Chronique sur Du bout des doigts de Céline Musmeaux

Du bout des doigts

Note : 13/10

« Seulement, ça me dépasse. Ouais, ça me prend aux tripes de te voir souffrir. Moi, je voudrais t’aider pour que tu oublies. Oui, je souhaiterais que tu me laisses te toucher du bout des doigts. Ainsi, je pourrais effacer tes larmes et prendre soin de toi. Parce que tu vois, cette nuit, face à toutes les horreurs que tu as dû encaisser, je me suis pris une belle claque. Ouais, j’ai compris ce que je ressentais pour toi. Tu n’es pas simplement la petite fille des voisins ou la seule nana que je pourrais me taper à des kilomètres, tu es celle qui fait battre mon cœur beaucoup trop vite. Putain, je crois que je suis en train de tomber amoureux de toi… »

Sasha

Résumé : « Peut-on refaire confiance aux autres quand ils ont été notre plus grand ennemi ?

Tout juste âgée de dix-sept ans, Lola n’a pas mis les pieds dehors depuis six mois.

Victime de moqueries au lycée, elle s’est enfermée dans son monde pour fuir cette réalité qui l’a traumatisée.

Ainsi, elle préfère la solitude et la sécurité de son foyer à la dureté du regard des autres.

Totalement dépassés par la situation, ses parents ne savent plus comment la gérer.

Aussi, ils décident de l’envoyer vivre chez ses grands-parents pour qu’elle se ressource.

Mais dès son arrivée au village, Lola attire l’attention de Sasha, le petit-fils des voisins.

Sensible à sa détresse il se met en quête de toucher du bout des doigts l’adolescente en proie à un mal-être profond.

Réussira-t-il à sortir Lola de la prison dans laquelle elle s’est réfugiée»

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaudement les éditions NYMPHALIS pour l’envoi du service presse via la plateforme Netgalley, puis Céline Musmeaux, l’auteure, pour sa confiance envers moi.

Encore une autre pépite à découvrir !

D’après moi, ce récit est un peu plus ombrageux que les autres romans, au point qu’à certains moments, je me suis même demandé comment allait terminer l’ouvrage. Une bonne ou mauvaise conclusion ? Je me questionnais souvent sur cela… En effet, les thèmes qu’abordent « Du bout de doigts » sont assez accablants. L’histoire met en avant deux sujets tabou que peu de personnes osent approcher, c’est-à-dire, l’intimidation et le deuil. L’écrivaine illustre également toutes les conséquences que peuvent provoquer ces extorsions telles que l’humiliation, le rejet social, dépression et quelques fois, le suicide.

Honnêtement, le plus difficile, c’est d’affronter, constamment, toutes ces personnes qui vous sont fait souffrir, que ce soit le geste qu’elles posent ou des paroles qu’elles disent, après que le mal ait été fait. C’est difficile de voir la lumière au bout du tunnel lorsque nous sommes seuls, ça c’est moi qui vous le dis. Toutefois, dans toutes les formes de balancement, l’obscurité a besoin de son antagonique afin de vivre… On peut y retrouver un grand halo d’espoir qui se présente sous forme de toucher et une belle amitié qui se transforme de jour en jour en une relation amoureuse.

Ensuite, il y a les grands-parents qui vouent un amour inconditionnel à leur petite fille…et pour être honnête, c’est ce qui est venu me chercher au plus profond de mon cœur, car je connais ce genre de complicité. Mes grands-parents sont des personnes vraiment importantes à mes yeux, malheureusement, j’ai perdu mon grand-père (l’année passée), alors je ne peux que vous conseillez de vivre pleinement vos moments avec eux. Vous savez, on ne sait jamais ce que la vie nous réserve… Alors, vos mieux en profiter tant qu’il est encore temps !

Dans « Du bout des doigts », nous faisons la connaissance de Lola, une jeune femme de dix-sept ans qui a vu sa vie se transformer en un vrai cauchemar alors qu’elle avait seize ans. Depuis ce moment, elle se fait insultée de tous les noms possibles et imaginables… Vivant un vrai calvaire et ne pouvant plus étudier dans cette horrible atmosphère, Lola prend la décision de ne plus aller à l’école. Évincée des autres, la jeune femme se recroqueville sur elle-même et sombre peu à peu dans une dépression.

Ne savant pas quoi faire pour l’aider, ses parents décident d’envoyer Lola chez ses grands-parents afin qu’elle puisse changer d’air. Comment survivre à cette situation alors que seulement le fait d’attendre les rires de plusieurs individus la fait énormément souffrir ? C’est à ce moment qu’elle fait la rencontre de Sasha, le voisin de ses grands-parents. Ne sachant pas comment réagir, Lola décide de fuir ce garçon…, mais à de maintes reprises, la jeune femme le surprend à la dévisager et réciproquement. Un petit jeu de chat et la souris s’installe entre eux, puis petit à petit, Lola va se rapprocher de lui… jusqu’à en tomber amoureuse. Qui est-il ? Pourquoi est-il venu dans ce coin ? Peut-elle lui faire confiance ? Réussira-t-elle à combattre ses propres démons intérieurs ? L’aimera-t-il autant qu’elle l’aime ? Ou est-ce encore un piège ?

Sacha est un jeune homme de dix-huit qui a perdu toute sa famille dans un terrible accident. Il décide d’aller vivre chez son grand-père, le seul membre de sa famille qu’il lui reste. En plein deuil, il se reproche la mort de sa famille et ainsi, il coule dans un océan de regrets.  Néanmoins, à l’aide de son grand-père et des grands-parents de Lola, il va réaliser que s’il veut survivre, il devra se suspendre à la vie. Voulant se changer les idées, Sasha prend la décision d’aider les personnes qui l’ont maintenu à la surface. Ainsi, il fait la connaissance de la petite fille de ses voisins, Lola. Comprenant son silence et sa tristesse, Sasha essaie par tous les moyens de lui tendre la main avant qu’il ne soit trop tard. Du bout des doigts, il parvient à la sensibiliser, mais cela sera-t-il suffisant ? Sasha arrive-t-il à connaître la vérité ? Parviendra-t-il à aider cette inconnue qui fait battre son cœur ?

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours fluide et agréable à bouquiner. Dès les premières pages, on perçoit le chagrin de Lola. À vrai dire, c’est vraiment bouleversant. En outre, j’ai passé un excellent moment en compagnie de ces protagonistes, on s’attache facilement à eux. « Du bout des doigts » m’a fait pleurer à plusieurs reprises, car, lors de ma lecture, tous ces souvenirs que je croyais enfouis, on refait surface. Je me suis aussi fortement associé à Lola. C’était une attendrissante histoire !

Un cocktail d’émotions, on passe facilement des larmes au rire. On ne s’ennuie pas avec ces interlocuteurs, certains apportent une touche de légèreté tandis que d’autres amènent un soupçon de piment au roman.

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire écrite à deux voix, ce qui nous donnait accès aux pensées de Lola et de Sasha. L’écrivaine démontre, à travers ce récit, des pensées rudes à vivre, mais réalistes. On se laisse naturellement ensorcelé par le contenu. Une autre magnifique leçon de vie à ne pas oublier : quoi qu’il arrive, il faut toujours s’accrocher ! Poignant jusqu’à la toute fin, l’écrivaine n’hésite pas nous montrer ce que l’harcèlement social peut provoquer chez une personne. Un conseil. Gardez des tonnes et des tonnes de boîtes de mouchoirs à vos côtés, car vous risquez de finir comme moi… Comme le naufrage du célèbre navire, le Titanic. Il va de soit que je vous recommande fortement cette lecture, j’espère qu’elle vous plaira autant qu’elle m’a plu !

#Sara

Publicités

Un commentaire sur « Chronique sur Du bout des doigts de Céline Musmeaux »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s