Chronique sur Crack & Love écrit par Lety MT

Crack & Love

Note : 13/10

« Je remonte dans ma voiture quand je me rappelle qu’Ashton doit m’attendre à notre point de rendez-vous. Je ressors la carte qu’il m’avait donnée lors de notre première rencontre. J’avais pris l’habitude de la garder toujours sur moi au cas où. Et j’ai eu raison. Je m’arrête dans un taxi phone et l’appelle.
– Ashton Curtis, j’écoute.
Sa voix est sexy même quand il ne le fait pas exprès. Je mets du temps avant de parler. Parce que je sais que ce sont les derniers mots que nous échangerons.
– Ashton, c’est Pêche, je…
– Où es-tu ? Je me fais du souci, je t’attends depuis une heure.
– Je… je ne viendrai pas, Ash. Je ne peux pas et je ne le pourrai plus. Je suis désolée.

J’ai bien conscience que ça ne veut rien dire, mais cet échange me fait tellement mal que je n’arrive pas à formuler une phrase sensée. Je savais que je n’aurai pas dû le rappeler. Maintenant, je lui brise le cœur et fissure un peu plus le mien.
– Quoi ? Attends, Gisèle, qu’est-ce que tu me fais, là ? Je ne peux pas accepter ça. Rejoins-moi, s’il te plaît, qu’on discute…
Je sens qu’il panique et que finalement il tient à moi. Il est vrai que je l’avais compris à sa façon de faire, mais l’entendre est différent. Je n’aurais jamais dû le rappeler après le marché. Je savais que je lui ferais du mal, mais il me plaît tellement. Au premier contact, au marché, j’ai su que cet homme me bouleverserait et que je devais me tenir loin de lui.
– Je suis désolée, Ashton, je te laisse. Je t’aime.
Ma révélation le laisse sans voix. Moi aussi. Je raccroche. Je m’aperçois que ces mots sont sortis sans que je contrôle quoi que ce soit. Inconsciemment, je le savais, mais le sortir maintenant rend cette séparation encore plus douloureuse. Je ne prononce jamais ces mots. Pourquoi maintenant ? Encore quelque chose que je ferai payer à Alejandro.
Je prends le volant. Une larme de haine s’échappe et roule sur ma joue. Je me lance à toute vitesse sur l’autoroute en direction du Mexique. Probablement en direction de mon cercueil. Ce qui est certain, c’est que nous serons deux. »

Gisèle & Ashton

Résumé : « Gisèle est une femme au caractère dur et dominateur. La vie ne l’a pas épargnée. Pour se construire, elle doit tremper dans de sales affaires. Sa vie chaotique est bouleversée par un homme de la haute société, Ashton Curtis. Ce P. D.G., dont l’enfance s’est déroulée dans une petite bulle d’or, n’a jamais trouvé chaussure à son pied et a des critères exigeants en matière de femmes. Jusqu’à ce qu’il croise le chemin de Gisèle, Ashton pense être un homme de poigne, mais cette dernière est plus forte et plus attirante que les autres. Entre le sexe, l’amour, le danger et les affaires, il va falloir faire des choix et en assumer les conséquences. Est- ce une relation temporaire ? Le grand amour ? Les deux ? À vous de le découvrir… »

Mon Avis

Un roman dont je ne me lasserai jamais. Un livre que je pourrai lire des heures et des heures. Un récit que je pourrai recommencer un nombre incalculable de fois.

L’histoire est de toute beauté, je suis tombé amoureuse des personnages dès les premières lignes. J’avoue que c’est également l’originalité des thèmes qui m’a attirée.

Un peu de changement ne fait de mal à personne, vous ne trouvez pas ? Sans compter que les héros sont absolument fascinants à lire.

Tout commence lorsqu’Ashton Curtis met la main sur un énorme contrat de construction au Mexique. Après la signature de la clause, il prend la décision d’aller se balader au marché, c’est à ce moment qu’il se fait déconcerter par une attrayante jeune femme aussi savoureuse qu’une pêche. À première vue, sa physionomie angélique magnétise instantanément Ashton. Suite à cela, le lendemain, le bel Apollon reçoit un coup de téléphone de sa douce inconnue qui l’informe qu’elle est parée pour une nouvelle fréquentation.

Ashton Curtis est un homme d’affaire qui réussit bien dans la vie. Multimillionnaire, il fait fortune grâce aux gros contrats de manufacture qu’il parvient à dénicher. Un homme sans histoire, il empile les exploits d’une nuit. Cependant, sa perception du monde changera quand il posera les yeux sur la splendide mexicaine. Est-ce un simple coup d’un soir ? Ou le début d’une extraordinaire histoire d’amour ? La plus magnifique des jeunes femmes lui apprendra ce que signifie le mot « amour ». Ayant beaucoup d’affection à donner, il chérit le rêve d’avoir des enfants.

Gisèle est une femme qui n’a pas du tout été épargnée par le destin. Forte de caractère, elle n’hésite pas dominer les autres et à montrer qui est le patron. Gisèle fait trempette dans le trafic de drogue afin de gagner sa vie. Malgré cela, un beau jour, elle tombe sous le charme d’un charmant bourgeois et le rappelle le lendemain de leur rencontre. La plus grosse erreur de son existence, car en effet, puisque Gisèle pratique un métier risqué, elle risquerait de le mettre en danger. L’autonomie dont elle démontre, fait d’elle une femme indépendante. Personne ne dicte sa conduite. Gisèle décide de prendre du bon temps avec Ashton. Les modalités du jeu ? Pas d’attachement et aucune émotion affectueuse… que du sexe. Dû à un traumatisme lie à son enfance, elle est devenue plus dangereuse et aventureuse.

Leur confrontation est instantanée, le parfait coup de foudre ! Ils ont tout les deux des visions différentes de la vie. Un roman qui m’a donné des papillons dans le ventre et des étoiles dans les yeux.

En ce qui concerne la plume de l’auteure, j’ai été charmée dès les premières pages. L’intrigue est immédiate, on rentre très vite dans le cœur de l’action. Aucun ennui. Lety décrit parfaitement et sans longueur ses personnages et les lieux où l’histoire se déroule. Quand je lisais, je ne voyais pas le temps filer. Cependant, quand la conclusion du premier tome est arrivée, je vous avoue que j’étais en colère. Pourquoi ? Parce que je n’avais pas la suite entre mes mains. Je suis littéralement tombée de ma chaise quand je lisais la finale.

Finalement, j’ai ADORÉE cette histoire. Elle frappe vigoureusement grâce à son originalité. L’écrivaine m’a transportée du début jusqu’à la fin. Honnêtement, je n’hésiterai pas un seul instant à lire le second opus. Une lecture sensuelle et gracieuse à lire. Sans compter que le récit se lit très bien, les phrases fusent facilement telle une cascade d’eau.

COUP DE CŒUR POUR CRACK & LOVE !

#Sara

Je remercie Evidence Editions et Lety MT pour ce service presse et leur confiance !

Publicités

Chronique sur Les Contes Interdits : Hansel et Gretel écrit par Yvan Godbout

Hansel et Gretel

Note : 9/10

« D’un geste désespéré, il s’agrippe au col romain du prêtre, qu’il parvient à arracher. Ses doigts s’accrochent à la chemise noire. Le col romain voltige, des boutons s’arrachent. L’éclat d’un bijou, jusque-là camoufle, brille dans les ténèbres environnantes. Les yeux de Jeannot s’agrandissent d’effroi. Son corps tout entier s’immobilise, s’abandonne. Il se rappelle les histoires de son arrière-grand-mère Anna. Il a vu des films d’épouvantes, en cachette de sa mère. Il connait ce signe qui éloignera Dieu, même dans sa propre maison. Mais il se souvient surtout du message de la petite fille aux allumettes. « Le pire est à venir, les enfants. Soyez forts, très forts, et ne vous séparez jamais. Jamais. Même si le diable lui-même tente de le provoquer par tous les moyens. »

Ce diable, il le sait maintenant, les a trouvés.

Car là, au bout de la chaîne du prêtre dont le rire démentiel emplit l’air et l’espace, il y a une croix. Une croix en argent incrustée de diamants aussi sombres que l’homme qui la porte, et aussi noirs que celui qu’elle représente. Une croix inusitée. Une croix inversée.

La croix du diable. »

Résumé : « Une mère désespérée surprenant l’innommable dans le quatre pièces et demie miteux qu’elle partage avec son salaud et leur couple de jumeaux.

Un frère et une sœur télépathes ayant sauvagement perdu leur innocence, avidement convoités par les serviteurs de Satan.

Une adolescente rebelle à l’enfance éclatée servant de guide dans une métropole abritant anges et démons.

Un prêtre et une sorcière cherchant à accomplir la plus ancienne des prophéties du Necronomicon.

Deux enfants comprenant que, si Dieu est une pure invention humaine permettant de vivre d’espoir, le diable lui, existe bel et bien. »

Mon Avis

Quand j’ai su que quatre auteurs québécois allaient réitérer quelques contes pour les transformer en une version plus macabre, je me suis dit, allez pourquoi pas ?! Je suis une fille qui adore les films d’épouvante, sans compter que je n’ai pas peur de la noirceur qu’engendrent ces histoires. Au contraire, je trouve ça plutôt stimulant, cela me permet de les voir d’un nouvel œil.

Je vous avoue, qu’aujourd’hui, il n’y a pas beaucoup d’écrivains et écrivaines qui se laissent tenter par ce genre littéraire. Alors, imaginez ma joie, quand j’ai reçu les quatre romans.

Petite, Hansel et Gretel n’était pas un conte que je lisais beaucoup. Je connaissais déjà les bases de ce récit, je croyais avoir tout vu et pourtant… D’une certaine façon, c’est pour ça que j’ai pris la décision de lire Hansel et Gretel.

À travers son écriture, Yvan Godbout réussi à nous donner la chair de poule du début jusqu’à la fin. L’histoire est absolument bien détaillée. Sans compter que les personnages ne sont carrément pas épargnés par la vie.

Jeannot et Margot vivent avec leur mère et leur beau-père dans un logement pitoyable à quatre pièces. Alice, la mère des enfants, œuvrent dur afin de subvenir aux besoins de ses petits. Par conséquent, il lui arrive de rentrer très tard le soir. Cependant, alors qu’elle revenait du travail, Alice découvre un événement sinistre. C’est à partir de ce moment que la vie de Jeannot et Margot sera bouleversée.  Les enfants sont désespérément à la recherche de leur mère qui a disparu de la circulation. En cours de route, ils feront la connaissance de Cassandre, une adolescente rebelle qui n’a pas été épargné par le destin. Sans compter, qu’ils se feront violentés, surtout Margot,  par un groupe sataniste. Cette collectivité n’a qu’un objectif : ressusciter leur Dieu. Un enfer que les deux enfants devront affronter afin de rester en vie.

La plume de l’auteur est assez fluide. Je n’ai pas du tout été déçu. De plus, j’ai vraiment aimé l’ambiance qui régnait dans ce roman. Très ténébreux. L’intrigue est présente dès les premières lignes. Tout en lisant, j’avais l’impression d’être au cinéma en train de voir ce que je lisais, c’était vraiment génial. Honnêtement, quand j’ai lu que le sataniste ferait partie des sujets abordés… Je ne vous cache pas que ça me faisait un peu peur ! De nombreux autres thèmes entrent en ligne de compte entre autre l’inceste, la pédophilie, le viol, les sacrifices humains et le meurtre. Des idées qui me feront des cauchemars jusqu’à la fin de mes jours.

Je remercie les éditions Ada pour ce service presse !

#Sara

Concours Flash

Comme promis, je vous offre le concours spécial Grippe-Sous !

Afin que votre participation soit prise en compte, vous devez :

🎈Aimer la page The Reading Passion

🎈Commenter ( avec politesse ) en disant que vous participez

🎈Partager la publication

🎈Inviter au moins une personne à se joindre à vous

Vous avez jusqu’au 23 Septembre à 12h ( heure du Québec) pour tenter votre chance !

Je souhaite bonne chance à tous et n’oubliez… Ne parlez pas au inconnu, surtout si celui-ci ressemble à un clown 😂

#Sara

Chronique sur Wonderland de Jennifer Hillier

Wonderland

Note : 9/10

« Sur les pages Facebook et Twitter de Blake Dozier, il y avait plus d’un millier de commentaires. D’abord admiratifs de son selfie, ils étaient devenus compatissants après l’annonce de sa disparition. Une rafale de messages du style : « Blake, fais pas le con » et « Blake, reviens » remplissait le fil d’actualité.

À peine quelques heures plus tard, leur ton était devenu beaucoup plus virulent. Un internaute suggérait que Blake n’avait pas été enlevé et avait organisé cette mise en scène pour donner plus d’impact à sa photo. Un autre, qui l’avait soi-disant connu au lycée, l’accusait d’être un sale con qui l’avait harcelé ; il ne serait pas étonné qu’on le retrouve mort dans un fossé à la suite d’une mauvaise rencontre. Un troisième, qui pratiquait lui aussi la varappe, affirmait qu’il n’avait pas le droit de se prétendre grimpeur en solo puisque la roue ne mesurait que quarante-cinq mètres de haut.

C’était ça, les réseaux sociaux : une minute, tout le monde t’aime et te couvre d’éloges ; la suivante, on te fait la morale en te traitant de tous les noms. Oscar espérait que le père de Blake Dozier ne lisait pas ces propos répugnants. »

Résumé : « Vanessa Castro pensait avoir fait le choix de la tranquillité en rejoignant les forces de police de Seaside, sur la côte ouest des États-Unis. 
Mais quand des employés du parc d’attraction qui fait la fierté de la ville, Wonderland, disparaissent les uns après les autres, elle comprend que le parc est loin d’avoir livré tous ses secrets. 
Et qu’elle a peut-être jeté sa propre famille dans un piège diabolique. Car à Wonderland, les attractions peuvent être véritablement mortelles. »

Mon Avis

Avant même que je commence l’histoire, je savais que ce roman me plairait. Vous avez vu cette page couverture ? Elle pourrait presque convenir pour les récits de Stephen King. Elle est bizarre et flippante, ça je vous l’accorde.

Bienvenue à Seaside, une petite ville côtière situé sur la côte ouest des États-Unis. Le parc d’attraction Wonderland est ce qui fait la fierté des habitants. Un lieu où la tranquillité règne. C’est l’endroit parfait pour les familles, celui-ci leur permet de se relâcher et de se divertir. L’avantage ? De nombreux touristes font la route pour venir admirer le plus grand parc d’attraction. Grâce au tourisme, l’économie ne cesse pas d’augmenter.

Cependant, ce mystérieux jardin de divertissement dissimule quelques squelettes dans son placard !

Dans ce roman, nous découvrons Vanessa Castro, veuve et mère de deux garnements. Afin de prendre un nouvel envol, elle prend la décision de déménager de Seattle pour aller vivre à Seaside. Aujourd’hui, résultante à de terribles aventures, Vanessa Castro se retrouve véhiculer à la police de Seaside. Dès son arrivée au poste, sa présence laisse à désirer. En effet, les officiers auraient privilégié quelqu’un qui connaît la petite ville sur le bout de ses doigts. N’ayant pas le temps d’assimiler cette réception austère, Vanessa fonce sur le lieu du crime qui n’est autre que le parc d’attraction Wonderland. Qu’est-ce que vous croyez que les policiers ont découverts ? Évidemment, un cadavre.

Du début à la fin, on réfléchit sur l’identité du tueur. L’auteure nous laissait également certaines pistes. Malgré cela, ce n’était pas du tout facile de trouver le meurtrier.

Sans compter que la narration est racontée par plusieurs personnages. Je vous avoue que ça ne me plaisait pas vraiment, mais j’ai quand même continuer, car je voulais avoir le fin mot de cette histoire.

La plume de l’auteure est assez fluide. Je me suis bien amusé à essayer de déchiffrer ce casse-tête. Vous saviez que Jennifer Hillier était une admiratrice de Stephen King ? En ce qui me concerne, c’était un petit plus, parce que d’une certaine façon, j’ai trouvé que l’œuvre ressemblait à Joyland et Ça.

En s’inspirant du maître de l’épouvante, l’écrivaine a créé son propre monde littéraire avec une touche de réalité. Selon moi, l’auteure est allée faire des recherches et avec ce qu’elle a trouvé, Jennifer a laissé son imagination créer un univers tout a fait à la hauteur.

Ce n’est pas un coup de cœur, mais j’ai aimé cette lecture. Je vous conseille ce roman, une histoire intrigante qui pourrait vous donnez quelques sueurs froides.

#Sara

Je remercie les Éditions Hugo New Romance Québec pour ce service presse !

Chronique sur Si seulement j’avais su écrit par Céline Musmeaux

Si seulement j'avais su

Note : 13/10

« – Tout ce que je fais, c’est pour toi, Marion.

Mes prunelles se relèvent timidement vers lui. Ses doigts glissent le long de mon visage.

– Tu es précieuse.

Je le reprends tout bas.

– Précieuse en quoi ?

Il appose un baiser sur ma pommette.

– De tellement de manière à mes yeux. Tu es un élément aussi vital que l’oxygène à ma vie. C’est arrivé comme ça. Te regarder m’a rendu accro à ton joli sourire.

Je rougis.

– Arrête…

Il touche mes cheveux en insistant.

– Je ne mens pas. Pourquoi crois-tu que je te traite comme une princesse ?

Je remue la tête.

– Je n’ai pas demandé ça.

Anthony sourit.

– Tu n’as rien à me réclamer. Tout ce que je suis t’est dû. Le destin nous a réunis dans ce but. Cela ne pouvait être que toi et moi…

Je l’embrasse mollement pour le récompenser d’être aussi romantique. Puis je le suis dans ses niaiseries.

– Tu es mon chevalier en armure. Tu as débarqué avec tes grands sabots, et tu as bousculé mon existence. Sans toi, j’ai l’impression de n’être rien…

Il me répond.

– Pour moi, tu es tout.

Il poursuit sur ce qui l’intéresse.

– Tu n’es pas sale, Marion.

Je tremble à cette affirmation.

– Je le suis…

Anthony conteste.

– Non, tu n’es pas impure, car tu m’appartiens.

Je rate plusieurs battements de cœur lorsqu’il m’embrasse progressivement pour intensifier ce baiser. Il me confirme alors sa vision des choses.

– Je purifierai chaque partie de ton être de mes mains ou de mes lèvres quand le moment sera venu pour nous d’unir nos corps et nos âmes.

Pantelante, je gémis.

– Suis-je la seule à qui tu susurres de si belles choses ?

Il ricane.

– Encore heureux ? Qui d’autre que toi m’écouterait sans me rire au nez ?

Je pouffe à cette déclaration stupide.

– N’importe quelle fille tomberait amoureuse de tes mots.

Anthony me souffle.

– Je n’en ai besoin que d’une seule, et c’est toi que je désire. »

Marion & Anthony

Résumé : « À bientôt dix-huit ans, Marion est plutôt discrète. Accrochée à ses amies, elle suit le mouvement et n’est jamais la première à parler.
Pourtant, un matin son univers s’effondre. En allumant son téléphone, elle reçoit de nombreuses notifications l’informant que sa vie ne sera plus tout à fait la même en arrivant au lycée.
Dans son esprit, tout va très vite. Elle a beau chercher les raisons de son exclusion brutale, elle ne se trouve aucune faute.
Cependant, la rumeur est là. Marion aurait trahi ses amies en dévoilant leurs pires secrets.
Commence alors sa descente aux enfers. Méprisée, rejetée, l’adolescente est approchée par l’être le plus improbable, Anthony Riel. Faiseur de réputations, il décide de la protéger et de prouver son innocence.
Seulement, ses intentions sont-elles aussi pures qu’il semble l’annoncer ? »

Mon Avis

Comment je peux vous décrire ce que j’ai ressenti en lisant « Si seulement j’avais su ». Cette question reste pour moi une énigme.

Décidément, Céline Musmeaux fait partie de mes auteur(e)s français(es) préféré(e)s. Elle a un don naturel pour l’écriture. Ce mois-ci, les thèmes abordés sont très rationalistes et touchants. Encore aujourd’hui, dans le milieu scolaire, personne ne sait quand ces sujets détruiront la vie d’un(e) jeune étudiant(e).

Dans cette œuvre, il est question principalement d’harcèlement scolaire. Ce modèle de calamité peut carrément exterminer la vie et la réputation d’une personne. Par conséquent, afin de ne plus entendre ces mauvaises langues, un individu peut décider d’opter pour la facilitée : le suicide. On peut tous d’une certaine façon comprendre ce que Marion et Anthony traversent. Honnêtement, ce couple m’a énormément affecté.

On ne peut que s’attacher au couple.

Marion est une jeune femme de dix-sept ans avec un caractère assez réservé. Une lycéenne conformément typique. Gentille et sociable, elle s’entend bien avec tout le monde. En groupe, dû à sa timidité, Marion coïncide parfaitement avec le modèle de la suiveuse. Pour la jeune femme, voilà comment se déroule sa vie. Cependant, suite à une rumeur lancée sur les réseaux sociaux, Marion devient la cible de toute l’école. En effet, il semblerait que la jeune adulte ait dévoilée les secrets de ses deux meilleures amies. À partir de ce moment, l’existence de Marion se retrouve engloutie dans le chaos. Seule et vulnérable, elle ne sait plus vers qui se tourner. Sans compter que Marion se fera brutalisée et insultée par ses anciens camarades de classe. Malgré cela, elle fait la rencontre du garçon le plus populaire de l’institution, Anthony Riel. D’abord méfiante, Marion se laissera peu à peu charmer par les belles paroles du bad boy. Et si cette rencontre n’était pas le fruit du hasard ? Peut-elle lui faire confiance ?

Anthony Riel est un mauvais garçon que toutes les filles désirent. Ils sont complètement différents et pourtant… On dit que les contraires s’attirent, n’est-ce pas ? En réalité, Anthony se cache derrière cette façade pour ne pas montrer sa véritable personnalité. Avec Marion, il est plutôt attentionné, gentil et à l’écoute de sa copine. Il possède un cœur tendre qui ne bat que pour la femme qu’il aime. De plus, il n’hésite pas à la défendre avec ses poings quand il le faut. Va-t-il réellement tomber amoureux de Marion ou est-ce seulement un piège pour l’attirer dans son lit ?

Au fil des pages, on découvre une nouvelle version de Marion, une femme vigoureuse qui n’hésite pas à sortir les griffes quand la situation s’impose. Abasourdie par son récent changement d’attitude, elle ne comprend pas vraiment ce qu’il lui arrive. Néanmoins, Marion saisit que c’est grâce à Anthony, il l’a complètement transformé en tigresse.

Encore une fois, l’écrivaine m’a carrément séduite du début jusqu’à la fin. Honnêtement,  j’ai beaucoup de chance de lire des histoires aussi spectaculaires. Sa plume est toujours aussi chatoyante et légère. Dès que nous sommes dans l’histoire, tout ce qui nous intéresse, c’est de savoir la suite. On s’attache facilement à Marion et Anthony et on se peut que s’identifier à ces jeunes. En ce qui me concerne, j’avais profondément l’impression de souffrir avec eux. Je suis passé par une bourrasque d’émotions allant jusqu’à la colère à la peur. Par ailleurs, nous pouvions pratiquement percevoir l’amour qu’ils avaient l’un pour l’autre. Vous remarquerez également que chaque livre détient sa particularité. C’est ce que j’aime chez l’auteure, à travers ses romans, elle sensibilise le lecteur ou la lectrice avec diverses idées.

Finalement, je termine en disant que le récit de « Si seulement j’avais su » reste pour moi, un COUP DE FOUDRE.

#Sara

Chronique sur Alberta Road tome 1 : Le jour où tu es revenu écrit par Mychele S.

Alberta Road tome 1

Note : 13/10

« – Je t’interdis de t’éloigner à nouveau de moi, souffle-t-elle en mordant légèrement la peau de mon cou.

J’étouffe un grognement et la soulève de nouveau pour la remettre sur ses pieds. Ses doigts agrippent fermement ma main et elle m’entraîne dans l’escalier, jusqu’à ma chambre. Styx et les autres devront attendre leur ration ce soir…

Une fois dans la pièce, Becca se tourne vers moi et, dans la faible lumière de la pièce, elle déboutonne lentement ma chemise, un bouton à la fois, un baiser après l’autre. De ses lèvres, elle suit le tracé de ses doigts sur mon torse. Je frissonne sous leur contact. Mon vêtement atterrit finalement à mes pieds, tandis que je lui retire son tee-shirt et je l’embrasse de nouveau en la faisant reculer vers le lit. Ses genoux cèdent en rencontrant le matelas. Quand elle se laisse tomber en arrière, je la suis dans sa chute, l’entourant de mes bras. Je dépose une traînée de baiser sur ses épaules, puis lui retire son soutien-gorge alors qu’un nouveau soupir lui échappe. Ce son fait vibrer mon corps contre le sien et j’embrasse sa poitrine, la vénérant de tout mon être.

Becca passe ses mains entre nous pour défaire mon ceinturon. Je l’aide dans sa tâche et la débarrasse par la même occasion de ses derniers vêtements. Elle me tend la main et m’attire de nouveau à elle, pour de bon cette fois.

Emportés par le désir, étouffés par nos soupirs, nos corps ne font plus qu’un.

Comme autrefois…

Enfin ! »

Will & Becca

Résumé : « Becca mène un quotidien très simple sur le ranch de son père, où elle entraîne des chevaux que les gens lui confient. Elle tente de garder les ombres du passé derrière elle.

Quand le pick-up de son ancien amour fait son apparition dans la cour, c’est toute cette apparente tranquillité qui vole en éclat.

Avec le retour de Will, parti sans explications cinq ans plus tôt, Becca remet toute son existence en question.

Laissera-t-elle la rancune, les doutes et les secrets la séparer de l’homme qui fait toujours battre son cœur, ou acceptera-t-elle de lui donner cette seconde chance qu’il semble être venu chercher ?

Pour cela, Becca devra lui avouer la vérité sur le drame qu’elle a vécu après son départ… »

Mon Avis

Avant de commencer ma chronique, je tenais à remercier l’auteure pour m’avoir accordé sa confiance. En toute franchise, je ne regrette absolument pas d’avoir lu cette charmante histoire. « Alberta Road : Le jour où tu es revenu » est le premier tome d’une touchante histoire qui promet des émotions en s’en perdre soi-même. Honnêtement, je vous la suggère fortement.

C’est également un récit qui vous remonte le moral, car en effet, il vous pousse à croire à ce sentiment amoureux qui unit deux personnes. Quand on aime quelqu’un… c’est éternel !

Becca et Will en sont un parfait exemple. Après cinq ans de séparation, ils sont toujours autant amoureux l’un de l’autre qu’au premier jour.

Becca est une jeune femme âgée de vingt-six ans. Une vraie cowgirl dans l’âme ! Sa responsabilité est évidemment d’entraîner les chevaux et de s’occuper du ranch de son père. Elle est la fille qui murmure à l’oreille des chevaux. C’est aussi une femme très déterminée qui n’abandonne pas facilement. Cinq ans avant, Becca vivait le parfait bonheur avec Will Thompson. Puis sans prévenir, elle voit son univers s’affaisser quand elle apprend que Will a pris la décision de déserter de sa vie. Au fil des années, la jeune femme réussit peu à peu à se ragaillardir. Tout doucement, Becca se remet de la disparition de Will. Quelques années plus tard, Will revient au ranch en compagnie de ses meilleurs amis, Cole et Joshua. Dès que Becca pose les yeux sur son ancien amant, elle ne peut pas s’empêcher d’être en colère. Quelles sont les raisons de son retour ? Sans compter que Becca ne peut pas s’éviter de penser à la raison de son départ. Comment pourrait-elle l’affronter sans se trahir elle-même ? Devrait-elle lui accorder son pardon et lui donner une seconde chance ?

Le manuscrit est écrit des deux côtés, celui de Will et de Becca. Pour ma part, c’est un petit plus. Pourquoi ? Évidemment, c’était plus facile de comprendre les intentions de Will face à son départ. En ce qui concerne Becca, on remarque qu’elle est très en colère contre lui.  Toutefois, la jeune femme cache sa douleur et ses sentiments derrière cette exaspération, car elle ne veut plus souffrir. Pour Becca, la seule option qui s’offre à elle… est le rejet.

L’écrivaine décrit avec attention tous les détails du roman. L’imagination entre en contact avec les petits détails qui caractérisent « Alberta Road : Le jour où tu es revenu ». Sans compter le paysage de l’Alberta, il est si facile de se laisser aller à l’ambiance.

Les autres interlocuteurs sont tout aussi important que nos deux héros. Ils ajoutent une certaine légèreté à l’histoire. Quoi de mieux qu’une belle couche d’humour pour détendre l’atmosphère.

De plus, la fluidité est présente tout au long du roman. L’ennui n’était pas au programme, au contraire, je me suis bien amusé.

Finalement, je vous conseille de vous précipiter sur le roman dès sa sortie !

#Sara

Chronique sur Te Succomber de Jasinda Wilder

Te Succomber

Note : 9/10

« Je suis un connard sans vergogne. Je le sais, parce que seul un connard sans vergogne contournerait le comptoir pour la regarder dans sa chambre. Et c’est exactement ce que je fais. Elle porte un soutien-gorge assorti à sa culotte, rose à pois noirs. Elle me tourne le dos, son petit cul ferme et bombé si parfait dans sa culotte boxer. Oh mon Dieu, oh mon Dieu. Elle sent ma présence et se tord le cou pour me fixer.

– T’es un connard.

– T’aurais dû fermer la porte.

– Je t’ai dit de partir.

Elle ouvre un tiroir, prend un jean et l’enfile.

Regarder une fille s’habiller, c’est presque aussi excitant que de la voir se déshabiller.

– Mais je ne l’ai pas fait et tu le savais.

– Je ne pensais pas que tu me materais sans aucun scrupule. Putain de pervers.

Je lui souris. Il a un nom, ce sourire. Mes potes l’appellent : le sourire qui fait tomber les culottes.

– Je ne suis pas un pervers. Juste un amateur d’art. »

Nell & Colton

Résumé : « À dix-huit ans, Nell est inconsolable. Kyle, à la fois son meilleur ami et l’amour de sa vie, meurt accidentellement. Elle sombre dans un chagrin fou dont personne ne semble pouvoir la tirer. Deux ans plus tard, la jeune femme croise le chemin de l’insaisissable Colton, le frère aîné de Kyle. La douleur est toujours vive, mais une irrésistible pulsion l’attire vers lui. Passion ? Fureur de vivre ? Un lien unique les unit et les consume au plus profond d’eux-mêmes. Colton pourra-t-il redonner à Nell le goût d’aimer ? »

Mon Avis

Je vous avoue que l’histoire mériterait une meilleure couverture. Le revêtement est un peu trop gris et insipide à mon goût.  Par chance, le contexte et les personnages sont présents pour rattraper ce léger détail.

En ce qui concerne l’histoire, elle m’a énormément plu. Ce que j’avais entre les mains était un vrai petit bijou. C’est un roman où les émotions se succèdent. Dès que le lecteur ou la lectrice reprend son souffle, un nouveau dénouement arrive pour basculer cet équilibre.

Des personnages attachants, mais à la fois poignants. Le désespoir de Nell face à la perte de Kyle, son premier amour, m’a donné les larmes aux yeux. Et si le destin lui offrait une deuxième chance de retomber amoureuse ?

Dans la première partie du récit, on se confronte à Nell et Kyle, deux amis qui se connaissent depuis l’enfance. Progressivement, leur complicité amicale évoluera pour devenir une relation amoureuse. Ensemble, ils vivent le parfait bonheur. Je vous avoue que je les trouvais vraiment adorable. Bien assortis également ! On saisissait que le couple était heureux. D’une certaine façon, leurs rapports n’ont pas vraiment changés, ils ont juste passé à l’étape suivante.

Kyle est un jeune homme plaisant surtout envers Nell. À ses yeux, son futur était elle. La jeune femme était celle qu’il voulait épouser. Il avait tout prévu, sauf une chose ! Un soir, alors qu’un orage lançait son courroux sur la région, un événement bouleversant a eu lieu. Celui-ci a détruit la vie de Nell sans qu’elle puisse faire quoi que ce soit. Ce fût la fin de sa relation avec son premier grand amour. J’étais vraiment dévasté quand j’ai lu ce moment. Des larmes ont coulées. J’étais aussi en colère quand j’ai lu cette affreuse conclusion.

La deuxième partie n’est pas aussi plaisante. Un nouveau personnage marque son entrée en scène. Colton, le frère aine de Kyle. Il faut dire qu’il n’a pas eu belle vie. Rejeté par sa famille, Colton décide de partir. Afin de survivre dans la rue, il prend la décision de faire partie d’un gang. Se battre deviendra son revenu. Deux ans plus tard, Colton retrouve Nell à New-York. Leur rencontre est instantanée. Leur alchimie est toujours autant présente qu’à l’époque.

L’auteure m’a carrément emporté dans un tourbillon. Jasinda Wilder fait souffrir ses protagonistes afin que nous sachions ce qu’ils ressentent. Sans compter que l’écrivaine nous offre un échange de point de vue. En ce qui concerne les scènes de sexe, elles sont très présentes. De plus, ces moments d’amour sont précis et bien rédigés. Malgré cela, la conclusion de cette histoire est allée un peu trop vite.

Je remercie Christine des éditions Michel Lafon Canada pour ce service presse !

#Sara

Chronique sur Le sexy défi de Lou Lafleur écrit par Sarah Lalonde

Le sexy défi de Lou Lafleur

Note : 8/10

« Je me sors de ma position du désespoir. Me lève de mon lit. Consulte le calendrier bébés-chats-mignons au-dessus de mon bureau. À partir de la date d’aujourd’hui, je compte le nombre exact de jours qu’il reste avant mon anniversaire. L’anniversaire de mes seize ans. Quarante-cinq jours. Exactement quarante-cinq jours. Presque un mois et demi.

Déterminée, fière et droite, je me place devant mon miroir et me fixe dans le blanc des yeux en me disant à haute voix : « Presque un mois et demi avant d’avoir seize ans. Presque un mois et demi pour changer mon statut de vierge à plus-vierge. » Je m’en fais la promesse de moi à moi. Tout un défi à relever. Envoye, Lou Lafleur, déguédine ! »

Lou

Résumé : « Lou Lafleur est une adolescente dynamique, dégourdie, fonceuse et passionnée par le journaliste d’enquêtes. Elle mène une vie somme toute paisible jusqu’au jour où un reportage à la télé lui apprend que l’âge moyen d’une première relation sexuelle, chez les jeunes québécoises, est de 15 ans. Lou est abasourdie : elle aura 16 ans dans moins de deux mois et elle n’a jamais fait l’amour. Pas question d’être considérée comme une  » attardée sexuelle  » et devenir la risée de tous. Les efforts que la jeune fille déploiera pour pallier ce qu’elle croie être une épouvantable lacune la conduira à découvrir qu’une première relation sexuelle est beaucoup plus importante qu’un ensemble de statistiques. »

Mon Avis

Quand j’ai commencé l’histoire, j’ai cru que le sujet serait pris avec indifférence. Vous savez avec des jugements et une morale qui aborde de manière inquisitoire les premières relations sexuelles. Au contraire, ce roman apporte des informations pertinentes pour les jeunes adolescent(e)s qui voudraient en savoir un peu plus sur ce thème.

Lou est une jeune fille de quinze ans, passionnée par le journalisme. En effet, elle adore écouter les actualités qui passent à la télévision. Cependant, son équilibre va être bouleverser quand elle apprend par le biais d’une statistique que la période moyenne pour les premiers rapports sexuels chez les jeunes adolescentes sont de quinze ans. Malheur ! Lou aura seize ans dans presque un mois et demi. Afin d’être dans les règles de l’art, elle prend la décision de coucher avec un gars avant son seizième anniversaire. Pour Lou, c’est un véritable défi, car c’est une fille qui a été élevé par des parents strictes. Pour ce faire, elle devra s’adapter à la situation. De plus, pour paraître moins coincée, la jeune fille fera de nombreuses explorations et se renseignera sur la matière. En cours de route, Lou devra apprendre à se respecter elle-même. Sans compter que plus le roman défile et plus l’adolescente se rend compte que le sexe n’est pas une priorité.

J’ai beaucoup aimé ce personnage parce que c’est une jeune fille tout à fait pétillante qui dispose d’un intellectuel très aiguisé. Dans quelques passages du récit, le sens de l’humour de Lou m’avait bien fait rire.

En ce qui concerne la plume de l’auteure, elle est simple et fluide. Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman québécois destiné aux jeunes. Sarah Lalonde nous offre une histoire qui décrit le parcours des adolescent(e)s lorsqu’ils font face à leur première relation sexuelle. Divers thèmes de la vie y sont abordés comme la pornographie, le sexe, la virginité, la contraception, les ITS et plus encore. Afin de prendre une décision raisonnable et réfléchi, il est important de se documenter sur ces sujets.

Cette œuvre peut être lu par une fille comme par un garçon. Elle apporte une lecture intéressante pour les deux côtés.

Je remercie Hachette Canada pour ce service presse !

#Sara