Chronique sur voisins de palier tome 1 de Daguette

IMG_9991

Note : 9,5/10

« Tout de suite, la voir chez moi, dans mon salon me perturbe un peu. Mais assez vite, je me sens à l’aise :

– Assieds-toi, tu veux boire un coca ou un sirop ? lui demande-je gentiment en lui désignant le canapé de la main.

Celle-ci me regarde comme si je venais de l’insulter puir rétorque d’une voix faussement vexée :

– Putain, t’es sérieux ?! J’ai l’impression d’avoir douze ans !

Je souris face à sa remarque et me maudis intérieurement de lui avoir proposé une grenadine. C’est dingue ce que je peux être benêt parfois !

– Ouais c’est vrai, j’aurais dû te proposer une vodka pomme ? balancé-je sur le même ton qu’elle a employé, en souriant, pour tenter de détendre l’atmosphère.

– Je n’ai pas soif, je veux juste un taf si tu en as un pour moi.

Je viens m’asseoir en face d’elle, sur mon fauteuil fétiche. J’évite tout rapprochement, ne voulant pas être trop près de sa personne, et la regarde droit dans les yeux pour lui demander :

– Qu’est-ce que tu sais faire ?

A peine ces mots sortis de ma bouche, je réalise qu’ils ont une tournure sexuelle et je regrette directement le choix de cette question.

Comme pour confirmer mes pensées, Danièle rougit légèrement en se tortillant et me sourit avant de répondre :

– J’sais pas trop, je suis en Bac littéraire et j’ai fait aussi des stages en secrétariat dans une…

Je ne l’écoute déjà plus, elle fait un bac littéraire et je trouve ça très intéressant…

– Tu veux bosser dans l’édition ? la coupé-je sans ménagement en passant machinalement une main dans ma tignasse.

Danièle humecte ses lèvres et voir sa langue passer doucement sur sa bouche m’électrise, je me lève pour aller chercher une bière afin de pouvoir détourner le regard quand elle me répond :

– Oui, c’est mon rêve. Les livres, c’est ma passion ! Je lis dès que j’en ai le temps et pouvoir passer de l’autre côté du miroir me plairait tellement !

Satisfait de sa réponse, je la regarde glisser ses doigts dans ses fins cheveux noirs et lui jette en me levant d’un bond :

– Super !! J’ai un job pour toi ! »

                                Florian & Danièle

Résumé : « Dany est une jeune fille de dix sept ans qui est secrètement attirée par son voisin de palier âgé de huit ans de plus qu’elle, Florian.

En vacances scolaires pendant deux mois cet été, elle est contrainte par sa mère de trouver un travail et quelle surprise lorsqu’elle apprend que Florian va l’embaucher pour un job plutôt particulier… »

                         Mon Avis

Tout d’abord… Quel bon achat ! Je suis vraiment contente de m’avoir procuré ce roman. Étant donné que je n’avais jamais lu les écrits de l’auteure, je ne savais pas si son style d’écriture allait me plaire ou non. Puis, de toute façon ce premier tome me faisait de l’oeil depuis un certain temps, donc je me suis dit que je ferai d‘une pierre deux coups. Ainsi, en toute franchise… OH MON DIEU !… Rires, suis-je assez expressive ?… Rires.

« Voisins de palier » est une pépite que j’ai adoré et dont j’ai raffolé et dégusté chaque moment passé en compagnie de tout ces nombreux personnages. Ils apportent tous un certain cachet à l’histoire. De plus, sans l’intervention de quelques personnes, la relation entre Florian et Danièle n’aurait jamais passer la prochaine étape.

Daguette nous offre une superbe histoire emplie de légèreté, de larmes et d’amour. J’ai adoré, mais j’ai une chose à dire… C’est quoi cette conclusion ? Je suis ébahi tout en étant stressé de connaître la suite.

Dans le premier opus de « Voisins de palier », nous faisons la connaissance de Danièle, une jeune femme de dix-sept ans. Combative, elle aime profiter de la vie comme elle le sent, en faisant la fête en autre, et mettre à profit son indépendance. Toutefois, Danièle ne fait pas cela sans raison… se rebeller est la seule solution qu’elle ait trouvée afin de dissimuler aux autres sa tristesse. Étant raisonnable pour son âge, elle n’a pas la langue dans sa poche et ne laisse pas faire aussi facilement. Trouvant les garçons de sa tranche d’âge un peu trop irrespectueux et immature, Danièle n’arrive tout simplement pas à leur ouvrir son coeur. Pour elle, cette option n’en est définitivement pas une. Non…, car toutes les fibres de son corps, de son âme, de son esprit ainsi que de son corps battent déjà pour quelqu’un d’autre.

Très attirée par son voisin, Danièle ne peut pas cesser de penser à lui. Est-ce une simple attirance physique ? Ou est-ce que c’est plus que ça ? Aussi, lorsque sa mère demande à la jeune femme d’aller voir Florian pour que celui-ci lui trouve un emploi d’été, Danièle saute sur l’occasion. Désormais, elle devra côtoyer Florian plus que d’habitude, ce qui n’améliorera pas ses beaux fantasmes, au contraire… Étouffée par le comportement de sa mère, elle est plus heureuse d’effectuer un travail qu’elle aime. Au fur et à mesure qu’ils passent du temps ensemble, à travers leur face à face et leur textos, les deux voisins commençent à ressentir une forte passion insoutenable pour l’un et l’autre. Se laisseront-ils à leur sentiments ou s’interdiront tout geste qui les mèneront vers le goût de l’interdit ?

Florian est un homme de vingt-cinq ans qui travaille au garage d’un de ses meilleurs amis afin de réparer soit des voitures ou des motos. Également écrivain, il écrit des histoires qui passe au fantastique en allant vers l’érotique. Ressortant d’une douloureuse rupture qui s’est passé il y a quelques années, Florian accumule de temps en temps les coups d’un soir, mais ses projets littéraires ne lui laisse aucun répit. C’est un homme ayant confiance en lui qui sait aussi comment plaire aux femmes. Florian ne fait aucun effort pour être séduisant, il est comme il est et c’est très bien comme ça… À notre plus grand plaisir… Rires !

Cependant, sans qu’il puisse l’expliquer, il y a bien une seule personne sur la Terre qui puisse le rendre si vulnérable et cet individu est Danièle, sa voisine de dix-sept ans. Fasciné par elle, il sait qu’il ne peut pas franchir le cap au risque d’en perdre des plumes. Comment peut-il rester loin de la seule personne qui est capable de le faire sentir bien à nouveau ? Sacrifiera-t-il son propre bonheur afin de la laisser vivre sa vie ? En se rapprochant, Florian et Danièle vont faire connaissance et se rapprocher en s’avouant leur douleurs intérieures ainsi que leur amour.

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, je l’ai trouvé fluide et addictive. On se laisse facilement entraîner dans le fin fond des abysses de l’océan à travers ce bouquin. Narration à deux voix, on peut lire les pensées de Florian et de Danièle concernant leur sentiment et leur désir envers l’autre tout en ressentant également leur peine face à la perte. À certains de ces moments, quelques larmes coulaient le long de mes joues. C’était touchant à lire.

Daguette nous tient en haleine jusqu’à la dernière page et surtout on ne s’ennuie vraiment pas avec Danièle, Florian, Capucine, Ben et Raph. Sans compter que plus je lisais et plus les pages défilaient rapidement sans que je le remarque. Sympathique, on se laisse aussi toucher par les mots de l’auteure.

Un dernier mot ?

Une oeuvre littéraire que j’ai adoré du début jusqu’à la fin. À travers ces lignes, on éprouve un tourbillon d’émotions. Un récit frais et coloré qui nous éparpille dans le monde de la littérature. Je me suis régalé, c’était si délicieux à bouquiner. Il va de soit que je recommande le premier tome de « Voisins de palier ». Néanmoins, si vous voulez un conseil… je vous sollicite à acheter le deuxième opus avant de commencer, car croyez-moi l’attente risque fortement de vous tuez… Rire. Pour ma part, c’est exactement ce qui se passe et je m’en mords les doigts !

#Sara

Publicités

Chronique sur SOS je suis amoureuse ! de Céline Musmeaux

IMG_8385

Note : 12/10

« Merde ! C’est fou, mais elle me plaît. J’ai envie de la serrer dans mes bras et de la protéger de tous les cons qui l’entourent. Son innocence, c’est un trésor et un fardeau. Beaucoup en profitent, j’ai été le premier à le faire. Pourtant, elle ne mérite pas ça. Ouais, il lui faut quelqu’un qui sache apprécier qu’il lui reste beaucoup de chose à découvrir… »

                                                   Arthur

Résumé : « Le sort n’est jamais joué d’avance !

À dix-sept ans, Zoé est pleine d’énergie, mais également une vraie catastrophe ambulante. Tout ce qu’elle entreprend finit mal, au point que ses amis la surnomment « miss boulette ».

Lorsqu’elle rentre en terminale, elle se fixe l’objectif de créer le moins d’incidents possible, et ce, dans le but de faire taire les rumeurs à son sujet. Seulement, persuadée d’être malchanceuse, Zoé enchaîne boulette sur boulette dès le premier jour.

Après avoir bousculé un inconnu, voilà qu’elle lui marche sur le pied et qu’elle l’assomme presque d’un coup de menton, le tout en essayant de s’excuser.

Cependant, sa victime semble le prendre avec un large sourire, ce qui provoque un nouveau cataclysme, mais cette fois-ci, dans le cœur de Zoé.

Qu’adviendra-t-il de l’adolescente la plus maladroite du lycée ?

Destiné aux lecteurs âgés de 15 ans et plus. »

                        Mon Avis

Avant tout, je remercie chaudement NYMPHALIS, mon partenaire littéraire, pour l’envoi du service presse et pour leur confiance en moi. De plus, je voudrais également dire merci à Céline Musmeaux pour les nombreuses histoires qui me font rêver à chaque mois.

Vous savez ce que je fais lorsque je lis des romans ? Je grignote des petites sucreries, elles sont aussi différentes l’une des autres. Ainsi, comme par exemple, lorsque je bouquinais « SOS je suis amoureuse ! », je mangeais des morceaux de chocolat en forme de coeur… Enfin, vous voyez le truc… Rires. Cela rend la lecture soit plus mignonne ou savoureuse tout dépendant du genre littéraire.

Ce mois-ci, l’auteure a voulu aborder de plusieurs thèmes différents dont les étiquettes… Pour ma part, ce sujet me touche personnellement, car lorsque j’étais étudiante au secondaire, j’étais la fille timide, sérieuse et gentille. Tout le monde me traitait d’intello parce que j’avais de bonnes notes et que je me comportait bien en classe. Puis, quelques fois, on me mettait à l’écart de certaines conversations dû au fait que j’étais une bonne élève. Il me pensait donc naive et innoncente telle un bourgeon fleurissant en début du printemps. Savant aussi que je dirais jamais non, ces mêmes individus me demandaient souvent quelques petits trucs, allant aux petites faveurs à un crayon à la mine. Sans compter que comme Zoé, héroine du roman « SOS je suis amoureuse ! », j’étais aussi maladroite et il arrivait que parfois ma maladresse provoque involontairement des méchantes mésaventures.

Durant cinq ans, cette étiquette était marquée au fer rouge sur mon front et partout sur mon corps. Ainsi, lorsque cette période s’est enfin terminée, j’avais l’impression de revivre de nouveau, de pouvoir respirer l’air libre comme je le souhaitais. Aujourd’hui, j’ai tout de même gardé mon tempérament d’avant, mais désormais, il m’arrive de sortir mes épines, telle une rose quand elle se sent menacée, lorsque la situation m’y oblige. Concernant ma balourdise, je préfère en rire plutôt qu’en pleurer…. Voilà mon credo… Rires ! Enfin, c’était ma petite tranche de vie… Rires. Revenons à nos moutons, voulez-vous ?

En ce qui concerne les autres types d’idées, Céline Musmeaux a voulu démontrer comment l’harcèlement pouvait être difficile à gérer et comment celui-ci peut entraîner de nombreuses et différentes conséquences psychologiques. De plus, l’histoire illustre également comment quelques personnes peuvent profiter de l’innocence des autres lorsque celles-ci entretiennent une relation qu’elle soit amicale ou amoureuse. Ensuite, pour remédier à toute cette noirceur, l’amitié, la romance et le grand amour font aussi partie du lot.

En lisant ce récit, nous avons littéralement l’impression de savourer un cupcake avec une lourde cargaison de crème fouettée.

Dans « SOS je suis amoureuse ! », nous faisons la rencontre de Zoé, une jeune femme de dix-sept ans. Pétillante et pleine d’énergie, elle a le sourire facile. Elle apporte souvent le bonheur autour d’elle. Également maladroite, Zoé ne peux pas passer une journée sans provoquer une ou plusieurs catastrophes… Au point que les élèves du lycée la surnomme « Miss Boulette ». Ayant honte de son surnom ridicule, elle, en souriant constamment, fait comme si cela ne l’attendrissait pas. Toutefois, derrière ce masque se cache une douleureuse angoisse. De plus, ces rumeurs selon laquelle elle serait une catastrophe ambulante ne l’aide pas non plus, au contraire, celles-ci ne fait que baisser sa confiance en elle.

Ainsi, lorsque Zoé entre en terminal, elle décide de se fixer un nouvel objectif, celui de ne provoquer aucun accident, mais plus facile à dire qu’à faire, n’est-ce pas ? Nerveuse à l’idée de ne pas réussir sa petite mission personnelle, c’est à ce même moment que la jeune femme provoque de nombreuses calamités et bouscule au passage un nouvel élève. Belle impression pour une première fois, vous ne croyez pas ?! Mais, quand le garçon accueille sa maladresse avec un grand sourire empli de joie et de sincérité, Zoé ressent un pincement au niveau de son coeur. Au premier regard, Zoé se demande si ce garçon pourrait être l’exception… Si il pourrait la regarder elle et non à travers son surnom ridicule. Intéressée par ce nouveau venu qui fait battre son coeur, la jeune femme va essayer d’attirer son attention, mais sans succès. Pourquoi ne cesse-t-il pas de la repousser à chaque fois ? Que cache-t-il ? Grâce à Arthur, Zoé va comprendre et commencer à ouvrir les yeux sur la véritable nature de certains individus qui prétendent être son ami. À son contact, elle va se découvrir une force de caractère qu’elle n’aurait jamais cru avoir en elle.

Arthur est un nouvel élève qui ne souhaite que recommencer une autre vie dans une autre ville, mais dès son entrée au lycée, il se fait bousculer, heurter et assommer par une fille. Prenant la situation avec délicatesse, il ne peut s’empêcher de rire. Dès les premiers contacts visuels, Arthur remarque aussitôt l’intérêt affectueux de la jeune femme envers lui. Cependant, ne voulant pas la faire souffrir et s’attacher aux autres, il répand des escamotages par le biais de forteresses afin de se protéger lui-même ainsi que les autres êtres qui voudraient entamer un début de contact amical avec lui. Voyant que Zoé ressemble à une petite fille qui croit au conte de fée, Arthur ne souhaite pas jouer sur ce terrain dû à une expérience douleureuse qui n’a pas bien fonctionnée.

Néanmoins, il ne peut s’empêcher de se rapprocher de Zoé, car lui seul, semble deviner ses semblants de sourires. Comprenant ce qu’il la tracasse énormément, Arthur ne peut cesser de se demander pourquoi les autres ne voient pas ce qu’il voit lorsqu’il la regarde au plus profond de son âme. Au fur et à mesure qu’ils passeront du temps ensemble, Zoé et Arthur apprendront à se connaître l’un et l’autre. Au contact de chacun, les deux adolescents commençeront à s’ouvrir à son égal. Ainsi, lorsque des sentiments amoureux se manifestent entre eux, les deux adolescents se laisseront aller à cette coquetterie qui règne entre eux. Leur complicité leur démontrera que lorsque deux âmes blessées et errantes se trouvent, celles-ci peuvent s‘entraider mutuellement à aller mieux et aider l’autre à mûrir et s’entrouvrir. Arthur et Zoé ouvriront les yeux et réaliseront plusieurs détails importants, sur certains sujets et quelques individus, qui ne croyaient pas savoir.

Concernant le style d’écriture de l’écrivaine, celui-ci est toujours aussi fluide et addictive. Céline Musmeaux a de nouveau réussi à m’ensorceler avec son univers littéraire. À travers ces lignes, nous découvrons une histoire d’amour emplie d’innocence. Elle possède aussi son propre cachet.

Sans aucun doute, par leur belles paroles et leur gestes posés, Zoé et Arthur forment un duo attachant. « SOS je suis amoureuse » est une douce romance forgée dans la tendresse. J’ai adoré chaque moment passé en compagnie de ces nombreux personnages. Il y en a quelques uns qui méritaient une bonne claque pour les actions qu’ils avaient posés et d’autres que j’avais envie de secouer pour leur inconsciente naiveté. Bref, voilà… Rire !

Un dernier mot ?

Une oeuvre littéraire qui m’a émouvée émotionnellement dû à une partie personnelle de ma vie que j’ai retrouvé dans ce bouquin. On file dans l’aventure dès les premières pages et ressent aussitôt la tristesse de Zoé vis-à-vis cette étiquette tatouée sur son front. Sans prise de tête, les péripéties de ces jeunes tourtereaux sont un vrai vent de fraîcheur. Il va de soit que je vous recommande ce moelleux récit, j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plus. Pour terminer, je vous offre ces petits mots… Entrez dans le quotidien de Zoé et Arthur et laissez-vous chavirer par ce premier et nouveau cataclysme affectif. 

#Sara

Chronique sur Ce qu’il reste de nous écrit par Céline Musmeaux

IMG_8375

Note : 13/10

« Seulement, il me manque une part de moi. Ce vide est si immense que j’ai bien du mal à le combler. Tu me manques. Je n’ai jamais pu t’expliquer les raisons de mon absence ni pourquoi j’ai rompu toutes communications avec toi. Cela reste en moi comme un feu que le moindre souvenir attise. Oui, cela m’empêche de prendre un nouveau départ parce que je n’ai jamais pu te dire « Adieu ». »

Tamara

Résumé : « Peut-on recoller les morceaux d’un coeur brisé ? 

Tamara a connu son premier amour à seize ans. Il s’appelait William. Elle le surnommait Willy.
Ils s’aimaient d’un amour complice et fusionnel. Mais leur idylle s’est brusquement arrêtée au divorce de ses parents. Leur couple n’a pas survécu à son déménagement précipité.

Les rapports avec sa mère se dégradant de plus en plus depuis sa majorité, Tamara décide de prendre un nouveau départ en se rapprochant de son père. C’est également l’occasion pour elle de découvrir ce qu’est devenu ce garçon qu’elle n’a jamais pu oublier.

Seulement, celui qui se fait maintenant appeler Will a beaucoup changé. Guitariste d’un groupe, tatoué, enfermé dans des relations toxiques et dangereuses, il n’a plus rien en apparence de celui qu’elle aimait.

Quand leur regard se croise au détour d’une ruelle, aucun d’eux n’est capable de faire le premier pas. Le lien qui les unissait est-il définitivement détruit ?

Destiné aux lecteurs âgés de 15 ans et plus. »

 Mon Avis

À première vue, je voudrais remercier les éditions NYMPHALIS pour l’envoi du service presse ainsi que de leur confiance en moi.

En avril, cela fera maintenant deux ans que je lis les romans de Céline Musmeaux. Au fil des mois, semaines, jours, j’ai appris à connaître cette merveilleuse personne qui se cache derrière la facette de l’écrivaine. Puis, une belle amitié virtuelle s’est développée. Vous connaissez l’impression de rencontrer, depuis très peu de temps, une personne, mais que vous avez la sensation que cela fait plusieurs années ?! C’est mon cas et j’espère que j’aurai la chance de la croiser un jour.

Ainsi, à chaque mois, je suis toujours aussi impatiente de découvrir la pépite vedette. C’est toujours un plaisir de percevoir ces nouvelles sorties. Les thèmes qui y sont sondés sont si réels et éloquents.

Ce mois-ci, Céline nous entraîne dans un univers sombre où plusieurs réalités et sujets s’entrechoquent. En effet, dans « Ce qu’il reste de nous », l’écrivaine a voulu aborder de l’alcool, la destruction de soi et des relations toxiques. Mais, afin de contrebalancer l’histoire, on peut également retrouver les idées suivantes telle que la romance, le premier amour, les retrouvailles, la passion musicale et le dernier et non le moindre une seconde chance. Si vous saviez à quel point j’ai adoré ce roman… Rire.

C’est une superbe histoire qui comporte des thèmes assez ombrageux, il faut dire !

Dans « Ce qu’il reste de nous », nous faisons la connaissance de Tamara, une jeune femme de seize ans, qui du jour au lendemain part sur un coup de tête avec sa mère pour aller vivre ailleurs. Deux ans plus tard, maintenant âgée de dix-huit, elle revient dans sa ville natale afin d’y retrouver son père… Disparue aux yeux de tous, la jeune femme est terrorisé à l’idée de revoir les personnes qu’elle aimait et dont elle n’a donné aucun signe de vie. Surtout lui… Deux ans auparavant, Tamara entretenait une relation amoureuse avec Will alias Willy. Ils étaient follement amoureux l’un de l’autre, ils étaient inséparables et passionnés.

Ainsi, lorsque Tamara revient chez elle, la jeune femme ne reconnaît plus cet homme dont elle était éprise. Impulsif et incontrôlable, il ne cesse de la repousser et de la malmener… Mais pourquoi ? Lorsque Tamara commence à comprendre ses réelles intentions à son égard, elle essaie par tout les moyens de le rassurer. Aussi quand leur regard se croisent, ils savent tout les deux que la flamme, qui les animait avec passion, il y a deux ans, ne s‘est pas totalement éteinte. Espérant le faire changer d’idée, Tamara s’accroche à lui, mais combien de temps tiendrat-elle ? Réussira-t-elle à faire comprendre à Will que désormais, elle cessera de fuir ? Que son amour pour lui est éternel ? Le grand amour laisse des traces, il s’effacent jamais complètement.

Will avait tout ce qu’il désirait dans la vie : Tamara, son amour de jeunesse, et la musique… Un claquement de doigts a suffit à détruire tout ce qu’il avait entreprit. Lorsque la fille dont il est amoureux prend la décision de partir sans lui donner de raison valable ou simplement pour lui dire « au revoir », il sombre, littéralement, dans les profondeurs de l’océan. Pourquoi Tamara ne lui donne aucun signe de vie ? À ses yeux, son départ est aussi pire qu’une rupture… Ayant perdu tout ce qui le rendait heureux, il décide de s’autodétruire, afin de ne plus penser à la douleur, de différentes manières en passant par l’alcool tout en allant vers le sexe, même sa musique est neutre et sans aucune émotion…

Deux ans plus tard, Will est devenu un homme colérique et impulsif.Il enchaîne les concerts afin de se faire des économies pour son alimentation et son habitation. Plus rien n’a d’importance pour lui, désormais. Will n’est plus que l’ombre de lui-même… Enfermé dans ce cercle vicieux, il parvient à peine à garder la tête hors de l’eau.
Puis, lorsqu’il croise de nouveau les yeux de celle qu’il l’a abandonné, il y a deux ans, Will commence à ressentir une grande frayeur. En effet, son retour fait remonter de lourdes sensations, souvenirs ainsi que son amour pour elle. Ne se sentant plus digne de sa bien-aimée, il essaie de la repousser afin qu’elle trouve une personne qui saura la rendre heureuse. Mais, comment peut-il le faire alors que chaque moment qu’il passe avec elle ne fait que ranimer sa passion pour elle.

S’ils veulent que ça marche de nouveau, Will et Tamara devront réapprendre à se connaître, car en deux ans, une personne peut radicalement changer du tout au tout. Pris dans des relations toxiques, Will devra tout faire pour s’en sortir, en effet, sa réussite ne dépend que de lui. Ainsi, il pourra démontrer à Tamara qu’il a changé et qu’il est prêt à tout pour elle. Son amour sera-t-il assez fort ? Méritent-ils une fin heureuse ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours aussi fluide et chouette à bouquiner. « Ce qu’il reste de nous » est un coup de coeur. Je suis toujours aussi fan de l’écrivaine, j’adore ses livres, ceux-ci sont incroyables. Ressortir indemme de cette lecture est pratiquement impossible, car elle contient des scènes bouleversantes. Sans compter que dès les premières pages, on entre directement dans le vif du sujet. On se laisse facilement tenter par la relation amoureuse de Tamara et Will.

Grâce à la narration à deux voix, nous avons accès aux pensées de Tamara via à vis son départ précipité, les raisons qui l’ont poussées à le faire et le fait de revoir son amour de jeunesse. En entrant dans l’esprit de Will, nous pouvons ressentir ce qu’il a perçu lorsque Tamara est parti puis voir ce qu’il est devenu pour finalement distingué ce qu’il a éprouvé lorsque son grand amour a de nouveau croisé sa route.

Un dernier mot ?

Une oeuvre littéraire qui vous fera fondre de toutes les façons possibles. Des thèmes réalistes qui définissent parfois la vie des jeunes enfermés dans une telle boucle infernale. Dévastant ! Concernant les protagosnistes principaux, ceux-ci sont attachants à suivre. À certains moments, j’avais envie de les secouer pour leur faire ouvrir les yeux. Ah, l’amour…

À mes yeux, ce sentiment immortel et si imparfait ne serait pas le même sans quelques séquelles. J’espère que « Ce qu’il reste de nous » vous plaira autant qu’il m’a plu. Il va de soit que je vous recommande cette histoire. Pour ma part, j’ai le coeur lourd à l’idée de quitter Will et Tamara, mais je sais qu’ils vivront éternellement dans mon coeur et dans mon esprit.

#Sara

Chronique sur Bad boy de Nelly M.C

IMG_9546

Note : 9,5/10

« J’attrape le réveil qui ose me briser les tympans de si bonne heure et l’envoie valser de l’autre côté de la chambre. C’est malin, maintenant je suis réveillée ! Réveil de malheur, je ne vois pas à quoi ils servent ces machins, à part nous réveiller en plein rêve pour justement aller en cours ! C’est abusé.

Je me lève, vais dans ma salle de bains et prends ma douche. Tous les matins je me pose cette question: « À quoi sert la vie ? ». C’est vrai, nous venons au monde, mais on nous reprend la vie aussi vite que l’on nous la donne ! À quoi cela sert de prendre les bonnes décisions ? Moi je m’en fous des conséquences, je profite de la vie pendant qu’il en est encore temps, mais tout le monde n’est pas d’accord avec cette philosophie de vie. Les gens te jugent sans même te connaître. Ils ne savent pas à quel point on a souffert de la disparition d’une personne qui nous est chère…

Et, pourtant, on doit continuer d’avancer, à garder la tête haute. Alors, certes, je suis un peu, même beaucoup, méfiante avec les autres, mais de nos jours on ne peut faire confiance à personne. Cela fait neuf ans que mon père est parti et, pourtant, j’ai l’impression que c’était hier… Maintenant, j’ai dix-sept ans, mon frère lui, a un an de plus que moi. Il est majeur, mais va toujours au lycée car il a redoublé son année, tout comme Scott, le frère de ma meilleure amie. Je quitte la douche, le corps enroulé dans une serviette, et attrape les premiers vêtements que je trouve dans mon dressing. Pas besoin de tenue de soirée pour aller en cours, je choisis une chemise en jean et un pantalon sobre.

C’est le vrai bordel dans cette armoire ! Une vraie taverne. Une fois habillée, je sèche mes longs cheveux blonds. Puis je passe au maquillage, une fine couche d’eye-liner sur mes paupières ce qui fait ressortir le bleu de mes yeux. Un petit coup de rouge à lèvre et je descends rejoindre ma petite famille dans la cuisine, ma mère boit son café et mon frère est sur son portable. Ils relèvent la tête en m’entendant descendre et mon frère me taquine :

— Alors la naine, ça va ?

Mon frère est plus grand que moi, du haut de son mètre quatre-vingt-dix-huit, il dépasse largement mon petit mètre soixante-quatre. Ses cheveux châtains et ses yeux bleus lui procurent un charme fou et il en joue.

Je l’embrasse sur la joue, serre ma mère dans mes bras, et me fais un plaisir de répondre à mon frère en m’installant face à lui.

— De un je ne suis pas une naine. Et de deux, je vais super bien, par contre, on ne peut pas en dire autant pour mon réveil.

— Encore ?! s’exclame ma mère, ça fait le huitième en deux semaines, tu exagères Léna !

— Pas ma faute.

Ma mère, elle a son caractère. Même à trente-six ans, elle me prend encore pour son petit bébé. Elle peut-être stricte, comme elle peut-être très douce. On n’a jamais été très proches, je préférais passer mon temps avec mon père, contrairement à mon frère, qui lui préférait rester avec ma mère. Depuis mon père, ma mère n’a pas eu d’autres prétendants. Pourtant c’est une très belle femme, c’est d’elle que je tiens mes yeux bleus. À part cela, je ne ressemble pas vraiment à ma mère. Elle est brune, je suis blonde. On n’a pas le même caractère ni le même raisonnement. Pourtant, c’est ma mère et une mère, on en a qu’une.

Mon frère rigole, ma mère lui met une tape derrière la tête avant de le sermonner :

— Toi montre l’exemple, au lieu de rire !

— Elle ne m’écoute jamais, alors j’ai arrêté de perdre mon temps, répond mon frère, calmement.

— Mais c’est ta sœur ! Tu te rends compte que depuis que votre père est parti elle se renferme sur elle-même !

— Bon, vous avez fini de parler de moi comme si je n’étais pas là !

Je me lève brusquement et pars dans le salon pour prendre mon sac de cours, j’attrape mes clés et sors de la maison. Je monte sur ma moto Ducati noir, pour laquelle je ne dispose même pas d’un permis et démarre pour aller au lycée. »

Léna, Cameron & leur mère 

Résumé : « Un abandon est souvent suivi d’un traumatisme chez la plupart des gens. C’est le cas de Léna, abandonnée par son père à l’âge de huit ans, elle ne fait plus confiance à personne par peur que cela se reproduise.

Quand elle croise le regard de Justin Black, un petit espoir naît en elle. Mais elle se rendra vite compte qu’elle n’aurait pas dû croiser son chemin.

Sa rencontre avec le chef de gang ne pouvait qu’empirer les choses. Ou pas… »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie chaudement Nelly M.C, l’auteure, pour l’envoi de son premier tome ainsi que de sa confiance.

Okay… J’ai une chose à dire, c’est quoi cette fin ?! Oh mon dieu, je n’ai pas de mots pour décrire cela. Enfin, c’était ma petite paranthèse du jour…. Rire !

Bon, étant donné que je n’avais jamais lu le style d’écriture de l’auteure, je ne savais pas vraiment à quoi j’allais m’attendre… Allais-je l’aimer ou non ?! Telle est la question que je ne cessais de me poser avant ma lecture. Puis, je me suis aperçu que « Bad boy » était une lecture intéressante qui comportait son lot de nervosité et d’adrénaline.

Honnêtement, j’ai passé un excellent moment dans l’univers littéraire de Nelly en compagnie des nombreux personnages principaux.

C’est un doux monde de bikers tout en ayant une touche de violence et de rivalité. Concernant l’intrigue, celle-ci est attrayante et bien ficelée. Toutefois, j’aurai aimé que certaines informations soient plus enveloppées de détails. Le rythme était un peu rapide. Sinon, à part cela, je n’ai rien à dire de plus. Ainsi, au niveau des interlocuteurs, je les ai trouvé attachants, chacun apportait une expension à l’histoire. Grâce à la narration à plusieurs points de vue, on pouvait avoir accès à leur pensée et à leur émotion.

J’ai adoré ce premier jet !

Dans « Bad Boy », on fait la rencontre de Lena Carter, une jeune femme de dix-sept ans. Abandonné par son père lorsqu’elle n’était qu’une enfant, elle vit maintenant avec son frère ainé, Cameron, et leur mère. Depuis cet instant, Lena n’accorde sa confiance à personne, mise à part Sydney, sa meilleure amie, et Scott, le frère de celle-ci. Aussi, lorsqu’ils sont tout les quatre ensemble, ils forment un chouette quatuor. Seules ces trois personnes possèdent la confiance de Lena.

Au moment de la rentrée scolaire, la jeune femme fait la connaissance de Justin… Qui est-il ? Pourquoi entre-t-il brusquement dans vie ? Pourquoi, maintenant ? Et pour quelle raison, Cameron et Scott ne cesse d’avertir Lena et Sydney au sujet de Justin ? Troublé par ce bad boy, elle n’arrête pas de penser à lui et lorsqu’elle commence à ressentir une forte attirance pour lui…. Elle ne sait pas comment agir afin de s’en sortir. Telle un bourgeon au printemps, elle va peu à peu éclore, grâce au contact de Justin, pour ainsi devenir une magnifique beauté empli de vie. 

Justin est un bel homme mystérieux et séduisant. Coureur de jupons, il aime attirer les femmes dans son lit… C‘était son quotidien, ça et une autre dangereuse situation, jusqu’à ce qu’il pose les yeux sur Lena. Voulant à tout prix depuis ce moment, il essaie, malgré lui, de se sortir de ce pétrin, mais sans succès.

Mais, faire partie d’un gang n’est pas aussi simple que cela. La fuite n’est malheuresement pas une option… Comment Justin fera-t-il pour protéger les personnes qu’ils aiment sans se brûler les ailes ? Et quel est le rapport avec Lena ? Pourquoi tient-il tellement à faire partie de son existence ? Et quel est lien entre elle et toute cette histoire ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’écrivaine, je l’ai trouvé fluide et addictive à bouquiner. Ayant une jeune calligraphie, celle-ci ne peut que croître. Nelly possède un beau talent pour l’écriture. Celui-ci est riche en sensations fortes et au niveau des impressions. Elle nous a concocté une histoire haut en couleur. Dès les premières pages, je me suis senti entraîner par le rythme. Certains passages étaient émouvants et d’autres m‘ont tellement tenu en haleine au point d’en retenir ma respiration. Je lui tire mon chapeau, c’était incroyable à lire.

Un dernier mot ?

Une oeuvre littéraire qui mérite une chance. On s’accroche aux protagonistes tout en partageant, avec eux, leur aventures. Plusieurs interrogations me sont restées en tête, il va de soit que je vais continuer la saga, car je veux savoir la suite. Accrochant et captivant du début jusqu’à la fin. J’espère que ce premier opus vous plaira autant qu’il m‘a plu. Laissez-vous charmer par l’histoire compliquée et passionnelle de Lena et Justin !

#Sara