Chronique sur 30 jours de Christine d’Abo

30 jours

Note : 9/10

« Au lieu du sourire charmeur qu’il arborait lorsque nous nous étions rencontrés à l’extérieur, Harrison avait les sourcils froncés. Tout son corps était tendu.

– Est-ce que vous allez bien ? Je ressortais quand j’ai entendu un cri. J’aurais juré que ça venait de chez vous.

Pas besoin d’un miroir pour savoir que j’étais devenue écarlate. J’avais envie de mourir sur place.

– Oh, oui. Je vais bien. Merci.

– Je sais que vous êtes toute seule ici et j’avais peur qu’il soit arrivé quelque chose. Que quelqu’un soit entré…

Il me dévisage pendant quelques instants. Je n’avais pas le moindre doute sur ce qu’il voyait : un visage rouge, des cheveux emmêlés, à moitié habillée.

Il écarquilla les yeux et entrouvrit les lèvres. Ça y est, il vient de comprendre. Désormais, je serais à jamais la fille-qui-jouit-si-fort-que-tout-le-monde-peut-l’entendre. Génial. Je me demande s’il est encore temps de déménager !

– Oui, donc tout vas bien.

J’appuyai ma main contre ma gorge. Ma peau était toujours tiède au toucher.

– Hum, c’est gênant.

– Désolé.

Il n’avait pas l’air désolé. En fait, il paraissait intrigué.

Étiez-vous dans votre chambre ? J’aimerais bien le savoir, parce que si l’insonorisation est si mauvaise que ça…

– Non !

Seigneur, j’ai envie de mourir.

– Non. L’insonorisation est tout à fait normale. Vous n’avez pas à vous inquiéter.

Plus jamais je ne me masturberais.

– Je vous ai mis mal à l’aise.

Encore une fois, il n’avait pas l’air désolé. Au contraire, j’étais à peu près certaine qu’il trouvait la situation amusante.

– Non, pas du tout. Enfin, peut-être un peu.

Le sol pouvait bien s’ouvrir et m’engloutir tout entière. Pitié.

– Ça… ça fait longtemps. Mari décédé, et tout, et tout. Donc, oui. Je vais bien. Je crois que je vais vous laisser, maintenant. D’accord, merci d’être passé.

Harrison ne répondit pas, mais j’aurais juré avoir aperçu un début de sourire sur son visage avant que la porte ne se referme dans un déclic.

Ma vie ne prenait décidément pas le chemin que j’escomptais. »

Alyssa & Harrison

Résumé : « Certaines personnes cherchent leur âme sœur toute leur vie, mais ce n’est pas le cas d’Alyssa Barrow. Elle a fait la connaissance de Rob à dix-neuf ans et, comme dans un conte de fées, elle croyait que leur couple serait éternel… Jusqu’à ce que son amoureux tombe gravement malade. Son dernier vœu était que sa jeune et superbe épouse n’oublie jamais le bonheur et le plaisir. Il lui a donc légué un cadeau bien particulier, un jeu enflammé qui lui permettra de renouer avec l’ivresse des sens : trente cartes avec des instructions pour trente jours de passion, à utiliser lorsqu’elle se sentirait prête.

Deux ans plus tard, alors qu’elle rencontre son séduisant nouveau voisin, Harrison Kemp, elle estime que le temps est enfin venu… Grâce à ses gestes expérimentés et à la chaleur de ses lèvres sur sa peau, elle renaît peu à peu, accueillant avec délice toutes ces sensations retrouvées. Or, ce qui ne devait être que quelques instants de volupté devient une relation intime et Alyssa réalise qu’elle a laissé la chance à l’amour de frapper une fois de plus à sa porte. Mais à la fin du jeu, un avenir avec Harrison sera-t-il réellement possible ? »

Mon Avis

Vous voulez savoir ce qui m’a donné l’envie de lire ce roman ? Son résumé ! Il est tout à fait alléchant. Une jolie petite tentation qui m’a fait énormément plaisir.

Si vous avez le goût de vous amusez, ce manuscrit est pour vous.

Alyssa est une femme de trente-cinq ans. Son mari, qui était également son amour de jeunesse, est mort suite à un cancer. Cependant, avant de mourir, Rob lui a laissé des consignes à suivre au moment où elle sera prête à tourner la page. Veuve depuis deux ans, Alyssa prend la décision de remettre de l’ordre dans sa vie. Néanmoins, elle appréhende l’idée de rencontrer d’autres hommes.

Lors d’une journée tout à fait normal, Alyssa fait la connaissance de son nouveau voisin. Un homme avec une belle paire de fesse qui pourrait faire craquer n’importe quelle femme. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que sa rencontre avec Harrison Kemp va changer le cours de son existence. C’est également cette même journée qu’elle va se souvenir de ces fameuses cartes.

Alyssa accepte donc de jouer à ce petit jeu afin de laisser parler sa vraie personnalité. Grâce à ces cartes et Harrison, elle va réapprendre à connaître son corps et à se donner du plaisir. Pourtant, le plus important, c’est qu’Alyssa va de nouveau prendre goût à la vie. Au départ, ce qui était une relation purement sexuelle va se transformer en quelque chose de plus solide et sérieux. Tombera-t-elle encore une fois dans les filets de l’amour ?

Le plus comique, c’est qu’il y a un film qui ressemble à cette histoire. Vous savez laquelle ?

La plume de l’auteure est fluide à lire. Malheureusement, il y a eu des moments où j’ai dû relire des passages parce que je ne comprenais pas le sens. De plus, à certains extraits, le fou rire est garanti. En ce qui concerne la narration, celle-ci est du point de vue d’Alyssa, mais je ne peux pas m’empêcher de penser que j’aurais voulu en savoir un peu plus sur le personnage d’Harrison.

Si on me proposait de lire une autre œuvre écrite par Christine d’Abo, je serais ravie de la bouquiner.

Finalement, « 30 jours » est une belle romance érotique entre deux héros qui décide de s’aider mutuellement par le biais des trente cartes coquines. J’ai passé un bon moment en compagnie de ces personnages.

Je remercie Ava des éditions Québec Loisirs pour ce service presse.

Je vous donne le lien de notre partenaire littéraire : http://www.quebecloisirs.com/

Et voici celui sur le roman que j’ai chroniqué : http://www.quebecloisirs.com/erotiques/30-jours-fl00905245.html

#Sara

Publicités

Chronique sur Les peuples oubliés tome 1 de Brigitte Verguet

Les peuples oubliés tome 1

Note : 7/10

« C’est alors qu’Argynis, piqué au vif, s’apprêtait à répondre qu’il n’abandonnerait jamais les siens à leur triste sort, qu’un ivrogne s’approcha de leur table. Grand et gros, le type au visage rouge comme une forge transpirait la bière par tous les pores de sa peau. Il se pencha et éructa à la figure du petit homme :
Eh, le gnome ! Ta tête me donne envie de gerber !
C’en était trop. Le nain, ainsi apostrophé, se leva brusquement, renversant le banc qui lui servait de siège. Debout, il n’était guère plus grand qu’assis, et des rires éclatèrent. Pourtant, il se lança en avant, se servant de son crâne comme d’un bélier, et percuta le provocateur qui alla s’écraser quelques pas plus loin, au beau milieu d’une tablée de quatre bonshommes à l’allure peu avenante. La vaisselle vola, des brocs se brisèrent… et le responsable de cette pagaille fut de nouveau projeté à travers la salle de l’auberge. Très vite, la bagarre devint générale, malgré les appels au calme du patron et les tentatives des soldats de prendre en main la situation.
»

Argynis & Gildwin

Résumé : « Argynis s’est évadé des mines du roi Wilhem, où les elfes croupissent depuis de longues années, dans l’indifférence générale. Sa mission : chercher du secours auprès des elfes libres et du peuple ailé, les Ikoras ― car, d’après une prophétie, une des leurs les sauvera.
Alors qu’il se réfugie dans une auberge, il fait la connaissance de Gildwin. Le nain conte des histoires que les hommes qualifient de légendes, mais dont il affirme la véracité. Ainsi, assure-t-il que les Ikoras ont bel et bien existé, même s’ils ne sont probablement plus de ce monde. Un doute subsiste toutefois, puisque nul ne sait ce qu’est devenue la jeune Eléa. À part, peut-être, Arzhael, le vieil enchanteur qui habite sur la montagne de Glace…
»

Mon Avis

Par quoi devrais-je commencer ?

Avant tout, vous devez savoir que ce roman m’a fait pensé à la trilogie du « Seigneur des anneaux ». D’une certaine façon, c’est un excellent mélange. Si vous aimez le genre fantasy, cette histoire est pour vous. Les personnages sont accrochant, mais pas assez exploités à mon goût. J’aurai aimé avoir un peu plus de description.

Pour son premier manuscrit, l’auteure nous fait découvrir son monde littéraire où les nains et les elfes s’allient au nom de la liberté.

Gildwin est un conteur de légendes qui fait l’objet d’amusement. Au passage, le lilliputien se bute à une personne à capuche. Argynis est un elfe en fuite qui s’est échappé des mines du roi Wilhem. Son objectif ? Libérer son peuple de la méchanceté du roi. Il part donc à la recherche des elfes libres et du peuple ailé afin d’obtenir de l’aide. D’après une prophétie, une des Ikoras les sauvera. Qui est-ce ? Gildwin prend donc la décision de s’associer avec Argynis.

Ensemble, ils vont favoriser une collaboration entre les différentes espèces. La diversité est un fait qui les guette et pourtant, ils ont tous une chose en commun… leur passé !

Le début du roman est un peu long à lire. Malgré cela, l’intrigue se met en place progressivement. La plume de l’auteure est fluide et originale. Ça fait toujours plaisir de bouquiner une histoire qui sort de l’ordinaire. De plus, l’esclavagisme et la soif d’indépendance sont les deux thèmes qui reviennent le plus souvent.

J’ai quand même aimé suivre les aventures de ces deux acolytes. En quelque sorte, ce roman reflète une guerre entre les hommes et les créatures magiques. Sans compter que la narration est racontée par divers personnages.

Comme je l’ai précisé plus haut, j’aurais adoré avoir plus de précisions sur les héros. Selon mon opinion, le rythme de l’histoire avance un peu trop rapidement. Attention, je ne dis pas que le livre est mauvais pour autant ! Néanmoins, je ne manquerais pas de lire la suite pour savoir ce qui va se passer.

Finalement, j’ai passé un bon moment en compagnie de Gildwin et Argynis, même si j’ai eu quelques petits pépins.

Je remercie Hélène des Éditions Ada pour ce service presse !

#Sara

Chronique sur Quand la nuit devient jour de Sophie Jomain

Quand la nuit devient jour

Note : 13/10

« Il me soulève le menton, et quand je le regarde, je me sens si démunie.

– N’avez-vous rien à dire à mon sujet, Dr Peeters ?

Il retire sa main et s’accoude à la table sans me quitter des yeux.

– Au contraire, Camille, j’aurais énormément de choses à dire à votre sujet que la morale de votre famille réprouverait. À propos de votre physique, d’abord, que vous semblez avoir tant de mal à apprécier. Je devine, à travers votre jean, la plus jolie paire de fesses que je n’ai jamais vue. Vous avez des cheveux magnifiques, de grand yeux qui n’ont besoin d’aucun fard pour exprimer la fièvre qui dort en vous. Vos lèvres me font naître des envies inavouables, à commencer par celle de vous les mordre à pleines dents. Glisser les mains le long de votre corps frêle, respirer l’odeur sans artifices de votre peau, goûter votre sueur, entendre vos gémissements. J’aimerais exprimer tout ça. Dans un autre contexte, une autre histoire, c’est ce que je dirais de vous, de ce que je ressens à votre contact. Mais je ne peux pas. Ce n’est pas le genre de choses qu’on peut dire, n’est-ce pas ? Pas lorsqu’on est médecin, qu’on prend soin de vous, qu’on veille à votre vie pour mieux vous amener à la mort et qu’on a le devoir d’imposer une distance qu’il est de plus en plus difficile à maintenir. Vous m’avez happé, parce que vous êtes une femme sensible, touchante, discrète, paradoxalement nerveuse et effrontée, dotée d’un courage et d’une détermination que le plus fort d’entre nous ne pourrait affronter. Mais même ça, vous serez la seule à l’entendre, Camille. Vous devrez vous en contenter. »

Marc & Camille

Résumé : « On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression. Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois.
Le 6 avril 2016. Par euthanasie volontaire assistée. »

Mon Avis

J’ai été particulièrement touché par cette fabuleuse histoire. Surtout en ce qui concerne le passé de Camille. Nous vivons dans un monde où la beauté est une conception importante aux yeux de chaque être humain.

Dans « quand la nuit devient jour », on accompagne Camille, une jeune femme de vingt-neuf ans qui combat la dépression et le mépris de son propre corps. Ces deux déclencheurs la conduisent vers l’anorexie et la boulimie. Camille va même à se mutiler afin d’oublier cette vie qu’elle ne désire pas. Plus les années passes et plus sa souffrance est dure à porter. Par conséquent, étant d’origine belge, Camille dispose d’une acceptation énoncée par les généralistes afin de mourir par euthanasie assistée. Ayant tout planifier, elle décide de vivre les trois derniers mois de sa vie. Camille sera également chaperonnée par une brigade de spécialistes qui l’aideront à se délivrer du mal qui la ronge depuis des années. Grâce à leur empathie, Camille vivra les plus beaux jours de son existence. En effet, des sentiments qu’elle ne pensait plus jamais éprouver viendront envahir sa douce obscurité. Et si l’amour était la clé de sa rédemption ? Mais est-ce assez pour délaisser sa délivrance ?

Le personnage de Camille est très émouvant à suivre. Elle mérite d’être entendu. L’auteure nous a pondu une histoire qui résume parfaitement les témoignages de cette héroïne.

Sophie Jomain est une écrivaine que j’ai découvert à travers une de ses séries. « Les étoiles de Noss Head » est à mes yeux une saga parfaitement bien écrite. Le fait de savoir que ce roman a été rédigé par la même personne m’a donné envie de le lire. Dès que mes yeux se sont posés sur les premières lignes, je n’ai pas pu le délaissé. En une journée, j’avais déjà terminé le manuscrit. Le style d’écriture de l’auteure est fluide et savoureux à lire.

Ce thème ne pas laisser insensible à la situation. Des larmes coulaient sans que je puisse m’arrêter et pourtant, je continuais à le lire sachant la douleur que je ressentais en lisant le roman.

Ayant étudier la psychologie et la psychiatrie, je savais me repérer quand les médecins se parlaient entre eux. Sans compter les résolutions humanistes qui sont abordés. Celles-ci nous pousse à savourer la seule vie que nous avons.

La finale de cette œuvre m’a fait légèrement sourire. Au début, Camille était prête à mourir, mais au fil des pages, une relation s’est développée entre elle et le docteur Marc Peeters. D’une certaine façon, je crois qu’elle espérait encore trouver l’amour et ce fût le cas. Je me suis profondément attachée à elle. Alors, quand j’ai lu les dernières pages, je souhaitais secrètement qu’il ait un deuxième tome. D’après moi, l’écrivaine nous a offerte une conclusion ouverte afin qu’on puisse nous-même imaginer sa propre issue.

#Sara

Je voudrais remercier Ava des éditions Québec Loisirs de m’avoir donné ce précieux cadeau.

Je vous offre également le lien de notre partenaire littéraire : http://www.quebecloisirs.com/

Je vous suggère d’aller jeter un coup d’oeil à ce magnifique roman, il en vaut la peine : http://www.quebecloisirs.com/d-ailleurs/quand-la-nuit-devient-jour-fl00332717.html

Chronique sur Calendar girl Août écrit par Audrey Carlan

Calendar Girl Août

Note : 12/10

« Il vient vers moi et pose ses mains sur le comptoir, de part et d’autre de mon corps, me bloquant contre le bar. Il baisse la tête pour me regarder dans les yeux, vert sur vert. Je sens son souffle sur mes lèvres, un frisson d’excitation parcourt mon corps.

– Mia, Chérie, veux-tu que toutes tes affaires soient ici et que ma maison devienne la tienne ?Je me lèche les lèvres et me perds dans ses yeux. Il est canon. Non, sublime. Je retiens mon souffle, envoûtée par son charme, lui attend patiemment que je lui donne ma réponse.

– D’accord, je veux bien emménager avec toi.

Il sourit jusqu’aux oreilles et mon cœur fond.

– Je t’aime.

Si c’est sa réponse à tout, il aura toujours gain de cause. Sans rire, je vais devoir me préparer pour un avenir plein de « je t’aime » et accepter leur effet sur mon cerveau.

– Je t’aime aussi, je réponds.

Il m’embrasse délicatement, puis il fait un pas en arrière et frappe dans ses mains.

– Bon, tout est arrangé. Le dîner est prêt, Judi ? Tout est en ordre ?

Je me tourne vers elle, elle ricane en remplissant nos assiettes.

– Tout est parfait, fiston.

Elle me regarde et me lance un clin d’œil. J’ai envie de la détester d’avoir eu raison, mais c’est impossible. L’amour qu’elle a pour Wes repose sur les décennies qu’ils ont passées ensemble et, en fin de compte, elle le connaît mieux que moi.

Pour l’instant. Mais… pas pour longtemps. »

Mia & Wes

Résumé : « Quand Pretty Woman rencontre Gossip Girl…

Mia a toujours été très douée pour prétendre être quelqu’un qu’elle n’est pas, et cette faculté va bien lui servir pour sa prochaine mission.

Cette fois, c’est au Texas que Mia se retrouve, auprès d’un magnat du pétrole, Maxwell Cunningham. Son père est décédé récemment et a laissé une bombe dans son testament. Il a légué 49% de sa fortune à une jeune femme, la sœur de Maxwell, dont il ce dernier n’a jamais entendu parler et qui répond au nom de… Mia Saunders. Il est précisé que Maxwell a un an pour retrouver cette sœur, ou il perdra son empire au profit d’un groupe d’investisseurs peu scrupuleux. Or, il a trouvé Mia…

Mia arrive donc dans cette famille de cow-boys, prétendant être quelqu’un qu’elle n’est pas et roulant dans la farine tous les gros bonnets qui tournent autour de la fortune de Maxwell.

Elle va s’attacher plus que de raison à cette famille sympathique, qui l’accueille à bras ouverts. Elle aura du mal à repartir…

Un mois riche en rebondissement étonnants. »

Mon Avis

Voilà un roman qui me touche beaucoup. J’adore le fait que l’auteure est mise en avant le concept de la famille. Je vous avoue que je suis littéralement tombée de ma chaise face à toutes ces révélations.

« Calendar girl août » est un mois qui nous prouve que le passé ne peut pas rester indéfiniment enfoui six pieds sous terre. C’est un très grand retournement de situation. Audrey Carlan veut également nous prouver qu’elle n’a pas fini de nous torturer l’esprit.

Ce mois-ci, Mia vole pour le Texas pour y rencontrer Maxwell Cunningham, un riche héritier d’une entreprise pétrolière. Ayant perdu son père, celui-ci lègue 49% des actions à une certaine Mia Saunders. Max fait donc appel à Mia. Sa mission ? Se faire passer pour la sœur du cow-boy. Toutefois, le plus louche dans cette histoire est que cette mystérieuse femme a la même date de naissance que notre escorte. Concordance ? C’est ce que nous découvrons dans ce huitième opus.

Pour être honnête, en lisant le résumé et les dernière lignes du mois de juillet, j’avais déjà un doute. Encore une fois, les émotions et les pleurs sont présents pour nous donner larme à l’œil. Malgré cela, je suis restée assez perplexe face à cette fin. À chaque fois qu’une situation s’accomplit, une autre se créer.

Sans compter que ces confessions vont changer la vie de Mia sans oublier Maddy et Max. Le trio réussira-t-il à retrouver leur mère biologique ? N’oublions pas que Wes semble avoir disparu depuis cinq jours. Est-il en danger ? Que lui est-il arrivé ? C’est ce que nous allons probablement découvrir dans le prochain tome.

Un coup de vent vient de passer sur la série « Calendar Girl », maintenant que Wes et Mia sont ensembles et vivent pleinement leur amour, les clients ne seront sûrement plus des amants. Enfin, j’espère…

Je suis très curieuse de savoir ce que l’auteure nous a préparé pour les prochains tomes. La plume d’Audrey Carlan est toujours aussi resplendissante que la première fois. Une parfaite fluidité. Je suis une adepte de cette série, par conséquent, je sais de quoi je parle. Malheureusement, j’appréhende la fin de cette saga. Il vaut mieux savourer les quatre autres mois restants.

Toutefois, j’ai remarqué qu’il y avait quelques petites coquilles. Je vous rassure, rien qui m’empêchait de comprendre l’histoire.

Je vous dis à bientôt à Las Vegas !

#Sara

Chronique sur un Été De Trop écrit par Céline Musmeaux

Un Été de trop

Note : 12,5/10

« – Mon cœur… Je reviendrai d’entre les morts pour te protéger.

C’est beaucoup mieux. Je souris légèrement tandis qu’il butine mes lèvres.

– Tu veux du romantisme, pas vrai ? Tu as envie que je te dise que tes yeux sont les plus beaux joyaux des océans, que tu es la plus belle sirène peuplant le royaume des mers, que ta bouche est la douceur la plus sucrée de l’univers… En soi, que tu es la plus merveilleuse créature que j’ai rencontrée, et que pour rien au monde, je ne la laisserai m’échapper. Tu es dans mes filets à jamais parce que ton cœur m’appartient…

J’avoue que je ne sais pas s’il se fout de moi ou s’il est sérieux. Dans tout les cas, mon cœur s’emballe. Je suis habituée à son manque de maturité. C’est sa marque de fabrique. Mais il sait l’être au bon moment. Il me murmure d’ailleurs.

Je ne suis pas un « sérial lover ». Je suis moi, tout simplement. Je sais que tu as besoin que je te rassure. Je comprends très bien ce que tu ressens. Moi aussi, j’aimerais t’entendre me dire que tu m’aimes à en crever. C’est naturel, on se connaît depuis une éternité tous les deux. Mais ce n’est pas la première épreuve que nous traversons. J’ai sans cesse été présent pour toi. Si j’ai manqué à mon devoir cette année, c’est parce que tu m’as caché ce qui se passait dans mon dos. Mais maintenant, je suis là. Tu peux t’appuyer sur moi. Tu peux pleurer contre mon épaule. Tu peux crier pour expier ta douleur. Tu peux compter sur moi pour tout ce dont tu as besoin. C’est ainsi que je t’ai toujours aimé, Léna. Je t’ai inlassablement dit « je t’aime » à travers mes sourires, la douceur de mon regard posé sur toi, la force avec laquelle je tenais ta main, sans oublier la patience d’attendre que l’été revienne pour te retrouver chaque année…

Je l’interromps d’un baiser. C’est beaucoup trop pour mon petit cœur fragile.

Si tu me dis des choses si belles, je ne vais plus seulement être amoureuse, je vais te confier mon existence à jamais…

Nathan prend une posture encore plus masculine pour me souffler.

– Je t’aime, Léna. Tu es la sirène emprisonnée dans mon âme. Tu t’amuses avec mon cœur depuis qu’on est gosse. Tu lui fais chanter une douce mélodie…

Il sourit d’un air séducteur.

– Boom… Boom… Boom…

Il s’approche lentement de moi en m’annonçant.

– L’ensemble de mon être s’adapte au rythme de tes respirations. Sans toi, j’hiberne. Mon cœur s’éteint et il ne se remet à vibrer qu’au contact de tes lèvres contre les miennes…

SOS ! Je fonds…

Nos nez se frôlent avec délicatesse. Il m’achève d’une dernière révélation.

– Pardonne-moi de jouer aux cons quand je suis à tes côtés. Mais j’aime tellement voir ton sourire que je suis prêt à être ridicule pour le voir illuminer ton visage. Léna, tu es mon essence, l’air que je respire, l’eau qui m’abreuve, la nourriture qui me rassasie. Souris simplement et je serai le plus heureux des imbéciles. »

Léna & Nathan

Résumé : « Entre mensonges et trahisons, l’amour peut-il survivre ?

Chaque année, Léna et Nathan se retrouvent pour les grandes vacances. Depuis l’enfance, une forte amitié les lie. Le temps, les sentiments, l’absence de l’autre n’ont fait qu’exacerber l’amour qu’ils se portent.

Aussi, ils ont construit une relation à distance qu’ils entretiennent depuis leurs seize ans.

Seulement, deux mois après le précédent été, Léna a brusquement cessé de donner des nouvelles à Nathan.

Et si c’était finalement l’été de trop ? Voilà ce que pense la jeune femme maintenant âgée de dix-huit ans et qui se sent trahie par celui qu’elle aime.

Plongée au cœur d’une tempête qui la dépasse, Léna sombre dans les profondeurs de l’océan. Autrefois rayonnante, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même attendant que les abîmes l’engloutissent.

Mais c’est sans compter le charismatique Nathan qui débarque l’été suivant avec la ferme intention de découvrir ce qui a poussé sa petite amie à couper les ponts aussi brutalement.

Parviendra-t-il à regagner la confiance ainsi que le cœur de Léna ? »

Mon Avis

Avant tout, quand j’ai reçu « un été de trop » en service presse, j’ai cru que cette histoire se porterait sur un amour de vacance qui durait depuis plus de dix ans. J’ai eu tort, au contraire, c’est beaucoup plus que ça. Tout au long de cette lecture, plusieurs émotions me sont parvenues. Comment vous expliquez à quel point je l’ai adorée ? L’œuvre est différente et originale. Céline aborde des thèmes assez divergents de ces précédents romans. Cette fois-ci, elle fait appel à l’amitié, la jalousie et même la trahison.

Une histoire que je n’oublierais pas …

J’ai été étonnée par certains gestes de quelques personnages. Les actions et les paroles sont souvent les meilleurs moyens de détruire la vie d’une personne. Par chance, le romantisme vient compenser la présence de ces monstres.

Des héros fortement accrochant.

Dans cette histoire, on retrouve Léna, une jeune femme âgée de dix-huit ans. Elle vit avec son père depuis le décès de sa mère. Ayant appris la pire des vérités, elle s’isole des autres afin de rester seule avec elle-même. Par conséquent, Léna sombre dans les eaux profondes de l’océan. Trahie par celui qu’elle aime et admire depuis ses dix ans, elle décide à plusieurs reprises de faire des tentatives de suicide, mais sans succès. Lorsque l’amour de sa vie décide de revenir dans sa vie, Léna prend la décision de le rejeter. Confus, Nathan nie les accusations de la femme qu’il aime. Par chance, au cours de l’histoire, il comprend que tout ceci n’est qu’une horrible supercherie. Nathan se fixe donc deux objectifs. Refaire sourire Léna et établir la vérité. Avec son humour qui laisse parfois à désirer… ça devrait être aisé, non ? C’est ce que Nathan va saisir. Ensemble, ils vont vivre un été pas comme les autres… et si c’était celui de trop ? Et si la situation était pire qu’il pensait ? Nathan sauvera-t-il Léna des griffes de leur anciens ami(e) avant qu’il ne soit trop tard ?

J’avoue qu’en lisant le roman, j’avais l’impression d’assister à une série télévisée. Des pleurs, des scènes touchantes et poignantes sont au rendez-vous. Sans compter que Nathan est toujours présent pour soutenir Léna. Ses blagues en dessous de la ceinture sont parfois excessifs, mais elles sont à se tordre de rire.

L’auteure nous a pondu un merveilleux manuscrit. Les scènes romantiques sont très présentes. Ils se retrouvent à chaque été, c’est donc normal. Elles sont également bien détaillées. De simples mots ne peuvent pas décrire le sentiment que je ressens quand je reçois le prochain livre. C’est un vrai délice de retrouver sa plume.

Je vous avertis, « un été de trop » a une vision un peu plus pessimiste. Céline nous offre un couple fusionnel qui se soutient. Entre les deux, c’est la passion instantanée que ce soit au lit ou dans la vie. Comme dirait Nathan : « Toi et moi, c’est le pied. »

Lors du dernier dénouement, j’ai cru que j’allais devenir folle. Je sentais que j’allais faire une crise de panique en criant : « Pourquoi ? Je t’interdis d’écrire une conclusion pareille ! » Vous verrez ce que je veux dire quand vous l’aurez lu.

Enfin bref, un autre coup de cœur s’ajoute à la liste !

#Sara

 

 

Chronique sur Never Forget écrit par Monica Murphy

img_0965-1

Note: 13/10

« Je tends la main et lui caresse la joue. Sa respiration est un peu irrégulière et elle baisse les yeux. Du bout des doigts, je trace le contour délicat de sa mâchoire et j’attrape son menton pour lui faire relever la tête.

Je ne devrais pas faire ça mais il faut que je sache. L’envie de l’embrasser, rien qu’une fois, est trop forte. Ça me dépasse complètement et je cède, en effleurant ses lèvres avec les miennes.

Elle laisse échapper un petit bruit, un minuscule « oh » à peine audible, comme si elle était surprise. Je m’écarte d’elle et on se regarde sans rien dire. Mon cœur bat tellement fort que je me demande si elle peut l’entendre. Je le veux l’embrasser à nouveau. Ce qu’on vient de faire, ce n’était pas rien du tout. A peine un aperçu.

Elle écarte les lèvres et ferme les paupières, comme une invitation pour l’embrasser à nouveau. Alors c’est ce que je fais. Je me rapproche, elle aussi, et nos bouches se rencontrent. Elles se touchent, se séparent, se trouvent à nouveau, baiser après baiser. Nos lèvres sont entrouvertes et nos souffles se mélangent.

Le film n’est plus qu’un lointain souvenir. Je suis en train d’embrasser Katie dans une salle de cinéma, comme un ado, alors que je n’ai jamais fait ça quand j’étais plus jeune. D’abord parce que je ne pouvais pas me permettre d’inviter une fille au cinéma, et ensuite parce qu.on se contentait d’un coin sombre dans une fête quelconque. Ça se passait toujours comme ça : on se pelotait dans un coin, puis j’entraînais la fille dans une chambre et on s’envoyait en l’air.

Mais ça ne voulait jamais rien dire.

Cette soirée ressemble à un rencard de lycéens sorti tout droit d’un film tarte. Je n’ai jamais connu ça quand j’étais au lycée, justement. J’avais vraiment une vie de merde à l’époque. Je naviguais entre les structures d’accueil, je galérais en cours, et je me jetais à corps perdu dans tous les sports possibles et imaginables. Les filles n’étaient pas une priorité, à l’époque, mais elles étaient là et elles étaient parfois un bon moyen de ne plus penser.

Ce que je partage avec Katie est complètement différent. Et, même si je fais que je ne devrais pas faire ce que je suis en train de faire, je sais aussi que je n’arriverai pas à simplement tourner les talons une fois la soirée terminée.

C’est elle qui s’écarte en premier. On reste front contre front, et je lui caresse doucement la joue et les cheveux.

– Je ne suis pas douée pour ça, murmure-t-elle.

– Pas douée pour quoi ?

Je recule pour l’observer et je me rends compte qu’elle a l’air terriblement embarrassée.

– Pour embrasser.

– Sans vouloir te contrarier, je ne suis pas d’accord avec toi.

Je me penche vers elle pour l’embrasser à nouveau et je savoure le petit soupir qu’elle pousse quand nos lèvres se touchent. »

Katherine & Ethan

Résumé: « Mensonges. Trahison. Secrets. Amour. L’entrée fracassante d’une grande voix de la romance contemporaine dans l’univers sombre et bouleversant de la dark romance.

Quand Ethan s’est lancé à la recherche de Katie, la fille qu’il a sauvée des griffes de son kidnappeur, huit ans plus tôt, il voulait simplement s’assurer qu’elle allait bien, qu’elle avait repris le contrôle de sa vie, qu’elle était heureuse, peut-être. Enfin, ça, c’est l’excuse qu’il s’est donnée, car, à la seconde où il a posé les yeux sur elle, il a su qu’il voulait plus. Beaucoup plus. Alors, il a fait tout ce qu’il s’était toujours interdit : il est entré dans sa vie, sous son nouveau nom, sa nouvelle identité. Et, chaque jour qui passe, il s’enfonce un peu plus dans le mensonge.

Mais comment faire autrement, alors qu’il est le fils du monstre qui a changé sa vie à jamais ? »

Mon Avis

« Never forget » est la première dark romance que je lis…. et ça été une vraie RÉUSSITE. Je suis littéralement tomber amoureuse de tout ce qui constituait ce roman. Honnêtement, c’était un livre que j’avais classé dans ma pile à envie. Je suis vraiment heureuse de l’avoir découvert.

Je vous dit tout de suite, ce manuscrit n’est pas pour les cœurs sensibles. Il pourrait vous mettre mal à l’aise.

Cette histoire raconte la vie d’une survivante après son enlèvement ainsi que celle de son héros. L’auteure nous offre des moments divergents de l’œuvre. En effet, le lecteur ou la lectrice assiste à des instants (avant, après et pendant) qui prouve que l’existence des personnages n’ont pas été de tout repos suite à ce terrible événement.

En ce qui concerne les protagonistes, Katherine est une jeune femme de vingt-un ans qui essaie de reconstruire son avenir en conséquence à son kidnapping alors qu’elle avait à peine commencer son adolescence. Malgré ce qui lui est arrivé, elle tente de rester positive. Katie est une femme forte, mais fragile à certaines situations. Elle est une héroïne que j’apprécie énormément. Son point de vue est authentique et je ne peux que compatir avec elle. On ressent la peur qu’elle éprouve à l’idée de refaire confiance à quelqu’un ! Pourtant, lors d’une journée normale, Katherine se fait agresser par des jeunes adolescents qui essaient de voler son sac à main. Se battant bec et ongle, elle ne se laisse pas faire. Lorsque Katie sent qu’elle n’est pas de taille, un homme vient à sa rescousse. Qui est-il ? Une attirance se formera entre eux dès les premiers contacts. Ethan s’enfuira-t-il en courant quand il apprendra la vérité ? Et s’il n’était pas le seul à cacher des secrets ?

Will / Ethan est un homme âgé de vingt-trois ans qui n’a pu une vie à l’eau de rose. Pour fuir son passé, Will change son prénom afin d’oublier la vie misérable qu’il a eu et pour échapper à son père. Je suis raide de cet homme, je ne sais pas comment vous expliquez ce que je ressens quand je lis sa version. Il m’a complètement chamboulée et le plus drôle, c’est que j’ai adorée cela. Je le trouve vraiment courageux d’entreprendre toutes ces démarches. Même si pendant son adolescence, il a passé son temps à jouer avec les filles, son cœur n’a pas pu se résoudre à la laisser tomber. La seule fille dont il est tombé amoureux lui a été arrachée. Après de nombreuses années à penser à elle, Ethan la retrouve enfin. Il se pose une infini de questions en ce qui concerne l’élue de son cœur. Katie reconnaîtra-t-elle son ange gardien ?

Sans compter que la plume de l’auteure est d’une belle fluidité. Je ne me suis aucunement ennuyer avec cette histoire. L’écrivaine nous a écrit une romance qui est ni sombre ni claire. Au contraire, c’est un mélange des deux contrastes. Leur lien a été construit dans la noirceur, mais leur relation se produit dans la chaleur de la sécurité et de l’amour qu’il porte pour chacun. Des intrigues qui ne vous laisseront pas de marbre. Une tornade d’émotions se produit quand nous lisons ce roman, c’est saisissant de voir comment l’auteure réussi à détailler la situation.

Je vous suggère fortement d’avoir le deuxième tome en main, car la fin est TRÈS frustrante.

Pour conclure, « Never forget » a été un coup de foudre pour moi, je vais me laisser tenter par le second opus !

#Sara

Chronique sur Calendar Girl Juillet écrit par Audrey Carlan

Calendar Girl Juillet

Note: 12,5/10

« Il a parfaitement raison et, enfin, après six mois de questionnement, de déni et de doute, je suis prête. Pour la première fois de ma vie, je m’offre la possibilité d’une belle histoire, pleine de gentillesse et de douceur, de rires et de passion. Une histoire qui est tout à moi. Mon paradis.

Je plonge mon regard dans ses yeux verts et je caresse ses cheveux blonds ébouriffés par notre partie de jambes en l’air. Je promène mes lèvres le long de sa barbe naissante et je m’approche de son oreille, pour être sure qu’il m’entende même si je le chuchote tout bas.

– Je t’aime, Wes.

Il me serre dans ses bras – aussi fort que possible – et je sens la tension déferler dans ses veines.

– Je te laisserai pas partir, cette fois-ci, grogne-t-il.

– Je t’aime.

J’embrasse ses sourcils et il soupire.

– Je t’aime.

J’embrasse ses lèvres, et il ouvre la bouche.

Quelques secondes plus tard, je tombe sur le lit et il s’étend sur moi.

– Tu m’aimes ?

– Oui, je répète allègrement.

Son sourire est si grand que les larmes me montent aux yeux.

– Je vais t’aimer si fort, ma belle, qu’après ce soir, je ne sais si tu pourras marcher.

Mia & Wes

Résumé : « Direction Miami, où Mia est engagée pour jouer dans le clip d’un artiste de hip-hop ultra-populaire.

Anton Santiago a la beauté du diable, un corps de rêve, danse comme un dieu et met toutes les femmes dans son lit.

Même si elle a été choisie pour jouer les séductrices, Mia va aussi pouvoir se remettre doucement des événements du mois précédent et créer avec Anton une belle complicité amicale.

Mais une surprise de taille va venir agrémenter son séjour à Miami et orienter son destin. »

Mon Avis

S’il y a bien une chose dont je suis sûre, c’est le fait que le mois de juillet détrône largement celui de juin. Comment ne pas rester de marbre face à cette tournure de situation ? En effet, il y a même des moments qui m’ont donnés le fou rire et d’autres…., enfin, je peux vous dire que mon moral est tombé de haut.

Cette fois-ci, Mia s’envole pour Miami pour y rencontrer le Latin-Lover alias Anton Santiago. Le chanteur l’engage afin qu’elle soit la vedette de son tout nouveau clip musical. Sa mission ? Mia doit jouer le rôle d’une belle séductrice inaccessible, mais désirable aux yeux de tout les hommes. Aussitôt, une jolie complicité se forme entre Anton et Mia. Le plus alléchant est le retour d’un des personnages. C’est en partie grâce à lui que je suis tombé sous le charme de cette série.

Suite aux événements du mois dernier, j’ai cru que j’allais mourir d’une crise cardiaque. La curiosité de connaître la suite me rendait impatiente. Je voulais absolument savoir comment les choses évoluaient pour Mia. Et j’ai eu raison d’attendre !

Ce mois-ci, nous ne retrouvons pas la Mia pleine de vie. Au contraire, notre escorte préférée est encore secouée par cette violente agression. De plus, elle est en quelque sorte dans un état d’alerte en ce qui concerne le sexe opposé. Mia est une poupée de porcelaine qui peut se brisée à tout moment. Cependant, l’amour et le soutient de ses proches vont l’aider à passer le cap. À l’approche de son anniversaire, Mia comprend qu’elle ne pourra pas se cacher éternellement, surtout avec la surprise de taille qui lui ait réservée. Qui est l’invité d’après vous ?

Anton Santiago est un aimant à femme. D’origine portoricaine, il utilise ses gênes et son corps de rêve pour affriander les femmes dans son lit. Pourtant, avant de devenir célèbre, Anton vivait avec sa famille dans un quartier malfamé de Porto Rico. Leur condition de vie était épouvantable. Grâce à son talent pour le chant, il réussi à sortir son foyer de cette pauvreté. Face à cette vie parfaite, il prend donc le nom de Latin-Lover et devient le meilleur chanteur de hip-hop. Sans compter qu’il envoie régulièrement de l’argent à sa famille afin qu’elle puisse vivre sans risque. Honnêtement, je trouve cela très généreux de sa part, Anton se souvient de la vie qu’il avait avant de déménager à Miami. Cette générosité n’est pas offerte à tous.

J’ai vraiment passé un excellent moment en compagnie de tout ces fameux personnages. Le mois de juillet est une rude épreuve pour Mia. Néanmoins, elle en ressortira plus forte et épanouie. Sa vie amoureuse fleurira, un petit plus qui l’aidera à retrouver l’extase. Les sentiments sont mis en évidence dans ce tome.

La plume de l’auteure est toujours aussi addictive que la première fois. Audrey Carlan nous montre que le sexe n’est pas toujours la solution à tout. Elle nous informe également sur la vie des précédents clients de Mia en nous donnant des nouvelles. Je suis les aventures de notre escorte depuis le début et le mois de juillet dépasse mes espérances.

Avec toutes ces questions que Mia se posent, Audrey Carlan laisse entrevoir l’avenir que ses lecteurs et lectrices désirent depuis longtemps.

Le mois d’août m’intrigue énormément, la prochaine fois, on se retrouve au Texas en compagnie d’un investisseur pétrolier. Des secrets et larmes seront sûrement à prévoir.

Je remercie Déborah des éditions Hugo New Romance Québec pour ce service presse !

#Sara