Chronique sur Sœurs Désespérées de Caroline Langevin

Soeurs Désespérées

Note : 13/10 

« — Et ce beau mariage, il aura lieu quand ?  

— En mai !  

Super ! Mai ! Nous sommes en février, ce qui me laisse quinze mois pour lui faire comprendre que son attitude est irrationnelle. Avec de la chance, elle le comprendra d’elle-même en un mois, peut-être moins. Je respire un peu ! En sautillant, ma sœur continue son babillage. 

— Je sais, ça arrive vite. Mais ne vous inquiétez pas, nous avons engagé la meilleure organisatrice de mariage en ville. Elle m’a dit de ne pas m’en faire et que tout serait parfait. Elle a déjà organisé des cérémonies en moins de deux mois, donc avec trois, elle a amplement le temps. 

— Amplement…  

Je sursaute ! Elle pense donc au mois de mai de cette année ? ! C’est impossible. Je vis un cauchemar. Comment peut-elle l’envisager ? Sandrine ne trouve plus rien à dire. Cette fois, c’est moi qui me déchaîne. Je vais droit au but. 

— Stéphanie, tu ne peux pas te marier.  

— Et pourquoi ça ? boude-t-elle. 

— Pour la raison la plus simple : tu ne le connais même pas !  

— Et puis ? C’est mon grand amour. Le vrai, l’unique !  

— Tu devrais prendre un peu plus de temps pour apprendre à le connaître, que je lui propose doucement. 

— Genre, un an, ironise ma colocataire. 

 — On a trois mois pour se découvrir avant le mariage, et tout le reste de notre vie ensuite.  

— Mais pourquoi vous marier si tôt ? que je gémis. 

 — J’ai toujours rêvé de me marier à cette période pour les lilas. Ce sont mes fleurs préférées ! Ça fera des photos sublimes. En plus, j’ai réussi à obtenir une date au Château Woodbridge. C’est de loin le plus bel endroit de la région, et tu sais bien qu’il est très demandé pour les mariages !  

Comme si je savais ça ! Stéphanie poursuit :  

— Dès que Léonard a fait sa demande, je me suis informée et c’est la seule date de disponible d’ici deux ans. En fait, j’ai même beaucoup de chance, puisqu’un couple vient tout juste d’annuler sa cérémonie. C’est horrible. Je n’imagine pas comment on peut en venir à cette solution drastique. 

 — Tu pourrais te marier dans deux ans, alors ! que je riposte, sans écouter ses arguments.  

— Et pourquoi je ferais ça ? Il y a un samedi de libre en mai de cette année et j’ai déjà réservé. De toute façon, je ne vois vraiment pas où est le problème. J’étais certaine que tu sauterais de joie pour moi. Tu es ma sœur, après tout ! clame Stéphanie avec sa petite moue boudeuse d’enfant. 

— Je suis folle de joie que tu aies rencontré un homme charmant, mais je trouve qu’envisager déjà le mariage, c’est un peu trop rapide. 

— C’est mon grand amour et c’est décidé. Il faudra bien que tu t’y fasses !  

Son ton est clair, sa décision est prise. Affolée, je réfléchis à ce qu’une mère ferait dans cette situation. Rapidement, je dresse la liste de mes options. 

  • Emprisonner    Stéphanie    jusqu’à    ce    qu’elle    change    d’idée, ou    pour    toute    la    vie    si    nécessaire.
  • Planifier    un    accident    qui    casserait    légèrement    une    jambe    à    Léonard.
  • Lui    sortir    les    statistiques    de    divorce    et    l’obliger    à    regarder    toutes    les    téléréalités    présentant    des    couples    en    guerre.
  • Lui    offrir    un    stage    chez    un    couple    marié    afin    qu’elle    prenne    conscience    de    ce    qui    l’attend.
  • Payer    un    tueur    à    gages    et    éliminer    Léonard.
  • Engager    un    détective    privé    et    prier    qu’il    découvre    un    truc    louche    à    propos    de    Léonard    qui    découragerait    ma    sœur.
  • Programmer    l’enlèvement    du    prêtre    pour    le    grand    Jour.
  • Déclencher    une    alerte    à    la    bombe    à    l’église.
  • Raser    les    cheveux    de    Stéphanie    pendant    son    sommeil.    Elle    se    terrera    de    honte    le    temps    que    ça    repousse.
  • Appeler    maman    et    lui    demander    de    jouer    elle-même    la    mère (plan    à    bannir… elle    sera    probablement    aussi    enthousiaste    que    Stéphanie    pour    ce    projet    irréaliste.   Ma    sœur    ne    tient    pas    son    côté    écervelé    des    voisins).

Je réalise bien qu’aucune de ces solutions n’est au point. Je n’ai plus un mot à dire. Même si je parlais pendant des heures, ma sœur n’écouterait rien. En plus, elle risque de me détester et de ne plus m’adresser la parole.  

Je tente de calmer mon angoisse en me répétant qu’elle changera d’idée d’elle-même d’ici quelques semaines. Tout redeviendra comme avant. Les préparatifs du mariage causeront immanquablement des conflits entre les nouveaux tourtereaux. Je pourrai en profiter pour lui faire voir la réalité en douceur. Lui faire comprendre que son prétendant n’est pas aussi parfait qu’elle le croit. Elle déchantera rapidement. Ce Léonard ne peut pas être l’homme idéal. Il me fournira assurément de quoi saboter leur mariage ! Mais, pour ça, Stéphy doit me faire confiance et tout me raconter.  

À bien y réfléchir, il s’agit de ma meilleure option. Jouer les sœurs emballées et, à la première occasion, la faire changer d’idée. Ma sœur affiche toujours sa mine boudeuse. Je tente du mieux que mon manque de talent d’actrice me le permet de me créer un sourire qui semble sincère et je sautille sur place. — Tu m’as convaincue. Je suis folle de joie pour toi ! J’ai tellement hâte que tu me racontes tout tout tout. J’adore l’organisation de mariages, tu sais ? Alors, on commence par quoi ? Et, sous le regard ahuri de Sandrine qui ne comprend visiblement rien à ma réaction, Stéphanie m’entraîne vers la cuisine en me parlant des centres de table. » 

Éloise, Stéphanie et Sandrine 

Résumé : « Certains sont vites en affaires, mais y a toujours ben des limites !!! Ma petite sœur Stéphanie, une vraie tête en l’air, vient de m’annoncer qu’elle va se marier… à l’homme qu’elle a rencontré la semaine dernière ! Et elle se lance déjà dans la préparation de son grand jour, qui aura lieu dans trois mois seulement ! Je n’ai pas réussi à la convaincre d’y renoncer (ou de le reporter ; je ne suis pas difficile), alors j’ai eu l’idée de m’infiltrer dans l’organisation et de saboter le mariage de l’intérieur (pour son bien, évidemment !). 

Je suis prête à tout pour annuler cette noce. Même à endurer les dates que m’organise Steph pour me trouver un cavalier ! Si elle est désespérée que je sois seule pour cette journée… je le suis encore plus qu’elle décide d’épouser un quasi-inconnu ! 

À travers les rendez-vous, je compte bien user de mes talents d’espionne et garder son prétendant à l’œil. D’ailleurs, pourquoi veut-il se marier si tôt ? C’est louche ! »

Mon Avis 

Avant tout, je remercie chaudement les Éditions de Mortagne et Communications Julie Lamoureux pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance.  

Au début, lorsque Christine m’a envoyé un mail stipulant que « Sœurs Désespérées » était le chick lit de l’été, je me suis dit qu’il fallait que je saute le pas afin de me faire ma propre opinion. De plus, je n’avais jamais lu la calligraphie de Caroline Langevin, alors voilà. Sans aucun doute, je dois dire que je ne suis pas déçu. Je suis contente d’avoir tenté ma chance. Ma curiosité, le résumé et la page couverture ont eu raison de moi. J’ai été corrompu, que voulez-vous ?… Rire.  

Bon, que dire d’autre de cette lecture, mise à part que c’était juste… WOW ! À chaque instant, je ne pouvais pas cesser de rire. Pendant plusieurs minutes, j’ai vraiment cru que j’allais mourir tellement que je me fendais la pêche. Je l’ai littéralement dévoré de la première à la dernière page. Je suis tombé amoureuse des personnages principaux, de l’histoire, la couverture, le synopsis et bien sûr le dernier et non le moindre… Édouard.  

Je ne vous cacherai pas que « Sœurs Désespérées » est un éblouissant éclat de lumière. Ce roman apporte de la joie, du bonheur, des folies et des crampes au ventre. Rires ! Depuis deux jours, cette histoire ne m’apportait que des émotions positives, si merveilleuses que lorsque je suis arrivé au bout, j’étais peiné de les quitter.  

J’AI ADORÉ !   

Dans « Sœurs Désespérées », on fait la connaissance d’Éloise, une jeune femme de vingt-neuf ans qui travaille comme serveuse dans un café en attendant d’avoir de la place dans sa spécialité. Toutefois, les emplois dans les milieux de la psychologie, psychiatrie et éducation sont très demandés et donc vraiment difficile à obtenir. Cependant, Éloise ne s’en plein pas, elle sait qu’elle doit attendre afin que la chance lui sourît de nouveau. Ainsi, vivant en colocation avec Sandrine, sa meilleure amie et collègue, la jeune femme vit, grâce à elle, des journées aussi folles les unes que les autres. Mais, derrière cette personnalité pétillante et maladroite se cache une vulnérabilité intérieure. En effet, Éloise a vu son enfance et adolescence changer radicalement lorsque ses parents se sont séparés alors qu’elle n’avait que seize ans. Devenue comme une figure d’autorité pour sa petite sœur de neuf ans, elle a dû s’en occuper, car leur père les a quittés sans un regard en arrière afin de refaire sa vie. Tandis que leur mère a essayé de les élevé du mieux qu’elle pouvait, mais quand elle a rencontré un homme, celle-ci a décidé de se choisir et de partir loin de ses filles pour vivre avec son deuxième mari en Ontario.  

Ayant un lien puissant avec Stéphanie, sa petite sœur, Éloise ne peut s’empêcher de la protéger de tout et de rien. Puis, lorsqu’elle lui apprend qu’elle va se marier avec un homme qu’elle a rencontré, il y a quelques jours, Éloise en perd ses bras. Néanmoins, alors qu’elle comprend de la part de Stéphanie que le mariage aura lieu dans trois mois, la jeune femme refuse catégoriquement ce fait et décide par tous les moyens possibles de la dissuader de sa décision. Voyant que cela n’a aucun succès, c’est à ce moment qu’Éloise imagine une idée malicieuse : Saboter le mariage de l’intérieur en faignant d’y être intéressé.  

Dans ces conditions, plusieurs péripéties hautes en couleur auront lieux… Le plan d’Éloise fonctionnera-t-il ? Arrivera-t-elle à faire ouvrir les yeux à sa petite sœur ? Pourtant, lorsque la jeune femme fait enfin la connaissance de Léonard, le fiancé de Stéphanie, elle y fait la rencontre d’Édouard, le benjamin de la fratrie. Quand elle surprend une conversation entre lui et le cadet, Éloise se demande si une aide en plus favoriserait le succès de sa stratégie. Trouvera-t-elle en lui un allié ou un ennemi ? Et si plus elle passait du temps avec lui et plus elle sentait la passion l’envahir à chaque fois qu’elle pose son regard dans le sien ?  

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, je l’ai trouvé fluide et addictive. Je n’ai pas pu détacher mes yeux de ce récit. En outre, dès les premières feuilles, on entre directement dans les pensées d’Éloise. Caroline Langevin est parvenu à écrire une intrigue très cocasse. Également bien ficelée, on se laisse immerger par les situations loufoques et le contexte. Sans compter que c’est si aisé de s’attacher aux interlocuteurs. Ceux-ci sont si attachants. « Sœurs Désespérées » est une excellente lecture à se mettre sous la main. 

Honnêtement, je me suis facilement identifié à Éloise. Tout comme moi, elle possède un esprit cartésien et n’est pas presser de découvrir l’amour. J’aime beaucoup son côté indépendant, elle assume pleinement sa vie de célibataire. Aussi, Éloise n’attend pas le « grand amour » pour profiter de son existence. Son caractère et le mien se ressemble comme deux gouttes d’eau et d’autant plus, j’ai également le même intérêt qu’elle au niveau du choix de carrière… Enfin, cet univers faisait partie de mes trois choix favoris. Il va sans dire que de même qu’Éloise, j’ai une belle tendance à peser le pour et le contre avant de me lancer. On peut dire que c’est assez réfléchi, mais ce tour de main peut être considéré comme un complexe puisque je raisonne plus avec mon esprit qu’avec mon cœur.  

Un dernier mot ?  

Une œuvre littéraire qui m’a donné des crampes et des crampes aux côtes. Vous l’aurez compris, « Sœurs Désespérées » est, à mes yeux, un coup de cœur assuré. C’était inévitable ! Cette histoire et moi-même étions fait pour nous rencontrer. Concernant les protagonistes, ils sont si abracadabrants que s’en devient fou et mignon à bouquiner. Un petit clin d’œil au mariage de conte de fée, c’est carrément le rêve de toutes jeunes femmes amoureuses des films de Disney. Rire ! « Sœurs Désespérées » met du baume au cœur à l’aide des nombreuses rigolotes aventures d’Éloise. En plus, il est impossible de ne pas éclater de rire face aux petites maladresses de l’héroïne. Il va de soit que je vous recommande vivement ce bouquin, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu. Finalement, je compte bien lire les autres et futures parutions de Caroline Langevin.  

#Sara

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s