Chronique sur Si on nous l’avait dit écrit par Laura Trompette

img_0212

Note : 11/10

« Son visage brille à la lueur des bougies. Il nous a crée une atmosphère romantique, avec Little dans le cadre et une musique de fond que je reconnais : Unintended de Muse. Je ne relève pas à haute voix, mais je relève à l’intérieur.

– Mais, qu’est-ce que c’est ça ? je demande interloquée par ce qu’il brandit devant la webcam.

– C’est toi Red… Endormie. Et ça, c’est toi après l’orgasme…

– Hum.

– Tu aimes ?

– J’aime surtout que tu développes des photos de moi. C’est joli le noir et blanc. Tu m’expliques ?

– J’ai une chambre noire à la cave, parce que j’ai toujours adoré la photo argentique. Elle raconte une histoire, tu vois ?

– Oui.

– En plus, il y a quelque chose de poétique dans le processus de développement. Bref, ça me plaît. Du coup, là, c’est rempli de toi, suspendu à des pinces à linge…

Je ris.

– Tant que tu ne me suspends pas moi…

– Arrête, tu pourrais aimer ça, t’en sais rien !

– Attacus !

Il plante ses yeux dans les miens, soulève ses sourcils comme il le fait si bien et dévoile ses fossettes. « Comment faire tomber Alice Perret en une leçon », par Nolan Sharp.

– Et tu fais seulement des portraits ?

– Non, rarement des portraits ou des corps, justement. Il faut que le sujet m’inspire et … ça n’arrive pas souvent. Si, j’aime bien prendre ma sœur. Sinon, plutôt des paysages.

– Ça me va.

– T’es une jalouse, avoue…

– N’importe quoi.

– Dis-le ou alors je vais photographier une fille au hasard dans la rue.

– Tu bluffes.

– Dis-le.

– D’accord, je suis jalouse.

– Il ne faut pas, parce que, je te le dis droit dans les yeux, c’est toi que j’aime.

Je ne m’y habitue pas encore, mais punaise que c’est bon de le lire ou de l’entendre.

– Moi aussi, je t’aime. Tu me montres d’autres photos ?

– J’en ai des dizaines, regarde… Enfin si Little veut bien bouger son cul de la caméra. T’es pas transparente, la rouquine ! Psttttt, du balai !»

Nolan et Alice

 Résumé : « Dans sa Corrèze natale, Alice rêve de jours moins monotones, tout en acceptant sa routine au sein de la ferme familiale. Elle mène en réalité une double vie : si Alice n’est personne dans sa campagne, elle est quelqu’un en ligne. L’arrivée impromptue de Nolan, businessman anglais, va renverser l’ordre établi. En l’espace de vingt-quatre heures, un événement tragique va rapprocher ces deux êtres qui n’étaient en rien prédisposés à se connaître, encore moins à s’attacher… »

Mon Avis

Je dois vous avouez que ça faisait longtemps que je voulais le lire et me voilà enfin servi. Ce roman est une perle, je n’ai pas du tout été déçu. Je l’ai adoré du début à la fin.

D’abord, j’ai trouvé le récit original et marrant, car si on se penche sur le côté historique, les Anglais et Français ne s’aimaient pas vraiment à l’époque, mais, par chance les temps ont changés. Le roman est tout à fait accrochant, il nous tarde de savoir ce qu’il va se passer.

Les personnages sont aussi attachants que l’histoire elle-même.

Alice est une jeune femme de vingt-deux ans qui cherche à partir de sa terre natale. C’est une fille de fermière qui désire plus que tout s’évader de son monde ordinaire. Toutefois, elle est déchirée entre sa soif d’aventure et son devoir sur la ferme. Alice suit des cours en ligne et tiens une chaine Youtube. Elle y décrit tout son quotidien. La jeune femme est aussi timide et indomptée. Tout son avenir semble tracé d’avance… jusqu’à l’arrivé d’un mystérieux étranger.

Nolan Sharp est un bel homme de trente ans, récemment divorcé, qui veut absolument profiter de son statut de célibataire. Pour décompresser un peu, il décide d’enchaîner les aventures d’un soir. Pourtant, être un homme d’affaire n’est pas une tâche facile. J’ai trouvé que Nolan avait un certain charme. Il est attentionné, beau comme un dieu et compréhensif, surtout avec Alice. Il se rendra compte que la vie campagnarde n’est pas aussi nulle comme il le pensait. Au contraire, Nolan prendra du plaisir à entrer dans le monde d’Alice.  Le caractère de chat sauvage de la jeune femme lui plait amplement

Ils sont tellement différents l’un de l’autre, mais vous savez ce qu’on dit : « Les contraires s’attirent ». Malheureusement, un tragique événement va bouleverser la vie d’Alice et de sa famille. Cependant, ce moment va énormément rapprocher ces deux êtres. Ils vont apprendre à se connaitre et se faire confiance. Il y a également un doute qui plane sur leur relation. Alice et Nolan espèrent que leur amour survira à tous ses obstacles qui se dressent contre eux.

La plume de Laura est vraiment superbe, à travers son roman, l’auteure nous prouve que rien n’est impossible, surtout en ce qui concerne l’amour. La fluidité est présente jusqu’au bout. Le roman se lit très bien. Dans cette histoire, nous pouvons lire les deux points de vue.

J’ai beaucoup aimé être dans la tête de Nolan, on sent les sentiments naissants qu’il éprouve pour Alice. Au début, Nolan ressentait une certaine confusion à l’égard de ses émotions envers la jeune femme. Nolan essaie de rester fidèle, mais c’est un peu compliqué quand on a un passé de coureur de jupon (désolé, c’est la seule expression qui m’est venue en tête) et qu’on vit dans un autre pays.

Malgré cela, j’aurai voulu en savoir un peu plus sur la fin de l’histoire.

Un dernier mot ?

Si vous ne l’aviez pas encore lu, je vous le recommande fortement.

COUP DE CŒUR POUR SI ON NOUS L’AVAIT DIT !

Si le roman vous intéresse vraiment, je vous suggère d’aller y jeter un petit coup d’oeil : https://goo.gl/Ah1ZpP

Je remercie Ava des éditions Québec Loisirs pour ce service presse. Voici le lien du site internet de la maison d’édition : https://goo.gl/54Gvfh

#Sara

Publicités

3 commentaires sur « Chronique sur Si on nous l’avait dit écrit par Laura Trompette »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s