Chronique sur Les Somber Jann tome 4 de Cynthia Havendean

Les Somber Jann tome 4

Note : 13/10

« […]

En me voyant arriver, Jaylen saisit vivement la mâchoire de Georgia d’une main, alors que l’autre pince son nez. Sans possibilité de respirer, elle est obligée d’ouvrir grand la bouche. Je me penche légèrement sur elle pour faire verser le sang. À la seconde où le liquide touche sa langue et se fait engloutir par sa bouche, la femme s’étouffe et son corps est pris de soubresauts. Je n’arrête pas pour autant, je continue de verser le contenu même s’il déborde de tous les côtés de son visage.

—Vas-y, Engy. Encore… s’extasie Jaylen en pressant encore plus fort les joues de Georgia pour éviter qu’elle ferme la bouche.

Quand la femme n’a plus la force de combattre et de bloquer sa gorge, elle relâche les muscles et tout comme l’effet d’un bouchon de bain qu’on retire : le sang passe à la vitesse supérieure dans sa gorge pour aller vers son estomac.

—Attention, c’est le moment de renvoyer ! Recule un peu.

Je ne comprends de quoi il parle, mais j’obéis et les tremblements de la femme sanglée à la table, s’intensifient et sont immédiatement suivis d’un jet de vomissure qui jaillit devant moi ! J’évite de justesse les éclaboussures ! Nous arrêtons tout un instant, la laissant gerber jusqu’à ce que plus rien de sorte de ses entrailles.

Jaylen plonge une main dans sa poche et en ressort une cigarette et un briquet. Il relève sa cagoule, affichant un air détaché face à la souffrance. Ses yeux sont si noirs, qu’ils me percutent de plein fouet. Jaylen est détendu et n’hésite pas à me faire un sourire salace. La fumée de sa cigarette traverse ses lèvres alors que son attention se porte vers notre victime qui a terminé de rendre. Je ne veux même pas imaginer le goût du sang qu’elle a bu, cela me lève le cœur. Cependant, elle ne crie plus. Du moins, elle ronchonne tout en plissant les paupières. Elle ne se sent pas bien et son ventre est du même avis, puisqu’il se met à gargouiller bruyamment. Quelque chose me dit que sa digestion sera atroce dans les prochaines minutes et je n’en ai absolument rien à foutre.

En explorant les traits de Georgia qui dénotent la souffre et l’inconfort, Jaylen se rapproche. Assez pour être qu’à quelques centimètres. Il lui souffle la fumée au visage tout en se délectant du désespoir dans les yeux de la victime.

—Pourquoi… pourquoi vous faites ça ?! bégaye Georgia le visage cramoisi et les larmes inondant ses yeux.

Jaylen fait glisser le dos de sa main sur la joue de la femme, lui essuyant les larmes. Geste qui peut sembler anodin et tendre, mais quand il s’agit de Jaylen et qu’il murmure une menace en même temps, cela est plutôt de mauvais augure.

—Oh… mais on a encore rien fait… Le martyr n’a même pas commencé.

Jaylen abaisse sa cagoule pour couvrir son visage. Il écraser la cigarette sur la joue de Georgia qui lâche nerveusement un cri. Son corps tremblote et encore plus lorsque Jaylen la touche ou l’effleure.

—Laissez-moi partir ! Laissez-moi ! À l’aide ! hurle-t-elle si fort qu’elle me fait tressaillir.

Elle a cette voix tellement aiguë et perçante. Ce cri de la mort qu’on reconnaît juste avant qu’une personne rende l’âme.

—Je lui coupe la langue, bébé ? se languit Jaylen. Si elle pouvait s’étouffer avec son propre sang pour ne plus l’entendre, ce serait bien.

En détaillant la pièce des yeux, je repère des boyaux en plastique transparent et un entonnoir sur une étagère. Voilà qui me donne une idée… Je pars chercher ces objets et de toute évidence, Jaylen devine mon idée.

—Ma superbe petite amie décidera de ton sort, précise-t-il à la femme derrière moi. Et comme tu gerbes ce qu’elle te donne, on va devoir employer les grands moyens. Radical, mais efficace. J’espère que t’as faim.

Je reviens vers la table et Jaylen m’observe avec attention. Je place l’entonnoir au bout du boyau, et l’autre extrémité se dirige vers sa bouche, sauf, Jaylen bloque mon élan.

—Ne touche pas à sa bouche. Elle pourrait te mordre jusqu’au sang. Donne.

Il prend le boyau puis en lui agrippant sauvagement la mâchoire, il y ouvre la bouche. La femme se débat de tout son être et piaille sans arrêter. Jaylen continue de lui enfoncer le tube, encore et encore pour s’assurer qu’il descende le plus loin possible.

—Monte sur elle et lève bien haut l’entonnoir, me dicte-t-il.

Je fais ce qu’il dit et grimpe sur la table, enfourche Georgia et en m’asseyant sur son ventre, je lève le boyau dans les airs. Jaylen lâche la femme une fois le tout bien enfoncé dans l’œsophage et en contournant la table de boucher, il me donne la bouilloire avec le sang qui reste à l’intérieur. Partant à la recherche de quelque chose dans son sac au sol, Jaylen trouve ce qu’il cherche au bout de quelques secondes : une bouteille de propylène relié à une torche pour la flamme. Avant de commencer, je l’observe détailler le corps de la femme.

—Qu’est-ce que tu fais ?

—Je vais doubler son châtiment. Juste un peu…

—Tu vas la brûler en même temps ?

—S’il y a bien une chose que j’ai apprise avec les femmes, c’est qu’elles adorent qu’on s’occupe de plusieurs parties de leur corps en même temps, afin de maximiser les sensations. Même la bouche pleine de sang, je veux être en mesure d’entendre ses cris…

Il y a des sous-entendus dans ce qu’il me dit. Ça a une connotation sexuelle. Ah mais bien sûr… comment j’ai pu oublier un instant qu’il récolte une satisfaction érotique dans la barbarie et les images sanguinaires. »

Engy & Jaylen

Résumé : « Halls Borough est une prison pour femmes en Arizona. Ma nouvelle demeure. Malgré les conditions pénibles et cet enfer où la pitié n’existe pas, je sais me faire respecter. J’ai subi assez de violence pour savoir comment survivre dans ces lieux clos.

Quant à Jaylen, d’après les infos, il passe une évaluation psychiatrique à l’institut Panel de David St-Thomerston avant de comparaître devant le juge. Dans cet endroit sous haute sécurité, le psychiatre a révélé publiquement être fasciné par les troubles psychotiques de son patient. Son cas est si lourd qu’il pourrait facilement écoper de la prison à perpétuité, ou pire : la peine de mort, puisqu’elle est encore en vigueur dans cet État.

Jonas et Joshua sont en cavale. Personne ne sait ce qu’il est advenu d’eux. Jaylen m’a promis de me faire sortir de prison, mais c’est impossible. Ce serait de la démence. Une mission suicide… Mais y a t-il seulement une limite à la folie ? »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie Édiligne pour m’avoir offert le quatrième tome de la saga « Les Somber Jann » ainsi que de leur confiance en moi. Et merci également à Cynthia Havendean pour la petite dédicace.

Chaud, chaud, chaud… Bouillant même. Vous ne savez pas à quel point, je meurs d’envie de dire des gros mots tellement que cette finale m’a fait littéralement tomber de ma chaise. Une conclusion à la hauteur de la série. Bon, allez, je sais déjà ce que vous allez dire… Comment peut-on tomber amoureuse d’un psychopathe et de deux jumeaux à l’allure angélique, mais au tempérament de démon ? Que voulez-vous… Je suis folle de cette fratrie, ils ne sont pas que des névrosés, à mes yeux, ils sont BEAUCOUP plus que ça.

UN UNIVERS QUI M’A TANT REGRETTÉ…

Le meilleur de tous ? Définitivement. Lorsque j’ai commencé ma lecture, j’ai été plus que ravie de retrouver le style d’écriture de l’auteure. En effet, Cynthia Havendean, à l’aide de ses histoires, a fait en sorte que je devienne accro à sa calligraphie et à son imagination (tout aussi sadique que bouleversant). Cependant, quand mes yeux se sont pris de nouveau dans cette spirale infernale, qu’est « Les Somber Jann », c’est à cet instant que j’ai compris combien ce monde glaude et sanglant m’avait énormément manqué.

À travers les différents récits de l’écrivaine, j’ai réussi à apercevoir de nombreuses facettes de sa personnalité. Vous savez ce que l’on dit, un(e) auteur(e) laisse toujours un part de lui-même dans chacun de ses œuvres littéraires. Et c’est ce que j’ai ressenti en bouquinant la saga « Les Somber Jann ».

DES PERSONNAGES DRASTIQUES, MAIS PLUS APPROFONDIS…

Jonas et Joshua restent tous les deux égaux à eux-mêmes, toutefois, d’après moi, les interlocuteurs qui ont le plus évolués sont Engy et Jaylen. Au niveau de l’héroïne, elle est devenue une femme forte et fougueuse qui a pris la décision de refouler ses émotions afin de devenir la personne qui se tiendra aux côtés de Jaylen. La complice parfaite, Engy est prêt à tout pour protéger sa famille, elle pourrait même mourir pour les trois frères. Les jumeaux et Jaylen ont tués l’innocence de la jeune femme, mais ils ont gagné une famille complète et indestructible. Quant à notre psychopathe favori, il prend désormais conscience de plusieurs choses qui avant ne l’intéressaient pas. Après avoir tant fait, il espère que sa vie va changer pour le mieux.

Néanmoins, une famille aussi farouche que les Jann a-t-elle la chance d’obtenir également sa fin heureuse ? Alerte, spoiler… On pourrait dire que c’est le secret ultime. Pourtant, je ne vous le dirai pas (MOUHAHAHAHAHA), c’est à vous de le découvrir. Croyez-moi sur parole quand je vous dis que cette aventure en vaut LARGEMENT le détour. Elle en vaut tellement !

Dans le quatrième volet de la série « Les Somber Jann » (je ne vous en dirai pas beaucoup, promis), on retrouve, d’une part, Engy qui, suite à la conclusion du troisième tome, se retrouve à Halls Borough, un centre carcéral pour femmes. N’ayant pas d’autres choix que se battre afin de se faire respecter, afin de rester en vie, Engy ne doit pas laisser ses émotions l’affaiblir. Surtout pas maintenant, pas dans ce milieu où la simple faiblesse humaine pourrait vous coûtez votre place. Secrètement, elle ne perd pas espoir qu’un jour l’homme qu’elle aime la fera sortir de prison. Chaque jour, chaque nuit, elle ne pense qu’à cela. Une promesse en l’air ou est-ce la vérité ?

D’autre part, on rejoint Jaylen lors de son isolement à l’institut Panel de David St-Thomerston, un asile psychiatrique. Enfermé dans cet endroit afin de prévenir ses crises psychotiques et sa démence en attendant sa comparution devant le juge, il n’arrive pas à tenir en place. Inquiet pour ses frères et sa petite chose, il essaie à maintes reprises de s’enfuir, mais sans succès. Cependant, quand une opportunité s’offre à lui, Jaylen se surprend à y penser sérieusement si ce qu’il demande est accepté. Ne vient-il pas de faire un marché avec le diable ? Reverra-t-il sa famille de nouveau réunie ?

En parallèle, on suit également la fuite de Joshua et Jonas qui malgré les circonstances essaient de dissimuler afin d’offrir à Jaylen et Engy une porte de sortie. Les retrouveront-ils vivants ?

En ce qui concerne la calligraphie de Cynthia, elle est toujours aussi ensorcelante et fluide comme de l’eau de roche. Les yeux ne font pas que bondir sur les mots, ils s’en imprègnent. Dès les premières pages, on entre directement dans le vif du sujet. Dans cet opus final, Cynthia a mis beaucoup de moment où l’action et le sang est au plus haut. Pour les cœurs sensibles, je ne vous recommande pas cette lecture, vous risquez de ne pas tenir jusqu’au bout.

UNE INTRIGUE TOUT AUSSI PRENANTE QU’AU DÉBUT…

La trame est bien ficelée, on embarque dès les premières feuilles dans cette nouvelle aventure. Descriptions, descriptions après descriptions, Cynthia parvient à y ajouter de nombreuses péripéties et scènes de meurtre et de torture. Rire ! C’est si réaliste que s’en est troublant. Je ne vous cache pas que ce tome est le plus angoissant et macabre des quatre. Certaines scènes me donnaient la chair de poule tout en me fascinant.

Mon dieu, je ne devrai pas dire cela ! Rire. C’est ce qui se produit lorsque nous sommes confrontés à la série « Les Somber Jann » ou à la plume de l’auteure. Que ce soit l’un ou l’autre, les deux nous transforment mentalement. Tout comme les interlocuteurs, nous évoluons avec eux, à leur contact.

Un dernier mot ?

Le quatrième volet de la série « Les Somber Jann » est une finale explosive et enivrante. La question qui se pose lorsqu’on débute notre lecture, c’est si les Jann, une famille de tueur en série et de psychopathe auront droit à leur fin heureuse. Qui sait ?! N’étant pas un roman à l’eau de rose, forcément, vous ne retrouverez pas des petits instants mignons comme on voit dans les films ou les romances. Rire, rire. Non ! Disons plutôt que transpiration, peur, angoisse, rire et des « Hahaha, voilà, bien fait pour toi. Tu as eu ce que tu méritais. » seront au menu. Alors, si vous n’avez pas encore commencer les quatre tomes… Sacrilège. Rire. Il va de soi que je vous conseille FORTEMENT ce bouquin, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.

#Sara

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s