Chronique sur Et si l’aube nous appartenait tome 1 de Cendrine Roca

Et si l'aube nous appartenait tome 1

Note : 9/10 

« Subitement, je réalise que les pendants Guess sont encore accrochés à mes oreilles. J’ai aussitôt envie de chouiner lorsque je pense aux terribles conséquences qu’a entraîné mon désir de m’offrir ces boucles. Pour le coup, je les ai largement méritées ! Je roule vers l’inconnu, cernée par quatre mecs armés m’arrachant à ma vie et aux miens. Le visage de mon fils m’apparaît soudainement et je donnerais tout ce que j’ai pour le rassurer et atténuer cette souffrance que ces circonstances lui infligent, tandis que je demeure dans cette foutue bagnole, impuissante. Je songe aussi à Franck et à ce baiser que nous avons partagé. Son dernier SMS empreint de tendresse : « Bonne nuit, p’tit ange », et soudain je veux ses bras protecteurs autour de moi. Clarisse traverse mon esprit, elle arrive belle et guillerette et me fait sourire dans mon cauchemar. Mes pensées, libres et précieuses me transportent loin de cette voiture et de mes bourreaux. »  

Alexandrine  

Résumé : « À l’aube de ses 40 ans, Alexandrine suit le cours de sa vie bien rangée, propriétaire d’une boutique de vêtements.  

Après un échec sentimental, une rencontre a changé sa vie et l’a amené vers le bonheur mais elle perd son mari dans un tragique accident. Elle réapprend la vie et ses plaisirs, bercée par l’amour des siens et l’amitié profonde et fusionnelle de ses amis : Clarisse et Franck. Elle ne s’autorise plus à tomber amoureuse. Mais un jour, au cours d’un braquage, elle est prise en otage et cette rencontre avec cet homme cagoulé va radicalement changer le cours de son existence. Sur fond de profondeur de l’âme, l’amour et la passion sensuelle et charnelle viendront se mêler ou une histoire aussi magnifique qu’impossible naîtra…  

Une romance érotique passionnante, à découvrir sans tarder ! » 

Mon Avis 

Pour commencer, je remercie Cendrine Roca pour l’envoi du service presse ainsi que de sa confiance en moi et mon blogue.  

Au début, avant même de débuter ma lecture, j’étais quelque peu indécise à l’idée de découvrir ce roman. Pourquoi ? Simplement, à cause du syndrome de Stockholm. Habituellement, on retrouve ce phénomène psychologie dans les thrillers ou les histoires sombres (dark romance). Mais, pas ici. Non. C’est la première fois que je lis une romance érotique ayant ce lien d’empathie. Toutefois, il y a un début à tout, n’est-ce pas ?!  

Ainsi, lorsque j’ai commencé le premier tome de « Et si l’aube nous appartenait », je me suis lancé tête baissée sans savoir si j’allais apprécier ou non. D’une certaine façon, je devrais également remercier ma curiosité. Rire. En outre, le style d’écriture de l’auteure est aussi révélateur et singulier. Ce premier tome est une romance érotique qui, malgré les circonstances atténuantes, peut s’avérer être surprenante à bouquiner.  

UNE FOLIE DANGEREUSE ET SENSUELLE…  

À travers les pages du livre, on remarque plusieurs, mais plusieurs (et il y en a, croyez-moi) scènes où la sexualité est grandement mise en valeur. Celles-ci sont peut-être présentes un nombre incalculable de fois, mais elles sont bien retranscrites sans entrer dans la vulgarité. Chaque chapitre, nous laisse entrevoir la beauté et la sensibilité que la relation, entre Alexandrine et son mystérieux inconnu, exhale… Telle une fleur qui répand son parfum délicat. Sans compter que le suspense est autant au rendez-vous.  

UN SCÉNARIO MITIGÉ…  

Au début du roman, l’action semble se faire désirer. On aperçoit les décors, les personnages, etc, de long en large… Puis, au bout d’une cinquantaine de pages, l’intrigue commence peu à peu à s’enraciner par le biais d’un clair-obscur qui amène le contexte vers un autre niveau.  

Dans « Et si l’aube nous appartenait », on fait la rencontre d’Alexandrine, une femme dans la quarantaine qui profite de la vie à travers son indépendance. Veuve et maman d’un fils âgé de vingt ans, son quotidien suit une allure rythmée et constante dont seul trois choses peuvent la rendre heureuse : son travail, son fils et ses deux meilleurs amis. Vivants ces petits moments aux côtés de Clarisse et Franck, ils sont ces pétillants petits lutins. Cependant, elle se rend compte que les sentiments que ressent Franck vont au-delà de l’amitié. S’étant promis de ne pas tomber amoureuse afin de ne pas subir de nouveau la perte d’un amour, Alexandrine prend la décision de faire comme si elle ne voyait pas les petites attentions de Franck à son égard. Lors d’une soirée entre amis, la quarantenaire va se découvrir un pouvoir d’attraction qu’elle ne croyait pas avoir. Quel est cet inconnu qui ne cesse d’envoyer des mots par l’intermédiaire du serveur ? Le reconnaitra-t-elle ?  

Ne croyant plus le revoir, Alexandrine décide de reprendre sa routine, mais lorsqu’elle ferme sa boutique plus tôt que d’habitude afin de se diriger vers une bijouterie où elle avait repéré une magnifique paire de boucle d’oreilles, la bijouterie est victime d’un braquage. Sans hésiter, l’un des cambrioleurs choisis de prendre Alexandrine en otage. Aussitôt que son regard croise de l’homme cagoulé, elle se rend à l’évidence que l’un d’entre eux lui est familière. Alexandrine va comprendre que les apparences sont trompeuses et que la situation n’est pas celle qu’elle prétend être. Emprisonnée dans une maison qui deviendra sa prison, elle va succomber progressivement au fruit défendu qu’est son protecteur. Dès lors, une relation passionnelle commencera entre eux. À son contact, Alexandrine redécouvre sa féminité et son corps. Comment réagira-t-elle lorsque saura l’aspect physique de son ravisseur ? Auront-ils droit à une fin heureuse ou leurs actes risquent-ils de les rattraper ? Alexandrine ne prend-t-elle le risque de tomber amoureuse ?  

Concernant la plume d’écriture de Cendrine Roca, elle est fluide et contemporaine. L’aventure, en tant que telle, est plaisante et intéressante à lire. Comme, je l’ai écrit plus haut… J’ai l’impression que même si la situation peut être alarmante, il ne faut pas se fier aux apparences. Dans ce récit, celles-ci sont mensongères. En dépit du manque d’activité durant les premières pages, on peut facilement percevoir le changement au niveau de l’atmosphère lorsque le braquage est mis en avant.  

Durant la lecture, nous sommes tout de même happés quand la situation dégénère. On s’accroche et espère que cela va bien se passer pour Alexandrine. On ébauche vers un tourbillon de peur et de sensations fortes. Aussi, j’ai passé un bon moment en compagnie des personnages. Les descriptions sont détaillées, ce qui nous permet de bien imaginer le tout. Une fin déchirante qui nous pousse vers le deuxième tome afin de connaître la suite des événements.  

DES INTERLOCUTEURS AMICAUX…  

À l’échelle des protagonistes, je n’ai pas su m’identifier à eux quand bien même qu’ils soient agréables et sympas à déchiffrer. Mais, j’ai l’impression qu’il manquait de viande autour de l’os. J’aurai aimé que l’écrivaine les exploite plus profondément afin de voir à l’intérieur de la carapace.  

Un dernier mot ?  

Pour conclure, « Et si l’aube nous appartenait » est un roman captivant à bouquiner. Le manque d’action ne nous empêche pas de continuer, car malgré cela, l’histoire contient de nombreux rebondissements. À mes yeux, elle devient plus intrigante. J’avoue que je suis contente d’avoir bouquiner ce petit bout de papier d’environ deux cents pages. D’une certaine manière, il m’a permis de sortir de ma zone de confort tout comme la calligraphie de Cendrine. L’auteure a su le rendre authentique. J’avais également l’impression qu’il manquait un petit quelque chose, une étincelle plus éclatante. Pourtant, il me reste le second opus à bouquiner, de ce fait, je verrai à ce moment-là. Je vous recommande ce premier opus, j’espère qu’il vous plaira. Pour ma part, j’aimerais lire les publications de Cendrine pour les distinguer unes des autres.  

#Sara

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s