Chronique sur La Sirène écrit par Kiera Cass

La Sirene

Note : 8/10

« La mélodie s’est fait à nouveau entendre et j’ai laissé pendre mes bras le long de mon corps, ma frayeur et mes inquiétudes s’effritant à mesure que les sons s’insinuaient dans mon esprit. Tout à coup, rien ne m’a paru plus agréable que d’être enlacée par les vagues plutôt que fouettée par la pluie.

C’était délicieux, à vrai dire. Cette eau, il fallait que je la boive. Que j’en remplisse mon estomac, mon cœur, mes poumons.

Dévorée par cette envie impérieuse, je me suis approchée du garde-fou et l’ai enjambé. Puis la chute, comme dans un rêve.

J’ai compris que je courais un danger mortel à la seconde où la main glacée de l’océan sur mon visage m’a ramenée à la réalité.

J’allais me noyer.

Non ! ai-je hurlé en mon for intérieur. Je ne suis pas prête ! Je veux vivre ! Dix-­neuf ans, c’est trop jeune pour mourir. J’ai encore trop d’expériences à vivre, de plats à goûter et de lieux à découvrir.

J’avais l’espoir de me marier, de fonder une famille. C’est trop injuste de tirer un trait sur ses rêves.

« Tu en es certaine ? »

Je n’ai pas eu le temps de me demander si cette voix était un produit de mon imagination.

« Que serais-­tu prête à sacrifier pour rester en vie ?

— Absolument tout ! » »

Kahlen & l’Océan

Résumé : « Une fille au lourd secret. Le garçon de ses rêves. Un océan les sépare.

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l’Océan en poussant les humains à la noyade. Son arme ? Une voix fatale pour qui a le malheur de l’entendre… et qui l’oblige à se faire passer pour muette lorsqu’elle séjourne sur la terre ferme.

Akinli, lui, est un séduisant jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé.

Alors que leur amour naissant leur fait courir un grave danger, Kahlen est-elle prête à tout risquer pour Akinli ? »

Mon Avis

 Avant tout, je remercie les éditions Québec Loisirs pour l’envoie du service presse. N’ayant jamais lu un seul livre écrit par Kiera Cass, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Cependant, les sirènes sont un thème que j’admire beaucoup, car, en effet, il y a différentes façons de l’aborder. Ce roman présente les ensorceleuses comme des êtres humains possédants une merveilleuse voix… Une tonalité qui cause la mort de toutes personnes osant ouïr leur mélodie.

En résumé, nous suivons Kahlen, une jeune fille de dix-neuf ans ayant été sauvée de la noyade par l’Océan, il y a quatre-vingt ans. À l’aide de ses sœurs, Elisabeth et Miaka, Khalen doit adosser une lourde mission, celle de nourrir l’Océan. Comment ? En tuant des personnes grâce à leur voix harmonieuse. Très reconnaissante envers cette entité, la jeune femme se montre obéissante et ne discute pas ses règles.  Toutefois, Khalen est une rêveuse qui souhaite par-dessus tout découvrir les joies de l’amour. Ne lui restant que vingt ans à subvenir aux besoins de l’Océan… C’est à ce moment qu’elle rencontre Akinli, un beau jeune homme avenant et charmant. Peu à peu, la jeune sirène va commencer à développer des sentiments qu’elle croyait avoir oublié depuis longtemps. Ne voyant ceci pas d’un très bon œil, l’Océan fera tout ce qui est en son pouvoir pour les séparer. Leur relation est-elle vouée à l’échec avant même qu’elle ait eu le temps de débuter ? Khalen se soumettra-t-elle de nouveau aux conditions de cette entité féminine afin de protéger son grand amour ?

À travers ce bouquin, l’auteure a voulu nous illustrer la connexion qu’entretenaient Khalen et l’Océan, en incarnant celle-ci à l’aide d’un pronom personnel. D’une certaine façon, nous pouvons percevoir le respect qu’elles ont l’une pour l’autre.

Une sublime couverture qui met parfaitement en évidence l’histoire, un résumé alléchant…, mais j’ai trouvé que la romance entre Akinli et Khalen n’était pas assez développée à mon goût. J’ai l’impression d’avoir seulement lu la pointe de l’iceberg, il n’y avait pas beaucoup de détails. Néanmoins, la conclusion m’a laissée perplexe, je n’arrivais pas à croire que le roman se terminait ainsi.

Je ne vous cache pas que j’ai trouvé l’entrée en scène un peu longue, mais cela ne m’a pas empêché de lire l’histoire ! La plume de l’écrivaine est fluide et addictive. Elle amène une bonne compréhension du texte.

« La Sirène » est une belle œuvre artificielle !

Si j’avais la chance de plonger de nouveau dans l’univers livresque de l’auteure, je me jetterai à l’eau sans hésiter.

#Sara

Voilà le lien du site internet de notre partenaire littéraire : https://goo.gl/FXYvKN

Et celui du roman : https://goo.gl/cRiwxU

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s