Chronique sur À livre ouvert de Nikki J.Jenkins

A livre ouvert

Note : 10/10  

 « J’entoure la poignée de mes doigts et tire vers moi, mais le tiroir reste coincé. J’y mets un peu plus de force et cette fois-ci, il s’extrait de son emplacement. Sous le coup de la surprise, je lâche ma prise. Mon mouvement provoque une chose inattendue. Des dizaines de feuilles blanches volent à travers la pièce avant de retomber sur le sol. 

Intriguée, j’en saisis une entre mes doigts et m’aperçois que plusieurs mots s’étalent dessus, tracés à l’aide d’un stylo noir. Une écriture ronde et soignée qui me semble plus appartenir à une femme. 

En y regardant de plus près, je remarque des dates. Comme un journal intime. Je rassemble les feuilles et les pose sur mon lit. J’ai des choses plus urgentes à faire. 

Plongée dans mes pensées, mes doigts s’affairent à remettre cette antiquité en état durant plusieurs heures. Un travail de longue haleine qui ne prend fin que lorsque la lumière du soleil décline par la fenêtre. 

La gorge sèche, je me lève, abandonne ma chambre et rejoins la cuisine d’un pas lent. En voyant la nourriture traînée encore sur le comptoir, mon estomac crie famine. Avec toute cette histoire, je n’ai presque pas mangé ni bu de la journée. Et il est plus de 18 h. 

J’attrape une bouteille d’eau dans le réfrigérateur et le carton rempli de nouilles avant de m’installer dans le canapé. Je n’allume pas la télévision. Je reste là, assise à mâchouiller et à boire tout en pensant à Elijah. Mon ami n’est toujours pas rentré et maintenant que mon esprit n’est plus occupé, l’inquiétude m’envahit. Je pourrai lui téléphoner, mais je le connais assez pour savoir que ce n’est pas une bonne idée. Il a besoin d’être seul. 

J’avale une dernière gorgée avant de faire un brin de ménage et de retourner dans ma chambre. 

Je me laisse tomber sur mon lit, juste à côté du tas de feuilles. Je m’en empare et les classe dans l’ordre des dates avant de me plonger dans la lecture. Aussitôt, l’image d’une jeune femme brune se matérialise. Elle est assise sur une chaise devant la coiffeuse. Et alors que mes yeux suivent les premières lignes du journal, la scène décrite qu’elle décrit prend vie et je me retrouve aspiré dans ses souvenirs de telle manière qu’elle et moi ne formons plus qu’une seule et même personne. » 

Meghan 

 Résumé : « En découvrant un tas de feuilles volantes dans le tiroir secret d’une ancienne coiffeuse qu’elle vient d’acquérir, Meghan est intriguée par l’écriture ronde et soignée tracée au stylo noir. Mais surtout par ce trésor inattendu dans lequel elle n’hésite pas à plonger tête baissée.  

 Au fil des pages, elle se retrouve projetée au côté de Maya, une jeune femme brisée après la mort de son fiancé. Elle l’accompagne à travers les lignes dans son deuil, vivant avec elle sa descente aux Enfers. Et si, tout n’était pas aussi noir qu’il n’y paraît ? Et si la vie offrait une chance à Maya de remonter sur Terre ? » 

 Mon Avis 

Tout d’abord, je voudrais remercier Nikki Jenkins pour l’envoi du service presse ainsi que pour sa confiance.  

Ayant entendu beaucoup de bien sur l’écriture de l’auteure, j’ai voulu également tenter ma chance par curiosité et je dois vous avouez que j’ai bien fait de sauter le pas. « À livre ouvert » est un roman que j’ai dévoré en quelques heures. Non, seulement, il est facile de se reconnaître à travers les yeux de Maya et Meghan, mais en plus, ce roman nous invoque certaines leçons de vie à prendre en considération.  

Le récit aborde de nombreux thèmes tels que le déni, l’amour, l’amitié, le deuil face à la perte d’un être cher, l’espoir et la reconstruction de soi. Tous aussi merveilleux les uns que les autres. Au niveau des personnages principaux, ils sont tous apportés un petit plus, mais j’ai eu une préférence pour Maya et Meghan, car elles ont su exploitées, toutes les deux, cette force intérieure qu’elle ne connaissait pas afin de la transformer en soit une forme de courage ou en celle du symbole de l’espoir.   

Dans « À livre ouvert », on fait la connaissance de Meghan, une jeune femme qui a emménagée à New York, avec Elijah, son colocataire et meilleur ami, afin de s’éloigner de ses parents suite à un horrible séjour chez eux. Toutefois, aussitôt arrivé qu’Elijah lui annonce une mauvaise nouvelle. En effet, il a accepté un emploi à 1149 kilomètres de distance. Ne dit-on pas loin des yeux loin du cœur ? Bouleversé par ce qu’elle vient d’apprendre, Meghan se voit offrir une coiffeuse antique de la part de son meilleur ami. Ne ressentant plus la présence d’Elijah dans les environs, la jeune femme commence à se sentir seule dans un grand logement, c’est à ce moment que Meghan fait une découverte ahurissante. Ainsi, elle est y découvre, dans la coiffeuse qu’Elijah lui a donnée, des pages et des pages noircies par une calligraphie féminine. À première vue, cela semble être un journal intime dont raconte le processus de délivrance de Maya, après avoir perdu Joey, son grand amour. Qui est Maya ? Est-elle réelle ? Comment ces nombreuses feuilles ont-elles atterries dans la coiffeuse en bois de Meghan ? Comment Elijah s’est-il procuré ce meuble antique ?  

C’est en lisant les nombreuses lignes écrites par Maya que Meghan va apprendre à la connaître et ressentir tant d’émotions pour cette femme qui a tant aimée et tant souffert à même temps. C’est en acceptant de se lancer dans cette merveilleuse aventure que Meghan va comprendre le vrai sens de la vie. Aussi, grâce à la démarche émotionnelle de Maya, elle va prendre la décision de risquer le tout pour le tout pour se lancer en amour. À travers les pages du journal intime, Meghan prendra également conscience de la véritable personne qui lui donne des papillons dans l’estomac tout comme Maya qui ressentait ces mêmes sensations avec Joey. Réussira-t-elle à mettre toute son existence entre parenthèse afin de la remettre en question ? Sera-t-elle assez forte pour affronter ce qu’elle est ressent ?  

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle est fluide et agréable à bouquiner. Je me suis laissé facilement entraîner par le rythme constant de l’intrigue. En lisant ce roman, j’ai été submergé par une tornade d’émotions, surtout la tristesse. Lors des passages de Maya, je ne pouvais que compatir, car je sais ce que ça fait, je sais ce que c’est de perdre une personne qui nous est chère. À mes yeux, cette femme est une battante, car elle a eu le courage de s’accrocher à la vie, malgré les sombres jours qu’elle a endurés. Les feuilles de son journal intime en sont une preuve évidente.  

Sans compter que la narration est à deux voix, celles de Maya et de Meghan. On y retrouve la première à travers les pages d’un journal tandis que la deuxième, présente physiquement, se retrouve être celle qui devra affronter ses peurs et prendre un risque inconsidérable si elle veut que la meilleure chose qui lui est arrivé ne s’envole pas loin d’elle à jamais. En tout cas, c’est un récit que je n’oublierai pas de sitôt.  

Un dernier mot ?  

Une œuvre littéraire qui apporte un sentiment d’amour à tout individus qui liraient ces lignes. Chaque péripétie apporte une morale à comprendre. Dès les premiers pages, on se laisse envoûter par l’appel de Maya et de Meghan. Addictif jusqu’à la fin, on espère savoir ce qui va se produire. Sans aucun doute, je n’ai pas vu le temps défilé, je n’ai ressenti aucun sentiment d’ennui. Nikki Jenkins apporte avec son style de calligraphie un sentiment de légèreté et de douceur. Il va de soit que je vous recommande « À livre ouvert », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu.  

#Sara

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s