Chronique sur Calendar girl novembre d’Audrey Carlan

Calendar Girl Novembre

Note : 12,5/10

« Tête levée vers le ciel, je regarde, fascinée, les flocons tomber. Chacun est unique et fragile. Je sors la langue pour en attraper un dans ma bouche où il fond immédiatement. Je suis hypnotisée, envoûtée. Je cligne plusieurs fois des yeux, puis je souffle, propulsant un nuage blanc devant moi. J’ouvre grand les bras et tourne sur moi-même, laissant la neige recouvrir mon visage et les paumes de mes mains.

– Quand tu auras fini de t’amuser, on pourra rentrer à l’hôtel ? s’écrie Wes en riant. Je me les gèle !

Il vient derrière moi et enfouit son nez glacé dans mon cou chaud.

– C’est tellement cool ! À Las Vegas, je n’ai vu de la neige qu’une ou deux fois et il n’y en a jamais à Los Angeles.

Il me serre contre lui et m’embrasse dans la nuque.

– Mes couilles sont gelées et ma queue ressemble à une stalactite prête à se décrocher, mais sinon… oui, c’est cool.

Je glousse en me tournant vers lui :

– Pourtant, tu sais combien j’aime la glace. Merci d’être venu avec moi, Wes. Sincèrement, je n’étais pas encore prête à m’éloigner de toi.

Il dégaine ce sourire qui me donne envie de lui sauter dessus. Mon Dieu, ce type est canon, même lorsqu’il est emmitouflé dans un énorme blouson de ski et qu’il porte un bonnet en laine.

– Il faudrait être fou pour refuser de passer deux semaines à New York avec une femme magnifique.

Il approche son visage du mien, frotte son nez contre le mien et m’embrasse sur la bouche. »

Mia & Wes

Résumé : « Thanksgiving arrive avec son lot de nouvelles. Wes a survécu à l’enfer et Mia et lui se sont retrouvés, plus amoureux que jamais.

Son nouveau travail à Century Production envoie Mia à New York pour interviewer des stars, ce qui n’est pas compliqué puisqu’elle s’est fait, ces derniers mois, un nombre incroyable d’amis célèbres. Elle contacte Mason Murphy, le joueur de base-ball, et Anton Santiago, le chanteur de hip-hop.

Et enfin, Mia passe un dîner de Thanksgiving en famille, avec tout ceux qu’elle aime, même s’il y a toujours une place vide autour de la table… celle de son père. »

Mon Avis

Tout d’abord, je voudrais remercier Véronique des éditions Hugo New Romance Québec pour l’envoie du service presse.

Est-ce que vous le sentez, vous aussi ? Je me rends compte que c’est l’avant-dernière chronique avant la grande finale. Juste le fait de penser à ce détail, mon cœur se resserre de chagrin.

Les mois de septembre et octobre n’ont pas épargné mon pauvre cœur d’artichaut. J’étais dévasté d’apprendre toutes ces mauvaises nouvelles, par chance, ce mois-ci… on a l’impression que Mia voit ENFIN la lumière au bout du tunnel. En effet, sa vie professionnelle et personnelle roule comme sur des roulettes.

Cette fois-ci, Mia file vers New-York afin de filmer sa nouvelle capsule pour l’émission « Vivre en beauté ». Avec l’arrivé de Thanksgiving, une fête importante aux États-Unis où on remercie toutes les personnes envers qui nous sommes reconnaissants, Mia prend la décision d’interviewer deux importantes popularités : Mason Murphy et Anton Santiago. Soutenue par l’amour de sa vie, Weston Channing, Mia est plus que jamais reconnaissante envers la vie pour lui avoir donner la seule chose qu’elle désirait le plus au monde : une famille. Sans compter qu’elle va également profiter d’une pause pour aller au Texas afin d’aller visiter son frère Max.

Sans oublier qu’il y aura une nouvelle personne dans l’histoire, cependant, ça sera à vous de le découvrir.

Mia semble rayonnante, on peut désormais percevoir sa véritable personnalité. C’est une femme magnifique qui n’hésite pas à aider les autres pour leur faire plaisir. Elle est toujours autant protectrice envers sa petite sœur, Maddy. Elles ont toujours ce lien unique qui les relie l’une à l’autre. On la découvre sous un autre jour et je vous avoue que c’est vraiment agréable de la voir ainsi.

Quant à Wes, il lutte toujours contre ses démons intérieurs. En effet, grâce à ses thérapies, il semble aller mieux… Malgré cela, ses cauchemars semblent toujours trouver un moyen d’atteindre ses pensées. Avant son traumatisme, Wes était un homme passionné et détendu… Ce mois-ci, on découvre un nouvel aspect de sa personnalité, un côté qui n’était pas présent avant cette terrible épreuve : la jalousie. Notre séduisant surfeur californien semble avoir moins de confiance en lui lorsque Mia est en contact avec d’autres hommes et c’est ce qui provoque ses grosses crises de jalousie. Je vous précise également que Wes semble TRÈS impérieux en ce qui concerne son avenir avec Mia. Le besoin d’être à ses côtés et de la toucher démontre son anxiété.

La plume de l’auteure est toujours autant addictive, on tombe facilement amoureux(se) de la série. Tout comme l’héroïne du roman, on passe par toutes les émotions. Je ne vous cache pas que certains moments de l’histoire m’ont énormément touché tels que la générosité de Mia envers les familles américaines ou encore les retrouvailles entre Max et sa sœur. Audrey Carlan a voulu marqué l’esprit de ses lecteurs et lectrices en appuyant lourdement sur l’aspect de la fratrie. J’ai vraiment adoré cet onzième tome, le récit est surprenant et sincère à lire.

Un dernier mot ?

Ceci étant dit, j’attends avec impatience la finale de la série. J’espère que la conclusion sera à la hauteur de cette saga.

#Sara

Publicités

Chronique sur Les contes interdits : Peter Pan écrit par Simon Rousseau

Peter Pan

Note : 9.5/10

« Le temps qu’il comprenne cela, Pan s’était déplacé juste devant lui, prêt pour sa prochaine offensive. Profitant du fait que l’obèse était encore nu comme un ver, il agrippa les testicules encore tout moites du violeur avec ses deux mains et les écrasa entre ses paumes. Le pédophile hurla de plus belle, puis par réflexe frappa le jeune au menton. Celui-ci eut un mouvement de recul, mais l’adrénaline le protégeait de coups aussi banals. En guise de retour d’ascenseur, Pan lâcha les couilles du prédateur sexuel afin de viser son visage. On ne lui avait pas taillé les ongles depuis belle lurette, et il comptait bien en tirer profit. Il enfonça ses pouces dans les globes oculaires du pervers, qui lui lança d’inutiles crochets dans les côtes. Le garçon, avec le temps, s’était accoutumé à de bien pires sévices que des jointures contre ses os. Il introduisit ses pouces suffisamment profondément pour toucher les nerfs optiques, puis tir vers l’extérieur d’un coup sec. Les globes oculaires sautèrent de leurs orbites dans un bain de sang. »

Peter Pan

Résumé : « Une vague de drogués se jetant du haut d’immeubles, croyant pouvoir voler.

La disparition d’une jeune femme, Wendy Gauthier, et de ses deux frères délinquants, évadés de leur pénitencier pour mineurs.

Une île perdue dans la forêt boréale, habitée par une communauté déjantée et leur leader sans âge.

Une baronne du crime nymphomane et amoureuse des bijoux en forme de clochettes.

Un enquêteur médisant dépourvu de sa main droite, dévorée par un cannibale qui hante encore ses nuits. »

Mon Avis

Tout d’abord, je voudrais remercier les éditions Ada pour l’envoie du service presse.

Le conte de Peter Pan est une histoire que j’ai commencé à apprécier au cours de mon adolescence (c’est tard, n’est-ce pas ?!). En effet, juste le fait de voir les personnages voler grâce à la poussière de fée… cela me rendait folle de joie. Honnêtement, ce sentiment n’a pas changé, je suis toujours aussi fan de Peter Pan.

Avec Simon Rousseau, l’auteur de la nouvelle version du « garçon qui ne voulait jamais grandir », je découvre les véritables conceptions du protagoniste. Celles qui ne sont pas mentionnées dans le conte de Disney. Saviez-vous qu’à la base Peter Pan était un « méchant » ? Si vous voulez mon avis, je trouve que ce détail colle bien avec le récit mortuaire de Simon Rousseau.

Plus je lisais le roman et plus j’avais l’impression d’être littéralement en enfer. À certains moments, j’ai cru que j’allais vomir… c’était quand même assez intense à lire. Comme plusieurs le pensent, l’auteur a CARRÉMENT démoli l’image que nous avions de Peter Pan. D’après moi, ce n’est pas une mauvaise chose. Un peu de changement, ça ne tue personne (hahaha !!!).

Un petit résumé du roman, ça vous dit ?!

Jacques Dolan que l’on surnomme « Hook », à cause de sa main crochue, est un ancien enquêteur de police. Au cours de sa carrière d’agent, il en a vu de toutes les couleurs. Désormais à la retraite, c’est à ce moment qu’il reçoit un appel inquiétant d’une de ses anciennes copines… La mère du trio Gauthier. Par conséquent, Jacques n’a pas d’autre choix que de partir à la recherche de Wendy, Michel et Jean. Suite aux nombreux indices laissés sur leur parcours, l’ancien policier sait qu’il ne peut plus reculé. Afin de retrouver les trois enfants disparus, il devra partir dans ce lieu où les infectes barbaries se forgent…… on l’appelle Neverland.

Un conseil !

Si vous êtes des âmes sensibles, je vous conseille FORTEMENT de passer votre chemin, parce qu’honnêtement, vous ne ressortirez pas vivant de cette aventure.

Amateur(trice) de romans d’épouvante (comme moi), vous serez comblé par cette histoire. En outre, l’auteur aborde la torture, pédophilie, cannibalisme, violence envers tous êtres vivants… Enfin, vous voyez le genre ?!

J’ai ressenti de nombreux frissons au cours de ma lecture. La plume de l’auteur est fluide tout en étant ombrageuse. Les détails sont captivants à lire et l’intrigue est présente dès le début de l’histoire. J’ai passé un agréable moment en leur compagnie et je n’hésiterai pas à lire ses autres récits.

#Sara

Chronique sur Tu me l’avais promis… L’amour est éternel écrit par Céline Musmeaux

Tu me l'avais promis

Note : 13/10

« J’appuie mon front contre son épaule.

– C’est dingue comme je tiens à toi alors qu’on vient de se rencontrer…

Raphaël colle ses lèvres à mes cheveux.

– Certains disent que l’amour véritable naît d’un soupir, d’autres d’un regard. Moi, je suis d’avis qu’il naît de la rencontre de deux âmes. Toi et moi, on n’a pas eu besoin d’apprendre à se connaître. C’est presque une évidence, un don, un désir qui nous pousse à nous chercher depuis notre premier tête-à-tête…

C’est beau. Je souris.

– Tu devrais écrire, Raphaël.

Il ricane.

– Tu crois ?

Je l’encourage.

– Je serais ta première lectrice. Écris des belles histoires d’amour, des histoires qui font rêver ou pleurer, mais pas des histoires de fesses !

Amusé, il commente.

– De fesses ?

Je lève un sourcil en m’écartant.

– Tu n’étudies pas la littérature ?

Perplexe, il m’apprend

– Je ne te suis pas, là. Éclaire-moi.

Je soupire.

– Mes copines à la FAC lisent de la littérature érotique.

Il me repousse.

– Et toi ?

Je pouffe.

– Je suis un cœur d’artichaut, t’en souviens-tu ? Je lis des romans pour adolescents bien plus doux !

Raphaël décrète.

– J’écrirai des romans qui te plaisent.

Je le reprends.

– Vas-tu le faire ?

Il sourit en apposant son front contre le mien.

– Tu m’en donnes envie. »

Sarah & Raphaël

Résumé : « Quand la mort nous poursuit, l’amour est tout ce qu’il nous reste…

Le monde de Sarah s’effondre. Sa mère avec qui elle vit seule vient d’être hospitalisée. Le diagnostic est là, c’est un cancer foudroyant.

Il ne lui reste plus que quelques mois, voire moins à vivre. Le choc est dur à encaisser pour la jeune femme qui sort à peine de l’adolescence.

Mais alors qu’elle pleure dans la salle d’attente, un garçon s’assied près d’elle pour la consoler. Il s’appelle Raphaël et il semble être un habitué des lieux. Aussi, il trouve les mots justes pour diminuer la peur et la peine qu’elle ressent après cette terrible annonce.

En quelques instants, un lien fort s’installe entre eux. Les sourires timides du jeune homme font rougir Sarah. Ce n’est pourtant pas le moment de tomber amoureuse.

Cependant, les jours passent et le hasard fait qu’ils se croisent encore. Il n’en faut pas plus à Sarah pour obtenir du réconfort auprès de lui. Seulement, il se peut que Raphaël lui ait menti sur ses raisons d’être présent dans cet hôpital.

Comment acceptera-t-elle la vérité ? »

Mon Avis

Pour commencer, je voudrais remercier Céline Musmeaux et la maison d’édition NYMPHALIS pour leur charmante découverte. Cette collaboration démontre que la confiance règne entre nous.

Quand je lis les romans de Céline, j’ai toujours un sentiment de plénitude qui m’envahit. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’auteure a un vrai potentiel littéraire. Comme à chaque fois, c’est toujours un plaisir de lire ses écrits.

Ce mois-ci, les thèmes de la mort et de l’amour sont deux paradoxes que l’écrivaine a décidée de mettre en avant. En effet, le deuil est une compréhension que je connais personnellement. D’une certaine façon, je me sens concerné par cette œuvre sublime.

Je ne vous cache pas que j’avais beaucoup de difficulté à le lire et encore plus pour le finir. Je pouvais à peine retenir mes larmes. Elles coulaient comme l’eau d’un ruisseau. La situation en tant que telle était touchante, mais les doux mots de Raphaël ne faisaient qu’amplifier mon chagrin.

Sarah est une jeune femme âgée de dix-huit ans. Elle étudie l’histoire de l’art à l’université. C’est une fille qui adore les « vieilles choses ». De nature sensible, elle essaie de paraître forte aux yeux de tous. Cependant, la vie de Sarah va s’écrouler lorsque des spécialistes vont lui apprendre que sa mère est atteinte d’un cancer. En phase terminale, elle sait que les moments avec sa mère sont comptés. Effondrée par cette nouvelle, c’est à ce moment que Sarah fait la connaissance de cet être angélique.

Est-ce le début d’une véritable histoire d’amour ?

Raphaël est un jeune homme de vingt ans qui étudie la littérature. Se qualifiant de rat de bibliothèque, il adore lire. Toutefois, cette caractéristique l’empêche d’utiliser ses poings lorsque la situation l’exige. Par conséquent, Raphaël utilise la force de ses mots afin de compenser ce désavantage. Ses pensées sont également son moyen d’expression. Lorsqu’il rencontre Sarah, c’est le coup de foudre assuré. Il ne peut s’empêcher de penser à cette belle rousse qui a captivée son âme. La seule chose que Raphaël désire, c’est de revoir ce bel ange. Malgré cela, il repousse la jeune femme afin de la protéger de lui… de cette affreuse vérité qui le ronge de l’intérieur.

Et si Sarah était la personne que Raphaël attendait ? L’ange qui lui ouvrira les portes du paradis…

Comme vous avez pu le constatez, je suis une grande admiratrice de cette auteure. À chaque mois, je retrouve quelques idées qui ont bouleversées mon existence. Les émotions que nous ressentons tout au long du roman y sont également pour quelque chose.

Encore une fois, le style d’écriture de l’auteure est toujours aussi saisissant et fluide. Les phrases défilent comme une rivière. J’ai pleuré avec Sarah et Raphaël, deux personnages qui m’ont énormément plu du début jusqu’à la fin.

Je vous le conseille FORTEMENT et une dernière chose… prévoyez plusieurs mouchoirs.

Comme le dit si bien Raphaël : « L’amour est éternel ».

#Sara

Chronique sur Après l’orage écrit par Suzanne Roy

Après l'orage

Note : 10/10

« Je ne connais pas d’endroit plus triste qu’un salon funéraire, surtout lorsque l’on y souligne le décès d’un homme comme Alexander Evans : un homme merveilleux, plein de vie, qui n’avait peur de rien, un adorable fou. Mon Alex. Les gens me serrent contre eux sans prévenir et tentent de me consoler. Pourtant, mes yeux restent secs. C’est étrange, vu le nombre de crises qui m’ont secouée ces trois derniers jours. Ce soir, je suis calme. Tant mieux. Je déteste me donner en spectacle.

Le corps d’Alex, qui fait mine d’être endormi dans son cercueil, ne me rappelle plus rien de l’homme que j’ai aimé. Il ne reste qu’une coquille vide, sans lumière et sans âme. C’est pour cela que je refuse de m’en approcher. De l’autre côté de la pièce, le plus loin possible de lui, j’évite de regarder ce qui ne m’appartiendra plus jamais. Je me contente de répondre aux questions, qui sont toujours les mêmes : il a eu un accident de moto, il a été dans le coma pendant deux jours et il est mort à cause d’une hémorragie que les médecins n’ont pas pu contenir. Les gens insistent : est-ce qu’il s’est réveillé ? Est-ce qu’il a eu le temps de dire quelque chose ? Brenda secoue la tête en pleurant, dévastée par sa réponse à laquelle on ne peut rien. C’est triste. Elle répète qu’elle n’aura pas eu la chance de régler ses différends avec son fils, de lui dire à quel point elle l’aimait et toutes ces choses qu’on regrette quand quelqu’un meurt. »

Charlotte

Résumé : « En quelques heures, la vie de Charlotte a basculé.

Alors qu’elle est sur le point d’annoncer à son fiancé qu’elle est enceinte, il se tue dans un accident de moto. Elle est désormais seule avec ses interrogations, le vide immense qu’Alex laisse derrière lui, et cette décision impossible à prendre – garder ou non l’enfant.

Dans la tourmente, Charlotte fait de son mieux pour accueillir la famille endeuillée d’Alex : sa mère et son frère, tout juste débarqués d’Angleterre. Très vite, Brenda et Carl gagnent la confiance de la jeune femme, et lorsqu’ils apprennent ce qu’elle essayait désespérément de leur cacher, ils se montrent d’un soutien inébranlable. Charlotte acceptera-t-elle cette nouvelle chance de bonheur qui s’offre à elle ? »

Mon Avis

Tout d’abord, je voudrais remercier Suzanne Roy pour avoir créé cette sublime histoire ainsi que pour avoir pris le temps de m’écrire un petit mot.

Pour vous dire la vérité, lors de ma lecture, j’ai versé plusieurs larmes de tristesse, car à travers les mots de Charlotte, on pouvait facilement concevoir sa peine. D’une certaine façon, je la comprenais…

Le deuil est une douleur insoutenable, une déchirure qui ne guérira pas totalement… Cependant, avec beaucoup d’amour et du temps, elle peut progressivement cicatriser.

Charlotte est une jeune femme pétillante et pleine de vie. Sans compter qu’elle n’a pas peur du ridicule. Quand elle rencontre Alex, un jeune britannique qui a décidé de tout lâcher pour venir habiter à Montréal, Charlotte sait que c’est le début d’une belle aventure à deux. Depuis deux ans, elle vit une magnifique relation en compagnie de son amoureux… Jusqu’à la mort de celui-ci. Fiancés depuis trois mois, Alex perd la vie dans un tragique accident de moto. C’est à ce moment que Charlotte fait la connaissance de Brenda et Carl, la mère et le frère ainé d’Alex. Sans surprise que la jeune femme découvre qu’elle est également enceinte de son défunt fiancé.

Ensemble, ils vont à leur façon essayer de surmonter la mort d’Alex. Serait-il possible que le petit être qui grandit en Charlotte soit l’espoir de renaissance qu’ils attendaient tous ? Et si les portes de l’amour lui offraient une seconde chance afin qu’elle puisse retrouver ce sentiment amoureux ?

La relation entre Carlton et Charlotte est-elle vouée à l’échec avant même qu’elle ait commencée ?

L’auteure détaille parfaitement les sentiments que ressentent chaque personnage. D’une authentique manière, nous pouvons percevoir leurs émotions et c’est ce qui fait que c’est attendrissant. En ce qui concerne la plume de l’écrivaine, elle est vraiment ensorcelante. Je suis toujours autant charmé par son style d’écriture. Suzanne Roy possède une calligraphie fluide et addictive.

À travers son histoire, l’auteure veut nous prouver que la vie est courte et qu’il faut absolument profiter de tous ces fugaces moments que nous avons avec notre famille et nos ami(e)s.

Un dernier mot ?

Je suis ravie d’avoir pu découvrir cette perle. Une histoire extraordinairement divine. Je vous le conseille fortement, laissez-vous tenter par cette exceptionnelle romance. Qui sait, vous serez peut-être surpris(e) ?!

#Sara

Chronique sur Les contes interdits : Blanche-Neige de L.P. Sicard

Blanche-Neige

Note : 10/10

« Lorsque j’atteignis enfin le rez-de-chaussée, je me retrouvai dans un long corridor au bout duquel deux portes massives et métalliques indiquaient la sortie.

Un garde, droit devant, m’aperçut. N’ayant pas encore réalisé que j’étais armée, il allongea son bâton télescopique en s’approchant de moi. Ses yeux s’écarquillèrent d’effroi lorsqu’il aperçut les trainées sanguinolentes que laissaient mes chaussures derrière moi, ainsi que le pistolet qui s’éleva agressivement vers lui. Il fit un geste nerveux du bras afin de se munir de sa propre arme à feu, mais mon avance était irréductible. Sans qu’une seule hésitation ne ralentit mon passage à l’acte, j’enfonçai la gâchette. La détonation qui s’ensuivit déchira le silence avec tant de force que j’en restai longuement assourdie ; une traînée de flammes jaillit du canon qu’un fort recul fit s’élever dans les airs. Du sang éclaboussa le mur sur lequel le garde s’affaissa avant de s’écrouler de tout son long au sol. »

Émilie

Résumé : « Une femme coupable d’un crime dont elle n’a plus souvenir.

Une évasion vers une forêt où la noirceur ne vient jamais seule.

La découverte d’un manoir abandonné aux secrets bien cachés.

Des bougies qui s’éteignent, des ombres qui se lèvent, des objets qui se déplacent d’eux-mêmes.

Et des coups qui résonnent contre la porte, avant d’être défoncée… »

Mon Avis

Tout d’abord, je voudrais remercier les éditions Ada pour l’envoie du service presse !

À travers ce conte interdit, l’auteur nous présente sa perception mortuaire et violente du conte Blanche-Neige et les sept nains. Je ne peux pas m’empêcher de penser que je ne verrai plus jamais cette histoire de la même façon.

Je suis vraiment en manque de mots pour décrire ce que j’ai ressenti en lisant le récit. C’était juste…WOW ! À mes yeux, cette œuvre est la plus sombre de la série les contes interdits.

Ainsi, nous faisons la connaissance d’une jeune femme, Émilie. Des cheveux noirs comme l’ébène, des lèvres rouges comme le sang et la peau blanche identique à la neige… Ça ne vous rappelle pas quelqu’un ? Possédant une beauté renversante, elle a également le don de parler aux animaux. Enfermée dans un asile psychiatrique, Emilie n’a pas le moindre souvenir du crime qu’elle a commis. Encore pire, elle ne se souvient plus de qui elle était avant son arrivée dans cette institution. Entourée de médicaments, de la souffrance des patients et de la violence provoquée par les gardes et les docteur(e)s, Émilie trouve du réconfort et une certaine sécurité auprès de la seule personne qui ne la traite pas comme une criminelle, Thomas, son infirmier.

Dans la version horrifique de Blanche-Neige, vos pires cauchemars prendront vie. En effet, c’est un roman qui vous donne des frissons du début jusqu’à la fin. Je ne vous cache pas qu’il y a également des scènes qui vous donneront la nausée.

Malgré cela, j’ai vraiment adorée lire cette nouvelle version. Très poignante sur certains points. Honnêtement, quand j’ai terminé le roman, j’ai cru que j’allais devenir folle. Plusieurs sujets me répugnaient tels que le meurtre et viol et pourtant cela m’a pas empêché de continuer ma lecture.

Dès les premières lignes, j’ai été captivée par l’histoire ainsi que par le personnage d’Émilie.

L.P Sicard conclut son roman sur une fin ouverte qui nous pousse à réfléchir sur Émilie. Peut-être sur sa véritable identité ?

Finalement, le style d’écriture est fluide et addictif. Sans compter que l’intrigue pointe le bout de son nez dès le début du roman. J’ai passé un excellent moment en compagnie de tous ces personnages. Je me suis également donner une monstrueuse frayeur que je n’oublierai pas de sitôt.

#Sara