Chronique sur Dans tes yeux de Céline Musmeaux

dans tes yeux

Note : 12/10

« Qu’est ce qui me prend ? Quel est ce sentiment de toute-puissance qui m’envahit ? Je me sens si forte. Aussi bête que Gregory. Il m’a transmis son virus qui le rend si maladroit et attendrissant. Est-ce ça, tombé amoureuse ? Je n’en sais rien. Mais j’aime ce que j’éprouve depuis qu’on s’est embrassé. Je lui ouvre mon cœur en espérant qu’il ne se retrouve pas brisé. »

Nina

Résumé : « L’amour peut-il nous ouvrir les yeux sur notre propre beauté ?

À dix-sept ans, Nina accepte difficilement ses rondeurs et préfère éviter le regard des autres. Plutôt introvertie, elle vit donc sa scolarité dans son coin, souriant à ses copines, mais fuyant les garçons.

Un matin, son quotidien est bouleversé par un choc avec l’un d’entre eux. Après avoir fait tomber ses affaires, un élève d’une classe voisine l’aide à les ramasser tout en entamant la conversation avec elle.

Seulement, Nina n’est pas à l’aise dans ce genre de situations. Elle choisit de s’échapper. Mais le sourire et l’insistance du jeune homme risquent bien de chambouler son existence.

En pensant qu’il se moque d’elle, Nina va se sentir blessée et le repousser. Cependant, Greg ne va pas abandonner.

Va-t-il réussir à lui faire comprendre à quel point elle est belle à ses yeux?

Destiné aux lecteurs âgés de 15 ans et plus. »

Mon Avis

Tout d’abord, il faut que vous sachiez que « Dans tes yeux » est un achat personnel que je me suis offert en cadeau pour noël et honnêtement, je ne regrette pas mon choix.

Vous savez lorsque je lis le titre de ce roman, j’ai toujours tendance à penser à une phrase provenant d’une chanson,  » Wolves  » écrite par Selena Gomez et reprise en français par Sara’h. En effet, dans la version traduite, le passage est « Dans tes yeux, il y a du bleu, trop peu d’amour aucun enjeu…Séparés dans un soupir, je ne veux pas devoir choisir… ». D’après moi, ce single représente parfaitement l’histoire d’amour entre Nina et Greg. Quand je pense au nombre de fois que j’ai écouté cette mélodie tout en lisant ce récit… Je peux vous dire qu’en tournant la dernière page, je la connaissais par cœur.

Encore une fois, on se laisse facilement emporter par la plume envoûtante de l’auteure. À travers ces lignes, Céline Musmeaux propose plusieurs thèmes importants que la société actuelle met toujours de côté, parce que celle-ci privilégie la perfection. En outre, « Dans tes yeux » est une jeune littérature qui aborde les complexes physiques, le manque de confiance en soi, l’harcèlement, le rejet et les troubles alimentaires. Mais toute forme d’ombre a besoin d’une belle source de lumière, n’est-ce pas ? Ainsi, l’amour, l’amitié et l’acceptation de soi font également parti de l’aventure.

Une romance mignonne, mais réaliste qui démontre que la beauté intérieure est ce qui importe le plus.  Ne pas s’aimer soi-même est une chose et se trouver belle aux yeux d’une autre personne en est une autre. Au fond, c’est ce que Nina et Greg essaient de nous faire parvenir comme message. L’opinion des individus ne devrait pas compter… La seule qui faudrait prendre en compte est celle dont on se voit, c’est-à-dire aux yeux de notre tendre moitié.

Dans « Dans tes yeux », on fait la connaissance de Nina, une jeune femme de dix-sept ans complexée par ses courbes. Ne se sentant pas bien dans son corps, elle essaie, tant bien que mal, de passer sous le radar. Toutefois, à cause de son douloureux passe, Nina ne cesse de penser aux regards des autres, surtout ceux des garçons. Comme si ce n’était pas suffisant, voilà que sa famille et plusieurs de ses camarades de classe ne cessent de lui lancer des critiques blessante vis-à-vis de son physique. Mais, lorsque Nina bouscule, involontairement, Gregory, le garçon le plus populaire de toute l’école, elle ne peut s’empêcher de se méfier de lui. Alors quand elle ramasse ses effets scolaires, qui sont tombés par terre lors de leur bousculade, Greg ne peut résister à l’envie de lui faire la conversation afin de connaitre cette fille pas comme les autres. Ainsi s’ensuive une longue série de moments… Nina parviendra-t-elle à avoir confiance en Greg ou sa méfiance envers les autres individus risque de lui coûter la seule personne qui voit au-delà de son apparence physique ?  

Gregory est le roi du lycée. Populaire, doué, comique et mignon, il a toutes les qualités… Néanmoins, derrière cette façade se cache un garçon peu sur de lui, tout le contraire de cette personnalité qu’il démontre aux autres étudiants de l’école. Bousculant par erreur une fille qui ne connait pas, il essaie d’établir un semblant de contact avec elle. Intrigué et attiré par cette inconnue au tempérament de feu, Greg fait tout ce qu’il peut pour essayer d’apprendre à la connaitre. Ainsi, au fur et à mesure qu’il passe du temps avec Nina, il va commencer à démontrer sa véritable personnalité et prendre de l’assurance. Mais, une ombre plane toujours sur le couple : les doutes de Nina. Gregory arrivera-t-il à gagner la confiance de la jeune femme ? Réussira-t-il à lui démontrer qu’un garçon ne sait pas seulement utiliser ses poings ?

Concernant, les interlocuteurs principaux, j’avais envie dire à Nina d’ouvrir les yeux, mais d’un autre côté, je comprends parfaitement sa méfiance envers les garçons. C’est très dur à vivre. Greg, lui, c’est une autre histoire, il m’a beaucoup fait rire avec son drôle d’humour. Il complète parfaitement le caractère de Nina.

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours et toujours aussi fluide et addictive. Hahahahaha !! Vous savez à chaque chronique que je fais sur les romans de Céline, j’ai l’impression de me répéter, mais c’est la vérité. À travers cet écrit, l’écrivaine nous inculque certaines moralités importantes dont celle de toujours se battre pour ce que l’on veut ou encore l’opinion du monde extérieur ne devrait pas vraiment compter. Transportée dès les premières pages, je n’ai pas pu détacher mes yeux de cette lecture, on s’attache et s’accroche à Nina et Greg.

Bouleversée par leurs blessures intérieures et leur tendre amour, je n’ai pas pu retenir mes « Awwnnn… ! ». Une romance adorable et trop chou basée sur la confiance en soi. Garnies de belles émotions.

Un dernier mot ?

Pour terminer, « Dans tes yeux » est une œuvre littéraire qui mérite sa chance. Dans ce roman, il y a certains personnages, comme le père de Nina, qui m’ont donné des envies de vomir… Mais, comment pouvons-nous penser ça de sa fille. C’est monstrueux, honnêtement ! Entre Greg et Nina, cela n’a pas été facile, mais leur amour leur ont permis de voir au-delà des jugements et critiques des autres. Découvrez ce couple à travers la narration à deux voix. Il va de soit que je vous recommande cette douce ritournelle.

#Sara

Publicités

Chronique sur Les cœurs pourpres tome 1 : Mordue de Séverine R.

les coeurs pourpres tome 1

Note : 8/10

« – Sache que mon frère ne redonne jamais ce qu’un humain lui a donné. Tu as accepté une fois, il prend ton refus comme un affront, expliqua-t-il. Ne crois pas que nous ayons un cœur comme toi. Le nôtre ne bat plus depuis longtemps, continua-t-il en s’approchant de moi. Le Duc est un vampire très vieux, il sait exactement comment plaire aux humains, femmes ou hommes. Laurent peut être impitoyable avec ceux qui le défient. En outre, cela fait des siècles qu’il vit, il s’ennuie, et toi, tu es apparue dans sa vie comme une distraction.

Il s’accouda sur le bar, si bien que sa bouche était proche de mon visage. Captivée, je louchais littéralement sur ses lèvres.

– Qu’est-ce que je dois faire alors ? soufflai-je. »

Angie & Alban

Résumé : « Embarquée dans un week-end d’intégration déjanté, Angie, jeune étudiante en psychologie, croise la route d’un vampire qui la mord et la marque comme sienne. Elle se retrouve alors sous la domination d’un être impitoyable, dangereux et diabolique. Sans échappatoire, elle voit sa vie s’effondrer jusqu’à ce qu’elle croise le chemin du frère de son maître, un vampire énigmatique qui fera naître de nouveaux sentiments en elle. L’alchimie est immédiate entre les deux mais que vaut l’amour dans cet univers démoniaque où le sang, les morsures et les secrets les plus obscurs s’entremêlent ? »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie les éditions Heartless pour l’envoi de ce service presse.

« Les cœurs pourpres » est un bit-lit qui m’a bien plu, car il me faisait beaucoup penser à, Vampire Diaries, une série que j’affectionne beaucoup. Un résumé qui me donnait l’eau à la bouche, mais n’ayant jamais lu les écrits de Séverine R., je ne savais pas si j’allais apprécier le contenu. Puis, au final, j’ai été plus que surprise.

C’est une intrigue qui possède plusieurs rebondissements qui donnent l’eau à la bouche. On ne s’ennui pas en compagnie de ces personnages principaux. Au contraire, on passe un excellent moment à bouquiner leurs péripéties. De plus, j’avoue que la page couverture m’a également intrigué, elle est sombre et ensorcelante à contempler.

Dans le premier tome de la série « Les cœurs pourpres », nous faisons la rencontre d’Angie, une jeune femme de vingt-un ans. Ayant subi un traumatisme par le passé, Angie a peu confiance en elle depuis ce moment. Désormais, étudiante en psychologie, la jeune femme se caractérisé par sa nature réservée. Isolée des autres personnes, Angie profite, tranquillement, de sa vie de solitaire. Serveuse, la jeune femme travaille dans un restaurant et habite dans un bâtiment universitaire. Ainsi, pendant un week-end, Angie se laisse entraîner par des voisines de palier, qu’elle considère comme des amies, pour une activité d’assimilation. Simple… Jusqu’à ce qu’elle se fasse mordre par un vampire. En effet, l’existence des vampires n’est plus un secret pour personne. Disciplinée par des règles fondamentales, la familiarité entre les humains et les vampires est très difficile à maintenir.

Toutefois, quand Angie fait la connaissance de Laurent, une entité corrompue et immorale, la jeune femme n’a pas d’autre choix que de soumettre à lui. Intouchable, Laurent possède une place importante dans la hiérarchie vampirique. Comment Angie pourra-t-elle s’en sortir vivante ? Or, lorsqu’elle fait la rencontre de son mystérieux allié, elle espère obtenir enfin sa liberté. Qui est-il ? Pourquoi prend-t-il le risque de la sauver ?

Alban est le frère de Laurent. Ne possédant pas le même tempérament que son frangin, Alban est un vampire réfléchi, qui cherche à préserver l’espèce humaine. Néanmoins, lorsque la situation l’exige, il est prêt à montrer les crocs pour protéger les personnes qu’il aime… et sa rencontre avec une mortelle risque bien de pousser son instinct à faire tout ce qui est en son pouvoir pour la sauvegarder des individus qui voudront lui faire du mal. Alban sera-t-il à se retourner contre sa propre famille, son propre frère pour une humaine ? Et pourra-t-il résister à l’envie de goûter au doux nectar qui coule dans les veines d’Angie ?

Concernant le style d’écriture de l’auteure, il est fluide et agréable à bouquiner. On entre facilement dans le contexte du roman. Néanmoins, lors de ma lecture, il y a un détail qui m’a quelque peu énervé. En effet, l’attitude de l’interlocuteur principal, Angie, était assez volage. Puis, plus les pages défilaient et plus je voyais naître un changement au niveau de son comportement, elle était devenue une femme forte et déterminée. De plus, à travers la plume de Séverine R., nous sommes plongés dans un monde littéraire qui paraît simple vu de l’extérieur, mais quand nous immergeons au cœur des ténèbres, on comprend que tout ceci n’est que la pointe de l’iceberg.

Sans compter que j’ai adoré la manière dont l’écrivaine réussisse à transmettre les sentiments d’Angie, on perçoit ce qu’elle ressent à chaque situation. Aussi, il arrive qu’à certains moments, les pensées de la jeune femme soient bouleversantes dû à son passé.

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire qui peut être considéré comme un bit-lit attrayant.  Une intrigue bien ficelée, qui nous tient en haleine tout au long de notre lecture. Addictif, on ne voit pas les pages défilées, celles-ci se tournent naturellement. Amateur et amatrice de fantastique, ce roman est fait pour vous ! Il va de soit que je lirai le deuxième opus afin de connaître la suite des aventures d’Angie, Alban, Laurent et les autres protagonistes.

#Sara

Chronique sur Intime Idée de Nicolas Dagorn

Intime Idee

Note : 10/10

« Les jours de déprime, je repense aux bons moments, à tous ces instants de rires et de joie que nous partagions. Je les revois tout les deux, souriants et heureux. Alex était plus qu’un frère pour Noah, c’était son dieu, son protecteur, celui qui dépassait le handicap et le portait chaque jour plus haut, celui qui brillait en famille, à l’école, dans le quartier, et qui sacrifiait ses journées à faire le bonheur des autres. C’est sans doute ce qui l’a perdu. Noah était plus réservé, plus secret, mais il parvenait à surmonter la maladie grâce à la bienveillance d’Alex. Désormais, rien ne sera plus pareil.

Il m’arrive très souvent de me repasser le film de cette dernière année. Chaque fois, j’essaie de trouver ce que j’aurai pu faire pour éviter tout ça, ce que j’aurais pu dire, comment intervenir. Je me répète souvent : « Et si ? », ou encore : « Et pourquoi ? » Je ne parviens pas à trouver de réponses à mes questions.

Si je devais définir le point de départ de cette histoire, je le situerais au moment de l’inauguration du foyer, voilà un peu plus d’un an. C’était au début des vacances d’été. »

Roxane

Résumé : « Roxane vit dans le quartier calme d’une petite ville. Son quotidien est rythmé par les copines, l’école et une vie de famille tourmentée. Depuis quelques mois, le handicap de Noah, son plus jeune frère, est venu chambouler la donne à la maison. Alex, son frère cadet, un jeune homme sportif au grand cœur, a endossé le rôle de protecteur face à une mère effacée et un père distant.

Hugo vient d’être placé par le juge pour enfants dans le foyer situé en face de chez Roxane.

Au fil des jours, il découvre tant bien que mal son nouvel environnement, où jalousie et quête de popularité se règlent à coups de complots et d’intimidations… Le tout orchestré par Enzo, éternel chef de la bande, prêt à tout pour conserver son trône.

Deux trajectoires bien distinctes. Deux destins que rien ne prédisposait à s’entrechoquer.

Et pourtant, Roxane et Hugo vont malgré eux être les témoins de la rivalité opposant Enzo et Alex, et vont nous emporter dans leurs réflexions sur la vie, l’amour, la haine et la mort. »

Mon Avis

Pour commencer, je voudrais remercier chaleureusement Andreïna pour l’envoi de ce service presse.

« Intime Idée » est un ouvrage qui explique parfaitement le réalisme de certaines personnes. D’une naturalité absolue, l’auteure a pris la décision de discuter de plusieurs thèmes importants tels que le cyber harcèlement, l’intimidation, le harcèlement scolaire ainsi que les risques que peuvent causer les réseaux sociaux.  Bouleversant, il est impossible de ressortir indemne de cette lecture. C’est si réel…

J’ai l’impression qu’à travers ces pages, Nicolas Dagorn voulait nous faire un parvenir une leçon de vie, que nous ne sommes pas prêts d’oublier, qui permettrait de susciter la lucidité de plusieurs personnes. L’intimidation ne devrait pas exister. Pourtant, c’est un sujet tabou que beaucoup d’individus refusent d’approcher… En écrivant cette histoire, l’auteur a réussi à braver les adversités. En effet, à chaque chapitre, Nicolas Dagorn nous entraîne dans les tourments de deux jeunes adolescents qui doivent affronter les démons extérieurs de la vraie vie. De plus, étant une narration à deux voix, nous pouvons savoir ce qu’un personnage affronte face à telle situation et vice-versa.

D’une part, nous avons Roxane, une jeune adolescente qui vit pour sa famille. Ainée de la fratrie, elle doit constamment défendre ses deux petits frangins, Alex et Noah, de tous les dangers de la rue. Aux yeux de Roxane, Alex est le petit prodige de la famille. Sportif et brillant, il pratique le football, mais suite à une horrible blessure, le jeune homme a dû arrêter ce sport, au grand désespoir de son père qui croyait qu’Alex allait réussir à se faire une place. Pour Roxane, Noah est l’exact opposé, c’est un garçon timide et sérieux. Malheureusement, après que les médecins lui est diagnostiqué une maladie, Noah se retrouve en chaise roulante.

Malgré ces détails, Roxane semble pleinement épanouie dans belle famille… Jusqu’à l’ouverture de ce fameux foyer pour adolescents. Néanmoins, lorsqu’Alex décide de faire une partie de foot avec les juvéniles afin de diminuer la flamme entre les habitants du quartier et ceux du foyer. Quoi qu’il en soit, quand une bagarre éclate entre Alex et Enzo, le leader de la maison d’accueil, Roxane va comprendre que tout ceci n’est que le commencent d’une longue série d’événements. Ressortiront-ils tous indemne de cette situation ?

D’autre part, nous avons Hugo, qui n’a pas eu la même chance que Roxane au niveau familial. En outre, c’est un jeune adolescent de dix-sept ans qui erre dans les rues sans avoir de but. Seul, il commet de nombreuses infractions afin de survivre, mais lorsqu’il se fait attraper, Hugo est envoyé à comparaître devant un juge. Étant mineur, le magistrat prend la décision de placer le juvénile dans le foyer, qui se situe juste en face de la maison de Roxane. Dès les premiers moments, Hugo, avec Roxane, devient le spectateur d’un combat entre un adolescent du quartier et un des voyous du foyer. À la fin de cette guerre, qui ressortira gagnant ? Pourront-ils vivre en parfaite harmonie après cela ?

Concernant la plume d’écriture de l’auteur, elle est fluide et addictive à bouquiner. Le récit regorge de plusieurs intrigues qui nous tiennent en haleine tout au long de notre lecture. On s’accroche fermement tout en nous laissant aller, « Intime Idée » est ombrageux et poignant. Après avoir tourné la dernière page, j’ai cru que je ne m’en remettrai jamais, c’était si difficile à lire. À certains instants, l’histoire nous donne de sourire, de rire, de pleurer et de nous mettre en colère, mais le plus important, c’est de comprendre les répercussions que causent l’intimidation.  

Époustouflant, on ne peut que se laisser tenter par cette merveilleuse lecture qui nous touche au plus profond de notre être. À travers les pages, on découvre une réalité qui frappe fort en événements dramatiques. Sans compter qu’on se laisse facilement plonger au cœur du récit.

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire qui se caractérise par son cocktail d’émotions fortes. Sans aucun doute, les interlocuteurs principaux sont captivants à suivre. En lisant les chapitres, on a également l’impression de ressentir ce qu’ils perçoivent. Une histoire qui n’épargne personne, au contraire, elle sensibilise l’esprit de la personne qui lit le roman. J’ai été aussi impressionnée de bouquiner tout les détails et les informations que contenaient « Intime Idée ». L’auteur connait bien son sujet, ça c’est une évidence. Il va de soit que je vous conseille cette lecture, j’espère qu’elle vous plaira autant qu’elle m’a plu.

#Sara

Étant donné que c’était une lecture commune, je vous laisse le lien de la chronique de ma tendre amie Sabrina, blogueuse chez Les Trouvailles d’une lectrice : https://lestrouvaillesdunelectrice.blogspot.com/2019/01/intime-idee.html

Chronique sur Les Vacheries des Nombrils tome 1 : Vachement copines écrit par Delaf et Dubuc

Les Vacheries des Nombrils tome 1

Note : 8/10

« – C’est trop dur d’être canon. Parfois, je me dis que de nous trois, c’est Karine qui a le plus de chance.

– Notre vie serait tellement plus simple si on était comme elle. Ça doit être merveilleux de ne ressembler à rien ! »

Vicky & Jenny

Résumé : « Vicky la mordante et Jenny la bébête s’en donnent à cœur joie dans cet album de gags pétillants où une vacherie n’attend pas l’autre. Karine s’en prend plein la gueule. ou alors, est-ce vraiment le cas ? Parfois, celles qui se payent la tête des autres sont celles dont on peut le plus se moquer. Cet album à l’humour 100% vache vous fera meuhhhhhhrir de rire ! »

Mon Avis

Avant tout, je remercie chaudement Aline, attaché de presse de chez La Boîte De Diffusion, pour l’envoi de ce service presse.

Un premier jet assez cocasse qui nous donne larme à l’œil. N’ayant jamais les bandes dessinées, je ne savais si j’allais aimer les blagues et les histoires indépendantes… Mais, finalement, j’ai craqué pour ce petit trio infernal. Elles m’ont faite rire, rire et encore rire, jusqu’à en avoir des crampes au ventre.

Concernant les graphismes, ils sont vraiment très bien fait. Les auteur(e)s réussissent, avec brio, a reconstitués ces dessins qui nous font chavirer tout en ajoutant ces belles teintes de couleur. Les détails sont si éclatants et bien crayonner. Excellent !

Dans « Les vacheries des nombrils », nous faisons la rencontre de Jenny, Vicky et Karine, trois amies aussi inséparables que divergentes. D’un côté, il y a les deux premières filles qui sont la définition même de la méchanceté. Étant les plus populaires, Jenny et Vicky sont souvent amenées à rejeter les demandes, de rendez-vous, de leurs nombreux candidats. Prenant un plaisir sadique, elles le font par le biais de leurs belles (sarcastique) moqueries, voire même vacheries toutes aussi réalistes que surréalistes.

D’un autre côté, nous avons Karine, alias l’asperge, qui est tout le contraire de ces deux alliés. En effet, douce comme une image, la jeune fille est souvent loyale à Jenny et Vicky, malgré leur cruauté envers elle. Ne possédant pas les mêmes particularités corporelles que ses amies, Karine est souvent prise par cible. Toutefois, la jeune fille espère que ses deux complices changeront d’attitude et qu’ainsi leur amitié vaincra. Néanmoins, leur affection amicale survivra-t-elle à toutes ces situations ? Et si une brèche se forme, pourront-elles ressouder leur lien d’amitié ? Karine subira-t-elle longtemps les moqueries négatives de Jenny et Vicky ? Continuera-t-elle d’être leur souffre-douleur ou arrivera-t-elle à dire non ? Karine arrêtera-t-elle d’être toujours punie à la place de ses copines ?

À travers cette bande dessinée, Dubuc et Delaf nous plonge, littéralement, dans les origines des Nombrils. J’ai passé un excellent moment en compagnie de Vicky, Jenny et Karine. On arrive facilement à plonger dans ces récits autonomes. Honnêtement, certains situations m’ont mise dans l’embarras et d’autres m’ont bien fait rigoler.

J’ai également remarqué que dans quelques conditions, on pouvait aussi retrouver des sujets qui pouvaient être réels et touche la vie de plusieurs personnes. Laissez-vous entraîner dans cet univers imaginatif où les classes hiérarchiques règnent.

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire agréable à bouquiner et des répliques tout aussi rigolotes l’une que l’autre. Des planches de dessin très colorées et superbes à regarder. À travers ce premier tome des Vacheries, le lecteur et la lectrice se plonge dans une réflexion qui peut le mener à se questionner sur différentes idées. J’espère que ce premier opus de cette saga indépendante vous plaira autant qu’il m’a plu. Il va de soit que je vais continuer de lire les autres tomes afin de connaître la suite des aventures de Jenny, Vicky et Karine.

#Sara

Chronique sur Les secrets de Blackwood tome 1 : De lune et d’argent écrit par Amélie Walter

Les secrets de Blackwood tome 1

Note : 9/10

« – Excusez-moi, m’interpelle une voix lointaine. Mademoiselle, je vais finalement avoir besoin de votre aide si cela ne vous dérange pas.

Je suis brusquement ramenée à la réalité par une main qui s’agite devant mon visage.

Mes yeux se posent sur un poignet tatoué : un splendide serpent tout en détail, qui se mord la queue. Un Ouroboros, légèrement luminescent. Continuant mon ascension, je remonte vers un bras musclé, jusqu’à rencontrer le regard de Drew Black, debout devant moi, l’air de s’inquiéter de ma santé mentale.

– Oui… Je suis désolée, j’étais…

– Perdue dans vos pensées? me coupe-t-il en souriant.

– Je m’excuse encore. Vous vouliez de l’aide, c’est ça?

– Oui. Je crois savoir que vous possédez des archives sur la ville, j’aimerais les consulter.

– Pas de problème, en revanche, elles ne sont pas libres d’accès, vous devez être accompagné. Voulez-vous que j’aille chercher mon patron pour qu’il vous aide? proposé-je dans un souffle, encore gênée d’avoir été surprise à rêvasser au lieu de travailler.

– Je comprends, mais je préférerais que vous m’accompagniez, votre patron ne m’apprécie pas trop, m’apprend-il, la moue boudeuse, mais les yeux rieurs.

– Comme vous voulez.

Je me lève et le prie de me suivre. Les archives se situent au sous-sol, personne n’y descend jamais. Je déverrouille la porte avant de laisser le jeune homme entrer. Tandis qu’il parcourt les rayonnages et autres caisses de papiers moisis, je m’assieds à l’unique table trônant au centre de la pièce. J’en profite pour détailler l’étrange personnage devant moi.

Séduisant, il porte des vêtements sombres : jean bleu foncé, tee-shirt noir, et des bottes de motard. L’ensemble lui va plutôt bien, même s’il lui donne un style de mauvais garçon, contrastant avec ses manières polies. Il a dû sentir mon regard, il tourne légèrement la tête, plonge ses yeux dans les miens, un léger sourire aux lèvres. De plus en plus gênée, je tente de dissiper mon malaise :

— Un coup de main?

– Avec plaisir. Je recherche tout ce que je pourrais trouver au sujet d’une vieille famille d’ici. Celle de Charles Hunt.

– Je vois, il s’agit d’une des premières familles à s’être installée ici, c’est bien ça? Après la vôtre évidemment.

– En effet. Je cherche des informations sur Charles et Adélaïde Hunt pour être précis.

– J’espère que vous êtes patient parce que comme vous l’avez sûrement remarqué, rien n’a été classé ici depuis des siècles! dis-je en plaisantant.

– Si nous commencions par ce qui se trouve dans ces cartons?

Suivant son regard, je suis effarée de constater que lesdits cartons représentent en fait un empilement précaire de boîtes, qui monte presque jusqu’au plafond, pourtant haut. Dépitée par la masse de papiers à fouiller, je m’excuse un instant et reviens avec un escabeau trouvé dans la remise. Je l’installe à côté de l’énorme pile et entreprends de passer les premières boîtes à mon compagnon d’infortune. À la troisième, mon pied glisse, je lâche ma charge et bascule en arrière.

Je ferme les yeux, attends le choc qui risque d’être brutal. Il ne vient pas. Au lieu de ça, j’atterris dans les bras fermes de Drew, qui a eu, pour mon plus grand bonheur, le réflexe de laisser tomber ce qu’il tenait dans les mains pour me rattraper. Au même moment, ma tête touche son torse, mes mains s’agrippent à son tee-shirt, froissant le tissu qui libère un très léger parfum, exacte réplique de celui qui me suit partout depuis ce matin. De stupeur, je hoquette. Il doit prendre ça pour de la peur, car il resserre brièvement son étreinte avant de me remettre sur mes pieds, troublée, mais reconnaissante.

– Merci, merci beaucoup! Sans vous j’étais bonne pour me casser une jambe!

– Il n’y a pas de quoi, mais faites attention la prochaine fois, je n’aurai peut-être pas autant de réflexes et je m’en voudrais si vous vous blessiez alors que vous êtes en train de m’aider, murmure-t-il, dans un souffle.

Un petit rire nerveux s’échappe de ma gorge, tandis qu’il défroisse ses vêtements, envoyant une nouvelle bouffée de parfum dans ma direction. Comment ai-je pu ne pas reconnaître cette odeur plus tôt? Je crois deviner la réponse quand mon regard se trouve attiré irrémédiablement vers ses lèvres. Après m’être mentalement flanqué une gifle, je me ressaisis et commence à trier les papiers par pertinence, remettant à plus tard mes réflexions sur l’étrange fragrance de mon compagnon. »

Drew & Gloria

Résumé : « Depuis que Gloria s’est réveillée dans une chambre d’hôpital, plus rien n’a de sens. Sa mémoire semble défaillir, et aux images d’un banal accident de voiture qui lui reviennent à l’esprit se mêlent d’effrayantes visions. Quelque chose en elle a changé… Le monde de la jeune femme est sur le point de s’effondrer. Ce qui prend racine au cœur même de la forêt de Blackwood est-il magie ou malédiction ? Quels sombres secrets renferme ce lieu obscur ? Le retour du séduisant Drew Black, accusé de meurtre des années plus tôt, n’est-il vraiment qu’une coïncidence ? Une chose est sûre, la vie de Gloria ne sera plus jamais la même ! »

Mon Avis

Pour commencer, je voudrais remercier les Editions Elixyria, mon partenaire littéraire, pour leur confiance envers moi ainsi que pour m’avoir confié ce chouette service presse.

Une lecture captivante qui m’a plu du début jusqu’à la fin. Étant une grande admiratrice du fantastique depuis mes treize ans, je n’ai pas pu y résister. « Les secrets de Blackwood » est une histoire qui contient de nombreux rebondissements. En effet, en lisant ce premier tome, on pourrait même se croire dans une série télévisée. Possédant une belle page couverture, celle-ci nous donne déjà un aperçu de ce que le livre contient. Toutefois, j’aurai aimé que l’auteure développe un peu plus au niveau des scènes, j’ai l’impression d’être passé à côté de quelque chose… Les passages se déroulaient rapidement, malgré cela, j’ai quand même eu un gros faible pour ce premier opus.

Sans aucun doute, j’ai également adoré le fait que l’écrivaine mette en premier plan le thème de la famille et l’acceptation de soi. En outre, on peut remarquer cela, à travers la famille Black, ils sont tellement soudés, ils se soutiennent l’un et l’autre, au point que s’en ait touchant. Concernant Gloria et la façon dont ils l’acceptent sans aucune hésitation… Wow ! Je n’ai rien à dire de plus sur cela.

Gloria est une jeune femme empathique et déterminée, qui possède une vraie passion pour les livres (un vrai petit rat de bibliothèque). Vivant dans la ville de Blackwood, elle détient un poste de libraire dans une bibliothèque.  Gloria dispose d’un métier qu’elle adore et une vie simple, sans prise de tête… Jusqu’à ce qu’elle soit en proie d’un horrible accident. Amnésique, la jeune femme ne se souvient ni de l’attaque ni de comment elle a réussi à survivre. Pourtant, à certains moments, des petites odeurs par ici et par là ainsi que des éclairs d’images, lui rappelle l’attaque qu’elle a subie. Voulant à tout prix savoir ce qui s’est réellement passé, Gloria va essayer, à l’aide d’Olivia, sa meilleure amie, d’enquêter sur cette fameuse nuit. Découvriront-elles la vérité ? Et lorsque la jeune femme rencontre un mystérieux inconnu, Gloria se rend compte qu’il pourrait peut-être détenir la clé du mystère.

Drew Black revient dans sa ville natale, suite après avoir été injustement condamné pour un crime qu’il n’a pas commis, il y a quelques années. Dans cette petite ville, les rumeurs vont et viennent, mais malgré cela, elles sont assez durables à rompre. Énigmatique, Drew préfère faire profil bas, surtout après ce qu’il s’est passé. Impulsif, il possède un tempérament assez fugace, ce qui peut lui causer quelques soucis dans certaines situations. Alors qu’il fait la rencontre de cette belle bibliothécaire, Drew se rend compte que cette jeune femme n’est pas aussi innocente. Ainsi, au fur et à mesure, il prendra un vilain plaisir à provoquer Gloria, mais lorsque son attirance pour elle se développe en quelque chose de plus fort, Drew craint pour la vie de sa bien-aimée.  Arrivera-t-il à la protéger de ceux qu’ils leur veulent du mal ? Saura-t-il lui avouer ses sentiments pour elle ?

Concernant la plume d’écriture de l’écrivaine, elle est limpide et addictive à bouquiner. De plus, on s’attache facilement aux personnages principaux. Pour ma part, Gloria m’a fasciné avec sa grande force de caractère. C’est une fille qui n’abandonne jamais sans se battre et elle ne voit que le bon côté des choses. Une qualité tellement rare chez une personne. C’est en lisant le récit que je me suis rendu compte que Gloria est tout le contraire de Drew, elle est calme et réfléchie tandis que lui, il est irréfléchi et distant. Ils forment une belle paire !

Honnêtement, chaque protagoniste est important, ils sont tous un rôle à jouer dans l’histoire. Ils apportent tous un soupçon d’intrigue. Néanmoins, j’espère que l’auteure développera un peu plus l’évolution psychologique de chacun dans les prochains tomes, car d’après moi, ils méritent tous une place importante, dans le livre, étant donné que c’est grâce à eux que Gloria permute mentalement.

En ce qui concerne l’épilogue, je l’ai trouvé un peu court. En d’autres termes, quelques pages de plus auraient été plus que suffisant…

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire remplie de rebondissements. Amélie Walter est une jeune auteure qui dispose d’un beau potentiel. À travers ce premier tome, elle nous entraîne dans un univers littéraire où les loups-garous et les chasseurs sont en guerre depuis des siècles. Une superbe découverte littéraire ! Je vous conseille cette histoire, j’espère qu’elle vous plaira autant qu’elle m’a plu. Il va de soit que je lirai la suite des aventures de Gloria, Drew ainsi que de tout les autres interlocuteurs.

#Sara

Chronique sur Toutes les victimes sont consentantes de Gérard-Noël HESSE

Toutes les victimes sont consentantes

Note : 8/10

« Certaines philosophies nient l’énergie masculine. Elle avait publié un livre sur les religions et découvert à cette occasion qu’il y a plus de cinq mille ans, une femme, la Grande Déesse, était adorée dans la plupart des cultures. Puis progressivement les dieux mâles l’avaient supplantée. L’auteur du livre citait une légende tantrique évoquant l’irruption soudaine d’un phallus géant et destructeur. Ce linga de pierre noire rasait forêts et palais, limait montagnes et collines, perçait les lacs. Les dieux avaient beau envoyer leurs meilleures troupes pour l’arrêter, rien n’y faisait. Enfin, ils s’étaient souvenus de la Grande Déesse, avaient fait amende honorable et lui avaient demandé d’intervenir pour les sauver. La Grande Déesse se manifesta alors dans le ciel, s’empara du phallus géant et le plongea en elle où il connut une jouissance telle qu’elle apaisa totalement sa folie destructrice. Ekaterina voyait dans cette Grande Déesse l’ancêtre des dragons chinois symbolisant depuis des siècles pouvoir de transformation, immortalité, sagesse et chance. Ils vivent cachés parmi les hommes, prennent leur apparence pour y remplir une mission civilisatrice. Ils fusionnent tous les éléments puisqu’ils vivent sous terre ou dans l’eau, qu’ils volent dans les airs et qu’ils crachent du feu. Ils sont le mouvement fondamental, spiralé, ondulant de l’énergie vitale. Ekaterina se sentait dragon.

Un mois s’était écoulé avant qu’elle ne revît Pauline. Dès qu’elle aperçut son amie, elle se sentit coupable de ne pas l’avoir appelée plus tôt. Pauline était ravagée. Ce n’était pas apparent, elle avait toujours son allure de petite fille sage qui donne le change. Mais Ekaterina lisait en elle, la décortiquait comme si elle s’était servie d’un scalpel. Pauline lui avoua qu’elle avait passé la nuit avec Bernard, le critique rencontré lors du vernissage. Et puis plus rien. Elle ne l’avait pas revu. Il ne répondait pas au téléphone. Pauline s’estimait trompée. Plutôt que de la consoler en la renforçant dans ses sentiments négatifs envers Bernard, Ekaterina entreprit de lui montrer la réalité sous un autre jour. Elle n’avait pas vraiment été trompée, tout au plus avait-elle été un trop bon public. Pauline protesta vivement mais Ekaterina n’était pas du genre à lâcher sa proie facilement. Elle lui expliqua avec douceur que si la tradition du carnaval s’était perdue dans nos sociétés modernes, les masques continuaient de proliférer. La vie tout entière n’est qu’un carnaval. Un vernissage ne fait pas exception. L’hypocrisie triomphe. « Je est un autre, rappelle-toi, c’est de Rimbaud, Rimbaud ne peut pas avoir tort. » Ekaterina savait que Pauline était fan de Rimbaud, elle avait marqué un point, son amie était moins crispée, plus disposée à l’écouter. »

Ekaterina

Résumé : « Ils sont cinq : une éditrice, un converti, une étudiante, un président de la République en exercice et un trader en rupture de ban.

Cinq personnages aux origines, aux profils différents. Leur point commun ? Ils vivent en France, aujourd’hui. Ils portent un regard lucide, désabusé, parfois cruel sur notre société. Ils cherchent une source d’espoir pour guider leurs pas et trouver sinon le bonheur, du moins un sens à leur vie. Pas évident dans un monde où les discours s’entrechoquent, les valeurs s’opposent, les perspectives se dissolvent. »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie Marine Mouzelard pour l’envoi de ce service presse.

C’est une lecture assez spéciale, je dois dire. Je n’ai pas l’habitude de bouquiner ce genre de roman, mais il faut bien sortir de sa zone de confort de temps en temps. « Toutes les victimes sont consentantes » nous offre une autre perception de la vie qui peut nous mener à nous questionner sur notre société actuelle au niveau de certains sujets tels que la liberté d’expression ou le libertinage.

Et si toute cette mascarade cachait une ambiance encore plus terrible qu’elle ne l’est déjà ? Pourtant, toutes ces règles ne sont pas présentes pour rien, elles aident à garder l’ordre dans une collectivité qui pourrait se transformer en un véritable chaos sans elles. Cela étant dit, certaines personnes arrivent à les contourner, transformant ainsi la société selon leur vouloir. Par conséquent, les émotions négatives et les restrictions commencent à s’installer au sein de la communauté. Or, à partir de ce moment, ceux qui emprunteront cette voie vont ressentir un besoin de dominer les autres, alors que certains individus se sentiront soumis à ces situations. Devenir une victime ou être un agresseur ? C’est une décision que plusieurs personnes doivent faire s’ils veulent vivre dans cette association publique. Subséquemment,  c’est à travers les yeux de cinq personnages que l’auteur, Gérard-Noël HESSE, démontre cette réalité.

Dans « Toutes les victimes sont consentantes », nous faisons la rencontre de cinq personnes en quête de bonheur. Aussi différents l’un que l’autre, ces individus sont perdus face à cette société qui leur reproche tant de choses. C’est en portant une vision clairvoyante qu’ils vont prendre la décision de partir en quête d’une source d’espoir qui les aidera à voir plus clair dans ce sombre tunnel.

Concernant le style d’écriture de l’auteur, il est élémentaire et distinct. En effet, dès les premières pages, nous entrons dans le vif du sujet. Gérard-Noël HESSE parvient à détailler chaque sentiment éprouvé par les protagonistes principaux. Il écrit seulement ce qui est nécessaire à comprendre.

Ces nouvelles racontent le parcours de différentes personnes, chacune est passée par une voie, mais, au final, ils sont tous reliés ensemble. Sans compter que les pages défilent rapidement, on se laisse facilement embarquer.

Un dernier mot ?

Un recueil de textes qui peut nous aider à ralentir les jugements trop empressés. Une histoire assez singulière, mais intéressante. Poussant à la réflexion, ces écrits peuvent probablement nous aider à comprendre certaines façades de la société actuelle. Une conclusion ouverte qui laisse part à l’imagination du lecteur/lectrice, l’encourageant ainsi à élaborer sa propre position sur la situation.

#Sara

Chronique sur Au-delà des apparences tome 2 : Renaître dans tes bras de Céanny

Au-dela des apparences tome 2

Note : 10,5/10

« J’adore ce boulot, et je mets un point d’honneur à ne pas décevoir ma patronne. Elle m’a donné ma chance et il est hors de question qu’elle regrette de l’avoir fait. Sauf que si des filles sont absentes, il faut que je les remplace. Ce qui veut dire danser à leur place. En temps normal, ça ne me dérange pas, mais ce soir, Santos est dans la salle, ce qui veut dire que lui sera là aussi. Scars. L’homme qui envahit mes rêves depuis près de trois ans… Chaque fois que je monte sur scène et qu’il est dans la salle, je suis nerveuse et je perds mon assurance. Il reste en retrait mais je sens son regard sur moi, comme s’il pouvait me toucher juste avec ses yeux. Je ne lui ai plus jamais parlé depuis le soir où je l’ai rencontré, mais il continue de me troubler. »

Jade

Résumé : « Scars est un homme brisé par les épreuves de la vie. Au fil des années, il s’est forgé une carapace solide, ne laissant personne la percer.

Mais ce soir, dans ce club, tout est remis en question lorsqu’il croise le regard de cette petite rousse qu’il n’arrive plus à se sortir de la tête.

Strip-teaseuse au Paradise, Jade fuie un passé dont elle a peur de s’affranchir. Elle gagne sa vie en se mettant à nu tous les jours, mais personne ne la connait vraiment. Pour elle, l’amour n’est qu’illusion, il n’existe pas.

Alors pourquoi ne pense-t-elle plus qu’à ces iris dorés?

Coincés entre cette attirance et le poids le leur passé respectif, ils ne sortiront pas indemnes de cette passion qui les ramène inexorablement l’un vers l’autre… »

Mon Avis

Pour commencer, je remercie l’auteure, Céanny, pour l’envoi du service presse. Je suis contente d’avoir eu la chance de lire la suite de la série, car il faut dire que plus nous avançons dans cette saga et plus elle devient intéressante.

Ce roman est aussi bon que le premier tome, mais, dans celui-ci on y trouve des personnages complexes, marqués par leur lourd passé. Ce second opus contient une histoire plus nuancée et plus ombrageuse, c’est un vrai casse-tête ambulant. Toutefois, c’est ce qui fait son originalité.

J’ai vraiment un énorme béguin pour cette saga, elle est vraiment géniale à bouquiner. Concernant ce deuxième tome, il se caractérise par sa palette d’émotions. Honnêtement, je me suis attachée aux personnages principaux et à certains moments, j’ai même laissé filer une larme ou deux.

Dans cette histoire, nous faisons la connaissance de Jade, une jeune femme de vingt-cinq ans qui n’a pas eu la vie facile. Pourtant, suite à une rude soirée hivernale, elle fait une rencontre surprenante. En effet, Jade se confronte à Eva, qui décide de lui offrir un travail de danseuse au Le Paradise. Travaillant avec Eva, la gérante du club, la jeune femme gagne sa vie en dansant et servant les clients. Bouleversée par son passé sombre, Jade ne désire aucune relation sérieuse et pourtant, des prunelles hypnotiques risquent bien de tout changer…

Lorsque Santos, le nouveau propriétaire du club Le Paradise, vient leur rendre une petite visite afin de percevoir son nouveau trésor, il arrive accompagner de Scars, son bras-droit. Au premier regard, Jade et Scars vont ressentir une passion, mais malheureusement celle-ci est de courtes durées. Trois ans plus tard, Jade retrouve cet homme qui l’avait tant séduite, il y a quelques années. Prise au pied du mur, notre belle rousse aux yeux verts ne peut plus nier son attirance pour lui. Néanmoins, lorsque son antécédent revient pour la hanter… Arrivera-t-elle à éloigner Scars pour sa propre sécurité ? Quelle est la raison de sa fuite ? Une personne ? Pourquoi a-t-elle tout laissé tomber pour aller s’installer à Chicago ?

Scars, se nommant en réalité Diego, est un homme d’une trentaine d’années qui travaille auprès de Santos. Possédant un fort caractère, il ne se laisse aucunement marcher sur les pieds. De plus, étant bien braqué physiquement, il démontre souvent une allure  audacieuse. Scars est un homme d’action, il préfère agir et ensuite discuter, ce qui peut le rendre intriguant aux yeux de certaines personnes. Ainsi, à cause de sa dangereuse situation, il ne laisse aucune femme entrée dans sa vie…

Jusqu’à un soir où en accompagnant son patron au club Le Paradise, Scars pose les yeux sur une séduisante femme aux cheveux flamboyants et aux yeux de jade. Au premier contact, une tension torride s’installe entre Jade et Scars. Une brève confrontation, mais une longue mélodie défile entre eux, se transformant ainsi en une belle et véritable monomanie… Et lorsque Scars la revoit quelques années, il sait que sa convoitise pour elle est toujours présente, mais il ne peut pas se laisser aller, malgré cette forte tentation.  Pourquoi ? Risque-t-il de la mettre en danger si c’est le cas ? Et concernant cette fameuse cicatrice, d’où provient-elle ?

Mouhahahahaha, Scars est vraiment un homme à part ! Je ne vous cache que j’avais VRAIMENT envie de le gifler. Non, mais… !? Quand on aime une personne, il faut assumer ses sentiments, pas la rejeter comme une vieille chaussette.  Il mériterait même une mention, à l’oscar, pour sa mauvaise conduite auprès des femmes (hahahahahaha)

Bon, passons… En ce qui concerne la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours aussi fluide et addictive à lire. En outre, même si j’ai aimé le premier tome, j’avoue que celui-ci m’a accroché l’œil. En lisant, j’ai toute de suite remarqué que les interlocuteurs principaux avaient un blindage épais comme la muraille de Chine, ce qui a piqué ma curiosité (mon vilain petit défaut), car derrière tout cela se cachait une touchante sensibilité. Poignant !

À travers ces lignes, on suit les aventures des protagonistes tout en ressentant ce qu’ils perçoivent. On vit, à fond, chaque situation à leurs côtés. Ce second opus m’a littéralement happé du début jusqu’à la fin. Sans compter que les feuilles défilent rapidement, le temps de dire « ouf » et le livre est terminé.

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire à ne pas manquer, mais lisez le premier tome avant de commencer celui-ci. J’ai également passé un excellent moment en compagnie de Scars et Jade, ils se complètent parfaitement. Une histoire bien écrite qui laisse place à une forte intrigue, une extraordinaire aventure et à une relation d’amour passionnée, mais embrouillée. Il va de soit que je vous recommande ce deuxième opus, pour ma part, ce sont les péripéties d’Allyssia et d’un bel inconnu (troisième tome) qui m’attendent.

#Sara

Chronique sur Les Gardiens des portes tome 2 : Alicia écrit par Sonia Alain

Les gardiens des portes tome 2

Note : 12,5/10

« Keith jugea plus judicieux de garder le silence sans toutefois la quitter des yeux. Il lui tendit la main avec réserve afin de l’aider à se relever. Un frisson parcourut Alicia. Elle secoua la tête avec vivacité en signe de négation, préférant se tenir à l’écart. Ce simple mouvement brusque lui arracha une grimace douloureuse, la ramenant à l’ordre. Elle toisa l’inconnu, plus suspicieuse que jamais. Keith croisa les bras sur son torse, agacé. Décidément, cette oie blanche ne manquait pas de cran. Aucune femme de son clan ne se serait permis de le rembarrer ainsi, sous peine de s’attirer son courroux. Mais l’heure n’était pas au badinage. Conrad pouvait, par un sortilège obscur, contrecarrer sa magie et revenir sur ses pas pour terminer ce qu’il avait commencé. Étant donné la dépense d’énergie considérable qu’il venait de déployer, son pouvoir risquait d’être insuffisant devant la sorcellerie de celui-ci, d’autant plus qu’il semblait avoir été coupé de ses frères.

Il emprisonna les mains d’Alicia dans un étau de fer en tenant pour acquis qu’une simple mortelle ne s’insurgerait pas contre son autorité. Il la souleva avec une facilité déconcertante, puis la bascula à califourchon sur son dos. Il s’éloigna des lieux à grandes enjambés, indifférent à la surcharge de poids qu’il transportait. Paniquée, Alicia se démena comme une folle, mais rien n’y fit. La seule chose qu’elle récolta en retour fut une douleur lancinante lorsqu’il resserra son étreinte, lui broyant presque les os des poignets. Une plainte lui échappa, faisant sursauter Keith. Il s’immobilisa en comprenant qu’il l’avait blessée. Il la ramena devant lui pour la déposer rudement sur le sol. Irrité, il la fixa avec hostilité.

— Accepterez-vous de me suivre sans contester si je vous relâche ?

Trop abasourdie pour rétorquer, Alicia demeura muette. Elle recula d’instinct. Keith s’assombrit davantage. Exacerbé, il se passa une main dans les cheveux en maugréant. Lorsqu’il fit un pas dans sa direction, Alicia se replia sur elle-même.

— Vous n’avez rien à craindre de ma part, mortelle, lâcha-t-il d’un ton bourru. Je suis ici pour vous protéger. »

Keith & Alicia

Résumé : « Le Sidh est un monde magique peuplé d’êtres mythiques, qui se trouve sous les collines et les tertres d’Écosse.

Alicia, une jeune femme aux pouvoirs endormis, ignore que son existence est sur le point de basculer. Pourtant, quelqu’un cherche à lui nuire avant que sa destinée ne s’accomplisse. De plus, le voile qui sépare le monde des humains de celui des démons s’est fragilisé et menace de se déchirer. Qui aurait cru qu’une simple promenade dans les ruines d’un cercle de pierre en Écosse l’entraînerait sur ce chemin hasardeux.

Et Keith, ce Laird du clan MacGrandy et gardien du voile, pourra-t-il vraiment lui venir en aide ? Comment faire confiance à un homme qui vous a piégé en vous liant à lui pour l’éternité ?… »

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie l’auteure, Sonia Alain, pour l’envoi de cet extraordinaire roman. J’ai été plus que ravie de replonger dans cet univers magique qui m’avait tant fasciné la première fois.

Ayant dévoré le premier tome, je n’ai pas pu attendre… Je me suis littéralement lancé sur la suite et je dois vous dire que je n’ai pas été déçu. À mes yeux, Sonia Alain fait partie de mes auteur(e)s coup de cœur. Quel que ce soit le roman qu’elle écrira, je sais, de source sûre, que jamais je serai contrarié.  

L’écrivaine possède un merveilleux talent pour l’écriture, elle parvient à manier les mots avec un succès. Sans compter qu’à travers ses romans, nous avons l’impression de voyager à plusieurs époques tout en volant dans différentes parties du globe. Il m’arrive quelque fois, lorsque je lis une des histoires, de faire partie de l’aventure… Comme par exemple, en lisant ce second opus, j’avais l’impression d’être en Écosse tout comme Alicia, de percevoir l’extraordinaire paysage écossais et de ressentir le vent. Avez-vous déjà ressenti ces étonnantes sensations ?

Dans cette suite, nous faisons la connaissance d’Alicia, une jeune femme qui n’a pas eu la vie facile, mais lorsqu’elle découvre le corps, complètement mutilé et déchiqueté, de sa colocataire, elle se rend compte que désormais, plus rien ne sera pareil. Ainsi, nous la retrouvons quelques mois plus tard, en pleine préparation pour un voyage organisé avec Hélène et Caroline, ses deux amies. Celles-ci ont planifiées ce voyage en Écosse afin de permettre à Alicia de se remettre de ce traumatisme. Émerveillées par les belles plaines écossaises, les trois filles vont profiter de ce moment pour visiter ce beau pays. Toutefois, une confrontation risque de tout changer… Alors, quand une mystérieuse brume surprend les trois filles, celles-ci sont surprises de constater que ce brouillard ne leur veut aucun mal. Au contraire, pour les protéger, cette vapeur les dirige vers le Sidh, un lieu sacré et magique. La raison de sa présence, ça sera à vous de le découvrir !

Par conséquent, pour leur sécurité, elles seront placées sous la protection de Keith MacGrandy, le Laird du clan MacGrandy. Forte de caractère, Alicia refuse de se laisser marcher sur les pieds et surtout pas par son beau highlander. Ainsi pour se performer au combat, la jeune femme décide  d’apprendre à se battre… et tout cela au côté de Keith. Au fur et à mesure que la situation progresse, l’évolution psychologique change radicalement. Dorénavant, cette femme faible et sans défense, s’est métamorphosé en une guerrière redoutable et respectée. Pourtant, plus Alicia passe du temps avec Keith et plus, elle commence à ressentir une forte attirance. Une relation amoureuse est-elle possible entre eux ? Le machiavélique Conrad persuadera-t-il Alicia de se joindre aux forces du mal ?

Keith MacGrandy, est le Laird du clan MacGrandy. Arrogant, il déteste qu’une femme lui manque de respect. Personne n’ose lui tenir tête, tous, sauf un individu… Alicia. Gardien du voile, il a comme Marcus (héros du tome 1), la mission de protéger une femme, Keith devra tout faire ce qui est en son pouvoir pour empêcher qu’Alicia ne penche vers les ténèbres. Au premier regard, plusieurs étincelles ont leur apparition, mais ce n’est pas cela qui arrêtera l’highlander. Pour réveiller la vraie nature d’Alicia, Keith n’aura pas d’autre choix que de se lier à elle pour l’éternité. Néanmoins, pour pouvoir s’aimer, les deux amoureux devront combattre les créatures démoniaques et Conrad. Arriveront-ils à refermer le voile ?

En ce qui concerne la plume d’écriture de l’écrivaine, elle est fluide et addictive à bouquiner. Sonia Alain nous plonge dans un univers emplit de rebondissement, d’action, d’intrigue, d’amour, d’amitié et de vengeance. Comme je l’ai précisé, ça été un réel plaisir de retrouver le style de l’auteure. C’est toujours un délice ! Sans aucun doute, les personnages principaux sont captivants à découvrir, chacun possède une histoire à raconter. En lisant cette histoire, je suis passé par une panoplie d’émotions telles que la peur, la tristesse, la colère ou encore l’admiration.

Sonia Alain sait comment capter l’attention de son public à travers ses mots. On entre directement dans le vif du contenu dès les premières pages. En effet, elles se tournent facilement.

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire qui m’a charmée et chamboulée ! Je vous l’accorde, c’est un livre plus sombre que les autres, mais il en vaut la peine. J’avoue que jusqu’à présent, j’ai une légère préférence pour ce deuxième tome. Finalement, un autre tome de cette saga a réussi à me marquer au fer rouge. Il va de soit que je lirai le troisième tome, il faut absolument que je connaisse la conclusion finale !

#Sara

Chronique sur OMG ! tome 1 : « Écris-moi si tu peux ! » de Catherine Bourgault

OMG tome 1

Note : 9/10

« — Bon, cet iPod, on le regarde ? propose-t-elle.

Évidemment, elle me le prend des mains. Elle fait toujours ça quand je ne réagis pas assez vite à son goût! Avec Emma, il faut que ça roule ; il n’y a pas de temps à perdre. Quelques secondes plus tard, elle fronce les sourcils et incline la tête sur le côté – comme si ça l’aidait à réfléchir.

— Quoi? lancé-je.

— Attends une minute…

Mon amie examine l’appareil sous toutes ses coutures. Ensuite, elle l’approche de son visage et scrute la vitre en la grattant avec son doigt.

— Il y a un truc qui cloche ! clame-t-elle. Tu es certaine qu’il est neuf ? Il y a des égratignures sur l’écran.

Ma «balloune » de joie pète d’un coup. Pouf ! Sceptique, je me penche pour mieux voir ce qu’Emma me pointe de son ongle bleu. Mais non, c’est sûrement une poussière. Ma mère ne m’a sûrement pas acheté un iPod usagé, quand même… Merde ! Emma a raison: la vitre n’est pas parfaite. Elle est même un peu sale. En regardant de plus près l’étui, je remarque qu’il est usé sur le côté.

— Je ne sais pas où ma mère l’a acheté.

À bien y penser, ce ne serait pas étonnant qu’elle l’ait pris dans un magasin vendant de l’usagé. Elle n’a pas beaucoup d’argent. Bon, ce n’est pas si grave, que j’essaie de me convaincre devant mon amie riche qui change sûrement d’iPod tous les ans et qui collectionne les étuis de toutes les couleurs pour les agencer à ses vêtements. Au moins, maintenant, j’ai un iPod, moi aussi.

Emma pianote si vite sur l’écran que j’ai du mal à suivre ce qu’elle fait. Après ce qui me semble une éternité, elle me regarde la bouche ouverte. Je constate alors l’absence de plombage sur ses belles dents blanches et droites.

— Quoi encore ?

— Non seulement ton iPod est usagé, mais il n’a pas été réinitialisé !

Mon cœur bat aussi vite que si elle venait de m’annoncer qu’une bombe allait sauter. En fait, à voir sa tête, ça a presque l’air de ça.

— Qu’est-ce que ça veut dire ? demandé-je, me sentant totalement nulle.

 En réalité, je n’ai pas le goût de perdre du temps à réfléchir. Allez, parle! Emma passe rapidement le bout de sa langue sur ses lèvres pour les humecter avant de cracher le morceau:

— C’est simple : ça veut dire que, dans l’appareil, il reste des photos, des vidéos, de la musique qui appartiennent à l’ancien propriétaire de ton iPod.

Oh my God ! »

Iris & Emma

Résumé : « Lorsque Iris déballe le iPod tant souhaité pour son anniversaire, elle ne se doute absolument pas de tous les secrets que renferme l’appareil. Désormais, elle ne sera plus la seule de la gang à sourire bêtement pendant que les filles regardent des photos sur Instagram ou potinent sur les réseaux sociaux. Enfin, elle aussi aura un iPod qui dépasse de la poche arrière de son pantalon ! Surexcitée par son cadeau « super-méga-génial », Iris s’empresse de l’explorer. En quelques clics, une révélation : il est usagé et n’a pas été réinitialisé ! Le lien direct vers une boîte courriel lui en apprendra beaucoup sur la vie du propriétaire précédent, un garçon. En fait, ce dernier semble avoir complètement disparu et ses amis s’inquiètent. Iris arrivera-t-elle à le retrouver ? Et s’il était plus près qu’elle ne le croit ? Obsédée par l’univers mystérieux contenu dans son gadget favori, la jeune fille sera prête à tout pour rencontrer celui qui se fait surnommer Sandman… »

Mon Avis

Pour commencer, je voudrais remercier l’auteure, Catherine Bourgault, pour sa jolie petite dédicace. Ce premier opus est un achat que je ne regrette pas.

Une littérature jeunesse prometteuse. À travers ce premier tome, j’avais l’impression de revivre mon adolescence, c’était vraiment comique à imaginer. « Écris-moi si tu peux ! » est une histoire qui ne passe pas du coq à l’âne. À l’aide de ces courtes descriptions et de ces petits chapitres, l’auteure favorise la compréhension. Élémentaire et naturel, on ne perd pas le fil dans ce premier opus. C’est un livre à lire !

Léger et cocasse, il faut fera tordre de rire à certaines situations, tout comme moi.

Dans « Écris-moi si tu peux », nous faisons la rencontre d’Iris, une adolescente de treize ans qui vit avec Sam, son grand frère, et sa mère. Lors de son anniversaire, elle reçoit, de la part de sa mère, un ipod… Toutefois, elle va se rendre compte que celui-ci est usagé et qui n’a pas été réinitialisé. Iris, avec l’aide d’Emma, sa meilleure amie, va essayer de retrouver le propriétaire de cet objet électronique. En feuilletant dans les contacts, photos, vidéos et les mails, les deux jeunes filles vont apprendre plusieurs informations qui les mèneront vers ce mystérieux inconnu. Pour ce faire, elles créées un tableau afin de retranscrire toutes les données qui leur seront utiles tout au long de leur enquête. Au fur et à mesure que leurs recherches avancent, Emma et Iris découvriront des secrets qui auraient dû rester dans l’oubli. Alors que l’amour décide de leur faire un petit tour, arriveront-elles déchiffrer ce mystère ou décideront-elles de le mettre de côté pour se consacrer à leur petite complicité amoureuse ? Réussiront-ils à découvrir le vrai prénom du possesseur ? Qui est cet énigmatique Sandman ? Que cache-t-il ?

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle est fluide et agréable à bouquiner. On plonge facilement dans l’intrigue. De plus, étant donné que c’était la première fois que je lisais un des écrits de Catherine Bourgault, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, mais je n’ai pas été déçu. J’ai vraiment aimé ce tome initial. Ce récit est caractérisé par sa narration à deux voix. En effet, l’écrivaine aborde cette aventure à travers les yeux d’Iris et de Jacob. Non, je vous vois venir avec vos « pourquoi lui et pas un autre personnage ? », afin de connaître la réponse à cette question, vous devrez lire ce premier tome.

Un dernier mot ?

J’ai passé un excellent moment en compagnie de tous ces interlocuteurs.  Sympathique, il vous fera revivre votre adolescence. On s’attache facilement aux protagonistes, certains n’ont pas eu la vie facile et d’autre moyennement. Je compte continuer la série, il me tarde de lire la suite de leurs péripéties. Sans compter que je suis curieuse de savoir leur évolution psychologique. Il va de soit que je vous recommande « Écris-moi si tu peux ! », j’espère qu’il vous plaira autant qu’il m’a plu !

#Sara

Chronique sur Du bout des doigts de Céline Musmeaux

Du bout des doigts

Note : 13/10

« Seulement, ça me dépasse. Ouais, ça me prend aux tripes de te voir souffrir. Moi, je voudrais t’aider pour que tu oublies. Oui, je souhaiterais que tu me laisses te toucher du bout des doigts. Ainsi, je pourrais effacer tes larmes et prendre soin de toi. Parce que tu vois, cette nuit, face à toutes les horreurs que tu as dû encaisser, je me suis pris une belle claque. Ouais, j’ai compris ce que je ressentais pour toi. Tu n’es pas simplement la petite fille des voisins ou la seule nana que je pourrais me taper à des kilomètres, tu es celle qui fait battre mon cœur beaucoup trop vite. Putain, je crois que je suis en train de tomber amoureux de toi… »

Sasha

Résumé : « Peut-on refaire confiance aux autres quand ils ont été notre plus grand ennemi ?

Tout juste âgée de dix-sept ans, Lola n’a pas mis les pieds dehors depuis six mois.

Victime de moqueries au lycée, elle s’est enfermée dans son monde pour fuir cette réalité qui l’a traumatisée.

Ainsi, elle préfère la solitude et la sécurité de son foyer à la dureté du regard des autres.

Totalement dépassés par la situation, ses parents ne savent plus comment la gérer.

Aussi, ils décident de l’envoyer vivre chez ses grands-parents pour qu’elle se ressource.

Mais dès son arrivée au village, Lola attire l’attention de Sasha, le petit-fils des voisins.

Sensible à sa détresse il se met en quête de toucher du bout des doigts l’adolescente en proie à un mal-être profond.

Réussira-t-il à sortir Lola de la prison dans laquelle elle s’est réfugiée»

Mon Avis

Tout d’abord, je remercie chaudement les éditions NYMPHALIS pour l’envoi du service presse via la plateforme Netgalley, puis Céline Musmeaux, l’auteure, pour sa confiance envers moi.

Encore une autre pépite à découvrir !

D’après moi, ce récit est un peu plus ombrageux que les autres romans, au point qu’à certains moments, je me suis même demandé comment allait terminer l’ouvrage. Une bonne ou mauvaise conclusion ? Je me questionnais souvent sur cela… En effet, les thèmes qu’abordent « Du bout de doigts » sont assez accablants. L’histoire met en avant deux sujets tabou que peu de personnes osent approcher, c’est-à-dire, l’intimidation et le deuil. L’écrivaine illustre également toutes les conséquences que peuvent provoquer ces extorsions telles que l’humiliation, le rejet social, dépression et quelques fois, le suicide.

Honnêtement, le plus difficile, c’est d’affronter, constamment, toutes ces personnes qui vous sont fait souffrir, que ce soit le geste qu’elles posent ou des paroles qu’elles disent, après que le mal ait été fait. C’est difficile de voir la lumière au bout du tunnel lorsque nous sommes seuls, ça c’est moi qui vous le dis. Toutefois, dans toutes les formes de balancement, l’obscurité a besoin de son antagonique afin de vivre… On peut y retrouver un grand halo d’espoir qui se présente sous forme de toucher et une belle amitié qui se transforme de jour en jour en une relation amoureuse.

Ensuite, il y a les grands-parents qui vouent un amour inconditionnel à leur petite fille…et pour être honnête, c’est ce qui est venu me chercher au plus profond de mon cœur, car je connais ce genre de complicité. Mes grands-parents sont des personnes vraiment importantes à mes yeux, malheureusement, j’ai perdu mon grand-père (l’année passée), alors je ne peux que vous conseillez de vivre pleinement vos moments avec eux. Vous savez, on ne sait jamais ce que la vie nous réserve… Alors, vos mieux en profiter tant qu’il est encore temps !

Dans « Du bout des doigts », nous faisons la connaissance de Lola, une jeune femme de dix-sept ans qui a vu sa vie se transformer en un vrai cauchemar alors qu’elle avait seize ans. Depuis ce moment, elle se fait insultée de tous les noms possibles et imaginables… Vivant un vrai calvaire et ne pouvant plus étudier dans cette horrible atmosphère, Lola prend la décision de ne plus aller à l’école. Évincée des autres, la jeune femme se recroqueville sur elle-même et sombre peu à peu dans une dépression.

Ne savant pas quoi faire pour l’aider, ses parents décident d’envoyer Lola chez ses grands-parents afin qu’elle puisse changer d’air. Comment survivre à cette situation alors que seulement le fait d’attendre les rires de plusieurs individus la fait énormément souffrir ? C’est à ce moment qu’elle fait la rencontre de Sasha, le voisin de ses grands-parents. Ne sachant pas comment réagir, Lola décide de fuir ce garçon…, mais à de maintes reprises, la jeune femme le surprend à la dévisager et réciproquement. Un petit jeu de chat et la souris s’installe entre eux, puis petit à petit, Lola va se rapprocher de lui… jusqu’à en tomber amoureuse. Qui est-il ? Pourquoi est-il venu dans ce coin ? Peut-elle lui faire confiance ? Réussira-t-elle à combattre ses propres démons intérieurs ? L’aimera-t-il autant qu’elle l’aime ? Ou est-ce encore un piège ?

Sacha est un jeune homme de dix-huit qui a perdu toute sa famille dans un terrible accident. Il décide d’aller vivre chez son grand-père, le seul membre de sa famille qu’il lui reste. En plein deuil, il se reproche la mort de sa famille et ainsi, il coule dans un océan de regrets.  Néanmoins, à l’aide de son grand-père et des grands-parents de Lola, il va réaliser que s’il veut survivre, il devra se suspendre à la vie. Voulant se changer les idées, Sasha prend la décision d’aider les personnes qui l’ont maintenu à la surface. Ainsi, il fait la connaissance de la petite fille de ses voisins, Lola. Comprenant son silence et sa tristesse, Sasha essaie par tous les moyens de lui tendre la main avant qu’il ne soit trop tard. Du bout des doigts, il parvient à la sensibiliser, mais cela sera-t-il suffisant ? Sasha arrive-t-il à connaître la vérité ? Parviendra-t-il à aider cette inconnue qui fait battre son cœur ?

Concernant la plume d’écriture de l’auteure, elle est toujours fluide et agréable à bouquiner. Dès les premières pages, on perçoit le chagrin de Lola. À vrai dire, c’est vraiment bouleversant. En outre, j’ai passé un excellent moment en compagnie de ces protagonistes, on s’attache facilement à eux. « Du bout des doigts » m’a fait pleurer à plusieurs reprises, car, lors de ma lecture, tous ces souvenirs que je croyais enfouis, on refait surface. Je me suis aussi fortement associé à Lola. C’était une attendrissante histoire !

Un cocktail d’émotions, on passe facilement des larmes au rire. On ne s’ennuie pas avec ces interlocuteurs, certains apportent une touche de légèreté tandis que d’autres amènent un soupçon de piment au roman.

Un dernier mot ?

Une œuvre littéraire écrite à deux voix, ce qui nous donnait accès aux pensées de Lola et de Sasha. L’écrivaine démontre, à travers ce récit, des pensées rudes à vivre, mais réalistes. On se laisse naturellement ensorcelé par le contenu. Une autre magnifique leçon de vie à ne pas oublier : quoi qu’il arrive, il faut toujours s’accrocher ! Poignant jusqu’à la toute fin, l’écrivaine n’hésite pas nous montrer ce que l’harcèlement social peut provoquer chez une personne. Un conseil. Gardez des tonnes et des tonnes de boîtes de mouchoirs à vos côtés, car vous risquez de finir comme moi… Comme le naufrage du célèbre navire, le Titanic. Il va de soit que je vous recommande fortement cette lecture, j’espère qu’elle vous plaira autant qu’elle m’a plu !

#Sara