Chronique sur Fais-moi y croire de Céline Musmeaux

Fais-moi y croire

Note : 13/10

«  — Maintenant, tu vas enregistrer dans ta petite tête de mule qu’on est un couple sérieux. On partage tout, de la bonne à la mauvaise nouvelle. On se parle à cœur ouvert. On s’engueule si nécessaire. Plus de cachotteries !

J’encaisse comme je peux ce flot d’informations. Louis baisse d’une octave.

 — Va savoir pourquoi on est amoureux ! Quoi qu’il en soit, ne me prends pas la tête à chialer toute seule dans le noir. Si tu as un coup de blues, tu me réveilles et tu m’en parles.

Ma mâchoire se décroche quand il ajoute.

— Et c’est pareil pour tout, que ce soit pour le sexe ou la bouffe, tu communiques !

Je prends feu quand il m’impose avec autorité.

 — On arrête les conneries, OK ?

Sous le choc de m’être sérieusement fait remettre à ma place, je bredouille.

— Heu…

Il insiste.

— OK ?

J’opine. Louis ricane.

 — Bien. Maintenant, dis-moi ce que tu as sur le cœur. Je t’écoute.

Son air tout fier de lui me laisse sans voix. Je me redresse en bafouillant tout de même.

— Tu es gonflé…

Il fanfaronne.

— Tu veux un troisième round ?

Il pose son front contre le mien en me cherchant.

— J’ai encore plein de choses à dire.

Je bougonne.

— Vas-y, défoule-toi au point où j’en suis !

Louis change néanmoins d’attitude. Il m’attrape par les hanches et m’attire à lui. Je frémis quand il me glisse à l’oreille.

— Je suis heureux parce que tu es là.

Ma respiration se coupe quand il me dit tout bas.

— J’ai réalisé en te perdant que c’est un bout de mon âme qui m’était arraché. Tu étais là, chaque jour auprès de moi, sans que je comprenne à quel point le fait que tu fasses partie de ma vie était important. Je t’ai prise pour un acquis au même titre que ma guitare. Mais tu n’as rien d’un instrument si ce n’est la mélodie que tu fais raisonner dans mon cœur.

Je m’empourpre.

— Ah, vraiment ?

Louis appose ses lèvres au creux de mon cou.

— Tu fais trembler mon cœur. Tu le fais battre à s’en rompre. C’est une douce musique dont les accords m’échappent encore, mais que je cherche à tout prix à maîtriser. Lorsque ce sera fait, je saurai faire battre le tien à l’unisson du mien.

Ses paroles me troublent. Le silence qui suit l’est d’autant plus. Louis se met à fredonner et mon cœur s’emballe. Je reconnais l’air. Je lui tends mes lèvres comme si mon âme et la sienne résonnaient. Louis m’embrasse du bout des lèvres. Mes entrailles prennent feu. Je m’abandonne à l’onctuosité de ce baiser à corps perdu. Il se domine. Il ne le rend pas plus intense. Il me laisse sur ma faim en me chuchotant.

— Je te désire depuis la première seconde où mon regard s’est posé sur toi. Quand je t’ai eue, tu m’as fait peur. Putain, tu m’as fait horriblement peur. Je tremblais à chaque fois que je t’approchais. Alors, je t’ai fait mal. Je t’ai chassé loin de moi. Mais tout me poussait à te retrouver. Je te voulais. Ce n’était pas un jeu ou une simple attirance. Tu étais la seule ayant grâce à mes yeux. J’aurais pu tuer pour toi. J’aurais pu foutre en l’air mes projets pour te garder. Tout ce que je recherchais c’était que tu ne vois que moi. Je souhaitais que tu me sois toute acquise. Plus je te maltraitais, plus tu me tenais tête. Tu m’aimais. Je t’aimais. Tout était là dans le silence de nos cœurs, caché sous une couche d’orgueil. Mais tu le sens à présent, ce lien invisible entre nous ?

Louis cherche mes lèvres en gardant toute mon attention focalisée sur ses mots.

— Si ce n’est pas l’amour avec un grand A, je ne sais pas ce qu’est aimer. J’en suis au point de me dire que j’ai l’essentiel et que tout le reste est superflu. Tant que tu es avec moi, je peux survivre à tout.

Il entrelace lentement nos doigts.

 — Quand je te touche, quand j’entends ton cœur battre, je suis heureux. Mon âme sœur est à mes côtés et je peux la protéger.

Je respire à peine tellement ses paroles me touchent. Louis me souffle tout en frôlant mes lèvres.

— M’aimes-tu de cette manière ?

En total abandon, je déclare.

 — Je t’appartiens corps et âme.

Louis ricane.

 —Je m’en souviendrai la prochaine fois qu’on s’engueulera ou que tu me traiteras de tout parce que je t’aurais contrariée.

Je pouffe.

— Tu gâches tout !

 Il rebondit.

— Tu m’aimes quand même ?

Mon cœur détone. Mes doigts effleurent son torse quand je lui réponds lascivement.

 — Tu me fais l’amour, maintenant ?

Louis m’embrasse pendant que mon cœur papillonne totalement sous les guimauves qu’il vient de me susurrer. Toi et moi, c’est l’amour avec un grand A. On se déteste autant qu’on s’aime. En fait, on s’adore. Tu es mon meilleur ami parce qu’avec toi, je peux parler de tout. Mais tu es avant tout mon amant, mon âme sœur, la partie manquante à mon être me rendant meilleure. Peu importe où cela nous mènera, à présent, je suis sûre d’avoir donné mon cœur à la bonne personne. Tu en prendras toujours soin. »

Mia & Louis

Résumé : « Cette fois, c’est la trahison de trop pour Mia. Elle vient de surprendre son petit ami au bras d’une autre. Et ce n’est pas n’importe qui puisqu’il s’agit de sa propre meilleure amie. Désabusée parce qu’elle vient de voir, Mia ne cherche même pas à avoir des explications.

Elle préfère prendre la fuite plutôt que de perdre la face. Déçue, humiliée et remplie de colère, elle choisit de noyer son chagrin dans l’alcool en poussant la porte du premier bar sur son chemin. La musique l’interpelle immédiatement. Un groupe est sur scène. Très rapidement, le regard de l’un d’entre eux va la troubler. Il ne la quitte pas des yeux malgré son état lamentable.

Entre deux chansons, le musicien en question s’installe près d’elle pour entamer la conversation. Louis se présente et échange quelques banalités avec elle dans le but de la séduire. Mais Mia est-elle prête à refaire confiance à un homme ? »

Mon Avis

Au premier abord, je remercie (encore une fois) l’auteure pour la confiance qu’elle m’accorde en me permettant de lire ce nouveau petit bijou. Sans oublier, NYMPHALIS, une maison d’édition chère à mon cœur. MERCI !

Alors, alors… vous ne savez pas à quel point, je suis anxieuse, à l’idée, de converser toujours la même rengaine, quand j’écris ma chronique mensuelle. Est-ce que je vous l’ai déjà dit que j’attends avec impatience, à chaque mois, la nouvelle histoire ? Et bien, maintenant, vous connaissez cette information (hahaha).

Ce mois-ci, Céline Musmeaux a voulu converger vers des thèmes plus significatifs et brutaux tels que la violence physique, l’harcèlement, les menaces et la trahison. Mais, toute ombre à besoin de lumière, n’est-ce pas ? Ainsi, c’est pour cela que nous retrouvons des pensées agréables pareilles à la passion, l’amour et, naturellement, la musique et l’amitié.

Les personnages principaux sont émoustillants et comiques à bouquiner. On passe par les larmes et la seconde après, nous sommes forcenés par un rire hystérique…. Une réaction qui me fait, franchement, penser au Joker. Enfin, c’était mon réflexe face aux bêtises de cet imaginatif quartette. J’avoue que ce roman est une vraie beauté, à mes yeux. Tout comme « À l’abri des regards », les sensations sont bien présentes. J’avais l’impression d’être propulser à l’adrénaline tellement que les agissements et les nombreuses mélodies m’accablaient.

Dans « Fais-moi y croire », on fait la connaissance de Mia, une jeune femme de vingt ans. Corrigée physiquement tout au long de son enfance par son père, elle fuie le domicile familial pour aller vivre ailleurs. Malheureusement pour elle, Mia se retrouve à la rue sans rien pour subvenir à ses besoins primaires. C’est à ce moment qu’elle fait la connaissance d’Aude, une jeune femme dans la même situation. Mia prend la décision de cohabiter avec sa nouvelle meilleure amie. Travaillant dans un  » fast-food « , elle parvient à mettre un peu d’argent de côté. Étant en couple, la jeune femme pensait qu’elle avait tout le nécessaire pour vivre, jusqu’à ce qu’elle rentre du boulot. Mia voit Aude et Kylian en train de s’embrasser, pour elle, c’est la goutte qui fait déborder le vase. Autrefois, trompé par son amoureux, elle s’est volée la face en croyant en lui et en son amour. Cependant, Mia se rend compte que tout ceci n’était que du vent, des paroles en l’air. En effet, Aude et Kylian ont trouvés ça marrant de faire tout ce manège dans le dos de Mia… Ainsi, la jeune rebelle décide de partir loin de ses hypocrites.

Errant dans les rues, elle se rend dans un bar afin de trouver refuge. Blessée dans son orgueil, Mia ne peut pas s’empêcher de boire pour oublier cette mauvaise expérience. Toutefois, lorsque son regard croise celui d’un des musiciens, elle semble fortement attirée par lui. Attraction charnelle ? Possible, il faut dire que c’est un beau spécimen ! Ils passent, donc, une nuit torride ensemble. Alors qu’elle pensait ne jamais le retrouver, la vie prend la décision de le remettre sur son chemin. En résultat, Mia gagne, un emploi, un loyer et des colocataires tout feu tout flamme. Quoi demander de mieux ? Toutefois, lorsque son coup d’un soir se retrouve être un des ses voisins de chambre, la tension monte d’un cran dans le groupe. Et si ce n’était pas que du dégout qui se cachait derrière les pics glacials de ce bel apollon ? Mia arrivera-t-elle à tirer un trait sur son passé grâce à ses trois chevaliers en armure ?

Louis, Paul et Maxime sont amis depuis très longtemps. Une grande harmonie règne entre ces trois hommes. Âgée de pas plus que vingt-cinq ans, ces trois musiciens savent mettre une foule en délire et une scène en feu. Différent l’un de l’autre et pourtant ils réussissent, parfaitement, à s’accorder ensemble. Pas d’attache, pas de sentiments et pas de seconde fois, voilà leurs trois règles d’or. Ils les appliquent religieusement… jusqu’à ce que l’un des trois hommes les enfreigne en laissant entrer une fille dans sa vie. Louis parvient, toujours, à garder le contrôle et quand ce n’est pas le cas, il a horreur que cela arrive. Éclopé par sa première relation amoureuse, il décide donc que les sentiments à l’eau de rose, c’est fini.

Néanmoins, lors d’une soirée comme les autres, Louis aperçoit une belle inconnue. Le musicien prend la décision de flirter avec elle entre deux chansons, mais lorsqu’elle se montre distante et forte de caractère, il ne s’avoue pas vaincu. Au contraire, cela le pousse à persister. Une nuit. C’est tout ce qu’il demande. Fidèle à ses lois fondamentales, Louis sait qu’il n’y aura pas de seconde fois entre eux. Il avait tort. Furieux de la voir débarquer dans son quotidien, il n’hésite pas à la pousser à bout afin qu’elle s’en aille, malencontreusement pour lui, Mia compte bien lui prouver le contraire. Protecteur envers ses copains, il a tout fait pour les soutenir de cette jeune rebelle…Toutefois, à force de rester auprès et de jouer avec elle, Louis ne s’est pas rendu compte qu’il tombait peu à peu amoureux d’elle. Alors qu’ils se font repérer par un producteur, Mia et Louis s’éloignent l’un de l’autre. Le couple est en danger ce qui pousse la jeune femme à se sacrifier par amour pour Louis afin qu’il vivre son rêve avec ses meilleurs amis… Découvrira-t-il la vérité avant que sa bien-aimée sombre dans la noirceur de son passé ? Pourront-ils reconstituer leurs cœurs brisés ?

En ce qui concerne le style d’écriture de Céline Musmeaux… Il est toujours aussi éclatant et intense à feuilleter. Suite à ma lecture, j’étais toute retourné, je n’arrivais pas à croire ce que je lisais. Mia et Louis en ont vraiment bavés. Sans compter que dès les premières pages, on entre dans le vif du sujet. On perçoit la ferveur qui semble régner entre ceux-là. Promener de rebondissement en rebondissement, l’intrigue ne nous laisse aucun répit. Addictif, j’avais l’impression que les pages défilaient toutes seules, j’étais, fortement, ensorcelé par ces deux jeunes adultes.

Une histoire vigoureuse et impressionnante à souhait. Il faut dire que lire les moments entre Louis et Mia étaient assez cocasse, je l’avoue. Il possède un tempérament de feu tandis qu’elle est caractérisé par sa volonté à subsister, ce qui peut la pousser à se régenter et à se protéger, s’il le faut. Étant même qu’ils ont tout les deux été écorchés par le destin, quand les perceptions affectueuses voient le jour, ça peut être merveilleux à vivre, si on décide de franchir le cap.

Un dernier mot ?

J’ai vécu une aventure haute en couleur. Les sacrifices que peut faire une personne pour l’amour de sa vie, sont ahurissants. « Fais-moi y croire » m’a transporté au-delà de l’infini…J’ai pleuré, pleuré et encore pleuré. Pourquoi ? L’histoire et les protagonistes en sont pour quelque chose, mais, en réalité, à la fin de ce bouquin, j’y ai appris une leçon de vie. Laquelle ? Et bien… Quelque soit les obstacles qui nous barrent le chemin, désormais, je sais que si nous voulons réaliser nos rêves les plus précieux, la seule chose à faire, c’est de ne pas lâcher prise. Quoi qu’il arrive, il faut se battre pour avoir ce que l’on désire et si nous tombons, ce n’est pas grave, on se relève et recommence jusqu’à ce que notre objectif soit révolu. C’est ce que Mia et Louis m’ont appris et pour cela, je remercie l’auteure de les avoir créés !

#Sara

Publicités

Chronique sur Toi. Moi. Et les étoiles tome 1 de Nelly Weaver

Toi. Moi. Et les etoiles tome 1

Note : 12,5/10

« À 23 ans, j’ai connu la douleur plus que je n’aurais voulu la connaitre. Qu’elle soit physique ou morale. Et pourtant, un jour, je me suis permis à croire de nouveau en la vie. Parce qu’un jour, j’ai croisé la route d’une petite fille de 6 ans, qui m’a profondément marquée. En un regard, j’ai su qu’elle allait bouleverser toute mon existence. J’avais beau n’avoir que 9 ans, quand mes yeux se sont posés sur cette fillette, tout ce en quoi je croyais n’a été que la prémisse d’un nouveau départ.

Tout ce que je connaissais alors, n’était que les coups et la sensation de faim qui m’étreignait jour après jour. Ma mère ne connaissait d’autres marques d’amour à m’offrir, et les placards étaient souvent trop vides pour me permettre de manger à ma faim. Je volais pour assouvir ce besoin, et ramenait souvent mon butin espérant gagner un minimum de considération à cette femme, qui, je le savais, souffrait en silence. Et puis j’ai croisé le chemin de Samantha.

Cette femme m’avait d’abord fait peur. Elle m’avait surpris à voler dans son jardin les quelques fruits tombés sous un arbre. Je m’apprêtais à m’enfuir quand j’ai croisé le regard de cette fillette. Quelque chose s’est alors insinuée en moi. Ses yeux d’un bleu presque translucide ont pénétré à même mon âme, sans même que je ne m’en rende compte. Elle m’a souri et j’ai su. J’ai su qu’elle m’avait pris au piège. Alors, je suis revenu.

Encore et encore, incapable de refuser la gentillesse de cette famille parfaite, digne d’une belle publicité pour dentifrice. J’ai aimé cette famille comme si c’était la mienne, m’apportant plus d’attention que ma propre mère. Bien sûr au début, l’excuse de pouvoir manger était pratique. Mais je savais au fond de moi que ce n’était qu’une excuse pour la voir. Livie. La belle Livie. Les années passaient, l’attirance que je ressentais pour elle grandissait.

Elle devenait cette jeune femme magnifique que je m’interdisais d’approcher de trop près. Sauf qu’un soir, allongée dans cette clairière, je n’ai pas pu. Elle fixait les étoiles au-dessus de nous avec cet air angélique que j’aimais tant chez elle. Et pour la première fois, je me suis autorisé à poser mes lèvres sur les siennes. Je savais que c’était une mauvaise idée. Je le savais et pourtant… S’il n’y avait eu que l’attirance encore, les choses auraient été bien plus simples.

Mais il a fallu que j’en tombe amoureux, et aujourd’hui, je m’en mords les doigts. J’ai de la peine pour Greg. Greg, c’est son frère. Du haut de ses 25 ans, il y a cru. Il a espéré que ce voyage lui donnerait satisfaction. Moi, je savais à quoi m’attendre, mais je me suis bien gardé de lui enlever le peu d’espoir qu’il gardait. »

Ethan

Résumé : « À 17 ans, Livie a tout quitté. Sa vie, sa famille, ses amis pour se construire une nouvelle vie. Elle n’a donné aucune explication à son geste et n’a laissé aucune adresse. 3 ans plus tard, quand elle croise un fantôme de son passé, ses angoisses ressurgissent. Alors qu’elle tente désespérément de ne pas rouvrir d’anciennes blessures, Ethan va s’y engouffrer et demandera des explications. Pourquoi la seule fille qu’il ait aimée l’a-t-elle abandonné de la sorte? Qu’a-t-elle tenté de fuir, et pourquoi ? Tant de questions restées sans réponses, qu’il compte bien percer à jour. »

Mon Avis

Avant tout, je voudrais remercier l’auteure, Nelly Weaver, pour sa confiance envers moi ainsi que pour l’envoi de ce merveilleux service presse. Un GROS merci à toi !

D’accord, alors, il faut que vous sachiez que ce premier tome est une montagne russe ambulante. Juste à l’idée de repenser à cette histoire, au moment où j’écris ma chronique, me donne les larmes aux yeux. La délicatesse que dégage chacun des personnages est intense, au point de briser mon cœur d’artichaut. Sans aucun doute, je suis tombé, follement, en amour avec ce petit halo de lumière.

Concernant les interlocuteurs, ils ont été fracassées par la vie et le sont toujours, mais ceux-ci essaient de garder la tête hors de l’eau en se battant pour leur survie. En effet, c’est un des détails qui les rendent intéressants et fascinants à déchiffrer. Cependant, j’avoue avoir, particulièrement, un grand faible pour Ethan. Il est mon petit chouchou !

Dans « Toi. Moi. Et les étoiles », on fait la connaissance d’un trio qui sort de l’ordinaire. Livie, Ethan et Greg. Entre eux, l’amitié bat son plein…, mais en grandissant, les sentiments amoureux et l’attirance commencent à se développer entre Livie et Ethan. Alors, quand l’événement de trop se produit, aux yeux de la jeune femme, c’est la goutte qui fait déborder le vase… Toutefois, laissez-moi vous les présenter à tour de rôle. Liv est une belle jeune femme de dix-sept ans qui a TOUT quitté, à son plus grand regret. Elle déloge son milieu, sa famille et son amour de jeunesse, sans un regard en arrière. N’ayant laissé qu’une lettre, Liv prend la décision de fuir son passé. Dorénavant âgée de vingt ans, la demoiselle essaie de refaire sa vie. Survivre dans une autre ville ? Possible. Néanmoins, quand l’antécédent de Livie revient la cogner en pleine face, toutes les émotions qu’elle croyait avoir oublié refont surface. Et comme si ce n’était pas assez, elle retrouve, par hasard, l’amour de sa vie. Une coïncidence ? Ou le destin ? Tourmentée par son ombreux passé, Livie se retrouvera prise au piège entre ses perceptions amoureuses pour l’homme dont elle n’a jamais négligé et le besoin de fuir de nouveau. Et si elle décidait de se laisser aller à cette relation amoureuse, quelles seront les conséquences de cette action ? Ethan lui pardonnera-t-il son abandon ?

Ethan a vécu une enfance difficile… et encore le mot est faible. Délaissé par sa mère, il erre dehors dans l’espoir de trouver un peu de nourriture afin de survivre. La noirceur le guettait chaque jour, jusqu’à ce qu’il croise le regard de cette petite fille aux cheveux dorés. Devenant, ainsi, ami avec Greg, le grand frère de Livie, Ethan voit enfin la lumière au bout du tunnel… Ressentant une forte attirance pour la jeune femme, il n’hésite pas l’embrasser et à vivre une magnifique complicité amoureuse avec elle, dans le dos de son meilleur ami. Trahi par sa fuite, il n’hésite pas à partir à sa recherche pour avoir des explications. Il essai de la retrouver, par tout les moyens possibles et inimaginables, avec l’aide de son meilleur ami, mais sans succès. Trois ans plus tard, Ethan perçoit, par fortune, son âme sœur. Soulagé de la revoir sain et sauve, au premier abord, le jeune homme sera également furieux de voir qu’elle ne s’est pas donner la peine de leur faire savoir qu’elle allait bien. Malgré cela, Ethan peut-il faire un trait sur les impressions affectueuses qu’il ressent toujours pour Livie ? Vous savez entre la haine et l’amour, il n’y a qu’un pas à franchir. Une véritable ligne mince.

Quant à Greg, pour le moment, il n’y a pas beaucoup d’éléments à préciser, mise à part que c’est un homme de vingt-cinq qui a passé toute son enfance à surprotéger sa petite sœur, Liv. Dès son enfance, Greg a été affecté par son père afin qu’il s’occupe de Livie tout en essayant de la surveiller. Prêt à tout pour sa cadette, il l’aime plus que tout. Mais, quand elle décide de partir loin de son foyer familial, Greg n’arrive pas à comprendre pourquoi sa petite sœur a pris un tel jugement. Ainsi, il part avec son meilleur ami, à la recherche de leur petite princesse. Par chance, ils réussissent à la retrouver avant qu’elle fuie de nouveau. Bon, j’avoue, le personnage de Greg peut être mignon à certains instants et exécrables à d’autres. On en saura, probablement, plus au cours de la saga.

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est dotée d’une belle fluidité. Addictif jusqu’à la fin, je n’ai pas pu détacher mon regard des lignes. De plus, la narration est séparée en trois voix, ce qui caractérise notre trio d’enfer : Ethan, Livie et Greg. Sans compter que nous avons droit à des  » flashbacks  » qui racontent toutes les circonstances qu’ils ont passés ensemble. On y retrouve des larmes, rires, de doux baisers ainsi que certaines crises de colère. Toutefois, le plus important, c’est que nous lisons leur évolution au fil des années, surtout concernant Livie et Ethan. On palpe la tentation qu’ils perçoivent pour l’un et l’autre. Ils sont si bien assortis.

Je ne vous cache pas que leur histoire est un vrai casse-tête, on a l’impression qu’il y a toujours une pièce du puzzle qui manque. Ils forment une douce énigme à déchiffrer. Nelly Weaver nous laisse plusieurs indices qui nous poussent à vouloir découvrir la vérité, ce qui, au final, nous amène à toujours en savoir plus. C’était mon cas. Et oui, je n’ai pas vu les pages défilées, tellement j’étais absorbée par ce récit.

D’une certaine manière, je me suis beaucoup attaché à Livie. En lisant son point de vue, j’y ai retrouvé plusieurs similitudes avec ma personnalité. Par exemple, tout comme elle, j’adore regardé les étoiles lorsque le ciel est dégagé. Ce rituel me permet de réfléchir à la vie et à moi-même tout en étant un bon moyen de m’échapper de mon quotidien hebdomadaire.

Un dernier mot ?

Au final, ce premier tome est un coup de cœur. Les scènes d’amour entre Livie et Ethan sont vraiment adorables. Luxurieuses et touchantes. Je me suis, facilement, laissé embarquer par la magie que dégage cette œuvre littéraire. Cette conclusion…. Vous ne savez pas à quel point, j’étais en colère d’apprendre que l’écrivaine avait osé terminer son tome 1 de cette façon. J’ai voulu lancer ma liseuse à travers la pièce, mais je me suis abstenu de le faire (hahaha). Alors, il va de soit que je le lirai le second opus. Une chose est sûre, c’est que Nelly Weaver causera ma perte… Désormais, la série « Toi. Moi. Et les étoiles » est tatoué sur mon cœur !

#Sara

Chronique sur Hollywood Dirt d’Alessandra Torre

Hollywood Dirt

Note : 8/10

« Dormir.

C’était apparemment ce que Summer Jenkins faisait à neuf heures trente, un mercredi matin.

Cole était debout près d’elle, les mains sur les hanches, et la dévisageait.

Correction : dormir comme un sonneur.

Il avait presque paniqué quand il était arrivé. Sa camionnette était garée là, avec les clés sur le démarreur. Il avait jeté un coup d’œil, puis avait grimpé les marches de devant, avait frappé à la porte et avait attendu, appuyé contre le mur. Il n’avait pas eu de réponse, il n’y avait pas de sonnette, les rideaux de devant étaient tirés. Il avait frappé à nouveau, plus fort, avait fait tout le tour de la maison. Après une troisième série de coups, il avait essayé de tourner la poignée de la porte. Elle était ouverte. Comme la camionnette. Visiblement, les gens du coin faisaient tout leur possible pour être agressés.

Il avait entrouvert la porte et l’avait appelée. La maison était restée silencieuse devant lui, lumières éteintes. Pas de réponse. Alors, l’angoisse montant, il s’était décidé. La première porte qu’il avait ouverte était celle de sa chambre.

Elle était là, allongée dans son lit. En slip rouge.

[…]

J’ai senti quelque chose me toucher le pied et j’ai rouvert les yeux.

Cole se penchait en avant, une main posée sur mon pied. Il s’est redressé quand nos yeux se sont rencontrés.

– Summer, a-t-il dit tranquillement, ce qui était stupide, puisque nous nous regardions dans le blanc des yeux.

– Qu’est-ce que vous faites dans ma chambre ?

Il fallait que je baisse les yeux pour voir… Oh, mon Dieu… J’étais en slip et en débardeur.

J’ai regardé Cole, il me matait, mâchoire serrée. Son regard a suivi le mien. D’un doigt, il tapotait machinalement sa hanche.

– Vous n’avez pas répondu quand j’ai frappé, votre porte d’entrée n’était pas fermée à clé et votre ligne est occupée…

Il a craché ces phrases sans me regarder en face. Ses yeux étaient rivés sur mon corps. J’ai bougé légèrement quand je me suis rendu compte que l’entrejambe de son short large se tendait. »

Summer & Cole

Résumé : « Le superbe acteur Cole Masten divorce de sa femme, superstar elle aussi. Le mari parfait est maintenant le célibataire le plus sexy d’Hollywood qui se lâche dans des fêtes torrides. Un nouveau bad boy règne sur Los Angeles.

Summer Jenkins est une jolie jeune fille blonde aux yeux noisette qui vit dans un bled paumée de Georgie qui la rejette.

Et quand l’avion de Cole Masten atterrit sur l’aérodrome de campagne, tout le monde regarde déambuler cette star dans la ville et reste ébahi. Cole Masten vient visiter le lieu de son prochain tournage et amène Hollywood avec lui.

Et quand son chemin croise celui de Summer, elle saute sur l’occasion pour se faire embaucher.

Cole Masten est un sex-symbol et toutes les femmes craquent pour lui. Toutes les femmes sauf Summer qui n’aime pas son arrogance et sa manière de parler.

Mais là, il va être son patron pour les quatre prochains mois…  »

Mon Avis

Avant tout, je remercie Hugo New Romance Québec, mon partenaire littéraire, pour leur confiance ainsi que pour l’envoi du service presse.

 » Hollywood Dirt  » nous entraîne dans un monde à paillettes où les potins, les avant-premières, les coulisses et les paparazzis sont les meneurs de la région.

En général, l’histoire n’était pas trop mal, mais j’ai trouvé que la mise en place était un peu longue. En effet, l’auteure apposait beaucoup de détails afin de développer leur rencontre ainsi que l’environnement et au bout d’une centaine de pages plus tard, je suis parvenu à trouver mon rythme. Sinon, c’est une romance qui se lit facilement !

Les personnages sont exposés d’une manière qui amène le lecteur et la lectrice à pousser son raisonnement, plus loin. Vous verrez quand je décrirai les personnages. Sans compter que j’aime bien la page couverture, à mon sens, je trouve qu’elle représente parfaitement l’univers dont il est question dans le récit.

Dans  » Hollywood Dirt « , nous faisons la connaissance de Summer Jenkins, une jeune femme qui vit dans la petite ville de Quincy, en Géorgie. Étouffée par son milieu, la jeune femme rêve de quitter son coin perdu afin de profiter, à fond, de son indépendance et d’assouvir sa soif de liberté. Vivant avec sa mère, depuis trois ans, Summer ne peut s’empêcher de se sentir rejeter par les autres habitants de la citée. À première vue, la jeune blonde semble être le « mouton noir du troupeau ». Travaillant pour un salaire amaigrissant, Summer désire, à tout prix, quitter cette ville qui lui décline le moral. En apparence, Quincy est célèbre pour ses nombreux millionnaires, mais il ne faut jamais ce fiez aux apparences, elles sont, parfois, trompeuses. Summer vit dans une routine qui la rend malheureuse… jusqu’à ce qu’une équipe de télévision débarque, avec à leur tête, l’acteur Cole Masten. Cette femme du sud ne se laisse pas marcher sur les pieds, surtout lorsqu’il est question de cet inconnu. Elle est entêtée et forte de caractère. Travaillante, Summer aime faire les choses par elle-même, mais elle ne dit pas non à un peu d’aide de temps en temps. Trahie par son ancien fiancé, elle ne fréquente plus d’hommes depuis ce moment. Et si l’arrivé de cette star d’Hollywood venait à lui montrer que quoi qu’il arrive, il ne faut jamais se laisser abattre, que dans la vie, il faut se battre pour avoir ce que l’on désire. Summer se laissera-t-elle tenter par cette attraction qu’elle éprouve pour le nouveau venu ?

Cole Masten est un acteur hollywoodien dont les projets filmographiques sont un grand succès.  Marié à Nadia, une comédienne, il a tout ce qu’il veut dans ses poches… jusqu’à ce qu’il surprend sa femme avec un autre homme en plein action. Bouleversé par cette vue, Cole prend la décision de partir plus tôt à Quincy afin de s’éloigner de la Californie.  Dès qu’il y parvient, ce bel homme se rend compte que cette ville n’est pas prête à l’accueillir. Tel un conquérant, Cole réussi à charmer tout le monde sauf Summer, cette fougueuse jeune femme au tempérament de feu. À son contact, il va se rendre compte qu’elle est, la seule personne, insensible à son sourire charmeur et à son attitude de mauvais garçon. Alors, quand le jeu de « celui qui tombera, en premier, dans les bras de l’autre » débute, c’est la Troisième Guerre mondiale qui explose entre eux. Malgré cela, une attirance physique s’installe… Doux et attentionné, Cole sait plaire à sa belle. Ainsi, quand les sentiments amoureux se solidifient, leur relation professionnelle ne peut qu’être harmonieuse…, mais, la situation devient plus compliquée qu’il croyait. Summer aura-t-elle assez confiance en lui pour lui ouvrir son cœur ? Parviendra-t-il à s’accoutumer à son bouillant environnement ?

En ce qui concerne la narration, celle-ci est à deux voix. D’une part, nous avons le point de vue de Summer qui se présente avec le « je » et, de l’autre, il y a celui de Cole qui met en avant le « il »… Bon, honnêtement, je ne sais pas pourquoi, l’auteure n’a pas utilisé le premier pronom personnel pour mettre en évidence les deux têtes. Je ne vous cache pas que j’étais assez confuse. Lorsque nous passons d’un interlocuteur à l’autre, on peut savoir ce que l’un pense des autres individus… et croyez-moi, Alessandra Torre en a profité pour mettre une bonne dose de sauce garnie d’éléments (hahaha).

Sans compter qu’à travers les yeux de Summer et Cole, on apprend comment est leur existence dans leur citée d’origine. Lui, il obtient ce qu’il exige sur un plateau d’argent… enfin, c’est ce que les autres voient, mais encore une fois, il ne faut pas se fiez aux apparences. La demoiselle, elle travaille sur la ferme et élève les animaux tout en aidant sa mère.  

Concernant la plume d’écriture de l’écrivaine, je l’ai trouvé agréable à lire, mais je trouve qu’il manquait un petit quelque chose à l’histoire. Les chapitres sont petits et facile à bouquiner. Un bon point ! Autrement, à part cela, j’ai passé un bon moment en compagnie de tous ces protagonistes.

Un dernier mot ?

Une lecture plaisante. Addictif, l’auteure nous amène dans le sud des États-Unis où Cole et Summer vivront une belle aventure. Amoureux, pourront-ils résister à la tentation que représente cette attirance ? Pour le savoir, il faut que vous lisiez le roman ! Malgré ses petites lacunes, je vous recommande cette œuvre littéraire. Plongez sous les feux des projecteurs avec  » Hollywood Dirt « . 

#Sara

Entrevue de Margaux Dautraix

img_3523

1) Pourrais-tu nous parler un peu de toi ? De ton cheminement ?

Réponse : J’écris… à peu près depuis que je sais lire, j’ai du écrire mes premières histoires à 6 ans. J’ai pu publier dans une ME à mes 13 ans une première fois, puis une autre fois en août 2016 et en avril 2017. Du côté de mes études, j’ai un bac pro en graphisme, un BTS en programmation informatique et je fais actuellement une école de comédie musicale. L’écriture est un loisir, mais ne sera jamais un métier

2) Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’écrire ?

Réponse : J’avais envie d’écrire mes propres histoires, celles que j’aurais eu envie de lire. C’est basé sur un lien de partage et d’échange qui m’est aussi cher dans mon futur métier d’intermittent du spectacle.

3) Quelle place la lecture occupe-t-elle ton temps libre ?

Réponse : J’essaye de lire beaucoup, un maximum. L’écriture se nourrit de la lecture donc c’est important de découvrir un maximum d’histoires. Malheureusement, mon emploi du temps ne me permet plus de lire autant qu’avant. J’ai un boulot + mes études, donc mon temps libre passe surtout en travail personnel…. J’essaye quand même de lire 1/2 livres par mois mais on est loin des 5/6 habituels.  

4) Quel est ton dernier coup de cœur littéraire ?

Réponse : Franchement je ne saurais même pas dire les 5 derniers livres que j’ai lus, mais parmi mes livres préférés, on y trouve « Qui es-tu Alaska de John Green » et « Avant toi de Jojo Moyes » qui sont mes coups de cœurs littéraires de ces 2 dernières années.

     Qui es tu Alaska      Avant toi

Entrez dans l’univers de John Green avec son tout premier roman « Qui es-tu Alaska ? ». À travers les yeux de Miles et d’Alaska, laissez-vous charmer par les joies de l’adolescence et des premières fois. « Avant toi » vous plonge dans une histoire d’amour, hors du commun qui vaut tout les détours du monde.

5) D’où proviennent les idées qui construisent tes personnages et ton univers ?

Réponse : De ce que je lis, des films que je vois, de la vie quotidienne aussi. Certains personnages peuvent avoir des traits de personnes que j’ai déjà croisées, certains voyages me donnent des idées de lieux à découvrir. Il y a tellement de matière tout autour de nous, ce serait dommage de pas l’utiliser !

6) Combien de temps cela te prend-t-il pour écrire un roman ?

Réponse : Ça dépend, mon troisième m’a pris un mois pour juste l’écriture. Le deuxième m’a pris 5 ans. C’est aléatoire en fonction du temps que j’ai à y consacrer, de la vitesse à laquelle les idées vont s’entremêler dans ma tête, de la « matière » que j’ai pu accumuler (et oui pour écrire, il me faut aussi des phases intensives de lecture/film).

7) De quelle époque tes œuvres littéraires sont-elles inspirées ?

Réponse : Uniquement contemporain. Tout se passe dans des époques semblables aux nôtres. J’avais travaillé sur un essai qui se passait dans une époque ancienne, mais c’est resté au stade d’ébauche.

8) Quelle est ton moment et endroit favoris pour écrire ?

Réponse : J’écris plutôt le soir en général, et je n’ai pas de lieux préféré. C’est plutôt chez moi, mais ça m’est arrivé d’écrire des passages ailleurs.

9) Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des pannes d’écriture ? Si oui, comment fais-tu pour y remédier ?

Réponse : Oulah… tout le temps ha ha ! Il n’y a pas de solutions miracles. J’essaye de comprendre ce qui coince, je couche mes fils rouges sur papier, je fais des tableaux, des timelines, etc. Et j’attends tout simplement que ça passe.

10) Avant de te lancer dans de longues séances d’écriture, exerces-tu un rituel particulier ?

Réponse : Je ne définis jamais à l’avance mes séances d’écriture, j’écris juste quand j’en ai envie, donc non. Même si j’aime bien me mettre une playlist pour m’aider à me concentrer.

11) Hormis l’écriture, il y a-t-il d’autres loisirs qui t’intéressent ?

Réponse : La musique, l’équitation, le chant, la danse font parti de ma vie.

12) Si tu devais peindre un portrait de toi-même, comment te décrirais-tu ?

 Réponse : C’est dur comme question ! Je pense être quelqu’un de combattif et de déterminée et de généreux. J’aime échanger/partager avec les autres et en particuliers avec mes lecteurs.

 13) Prévois-tu d’écrire d’autres histoires ? Si oui, pourrait-on en avoir un petit avant-goût ?

Réponse : Oui, je suis actuellement sur la suite et fin d’Utopie, mon second roman, publication prévue dans l’été. Après ça, j’ai prévu une longue pause d’écriture.

Découvrez le premier tome de la trilogie « Utopie », une série fantastique.

Je remercie Margaux pour avoir pris le temps de répondre à mes petites questions !     

#Sara

Chronique sur Le chercheur d’âme de Steve Laflamme

Le chercheur d'ame

Note : 9,5/10

« Le corps d’Élise Jacobi était disposé de guingois sur la partie avant du terrain du 1956, rue de Toronto. On aurait dit que l’étudiante avait été éjectée d’un véhicule en pleine course: le haut du corps avait effectué une torsion, faisant en sorte qu’elle avait la tête tournée vers la maison et le torse, vers la rue. Ses longs cheveux d’ébène lui recouvraient pudiquement la tête, comme un filet. On n’avait pas déposé Jacobi; on l’avait projetée, comprit Martel. Comme un objet. Le tueur avait voulu qu’on identifie la victime puisqu’il avait aussi lancé le sac à main. « Il veut que quelqcfbchl7 ; Xu’un voie ce qu’il a fait à cette pauvre fille. Autrement, il se serait donné la peine de jeter le cadavre dans un cours d’eau, en forêt ou dans une benne à ordures », réfléchit Martel. C’est une fois le voile de cheveux dégagé que le gâchis apparaissait dans toute son horreur. Élise Jacobi n’avait plus de visage; en lieu et place s’imposaient au regard les horribles secrets qui œuvrent en coulisses sous la peau. Un lambeau avait été arraché. On parvenait à distinguer le menton, mais le reste de la peau du visage avait été ouvert comme une veste. La plaie béait depuis le sommet du crâne jusqu’au bas de la joue gauche, contournant l’arête du nez. Le sang s’était répandu dans les cheveux de la victime, mais pas sur sa poitrine. « Elle est morte ailleurs. Il n’y a pas assez de sang sur le terrain », conclut Martel. L’état du visage de la jeune Jacobi était à ce point saisissant qu’on ne remarquait pas tout de suite que son pied gauche manquait. Sectionné – juste au-dessus de la cheville. »

Xavier Martel

Résumé : « À FORCE DE LUI FAIRE MONTRER LES DENTS, LA COLÈRE TRANSFORME L’HOMME EN ANIML…

ON L’APPELLE LE « CHERCHEUR D’ÂME ».

Chacune de ses victimes, retrouvée le visage ouvert est porteuse d’un message qui semble narguer les policiers de l’Unité des crimes majeurs de la Sûreté du Québec. En présence d’un motif obscur, de références cryptiques et d’un mode opératoire aussi systématique qu’incompréhensible, le sergent-détective Xavier Martel ne ménage aucun effort pour mettre fin au cycle sanglant.

Prédateur de prédateurs, celui qui a déjà goûté à la violence crue fait de cette enquête une affaire personnelle. La seule chose qu’il ne peut se permettre de perdre, c’est du temps. C’était sans prévoir que la folie du tueur et le goût âpre d’une possible défaite le précipiteraient, lui aussi, dans ses derniers retranchements. »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaleureusement l’auteur, Steve Laflamme, pour la confiance qu’il m’apporte en me confiant son roman. Je gratifie, également, les Éditions de l’Homme pour l’envoi de ce service presse.

Un conseil. Pour ceux et celles qui ont le cœur fragile, ne vous lancez pas dans cette aventure… Enfin, c’est à vous de voir (Mouhahaha !!!)

Je vais vous confiez un secret… qui en ait peut-être pas un, mais, je suis une GRANDE admiratrice de romans policiers (polars) avec un léger soupçon de gore. En toute franchise, ce sont les meilleurs, cette suspicion ajoute un petit truc en plus qui fait que l’histoire est intéressante. « Le chercheur d’âme » fait partie de ceux-là.

Le contenu du récit présente des enquêtes vraiment géniales à suivre. On y découvre plusieurs facettes du métier d’enquêteur… que ce soit les incomparables ou les pires. Tout comme le personnage principal, on part à l’aventure afin d’essayer de débusquer le psychopathe qui commet tous ces horribles meurtres. INGÉNIEUX !!

Dans « Le chercheur d’âme », nous faisons la connaissance de Xavier Martel, un policier, fraîchement, débarqué à Québec. Sergent-détective, c’est un homme qui en a vu beaucoup lors de ses approfondissements…, mais pas comme celles que le meurtrier laisse volontairement aux exécutants. Proie à ses propres démons intérieurs, Xavier doit essayer de balancer avec ses contrariétés, qui hantent son esprit, et les victimes sans visage laissées un peu partout dans la citée québécoise. Le mode d’emploi de l’assassin ? « Le chercheur d’âme » est une personne qui aime jouer et torturer… Pour ce faire, il retire les visages des inconnus et les abandonnent dans la rue. Pourtant, même s’il s’attaque, principalement, à des femmes, le tueur prend la peine de tatouer un message et d’en laisser un autre dans une pochette de disque vinyle. Pourquoi ? Par plaisir ? C’est ce que Xavier Martel devra, impérativement, découvrir avant que d’autres martyrs se fassent tuer. Réussira-t-il à le stopper ? Mais, en tentant le diable, ne risque-t-il pas de se perdre, également, en route ?

Évidemment, l’univers qui compose cette histoire est ténébreux et mortuaire. Néanmoins, j’ai vraiment aimé Xavier Martel, c’est un sergent-détective qui malgré ses parts d’ombres possède un grand sens de la justice. Même s’il ne parvient pas à garder sa tête hors de l’eau, il essaie tout de aussi de s’accrocher à son humanité.

Je le répète, encore une fois, ce roman policier n’est pas fait pour tout le monde. Sans compter qu’à travers ses nombreuses figures de style, Steve Laflamme, parvient à dénoncer plusieurs préjugés tels que la lutte professionnelle où l’on trouve des horribles magouilles et autres dispositions de ce genre. Le fait de découvrir tout cela…, m’a vraiment révulsé. J’étais consterné de savoir que TOUTES ces méthodes existent. Comment les arrêter, voilà la question ?!

Concernant la plume littéraire de l’auteur, à mes yeux, je trouve qu’il possède un beau talent pour l’écriture. Étant familière avec la langue québécoise, j’ai pu, facilement, m’adapter à son vocabulaire. Pourtant, à certains passages du roman, les extraits paraissent un peu longs. En effet, cette petite nuance est le seul désavantage. Dès les premières pages, on entre dans son univers ensanglanté où les détails ont été, incontestablement, planifié depuis le tout début. EXCELLENT !

Un dernier mot ?

Pour un premier livre, je le trouve assez bien réussi. Il va de soit que je suis curieuse de découvrir les prochaines œuvres littéraires de Steve Laflamme. Une chose est sûre, c’est que l’auteur ne se retient pour dire ce qu’il pense. Il n’écrase pas ses mots, ça c’est certain. Sur ce, je vous recommande cette histoire, j’espère qu’elle vous plaira autant qu’elle m’a plu.

#Sara