Chronique sur Te Succomber de Jasinda Wilder

Te Succomber

Note : 9/10

« Je suis un connard sans vergogne. Je le sais, parce que seul un connard sans vergogne contournerait le comptoir pour la regarder dans sa chambre. Et c’est exactement ce que je fais. Elle porte un soutien-gorge assorti à sa culotte, rose à pois noirs. Elle me tourne le dos, son petit cul ferme et bombé si parfait dans sa culotte boxer. Oh mon Dieu, oh mon Dieu. Elle sent ma présence et se tord le cou pour me fixer.

– T’es un connard.

– T’aurais dû fermer la porte.

– Je t’ai dit de partir.

Elle ouvre un tiroir, prend un jean et l’enfile.

Regarder une fille s’habiller, c’est presque aussi excitant que de la voir se déshabiller.

– Mais je ne l’ai pas fait et tu le savais.

– Je ne pensais pas que tu me materais sans aucun scrupule. Putain de pervers.

Je lui souris. Il a un nom, ce sourire. Mes potes l’appellent : le sourire qui fait tomber les culottes.

– Je ne suis pas un pervers. Juste un amateur d’art. »

Nell & Colton

Résumé : « À dix-huit ans, Nell est inconsolable. Kyle, à la fois son meilleur ami et l’amour de sa vie, meurt accidentellement. Elle sombre dans un chagrin fou dont personne ne semble pouvoir la tirer. Deux ans plus tard, la jeune femme croise le chemin de l’insaisissable Colton, le frère aîné de Kyle. La douleur est toujours vive, mais une irrésistible pulsion l’attire vers lui. Passion ? Fureur de vivre ? Un lien unique les unit et les consume au plus profond d’eux-mêmes. Colton pourra-t-il redonner à Nell le goût d’aimer ? »

Mon Avis

Je vous avoue que l’histoire mériterait une meilleure couverture. Le revêtement est un peu trop gris et insipide à mon goût.  Par chance, le contexte et les personnages sont présents pour rattraper ce léger détail.

En ce qui concerne l’histoire, elle m’a énormément plu. Ce que j’avais entre les mains était un vrai petit bijou. C’est un roman où les émotions se succèdent. Dès que le lecteur ou la lectrice reprend son souffle, un nouveau dénouement arrive pour basculer cet équilibre.

Des personnages attachants, mais à la fois poignants. Le désespoir de Nell face à la perte de Kyle, son premier amour, m’a donné les larmes aux yeux. Et si le destin lui offrait une deuxième chance de retomber amoureuse ?

Dans la première partie du récit, on se confronte à Nell et Kyle, deux amis qui se connaissent depuis l’enfance. Progressivement, leur complicité amicale évoluera pour devenir une relation amoureuse. Ensemble, ils vivent le parfait bonheur. Je vous avoue que je les trouvais vraiment adorable. Bien assortis également ! On saisissait que le couple était heureux. D’une certaine façon, leurs rapports n’ont pas vraiment changés, ils ont juste passé à l’étape suivante.

Kyle est un jeune homme plaisant surtout envers Nell. À ses yeux, son futur était elle. La jeune femme était celle qu’il voulait épouser. Il avait tout prévu, sauf une chose ! Un soir, alors qu’un orage lançait son courroux sur la région, un événement bouleversant a eu lieu. Celui-ci a détruit la vie de Nell sans qu’elle puisse faire quoi que ce soit. Ce fût la fin de sa relation avec son premier grand amour. J’étais vraiment dévasté quand j’ai lu ce moment. Des larmes ont coulées. J’étais aussi en colère quand j’ai lu cette affreuse conclusion.

La deuxième partie n’est pas aussi plaisante. Un nouveau personnage marque son entrée en scène. Colton, le frère aine de Kyle. Il faut dire qu’il n’a pas eu belle vie. Rejeté par sa famille, Colton décide de partir. Afin de survivre dans la rue, il prend la décision de faire partie d’un gang. Se battre deviendra son revenu. Deux ans plus tard, Colton retrouve Nell à New-York. Leur rencontre est instantanée. Leur alchimie est toujours autant présente qu’à l’époque.

L’auteure m’a carrément emporté dans un tourbillon. Jasinda Wilder fait souffrir ses protagonistes afin que nous sachions ce qu’ils ressentent. Sans compter que l’écrivaine nous offre un échange de point de vue. En ce qui concerne les scènes de sexe, elles sont très présentes. De plus, ces moments d’amour sont précis et bien rédigés. Malgré cela, la conclusion de cette histoire est allée un peu trop vite.

Je remercie Christine des éditions Michel Lafon Canada pour ce service presse !

#Sara

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s