisme, elle frappe un mur. Diagnostic : trouble de stress post-traumatique sévère. Elle sombre alors dans une période de grande noirceur, perd tous ses repères, s’isole… croyant que plus jamais elle ne retrouvera le bonheur.

Elle se résout à accepter l’aide d’une équipe médicale et se rebâtit jour après jour, luttant par amour pour ses deux filles. Tranquillement, le soleil resurgit dans son quotidien.

Aujourd’hui, elle a pour mission de parler du trouble de stress post-traumatique et tient à démontrer que même les plus forts peuvent tomber… et se relever, encore plus forts. »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaleureusement Communications Julie Lamoureux et les Éditions de Mortagne, mes partenaires littéraires, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

N’étant pas familière avec la calligraphie et encore moins avec les histoires où les faits vécus sont les sujets principaux, c’est sans aucune hésitation que j’ai décidé de passer le cap. Toutefois, ayant pris des cours de psychologie et de psychiatrie au cégep durant mes trois années de diplôme d’études collégiales, je savais que le stress post-traumatique était un trouble difficile que peu de personne n’ose aborder. Et pourtant, il y a quoi, c’est une réalité si présente dans la société actuelle. Pour ma part, le thème m’était connu tout comme les obstacles, les angoisses, la noirceur que cet était peut provoquer.

En toute franchise, je suis contente que Josée Querry ait pris la décision de mettre sur papier sa propre expérience. Elle a su braver les censures et les complexités. C’est un excellent récit à se mettre sous la dent. D’autant plus qu’il nous permet également d’en apprendre plus sur le trouble du stress post-traumatique.

DES IMAGES D’HORREUR…

Personne n’est à l’abri du trouble du stress post-traumatique. Et personne ne possède le droit de juger les individus. Comme Josée Querry le dit si bien dans son bouquin, les êtres humains ont le jugement facile. Ceux-ci n’hésitent pas à critiquer tout et n’importe quoi. C’est de la méchanceté gratuite… Et ça, c’est une des choses que je déteste.

Dans « Flashbacks », Josée Querry nous conte son propre cheminement émotionnel. Pour ce faire, elle va nous emporter dans cette période où elle a vécu une grande noirceur. De plus, nous allons également découvrir les causes qui ont occasionnées son état de stress. À plusieurs reprises, Josée Querry nous mentionne que ce sont les personnes qui lui sont venu en aide qui lui ont permis de continuer à vivre. De lui sauver la vie. L’écrivaine nous illustre comment chaque jour est un combat acharné, comment il est difficile de faire face à toutes ces scènes de crime et meurtriers. Mention spéciale aux nombreuses déclarations, j’ai apprécié bouquiner le point de vue de toutes ces personnes.

En ce qui concerne le style d’écriture de l’auteure, il est fluide et addictif. Dès les premières pages, on se laisse immergé par les émotions. À première vue, la page couverture peut sembler sombre tout comme l’histoire… Cependant, d’une certaine manière, il est possible d’entrevoir d’autres idées qui peuvent apporter un peu de lumière au bout du tunnel.

UN TÉMOIGNAGE POIGNANT…

Je ne saurai quoi vous dire de plus là-dessus. Mon petit titre décrit parfaitement « Flashbacks ». En outre, par le biais de ses mots, Josée Querry nous interpelle au plus profond de nous-même. Il est, définitivement, difficile de rester de marbre face à ce cri de cœur.

Un dernier mot ?

En définitive, « Flashbacks » est une touchante confession qui mérite d’être entendu par tous. À travers les lignes, Josée Querry essaie de nous faire parvenir un message clair et net. Possédant un talent pour l’écriture, je n’ai pas pu m’empêcher de verser quelques larmes. Ce bouquin est une lecture qui se lit bien et rapidement. À ne pas louper ! Il va sans dire que je vous conseille fortement cet ouvrage, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. De mon côté, je souhaite de nouveau lire a calligraphie de Josée Querry. Bref, je croise les doigts et les orteils. Rire.

#Sara

Chronique sur Amnesia écrit par Anaïs Mony

 

Amnesia

Note : 8,5/10

« Le thérapeute s’assoit derrière son bureau, patiente. Une fois que je suis prête à écouter, il me dit.

– Méline, je suis ravi des progrès que nous faisons. Aujourd’hui, j’ai voulu insister sur cette partie de votre vie, celle de votre journal. Je ne sais pas si vous avez sauté des pages ou bien si les séances d’écriture se faisaient plus espacées, plus dangereuses, mais en peu de temps, on peut comprendre qu’Ayan a eu une emprise totale sur vous, sans jamais avoir de limites. Mon avis est que votre corps et votre esprit se sont délibérément détachés de tout cela au point de vouloir se donner la mort. Il vous a manipulée psychologiquement. Vous étiez sa prisonnière durant toutes ces années.
»

Méline & Maxime

Résumé : « Une jeune femme se réveille dans une chambre d’hôpital, totalement désorienté. À force de chercher, elle parvient à se rappeler son nom. Méline est amnésique et a oublié toute sa vie. Perturbée par certains de ses rêves, la jeune femme se questionne et cherche de l’aide auprès de son nouveau psychiatre, le docteur Ynom.

Que découvrira Méline de son passé et jusqu’où la mènera-t-il ? Saura-t-elle survivre face à ses révélations ? Trouvera-t-elle un réel appui avec le thérapeute ? Et surtout arrivera-t-elle à retrouver l’amour ? »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaudement Evidence Editions, mon partenaire littéraire, pour l’envoi de ce service presse ainsi que de leur confiance en moi et en mon blogue.

Lorsque j’ai commencé ma lecture de « Amnesia », je ne connaissais pas la calligraphie de l’auteure, elle m’était inconnue. C’est ainsi que j’ai plongé tête baissée dans cette sombre histoire. Et en toute franchise, j’ai bien aimé le bouquiner. Évidemment, si la situation se présente de nouveau, je compte bien découvrir les autres écrits d’Anaïs Mony. De plus, le résumé m’a bluffé autant qu’il m’a intrigué. Celui-ci semble singulier, toutefois au fil de notre lecture, on comprend qu’il a été quelque peu trafiqué afin de dissimuler les aspects importants du récit.

Sans aucun doute, c’est une dark romance comme je les aime. Toutes les personnes qui ont le cœur fragile, abstenez-vous. Mais, si vous voulez tenter votre chance, libre à vous de le faire. Rire.

DES PERSONNAGES PRIMORDIAUX ET TOUT AUSSI MARQUANTS…

Au cours de cette aventure, les protagonistes principaux et secondaire ont tous leur importance. En effet, chacun de ceux-là permettent à l’histoire d’évoluer vers une direction dominante pour finalement se terminer vers la route principale et toute définie. D’autant plus au fil de notre lecture, on apprend à les connaître et on finit par partager les mêmes instants. La plupart sont captivants tandis que d’autres sont… comment dire… ils laissent à désirer, dans le sens où nous avons envie de mettre leur tête à prix. Je ne pense surtout pas à quelqu’un (sarcastique). Rire. Dans tous les cas, je vous laisse découvrir ce détail par vous-même.

Dans « Amnesia », on fait la connaissance de Méline, une jeune femme qui vient tout juste de sortir du coma. Hospitalisé dans le lieu médical, dès son réveil, elle semble désorientée. Ne sachant ni son identité ni du pourquoi et du comment elle est arrivée dans cet environnement, Méline ne force pas son esprit à comprendre, mais peine à rester éveiller. Voulant savoir qui elle est, la jeune femme va partir à la recherche de sa personne afin de discerner les véritables raisons de cette situation. Alors, que ses nombreux médecins ne lui sont pas d’une grande aide, c’est véritablement grâce à l’aide de son nouveau psychiatre, Maxime Ynom, qu’elle va essayer de s’immerger dans ses souvenirs les plus enfouis. Et si cet homme devenait celui qui lui redonnerait le goût à vivre ? Va-t-il devenir sa lumière au bout du tunnel ?

Quand le passé angoissant de Méline, qui n’a pas cessé de guetter patiemment son réveil, revient brusquement dans sa vie, la jeune femme commence à sombrer de nouveau dans sa folie intérieure. Malgré cela, le docteur Maxime Ynom n’hésite pas lui accorder toute sa confiance. Ainsi, par le biais de plusieurs techniques, il va aider sa patiente à vaincre ses appréhensions et à faire face à celui qui n’arrête pas de lui inspirer la peur. Ayan parviendra-t-il à l’entraîner jusqu’en enfer ? Ou Maxime la sauvera-t-elle de ce démon ? Méline réussira-t-elle à affronter son terrible passé ? Peut-elle espérer un avenir avec son ange gardien ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est coulante et agréable. Addictif, dès les premières pages, Anaïs Mony nous laisse percevoir l’atmosphère qui plane autour de cette histoire. Sans aucun doute, l’écrivaine n’épargne personne, elle n’hésite pas à les souffrir tout comme nous d’une certaine manière. En soi, les émotions et les sensations fortes sont manifestement de la partie. Une grande et grosse brochette, il faut dire.

UN MONDE GLACIAL ET OMBRAGEUX…

Ça c’est peu dire ! Enfin, oubliez le côté rose bonbon, les paillettes et tout le tralala qui va avec. « Amnesia » ne possède aucune de ces caractéristiques. Et je ne vous cache pas que j’adore cela. À travers ses mots, l’écrivaine nous embarque au cœur des pires noirceurs de la romance.

En outre, ne voyant pas les feuilles défilées, il est facile de se laisser ensorceler par cette intrigue. À travers celle-ci, Anaïs Mony voulait nous illustrer comment l’être humain peut être cruel et tout aussi attentionné à la fois. Quelques fois, il ne suffit que d’une seule chose pour nous transporter dans les abîmes. Néanmoins, c’est tout aussi réciproque lorsqu’un individu attentionné nous apporte son aide simplement en nous tendant la main, disant un mot ou en posant une action.

Un sujet peu abordé dans la société et pourtant, Anaïs Mony a bravi les obstacles pour dénoncer l’enfer que subissent encore les femmes d’aujourd’hui. Touchant !

Un dernier mot ?

En conclusion, « Amnesia » est une œuvre littéraire qui se caractérise par ses rebondissements et son dénouement. Une belle et fluide calligraphie qui nous amène dans une péripétie hasardeuse et pleine d’émoi. Une dark romance remplie d’intensité qui ne peut convenir à tout le monde. Il va de soi que je vous conseille ce roman, j’espère qu’il vous plaira. Pour ma part, je souhaite avoir la chance de lire les autres histoires d’Anaïs Mony.

#Sara

Chronique sur Les échangistes de Sylvie G.

Les échangistes

Note : 12/10

« Après un profond soupir, il ajoute :

— Je n’en peux plus, je veux rentrer. D’ailleurs, qu’est-ce que tu portes là ? demande-t-il en relevant ma robe, une lueur de désir s’invitant dans ses yeux.

Je détache ma boutonnière à la hâte et ouvre les deux pans pour exhiber ma lingerie.

— Fuck, murmure-t-il en s’avançant vers moi pour taquiner la dentelle de mon soutien-gorge.

Hum…

— Si seulement les mains de Flanagan me faisaient le même effet.

— Ne le laisse pas te toucher, Kayla, chuchote-t-il en glissant un index curieux sous mon nombril, à la naissance de la dentelle de ma culotte. Ça me rend fou. »

Kayla & Hendrick

Résumé : « En cinq ans à la Sûreté du Québec, Kayla Abrahams a piégé nombre de cybercriminels du confort de son bureau. Derrière son écran, elle traque des prédateurs sans scrupules, lesquels sont loin de se douter qu’ils ont affaire à une trentenaire aux courbes généreuses qui les dupe fort habilement. Puisqu’elle est si à l’aise pour assumer de fausses identités et entretenir des conversations suggestives, son lieutenant l’assigne à l’épineux dossier de la mort de Nathan Sirois.

Les circonstances portent à croire qu’il ne s’agit pas d’un accident et, si la veuve de l’architecte semble sincèrement éplorée, elle fait néanmoins une révélation étonnante aux policiers : le couple fréquentait un club échangiste. Kayla se verra donc confier la mission d’infiltrer ce cercle très privé avec un « mari » recruté aux crimes économiques. Ce Hendrick Larsson est soigné, enthousiaste, structuré jusque dans ses abdominaux et irritant au plus haut point ! Mais pour éviter que les enquêteurs soient démasqués, elle devra bien prétendre le trouver séduisant.

Qui sait ? La tâche pourrait se révéler moins difficile que prévu. »

Mon Avis

Pour commencer, j’aimerais remercier chaleureusement Sylvie G. pour la superbe dédicace, elle est chouette. Sans aucune hésitation, c’est toujours un plaisir de rencontrer les auteur(e)s en vrai. J’ai été contente de papoter avec toi et de te voir face à face, même si ce fût un moment bref.

Étant déjà très familière avec le style d’écriture de l’auteure, j’ai été plus que ravie de me plonger dans une autre de ses histoires hors du commun. « Les échangistes » est un récit original et intrigant à bouquiner. L’ennui n’est pas possible, dès les premières pages, on se laisse embarquer dans cette sensuelle enquête policière.

UNE MONTAGNE RUSSE…

Les émotions sont bien présentes. En effet, sois je faisais de nombreux bonds de stupeur sois je me mettais à rigoler comme une folle. Rire. Et avec « Les échangistes », je n’ai pas su m’arrêter. En plus des rebondissements, on y trouve également des situations cocasses, ce qui apporte de la légèreté au roman. D’autant plus que la relation entre Kayla et Hendrick était singulière tout étant à mourir de rire. Pour finir, je riais jusqu’à avoir les larmes aux yeux.

Dans « Les échangistes », on fait la connaissance de Kayla, une jeune enquêtrice, au tempérament de feu, qui travaille dans la cybercriminalité. Espérant secrètement quelques sensations fortes, c’est à ce moment précis que son chef lui confie une mission sur le terrain. Ravie de changement de situation, elle accepte sans aucune hésitation. Toutefois, lorsqu’on lui dit que le lieu où elle devra agir est un club d’échangiste et qu’elle devra aussi se pavaner avec un « faux mari », Kayla ne peux se sentir quelque gêné par la situation. Succombera-t-elle au charme d’Hendrick Larsson, un autre policier ? Et sinon, pourquoi la jeune femme refuse-t-elle de se plonger dans cette relation ?

Hendrick est un jeune enquêteur qui est employé aux crimes financiers… Tout le contraire de Kayla, ils ne peuvent que se détester ou se désirer. Lui, il est élégant et toujours bien coiffé. Elle, prend la première chose qui lui tombe sous la main et ne prend pas la peine de se regarder dans le miroir lorsqu’elle se peigne les cheveux. Une queue de cheval vite fait et voilà. Ne dit-on pas que les opposés s’attirent ? Et pourtant tout comme leur aspect physique, ils sont aussi différents l’un que l’autre sur le plan psychologique. Pourtant, une seule chose les rapproche : leur répartie bien soutenue et sans fin.

Alors que la tension sexuelle est à son comble tout comme leur nombreuses disputes, Kayla et Hendrick devront mettre leur force de caractère de côté s’ils veulent arrêter la personne qui a assassinée le mari de cette veuve, qui fréquente le club d’échangiste. Réussiront-ils leur mission ? Kayla s’ouvrira-t-elle à son partenaire d’enquête ?

En ce qui concerne la calligraphie de l’auteure, elle est toujours aussi fluide et addictive. Avec « Les échangistes », Sylvie G. a frappé dans le mille. Pour mes yeux, ce livre était délicieux jusqu’à la dernière page. Des protagonistes qui ont du mordant, une intrigue intéressante et un soupçon de passion… Quoi demander de mieux ? Les feuilles ne cessent de tourner par elles-mêmes, on ne peut pas s’empêcher de continuer notre lecture.

Selon moi, l’écrivaine devrait produire plus d’histoires du même genre, sans aucun doute, elle possède un grand talent pour l’écriture. De plus, par le biais de ses mots, Sylvie G. m’a permis de découvrir un univers peu abordé dans la société, celui de l’échangisme.

LES APPARENCES SONT SOUVENT TROMPEUSES…

« Les échangistes » est un roman qui peut paraître érotique à première vue, mais c’est tout le contraire. Celui-ci n’aborde pas seulement de ça. Ainsi, l’écrivaine nous a pondu une belle pépite où l’amour, le suspense et les enquêtes policières se mélangent avec succès. En plus, il est possible d’y retrouver quelques scènes torrides, mais celles-ci sont peu présentes. La sensualité est bien dosée.

Une parfaite romance contemporaine qui n’a pas à envier les autres récits !

Un dernier mot ?

Finalement, « Les échangistes » est une œuvre littéraire qui mérite un peu plus de succès. Il est vraiment génial que ce soit par son contexte ou les détails qu’il regorgent. Kayla et Hendrick sont deux interlocuteurs qui ne cessent de s’enquiquiner, et pourtant ce petit manège ne fait qu’accentuer leur désir qu’ils ont envers l’autre. Rire. Un récit où la sensualité est présente sans être trop vulgaire. Des instants tout aussi fous et comiques à lire. Comme quoi les fous rires peuvent nous arriver n’importe où. Une calligraphie rafraîchissante et pleine d’humour. Il va de soi que je vous recommande ce bouquin, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Pour ma part, je compte évidemment découvrir les autres écrits de Sylvie G., mon petit doigt me dit que je n’ai pas fini de lire ses univers littéraires.

#Sara